Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Hervé Nifenecker, Le nucléaire : Un choix raisonnable ?

René Bimbot
p. 190
Référence(s) :

Hervé Nifenecker, Le nucléaire : Un choix raisonnable ? EDP Sciences, 2011

Texte intégral

1Achevé peu après la catastrophe de Fukushima, ce livre constitue un élément très intéressant dans la polémique qui divise actuellement pro- et anti-nucléaires. À sa lecture, on se rend très vite compte du fait que, pour l’auteur, la réponse à la question posée dans son titre ne fait aucun doute : le nucléaire est non seulement un choix raisonnable, mais sera très probablement un passage obligé pour faire face aux besoins énergétiques mondiaux dans les décennies à venir.

2Hervé Nifenecker se préoccupe tout d’abord de convaincre le lecteur de sa bonne foi et de sa parfaite indépendance par rapport au lobby nucléaire. Il rappelle qu’il a consacré l’essentiel de sa longue carrière au Commissariat à l’énergie atomique, mais à des recherches de physique nucléaire fondamentale et non aux applications énergétiques de l’atome, avant de se tourner vers des études portant sur l’ensemble des problèmes liés à l’énergie. Dans cet ouvrage, il entend donc présenter, non pas une opinion, mais une analyse aussi scientifique et objective que possible de la situation de l’énergie nucléaire pacifique. Ensuite, en 5 parties et 20 chapitres, il répond aux principales questions concernant cette source d’énergie, ses avantages, ses dangers et la place qu’elle doit occuper en France. Ces questions sont claires et précises : les problèmes ne seront pas éludés.

3La première partie examine la position de la France dans le paysage nucléaire mondial. Notre pays – c’est-à-dire Areva – contrôle toutes les étapes du cycle nucléaire, mais l’hostilité croissante de la population peut conduire à un retrait plus ou moins important de ce domaine et à une perte de compétences à relativement court terme. Lorsqu’il deviendra indispensable de renouveler notre parc de centrales – ce qui semble inéluctable à l’auteur – la France risque de devoir faire appel à des constructeurs étrangers, vraisemblablement russes ou asiatiques…

4La deuxième partie constitue un maillon très important de l’ouvrage. Elle traite des risques du nucléaire pour la population. Après avoir fait remarquer que les médias répercutent plus volontiers – et avec peu d’esprit critique – les arguments et chiffres alarmistes que les rapports officiels, Hervé Nifenecker s’appuie majoritairement sur ces derniers pour revenir sur un certain nombre de questions clés qui, pour la plupart font encore débat. Il s’agit, par exemple du calcul du nombre de victimes de Tchernobyl – lié notamment à la façon dont est traitée la question des effets des très faibles doses de rayonnement – et de la vulnérabilité des centrales nucléaires françaises. Selon l’auteur, et comme cela a été souvent répété par les responsables français du nucléaire, un Tchernobyl ou un Fukushima français ne seraient pas possibles, notamment parce que la technologie des réacteurs français est plus sûre. Des enseignements très importants doivent cependant être tirés de la catastrophe japonaise. Ils concernent en particulier les risques d’inondation des centrales, la sécurité des piscines de refroidissement et la nécessité de pouvoir apporter des équipements de dépannage sur le site, même en cas de crise majeure.

5La troisième partie s’attaque aux questions économiques : le nucléaire peut-il résoudre les problèmes liés aux besoins énergétiques croissants de la planète ? Après une analyse complète des ressources en uranium de la Terre, y compris celles des océans, et un plaidoyer pour la relance des surgénérateurs (tels Superphénix), qui constituent la clé pour une exploitation complète de l’énergie renfermée dans ce « combustible » (non seulement dans l’isotope 235, mais aussi dans l’isotope 238), cette partie compare les coûts des différentes formes d’énergie. Le nucléaire s’avère très compétitif, même si l’on tient compte du prix de la sécurité (filière EPR) et de celui du démantèlement des centrales après leur arrêt.

6Dans la quatrième partie, c’est de l’avenir du nucléaire qu’il est principalement question. Quelles seraient les conséquences d’un développement important de la filière nucléaire, qui ne représente actuellement que 2% de la consommation énergétique mondiale ? Quels sont les liens entre la production d’électricité nucléaire et la prolifération de l’armement atomique ? Fermement opposé à l’arme nucléaire, l’auteur analyse les faiblesses du traité actuel de non prolifération et propose les bases de ce que pourrait être un nouveau traité, plus efficace. Il pose aussi la question du passage aux générations de réacteurs de troisième génération (de type EPR, à sécurité renforcée) et de quatrième génération (surgénérateurs permettant à la fois l’élimination du plutonium et l’utilisation optimale du combustible uranium).

7Enfin, la cinquième partie discute de l’épineux problème des déchets. L’auteur remarque d’abord que les déchets nucléaires présentent l’avantage de s’éliminer d’eux-mêmes avec le temps… Il n’en insiste pas moins sur le fait que le réel problème vient des déchets très radioactifs à vie très longue. Cependant, leur stockage en site profond ne devrait pas, selon lui, présenter de difficultés insurmontables, le principal obstacle semblant être son acceptabilité par les populations. Une élimination de certains nucléides particulièrement gênants par la méthode de transmutation pourrait d’ailleurs alléger les coûts de gestion de ces déchets.

8En conclusion, l’auteur revient brièvement sur les avantages et inconvénients du nucléaire, ces derniers se résumant selon lui à « un certain nombre de dangers se déclinant en risques qu’il est important de contrôler ». Il ne nie pas ces dangers, bien sûr, mais insiste longuement sur le traitement passionnel très médiatisé de ces sujets, dont il met en exergue le manque de rationalité, de bases scientifiques et d’objectivité.

9Par la clarté de ses propos – renforcée par une série d’annexes rappelant les principaux concepts et la signification des acronymes utilisés – et par la rigueur de son argumentation, toujours assortie des références aux sources d’information, cet ouvrage devrait constituer une aide appréciable aux lecteurs soucieux de se forger une opinion à propos de la question cruciale de l’énergie nucléaire, qui se pose actuellement avec acuité. C’est le vœu exprimé par l’auteur dans les dernières lignes de sa conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Bimbot, « Hervé Nifenecker, Le nucléaire : Un choix raisonnable ? », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 190.

Référence électronique

René Bimbot, « Hervé Nifenecker, Le nucléaire : Un choix raisonnable ? », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hrc/103

Haut de page

Auteur

René Bimbot

Physicien, directeur de recherche honoraire au CNRS. Rédacteur en chef d’Histoire de la recherche contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals