Navigation – Plan du site
Analyses d'ouvrages

Sur les entreprises de la chimie et de la pharmacie

Muriel Le Roux
p. 194-195
Référence(s) :

Jun Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, Peter Lang, 2011
   

Viviane Quirke et Judy Slinn (dir.), Perspectives on twentieth-century pharmaceuticals, Peter Lang, 2010

Texte intégral

1Commençons, chose rare dans une analyse d’ouvrages par rendre hommage à l’éditeur suisse Peter Lang des deux livres recensés. Cet éditeur publie en plusieurs langues (allemand, anglais, français) des ouvrages académiques écrits par des auteurs d’horizons et de disciplines très divers relevant des Sciences humaines et sociales dès l’instant où l’approche comparée européenne ou internationale est retenue. En outre, cette maison édite encore des actes de colloques et possède une collection d’histoire des sciences et des techniques ; ces faits sont assez rares pour être soulignés. Distribuées uniquement en ligne, ces publications sont accessibles sous forme électronique et papier permettant un lectorat plus large.

2Ainsi l’ouvrage de Jun Sakudo, professeur japonais (disparu en 1997) grand connaisseur de l’histoire de la chimie française serait resté inaccessible pour un large public si Peter Lang n’avait, en partenariat avec l’Institut de la gestion publique et du développement économique et le Comité pour l’histoire économique et financière de la France et sous l’égide de Patrick Fridenson, accepté de le publier. Or, à ce jour, il n’existe pas d’autre synthèse de cette qualité disponible en langue française. La traduction très soignée sert un travail de recherche remarquable.

3Cet ouvrage de 1997 remet aux goûts du jour des publications plus anciennes moins citées car leurs auteurs ont publié avant que n’existe l’Internet ! L’introduction (un état de la bibliographie) restitue finement la valeur de cet exercice académique. Ce faisant, il limite la portée des études américaines basées sur des données « macro », qui privilégient les recherches faites à partir des sources fournies par les multinationales, ignorant les entreprises nationales ou les PME, et passant ainsi à côté de l’essentiel du processus d’innovation d’une grande partie de l’Europe. Ainsi la démonstration de Sakudo est parlante pour qui s’intéresse à la genèse de l’industrie chimique française : il s’agit d’un entrelacs de sciences, d’industries et d’État. Reprenant les analyses évoquant le « retard » de la chimie française alors qu’elle avait été florissante dans la période précédente, Sakudo souhaitait expliquer la nature des blocages auxquels se heurtèrent les entreprises pour rester compétitives. L’exemple de la chimie organique de synthèse via les études de cas de la SCUR (Société chimique des usines du Rhône) et des Établissements Poulenc Frères (entre autres) fournit une grille de lecture limpide qui permet de comprendre ce qui a prévalu au cours de la première moitié du XXe siècle. Pourquoi les entreprises de ce secteur eurent-elles autant de difficultés à conquérir des marchés, comment et pourquoi la chimie qui fut un fleuron académique et industriel perdit-elle si vite son aura ? Ce livre, par la mise en contexte qu’il propose, devrait trouver sa place dans toutes les études d’histoire des sciences ou économique dès lors que l’on essaie de comprendre ce que furent les mécanismes de la compétition entre la France et l’Allemagne. Y est souligné combien les décisions (ou l’absence d’initiative) touchant aussi bien à la formation secondaire et supérieure qu’à la législation des brevets ont pu dessiner un paysage académique et industriel bien particulier de la chimie française qui a perduré encore au XXe siècle tant la force d’inertie de l’héritage est forte et les conséquences longues à juguler. Évoquer « l’Affaire de la fuschine » éclaire l’histoire des relations industrielles franco-suisses, celle des savants/chercheurs et des entrepreneurs français qui faute de pouvoir exploiter leurs découvertes en France, décidèrent de suivre leurs inventions et leurs investissements en Suisse.

4Mais bien plus, les analyses proposées éclairent les travaux en cours depuis une décennie en histoire des sciences. On comprend pourquoi, au cours de l’entre-deux-guerres, certains chimistes français effectuèrent une partie de leurs travaux doctoraux en Suisse afin d’étudier la chimie organique moribonde en France. Ce fut le cas de membres des facultés de chimie et de pharmacie de Paris et des deux fondateurs de l’Institut de chimie des substances naturelles (ICSN), laboratoire propre du CNRS. Sans minorer l’impact de la perte de l’Alsace et de la Lorraine après 1870, cette « fuite des cerveaux », conséquence de décisions prises 80 ans auparavant, avait grandement endommagé la filière de cette chimie organique. Du reste, le rôle joué par la SCUR et les Établissements Poulenc est tout aussi parlant. Grâce à la « re-construction » de liens forts et réguliers, aussi bien avec cette communauté de chimistes frontaliers qu’avec les scientifiques, les services de R&D furent créés et les relations entre l’entreprise et le monde académique furent systématisées. Ce continuum entre les deux mondes explique les développements ultérieurs de Rhône-Poulenc. Ainsi, il sera nécessaire d’attendre que des décisions de l’État français (création de chaires et de centres de recherche) soient prises dans les années 1950, pour que la tendance soit inversée et que la France retrouve une position dans ce domaine.

5Un regret toutefois à propos de cet excellent ouvrage : la bibliographie complémentaire de Patrick Fridenson ne mentionne pas les travaux français sur l’histoire de la R&D en chimie justement…

  • 1 Le terme « macro-histoire » désigne une histoire globalisante qui n’étudie que les grandes tendance (...)

6L’autre ouvrage, en anglais, dirigé par deux chercheuses (une historienne franco-canadienne et une gestionnaire anglaise) rassemble les textes issus d’une conférence de très bonne facture, tenue à Oxford en 2005 et consacrée à l’histoire des enjeux noués autour des entreprises pharmaceutiques au cours du XXe siècle. Les études pluridisciplinaires et comparées sont plus précises lorsqu’elles traitent de politiques de santé publique, d’histoires de savants que lorsqu’elles traitent du rôle et des stratégies des firmes de recherche que sont les laboratoires pharmaceutiques notamment au cours des cinquante dernières années. Cette restriction dans le temps est la seule réserve que l’on aura vis-à-vis de cette entreprise qui bouscule les connaissances disponibles sur le sujet. Elle montre en quoi des questionnements très contemporains trouvent leurs origines dans la nature des relations qui ont lié les États et les laboratoires pharmaceutiques générant un secteur d’activités économiques parmi les plus surveillés et les plus réglementés qui soient. Cette limite s’explique par la grande difficulté d’accès aux archives (privées et publiques) qui borne l’action des chercheurs, les obligeant à utiliser les travaux de macro-histoire1 d'Alfred Chandler assez peu pertinents lorsqu’il s’agit de l’histoire du Royaume-Uni ou de la France par exemple.

7La pharmacie, secteur à haute valeur ajoutée, où la science la plus académique forme, une fois encore, un continuum avec les sciences industrielles et les entreprises, a connu une forte croissance après la Deuxième Guerre mondiale. Elle suivait en cela les directives gouvernementales en matière de santé et, par voie de conséquence, les demandes des utilisateurs qui devinrent au fil du temps des consommateurs de médicaments, ces produits spécifiques devenant eux-mêmes un bien de consommation, voire un agent de bien-être.

8La variété des thèmes évoqués (depuis les questions de régulation des sérums antidiphtériques en Allemagne et en France jusqu’au rôle des scientifiques/entrepreneurs en passant par la stratégie des entreprises, qu’elles soient marketing ou technologiques, en Espagne ou en Suisse) illustre la grande vitalité de ce champ scientifique mieux financé au Royaume-Uni – par le mécénat du Wellcome Trust – qu’ailleurs. L’approche délibérément comparative, loin d’être un émiettement de la pensée, en posant les jalons de questionnements forts, devrait conforter ceux qui considèrent que l’histoire des sciences, des technologies et des entreprises de la seconde moitié du XXe siècle et du temps présent constitue un enjeu majeur pour la compréhension des sociétés contemporaines, même si, par sa complexité, cette histoire est sans doute l’une des plus difficiles à écrire. Souhaitons que d’autres prennent le relais…

Haut de page

Notes

1 Le terme « macro-histoire » désigne une histoire globalisante qui n’étudie que les grandes tendances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Le Roux, « Sur les entreprises de la chimie et de la pharmacie », Histoire de la recherche contemporaine, Tome I-N°2 | 2012, 194-195.

Référence électronique

Muriel Le Roux, « Sur les entreprises de la chimie et de la pharmacie », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome I-N°2 | 2012, mis en ligne le 12 février 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hrc/104

Haut de page

Auteur

Muriel Le Roux

Chargée de recherche au CNRS, IHMC CNRS ENS

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals