Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

La politique scientifique du CNRS pour la « recherche sur la recherche »

Regroupant toutes les disciplines scientifiques, le CNRS offre un terrain propice à la « recherche sur la recherche », outre la philosophie et l’histoire des sciences. Comment à partir de la décennie 1960 l’Etablissement a-t-il soutenu ou incité des chercheurs à étudier d’autres chercheurs ? 
The scientific policy of the CNRS regarding research on research
Catherine Vilkas
p. 118-130

Résumés

Nous nous intéressons ici à la branche de la sociologie qui prend pour objet les sciences elles-mêmes et dont l’émergence dans l’hexagone fut le fait de quelques précurseurs au cours des années 1960-1970, avant un déploiement dans d’autres directions lors des décennies suivantes. Plusieurs modes d’intervention furent utilisés au CNRS pour renforcer ce domaine, avec plus ou moins de succès. Du groupe de travail au financement incitatif sur programme, de la création d’équipe à celle d’une commission d’évaluation, les instruments de pilotage mobilisés permirent d’accroître les études sociales des sciences sans toutefois structurer véritablement une « communauté scientifique ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Berthelot J.-M., Martin O., Collinet C. : Savoirs et savants. Les études sur la science en France, (...)

1Quel rôle le CNRS a-t-il joué dans le développement de la sociologie des sciences ? Quels modes d’action ses dirigeants ont-ils utilisés pour soutenir ce domaine qui accusait un retard par rapport aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, retard attribué à une tradition dominante de philosophie et d’histoire des sciences moins empirique que dans les pays anglo-saxons (Berthelot, Martin, Collinet, 2005 ; Wolton, 1984)1 ? Ces questions nous invitent à revenir sur quelques étapes de l’élaboration et de la mise en œuvre d’une politique de la recherche dans un secteur des Sciences humaines et sociales (SHS) assez récent. La période concernée est marquée par plusieurs innovations en matière de politique de recherche :

  • au niveau du CNRS, de nouveaux dispositifs qui visent à structurer davantage les équipes et à consolider l’exécutif pour mieux accompagner la croissance rapide de l’organisme, laissant l’évaluation des équipes et des chercheurs à l’instance représentative consultative du Comité national ;

    • 2 Duclert V. : « La naissance de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique. La (...)

    au niveau gouvernemental, la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST), structure interministérielle créée en 1961 pour coordonner, orienter et financer de façon incitative la recherche française2.

  • 3 Vilkas C. : L'art de gouverner la science dans le système public français : le cas du CNRS. Représe (...)
  • 4 Je remercie Isabelle Dujonc pour son aide précieuse au dépôt des archives du CNRS, ainsi que des ar (...)

2Notre objet permet d’aborder les rapports, parfois compliqués, qu’entretiennent les sciences sociales avec les sciences exactes et de la nature. Contrairement aux idées reçues, les relations entre les scientifiques et les chercheurs qui les étudiaient ne furent pas toujours conflictuelles et, au sommet même du CNRS où pourtant les physiciens régnèrent longtemps en maîtres, il se trouva des directeurs curieux à l’égard des études sociales des sciences. Plusieurs modes d’intervention, se traduisant souvent par une attribution de crédits, furent mobilisés pour consolider ce domaine, avec plus ou moins de succès. Car l’allocation des ressources - humaines, financières, matérielles et symboliques - permet de promouvoir des axes de recherche prioritaires, d’aider des spécialités fragiles, de créer (ou supprimer) des laboratoires, c’est-à-dire de gouverner la science (Vilkas, 2001, 2010)3, et ce quelle que soit la discipline. Cet article (qui ne vise pas l’exhaustivité) met en lumière certains acteurs, lieux et programmes à nos yeux emblématiques. Il s’appuie principalement sur l’exploitation des documents consultés aux Archives nationales et aux archives du CNRS à Gif-sur-Yvette4.

Le temps des précurseurs

3En France, il fallut attendre le second colloque de Caen, en novembre 1966, pour que les sociologues apportent leurs contributions à l’étude de la thématique science-société. Furent alors notamment sollicités Pierre Bourdieu pour une enquête sur les étudiants en sciences et Gérard Lemaine qui intégra une commission sur les conditions d’efficacité de la recherche fondamentale (pour plus de détails voir l’entretien avec Gérard Lemaine dans ce dossier). Tous deux venaient de rejoindre la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE) — future École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1975 —, le premier après un poste de maître de conférences à Lille, le second depuis le CNRS.

  • 5 Lettre du 11 novembre 1963, archives du Pr. Salomon, citée par Kreimer P. : Les études sociales de (...)
  • 6 Salomon J.-J. : « Le frelon et les abeilles », Pandore n°13, 1981, p.46.

4Autre précurseur, Jean-Jacques Salomon, philosophe et historien des sciences de formation, prit en 1965 la succession du britannique Gregory King à la direction de la nouvelle division des politiques de la science au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Dans un courrier5 adressé peu de temps auparavant (en 1963) à Georges Canguilhem et Raymond Aron (ses anciens professeurs) ainsi qu’à André Maréchal, alors délégué général à la recherche scientifique et technique, il soulignait l’absence, en France, de travaux universitaires, d’institut ou de groupe d’études sur le sujet des politiques scientifiques. Le contraste était grand avec ce qu’il avait pu observer en Angleterre lors d’une réunion animée par Stephen Toulmin à la toute nouvelle université du Sussex, où les participants scientifiques et administratifs approuvèrent une initiative en ce sens : « À cette cérémonie assistaient quelques prix Nobel scientifiques anglais (plus que nous n’en avions alors de vivants) qui donnèrent leur soutien au projet. Deux ans plus tard SPRU (Science Policy Research Unit) était créé avec l’aide de la Nuffield Foundation. J’avais aussitôt alerté tous ceux qui, en France, par leurs titres universitaires ou leurs positions administratives, pouvaient voir l’intérêt d’un tel projet : en vain. »6

5Sa requête reçut un accueil plutôt favorable de Raymond Aron, prêt à appuyer Georges Canguilhem pour créer un centre universitaire ; mais l’argent, les locaux, les collaborateurs et le temps nécessaire faisaient défaut. Un séminaire fut toutefois organisé en 1963-1964 à l’École normale supérieure avec une subvention de la DGRST par Raymond Aron, qui écrivit aussi un article dans le Figaro en faveur de la « science de la politique de la science », sans laisser plus de traces. Il faudra attendre la fin des années soixante-dix pour que Jean-Jacques Salomon, nommé en 1978 à la chaire technologie et société du Conservatoire national des arts et métiers, fonde le centre Sciences, technique et société, auquel sera adossée une formation de DEA.

Les instruments d’une politique scientifique 

6Si l’exemple de l’université du Sussex ne fut pas imité en France, la décennie 1970 s’est néanmoins caractérisée par un intérêt croissant pour la science contemporaine comme objet d’analyse. Nous pouvons en observer différentes manifestations, depuis le groupe d’études peu formalisé jusqu’au programme institutionnel en lien avec le Plan, en passant par la création d’équipes.

Réseaux, groupes de travail et séminaires

7Dans le projet Parex (pour Paris-Sussex) lancé en 1970 pour promouvoir une collaboration franco-britannique sur les études sociales des sciences, nous retrouvons comme principaux animateurs, du côté français, Gérard Lemaine secondé par Bernard-Pierre Lécuyer et, du côté britannique, Roy MacLeod et Michael Mulkay. Le premier, de l’université du Sussex, avait été invité au printemps 1970 sur un poste de l’EPHE mis à disposition du British Social Council et son séminaire avait déclenché l’initiative. Le secrétariat du groupe était localisé à la Maison des sciences de l’homme (MSH) dont le soutien fut conditionné, à partir de 1973, à une européanisation du réseau, qui était passé d’une dizaine de personnes à soixante-dix en trois ans. Il s’étendit tout d’abord à l’Allemagne puis à cinq autres pays, en accord avec la stratégie d’internationalisation de la MSH conduite par Clemens Heller, fidèle soutien du projet. Le réseau devint également plus interdisciplinaire : en effet la DGRST, qui appuyait le projet, avait aussi émis le souhait d’ouvrir davantage les discussions aux représentants des sciences exactes. Sociologues, historiens, économistes et politistes étaient invités à une confrontation de points de vue avec eux lors des colloques annuels ou des workshops qui exploraient les thématiques suivantes :

  • science et idéologie ; épistémologie : méthodologie ;

  • sociologie contemporaine des communautés et des organismes scientifiques ;

  • sociologie historique des sciences et des savants, dont :

    • l’innovation dans les sciences sociales : études historiques,

    • études historiques des innovations dans les sciences physico-chimiques,

    • études socio-historiques sur les communautés scientifiques et les organisations ;

  • problèmes de politique de la recherche et du développement, dont :

    • réceptivité de la science à la politique scientifique,

    • évaluation de politique de recherche et développement.

8Un bulletin Parex Informations, établi à l’université du Sussex puis, à partir de 1977, à la MSH, diffusait annuellement les actualités des études sociales des sciences : comptes rendus conséquents de conférences, états des lieux dans des pays, annonces sur les enseignements, thèses et recherches, possibilités d’échanges, publications… Si Parex s’est développé hors du CNRS, il contribua à faire connaître le domaine science-technique-société auprès des chercheurs et des responsables de l’Établissement.

  • 7 Parex Informations - Supplément à MSH informations - n°3, décembre 1977 - Club de Gif p.17.

9Différents groupes de travail ou séminaires ont vu le jour au début des années soixante-dix, cette fois à l’initiative de structures institutionnelles. Ce fut la DGRST qui mit sur pied, fin 1972, le Club de Gif, ainsi nommé en raison du lieu de sa première réunion à Gif-sur-Yvette, avant d’être installé à l’École polytechnique, rue Descartes. Ce groupe interdisciplinaire se donnait « pour but de favoriser la concertation et de susciter une information et une réflexion critique sur les travaux de recherche dans les domaines composant ce que l’on appelle communément la “recherche sur la recherche” ou “la science de la science” ». En 1977, un texte diffusé dans Parex Informations soulignait le rôle que le Club, dont le secrétariat était assuré par Jean de Kervasdoué au Centre de recherche en gestion, avait à jouer « pour permettre que la nature scientifique des travaux de “recherche sur la recherche” soit clairement reconnue, en sorte qu’une place à part entière soit faite aux équipes qui s’y consacrent au sein des universités et principaux organismes de recherche. Elles devraient ainsi éviter qu’une classification rigide par discipline ne décourage les nouvelles directions de recherche. »7 La part importante des financements contractuels de personnels était aussi critiquée pour le manque de continuité des travaux qu’elle entraînait. Ne voulant être « ni une structure de financement, ni un groupe de pression, ni une association de type syndical ou corporatiste », le Club s’assignait pour mission de favoriser les échanges et les confrontations entre chercheurs de disciplines diverses, aussi bien des sciences sociales que des sciences de la nature, et par là même, de contribuer à structurer l’offre et la demande dans ce domaine.

  • 8 cf. l'entretien avec Gérard Lemaine dans ce dossier.
  • 9 Salomon J.-J. : « Hubert Curien (1924-2005), Statesman of Science », Hermès 42, 2005, p.209-213.

10Au siège du CNRS, Quai Anatole France, pendant le mandat d’Hubert Curien (1969-1973), se déroula un séminaire mensuel « Politique de la recherche », connu sous le nom du directeur scientifique pour les sciences physiques, Robert Chabbal. Au cours de ce « séminaire Chabbal » de nombreux sujets étaient discutés : « la politique de la science et de l’enseignement, la prospective de champs nouveaux, la physique des milieux condensés par exemple, l’organisation des laboratoires (“lourds” et légers), les problèmes d’évaluation, et beaucoup d’autres thèmes »8. Il paraît possible d’évoquer une Direction ouverte et éclairée qui prenait le temps de créer un espace d’échanges et de réflexions pour l’aider dans ses décisions. Comme nombre d’autres observateurs, Jean-Jacques Salomon, dans son hommage posthume à Hubert Curien, souligna d’ailleurs la grande capacité d’écoute du directeur général du CNRS, futur ministre de la Recherche, aussi bien en réunion qu’en entretien individuel : « Deuxième exemple : quand il m’a reçu pour m’entendre recommander d’initier un programme sur les aspects économiques et sociaux des politiques de la science, la décision de mettre en route les ATP “recherche sur la recherche” (actions thématiques programmées) n’a pas tardé. »9

— Actions concertées et Actions thématiques programmées

  • 10 Voir Marnot B. : « Introduction au rapport d’activité du CNRS de 1969 », La revue pour l’histoire d (...)

11Les études sociales des sciences ont en effet bénéficié d’un mode d’intervention lancé au CNRS en 1971 par Hubert Curien, après avoir été élaboré en concertation avec son prédécesseur Pierre Jacquinot10. La définition plus précise des objectifs scientifiques par un état-major renforcé, qui suivait de près l’activité des équipes, conduisit à la mise en place d’un nouveau type de financement incitatif sur programme, distinct de ceux déjà existants. Dans la procédure des « Recherches coopératives sur programme » (RCP) démarrée en 1963 au CNRS, les thèmes, qui intéressaient plusieurs disciplines et/ou techniques, étaient proposés par les chercheurs eux-mêmes, et le Comité national était associé à leur financement. De leur côté les « Actions concertées » (AC) de la DGRST, à partir de 1961, visaient aussi l’étude de problèmes interdisciplinaires par plusieurs laboratoires mais dans des domaines choisis par elle (après concertation), souvent en rapport avec des besoins économiques.

12Nouvel instrument de pilotage qui s’en inspirait tout en étant davantage orienté vers la recherche fondamentale, les Actions thématiques programmées (ATP) introduisirent une politique contractuelle doublement sélective, avec le choix des thèmes par la direction puis la sélection des projets soumis par les chercheurs en réponse à des appels d’offres annuels. Notons que l’allocation de ces crédits sur contrats, qui échappaient à l’insécurité de l’annualité budgétaire pour une durée comprise entre dix-huit et trente-six mois, venait s’ajouter aux crédits récurrents des équipes, et non s’y substituer.

Courrier non daté (1971-1972), très probablement adressé au directeur scientifique en charge de la chimie, dans lequel Hubert Curien présente le nouveau dispositif des ATP (Source : Archives nationales 19860367/20)

LE DIRECTEUR GENERAL

Mon cher collègue,

Encouragé par le succès des « Recherches coopératives sur programme » et soucieux d’accentuer l’aide qu’il apporte à la réalisation de programmes de recherche sélectionnés et affichés, le CNRS met en œuvre un nouveau mode d’intervention : les « Actions thématiques programmées (ATP) ».

Les ATP sont des actions coordonnées axées sur des thèmes déterminés. Elles tendent à la réalisation, en plusieurs années, d’un programme qui implique la mise en œuvre, à titre principal, de moyens d’équipement, mais aussi des moyens de fonctionnement corrélatifs (à l’exclusion de tout recrutement de personnel permanent).

Les ATP, que l’on peut se représenter comme des « laboratoires sans murs », ont été conçues pour permettre de mieux relier les recherches sélectionnées à une finalité déterminée, de prévoir sur plusieurs années les crédits nécessaires à des actions considérées comme prioritaires, de regrouper dans un effort commun de réflexion et de réalisation des scientifiques appartenant éventuellement à des disciplines différentes.

La parenté entre ces Actions thématiques programmées et les « Actions concertées » menées par la DGRST est claire, mais le centre de gravité des premières se situe plutôt dans le domaine de la recherche fondamentale et celui des secondes plutôt dans celui de la recherche appliquée. Une harmonisation et une complémentarité entre Actions concertées et Actions thématiques programmées seront recherchées et pourront sans peine être trouvées.

…/

Une somme totale de 25 MF est inscrite au budget du CNRS au titre des ATP pour l’année 1972. L’intérêt manifesté pour ce nouveau mode d’action permet d’espérer une progression importante de ce chapitre dans nos budgets futurs.

Dans le secteur centré sur la chimie, les axes retenus pour la préparation et le lancement d’ATP sont les suivants : Relations entre structures et propriétés des espèces chimiques ; composés de coordination et organo-minéraux-applications en catalyse homogène ; pharmacodynamie et chimiothérapie dès maintenant ; états intermédiaires à courte durée de vie prévus pour un lancement prochain. Enfin une ATP « Surfaces » commune aux physiciens et aux chimistes est actuellement lancée.

Nous avons pensé que ces programmes étaient susceptibles de vous intéresser et c’est pourquoi nous vous adressons ci-joint un « appel d’offre » correspondant à l’une des actions que nous mettons actuellement en œuvre.

Les propositions que vous voudrez bien nous faire en réponse à cet appel seront examinées avec le plus grand soin.

Je vous prie d’agréer, mon cher collègue, l’expression de mes sentiments très distingués.

M. Curien

Directeur général du CNRS

  • 11 Propositions pour le VI e Plan, cité par Druesne G. : Le Centre national de la recherche scientifiq (...)
  • 12 Bouchard J. : Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innov (...)

13Autre spécificité des ATP, leur lien étroit avec la planification permettait à la direction générale d’afficher, pour plusieurs années, des programmes d’envergure, dont la réalisation impliquait un découpage en thèmes plus précis, effectué par le directeur scientifique concerné assisté d’un comité d’ATP. Car « au moment de la préparation du VIe Plan, le CNRS a défini dans tous les secteurs un certain nombre d’axes de recherche qui, par leur actualité, leur caractère encore inexploré, la fécondité qu’on leur suppose, ou le fait que les laboratoires français sont dans ces domaines en position d’excellence sur le plan international, justifient un effort particulier. Sur la base de ces propositions, la Commission de la recherche a déterminé les grands domaines à l’intérieur desquels devaient être lancées des Actions thématiques programmées, et les différentes actions prévues ont été inscrites au Plan. »11Depuis la première Commission de la recherche scientifique et technique installée en 1953 lors du IIe Plan, la situation des disciplines était examinée régulièrement et, à partir de 1958, ce fut la DGRST qui prépara les travaux. Nous trouvons à la présidence de la Commission recherche du VIe Plan (1971-1975) l’économiste Pierre Bauchet, directeur scientifique pour les sciences sociales au CNRS ; le physicien Pierre Aigrain, délégué général à la recherche scientifique et technique, était rapporteur général, secondé par son adjoint Roland Morin, conseiller référendaire à la Cour des comptes12.

14Lors du lancement du VIe Plan en 1971, les sept domaines de recherche inscrits en sciences sociales n’ont pas pu tous faire l’objet d’une ATP en raison des délais requis pour composer et organiser le fonctionnement des comités. Trois ont été opérationnels en 1971 : éducation ; modes de vie ; informatique et sciences sociales ; trois autres l’année suivante : recherche sur la recherche, santé, ville et région, tandis qu’information fonctionna plus tard, aux côtés d’autres domaines (linguistique, éducation, environnement, énergie…en 1975-76). En ce qui concerne le programme « Recherche sur la recherche », qui nous intéresse ici, nous pouvons attribuer son lancement à la démarche de Jean-Jacques Salomon auprès du directeur général du CNRS, et probablement aussi à la sensibilisation du président de la Commission recherche du Plan à cette problématique au travers des travaux de Gérard Lemaine. Les résultats de l’appel d’offres 1972 conduisirent à l’ajournement d’un thème d’ATP sur trois, les deux projets soumis sur le thème de l’efficacité de la recherche fondamentale n’ayant pas été évalués positivement :

  • Objectif « Recherche sur la recherche » (source : AN19860367/20) :

  • ATP « Communication entre disciplines et formations de nouvelles disciplines » :

    • Crédit 180 000 F ;

    • Sur 4 projets présentés :

      • 2 projets refusés,

      • 2 projets acceptés.

  • ATP « Recherche en sciences sociales » :

    • Crédit : 240 000 F ;

    • Sur 2 projets présentés :

      • 1 projet refusé,

      • 1 projet accepté.

  • ATP « Efficacité de la recherche » :

    • Montant non précisé

      • 2 projets présentés,

      • aucun projet accepté,

      • ATP ajournée.

Thèmes de recherche 1973 (AN 19860367/20)

Étude de cas récents (postérieurs à 1945) d’innovations techniques significatives : analyse du processus de recherche, du cadre institutionnel qui ont conduit au succès ou à l’échec et des modalités du cheminement de la recherche au développement, du développement à la production en fonction des branches et des structures de l’industrie ;

analyse empirique de l’influence de l’activité de recherche (au niveau individuel et au niveau de l’institution) sur l’enseignement supérieur, compte tenu de la croissance des effectifs ;

définition et utilisation des méthodes, des techniques et des critères pour lesquels une politique de la science et de la technologie peut prendre en compte les objectifs nationaux ;

analyse des processus d’échanges à l’intérieur de la communauté scientifique : diffusion, utilisation et sanction des résultats de la recherche fondamentale ;

le choix des sujets de recherche fondamentale : étude de l’influence qu’exercent respectivement la communauté scientifique internationale et l’environnement national.

Montant du crédit entre 130 000 F et 230 000 F pour chaque thème

Total : 630 000 F

Thèmes de recherche 1974 (AN 19860367/20)

Contribution à l’histoire sociale, économique et politique des développements de la recherche scientifique en France à partir du XIXe siècle ;

Comme exemple de sujets pertinents, on peut citer :

l’évolution des principes et des pratiques du financement public de la recherche,

les grandes institutions de recherche,

les relations entre l’université et l’industrie dans le cadre d’une discipline ou d’un secteur industriel,

les décalages entre l’évolution scientifique et les programmes de l’enseignement secondaire (tels mathématiques et sciences physiques),

la prédominance des mathématiques pures sur les mathématiques appliquées : explication et conséquences,

l’application des recherches en sciences sociales, à partir de l’étude de cas, analyser les problèmes qu’elle soulève du point de vue des chercheurs et des décideurs ;

analyse empirique des interactions entre recherche et enseignement dans le système universitaire français ;

dans quelles conditions peut-on choisir, financer et appliquer des programmes de recherche à finalité sociale (par opposition aux finalités cognitives, militaires ou industrielles).

Montant du crédit entre 150 000 F et 300 000 F pour chaque thème

Total : 600 000 F

Thèmes de recherche 1977 (AN 20000171/69)

Les équipements de la recherche ;

l’évaluation de la recherche ;

incidence des procédures contractuelles et quasi contractuelles de financement de la recherche ;

expérimentation, vérification, preuve et consensus dans la recherche scientifique ;

contribution à l’histoire sociale, économique et politique des développements de la recherche scientifique en France à partir du milieu du XIXe siècle. et surtout au XXe siècle.

Total : 400 000 F

15Avec une augmentation du nombre de projets soumis sur certains thèmes, la sélectivité s’accrut. Par exemple, en 1973, le thème 1 (cf. encadré) suscita sept projets, parmi lesquels un seul fut accepté, pour un montant de 230 000 F ; les thèmes 2 et 4 furent ajournés, le premier en raison de l’absence de projet présenté, le second parce qu’aucune des cinq propositions reçues ne fut retenue ; sur le thème 3, un projet accepté sur les trois soumis reçut 220 000 F, tandis que sur le thème 4, 180 000 F furent alloués à l’un des deux projets présentés. En 1975, l’appel d’offres proposa neuf thèmes, et le budget s’éleva à 700 000 F, pour redescendre ensuite à 400 000 F en 1977. Pouvaient venir s’y ajouter des crédits de l’ATP internationale parfois consacrés à des opérations relevant de la « Recherche sur la recherche ». On la trouve par exemple mentionnée dans un document daté du 11/07/1974 (AN 19860367 /21) concernant les actions en cours en Grande-Bretagne et qui rappelait que « d’après le Docteur Pavitt du SPRU, la coopération avec la France est indispensable dans le cas de beaucoup des recherches du SPRU puisqu’elles concernent une comparaison internationale. Les Britanniques sont intéressés par une coopération dans le domaine de la prospective où la France est particulièrement bien placée. Les seules difficultés proviendraient du manque de publication des travaux français en langue anglaise». Un autre exemple de projet commun était cité, le projet Parex déjà engagé. Concernant cette fois la République fédérale d’Allemagne, en 1976, des crédits d’ATP internationale furent sollicités sur le thème « Politique et planification de la recherche dans la communauté européenne » par Bertrand de Jouvenel, au nom de l’association Futuribles, pour accueillir un chercheur allemand pendant neuf mois. Il est délicat d’apprécier dans quelle mesure l’ATP « Recherche sur la recherche » a incité des chercheurs à s’engager dans un domaine qu’ils n’auraient pas abordé autrement. Nous avons vu que, chez certains, l’intérêt intellectuel préexistait et les travaux, déjà commencés, ont pu être développés grâce au programme ; d’autres ont probablement été stimulés par des thèmes des appels d’offres, diffusés dans la Lettre du CNRS et d’autres supports.

16Contrats en cours et terminés d’après les archives du CNRS, le fonds documentaire, l’annuaire ATP 1975

Année contrat

Intitulé

Durée

Responsable et lieu

1972

Les chercheurs et l’organisation de la recherche dans les sciences sociales en France.

01/06/1972

au

31/08/1974

Élisabeth CRAWFORD

4 rue de Chevreuse - 75006 Paris

Recherche longitudinale sur les sciences sociales en France : processus de naissance des nouvelles disciplines et conditions de leur institutionnalisation.

01/07/1972

au

30/06/1974

Victor KARADY

Bernard LECUYER

Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique - 54 bd Raspail - 75006 Paris

Le succès et le choix. Étude d’une discipline frontière.

01/10/1972

au

30/09/1974

Gérard LEMAINE

Groupe d’études et de recherches sur les sciences – EPHE, 10 rue Monsieur le Prince

75006 Paris

1973

Étude de 12 innovations françaises postérieures à 1945.

01/06/1973

au

30/11/1974

Alexandre NICOLON

Institut de prospective et de politique de la science – Université de Grenoble II - BP 47

38040 Grenoble-Cedex

Initiation et réalisation de quelques sujets de recherche fondamentale : influence des objectifs scientifiques nationaux et des relations internationales.

01/06/1973

au

31/05/1975

Guy OURISSON

Laboratoire de chimie organique des substances naturelles - Université Louis Pasteur (Strasbourg 1) 4 rue Blaise Pascal - 67070 Strasbourg Cedex

Méthodologie de la programmation de la recherche dans le domaine de l’environnement.

01/09/1973

au

30/06/1975

POTTIER

UER de mathématiques - Université de Paris V

12 rue de l’École de Médecine - 75006 Paris

1974

Les universités françaises et le déclin de la recherche scientifique en France au XIXe siècle.

01/11/1974

au

31/04/1976

François BOURRICAUD

Bernard LECUYER

Terry SHINN

Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique - 54 bd Raspail - 75006 Paris

Les Écoles normales supérieures de la rue d’Ulm et de Saint-Cloud et la formation des cadres de la recherche scientifique fondamentale (1945-1973).

01/10/1974

au

31/09/1976

Victor KARADY

Centre de sociologie de l’éducation et de la culture – EHESS -54 bd Raspail - 75006 Paris

1975

Les résultats d’une politique d’incitation financière : les actions concertées de la DGRST en chimie macromoléculaire.

01/11/1975

au

31/10/1977

Michel CALLON

Centre de sociologie de l’innovation – École nationale supérieure des mines de Paris - 62 bd Saint-Michel - 75006 Paris

Analyse systématique des émissions d’information scientifique à la télévision et des représentations sociales de la science qu’elles suscitent.

01/10/1975

au

30/09/1977

Denise DEVEZE

Département audio-visuel – Université de Paris VII 2 place Jussieu - 75005 Paris

L’image du métier de chercheur en sciences exactes dans la jeunesse.

01/10/1975

au

01/10/1977

Élisabeth LAGE

Laboratoire de psychologie sociale – EHESS - 54 bd Raspail - 75006 Paris

Les organisations de recherche : de l’atelier à l’usine.

01/01/1976

au

31/12/1978

Gérard LEMAINE

Groupe d’études et de recherches sur les sciences – EHESS - 10 rue Monsieur le Prince - 75006 Paris

Diffusion et utilisation des recherches économiques à l’occasion de l’implantation d’industries ou d’infrastructures.

01/10/1975

au

30/09/1977

Maurice PARODI

Institut du travail et des recherches sociales – Université d’Aix-Marseille III - 3 av Robert Schuman - 13721 Aix en Provence

  • 13 Contrairement aux « recherches coopératives sur programme » lancées en 1963, les actions spécifique (...)

17Les contrats ATP s’ajoutaient souvent à d’autres sources de financement, de façon simultanée ou alternée. Par exemple, les différentes recherches en sociologie des sciences menées par Gérard Lemaine ont bénéficié, à la fin des années soixante, d’une Action spécifique CNRS, mode d’intervention souple mis en place en 1966 pour répondre rapidement à des besoins imprévus selon une procédure dérogatoire13, puis de deux ATP au cours de la décennie suivante, dont l’une, « Étude des communications entre disciplines et formation de nouvelles disciplines », finança l’étude d’un laboratoire de neurophysiologie développant une approche novatrice sur le sommeil, également soutenue, ainsi que ses prolongements, par la DGRST ; celle-ci attribua à nouveau un soutien en 1978 sous la forme d’une Action concertée destinée à étudier les mécanismes de décision en matière d’équipements lourds. Le bilan des contrats ATP « Recherche sur la recherche » achevés et en cours en 1975 fait ressortir la place prépondérante des chercheurs parisiens, conforme à la répartition des sciences sociales sur le territoire, avec seulement trois responsables d’ATP provinciaux (à Grenoble, Strasbourg et Aix-Marseille) sur treize. Nous observons, de plus, l’importante représentation de l’EPHE-EHESS, au moins comme lieu d’hébergement, pour la moitié des contrats. Le CNRS était, lui aussi, engagé au travers de personnels ou de son soutien à des équipes, déjà associées ou en voie de le devenir.

Le soutien aux équipes de recherche : l’exemple du Groupe d’études et de recherches sur la science (GERS)

  • 14 Sur l’histoire du CNRS, on se reportera à Picard J.-F. : La République des savants. La recherche fr (...)
  • 15 Berthelot J.-M., Martin O., Collinet C. : Savoirs et savants. Les études sur la science en France, (...)

18Si la mise en place d’un financement sur programme traduisait une attitude volontariste de la direction désireuse de soutenir des thèmes jugés prioritaires, l’association d’une équipe relevant d’un autre établissement, elle aussi contractuelle, constituait également un instrument pour gouverner la science, tout en laissant une liberté à ses personnels grâce aux crédits récurrents. Imaginée en 1965-1966 par Pierre Jacquinot pour rationaliser l’aide du CNRS aux universitaires, la formule des laboratoires associés, puis des équipes de recherche associées concernant les formations de plus petite taille, connut un succès remarquable, rapprochant le CNRS des universités et des autres organismes14. Au-delà des laboratoires propres qui dépendaient administrativement de lui, le Centre apportait ainsi son soutien financier, matériel et humain à des équipes existantes dont les travaux avaient été jugés de qualité par les instances compétentes du Comité national. Berthelot, Martin et Collinet (2005)15 ont recensé les équipes spécialisées dans l’étude des sciences, quelle que soit la discipline principale : en 2003 une dizaine de laboratoires liés au CNRS (et une vingtaine d’équipes non CNRS).

19Prenons l’exemple du GERS, créé en 1970 à l’EPHE avec le soutien du CNRS. Ce laboratoire obtint le statut d’équipe de recherche associée en 1977. La convention, conclue pour une période de quatre ans renouvelable après évaluation par le Comité national, fut signée par Jacques Le Goff, président de l’EHESS, et Robert Chabbal, devenu directeur général du CNRS : elle stipulait que le CNRS mettait « à la disposition de l’équipe des moyens de recherche qui pourront être constitués par des postes d’ITA, des crédits d’équipement, de fonctionnement, de vacations, et de missions » ; de son côté l’EHESS s’engageait « à maintenir à un niveau équivalent les moyens qu’elle accordait précédemment, pour recherches, au responsable de l’équipe de recherche ; à héberger les chercheurs du CNRS affectés à l’équipe ».

20En novembre 1980, le récapitulatif des comptes du groupe de recherches réalisé à l’occasion d’une demande de renouvellement d’association montre que les dépenses d’équipement pour une équipe de sociologues, notamment avant l’usage de l’informatique, n’étaient pas comparables à celles des laboratoires de sciences exactes que ses membres étudiaient. Selon Daniel Bertaux, alors rapporteur de la section concernée du Comité national, « les recherches en sociologie de la science devraient intéresser au premier chef les institutions scientifiques, ceux qui y travaillent comme ceux qui les dirigent, surtout lorsque ces recherches sont menées à partir d’une attitude que M. Lemaine qualifie lui-même de “délibérément agnostique et critique”. En effet, les scientifiques ne sont pas seulement ces êtres de raison dont rêve Karl Popper ; ils ont aussi leurs intérêts et leurs stratégies propres, voire leurs présupposés. C’est ce que l’équipe dirigée par M. Lemaine démontre à partir d’une série d’études de cas. » En conclusion, le rapporteur appuyait très vivement les demandes de renouvellement de l’équipe, d’augmentation modeste des crédits et « surtout la demande d’un demi-poste 3A pour le jeune physicien, M. Darmon, dont l’équipe a su s’attacher la précieuse collaboration. » En effet, le directeur du GERS estimait précieuse la contribution de spécialistes des sciences exactes qui apportaient les compétences faisant défaut aux sociologues, en dépit de leurs efforts pour se familiariser avec les concepts des disciplines étudiées.

21La mise en œuvre de l’interdisciplinarité dans les recherches sur la recherche demandait une autre organisation, ainsi exposée par Gérard Lemaine dans la rubrique « Message du demandeur (…) En ce qui concerne la structure appropriée pour des travaux de science de la science, je plaiderai, comme dans un rapport précédent, pour un (petit) département composé de mini-équipes avec des formations et des points de vue hétérogènes et complémentaires. C’est un problème de politique scientifique qui devra bien être examiné un jour si l’on veut se donner les moyens de s’attaquer à des programmes de “Science, technologie et société”, les moyens de penser les phénomènes scientifique et technique de nos sociétés modernes ». En plus du soutien désormais récurrent du CNRS, une seconde ATP « Organisation du travail et division des tâches dans la recherche » permit d’effectuer, à partir de 1977, une analyse des laboratoires de recherche fondamentale sous l’angle organisationnel, explorant la division du travail entre chercheurs et techniciens, ou encore les facteurs conduisant à des choix de recherche risqués ou conservateurs.

Le programme Science-technologie-société (STS)

  • 16 Ce programme avait été élaboré au milieu des années soixante -dix par le directeur général du CNRS, (...)

22Alors que s’amorçait en France le tournant de la « nouvelle sociologie des sciences » à partir du CSI, où Michel Callon avait été rejoint par le philosophe Bruno Latour (voir l’article de M. Dubois et E. Schultz dans ce dossier), et que les effets de la crise poussaient économistes et sociologues à s’intéresser à la science et la technologie, la direction des sciences sociales du CNRS lança, en 1979 et pour une durée de cinq ans, un programme intitulé Science-technologie-société (STS). L’économiste Edmond Lisle en confia la responsabilité à Dominique Wolton, recruté au CNRS la même année, et qui explorait les rapports entre société, communication et culture. Ce programme STS, fonctionnant selon une procédure d’appels d’offres incitatifs, prenait le relais de plusieurs initiatives institutionnelles antérieures : l’ATP « Recherche sur la recherche » du CNRS, l’Action complémentaire coordonnée « Recherche sur la politique de la recherche » de la DGRST, ainsi que le programme « Science et décision » du CNRS16. Selon Dominique Wolton, ces précurseurs n’avaient pas permis de structurer un champ de recherche consacré à l’étude, à la fois historique et prospective, des influences réciproques entre l’activité scientifique et technique, cause de nombreux changements, et le fonctionnement de la société. Le programme STS, interdisciplinaire, avait donc pour objectif « de financer des recherches et de créer une communauté scientifique de chercheurs en sciences exactes et en sciences humaines travaillant sur les problèmes posés par le développement de la science et de la technique dans les sociétés contemporaines » (CNRS, programme Science-technologie-société, note de synthèse, 07/02/1984). De plus, il ambitionnait de faire dialoguer approches internaliste et externaliste des sciences en s’appuyant « sur les deux milieux qui existaient auparavant sans forcément se rencontrer. D’une part celui de la philosophie et de l’histoire des sciences qui, jusque dans les années soixante, a joué un rôle essentiel dans la vie intellectuelle (cf. la tradition Bachelard, Canguilhem, Althusser et les questions notamment du statut et de la rationalité de la science ; les ruptures et les obstacles épistémologiques…). D’autre part un milieu plus récent de sociologues et d’économistes travaillant depuis une vingtaine d’années sur les questions posées par le développement et la crise des sciences et des techniques (croissance des budgets civils et militaires ; contestations de la science ; réexamens des rapports des savants et de la politique…). ». Une approche comparative avec d’autres pays était en outre encouragée dans une perspective d’ouverture internationale.

  • 17 Les données proviennent d’archives CNRS produites par les responsables du programme STS, par la dir (...)

23Le responsable du programme disposait d’importantes ressources, aussi bien budgétaires qu’organisationnelles, pour susciter, sélectionner et financer des projets sur des thématiques STS. L’action devait être pilotée conjointement par le CNRS et la DGRST(supprimée en 1981 suite à la création du ministère de la Recherche), avec la participation de la Mission de la recherche du ministère des Universités. Le montant des crédits attestait d’un fort soutien institutionnel : pour l’année 1979 était prévu le transfert de 1,5 million de francs (TTC) du secrétariat d’État à la Recherche au budget du CNRS, qui devait apporter pour sa part les moyens nécessaires à la gestion du programme (équipe de gestion scientifique, documentation…). Compte tenu du délai nécessaire au lancement de l’opération, le crédit fut engagé en 1980, d’où un apport du secrétariat d’État à la Recherche limité à 0,5 million de francs au titre du contrat de programme de 1980. Le budget total prévu en 1981 s’élevait à 2 millions de francs (1 million de la DGRST, 1 million du CNRS), et celui des années suivantes fut du même ordre de grandeur17. Ces financements étaient utilisés pour plusieurs types d’interventions :

- des contrats de recherche d’une durée d’un à deux ans, attribués prioritairement à des projets privilégiant les rapports entre les trois pôles sciences, technologie, société, ainsi que les travaux empiriques, interdisciplinaires et comparatifs ;

- des contrats de définition, études exploratoires de trois à neuf mois qui devaient permettre à des chercheurs de disciplines différentes et intéressés par un même problème de l’approfondir ensemble afin de faciliter le développement de coopérations plus durables ;

- des séminaires destinés à confronter les résultats des recherches ou à construire de nouveaux objets en autorisant une communication interdisciplinaire ;

- des forums des choix scientifiques et techniques qui avaient pour but la mise à jour des positions divergentes et des enjeux liés à certaines controverses scientifiques.

24La gestion scientifique et matérielle du programme STS était assurée par deux structures. Composé de membres issus des sciences humaines et sociales, un Secrétariat scientifique permanent, placé auprès de la direction des sciences sociales du CNRS, constituait « un lieu d’initiatives intellectuelles, d’orientation de la recherche et de rencontre avec les chercheurs ». Il organisait chaque année des ateliers de recherche et des séminaires autour de thèmes théoriques ou transversaux pour lesquels les équipes contractantes étaient invitées à faire des propositions et à participer activement. Par exemple, au printemps 1983, cinq ateliers se sont tenus sur les thèmes suivants :

I-Evolution des concepts de technique et technologie ;

II- Circulation des métaphores et des modèles ;

III-Problèmes stratégiques et méthodologiques des sciences sociales en milieu scientifique et technique ; IV-Légitimation scientifique des chercheurs et légitimité des résultats ;

V-Science et technologie dans la société industrielle.

25Un travail de prospection était conduit par ses membres auprès de chercheurs en sciences humaines et sociales comme en sciences exactes pour définir les thèmes des quatre appels d’offres lancés entre 1980 et 1983. Concernant l’évaluation des rapports de fin de contrat, une discussion contradictoire sur la base d’un texte de synthèse présenté devant des membres compétents du Comité scientifique, des personnalités extérieures invitées par l’équipe et le Secrétariat scientifique, fut introduite en 1983. Enfin, le Secrétariat commença à mettre en place, la même année, le Comité de rédaction des Cahiers STS destinés, avec un tirage de mille exemplaires vendus en librairie, à informer sur le programme par la diffusion des textes issus de ses activités et à susciter des débats.

26Composition du secrétariat scientifique du programme STS

Membres

Années

Dominique Wolton, responsable

Michael Pollak , chercheur

Muriel Loosfelt, ITA

Danièle Guillerm, chercheur

Iskender Gokalp, chercheur

Anne Luciani, secrétaire et assistante de rédaction des Cahiers STS

Jean-Pierre Chrétien-Goni et Christian Lazzeri, secrétaires de rédaction des Cahiers STS

1980-1986

1980-1984

1980-1984

1983-1985

1983-1986

1980-1986

1984-1986

27Par ailleurs, le programme s’appuyait sur un Comité scientifique qui sélectionnait les projets de recherche et dont les membres, issus aussi bien des sciences humaines et sociales que des sciences exactes et de la nature, étaient loin de posséder tous une compétence dans le domaine STS. De 1980 à 1983, le premier Comité fut présidé par Edmond Lisle, directeur scientifique en charge des sciences sociales au CNRS jusqu’en 1981 ; ses vingt-neuf membres étaient des chercheurs ou professeurs occupant ou ayant occupé des responsabilités dans leur établissement, ainsi que des responsables dans les ministères de la Recherche et de la Technologie ou de l’Industrie. Suite à un renouvellement quasi complet, le second Comité scientifique, de 1983 à 1985, sous la présidence de Michel Demazure, professeur de mathématiques à l’École polytechnique, se caractérisa par un rapprochement avec le Comité national de la recherche scientifique puisque la moitié de ses vingt-six membres fut élue par leur section, l’autre moitié étant composée de personnalités extérieures nommées par la direction scientifique. L’évaluation, qui devait concilier les jugements parfois éloignés de représentants de diverses disciplines, était effectuée en deux étapes avec l’aide du Secrétariat scientifique : tout d’abord un premier tri des déclarations d’intention ; puis une sélection des projets défendus lors d’une audition devant des membres du Comité et du Secrétariat scientifique, le choix définitif étant effectué par le Comité en séance plénière après avis des rapporteurs. La forme des appels à projets a évolué au cours du programme, passant de trois ou quatre domaines d’intervention et trois approches en 1980 et 1981, à dix thèmes en 1982, et à quatre axes déclinés en thèmes en 1983. Comme le montre le tableau ci-dessous, le taux de sélectivité pouvait varier fortement selon les thèmes, plus ou moins attractifs. La reconduction des contrats pluriannuels était, elle aussi, soumise à l’examen de l’avancement des travaux par le Comité scientifique.

28Tableau des projets soumis et retenus lors des quatre appels d’offres (CNRS, 880049 SHS, art.65)

Projets

Soumis

Retenus

1980-1981

- Informatique

- Audiovisuel et télécommunications

- Biologie

- Science des matériaux

- Fonctionnement institutionnel

- Changement social et culturel

- Chimie

- Energie

- Séminaires

- Soutien aux publications

25

14

8

1

20

25

3

1

5

2

3

-

3

-

5

5

3

1

3

2

104

25

1982

  • - Epistémologie et processus cognitifs

  • - Science et représentation

  • - Temps et technologie

  • - Droit, technique et société

  • - Système d’information et de communication

  • - Réseaux et organisation sociale

  • - Dynamique des sciences

  • - Processus de médiation

  • - Science et éthique

  • - Mouvement anti-science

  • - Divers

  • - Soutien aux publications

21

15

8

11

14

14

4

12

3

3

1

3

7

3

-

2

5

5

2

5

1

1

-

1

130

32

1983

  • Dynamique des relations entre logiques sociales et logiques scientifiques

  • La puissance créatrice propre aux techniques

  • Politiques scientifiques et technologiques

  • Les technologies de l’information du vivant et les transformations des catégories de la production

  • Forums

  • Divers

  • Suite des contrats de définition 1982

  • Soutien aux publications

38

15

24

5

2

6

2

1

10

3

9

2

1

-

2

1

93

28

29Dans le bilan du programme STS, on compte trois cent vingt-sept projets de tous types soumis aux quatre appels d’offres, dont quatre-vingt-cinq projets financés pour soixante-dix équipes, ce qui représente plus d’une centaine de personnes qui ont travaillé dans au moins l’une des trois grandes thématiques identifiées par son responsable : « les productions de la science ; les rapports entre science et technologie ; la puissance créatrice propre aux techniques ». Les trois quarts des projets retenus ont été présentés par des équipes de sciences sociales, avec à peu près vingt-cinq projets en histoire et sociologie, suivies par l’économie puis la philosophie et le droit. Un quart des projets retenus a concerné des équipes de sciences exactes et de la nature, avec une courte majorité de mathématiciens et de physiciens devant les chercheurs en sciences de la vie, auxquels s’ajoutèrent quelques chercheurs de sciences physiques pour l’ingénieur ; une certaine baisse de leur participation a pu être décelée dans les dernières années du programme, probablement liée à une modification des thématiques proposées. En conclusion d’un annuaire scientifique de trois cent pages élaboré en 1986, Dominique Wolton a fait part des avis recueillis auprès des équipes. Offrant un espace de liberté sinon une légitimité à des travaux menés hors des voies traditionnelles, le programme STS a permis de confronter des approches pour étudier l’impact social des sciences et des techniques ; il a facilité un travail interdisciplinaire propice au renouvellement de certains modes de raisonnement. L’incitation à penser les relations entre les trois logiques - scientifique, technique et sociale - a été appréciée, ainsi que la critique de l’approche normative des sciences ou des techniques. En revanche, des réserves ont été émises sur l’ouverture trop large du domaine couvert par STS et sur les difficultés à structurer un champ de recherche aux frontières floues, à l’identité incertaine. La coopération a été délicate entre trois approches : l’épistémologie et la philosophie classiques d’une part ; l’économie, l’histoire et la sociologie empiriques d’autre part ; l’approche critique plus sociologique et anthropologique, enfin, tandis que la faiblesse des travaux comparatifs entre pays a été ressentie. Par ailleurs, la nécessité d’obtenir l’accord d’acteurs concernés, militaires ou civils, hostiles à une réflexion critique, a pu représenter une limite, tout comme l’insuffisante participation des chercheurs en sciences exactes, attribuée à leur méfiance vis-à-vis de la démarche critique des sciences sociales. Mais, en dépit de ces insuffisances, le responsable du programme estimait que la problématique STS était désormais mieux acceptée et que les différents courants d’études sociales des sciences étaient contraints au dialogue.

La Commission interdisciplinaire 53 du Comité national

30Un dernier instrument au service de l’étude des sciences et des techniques a été mis en place plus récemment par le CNRS, au niveau cette fois de l’instance d’évaluation. Si les commissions interdisciplinaires du Comité national ont été instituées par décret en 1982, elles ont tout d’abord concerné les chercheurs qui se consacraient à des activités transversales tels le transfert des connaissances, la diffusion de l’information scientifique ou la gestion de la recherche. Ce fut au début des années 2000 que leur principe a été étendu aux disciplines scientifiques, leur nombre et périmètre étant redéfinis à chaque législature18. La Commission interdisciplinaire 53 (CID 53), intitulée « Méthodes, pratiques et communication des sciences et des techniques »19, a ainsi été créée par un arrêté ministériel du 1er juillet 2012 et concerne l’ensemble des sections. Pilotée par l’Institut des sciences humaines et sociales, elle fait partie des cinq commissions interdisciplinaires thématiques qui « ont vocation à couvrir un champ de connaissances en émergence ou interdisciplinaire, qui ne correspond pas au découpage thématique des sections ». Elle est donc habilitée à se constituer en jury d’admissibilité pour le recrutement des candidats aux profils pluridisciplinaires, à co-évaluer l’activité des chercheurs recrutés et se prononcer sur leur carrière, à évaluer les projets des unités en fonction des axes prioritaires de l’Établissement et à analyser la conjoncture scientifique, au cours des deux sessions annuelles. Elle est composée de vingt et un membres, quatorze élus au sein du Comité national par les membres des sections concernées, qui consentent donc à la charge de travail d’un double mandat, et sept nommés - eux aussi difficiles à trouver - par la direction, ce qui entraîna une mise en place tardive.

  • 20 Entretien avec Cécile Méadel, présidente de la Commission interdisciplinaire 53 (2012-2016), 7 octo (...)

31Le recrutement par une Commission interdisciplinaire demande une formulation rigoureuse du profil, qui doit correspondre aux attentes réelles des Instituts (ex-Départements) du CNRS en cas de « coloriage » ou de « fléchage » du poste (les thèmes étant simplement indicatifs selon la première procédure, obligatoires pour la seconde). Dans le cas positif d’un style de direction concerté, les directeurs scientifiques adjoints prennent contact avec le président de Commission pour expliciter les souhaits des uns et des autres. Car il peut arriver que le profil d’un candidat classé en tête par la CID 53 satisfasse l’Institut SHS mais non l’Institut qui a donné le poste. Au sein de la Commission, représentants des SHS et représentants des sciences exactes et de la nature semblent dialoguer en bonne intelligence, car ceux qui acceptent de siéger font preuve d’une ouverture d’esprit manifeste selon la présidente : « Il n’y a pas de physiciens moyens qui disent : “c’est du pipeau” (…) On peut faire passer l’idée qu’un livre en histoire, ça compte, et que c’est même moins facile qu’un article à cinquante mains ! Ils sont capables d’entendre. L’an dernier, on a eu un candidat spécialiste d’astronomie syriaque, qui parlait huit langues rares, avait publié, traduit, fait une édition critique de textes anciens. Ses publications n’étaient pas nombreuses mais avaient demandé un travail considérable. Ils ont été capables de l’entendre. Cela nous oblige à discuter.(…) Les discussions peuvent être vives, cela nous a obligé à définir l’interdisciplinarité. »20 Les candidats, sans être obligés de posséder une double compétence en recherche, doivent toutefois démontrer une capacité à intéresser les collègues d’autres disciplines que la leur. La réduction générale du nombre de postes affecte particulièrement l’interdisciplinarité, qui doit faire l’objet d’une politique volontariste de l’Établissement car les laboratoires luttent pour maintenir leurs effectifs permanents. Et la qualité élevée des dossiers rend ardu le classement des candidats à l’issue des auditions et des avis des rapporteurs en jury plénier.

32La Commission, qui n’est plus consultée sur l’affectation, observe que plus de soixante-dix laboratoires d’accueil ont été proposés lors des concours de 2013 et 2014. Parmi eux, quelques laboratoires spécialisés en philosophie et histoire des sciences sont demandés de façon récurrente (IHPST, Centre Koyré, Centre Jean Nicod…), de même que certains laboratoires de sociologie ou communication (CSI, GEMASS, CERMES, ISCC…). Si en informatique ou mathématiques, quatre laboratoires se détachent, les candidats se dispersent entre les laboratoires des sciences de la vie (voir diagramme ci-dessous).

33(Source : Rapport de conjoncture 2014 de la CID 53)

Conclusion

34Depuis bientôt cinquante ans, des initiatives institutionnelles se sont succédées au CNRS pour permettre le développement des « recherches sur la recherche », en utilisant divers modes d’intervention : association d’équipes, appels à projets dans le cadre de programmes lancés par l’Établissement, financement accordé à des revues, création d’une section de recrutement dédiée à l’étude des sciences et techniques… Ce soutien a toutefois fluctué au cours du temps, souvent en réponse à des sollicitations d’individualités, et n’a pas permis la constitution d’une « communauté scientifique » au sens de Kuhn, c’est-à-dire unie par un ensemble de connaissances, de méthodes et de savoir-faire partagés. On ne saurait pourtant tenir le CNRS pour responsable du fait que les études sur les sciences et techniques demeurent un domaine éclaté en de nombreuses approches, pratiquées dans des lieux hétérogènes et évaluées selon des critères variés. Situation fréquente en sciences humaines et sociales, elle rend encore plus délicates la définition et la mise en œuvre d’une politique scientifique, mais apporte une diversité de savoirs qui s’applique également aux sciences exactes et de la nature prises pour objet.

Haut de page

Notes

1 Berthelot J.-M., Martin O., Collinet C. : Savoirs et savants. Les études sur la science en France, Paris, Presses Universitaires de France, 2005 ; Wolton D. : « Vieux problème – idées neuves », Cahiers STS, 1, 1984.

2 Duclert V. : « La naissance de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique. La construction d’un modèle partagé de gouvernement dans les années soixante », Revue française d’administration publique, 2004/4, n°112, p.647-658.

3 Vilkas C. : L'art de gouverner la science dans le système public français : le cas du CNRS. Représentation, évaluation, direction de quatre disciplines, thèse de doctorat de l’IEP de Paris, 2001 ; «  Une vision stratégique pour le CNRS (1988-1994) » in Urfalino P., Zuber M. (dir.) : Intelligences de la France. Onze essais sur la politique et la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, p.231-258.

4 Je remercie Isabelle Dujonc pour son aide précieuse au dépôt des archives du CNRS, ainsi que des archivistes du site de Pierrefitte aux Archives nationales. Merci également à Michel Dubois d’avoir raccourci, dans un souci d’harmonisation, une première version trop longue de ce texte.

5 Lettre du 11 novembre 1963, archives du Pr. Salomon, citée par Kreimer P. : Les études sociales de la S&T en France. Essai de fondation d’un champ de recherche : le programme « STS-CNRS », DEA STS, CNAM, novembre 1992 (p. 13).

6 Salomon J.-J. : « Le frelon et les abeilles », Pandore n°13, 1981, p.46.

7 Parex Informations - Supplément à MSH informations - n°3, décembre 1977 - Club de Gif p.17.

8 cf. l'entretien avec Gérard Lemaine dans ce dossier.

9 Salomon J.-J. : « Hubert Curien (1924-2005), Statesman of Science », Hermès 42, 2005, p.209-213.

10 Voir Marnot B. : « Introduction au rapport d’activité du CNRS de 1969 », La revue pour l’histoire du CNRS, n°10, 2004, p.68-79.

11 Propositions pour le VI e Plan, cité par Druesne G. : Le Centre national de la recherche scientifique, Paris, Masson, 1975, p.238.

12 Bouchard J. : Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité (1940-1970), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p.113.

13 Contrairement aux « recherches coopératives sur programme » lancées en 1963, les actions spécifiques ne bénéficiaient qu’à une seule formation et n’intéressaient qu’une seule discipline. Voir Druesne G., op.cit.

14 Sur l’histoire du CNRS, on se reportera à Picard J.-F. : La République des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990 ; Guthleben D. : Histoire du CNRS de 1939 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2013.

15 Berthelot J.-M., Martin O., Collinet C. : Savoirs et savants. Les études sur la science en France, Paris, Presses Universitaires de France, 2005

16 Ce programme avait été élaboré au milieu des années soixante -dix par le directeur général du CNRS, Bernard Gregory, en collaboration avec le responsable du Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour étudier l’impact d’une avancée scientifique sur la société. Pour une présentation détaillée du contexte dans lequel le programme STS a été lancé et de son contenu, voir Kreimer P., op.cit.

17 Les données proviennent d’archives CNRS produites par les responsables du programme STS, par la direction du Département des sciences de l’homme et de la société et par la direction des affaires budgétaires.

18 «  Commissions interdisciplinaires du Comité national : un entretien avec Joël Bertrand, directeur général délégué à la science », La vie au CNRS, 15 février 2013 http://intranet.cnrs.fr/intranet/actus/150208-comite-national.html

19 Le rapport de conjoncture de la CID 53 est accessible en ligne : http://rapports-du-comite-national.cnrs.fr/rapport-conjoncture/rapport-de-conjoncture-2014/acceder-au-texte-integral-du-cid-53

20 Entretien avec Cécile Méadel, présidente de la Commission interdisciplinaire 53 (2012-2016), 7 octobre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/1084/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vilkas, « La politique scientifique du CNRS pour la « recherche sur la recherche » », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 118-130.

Référence électronique

Catherine Vilkas, « La politique scientifique du CNRS pour la « recherche sur la recherche » », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1084 ; DOI : 10.4000/hrc.1084

Haut de page

Auteur

Catherine Vilkas

Catherine Vilkas, ingénieur agronome et docteur en sociologie, est maître de conférences à l’Université de Limoges, membre du laboratoire GRESCO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals