Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Entretien avec Gérard Lemaine

Témoignage sur l’émergence de la sociologie des sciences en France
Interview with Gérard Lemaine. An account of the emergence of the sociology of science in France
Gérard Lemaine
p. 131-136

Résumés

L’action du CNRS en faveur de l’étude des sciences s’organise à la fin des années soixante. Alors à la tête du Groupe d’études et de recherches sur la science, Gérard Lemaine décrit ses premières enquêtes sur le travail scientifique, les disciplines et les controverses et s’interroge sur leur impact.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

D'où vient votre intérêt pour l'étude des sciences ? Comment s'est opérée la transition de l'étude des comparaisons interpersonnelles vers celle des milieux de recherche ?

1Mon domaine d'origine est effectivement celui de la psychologie sociale. Lorsqu'en 1961, je commence mes enquêtes sur les « milieux de recherche » c'est parce-que ceux-ci offrent, à mes yeux, des situations « naturelles » plus favorables que les situations « contraintes » de la psychologie sociale pour l'exploration des processus de comparaison sociale formulés en 1954 dans l'article d'un psychologue social américain. Cette théorie postule que, chez tout individu, il existe une tendance à estimer ce que l'on est et, lorsque manquent les moyens objectifs, on fera une telle évaluation, en se comparant à des gens semblables à soi.

2Ce désir « primordialiste » de se connaître aussi bien que possible me paraissait curieux au plan psychologique. Dans la recherche scientifique, se comparer à autrui vise plus à prendre de l'information pour définir une stratégie qu'à obtenir une connaissance désintéressée de soi. Sur la base d'une critique d'un modèle formulé en psychologie sociale, j'étais parvenu à des travaux dans les milieux de recherche qui me paraissaient les plus propices pour l'étude de la différenciation sociale au sens que nous donnons à cette expression (la science doit sans doute sa croissance autant à la différenciation qu'aux révolutions de Thomas Kuhn).

3L'ethnographe cherchant à comprendre les processus de différenciation sociale (je dirai aussi d'originalité sociale) sur ce terrain privilégié que me semblaient être les milieux de recherche sera très vite « capturé » par des thèmes comme l'organisation des laboratoires et équipes, la division du travail entre chercheurs et techniciens, les stratégies « hautes » et « basses » dans des lieux à dotation variable quant aux « talents » et ressources de toutes sortes, etc. Je serai conduit, à partir de 1963, à mettre en place une recherche par entretiens et questionnaires dans vingt laboratoires qui me permettra de publier quelques articles et de faire des exposés auprès de publics variés dont quelques comités de direction de laboratoires qui m'avaient ouvert leurs portes.

Au milieu des années soixante, la sociologie des sciences n'a pas encore d'existence en tant que spécialité en France. Comment parvenez-vous alors à obtenir le soutien du CNRS ?

4Suite à mes premières recherches, j'ai été invité à participer au deuxième colloque de Caen de novembre 1966 (le premier s'était tenu en 1956). Il était organisé par l'Association d'étude pour l'expansion de la recherche scientifique, et son thème général était : « Les perspectives de l'enseignement supérieur scientifique et de la recherche ». Plusieurs commissions avaient été mises en place et je ferai partie de la commission II intitulée « Les conditions d'efficacité de la recherche fondamentale ».

5Le président du colloque était André Lichnerowicz, professeur au Collège de France ; l'un des vice-présidents Jean-Louis Crémieux-Brilhac, directeur au secrétariat général du Gouvernement et le secrétaire général Michel-Yves Bernard, professeur au Conservatoire national des arts et métiers. Pour le choix et la préparation des thèmes, nous nous réunirons régulièrement, pendant plusieurs mois, chez A. Lichnerowicz, le samedi après-midi.

6À l’occasion de l'une des sessions du colloque, je présente les premiers résultats de mon travail sur les thèmes évoqués à l'instant : organisation, stratégies, division du travail. La séance terminée, un auditeur, Pierre Jacquinot, directeur général du CNRS, me fait savoir que ce type de recherche intéresse la direction du CNRS et il me recommande, si je souhaite donner suite à sa proposition, de me mettre en relation avec Pierre Bauchet, directeur scientifique pour les sciences sociales, ce que je ferai dès 1967. Plusieurs projets seront soumis dont l'un aboutira après 1968.

C'est donc à ce moment que germe l'idée de constituer un groupe de recherche dédié à l'étude des sciences ?

  • 1 Action spécifique A6580051. Les Actions spécifiques étaient créées par décision du directeur généra (...)

7Effectivement, c'est au cours de l'année 1969, que je mets en place avec le soutien conjugué du CNRS et de l'École pratique des hautes études (EPHE), 6ème section, présidée par Fernand Braudel (future EHESS) un groupe de recherche avec Bernard-Pierre Lécuyer et Alain Gomis pour mener à bien l'étude qui conduira au rapport Les voies du succès de 1972. Nous recevrons un financement de la direction du CNRS sur les crédits de la ligne budgétaire dite « souple »1. B.-P. Lécuyer, élève de Merton et Lazarsfeld à Columbia au début des années soixante, sera l'un des responsables du GERS puis il reprendra ses travaux d'histoire.

  • 2 Les Actions thématiques programmées seront, elles, mises en place en 1971 et leur définition est do (...)

8Les voies du succès doivent donc être replacées dans un effort de longue durée visant à comprendre le fonctionnement de la recherche, des institutions et laboratoires scientifiques et, à partir d'une certaine date, le CNRS jouera un rôle décisif pour notre entreprise et celle de beaucoup d'autres groupes2.

9Dans l'optique esquissée à l'instant, nous décidons, fin 1969, de faire une « ethnographie » de douze laboratoires, six en biologie, six en physique « légère » (la physique lourde posant des problèmes spécifiques d'organisation), chaque sous-ensemble dans un domaine étroit de la discipline, les unités retenues étant très différentes quant à la qualité. C'était donc un plan « expérimental » classique qui devait permettre d'évaluer ce qui, du point de vue sociologique, était imputable, pour le succès reconnu, au champ d'une part, à la « qualité » d'autre part, si nous acceptons que le « poids » des techniques était sensiblement égal pour les deux types de laboratoires. Comme nous l'avons dit plus haut, nous savions que la composition d'un laboratoire et les « frontières » entre domaines sont instables ou floues et donc, que, la prudence s'imposait quant à l'appartenance.

10Nous avons utilisé des listes d'unités établies par la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) et, grâce à plusieurs indicateurs et aux conseils de spécialistes, nous sommes parvenus à deux sous-ensembles dont la taille, raisonnable, autorisait le recours à des évaluations pour le choix final. Ce choix a été fondé sur trois types de jugements :

  1. ceux, directs, de chercheurs-enseignants, français et étrangers (de rang « élevé ») : pour ce premier ordre, il fallait tenir compte du registre utilisé par chaque expert ;

  2. les citations reçues par l'ensemble de l'unité grâce à l'utilisation du Science Citation Index (SCI). C'est là que nous avons été conseillés par Serge Feneuille, membre du Laboratoire Aimé Cotton. Si c'est la direction du CNRS qui nous propose son aide, ce sont les sociologues qui sollicitent un futur directeur général pour maîtriser un instrument d'utilisation difficile et fort peu connu en France à l'époque (nous sommes en 1970) ;

  3. les évaluations contenues dans les rapports sur les laboratoires remis aux commissions compétentes du CNRS (le soutien de Robert Chabbal, directeur scientifique pour la physique, futur directeur général, sera ici décisif).

11Ces trois expertises nous semblaient nécessaires pour éviter la confusion entre excellence et reconnaissance sur un critère, un piège classique que nombre de sociologues des sciences ne sauront pas toujours éviter. Je mentionne que la politique de la science et de l'enseignement, la prospective de champs nouveaux - la physique des milieux condensés par exemple - l'organisation des laboratoires (« lourds » et « légers »), les problèmes d'évaluation et beaucoup d'autres thèmes, furent discutés pendant plusieurs années dans le cadre d’un séminaire mensuel « Politique de la recherche » organisé par la direction du CNRS lorsqu’Hubert Curien en était le directeur général. B. Lécuyer et moi-même y furent invités et on nous demanda deux exposés. Nous serons, entre 1971 et 1973, très assidus aux réunions de ce séminaire connu comme « le séminaire Chabbal » qui se tenait au Quai Anatole France. Je serai aussi membre du « Club de Gif », un groupe de travail qui se réunissait périodiquement à l'initiative de la DGRST sur les problèmes de recherche sur la recherche. La première réunion s'était déroulée au château de Gif-sur-Yvette, d'où la désignation.

Vous avez évoqué vos liens indirects, à travers B.P.Lécuyer, avec Lazarsfeld et surtout Merton, tous deux bien établis à l'université Columbia à New York. Cette tradition américaine de sociologie des sciences a-t-elle été utile pour vos travaux ?

12Les travaux de R.K. Merton (1957) sur l'originalité, la compétition, la priorité et la reconnaissance en science ont été, dans cette période des années soixante, décisifs pour mes orientations et il était pour le moins réconfortant de lire chez un autre sociologue, Warren Hagstrom, qui se réclamait de Merton entre autres, que la composition et, disions-nous alors, la comparaison à autrui assuraient la dispersion des chercheurs dans le champ des travaux possibles. Les idées de Joseph Ben David sur le rôle des facteurs organisationnels dans la « croissance » de la science ont été également une source d'inspiration.

13Merton est souvent considéré comme le — ou l'un des — fondateur(s) de la sociologie de la science. La science sera pour lui une activité sociale dans un sous-système autonome doté d'une structure normative, l'ethos de la science. Cet ethos ne vient pas des qualités personnelles mais d'une régulation sociale sans laquelle la science ne pourrait pas être ce qu'elle est. L'idée de l'hétérogénéisation des espaces sociaux n'était pas très originale puisqu'on la trouve chez Durkheim mais ces instruments d'analyse nous permettront de « sociologiser » certains points de la controverse entre Karl Popper et Thomas Kuhn. Il nous semblait que Kuhn avait indûment rendu monolithique ce qu'il appelait la « science normale » dans un « paradigme » et que Popper avait quelque raison d'insister sur la non-acceptation d'un dogme à la Kuhn et sur la pluralité des théories et modèles dans un domaine donné, sur les « emprunts » de notions et techniques entre champs et la non-clôture et même le « chevauchement » des communautés.

Cette sociologisation d'un débat initialement philosophique vous amène à développer des recherches centrées, tout autant sur les connaissances produites par les chercheurs, que sur les formes de leur organisation collective. On retrouve ce positionnement avec le réseau Parex au début des années soixante-dix ?

  • 3 Clemens Heller aura un rôle déterminant pour ce qui est décrit ici, pas seulement pour les publicat (...)

14Le réseau Parex (contraction de Paris-Sussex) que j'ai créé avec Roy McLeod en 1970, sur une base d'abord franco-britannique avant de s'élargir au niveau européen, a constitué une étape importante. Il s'agit sans doute de l'un des premiers réseaux internationaux de chercheurs travaillant dans le domaine de la sociologie des sciences et des politiques scientifiques. À relire aujourd'hui les bulletins Parex Informations (publiés à l'époque par la Maison des sciences de l’homme3), il est facile de percevoir l'effervescence intellectuelle de la période.

15Avec Perspectives on the Emergence of Scientific Disciplines (en 1976) et, plus encore, Stratégies et choix dans la recherche. À propos des travaux sur le sommeil (1977) j'avais choisi de m'intéresser à l'écheveau de facteurs qui contribue à définir le cours de l'activité scientifique. Mes travaux, à cette époque, bénéficiaient du soutien du CNRS (notamment avec l'ATP « Recherche scientifique et économie publique ») et de la DGRST. Dans la préface qu'il a donné à l'ouvrage de 1977, Eugene Aserinsky, l’un des pionniers de l'étude du sommeil, a bien décrit quelle était mon intention : saisir la trame de la science dans toute sa complexité et, pour ce faire, s'appuyer au mieux sur la connaissance du domaine de recherche, sa dimension proprement cognitive, alliée à celle de l'organisation collective de ses principaux acteurs. Ma conviction était - et est toujours - qu'on ne peut faire de la bonne sociologie des sciences que si l'on fait l'effort de comprendre et de suivre dans le détail (au moins une fois) les travaux théoriques et empiriques d'un champ donné.

16Notre étude sur le sommeil, et en particulier sur les travaux de M.Jouvet à Lyon et G.Moruzzi à Pise, a permis de montrer la limite des approches par « paradigme ». Le savoir sur le sommeil ne s'est pas constitué à l'intérieur d'une communauté bien délimitée qui aurait adhéré à un paradigme. Au contraire le sommeil constitue si l'on peut dire un « lieu » de convergence de découvertes faites dans des disciplines ou des domaines hétérogènes par des micro-communautés distinctes, mais non étanches, qui transfèrent des techniques, utilisent les savoirs élaborés ailleurs, modifient leurs conceptions en fonction de ces savoirs nouveaux. C'est toute cette dynamique que j'ai cherché à saisir dans le domaine de la neurophysiologie du sommeil.

De l'étude de l'hétérogénéité des communautés à celle de la division du travail scientifique, il y a un pas que vous franchissez avec l'ouvrage Noopolis en 1982 ?

17En réalité il n’y a pas eu deux périodes de recherche vraiment distinctes. Même si l'ouvrage Noopolis a été publié tardivement, il s'agit d'un travail débuté au milieu des années soixante-dix. Le hasard voulut qu'en 1975, le CNRS propose une ATP « Recherche sur la recherche : l'organisation du travail et la division des tâches dans la recherche ». Le financement obtenu m'a permis de recruter pendant près de deux ans un collaborateur qui débuta son travail à partir de 1976. Ce travail était l'occasion de revenir sur les pistes de recherches développées collectivement dans Les voies du succès sur la base d'un nouvel échantillon. Il comportait deux volets complémentaires : l'un à base d'entretiens avec des chercheurs dans des laboratoires de physique, de chimie et de biologie ; l'autre à base de questionnaires dans vingt laboratoires dans les domaines indiqués. Nous partions de l'oubli, surprenant, par la plupart des sociologues de l'époque, de la division du travail et de la relation entre les chercheurs et les techniciens professionnels (aucune de ces catégories n'étant homogène).

18Autant la question des hiérarchies professionnelles dans la science était investie idéologiquement — il faut se souvenir des bulletins Labo contestation ou Impascience publiés durant cette période —, autant elle paraissait peu traitée sociologiquement. Il y avait des questions inédites à aborder : par exemple ce que la délégation de travaux techniques pouvait dissimuler au chercheur quant à la signification de certains résultats, quant à certaines possibilités opératoires, etc.

19Cela a permis de mettre en évidence que la nature des relations qui se tissent entre chercheurs et techniciens ne peut se comprendre sans tenir compte de la spécificité des espaces professionnels caractéristiques de ces acteurs. Les organisations scientifiques sont certes « ouvertes » mais, à l'intérieur, les chercheurs et les techniciens ne sont pas soumis aux mêmes pressions, ni aux mêmes exigences. J'ai beaucoup insisté sur la complexité de l'espace de recherche scientifique. Cet espace est composé de « dimensions » qui ne changent pas forcément de manière synchrone. Et si l'on s'inscrit dans la durée, mieux vaut parler d'espaces qui vont avoir des configurations différentes, tant du fait de l'action des chercheurs, que de celle de leurs pairs œuvrant dans le même champ ou des champs voisins, les distances, les frontières, les pertinences jugées se modifiant au cours du processus de recherche.

Les sociologues des sciences ont l'habitude de décrire le développement de leur spécialité comme une succession de « vagues » : la vague des « études de laboratoire », celle des « études de controverse », etc. Vous avez vous même contribué à cette seconde vague dans les années quatre-vingt ?

  • 4 La notion d'« héritabilité » a de nombreux sens selon les hypothèses initiales. Notée H2 (par certa (...)

20Les débats sur l'hérédité de l'intelligence reprennent effectivement à ce moment-là. Ils seront l'opportunité d'un travail sur une controverse « interminable » (et houleuse), une enquête sociohistorique dont le point de départ est à chercher chez Galton. C'est lui qui définit les termes du problème tels qu'ils sont encore parfois posés aujourd'hui : l'opposition entre « nature » et « nurture », c’est-à-dire entre « génétique » et « environnement ». L'étude du déroulement de cette controverse était pour moi l'opportunité d'identifier les frontières à la fois floues et variables d'une communauté scientifique qui ne pouvait être totalement isolée d'un contexte sociohistorique. Pour ne prendre qu'un exemple, comment ne pas voir que, derrière la vivacité des polémiques sur l'héritabilité de l'intelligence,4 se cachent des problèmes plus profonds, tels que la légitimité des politiques de discrimination positive, le souci de l'identité phénotypique, la peur du mélange, etc. ? En 1985, nous publierons Hommes supérieurs, Hommes inférieurs, livre dans lequel nous tentons de retracer les points de vue sur les champs auxquels nous venons de faire allusion.

21La sociologie des sciences, tout au long de cette période, a été elle-même controversée pour son « relativisme ». Il suffit de se rappeler l'intensité de la fameuse « guerre des sciences » occasionnée par le canular, en 1996, du physicien américain Alan Sokal. J'ai dû, avec d'autres, résister à la vague du relativisme pour lequel, en simplifiant quelque peu, la vérité n'est que le consensus. Ce courant se situait à l'intersection de l'ethnométhodologie, de la sociologie compréhensive et d'une certaine philosophie américaine. Les relativistes ont permis de poser des problèmes intéressants :

  • Comment s'établit un consensus ?

  • Qu'est-ce qu'une réplication d'expérience ?

  • Comment sont menées les controverses ?

  • Quels sont les rôles des arguments, des rapports de force, etc. ?

22Mais passée la formulation des questions ci-dessus, il reste à avancer des réponses convaincantes. Or, si les chercheurs ne sont pas des machines logiques ni des personnes qui respecteraient les formules normatives des épistémologues, ils ne font pas n'importe quoi et les productions scientifiques ne sont pas équivalentes.

Avec le recul, quelle influence peut avoir l'étude des sciences sur le cours des sciences ?

23Les enquêtes des sociologues apportent parfois des informations et des idées nouvelles sur le fonctionnement et les dysfonctionnements des institutions. Il faut, bien sûr, rester modeste sur le contenu et comprendre qu'il n'est pas aisé, pour les décideurs, d'inscrire une suggestion de sociologue dans un dispositif organisationnel complexe.

  • 5 Dans les années quatre-vingt, les contrats sur science et recherche se tariront, notamment avec la (...)

24Le CNRS a été généreux avec nous, même s'il s'agissait de sommes bien modestes pour son budget5. Personnellement je n'ai jamais pensé qu'un sociologue pouvait être le conseiller du Prince et j'ai toujours été satisfait de mener à bien des études qui m'intéressaient et qui ont connu quelque diffusion auprès de mes pairs.

25Il reste que j'aimerais savoir si « quelque part » les travaux financés par le CNRS en sociologie, économie, ... ont pu infléchir, enrichir, modifier ou tout ce que l'on veut, des positions et/ou des états de fait préexistants. Même si cette entreprise serait intrinsèquement difficile, pourrait-elle être tentée pour satisfaire les sociologues, au moins ?

Haut de page

Notes

1 Action spécifique A6580051. Les Actions spécifiques étaient créées par décision du directeur général après avis du Comité de direction. Le contrôle financier ne s'exerçait pas a priori. Les engagements scientifiques ou budgétaires du directeur général étaient soumis dans les quarante-huit heures au contrôleur financier qui délivrait presque toujours son visa.

2 Les Actions thématiques programmées seront, elles, mises en place en 1971 et leur définition est donnée dans : Joëlle Lombard-Platet, « Les actions thématiques programmées », Le Courrier du CNRS, n°1, 1971, p. 7-9. Je cite : « elles constituent un nouveau mode d'intervention permettant de donner des impulsions dans des domaines bien définis le long d'axes de recherche considérés comme prioritaires et d'orienter vers ceux-ci des équipes de recherche appartenant éventuellement à des disciplines différentes ». Pour les études sur « la science », notre groupe bénéficiera de crédits de plusieurs ATP. L'une d'elles, « Étude des communications entre disciplines », nous permettra de réaliser une étude approfondie d'un laboratoire de neurophysiologie (ATP n°A6556B02). Nous étions aidés également pour ce travail par la DGRST « Études et recherches pour le compte de la DGRST » (convention n°737111401). Grâce à l'ATP, « Recherche sur la recherche » -L'organisation du travail et la division des tâches dans la recherche - nous pourrons mener à son terme l'exploitation des données de nos enquêtes des années soixante (cf. supra, ATP n°2153).

3 Clemens Heller aura un rôle déterminant pour ce qui est décrit ici, pas seulement pour les publications de Parex.

4 La notion d'« héritabilité » a de nombreux sens selon les hypothèses initiales. Notée H2 (par certains auteurs), cette notion correspond à un rapport entre variance génétique et variance phénotypique (pour un trait et une population donnée).

5 Dans les années quatre-vingt, les contrats sur science et recherche se tariront, notamment avec la disparition de la DGRST.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Lemaine, « Entretien avec Gérard Lemaine », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 131-136.

Référence électronique

Gérard Lemaine, « Entretien avec Gérard Lemaine », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1093

Haut de page

Auteur

Gérard Lemaine

Gérard Lemaine, fondateur du Groupe d'études et de recherches sur la science (GERS), est ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il est à l'origine, avec Roy McLeod, du réseau de recherche européen Parex qui deviendra, au milieu des années soixante-dix, l'European Association for the Study of Science and Technology (EASST). Parmi ses publications : Perspectives on the Emergence of Scientific Disciplines, Mouton & Co - Maison des sciences de l’homme, 1976 (avec Roy Macleod, Michael Mulkay et Peter Weingart) ; Stratégies et choix dans la recherche. À propos des travaux sur le sommeil, Mouton & Co - Maison des sciences de l’homme, 1977 ; Noopolis. Les laboratoires de recherche fondamentale : de l'atelier à l'usine, Éditions du CNRS, 1982 ; Hommes supérieurs, hommes inférieurs : la controverse sur l’hérédité de l’intelligence, Armand Colin, 1985 (avec Benjamin Matalon).

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals