Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Entretien avec Terry Shinn

Témoignage sur l’émergence de la sociologie des sciences en France
Interview with Terry Shinn. An account of the emergence of the sociology of science in France
Terry Shinn
p. 137-141

Résumés

L’effervescence intellectuelle du domaine Science-technique- société marque une génération de chercheurs dans les années soixante-dix. Terry Shinn, ancien élève de Fritz Ringer, rappelle la dynamique internationale du domaine et certaines des controverses qui continuent parfois à l’agiter.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Revenons tout d’abord sur votre arrivée en France à la fin des années soixante. Quelle est votre formation initiale ? De quelle manière percevez-vous alors le milieu des études sur la science de l’époque ?

  • 1 cf. Ringer F., The Decline of the German Mandarins: The German Academic Community, 1890-1933, Harva (...)
  • 2 Shinn T., Savoir scientifique et pouvoir social. L'École polytechnique (1794-1914), Presses de la F (...)

1Ma formation initiale est ancrée dans les domaines de la physique et de l’histoire, puis principalement de l’histoire. J’étais alors étudiant sous la direction de Fritz K. Ringer, qui était la fois un sociologue et historien des idées à l’université de l’Indiana puis à l’université de Boston1. Il travaillait notamment à l’époque sur la transformation des systèmes éducatifs en France et en Allemagne. Ce qui m’intéressait chez Ringer, c’était la manière dont il parvenait à faire tenir ensemble l’étude des dimensions organisationnelles et intellectuelles, des structures et des connaissances. J’ai essayé, pour ma thèse sur l’École polytechnique2 comme pour mes recherches ultérieures, de conserver cette ligne directrice. Ce qui me place, j’imagine, dans la continuité de la sociologie de la connaissance allemande que Ringer a contribué à importer aux États-Unis. Les raisons exactes de ma venue en Europe sont liées au contexte politique de l’époque — notamment la guerre du Vietnam — mais également à mon intérêt général pour la diversité et la vivacité de la vie intellectuelle en Allemagne comme en France. En 1971, j’ai obtenu une bourse pour venir étudier les archives de l’École polytechnique. Mon idée était de travailler sur les transformations dans l’orientation thématique de cet établissement en lien avec les dimensions sociopolitiques. À l’époque, le milieu dans lequel je travaillais était fortement internationalisé. J’ai connu très tôt des historiens tels que John L. Heilbron, Paul Forman mais également des sociologues comme Richard Whitley, Peter Weingart ou Helga Nowotny. En France, au même moment, il n’y avait pas encore grand-chose. Fritz Ringer connaissait Pierre Bourdieu et c’est en me rendant pour la première fois à la Maison des sciences de l’homme, boulevard Raspail à Paris, que j’ai rencontré, par hasard, Bernard-Pierre Lécuyer, qui m’a par la suite mis en contact avec Gérard Lemaine.

Au début des années soixante-dix l’heure était-elle déjà aux STS ?

  • 3 Le premier volume de cette collection est publié en 1977 sous le titre The Social Production of Sci (...)

2C’était effectivement la période d’émergence des STS : une période très dynamique. Il était très facile de percer, mais cela dépendait, bien entendu, des personnes qu’on croisait. En 1973 Gérard Lemaine m’a, par exemple, invité à une réunion du réseau de recherche Parex où j’ai pu présenter mes travaux. J’ai fait rapidement connaissance de l’ensemble des chercheurs associés à Parex. J’ai également été très tôt invité à faire partie du comité de rédaction du Sociology of Sciences Yearbook3. J’ai également interagi avec le GERSULP, le groupe de Beaudoin Jurdant. Après il y a eu les ATP, les ACC, mon entrée au CNRS dans la section de sociologie et, au début des années quatre-vingt, le lancement du programme STS. Il était très facile d’obtenir des financements de recherche. Il y avait une effervescence intellectuelle remarquable. Je commençais à développer une approche comparée de la formation polytechnique et des écoles supérieures d’ingénierie, comme de physique et chimie. C’étaient des questions qui intéressaient beaucoup de gens, y compris des physiciens. L’époque était à l’ouverture et à la curiosité tous azimuts… On avait le sentiment d’être légitime dans notre curiosité et qu’à la possibilité de poser beaucoup de questions correspondrait, d’une façon ou d’une autre, la possibilité d’obtenir beaucoup de résultats. Cela marque une vie intellectuelle je crois.

Vous avez évoqué rapidement votre participation au comité du Sociology of Sciences Yearbook. La première collection internationale d’ouvrages dédiée à l’étude des sciences. Richard Whitley a décrit les origines mais également quelques épisodes marquants de la vie de ce comité, notamment à Berlin…

3J’ai effectivement noué très tôt des collaborations avec des membres de l’Académie des sciences de l’ancienne Allemagne de l’Est. J’ai toujours beaucoup d’amis là-bas. La collection Yearbook était une opportunité pour entretenir et renforcer ces liens. Pour l’anecdote, nous avions prévu, à la fin de l’année 1989, une réunion du comité à Berlin, au moment même de la chute du mur. Inutile de dire que cet évènement a permis de renforcer nos collaborations. Dans son article rétrospectif, Richard Whitley évoque notamment ma traversée à pied du no man’s land, sous le regard sans doute médusé des gardes armés…

Revenons un instant sur la période des années 1970. Cette époque est l’occasion de débats parfois très vifs entre sociologues et philosophes, notamment suite à la relecture sociologique des travaux de l’historien et physicien Thomas Kuhn. Quelle était votre position par rapport à ces controverses ?

4Je n’ai jamais adhéré à l’approche des sciences développée par Thomas Kuhn. Cela me semblait très systématique, très idéologisant. La structure des révolutions scientifiques donne, au final, une image très statique des connaissances. Cela ne représente pas bien les nuances de la recherche scientifique. C’était sans doute le travail d’un physicien, mais pas d’un historien. Je reste, de ce point de vue, très proche de Paul Forman qui est un opposant radical à la théorie Kuhnienne. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de chances dans ma rencontre avec Forman. À l’époque je commençais un peu à travailler sur les instruments scientifiques et Paul était justement conservateur des collections d’instruments de physique au Smithsonian Museum. Mon désintérêt pour Kuhn ne signifie pas pour autant que je me désintéressais des débats entre philosophie et sociologie des sciences. L’étude des raisonnements, des façons de formuler et de résoudre des problèmes ont toujours été au centre de mes recherches depuis ma thèse sur l’École polytechnique jusqu’à mes derniers travaux sur les nanosciences. Ce qui est intéressant, c’est précisément d’essayer de saisir la pensée en acte, les déplacements des frontières dans la pensée, du point de vue intellectuel bien sûr mais également institutionnel. Ma formation initiale en physique a été d’ailleurs très utile pour suivre les raisonnements des chercheurs.

Vous soulevez ici un problème qui intéresse de nombreux apprentis sociologues des sciences. Jusqu’à quel point le sociologue doit-il se faire physicien pour étudier la physique, biologiste pour étudier la biologie, etc. ? Quel type de rapport le sociologue doit-il entretenir avec les acteurs et savoirs qu’il étudie ?

  • 4 Collins H., Gravity's Shadow: the Search for Gravitational Waves, University of Chicago Press, 2004

5Dans les années soixante-dix, mais c’est parfois encore le cas aujourd’hui, il y avait un problème avec l’approche élaborée autour de Bruno Latour pour étudier les laboratoires de recherche. Ces études étaient fondées sur une analyse de rhétorique et de pouvoir à l’intérieur d’un laboratoire. Il leur manquait un regard détaillé et fin sur la formulation des questions de recherche, les conditions limites d’une question, les difficultés à faire les manips, la complexité des discussions entre les chercheurs observés… Tout cela n’est pas réductible à une question de rhétorique ou de pouvoir. J’ai trouvé que le travail de Harry Collins, par exemple sur les ondes gravitationnelles, était bien meilleur4. C’est une étude très soignée. Il connaissait bien le domaine. Il a pris le temps de prendre en compte les difficultés d’observation. Il y a de bonnes études de laboratoire et d’autres qui sont tout simplement mal formulées. En France par exemple, l’étude de Gérard Lemaine sur Les voies du succès était sans doute novatrice au début des années soixante-dix mais encore trop statique, trop figée. L’équipe de Lemaine était trop influencée par l’approche sociologique définie aux États-Unis par Robert K. Merton, laquelle a eu tendance à tout penser en termes de normes et de standards. Si ces normes et ces standards étaient réels, ils briseraient tout simplement les connaissances scientifiques. C’est un cadre théorique trop rigide et largement incomplet. La même remarque vaut pour Pierre Bourdieu et son article sur le « champ scientifique » publié en 1976. Il est impossible d’utiliser ce cadre théorique dans sa forme initiale de manière rigoureuse : il s’agit d’une orientation précieuse, mais cela ne demeure qu’une orientation malgré tout. J’aime la dynamique, le mouvement, le doute. Je crois que cela exprime bien la manière dont la science est faite. Pour revenir à ta question, il me semble difficile pour un sociologue ou un historien des sciences de faire l’économie d’un apprentissage patient du domaine étudié. Ce travail peut, bien sûr, se faire progressivement.

D’où vient votre intérêt pour la recherche technico-instrumentale ? Dans quelle mesure votre travail sur les instruments scientifiques ouvre-t-il la voie à une réflexion plus large sur la diversité des régimes d’activité scientifique ?

6J’ai entendu parler assez tôt du grand électro-aimant de Bellevue et du travail d’Aimé Cotton. Il y a des archives magnifiques à l’École normale supérieure et j’ai travaillé sur le sujet pendant des années. J’ai d’ailleurs dans mes tiroirs, un ouvrage sur le sujet… Je me suis intéressé en particulier aux échanges entre les chercheurs autour de ce premier grand instrument de physique en France. Ils m’ont convaincu du caractère « transversal » de l’instrument. Qu’ils viennent de physique, de chimie, de l’optique, etc., tous ces chercheurs perçoivent l’instrument comme un dispositif qu’ils peuvent se réapproprier pour leurs propres travaux. Dans les années cinquante, cet instrument a d’ailleurs servi de base pour élaborer un instrument de spectroscopie par transformée de Fourier. Cette idée de transversalité n’est à vrai dire pas de moi, je la tire de la correspondance de Cotton lui-même. Il parle explicitement d’un « instrument de recherche transversal »… Cela sort des archives. Il fallait donc commencer par comprendre les différents domaines dans lesquels cet instrument était utilisé. C’étaient des domaines à la fois très marqués d’un point de vue disciplinaire et très appliqués. Il s’agissait de suivre la manière dont l’instrument « circulait » à l’intérieur des différentes communautés. Et cela a suggéré progressivement l’idée des régimes.

Pouvez-vous décrire plus précisément la nature du régime transversal en science de même que son rapport avec un régime nettement plus connu, celui des disciplines scientifiques ?

  • 5 Whitley R., The Intellectual and Social Organizations of the Sciences, Oxford University Press, 198 (...)

7Il est certain que le régime disciplinaire des sciences est celui que nous connaissons le mieux. Il y a des raisons à cette relative évidence des disciplines. Elles sont généralement structurées autour d’institutions bien identifiées et dotées d’une certaine stabilité. Elles sont enracinées dans les laboratoires, les départements universitaires, etc. Et bien souvent il paraît pertinent de les aborder à partir de cadres théoriques issus de l’analyse de structures organisationnelles d’institutions non scientifiques. C’est ce qu’a fait par exemple Richard Whitley5. Le régime transversal qui m’intéresse en particulier, la recherche technico-instrumentale, fonctionne parallèlement au régime disciplinaire. Il remonte au moins à un siècle et demi, apparaissant d’abord en Allemagne puis, très rapidement, en Grande-Bretagne, en France et aux États-Unis. Les activités associées au régime transversal n’ont pas le type de visibilité et de stabilité propre au régime disciplinaire. Ses praticiens tirent leur identité, pour l’essentiel, des projets auxquels ils collaborent. Ils disposent d’une grande liberté de déplacement à l’intérieur de l’espace social et matériel des sciences et techniques, comme j’ai pu le montrer il y a quelques années maintenant, pour le cas de Jesse Beams à l’origine de l’ultracentrifugeuse moderne. Comme son inventeur, l’ultracentrifugeuse a traversé de multiples frontières : l’instrument disposait d’une forme de flexibilité, une généricité, qui rendait possible sa réappropriation dans des contextes très variés.

Vous avez exposé votre approche générale des régimes de l’activité scientifique d’abord dans des articles pour la Revue française de sociologie ou Social Science Information puis, en 2005, dans l’ouvrage coécrit avec Pascal Ragouet intitulé Controverses sur la science

  • 6 Gibbons M., Limoges C., Nowotny H., Schwartzman S., Scott P., Trow P., The New Production of Knowle (...)

8Je crois que mes travaux montrent à quel point, pour moi, la théorie n’est pas une fin en soi. Même si j’apprécie la valeur esthétique d’une théorie — par exemple chez Talcott Parsons ou Niklas Luhman —, pour mon propre travail je mobilise un nombre limité de concepts établis déductivement pour parler de manière cohérente de la diversité de l’activité scientifique. L’approche par régimes permet, selon moi, de mettre en évidence ce qui est stable et ce qui est dynamique dans l’activité scientifique. Elle permet de définir un cadre relativement souple, élastique, dans lequel les frontières peuvent se déplacer sans pour autant disparaître. L’ouvrage écrit avec Pascal avait également pour but de critiquer une certaine orthodoxie, un « prêt à penser » alors en vogue dans l’étude des sciences, notamment la célèbre théorie du « mode 2 » développée par Michael Gibbons et Helga Nowotny au début des années quatre-vingt-dix6. On m’a posé beaucoup de questions sur cette orthodoxie. Il y a des personnes qui, lors de mes interventions, sont sorties en claquant la porte, mais je ne retire rien. On peut être en désaccord et avoir du respect pour l’autre. Mon désaccord, avec Nowotny par exemple, ne m’empêche pas de discuter avec elle.

On a l’impression que, contrairement à la période 1985-1995, marquée par la grande diversité de vos objets (la vulgarisation scientifique, l’internationalisation de la recherche, la simulation, etc.), la période qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui correspond à une focalisation sur la recherche technico-instrumentale et les nanosciences. Cette impression est-elle exacte ?

9Effectivement, même si j’en prends davantage conscience aujourd’hui, il y avait une grande liberté dans les années 1980-1990. Quand le système était en effervescence et les moyens relativement accessibles, tout sujet méritait potentiellement d’être étudié. Je n’avais de compte à rendre à personne, sinon à ma propre curiosité scientifique. La situation est aujourd’hui nettement plus contrainte. Le nombre de personnes, de publications, de maisons d’éditions qui publient dans le domaine de l’étude des sciences semble en régression inquiétante. La situation en Angleterre n’est pas florissante non plus. Richard Whitley par exemple, n’a pas eu la possibilité de travailler dans un département de sociologie, mais dans une Business School. À l’origine mon intérêt pour les nanosciences est lié à un projet centré sur les transformations contemporaines de la science mais également à la nécessité d’obtenir des contrats de recherche pour des collègues allemands. Et puis, progressivement, c’est devenu un vrai projet qui m’a occupé pendant des années. L’ouvrage qui vient d’être publié cette année chez Oxford University Press, constitue l’aboutissement d’un travail de recherche entamé en 2007, le 23 juillet exactement, suite à un financement initial de la Fondation Volkswagen. Bien sûr, pour cette recherche, j’ai mobilisé mon expérience et mes outils conceptuels forgés depuis des années — l’étude des raisonnements, des instruments, des frontières, etc. —, mais la réflexion sur les nouvelles disciplinarités, le rôle des images et des formes c’est quelque chose de vraiment original. Le manuscrit a été d’abord soumis aux presses du MIT. Ils venaient de publier un très bon livre sur l’histoire de la chimie quantique. Mais ils ne l’ont pas pris. On s’est tourné ensuite vers Oxford University Press et là les choses ont été très vite.

Que reste-t-il aujourd’hui de l’effervescence intellectuelle des années soixante-dix autour des objets scientifiques et techniques ?

10Si le domaine reste, aujourd’hui comme hier, passionnant, il me semble que, collectivement, nous n’avons pas toujours réussi à assurer le renouvellement des générations de chercheurs. Il ne s’agit d’ailleurs pas simplement d’emploi scientifique mais également de mentalité ou d’intérêt. Le type de sociologie des sciences qui m’intéresse n’est pas en voie d’extinction, mais il est sans doute moins représenté que par le passé. Aujourd’hui, il est énormément question de politique, de business, de culture… Rien de tout cela ne m’intéresse vraiment. Plus fondamentalement, nous n’avons, me semble-t-il, pas toujours réussi à transmettre le degré de cohésion qui était le nôtre durant cette période : la possibilité de débattre de tout collectivement, de discuter sans difficultés. Lorsqu’on voit la difficulté qu’il y a par exemple à trouver le successeur de Michael Lynch à la tête de Social Studies of Science… Il y a sans doute un changement dans la communauté. Peut-être que chacun est devenu son propre entrepreneur en perdant paradoxalement de vue la dimension proprement collective de l’activité scientifique.

Haut de page

Notes

1 cf. Ringer F., The Decline of the German Mandarins: The German Academic Community, 1890-1933, Harvard University Press, 1969; Ringer F., Fields of Knowledge: French Academic Culture in Comparative Perspective, 1890-1920, Cambridge University Press, 1992.

2 Shinn T., Savoir scientifique et pouvoir social. L'École polytechnique (1794-1914), Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1980 (préface de François Furet).

3 Le premier volume de cette collection est publié en 1977 sous le titre The Social Production of Scientific Knowledge. Pour un retour sur l'histoire de cette collection, cf. Whitley R., «The Sociology of the Sciences Yearbook: A personal Retrospective», in Joerges B., Nowotny H. (eds), Social Studies of Science and Technology: Looking Back, Ahead, Springer, 2003.

4 Collins H., Gravity's Shadow: the Search for Gravitational Waves, University of Chicago Press, 2004.

5 Whitley R., The Intellectual and Social Organizations of the Sciences, Oxford University Press, 1984.

6 Gibbons M., Limoges C., Nowotny H., Schwartzman S., Scott P., Trow P., The New Production of Knowledge. The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, Sage, 1994. Pour ces auteurs, un nouveau mode de production de connaissances, appelé Mode 2, se serait substitué au cours du XXe siècle au mode de production traditionnel (essentiellement disciplinaire), appelé Mode 1. Le Mode 2 est notamment centré sur la finalité pratique de l'activité scientifique et mobilise un nombre croissant d'acteurs extra académiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Terry Shinn, « Entretien avec Terry Shinn », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 137-141.

Référence électronique

Terry Shinn, « Entretien avec Terry Shinn », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1097 ; DOI : 10.4000/hrc.1097

Haut de page

Auteur

Terry Shinn

Terry Shinn est sociologue des sciences, directeur de recherche CNRS émérite au GEMASS (Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne). Il vient de publier (avec Anne Marcovitch) : Toward a New Dimension. Exploring the Nanoscale, Oxford University Press, 2014. Il est également l’auteur (avec Pascal Ragouet) de Controverses sur la science. Pour une sociologie transvervaliste de l’activité scientifique, Raisons d’agir, collection "Cours et travaux", 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals