Navigation – Plan du site
Dossier : Rayonnement synchrotron - de Frascati à Soleil (1963-2013)
Varia

La Maison archéologie et ethnologie, René-Ginouvès : regard sur sa naissance et, déjà, ses quinze ans.

René Ginouvès Institute for archeology and ethnology: coming back on its first 15 years of existence
Pierre Rouillard
p. 73-82

Résumés

La création de la Maison archéologie et ethnologie René-Ginouvès naît de diverses initiatives de chercheurs et universitaires confrontés à des besoins épistémologiques et matériels, notamment une absence de bibliothèques cohérentes en archéologie, ou des locaux inadaptés et dispersés. Le choix de Nanterre tient à la rencontre de deux professeurs, l’un d’archéologie, René Ginouvès et l’autre d’ethnologie, Éric de Dampierre, qui associent archéologues, ethnologues, préhistoriens, spécialistes des langues anciennes et historiens des époques anciennes et médiévales. La Maison, est créée le 1er janvier 1996 avec trois tutelles, le CNRS, les universités de Paris X-Nanterre et de Paris I Panthéon Sorbonne, et réunit une UMS (devenue USR) et cinq UMR. Elle est membre du réseau national des Maisons des sciences de l’Homme. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Écrivant cela, je tiens à rappeler que je ne saurais me situer dans ce cas, car avant de rejoindre (...)
  • 2 La rédaction de ce texte a nécessité la consultation des archives de la MAE et de celles de l’unive (...)

1Écrire une histoire de la Maison René-Ginouvès, archéologie et ethnologie, créée par convention entre le CNRS, l’université Paris X-Nanterre et l’université Paris I Panthéon-Sorbonne le 1er janvier 1996 et inaugurée le 19 mai 1998, invite à puiser dans les histoires de plusieurs disciplines affines et à réfléchir sur la place, avec leurs forces et leurs faiblesses, d’institutions qui entretiennent entre elles des relations complexes. Une histoire courte, disons l’espace d’une génération, mais qui a ses racines dans les années soixante ; cela peut alors être perçu comme le temps d’une vie de chercheur1… De fait vont se croiser des débats internes, notamment dans les milieux respectifs des archéologues et des préhistoriens, les discussions suscitées par la structuration du CNRS et celles qui ont animé les relations entre les universités et les organismes de recherche et, dans ce cas précis, le CNRS. Cette Maison est née, tout à la fois, des initiatives des chercheurs et des universitaires, confrontés à des besoins, tant épistémologiques que matériels - notamment en bibliothèques- exprimés dès les années soixante, et désireux de réunir leurs enseignements parfois éclatés entre facultés des lettres et facultés des sciences ; de la volonté politique de directeurs scientifiques du Département SHS du CNRS et, enfin, de celle de deux universités, Paris I Panthéon – Sorbonne et Paris X - Nanterre (devenue ensuite université Paris Ouest, Nanterre La Défense). Il est bien certain qu’à côté de la résolution des chercheurs et des universitaires – et là le rôle des animateurs des Nouvelles de l’archéologie, revue née en 1979, fut essentiel - , une détermination institutionnelle d’organiser le secteur des sciences humaines et sociales était indispensable pour construire les outils nécessaires ; tel fut le cas avec le ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie à la fin des années quatre-vingt-dix. Le résultat est un bâtiment destiné à recevoir des archéologues et des ethnologues, des préhistoriens, des spécialistes des textes anciens et de l’histoire ancienne et médiévale et des organes de publications sur un espace de 5 650 m2 utiles doté de 265 postes de travail2.

2Le cheminement jusqu’à l’installation au printemps 1998 a été long et peut être décliné en cinq grandes phases, toutes scandées par autant de replis que d’avancées : la première, des années soixante à 1989, est celle de la demande, de la revendication, du choix du site et, finalement, de l’architecte ; puis il a fallu, en 1992, que les pouvoirs publics confirment une localisation aux marges de Paris ; ensuite, de 1994 à 1996, une fois la première pierre posée, université et CNRS ont expérimenté, parfois dans la douleur, une politique de collaboration ; et si tous ces temps étaient traversés de débats sur l’organisation des recherches, il a fallu attendre les années 1998-1999 pour que les équipes s’organisent entre elles.

3Pouvait alors commencer une nouvelle époque pour les recherches en archéologie et en ethnologie qui s’inscrit vite dans un réseau associant une vingtaine de Maisons des sciences de l’Homme établies à Paris, en Île-de-France et dans la plupart des grandes régions françaises.

Les années 1960 – 1989 : le temps des revendications et des premiers choix

  • 3 F. Audouze, « La préhistoire et le CNRS », La revue pour l’histoire du CNRS, 8, 2003 (http://histoi (...)

4Au départ du projet on trouve, en effet, des demandes fortes et anciennes qui émanent d’archéologues et de préhistoriens, notamment de la région parisienne. Ils sont organisés en équipes de petite taille, dispersées de surcroît (locaux universitaires, ou propriété du CNRS voire loués par celui-ci, à Paris : Institut d’art et d’archéologie, rue Michelet ; rue Malher ; rue du Maroc ; rue de La Perle ; rue Amiral-Mouchez ; rue Jean Calvin ; Musée Guimet ; ENS Ulm ; mais aussi à Meudon, Ivry ou Vincennes). Les locaux sus-nommés sont souvent fort inadéquats et petits, d’une surface généralement comprise entre 20 et 40m2 pour la moitié de ces équipes. L’archéologie classique, celle qui traite des mondes grec et romain, occupe, depuis longtemps, une place de choix dans l’université mais la Préhistoire ne devient discipline universitaire qu’au début des années soixante avec François Bordes et André Leroi-Gourhan3, alors que le CNRS l’avait reconnue dès sa naissance en 1939 et créa, en 1948, une commission qui réunissait géographie, anthropologie, ethnologie et préhistoire. Cette configuration (la géographie choisissant vite une autre voie) perdure juqu’en 1992 avec la commission dite « AEP » (Anthropologie, ethnologie, préhistoire) ; mais paradoxalement la MAE n’est pas née de cette organisation.

5Le cheminement vers ce qui deviendra la MAE fut autre, même si localement, au sein de l’université Paris X-Nanterre, ethnologie et préhistoire étaient réunies dans un même département. L’association des préhistoriens, des archéologues et des ethnologues dans une structure nouvelle s’est faite de manière conjoncturelle.

  • 4 J. -L., Huot, « Complément d’archives », Nouvelles de l’archéologie, 20, 1985, p. 89-90.

6Poids des disciplines, des chercheurs et des institutions se conjuguent. Mais il faut compter aussi avec celui des personnalités. Retenons celle d’Henri Seyrig qui, en 1958, voit dans le changement de république une opportunité et lance - dans un esprit gaulliste - un projet d’Institut national d’archéologie, sans doute inspiré du modèle allemand du Deutsches Archäologisches Institut, très centralisateur. Un projet trop centralisateur probablement pour un milieu qui était très dispersé. L’esprit de ce document est repris par le même Henri Seyrig dans une note adressée, le 14 octobre 1963, à la Direction générale des relations culturelles4.

  • 5 AA.VV. « L’archéologie en France et hors de France », Archeologia, n°30, 1969, p.89-90 ; AA. VV., « (...)

7L’archéologie participe des débats du printemps 1968 quand, à l’Institut d’art et d’archéologie, sis rue Michelet dans le Quartier latin, une « commission d’archéologie » formule ses projets d’une archéologie comme discipline à un moment de profonds renouvellements des méthodes de travail, quand l’archéologie nationale ou l’archéologie médiévale cherchent encore leur place. Là est aussi relancée l’idée d’un Institut national d’archéologie, retrouvant un projet déjà formulé. À la même époque, au fil des débats au sein de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, le texte d’Henri Seyrig de 1963 est repris par les membres du personnel scientifique de l’Institut, avec comme objectif de promouvoir, d’harmoniser, de contrôler la recherche archéologique qui dépendait d’institutions variées, ministère des Affaires culturelles, ministère des Affaires étrangères, ministère de l’Éducation nationale, toujours pour fonder cet Institut national d’archéologie5.

8Mais d’INA il ne sera plus question, et un « substitut » de cet institut naît sous la forme du Centre de la recherche archéologique (le CRA). En effet, suite à une mission de préfiguration confiée, en 1970, à Jean-Claude Gardin, un embryon de centre se met en place à Ivry, avant de s’installer à Valbonne-Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), en 1976. On indentifie là, tout de suite, le handicap de ce centre éloigné de tout, notamment d’une université active en archéologie. Sans aucun doute, les acteurs du CRA, à travers les équipes qui y étaient associées, ont-ils trouvé là une possibilité, d’abord de s’organiser, puis de développer de nouveaux programmes. Mais ce centre qui fonctionnait en réseau souffrait d’un autre handicap : le faible nombre de collaborateurs techniques installés à Valbonne face à la multiplicité des équipes rattachées.

9Un réseau pour les équipes d’archéologues se met alors en place et, dans le même temps, naît la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (la MOM), en 1975, à Lyon, sous l’impulsion de Jean Pouilloux. Elle regroupait des équipes qui couvraient un large champ géographique et chronologique, avec une prépondérance pour l’archéologie et la préhistoire et hébergeait également des services communs, notamment une bibliothèque.

  • 6 Voir, entre autres rapports, la note de Serge Cleuziou, « Les locaux de l’archéologie à Paris, Le p (...)
  • 7 Information orale de Anne-Marie Guimier-Sorbets.

10Paris et la région parisienne accusaient alors un retard certain6. Des équipes parisiennes étaient rattachées au CRA de Valbonne et il manquait toujours une structure pour réunir archéologues et préhistoriens. Des projets s’élaborent donc : Maison de la recherche, Maison de l’archéologie. René Ginouvès, nommé professeur d’archéologie à l’université Paris X Nanterre en 1968, milite en faveur d’un regroupement des équipes de recherches archéologiques de Paris X et de Paris I au sein d’un même bâtiment. Un espoir dans le quartier du Marais (en 1971-1972), alors en pleine rénovation, est vite abandonné7 ; puis vient le projet d’une localisation à Nanterre. Mais dans une université qui héberge toutes les sciences humaines et sociales, lancer un tel projet pour la seule archéologie était une entreprise hardie : René Ginouvès sut convaincre, trouver les bons interlocuteurs et les partenaires, à l’université, au CNRS et dans les ministères.

  • 8 Archives de la MAE René-Ginouvès, Fonds Françoise Audouze (1964-2008), FA 143, 1984.

11Dans un premier temps il s’est agi à Nanterre plutôt d’une Maison de la recherche, où les archéologues cohabiteraient avec d’autres disciplines, notamment avec des économistes. Mais, au fil des années 1983/1984, l’idée d’un institut d’archéologie en région parisienne, avec bibliothèque, laboratoire de conservation et restauration, service informatique, laboratoire de paléobotanique et paléozoologie, est bien admise et finalement retenue par le Comité technique de l’archéologie du CNRS8 de novembre 1984. Le département des SHS du CNRS, dirigé par Maurice Godelier (Jean-Paul Demoule étant alors chargé de mission pour l’archéologie) milite, en accord avec la Datar, pour une installation à Marne-la-Vallée, le ministère de la Culture étant alors aussi partenaire pour une installation, dans le même lieu, de ses services régionaux de l’archéologie. Le projet nanterrois est soutenu par le ministre de la Recherche, Hubert Curien. Sur le campus de Nanterre, l’association avec l’ethnologie – un choix pragmatique destiné tout à la fois à éloigner l’hypothèse Marne-la-Vallée fort critiquée par le milieu des archéologues et à éliminer localement le partenariat avec les économistes - fut un argument décisif pour une localisation sur le campus. L’archéologue René Ginouvès travaillait alors avec l’ethnologue Éric de Dampierre, qui avait organisé à Paris X un département universitaire avec ethnologues et préhistoriens selon le modèle qu’il avait lui même connu à Chicago University. La construction d’un bâtiment pour la recherche sur le campus de Paris X Nanterre est alors programmée, en 1987, par le ministère de l’Éducation nationale et celui de la Recherche qui la cofinancent, par la DRED (Direction de la recherche et des études doctorales) (merci de confirmer ce sigle) du MEN (ministère de l’Éducation nationale ?) à hauteur de vingt-cinq millions de francs TTC et par le CNRS à hauteur de vingt et un millions TTC. C’est le CNRS qui est mandaté pout diligenter l’opération.

12Dès lors s’élabore le projet de bâtiment. Le budget est mis en place, un concours d’architecture restreint est ouvert et le lauréat, le 30 novembre 1989, est l’atelier Jacques Lévy de Montrouge. Le bâtiment où deux formes s’emboîtent, l’une cylindrique, l’autre cubique, clôt la plus grande perspective du campus et s’articule autour d’un patio.

131992 est l’année où le projet est stabilisé sur le campus de Nanterre. Rien ne fut simple car, les plans étant faits, la localisation du bâtiment est encore sujette à deux débats : l’un tient à la politique d’aménagement du territoire, l’autre à l’aménagement du campus lui même, au regard de sa situation dans le périmètre de La Défense. Une demande d’agrément relative à la construction est présentée devant le Comité de décentralisation et l’accord est donné le 29 avril 1992. Des arguments forts ont été avancés : le regroupement de chercheurs dispersés de Paris X-Nanterre, de Paris intra muros et de l’Île-de-France, la nécessité de disposer, en région parisienne d’une structure scientifique cohérente pour la recherche en archéologie comme il en existait déjà dans plusieurs villes de province, notamment Lyon, Aix-en-Provence ou Tours. L’agrément est donné pour un bâtiment de 6 500 m2 sur le campus de Nanterre, avec deux prescriptions du Comité : les locaux « devront être utilisés uniquement en vue de l’exercice de l’activité définie dans la demande d’agrément » (c’est-à-dire des équipes d’archéologie et d’ethnologie) et les équipes qui viendront s’installer dans la Maison s’engagent à libérer leurs anciens locaux. Du projet de Maison de la recherche, on est explicitement et définivement passé à une Maison de l’archéologie et de l’ethnologie.

14Le permis de construire n’est toujours pas obtenu car les discussions avec l’ÉPAD (Établissement public d’aménagement de La Défense ) sont complexes : elles portent sur l’orientation du bâtiment, le nombre d’étages, la nécessité d’un parking. Ces points entraînent des évolutions du plan initial, des modification des réseaux électriques et informatiques, autant de surcoûts qui nécessitent de nouvelles démarches pour le financement. Le permis de construire est finalement accordé le 5 août 1993, pour un bâtiment de 5 650 m2 utiles, R+4 avec sous-sol, sans parking souterrain. S’ouvrait alors la période de construction, inaugurée officiellement par la pose de la première pierre le 18 novembre 1994.

  • 9 Référence CNRS : AI/MC, SHS, n° 326.

15L’argumentaire destiné au Comité de décentralisation par le Département SHS du CNRS a formalisé l’ensemble du projet scientifique et permet de saisir la logique qui préside à la création de la Maison. Ce document9 du 12 mars 1992 fait valoir que ce projet est le seul projet scientifique SHS en Île-de-France inscrit dans le plan de localisation du CNRS. Cofinancé par la DRED du ministère de l’Éducation nationale et le CNRS il est conçu comme une structure de recherche ouverte sur les milieux universitaires, notamment les formations doctorales en archéologie et ethnologie. Les principes qui le fondent pour le CNRS sont la nécessité d’hébergements convenables pour les équipes, leur localisation dans un campus, le transfert des équipes dans des départements limitrophes de l’Île-de-France et dans des universités provinciales, le regroupement d’équipes « scientifiquement voisines » impliquées dans les formations doctorales dudit campus enfin. Le projet de Nanterre résulte de ces principes et vise à regrouper des équipes d’archéologie disséminées, à réimplanter les équipes d’ethnologie et d’ethnomusicologie de l’université de Paris X, à constituer un ensemble scientifique cohérent.

16La place de l’archéologie dans les régions, organisée déjà en une dizaine de centres, rendait nécessaire une opération de structuration dans la région parisienne, avec, notamment, le regroupement de fonds de bibliothèques disséminés dans les équipes, et celui de rédactions de revues archéologiques du CNRS.

17Les équipes concernées (seize équipes liées au CNRS, trois équipes DRED de Paris X) sont :

18Archéologie orientale :

  • UPR 193, Mari et le Proche-Orient ancien, travaux épigraphiques et archéologiques ;

  • UPR 311, Laboratoire de recherche sur l’Afrique orientale ;

  • UPR 315, Archéologie de l’Asie centrale, peuplement, milieux et techniques ;

  • UPR 7529, Archéologie et histoire des pays assyro-babyloniens ;

  • UPR 7552, Archéologie du Golfe et de l’Iran oriental ;

  • URA 1345, L’Euphrate syrien de l’époque d’Uruk à l’âge du Fer.

19Archéologie européenne :

  • UPR 5500/03, bureau de Paris de l’Institut de recherche sur l’architecture antique ;

  • UPR 7532, Peuplements protohistoriques de l’Europe Nord-occidentale ;

  • UPR 7549, Préhistoire et technologie ;

  • UMR 9902, Lexique iconographique de la mythologie classique ;

  • URA 1226, Protohistoire égéenne ;

  • URA 1473, Archéologie du monde grec ;

  • Jeune équipe DRED, recherches sur la peinture ancienne.

20Archéologie de l’Amérique centrale et du Sud :

  • UPR 312, Archéologie du Mexique et de l’Amérique Centrale et Préhistoire des régions andines.

21Ethnoarchéologie et ethnologie :

  • UMR 116, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative ;

  • URA 275, Ethnologie préhistorique.

22Revues d’archéologie :

  • UPR 409, Gallia et Gallia Préhistoire ;

  • Paléorient (revue propre du CNRS).

23Un tel regroupement signifie, pour l’archéologie, la localisation de plus de la moitié du potentiel de l’archéologie francilienne à Nanterre.

24La cérémonie de la pose de la première pierre, le 18 novembre 1994, sous la présidence de Guy Auber, directeur général du CNRS, de Yves Jégouzo, président de Paris I, de Michel Imberty, président de Paris X-Nanterre, est endeuillée par la mort, le 10 novembre 1994, de René Ginouvès, le porteur du projet, dont la détermination et la ténacité, reconnues de tous les partenaires institutionnels, sont venues à bout de toutes les difficultés et entraves. De son discours déjà rédigé, nous souhaitons extraire quelques phrases qui sont autant d’encouragements pour celles et ceux qui ont eu la chance de pouvoir bénéficier de son engagement. Parlant de la réunion de plus de trois cents chercheurs, en ce qu’il convient d’appeler, en physique, une « masse critique », René Ginouvès la définissait comme « un ensemble où se produisent de nouveaux ordres de phénomènes : il peut s’agir, éventuellement de frottements, de frictions, de heurts ; il peut s’agir, certainement, d’une grande production de chaleur ; mais j’espère que se produiront aussi ces éclairs de nouveauté, qui doivent éclater dans une telle conjonction de spécialistes et de spécialités ; je suis persuadé que des perspectives nouvelles, et novatrices, vont s’y ouvrir ».

25Archéologues, historiens, ethnologues étaient réunis et le rite majeur d’une fondation a alors été effectué par les membres de l’UPR 193 du CNRS qui étudient les tablettes du site de Mari (Syrie) : une tablette a été déposée dans les fondations de la future Maison.

26L’installation des équipes est alors prévue pour le début de l’année 1996, mais il convenait de préciser les modalités de fonctionnement, René Ginouvès n’étant plus là avec son dévouement et son talent dans la recherche du consensus. Entre la pose de la première pierre, quand les travaux avancent, quand le CNRS affecte, en 1994, un conservateur pour la bibliothèque et un ingénieur pour le service photographique, puis, en 1995, une secrétaire générale et un assistant ingénieur pour la logistique, et l’accord entre les trois partenaires au printemps 1996, les débats ont été particulièrement vifs.

27Un premier débat, interne celui-là, sur l’unicité de la bibliothèque, qui se termine par le maintien de la bibliothèque d’ethnologie au sein du LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative), quand la bibliothèque d’archéologie et des sciences de l’antiquité regroupe treize fonds ; toutefois reste inabouti un projet d’une forte collaboration avec le MAN (Musée des antiquités nationales) de Saint-Germain-en-Laye pour la création d’un pôle documentaire d’antiquités nationales entre les deux institutions.

28Une convention liant le CNRS et les universités pour créer la Maison René-Ginouvès et l’UMS était nécessaire. Les discussions sont âpres, notamment entre l’université Paris X et le CNRS, pour élaborer le cadre administratif, l’un faisant valoir le « don » du terrain, l’autre son engagement financier et logistique ; chacun revendiquant l’autorité de nomination de l’équipe de direction et ce, pour des durées elles-mêmes discutées.

29Un second débat sur la propriété du bâtiment ; le CNRS ayant diligenté l’opération.

30Puis un troisième débat sur le pourcentage d’occupation du bâtiment entre Paris X et le CNRS, sur l’accès au fonds documentaire constitué de bibliothèques venant de Paris X et du CNRS.

31Un quatrième et avant dernier débat sur l’implantation, dans la MRG, d’un service central de Paris X en contradiction avec le texte d’agrément du comité de décentralisation.

32Un ultime débat, enfin sur le partage des charges et des frais de première installation.

33Autant de points de friction qui trouvent leur solution au printemps 1996. Paris X devient attributaire par dotation. Après refus, de part et d’autre, de deux propositions d’une équipe de direction, le schéma proposé par le CNRS est retenu : Olivier Picard professeur à l’université de Paris IV, est nommé directeur et Anne-Marie Guimier-Sorbets, professeur à l’université de Paris X, est nommée directrice adjointe

34La coopération équilibrée entre les partenaires a mis de longs mois pour se stabiliser, comme ce fut le cas, aussi, pour les frais d’infrastructure (CNRS : 50,5 % ; Paris X, 33 % ; Paris I : 16,5 %), ou le rôle du Comité de direction. L’accord est trouvé au printemps 1996, les CA des deux universités le votent alors. La convention de création de la Maison, à laquelle est adossée une UMS, est alors actée pour vingt ans, avec effet retroactif au 1er janvier 1996.

35Gageons que, pour ce qu’aujourd’hui on appelle la « politique de site », il se trouve là un beau champ d’expérimentation…

36Ces questions étant réglées, l’installation aurait dû se faire dans la sérénité en juillet 1996. Cela était sans compter avec une entrave technique qui entraîna un nouveau retard : des émanations d’aldéhyde formique contenu dans les cloisons stoppent le processus d’installation. Nouveaux contentieux, nouveaux frais. Il faut attendre le 18 novembre 1997 pour que l’université puisse prendre possession du bâtiment. L’inauguration officielle a lieu le 19 mai 1998.

37Une nouvelle phase devait alors être franchie avec la structuration des équipes. Les services s’organisent, avant même l’installation et l’inauguration officielle, et la bibliothèque d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, qui réunissait les fonds de la plupart des équipes constitutives de la Maison, a pu ouvrir dans le même temps et proposer un premier catalogage. Le service informatique est en place et le service photographique lance ses premières campagnes « hors les murs », à Alexandrie ou au Cabinet des médailles. Le service des archives est soutenu, puisque prioriaire tant pour les équipes que pour les missions archéologiques à l’étranger.

38Les enjeux les plus importants concernaient l’organisation des équipes. Au départ on trouvait une quinzaine d’équipes disséminées à Paris et alentour en archéologie quand l’ethnologie était déjà organisée sur le campus de Nanterre en une grande unité, le LESC. Le courant le plus actif, chez les archéologues, était constitué par le groupe qui animait Les Nouvelles de l’archéologie qui, depuis sa création, milite pour défendre l’archéologie comme discipline ; ainsi Annick Coudart, Jean-Paul Demoule, Serge Cleuzioux et Alain Schnapp, forts de leur expérience collective à l’Institut d’art et d’archéologie à l’université de Paris I, notamment dans le cadre du GIS (Groupement d’intérêt scientifique) « Terrains et territoires en archéologie », ont-ils fortement poussé à la création d’une seule unité d’archéologie regroupant les équipes associées au CNRS, les universités de Paris I et de Paris X, des unités propres du CNRS et des structures universitaires de Nanterre.

39Après de nombreuses discussions portant sur la géométrie et l’organisation de ce qui devait être une UMR, est créée, au 1er janvier 1998, une équipe postulante (EP 1730) destinée à se transformer en UMR un an plus tard, à charge pour les acteurs d’en préciser contours et thématiques. Pour cette phase préliminaire, sont réunies - ce qui fait immédiatement de cette EP la plus grosse institution française de recherche archéologique - les équipes suivantes :

  • ERS 383, Archéologie de l’Asie centrale (ex UPR 315) ;

  • ERS 593, LIMC (Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae),ex UMR 9902 ;

  • UPR 193, Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme ;

  • UPR 311, Laboratoire de recherche sur l’Afrique orientale ;

  • UPR 312, Archéologie de l’Amérique préhispanique ;

  • UPR 7532, L’Europe protohistorique de la sédentarité à l’État ;

  • UPR 7541, Archéologie de la Syrie du Sud et de la zone de Petra ;

  • UPR 7549, Préhistoire et technologie ;

  • UPR 9032, Du village à l’État au Proche et Moyen-Orient ;

  • URA 275, Laboratoire d’ethnologie préhistorique ;

  • URA 1473, Archéologie du monde grec.

40Tous souhaitent trouver les outils nécessaires à une archéologie en plein renouvellement, avec l’informatique, les systèmes d’information géographique, la télédétection… Mais chacun, au-delà des thèmes transverses, tient à garder « sa personnalité ».

41Le programme de l’UMR s’élabore alors et l’UMR 7041, Archéologie et sciences de l’Antiquité (ArScAn) est créée le 1er janvier 1999, avec une géométrie sensiblement différente de celle de l’EP 1730. En effet, trois équipes choisissent une voie autonome :

  • Préhistoire et technologie, créée comme UMR (7055), CNRS et Paris X ;

  • Archéologie des Amériques, devient l’UMR 8096, CNRS et Paris I ;

42De son côté, le LIMC est créé comme UMR 7038, CNRS et Paris X, et rejoint ArScAn en 2005. Pour sa part, la jeune équipe (Paris X) « Peinture ancienne » rejoint l’UMR ArScAn au 1er janvier 1999 après avoir préalablement fusionné avec le GDR « Balkans » pour créer l’équipe « Espri ». Une équipe d’archéologie de la Gaule se met alors en place. L’équipe universitaire de Paris X « Texte, histoire et monuments de l’Antiquité au Moyen-Âge » (Themam) rejoint ArScAn en 2005, et finalement s’organise l’équipe « Anthropologie des techniques, des espaces et des territoires au Pleistocène ».

43Dès lors la Maison René-Ginouvès10 compte :

  • l’UMS 844 (CNRS, Paris X et Paris I) , qui devient USR 3225 en 2009, et à laquelle sont rattachées les équipes de rédaction de Gallia (avec Gallia Préhistoire et leurs suppléments) et Paléorient, deux revues propres du CNRS ;

  • le LESC (CNRS, Paris X), UMR 7186 ;

  • ArScAn (CNRS, Paris X, Paris I, ministère de la Culture), UMR 7041 qui compte quatorze équipes,

  • ArChAm – Archéologie des Amériques - (CNRS, Paris I), UMR 8096 ;

  • Préhistoire et technologie (CNRS, Paris X ), UMR 7055.

44La dernière évolution est récente, avec le départ d’ArScAn, mais en restant dans les locaux de la MAE, de l’équipe « Protohistoire européenne » qui est organisée en UMR, 8215 (CNRS, Paris I) sous l’intitulé « Trajectoires ».

45Toutes ces unités réunissent au total quatre-vingt-dix chercheurs CNRS, soixante enseignants-chercheurs de Paris Ouest Nanterre La Défense, trente-cinq enseignants-chercheurs de Paris I Panthéon Sorbonne, cent dix chercheurs rattachés au ministère de la Culture, cent ingénieurs (dont quatre-vingt du CNRS, cinq de Paris Ouest, un de Paris 1 et quinze d’autres institutions, notamment de l’Inrap - Institut de recherches archéologiques préventives, ce qui donne environ quatre cents permanents auxquels s’ajoutent cinq cents doctorants.

46Chacune des UMR développe ses programmes et revendique sa personnalité, son histoire. Ce qui vaut pour les UMR au sein de la MAE, vaut aussi pour les équipes constitutives de l’UMR ArScAn. La recherche d’un équilibre entre vie collective et une vie/des vies d’équipes a présidé à l’élaboration des statuts, qu’il s’agisse du comité de direction, devenu comité de pilotage ; du conseil des usagers ; du comité de pilotage scientifique devenu conseil scientifique ; du conseil des directeurs enfin : dans tous les cas les responsables des UMR participent à ces instances.

  • 11 Voir Cahiers des thèmes transversaux ArScAn.

47Les initiatives se sont multipliées pour l’intégration et la coopération des unités et équipes entre elles. Au sein d’ArScAn même, se sont développés des « thèmes transversaux »11. De fait se sont conjuguées, pour donner cohésion à l’ensemble, des initiatives nées à l’extérieur de la MAE et dans lesquelles elle s’est impliquée et des initiatives internes.

48Venant de l’extérieur, la création du réseau national des Maisons des sciences de l’Homme a entraîné des opérations communes à la Maison et ce dans le cadre plus large du réseau lui-même. Au départ se situe la création, par Fernand Braudel, de la Maison des sciences de l’Homme (MSH), sise boulevard Raspail, conçue comme une structure de service répondant à des besoins des enseignants-chercheurs et des chercheurs en termes de documentation, de diffusion et surtout de mise en contact et de relations avec les collègues étrangers. L’idée de créer des institutions inspirées de la MSH du boulevard Raspail dans les grands centres universitaires tient au succès de l’exemple parisien. Ainsi, dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix sont nées différentes Maisons pour assurer aux meilleures équipes de recherche et aux doctorants des sites des services et de bonnes conditions de travail pour développer des projets pluridisciplinaires.

49En 1998 le ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, Claude Allègre, décide une action collective en faveur de la recherche en sciences humaines et sociales. Il soutient ces disciplines en impulsant la constitution d’un réseau national des Maisons des sciences de l’Homme afin de développer des synergies entre ces structures, en donnant les moyens pour parachever la carte nationale des MSH et en amplifiant leur équipement technique. Maurice Garden est alors au coeur du projet. Des Maisons, plus centrées sur quelques disciplines, sont intégrées au réseau qui se constitue en 1999 : tel est le cas de la Maison de l’Orient méditerranéen (Lyon), de la Maison « Villes et territoires » (Tours) et de la Maison René-Ginouvès, archéologie et ethnologie à Nanterre.

50Les deux textes essentiels pour le réseau sont la Charte (juin 2000) et la Convention (janvier 2001) entre les Maisons, les établissements universitaires avec lesquelles elles sont liées, le ministère de la Recherche et le CNRS, officialisant ainsi le réseau. La Charte structure les Maisons autour de cinq « i » : interdisciplinarité, dynamique interinstututionelle, coopération internationale, insertion régionale, identité scientifique. Le réseau compte aujourd’hui vingt et une Maisons. Le CNRS est, dans la plupart des cas, partenaire en créant une UMS (transformée plus tard en USR) pour aider au fonctionnement des Maisons.

51La création de l’Action concertée incitative (ACI) « Réseau de MSH » sur le Fonds national de la science (FNS), auprès de la Direction de la recherche, permet alors d’améliorer très nettement l’équipement, d’affirmer l’identité de chaque Maison et de créer une dynamique de coopération entre celles-ci : telle est la finalité des contrats d’objectifs et des appels d’offres. Le contrat d’objectifs de la MAE, élaboré en novembre 1999, fournit alors des moyens supplémentaires. Il permet notamment le recrutement d’un webmaster ; de renforcer le système informatique ; d’assurer le développement des deux biblothèques ; de se doter d’une chaîne d’observation automatique et de lancer une politique d’archivage et de numérisation ; d’accueillir des collègues étrangers (cinq entre 1999 et 2001), de recruter deux post-doc. D’autres appels d’offres sont lancés dans le cadre de l’ACI « Réseau des MSH », intégrée en 2002 dans l’ACI « 3T » (Terrains, techniques, théories, travail interdisciplinaire en SHS) plus ample et englobant l’ensemble des dossiers des SHS, appels d’offres qui permettent de multiplier des mobilités de chercheurs, de soutenir ou d’aider à monter des programmes, de mener une politique de numérisation.

52De fait, les projets du réseau des MSH renforcent le rôle et la fonction d’animation scientifique par rapport à la situation initiale plus orientée vers le service. Mais le FNS est supprimé en 2005/2006. Avec l’ANR (Agence nationale de la recherche) le panorama change, les projets collectifs à l’échelle d’une Maison ou d’un réseau laissent place à des financements ciblés sur un sujet précis et portés, souvent, par quelques personnes d’une équipe ou d’une unité.

Aujourd’hui et demain

53L’enjeu de cette Maison était d’apprendre à vivre ensemble. L’installation fut un acquis considérable. L’insertion dans le réseau des MSH a fortement contribué à des actions communes même si, régulièrement, était rappelé par tel ou tel directeur d’unité que l’initiative partait de celles-ci. Ce n’est pas le lieu, ici, de faire un bilan que, par ailleurs, l’ancien directeur de la Maison ne saurait faire avec la distance nécessaire. Pourtant il est utile de se tourner vers… ce qui n’a pas été fait et aurait pu l’être, vers, tout de même, les principaux acquis d’une telle opération et vers les enjeux d’aujourd’hui.

54Au fil de la lecture des archives qui ont nourri ce texte, on trouve des projets lancés qui n’ont pas abouti, d’autres que l’on croyait abandonnés mais qui, finalement, trouvent maintenant un début de vie.

55Parmi les initiatives lancées et non abouties, celle d’Éric de Dampierre, d’un « atelier-musée » avec une fonction de laboratoire. Une telle mission lui paraissait complémentaire à celle dévolue aux musées, et ce dans l’esprit même d’un souhait, renouvelé en 1992, du ministère de la Recherche. De fait l’abandon a tenu à des raisons financières et techniques : permettre l’accès du public à un musée hébergé dans un bâtiment universitaire. Autre projet avorté dans les années quatre-vingt : l’installation de la direction des Antiquités, puis, dans les années deux mille, celle d’une base de l’Inrap, qui auraient pu créer une synergie exemplaire pour l’archéologie nationale. Pour sa part, l’Institut de recherche sur l’architecture Antique n’a pas jugé suffisant l’espace qui lui était dédié dans les locaux de la Maison pour retrouver les archéologues qui travaillaient avec ses architectes sur le terrain, estimant alors plus adéquat un donjon à Vincennes. Du projet, caressé un temps, d’un laboratoire d’archéométrie et de restauration, il a survécu une chaîne d’observation automatique, un bel outil mutualisé. Et puis il y a les projets rêvés qui se mettent en place. Ainsi une collaboration approfondie avec le Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye dans les domaines de la documentation et des archives dans la foulée d’un programme du Labex « Les passés dans le présent ».

56Les acquis tiennent d’abord au fait que cette Maison, comme toutes les Maisons du réseau, est un lieu de rencontre institutionnel (CNRS, universités de Paris I et de Paris X, ministère de la Culture) et d’échange ; la MAE vit en effet au quotidien les cinq « i » de la Charte. L’interdisciplinarité est une réalité vécue, tant localement que grâce à des échanges multiples, régionaux, nationaux et internationaux. Archéologues et ethnologues se retrouvent sur les terrains de l’Afrique ou du monde maya. Tous se rejoignent autour de sujets d’anthropologie économique, avec les travaux sur l’oeuvre de l’ethnologue et penseur de l’économie Karl Polanyi, les échanges, les migrants ou la monnaie, autant de sujets des colloques réunis annuellement depuis 2004. Le programme franco-américain Partner University Fund, avec l’Université de Chicago : « Migration, Material Culture, and Memory : Constructing Community in Mobile Worlds », qui permet des échanges d’enseignants-chercheurs et d’étudiants sur une durée de trois ans (2010-2013), participe d’une démarche interdisciplinaire dans un cadre international.

57Créer les conditions de travail les plus propices à la recherche et l’enseignement est une obligation pour une MSH installée au cœur d’un campus, tant les étudiants sont, pour citer un collègue, la « fraîcheur » d’un laboratoire. Les directeurs successifs de la Maison, les bibliothécaires, les directeurs d’unités ont permis de doter la Maison de deux structures de première qualité : la bibliothèque d’archéologie et des sciences de l’Antiquité qui compte 45 000 ouvrages, 1 400 revues dont 425 vivantes ; celle d’ethnologie qui compte 35 000 volumes, 560 revues dont 120 vivantes. Ces bibliothèques accueillent, pour la première, 10 000 lecteurs par an (dont 70 % d’étudiants), pour la seconde 2 000 (dont 80 % d’étudiants).

58Les services et équipes de la MAE participent à de nombreux réseaux documentaires, dont-ils sont souvent eux-mêmes à la tête : ainsi pour les bibliothèques (Frantiq, Réseau Ethno, Daphné, Archéo IdF) ; les archives (Consortium des archives des ethnologues, consortium mémoire des archéologues et des sites archéologiques, participant ainsi du TGIR Corpus, devenu en 2013 Huma-Num), ou les images et textes antiques (LIMC, Callythea). Un des points particulièrement originaux de la MAE au sein du réseau des MSH est la politique d’archivage des données de terrains des ethnologues et des missions archéologiques, ce qui permet, tout à la fois, des relectures des données anciennes et de réfléchir à la construction de ces deux disciplines.

59Le CNRS et le milieu scientifique ont confié à la MAE la mission de contribuer et d’aider à la diffusion de la connaissance, notamment avec des bases de données et des publications. Ainsi s’est mis en place un pôle éditorial, avec, dès la création de l’UMS, l’installation des équipes éditoriales de revues propres du CNRS, Gallia et Paléorient. Puis, au fil des années, se sont établies les rédactions du Journal de la société des Américanistes (depuis 2000), des Archives européennes de sociologie et de Ethnologie française (depuis 2005), de la Revue archéologique et de Syria (depuis 2009), et du Bulletin de la Société préhistorique française (depuis 2011) revues qui sont toutes dotées de personnel CNRS. Et depuis 2004, la Maison a créé en son sein deux collections, « Colloques » (neuf volumes publiés depuis 2005) et « Travaux » (dix-sept volumes).

60La majorité des équipes sont tournées vers l’étranger, et la quarantaine de missions archéologiques, en accord avec les institutions locales et, selon les pays, avec les instituts français et les Écoles françaises à l’étranger sont un des signes de l’internationalisation des activités des chercheurs et enseignants-chercheurs de la MAE.

61Signe de l’excellence, même si ce mot est devenu le lieu commun d’un discours convenu, le nombre des médailles attribuées par le CNRS. Partenaire essentiel à la vie de la Maison, il a attribué la médaille d’argent à deux de nos collègues chercheurs, celle de bronze à neuf d’entre eux et le « Cristal » à deux de nos ingénieurs.

62La MAE, avec ses services et ses unités (ArScAn, LESC, PT), répondant alors aux critères de l’excellence et assumant, comme toute MSH, un rôle de fédérateur et d’incubateur, a coordonné, avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, deux UMR (Institut des Sciences Sociales du Politique et Modèles Dynamiques Corpus) et une EA (Histoire des Arts et Représentations) du campus le projet de laboratoire d’excellence, « Les passés dans le présent, histoire, patrimoine, mémoire »12, qui a été retenu en 2012, et ce, avec trois partenaires extérieurs : la Bibliothèque nationale de France, le Musée du Quai Branly, le Musée d’archéologie nationale. Ce labex associe une moitié des équipes de la MAE, quand l’autre moitié participe à un second porté par l’université de Paris I, « Dynamique des territoires ». Cet exemple témoigne de la convergence de plusieurs politiques, celle d’une Maison à la fois vécue comme lieu de production collective, comme partenaire d’un réseau scientifique –notamment avec l’université Paris I Panthéon Sorbonne- et, comme acteur d’un site, le campus de Paris Ouest Nanterre La Défense.

63L’histoire de la MAE se poursuit avec un nouveau directeur, Frédéric Hurlet, professeur d’histoire ancienne à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, dans un contexte nouveau. Localement, la perspective d’une extension dans un bâtiment dédié aux SHS, où la MAE cohabitera avec d’autres UMR travaillant sur le temps contemporain, est proche (2015). Toujours localement, mais dans une géographie plus ample, il y a la mise en place des Pôles de recherche et d’enseignement supérieur. L’université Paris Ouest qui en constitue un avec celle de Paris 8, « Paris Lumière » et Paris I, cotutelle de la MAE et d’ArScAn et tutelle des UMR ArChAm et Trajectoires, fait partie du PRES « Hesam ». Et dans une géographie un peu plus vaste, la situation de la MAE doit être analysée au regard du campus Condorcet dont l’installation en Seine-Saint-Denis est annoncée pour les années 2020. Une histoire, oui, mais un regard vers le futur tant les deux grands thèmes qui associent la plupart des équipes de la MAE, le premier, les relations entre l’homme, l’objet et le milieu, le second posant comme interrogation centrale la réception ou le refus de réception par une société des idées des autres, sont au cœur des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Bibliographie

Archives consultées :

Archives MAE René-Ginouvès : DIR 1/1, 1/2, 1/3 ; DIR 3/1 ; DIR 9 ; DIR 20 ; DIR 43 ; DIR 105/1 ; DIR 160-161 ; DIR 162 ; FA 143 ; VEO 6 ; PT 10 ; JPD 81 et 82 ; AD1/1/4 et 1/1/5 ; GF 50 ; GF 70 ; RMSH 18 ; RMSH 30 ; RMSH 31.

Université Paris Ouest : 200 90 34/36 ; 200 90 34/37 ; en dépôt aux Archives départementales : AD HS 2202 W 1O1 ; ADHS 2202 W 191.

Bibliographie.

AA.VV. , « L’archéologie en France et Hors de France », Archéologia, 30, 1969, p. 89-90.

AA.VV., « Note sur la réforme de la recherche archéologique en France suivie d’un projet de statut par Henri SEYRIG », Nouvelles de l’archéologie, 19, 1985, p. 75-77.

Audouze, Françoise, « La préhistoire et le CNRS », La revue pour l’histoire du CNRS, 8, 2003 (http://histoire-cnrs.revues.org/551)

Cleuzioux, Serge, « Les locaux de l’archéologie à Paris. Le point sur une crise », Nouvelles de l’archéologie, 19, 1985, p. 70-71.

Commaille, Jacques (dir.), Avenir de la recherche et Maisons des sciences de l’Homme, La documentation française, Paris, 2006.

Demoule, Jean-Paul, « Quarante ans après : une génération », dans J. Giraud et G. Gernez (éd.), Aux marges de l’archéologie, Hommage à Serge Cleuziou, Maison René Ginouvès, Archéologie et ethnologie, Travaux 16, Paris, 2012, p. 19-33.

Gelin, Mathilde, « L’institut français d’archéologie de Beyrouth , 1946-1977 », Syria, 82-2005, p. 279-330.

Huot, Jean-Louis, « Complément d’archives ….. », Nouvelles de l’archéologie, 20, 1985, p. 89-90.

Jouve, Bertrand, « Vie des réseaux, Maisons des sciences de l’Homme et politique de site », Lettre de l’INSHS, juillet 2013, p. 7-9.

Haut de page

Notes

1 Écrivant cela, je tiens à rappeler que je ne saurais me situer dans ce cas, car avant de rejoindre la Maison René-Ginouvès, je n’ai que fort peu participé aux débats préalables à la création de la Maison.

2 La rédaction de ce texte a nécessité la consultation des archives de la MAE et de celles de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (liste in fine). Je tiens à remercier pour leur travail et leur disponibilité Élisabeth Bellon, Aurélie Montagne-Borras, Louise Corvisier (USR 3225) et Anne Rohfritsch (Université Paris Ouest). Les informations fournies par les collègues qui ont participé à l’élaboration et à la mise en place de la MAE m’ont été précieuses et je tiens à remercier Denis Abécassis, Françoise Audouze, Laurence Caillet, Francis Démier, Maurice Garden, Michel Gras, Jean-Louis Huot, Bertrand Lafont, Fanette Laubenheimer, Jacques Lautmann, Pascale Linant de Bellefonds, Catherine Perlès, Agnès Rouveret et, en tout premier lieu, Anne-Marie Guimier-Sorbets.

3 F. Audouze, « La préhistoire et le CNRS », La revue pour l’histoire du CNRS, 8, 2003 (http://histoire-cnrs.revues.org/551)

4 J. -L., Huot, « Complément d’archives », Nouvelles de l’archéologie, 20, 1985, p. 89-90.

5 AA.VV. « L’archéologie en France et hors de France », Archeologia, n°30, 1969, p.89-90 ; AA. VV., « Note sur la réforme de la recherche archéologique en France, suivie d’un projet de statut par Henri Seyrig », Nouvelles de l’archéologie, n°19, 1985, p.75-77.

6 Voir, entre autres rapports, la note de Serge Cleuziou, « Les locaux de l’archéologie à Paris, Le point sur une crise », Nouvelles de l’archéologie, n°19, 1985, p.70-71.

7 Information orale de Anne-Marie Guimier-Sorbets.

8 Archives de la MAE René-Ginouvès, Fonds Françoise Audouze (1964-2008), FA 143, 1984.

9 Référence CNRS : AI/MC, SHS, n° 326.

10 Voir : http://www.mae.u-paris10.fr/. Là sont accessibles les données de chacun des services de l’USR et de chacune des unités.

11 Voir Cahiers des thèmes transversaux ArScAn.

12 Voir : www.passes-present.eu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rouillard, « La Maison archéologie et ethnologie, René-Ginouvès : regard sur sa naissance et, déjà, ses quinze ans. », Histoire de la recherche contemporaine, Tome III - N°1 | -1, 73-82.

Référence électronique

Pierre Rouillard, « La Maison archéologie et ethnologie, René-Ginouvès : regard sur sa naissance et, déjà, ses quinze ans. », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome III - N°1 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/hrc/637

Haut de page

Auteur

Pierre Rouillard

Directeur de recherche émérite au CNRS
Directeur de la Maison archéologie et ethnologie, René-Ginouvès (2000-2012)
Historien de formation, tourné vers l’étude des relations entre les monde grec et phénicien et la péninsule Ibérique et vers l’étude des vases grecs dans leurs contextes d’usage. Directeur de recherche au CNRS, directeur de la MAE de 2000 à 2012, responsable scientifique et technique du Labex « Les passés dans le présent, histoire, patrimoine, mémoire ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals