Navigation – Plan du site
Dossier

La carte et l’humanitaire

Julien Bousac

Résumé

La cartographie serait-elle aussi un « sport de combat » ? C’est en tout cas le propos de Julien Bousac, historien de formation, arabisant, humanitaire et cartographe qui détourne et contourne les cartes pour faire voir autrement le monde et ce qui s’y passe. Ici, il remonte le fil du cheminement qu’il a suivi pour faire que la carte ait un propos.

Haut de page

Texte intégral

1La cartographie serait-elle aussi un « sport de combat » ? C’est en tout cas le propos de Julien Bousac, historien de formation, arabisant, humanitaire et cartographe qui détourne et contourne les cartes pour faire voir autrement le monde et ce qui s’y passe. Ici, il remonte le fil du cheminement qu’il a suivi pour faire que la carte ait un propos.

2Plusieurs années d’activité humanitaire m’ont amené à parcourir des pays qui, au départ, se résumaient à quelques informations – relief, villes, rivières, provinces – glanées sur des cartes d’apparences diverses. Comme tout acteur fraîchement débarqué, les cartes locales, lorsqu’elles existaient, m’ont aidé à me situer, à me familiariser, à tenter d’embrasser quelques données brutes et surtout à émettre des hypothèses, elles-mêmes à vérifier « sur le terrain ». Ni géographe, ni cartographe : utilisateur de carte.

3En 2008, travaillant alors dans les Territoires palestiniens, je constatai qu’aucune carte, malgré la profusion de documents accessibles, ne m’aidait à répondre clairement à une interrogation simple : suis-je en zone sous autorité palestinienne, israélienne, ou mixte ? Dans les termes des accords d’Oslo, suis-je en zone A, B ou C ? Les Palestiniens de Cisjordanie, une fois quitté le périmètre de leur village, ne le savaient pas plus, et rien ne venait matérialiser le passage d’une zone à l’autre dans le paysage. À défaut de protéger les Palestiniens contre les exactions de l’armée ou des colons israéliens, cette répartition était pourtant lourde de conséquences dans la vie quotidienne des habitants. Le silence des cartes, ou l’invisibilité de l’information en question, m’a donc conduit à dessiner la carte dont j’avais besoin, sur laquelle la sinuosité et la complexité de ces quasi-frontières seraient immédiatement perceptibles. L’image de l’archipel s’est alors imposée d’elle-même, suggérée par l’extrême fragmentation des territoires qui constituent les zones A et B, et par l’aspect vraisemblable du résultat obtenu (rappel éventuel des chapelets d’îles, par exemple, de la côte norvégienne ou du sud chilien).

4La carte de l’archipel de Palestine orientale et les cartes qui lui ont succédé ne composent cependant pas une cartographie humanitaire. Inutilisables (et inutiles) comme outils opérationnels, n’apportant aucune information neuve, elles manquent de la neutralité, voire de l’impartialité que l’on en attendrait. Les thèmes, les objets et les lieux choisis ne répondent pas à une logique particulière, sinon à l’arbitraire des indignations ou énervements du moment.

5La plus grande partie des sujets traités renvoie néanmoins à des problématiques humanitaires et à leurs causes politiques sous-jacentes : les cartes en question cherchent à mettre en évidence des injustices manifestes en partant du principe de la dignité égale des personnes, comme l’illustre la série traitant des migrants et des migrations. La carte se veut alors avant tout un outil de sensibilisation humanitaire et politique, vecteur d’une information objective et vérifiable, dont l’efficacité potentielle tient essentiellement à son pouvoir de faire apparaître par l’image.

6Chemin faisant, les cartes créées tentent également de révéler à quel point les codes de la représentation cartographique orientent le regard, plus ou moins consciemment, et modèlent notre compréhension. L’utilisation à contre-courant de ces codes, au-delà du contraste obtenu, peut amener à prendre ses distances vis-à-vis de l’objet cartographique en général, en soulignant son caractère intrinsèquement subjectif.

7Entre témoignage indirect, ébauche de plaidoyer et objet de questionnement sur le pouvoir des cartes, cette exploration reflète le regard particulier d’un acteur humanitaire plus qu’un regard humanitaire en soi. La cartographie n’est pas seulement affaire de Systèmes d’information géographique. C’est aussi, parfois, un sport de combat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bousac, « La carte et l’humanitaire », Humanitaire [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/1308

Haut de page

Auteur

Julien Bousac

Julien Bousac a suivi une formation d’histoire ancienne du Proche-Orient et d’arabe avant de s’engager dans l’humanitaire. Après avoir vécu à Beyrouth, Damas et Alep, il a notamment travaillé en Jordanie et dans les Territoires palestiniens. Il partage désormais son temps entre missions humanitaires, enseignement et « cartographie imaginaire »… Voir des extraits de son travail dans notre Regard de cartographe, p. 76.Son blog : www.obgeographiques.blogspot.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals