Navigation – Plan du site
Tribune

L’aide aux personnes handicapées en Haïti

Karl Blanchet et Myroslava Tataryn

Résumé

À l’image de ce que l’on peut observer « en temps normal » dans de nombreuses sociétés, il est une catégorie de citoyens que l’on oublie encore trop souvent dans les situations de crises : les personnes handicapées. Que leur handicap soit imputable à la crise en question ou qu’il préexiste à celle-ci, il doit pouvoir être pris en charge. Karl Blanchet et Myroslava Tataryn reviennent sur la question de la « réadaptation physique » en Haïti avant comme après le séisme de 2010.

Haut de page

Texte intégral

1À l’image de ce que l’on peut observer « en temps normal » dans de nombreuses sociétés, il est une catégorie de citoyens que l’on oublie encore trop souvent dans les situations de crises : les personnes handicapées. Que leur handicap soit imputable à la crise en question ou qu’il préexiste à celle-ci, il doit pouvoir être pris en charge. Karl Blanchet et Myroslava Tataryn reviennent sur la question de la « réadaptation physique » en Haïti avant comme après le séisme de 2010.

2À la suite du séisme de janvier 2010 en Haïti, la réponse fut rapide et multisectorielle. Elle a rassemblé les agences de l’ONU, les forces militaires internationales ainsi que des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux. La « réadaptation physique » (en premier lieu la kinésithérapie, l’ergothérapie, les prothèses et les orthèses) a apporté une aide essentielle aux nombreuses personnes blessées durant le séisme. La Convention relative aux droits des personnes handicapées adoptée en 2008 exige des états qu’ils garantissent aux personnes handicapées l’accès au matériel aidant à la mobilité, et assurent la protection et la sécurité de ces personnes en situation de crise (incluant le conflit armé, les urgences humanitaires et les catastrophes naturelles). Cet article met en lumière les résultats d’une étude menée par la London School of Hygiene and Tropical Medicine et financée par la Christoffel Blinden Mission (CBM, Mission chrétienne pour les aveugles). Son objectif était d’évaluer l’impact du programme d’urgence en réadaptation physique après le séisme.

Qu’appelle-t-on « réadaptation physique » ?

3La réadaptation est définie comme une série de mesures aidant des personnes souffrant d’un handicap à atteindre et à maintenir un mode de fonctionnement optimal dans leur environnement. La réadaptation réduit l’impact d’un nombre important de problèmes de santé, et peut impliquer une ou plusieurs interventions. Certaines interventions de réadaptation peuvent comprendre des soins à vie. C’est le cas des prothèses et des orthèses. Mais la réadaptation représente bien plus que la mise à disposition d’appareils. Elle implique un continuum allant du soin hospitalier à la réadaptation au sein de la communauté. Elle a pour objectif d’améliorer la prise en charge sanitaire de la population, de réduire les handicaps et d’améliorer la qualité de vie. Les résultats de la réadaptation se mesurent dans le renforcement des capacités d’action d’un individu au fil du temps. Toutefois, l’objectif final de la réadaptation, combinée à d’autres types d’interventions (éducation, travail social, psychologie, emploi), est d’assurer l’intégration sociale des personnes handicapées.

4La Société Internationale de Prothèses et Orthèses (Ispo) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estiment que 0,5 % de la population mondiale a besoin d’une prothèse ou d’une orthèse ainsi que des services dérivés de la pose de ces appareils, tels que la kinésithérapie. Plusieurs facteurs contribuent à augmenter sensiblement les besoins en réadaptation, parmi lesquels : une population de plus en plus vieillissante, des affections chroniques comme les infirmités motrices cérébrales ou les pieds bots, la malnutrition, le diabète, les violences domestiques, les accidents de la route, du travail ou au domicile, les conflits armés et les mines antipersonnel, ainsi que des causes liées à la pauvreté. Mais le besoin grandissant en soins de réadaptation peut également être attribué à l’effondrement du système de soins de santé dans des pays en situation de post-conflit ou de post-désastre, dans lesquels le système de vaccination et les services de soins ne sont pas totalement opérationnels ou ne couvrent pas l’ensemble de la population.

La situation en Haïti avant le tremblement de terre

5Avant le séisme de 2010, les informations concernant l’ampleur des besoins en réadaptation en Haïti n’étaient pas disponibles. Les services susceptibles de répondre à de tels besoins étaient rarement proposés, les services de prothèses et d’orthèses étaient très faibles et il n’existait aucun traitement pour les lésions de la moelle épinière. À vrai dire, le gouvernement n’avait pas pris la mesure de l’importance de la réadaptation dans le cadre du service des soins de santé et ne soutenait donc pas les professionnels en ce sens. Ainsi, aucune formation normalisée en kinésithérapie n’était disponible, malgré des tentatives de mise en place de formation, aucun consensus sur un modèle standardisé à l’échelle nationale n’ayant pu émerger. Les étudiants désireux d’obtenir le statut de kinésithérapeutes, d’ergothérapeutes ou d’orthésistes se voyaient dans l’obligation d’aller en République dominicaine, en Amérique latine ou en Amérique du Nord. Et la faible demande en Haïti pour ce type de postes n’a pas encouragé les professionnels haïtiens formés à l’étranger à revenir dans leur pays. Face à ce vide, les services de réadaptation ont bien souvent été gérés et financés par des bailleurs et des organisations extérieurs, souvent confessionnels. C’est ainsi qu’ont été créés dès la fin du séisme le « cluster de la santé pour les accidentés » et le « groupe sur les incapacités et la réadaptation ». Coprésidés par les autorités nationales et par deux ONG internationales, CBM et Handicap International, ils ont eu un impact positif sur la coordination de la réponse d’urgence dans le domaine de la réadaptation en impliquant un grand nombre d’acteurs nationaux et internationaux.

La situation après le séisme

6Toutefois, comme dans d’autres secteurs de la santé, les acteurs nationaux n’assistaient que très rarement aux rencontres du groupe de coordination. Il est vrai qu’elles se tenaient la plupart du temps en anglais – et non en créole ou en français – et nécessitaient un investissement en termes de temps et d’argent puisqu’elles se tenaient à Port-au-Prince dans l’enceinte hautement sécurisée des Nations unies.

7CBM et Handicap International ont néanmoins fourni des efforts très importants afin d’assurer que les autorités locales restent au centre de l’aide à la réadaptation, et que soit partagée la responsabilité de la coordination de ces services. Malgré cela, l’instabilité politique au sein du gouvernement – notamment la répartition confuse des responsabilités entre le ministère des Affaires sociales et le ministère de la Santé – a fait obstacle à une véritable implication des acteurs nationaux. Le turnover très important dans leur personnel a également rendu la tâche très difficile aux autorités locales pour établir des relations avec des partenaires, adopter et maintenir des approches de renforcement des capacités.

8Les contrats de courte durée des membres des équipes médicales intervenues durant les six premiers mois après le séisme n’ont pas facilité les choses, en compliquant notamment la tâche de collecte d’information sur la fourniture de soins. Le turnover très important et la présence très courte de nombreuses équipes médicales d’urgence entre janvier et octobre ont également eu un effet négatif sur le moral des équipes haïtiennes, et perturbé les efforts mis en œuvre pour développer les capacités locales.

9La gratuité des soins médicaux ou les subventions apportées par les équipes médicales internationales ont par ailleurs porté atteinte aux prestataires de services du secteur privé. Ces deux facteurs ont participé à la migration de professionnels haïtiens et dégradé la qualité des soins cliniques et de réadaptation. Beaucoup d’organisations plus modestes qui sont intervenues dans le secteur de la réadaptation en Haïti n’avaient pas l’expérience de situations humanitaires et n’étaient pas familières avec les directives internationales concernant la prestation de service dans les milieux à faibles revenus (directives Sphère ou directives de la société internationale de prothèses et orthèses).

10Selon l’analyse du réseau social réalisée par l’étude, le secteur de la réadaptation en Haïti est composé de 125 acteurs. Ceux-ci variaient de par leur nature (internationaux, locaux, hybrides, apolitiques, confessionnels), leur taille (budget, nombre d’employés) et leur rôle (prestataires de service, bailleurs, supports techniques, plaidoyer). Les liens entre les acteurs ont souvent été promus par la CBM et Handicap International. Si ce rôle de « connecteur » joué par ces deux organisations était un élément positif, le « système » créé par ces liens risque de ne pas être pérenne en cas de départ de la CBM et de Handicap International. Or la réadaptation va au-delà de l’accomplissement d’un seul traitement. Elle implique un suivi et un soin continu durant plusieurs mois, voire même plusieurs années. Une prothèse doit par exemple être remplacée chaque année ou tous les deux ans. Cela signifie que les acteurs concernés doivent commencer à établir les fondements du secteur de la réadaptation à venir, et ce à partir des premières étapes de l’urgence. Quatre mois après le séisme, plus de la moitié des personnes ayant accès aux services de réadaptation n’étaient pas des victimes de la catastrophe naturelle, ce qui indique à la fois les besoins élevés en termes de réadaptation et le manque de services de soins qui étaient disponibles avant le séisme.

Bilan en demi-teinte

11L’une des caractéristiques de la réponse humanitaire en Haïti après le séisme a été l’afflux d’acteurs ayant peu ou pas d’expérience dans l’action humanitaire. C’était également le cas dans le domaine de la réadaptation physique. Les conclusions de cette étude soulignent la nécessité de normes internationales pour guider les acteurs humanitaires dans leur démarche de réadaptation post-catastrophe.

12Actuellement, les seules directives spécifiques à la réadaptation sont le « Guide pour les services de fauteuils roulants manuels dans les régions à faibles revenus » de l’OMS et le « Guide pour la formation du personnel dans les pays en développement pour les soins de prothèses et d’orthèses »1. Ceux-ci fournissent les normes minimales pour des appareils d’orthopédie et placent l’utilisateur au centre du processus de réadaptation. Il n’y a pas de guides spécifiques pour la kinésithérapie et l’ergothérapie en situation de post-catastrophe, y compris les lésions de la moelle épinière, lésions les plus fréquentes après le séisme en Haïti. Des professionnels internationaux et nationaux de la réadaptation qui sont intervenus lors du séisme en Haïti ont recommandé l’élaboration et la promotion de guides internationaux pour la fourniture de services de réadaptation en situation d’urgence (comprenant les normes de la pratique de la médecine de réadaptation, de la kinésithérapie et de l’ergothérapie).

13Aujourd’hui, des efforts sont entrepris en Haïti afin d’augmenter et de normaliser la formation de professionnels locaux de la réadaptation, élément qui devrait à l’avenir améliorer les services de soins dans le pays. Même si le mécanisme de coordination du Groupe sectoriel de la santé a créé un lien entre les divers acteurs du domaine de la réadaptation, un effort supplémentaire devrait impulser une nouvelle vision du futur secteur pour le pays.

14Traduit de l’anglais par Céline Lang

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karl Blanchet et Myroslava Tataryn, « L’aide aux personnes handicapées en Haïti », Humanitaire [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/1313

Haut de page

Auteur

Karl Blanchet et Myroslava Tataryn

Karl Blanchet et Myroslava Tataryn sont membres de l’International Centre for Evidence on Disability et du Public Health in Humanitarian Crises Group, à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.Article paru dans Humanitarian Exchange Magazine, n° 54, mai 2012, reproduit ici avec l’aimable autorisation de l’éditeur. www.odihpn.org

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals