Navigation – Plan du site
Éditorial

La France, le monde, et leurs banlieues

Thierry Brigaud
p. 2-3

Texte intégral

Enfants du Sénégal
dépatriés expatriés et naturalisés

Enfants indochinois
jongleurs aux innocents couteaux
qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
de jolis dragons d’or faits de papier plié
Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
qui dormez aujourd’hui de retour au pays
le visage dans la terre
et des bombes incendiaires labourant vos rizières

On vous a renvoyé
la monnaie de vos papiers dorés
on vous a retourné
vos petits couteaux dans le dos

Étranges étrangers
Vous êtes de la ville
vous êtes de sa vie
même si mal en vivez
même si vous en mourez.


Jacques Prévert, Grand bal du printemps (extrait)
(La Guilde du Livre, 1951 ; Gallimard, 1976)

1Médecins du Monde est une association humanitaire singulière. Si dès sa création en 1980, elle s’est forgée sa réputation à l’international, en 1986, elle ouvrait une mission en France. Ici et là-bas, comme une sorte de slogan, une évidence plutôt. Depuis, l’association s’internationalise aussi, au rythme de la création de ses délégations. Et chaque fois que l’une d’elles ouvre à l’étranger, elle commence par interroger la solidarité au sein même de son territoire. Ainsi Médecins du Monde-USA a-t-elle ouvert cet automne un projet dans un des quartiers de la péninsule de Rockaway, véritable lieu de relégation de la ville de New York. La vie de l’association se fait au rythme de ces allers-retours incessants entre le proche et le lointain, entre le centre et la périphérie.

2Depuis des mois, ce sont nos projets là-bas qui nous interpellent, en particulier en Syrie. La guerre civile y produit ses ravages ; l’utilisation de gaz sarin rappelle que ce conflit asymétrique est sans loi. Voir un pays s’enfoncer dans l’effroi est un terrible constat d’échec. Ce huis clos infernal dure depuis bien trop longtemps. Il faudra juger les responsables de crimes de guerre ; il faudrait que le conseil de sécurité impose une trêve…

3Pendant ce temps-là, en France, quelques responsables politiques se complaisent dans la surenchère populiste. Ils jouent la partition du bouc émissaire, désignant les populations pauvres issues de la Roumanie et de la Bulgarie comme les nouveaux parias d’une Europe essoufflée. Et à Lampedusa, la mort accidentelle de presque 300 migrants début octobre, vient souligner l’horreur de la politique migratoire de l’Europe. Une Europe frileuse, enfermée dans sa citadelle et qui, face à la crise, se complet dans le rejet de l’Autre.

4Damas-Saint-Denis : 3 500 km. Les questions de l’accueil des réfugiés syriens, de la solidarité avec les demandeurs d’asile, de la générosité que l’on doit aux étrangers gravement malades se répercutent au cœur de nos villes.

5Le regard décentré qu’offre à Médecins du Monde sa vocation internationale lui donne cet incomparable avantage de voir comment la mondialisation et la circulation permanente – à défaut d’être toujours libre – des êtres humains est à l’œuvre partout. À l’image de ce que nous tentons de faire avec des pays lointains, peut-être devons-nous construire des ponts avec nos banlieues, afin de traverser plus souvent nos « périphériques » mentaux. Ce regard non-aligné nous amène à lever le voile sur l’autre visage de la « crise des banlieues » : une situation sanitaire inquiétante et un accès aux soins défaillant qui unissent Français comme étrangers dans une ironique égalité vers le bas.

6L’étymologie du terme « banlieue » est riche d’enseignements. Venant du Moyen-Âge, il désignait cet « espace d’environ une lieue autour d’une ville, sur lequel s’étendait le ban dans la société féodale ». Le préfixe ban- renvoyait à cette « proclamation publique dans un territoire relevant de la juridiction d’une autorité ». Autrement dit, pour moyenâgeuse qu’elle soit, l’expression était « incluante » pour les territoires concernés : les « banlieusards » bénéficiaient de la protection de la ville et de ses institutions. Comment se fait-il qu’aujourd’hui, la banlieue renvoie au côté « face » du ban qui signifiait « exclusion par décision d’une autorité » ? Être en rupture de ban… N’est-ce pas le sort réservé aujourd’hui à nombre de nos banlieues ?

7À l’image de ce que les French doctors ont fait en leur temps – pallier l’inaction des États –, les ONG humanitaires d’aujourd’hui doivent-elles intervenir dans les banlieues ? Pour autant que l’on réponde positivement à cette question, elle ne doit pas dissimuler le véritable enjeu : cette présence des humanitaires dans la banlieue accompagnera-t-elle le retour de certaines populations vers le droit commun, ou viendra-t-elle signifier le bannissement définitif des habitants « périphérisés » ? Finalement, les humanitaires ont-ils vocation à se substituer à l’État, au risque d’entretenir des situations qui ne devraient être qu’exceptionnelles ?

8Les quartiers construits dans la hâte de l’après-guerre et l’effervescence des Trente Glorieuses, pour faire travailler les migrants de la première génération, correspondent à un urbanisme d’entassement. Les centres sont trop éloignés, les liaisons entre les boucles du réseau trop souvent absentes. Pour rejoindre l’hôpital de Poissy lorsqu’on habite à Chanteloup-les-Vignes, il faut parfois se résoudre à la marche à pied ! Et faute de pédiatres, de gynécologues ou de psychiatres, l’offre de soins n’est pas souvent au rendez-vous.

9De nombreuses analyses montrent que dans ces quartiers populaires se joue sans doute l’avenir de notre vieux continent. L’interculturalité est au travail, la création au rendez-vous, l’innovation dans les projets de santé permet parfois de réellement questionner les inégalités sociales de santé.

10Il y aurait donc urgence pour les associations de solidarité à regarder aussi chez nous. Il nous faut comprendre pourquoi la mixité sociale n’est plus au rendez-vous, pourquoi certains préfèrent s’enfermer dans des quartiers sécurisés, pourquoi la crise nous ferait nous replier sur nous. La santé pour tous, dans chaque recoin du territoire est peut-être l’occasion d’oser le métissage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Brigaud, « La France, le monde, et leurs banlieues », Humanitaire, 36 | 2013, 2-3.

Référence électronique

Thierry Brigaud, « La France, le monde, et leurs banlieues », Humanitaire [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/2759

Haut de page

Auteur

Thierry Brigaud

Thierry Brigaud est président de Médecins du Monde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals