Navigation – Plan du site
Retour sur…‎

Les 150 ans de la Croix-Rouge française : et demain ?

Jean-François Mattei
p. 4-13

Résumé

C’est à une sorte de retour vers le futur que nous convie Jean-François Mattei. Alors qu’en 2014 la Croix-Rouge française fêtera ses 150 ans d’existence, son ancien président revient sur cette société nationale née un an après le CICR. Mais celui qui préside désormais le tout nouveau Fonds Croix-Rouge porte avant tout son regard vers l’avenir et ce qu’il estime être les enjeux futurs de l’action humanitaire.

Haut de page

Texte intégral

1Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) célèbre en 2013 ses 150 ans. Créé en 1863 à l’initiative d’Henry Dunant, par les premières Conventions de Genève dans lesquelles les États signataires s’engageaient à organiser les soins pour les combattants blessés sur le champ de bataille, il a progressivement étendu sa mission à la protection des populations civiles en temps de guerre, à la diffusion du droit international humanitaire (DIH), et au contrôle des conditions de détention des prisonniers. Association de droit suisse, il est le garant de la neutralité absolue indispensable pour agir avec efficacité dans les zones de conflits. Il a marqué l’entrée de l’action humanitaire dans l’ère moderne et n’a jamais cessé d’occuper les avant-postes au service des victimes. Pour cela, il a reçu le prix Nobel de la paix à trois reprises, en 1917, 1944 et 1963.

La « vieille dame »

2À la suite de la création du CICR, de très nombreux pays ont créé leur société nationale de la Croix-Rouge. En 1864, fondée parmi les premières, la Croix-Rouge française s’est initialement appelée « Société de secours aux blessés militaires ». À son tour, elle fêtera ses 150 ans en 2014. Du fait de la ratification des Conventions de Genève par leurs États, les sociétés nationales sont considérées comme les « auxiliaires de leurs pouvoirs publics » dans le domaine de l’action humanitaire. Ce lien est plus ou moins fort selon les États, d’autant que les sociétés nationales, et la Croix-Rouge française en tête, font de plus en plus prévaloir leur principe d’indépendance, soucieuses de s’abstraire de toute contingence politique.

3Enfin, au lendemain de la Première Guerre mondiale, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge dont l’action avait été remarquée décidèrent de se « liguer » pour être plus efficaces encore. Elles créèrent donc la Ligue de la Croix-Rouge qui devint, plus tard, la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) puisque le deuxième emblème réclamé par certains pays de religion musulmane avait été accepté. Cette fédération a pour rôle essentiel de coordonner les actions internationales lors de catastrophes naturelles, de famines ou d’épidémies. Au total, le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est ainsi constitué par le CICR, les sociétés nationales et la FICR. La répartition des activités internationales entre les trois composantes est fixée par l’Accord de Séville (1997). Le respect des règles et principes du Mouvement, comme la résolution de problèmes éventuels, est assuré par deux commissions ad hoc.

  • 1 Pour reprendre les termes utilisés par le CICR lui-même. Voir « Le CICR, 1939-45 : face à l’Holocau (...)

4Ce bref rappel historique poursuit plusieurs objectifs. D’abord rappeler l’ancienneté de cette organisation internationale. Elle a traversé plusieurs guerres et des crises économiques sévères, commis des « erreurs et des manquements graves », connu des « échecs1 », notamment pendant la Seconde Guerre mondiale dans les camps nazis, et a été contestée à de nombreuses reprises (par exemple lors de la guerre du Biafra qui a d’ailleurs vu la naissance des French doctors). Cependant, elle conserve toujours son attrait en restant la plus ancienne et la plus importante organisation humanitaire de la planète. L’histoire le prouve régulièrement : dès qu’il le peut, chaque pays sollicite auprès des instances dirigeantes l’agrément et l’admission de sa société nationale au sein du mouvement. La société nationale la plus récente est celle du Soudan du Sud. C’est aussi, après la reconnaissance du Cristal-Rouge comme troisième emblème, l’admission de la société israélienne (Magen David Adom) en 2006, en même temps que le Croissant-Rouge palestinien. Malgré son ancienneté, le charme de la « vieille dame », qui compte désormais 189 sociétés nationales, opère toujours, ce qui devrait peut-être conduire le monde humanitaire à s’interroger davantage sur les causes de son succès et de sa longévité.

Avec les ONG la donne change, la Croix-Rouge reste

5Ce succès n’enlève rien au mérite des organisations non gouvernementales (ONG), notamment celles issues du « sans-frontiérisme ». D’origine francophone, elles ont su, à un moment critique – disons de la guerre du Biafra au début des années 1980 –, redonner du sens et insuffler l’esprit de rébellion indispensable contre l’oppression et la souffrance. Prendre l’opinion publique à témoin de l’injustice du monde, interpeller les égoïsmes drapés dans le consumérisme de l’époque, solliciter la conscience collective grâce à l’appui des médias, tout cela est venu au bon moment et a provoqué une réaction salutaire également saluée par l’attribution du prix Nobel de la paix à Médecins Sans Frontières en 1999, ainsi qu’à l’International Coalition to Ban Landmines, initiée par Handicap International, en 1997. Le Mouvement de la Croix-Rouge, lui-même, en a été ébranlé et a dû réagir quand il s’installait, peut-être, dans une routine établie. Ne dit-on pas que l’action des ONG a réveillé « la belle endormie » ?

  • 2 Alain Destexhe, L’humanitaire impossible ou deux siècles d’ambiguïté, Armand Colin, Paris, 1993 ; M (...)

6Mais les temps ont changé et au moment où les associations humanitaires s’interrogent sur leur avenir dans un monde où les mutations du système d’aide s’accélèrent, il serait regrettable de ne pas analyser les réponses et les évolutions du Mouvement de la Croix-Rouge. Neuf ans au service de la Croix-Rouge française et dans les rouages du secteur de l’aide m’ont convaincu de la nécessité de donner sa place à chaque acteur, malgré les identités différentes et les stratégies parfois divergentes. Les échanges réguliers, voire les coopérations entre les différents acteurs de l’action humanitaire m’apparaissent indispensables. Il faut apprendre davantage les uns des autres et travailler mieux ensemble, au nord comme au sud. En s’appuyant sur les leçons de l’histoire, aussi bien lointaine que récente, le moment semble venu de faire le point pour dessiner des propositions d’avenir. Elles sont indispensables tant la période est cruciale, comme de nombreux auteurs le signalent depuis quelques années déjà2.

Les leçons de l’histoire récente

  • 3 Michel Barnier, Pour une force européenne de protection civile : europe aid, rapport à la Commissio (...)

7Après le tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est, lequel aura profondément marqué l’action humanitaire, l’ONU a voulu engager une réflexion sur l’organisation des secours au niveau mondial en cas de catastrophes de grande envergure. Plusieurs sujets ont été avancés dont la coordination et la répartition des tâches entre organisations humanitaires, voire leur certification. Naturellement, les ONG, qui par nature sont hostiles à toute menace visant leur indépendance, ont fermement réagi pour s’opposer à un tel projet. On peut les comprendre puisqu’elles sont nées précisément de l’incapacité d’agir efficacement, à leurs yeux, des États et des organisations supranationales. Pourtant, même si l’on fait la part de l’inévitable en pareille circonstance, le désordre humanitaire autour de Banda Aceh était indéniable et on peut difficilement rejeter l’idée d’améliorer ce type d’intervention. La FICR, elle-même, a tiré les leçons de cette difficile expérience si bien que la coordination entre les sociétés nationales après le tremblement de terre en Haïti (2010) a été bien meilleure avec une organisation et une répartition des tâches inédites, par activités et par secteurs géographiques. De son côté, face aux catastrophes naturelles ou causées par l’homme, l’Union européenne estime vital de se doter d’un système de protection civile et d’aide humanitaire plus efficace et mieux organisé3. Finalement, l’ONU a persisté en proposant (2005) une « approche par clusters humanitaires » qui consiste à répartir des responsabilités par secteur. Ainsi, la FICR est-elle impliquée dans le domaine des abris aux côtés du HCR.

Les chantiers de l’avenir

8On pourra toujours s’interroger et discuter sur les justes mesures, mais je ne vois pas comment une organisation globale des secours pourrait ne pas s’imposer sous une forme ou une autre à condition, bien sûr, de respecter les identités et les particularités de chacun. Bien qu’incertaine, la réflexion se poursuit et il me semble souhaitable d’y participer avec un esprit constructif. Je sais qu’il est toujours difficile d’abandonner un peu de sa propre liberté et d’accepter de se référer à des règles partagées. Je suis même intimement convaincu qu’il serait aujourd’hui presque impossible de créer une organisation universelle telle que le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Je suis conforté dans cette idée en observant les difficultés de grandes ONG à créer des sections dans de nouveaux pays et à gérer un réseau transnational fonctionnant de façon harmonieuse et consensuelle. Oui, il est parfois difficile de « vivre ensemble », mais cela m’apparaît, pourtant, comme une absolue nécessité.

  • 4 Organisme sans but lucratif qui exerce depuis plus de vingt ans la mission de contrôle de l’appel à (...)
  • 5 The Joint Standards Initiative (JSI) est un projet initié par the Humanitarian Accountability Partn (...)

9Dans le même état d’esprit, la question de la certification des organisations humanitaires a été posée face à la multiplication de petites associations sans expériences ni compétences, parfois créées pour la circonstance avec des moyens limités. Il paraît impossible de laisser se reproduire la triste équipée de l’Arche de Zoé qui cumula toutes les erreurs et tous les manquements possibles au point de constituer aujourd’hui un contre-exemple lors de la formation des futurs humanitaires. De leur côté, les donateurs deviennent de plus en plus exigeants sur la redevabilité des actions financées avec leurs contributions et le Comité de la Charte4 se pose en gardien des conditions d’agrément justifiant le don en confiance. Les ONG, a priori réticentes à l’idée d’un « label » en forme « d’autorisation d’agir » portant atteinte à la liberté d’initiative, ont néanmoins entrepris un travail de réflexion intéressant5 qui avance assez vite et rejoint le projet de certification du Steering Committee for Humanitarian Response network (SCHR). Au sein du Mouvement de la Croix-Rouge, une règle fondatrice établit qu’aucune société nationale ne peut être admise si elle ne satisfait pas à des critères sévères, et si elle ne répond pas aux exigences du Mouvement dans la durée. Néanmoins, cette démarche, essentielle au plan des principes humanitaires, doit encore être complétée par la réflexion commune entreprise par les organisations humanitaires. Malgré le scepticisme des acteurs humanitaires, mon sentiment est que le principe de certification, qui existe déjà dans les faits, s’imposera et sera plutôt un gage de plus grande liberté pour beaucoup d’organisations de solidarité internationale.

Deux facteurs clés : financements et retour des États

10Qui ne voit derrière tout cela deux facteurs essentiels qui vont, à plus ou moins long terme, s’imposer comme des régulateurs obligés ? Je veux parler des moyens financiers et de la souveraineté des États.

  • 6 La démarche, soutenue par certains bailleurs de fonds comme le Danemark, pose clairement la questio (...)

11Concernant les moyens financiers, il est indéniable que l’argent « privé » se fait de plus en plus difficile à obtenir, surtout en l’absence de grande catastrophe mobilisatrice de générosité. Il faut déployer des moyens toujours plus importants et un professionnalisme plus exigeant pour rassembler les moyens d’intervenir. Ce decrescendo ne se fera pas en un jour mais, à mon sens, il est inéluctable. Seules quelques rares associations dont la notoriété est durablement installée dans le monde, et surtout les grandes Fondations privées (Fondation Gates, Fondation Clinton…) jouissant de moyens considérables n’appartenant qu’à elles seules, pourront continuer de tracer leur chemin sans contraintes. De l’autre côté, l’argent public se fait aussi plus rare et les bailleurs institutionnels sont de plus en plus regardants. Ils choisissent leurs partenaires, tout comme les bailleurs privés, selon leurs propres critères. Ils imposent leurs thématiques et fixent leurs règles d’évaluation et de transparence. D’une certaine façon, ils imposent leurs propres certifications6 ! Désormais, les bailleurs, publics et privés, évaluent eux-mêmes les besoins, fixent le montant des enveloppes, définissent leur cahier des charges et organisent des appels à projets auxquels peuvent soumissionner les associations candidates, exactement sur le modèle des appels d’offres et selon les règles des marchés publics. C’est le cas auprès des instances européennes, par exemple. Indirectement, les règles du jeu ont changé et mieux vaut ne pas se trouver en dehors de la partie.

  • 7 Philippe Ryfman, « Les Syriens ne peuvent plus attendre », Le Monde, 30 janvier 2013 ; voir égaleme (...)
  • 8 Claire Magone, Michaël Neuman et Fabrice Weissman (dir.), Agir à tout prix ? Négociations humanitai (...)

12Le second élément à intégrer depuis les années 2000 concerne la souveraineté des États. Sans vouloir être excessif, je suis convaincu que le temps du sans-frontiérisme s’achève. Il a joué un rôle admirable et exemplaire, mais je pense que dans sa forme originelle il est dépassé, y compris dans la volonté du droit d’ingérence. Ce concept a été rediscuté au sujet des conflits en Libye et surtout, aujourd’hui, en Syrie. Qui peut admettre le massacre de victimes innocentes et ces bains de sang quotidiens pour des raisons qu’aucun pouvoir politique ne peut justifier ? Pourtant, avec le temps, l’accession à l’indépendance et l’exercice affirmé de la souveraineté nationale, chacun sait, y compris les humanitaires les plus prompts à s’engager, qu’il est pratiquement impossible de porter secours et d’aider les populations désemparées au cœur d’un pays qui le refuse, à l’exception notable et fragile du CICR. Beaucoup a déjà été dit sur le conflit syrien7. Les actions humanitaires conduites dans les pays voisins en faveur des réfugiés ou dans des poches accessibles pour prodiguer des soins et apporter de la nourriture sont exemplaires, mais demeurent extérieures. D’autres prennent le risque de la clandestinité. Mais l’expulsion, parfois brutale, d’ONG est en revanche de moins en moins souvent l’exception (Soudan, Niger). Enfin, à côté de ces situations de guerre, il est d’autres circonstances où l’insécurité est telle que les humanitaires doivent déléguer à des acteurs locaux ou renoncer pour ne pas s’exposer dangereusement, comme c’est le cas dans certains pays du Sahel, ou encore en Somalie, où le remote control devient une pratique de plus en plus adoptée. De telles situations ont, d’ailleurs, été parfaitement décrites par Médecins Sans Frontières8.

  • 9 Pierre Micheletti, Humanitaire…, op. cit.

13Il est encore d’autres situations où les États revendiquent leur émancipation humanitaire. Ils expriment la volonté d’assurer eux-mêmes la plupart des actions que conduisent les associations humanitaires. On assiste, cinquante ans après les Indépendances, à une seconde révolution postcoloniale au travers de cette volonté d’être désormais les acteurs de leur propre progrès social. C’est ce que certains ont appelé la désoccidentalisation de l’action humanitaire en posant bien le problème : s’adapter ou renoncer9 ! Cette évolution est frappante mais, ayant siégé huit ans (2005-2013) au conseil de direction de la FICR, je suis étonné de cette prise de conscience sans aucune référence à ce qui se fait en la matière au sein du Mouvement de la Croix-Rouge. La règle constante y est en effet qu’aucune société nationale ne peut intervenir dans un autre pays sans y être invitée par la société nationale de celui-ci. Il doit y avoir un accord entre la société hôte et la société partenaire sur les projets, les modalités d’action, la mise en œuvre et la répartition des responsabilités au sein d’équipes mixtes. Autrement dit, cela fait des décennies que l’action humanitaire au sein du Mouvement de la Croix-Rouge est désoccidentalisée. Et, à vrai dire, les velléités d’indépendance de certaines sociétés nationales confineraient parfois même à la contre-occidentalisation… Et pourtant, même au sein de la FICR, les modalités d’intervention vont devoir évoluer sous la demande pressante ciblant la responsabilité directe des opérations et la gestion autonome des financements. Je ne vois pas comment cette évolution n’atteindrait pas ses fins, d’autant qu’elle est l’aboutissement naturel de nos actions passées et doit être considérée comme un succès : le but de l’humanitaire n’est-il pas d’accompagner celui qu’il aide vers son autonomie retrouvée ? Pour autant, les acteurs occidentaux sont-ils prêts à assumer cette nouvelle étape de l’histoire de l’humanitaire ? Ont-ils une connaissance suffisante du tissu humanitaire local ? Celui-ci est-il bien formé, compétent ? Comment l’accompagner ? Bref, comment gérer cette transmission inéluctable et en assurer la qualité selon les critères définis aujourd’hui par le régime de l’aide internationale ?

Penser l’humanitaire à venir

14Même si des évolutions sont déjà visibles ici ou là, je n’ai pas le sentiment que cette mutation ait été véritablement pensée et préparée. Et si beaucoup y pensent, peu en parlent ouvertement. C’est pour cette raison que la Croix-Rouge française a souhaité créer un Fonds de dotation, préfiguration d’une Fondation, destiné à conduire des recherches pour assurer une meilleure connaissance des partenaires de terrain et envisager les modalités d’une transmission aussi confiante qu’exigeante. L’humanitaire est souvent trop éclaté dans notre pays entre les « besogneux et les penseux », pour reprendre l’expression québécoise. Entre ceux qui, absorbés par les tâches urgentes du terrain n’ont pas suffisamment le temps de la réflexion, et les académiques qui n’ont pas toujours une expérience suffisante du terrain, il faut des structures d’interface et de médiation pour tenter de mieux comprendre les mécanismes de cette évolution inéluctable.

15Cela veut dire aussi qu’il faut d’ores et déjà penser aux futurs métiers de l’humanitaire au nord comme au sud. Probablement moins d’acteurs opérationnels au fil du temps et davantage d’experts et de conseillers. L’avenir de l’émancipation humanitaire passera par une coopération humanitaire nouvelle qu’il faut inventer.

  • 10 Jean-François Mattei, « Bientraitance et action humanitaire », in Michel Schmitt (dir.), Bientraita (...)

16Enfin, la réflexion éthique s’impose plus que jamais dans de très nombreux domaines de notre vie, et pas seulement dans celui de la biologie et la médecine. Or, cette réflexion est peu développée dans le champ de l’humanitaire. On trouve une abondante littérature sur le sujet, mais elle confond principes éthiques et humanitaires – l’humanité, l’impartialité et la neutralité. De fait, les principes éthiques de référence que sont l’autonomie, la bienfaisance, la non-malfaisance et la justice, n’ont, à ma connaissance, pas encore pénétré la pensée humanitaire comme cela est pourtant indispensable10. La meilleure connaissance du tissu humanitaire local, les métiers humanitaires de demain et la réflexion éthique dans le champ humanitaire, voilà les objectifs que se fixe le nouveau Fonds de la Croix-Rouge française.

17S’y ajoute, pour conclure, une autre considération nourrie par l’expérience de la Croix-Rouge et de Médecins du Monde parmi d’autres, à savoir la proximité entre l’action humanitaire conduite sur des terres lointaines et l’action sociale menée dans nos quartiers. À l’avenir, il faudra tisser des liens entre les deux, pour agir, selon l’expression de la Croix-Rouge britannique, « all over the world and round the corner ». Car les missions sont identiques avec les mêmes objectifs de soulager les personnes fragiles et vulnérables. Est-ce le fait du hasard si le champ de l’humanitaire change de géométrie au moment même où l’action sociale en France s’ouvre davantage aux associations en les érigeant au rang de partenaires institutionnels ? On ne peut pas méconnaître ce rapprochement, à mon sens inéluctable. Il faut donc s’y préparer.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre les termes utilisés par le CICR lui-même. Voir « Le CICR, 1939-45 : face à l’Holocauste », 2 février 2005, www.icrc.org/fre/resources/documents/misc/history-holocauste-020205.htm et François Bugnion, « Entre histoire et mémoire, le CICR et les camps de concentration et d’extermination nazis », 5 novembre 2002, www.icrc.org/fre/resources/documents/misc/68xejs.htm

2 Alain Destexhe, L’humanitaire impossible ou deux siècles d’ambiguïté, Armand Colin, Paris, 1993 ; Myriam Tsikounas (dir.), « Les ambiguïtés de l’humanitaire, De saint Vincent de Paul aux French Doctors », Panoramiques, n° 24, 1996 ; David Rieff, L’humanitaire en crise, Le Serpent à plumes, Paris, 2004 ; Karl Blanchet et Boris Martin (dir.), Critique de la raison humanitaire, Le Cavalier bleu, Paris, 2006 ; Pierre Micheletti, Humanitaire : s’adapter ou renoncer, Hachette, Paris, 2008 ; Christian Troubé, L’humanitaire en turbulences, Autrement, Paris, 2006.

3 Michel Barnier, Pour une force européenne de protection civile : europe aid, rapport à la Commission européenne et au Conseil européen, 2006.

4 Organisme sans but lucratif qui exerce depuis plus de vingt ans la mission de contrôle de l’appel à la générosité publique. Son action se fonde sur l’élaboration des règles de déontologie, l’agrément des organismes volontaires pour se plier à une discipline collective vis-à-vis des donateurs et le contrôle continu des engagements souscrits.

5 The Joint Standards Initiative (JSI) est un projet initié par the Humanitarian Accountability Partnership (HAP), People in Aid et Sphere.

6 La démarche, soutenue par certains bailleurs de fonds comme le Danemark, pose clairement la question du respect de standards par les ONG, donc de la certification et, plus généralement, des règles du jeu.

7 Philippe Ryfman, « Les Syriens ne peuvent plus attendre », Le Monde, 30 janvier 2013 ; voir également le dossier « Les nouvelles frontières de l’humanitaire : l’impasse syrienne », Humanitaire, n° 34, mars 2013, http://humanitaire.revues.org/1795.

8 Claire Magone, Michaël Neuman et Fabrice Weissman (dir.), Agir à tout prix ? Négociations humanitaires : l’expérience de Médecins Sans Frontières, 2011.

9 Pierre Micheletti, Humanitaire…, op. cit.

10 Jean-François Mattei, « Bientraitance et action humanitaire », in Michel Schmitt (dir.), Bientraitance et qualité de vie, Masson, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Mattei, « Les 150 ans de la Croix-Rouge française : et demain ? », Humanitaire, 36 | 2013, 4-13.

Référence électronique

Jean-François Mattei, « Les 150 ans de la Croix-Rouge française : et demain ? », Humanitaire [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/2764

Haut de page

Auteur

Jean-François Mattei

Ancien président (2004-2013) et président d’honneur de la Croix-Rouge française, membre du conseil de direction de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Jean-François Mattei est aujourd’hui président du Fonds de la Croix-Rouge française.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals