Navigation – Plan du site
Tribune

Il faut séronégativer la réduction des risques !

Olivier Maguet
p. 72-87

Texte intégral

De la transgression à la normalisation

1Ces dernières années, la réduction des risques (RdR) liés aux usages de drogues semble être devenue une évidence à l’échelle planétaire. Par « évidence », nous n’entendons pas uniquement l’existence de preuves scientifiques (nombreuses au demeurant), mais aussi l’existence d’un système organisé, généralement reconnu par les décideurs publics, dans lequel sont mises en œuvre des interventions ciblant des publics dont les pratiques personnelles les exposent plus particulièrement que d’autres personnes à un risque de transmission de virus infectieux comme le VIH : personnes consommant des drogues, se prostituant, etc. Ce système signifie aussi la présence d’acteurs locaux et globaux promouvant et développant ces interventions, et d’un environnement dans lequel la RdR se déploie. Plusieurs signaux permettent de définir la genèse et la nature de cette évidence, signaux qui concernent les interventions elles-mêmes, les acteurs et l’environnement.

2Le premier d’entre eux est le foisonnement de publications scientifiques ayant démontré l’impact des programmes sanitaires proposant des interventions de RdR à destination des personnes utilisant des drogues – à l’instar de la mise à disposition de matériel stérile d’injection et de traitements de substitution aux opiacés. De nombreux indicateurs, évalués sous différentes latitudes, au nord comme au sud, à l’est comme à l’ouest, apportent la preuve objective de cet impact : réduction de la transmission du VIH, diminution des overdoses mortelles, adhérence à un traitement antirétroviral contre le VIH, etc. La littérature scientifique en la matière va même au-delà des seules dimensions sanitaires et témoigne aussi de l’amélioration des fonctions sociales, comme la diminution de la criminalité associée à l’usage de drogues illégales ou un impact positif sur l’insertion. Ainsi, depuis sa première utilisation à visée de traitement de la pharmacodépendance aux opiacés en 1965 par une équipe médicale new-yorkaise, la méthadone est une molécule qui a été beaucoup plus évaluée que les anticancéreux… Le socle de connaissances scientifiques est solide.

3Le deuxième signal témoigne de l’émergence et de la structuration progressive d’un champ social dans lequel évoluent les acteurs. À l’origine est l’épidémie de sida, qui apparaît au tout début des années 1980 : surgit un objet impensé, car impensable au regard des catégories nosologiques alors en vigueur. Cet impensé est d’autant plus improbable et perturbant qu’il renvoie à des individus ou à des groupes marginalisés et faisant l’objet de représentations sociales souvent négatives, à commencer par les homosexuels et les usagers de drogues. Il met immédiatement en difficulté, si ce n’est en défaut, les acteurs traditionnels de la santé en général, de la prise en charge des addictions en particulier. C’est ainsi que l’urgence sanitaire va conduire à l’émergence d’un premier groupe d’acteurs, dont le profil atypique par rapport aux normes du secteur médical fait quelque part écho à la marginalité des groupes concernés par le VIH. Des junkies bonds hollandais aux jeunes médecins humanitaires, des premiers militants de la lutte contre le sida aux militants politiques issus des mouvements post-68, des jeunes chercheurs relégués par leur institution aux décideurs publics locaux confrontés à la gestion locale de l’épidémie (comme à Liverpool), ce sont en quelque sorte des outsiders qui prennent en main la réponse à l’épidémie de sida chez les usagers de drogues. Ces premiers acteurs, essentiellement au nord, vont mettre en œuvre les programmes de RdR et constituer le creuset à partir duquel le mouvement va s’amplifier ; ils vont peu à peu se structurer, voire se normaliser, pour pouvoir diffuser au mieux les interventions de RdR. À cet égard, l’organisation de la première conférence internationale de RdR en 1990, puis la création de l’association internationale de RdR en 1996 (International Harm Reduction Association [IHRA], devenue Harm Reduction International [HRI] en 2011) constituent un moment symbolique dans ce processus de structuration du champ social et politique de la RdR.

4Le troisième signal de cette évidence, enfin, est la modification importante de l’environnement dans lequel s’inscrivent les programmes de RdR. L’acceptabilité sociale et politique de la RdR s’est considérablement améliorée ces dernières années. Il s’agit d’ailleurs de la conséquence directe des deux premiers points, les acteurs de la RdR ayant su, tout au long de la période, promouvoir les évidences scientifiques qu’ils produisaient. Depuis l’année 2008, HRI publie un rapport bisannuel sur l’état mondial de la RdR (The Global State of Harm Reduction) qui dresse une sorte de « palmarès » mesurant, pour chaque pays, le degré d’acceptabilité de la RdR au travers de quatre indicateurs : existence de (i) textes officiels émanant des gouvernements ou des parlements nationaux adoptant officiellement la RdR comme une politique publique de santé, (ii) programmes d’échange de seringues, (iii) traitements de substitution aux opiacés, (iv) salles de consommation à moindre risque. Entre 2008 et 2012, le nombre de pays disposant d’un texte officiel consacrant la RdR est passé de 82 à 97, ceux proposant un PES de 77 à 86, ceux proposant des TSO de 63 à 77. Cette évolution impressionnante est à mettre en regard de l’année 1984, où le tout premier programme d’échange de seringues a été mis en œuvre aux Pays-Bas… Il s’agit donc d’une forme de consécration de la RdR, par les États, mais aussi par les agences internationales. Ainsi, les Nations unies ont publié en 2009 un guide technique à destination des États voulant mettre en place des programmes efficaces de lutte contre le sida ciblant des personnes utilisant des drogues. La seconde version de ce guide, publiée en 2013, intègre même le terme de « RdR » pour signifier ces interventions. Dès lors, il s’agit bien d’une définition officielle, faisant office de cadre de référence, qui est ainsi proposée aux États membres ; ce cadre institue clairement les PES et les TSO, deux des mesures qui ont suscité le plus de polémiques – et en suscitent toujours dans certains endroits du monde –, comme les deux interventions clés en RdR. Sur un plan plus politique, la fin de la première décennie des années 2000 a vu se multiplier les déclarations et rapports en faveur de la RdR et de politiques des drogues fondées sur les approches de RdR, émanant de personnalités publiques de premier rang : anciens chefs d’État (en particulier de pays d’Amérique du Sud) et responsables d’agences mondiales, prix Nobel, chercheurs de haut niveau.

5Voilà ce que signifie une évidence planétaire, acquise en l’espace de trente ans. Au terme de ce processus, les outsiders, qui étaient à l’origine marginalisés par les décideurs publics et leurs pairs, sont devenus des insiders, dont les propositions sont reprises officiellement et traduites dans les lois et les guides de bonnes pratiques. Les acteurs de la RdR sont passés de la transgression à la normalisation. Ce constat n’appelle pas un jugement historique et affectif qui témoignerait, en creux, du regret d’une certaine forme d’âge d’or de la RdR. D’une part parce qu’il serait indécent de parler d’âge d’or alors que la période concernée ressemble plus à des années de cendre qu’à des années de miel ; d’autre part parce que la diffusion mondiale des interventions de RdR ne pouvait justement passer que par la structuration d’un champ, condition indispensable à son acceptation par les décideurs publics et les sociétés ; cette règle sociologique et politique n’est d’ailleurs pas propre à la RdR, mais concerne tout mouvement social émergeant ayant vocation à introduire de nouvelles catégories de pensée et d’action.

Un horizon indépassable

  • 1 Les relations de pouvoir constituent un des thèmes centraux de l’œuvre de Michel Foucault, qui cons (...)

6Les acteurs de la RdR ont ainsi su affronter le défi de l’urgence et, ce faisant, instituer un nouveau paradigme d’intervention en matière de drogues. Toutefois, ce succès ne saurait occulter d’autres défis apparaissant aujourd’hui. Ceux-ci, qui s’inscrivent dans un autre temps que celui de l’urgence, plus long, sont finalement révélés en creux par ce à quoi n’a pas répondu le défi de l’urgence, par ce dans quoi nous a enfermés le défi de l’urgence. Le succès que nous évoquions a été construit sur les évidences scientifiques : mettre à disposition le plus largement possible les outils de la RdR – dont le matériel stérile de consommation, les traitements de substitution, les préservatifs et les lubrifiants –, cela réduit effectivement la transmission de virus infectieux. Bien plus, lorsque ces techniques sont mises en œuvre de façon adaptée aux contextes d’intervention, cela favorise aussi les formes de réinscription sociale. Mais la science a atteint ses limites, et ce pour deux raisons. D’une part parce qu’elle n’a pas été suffisante pour renverser le paradigme politique en matière de drogues, à savoir rompre avec une politique centrée sur la répression partout dans le monde. D’autre part, la science pourrait comporter intrinsèquement les germes d’un système normatif, alternatif certes au système actuel, mais normatif tout de même ; elle pourrait en effet amener, en quelque sorte, à une nouvelle technique pour gouverner les individus, pour « conduire les conduites » comme le décrivait si justement Foucault1. Dans notre cas d’espèce, la science a été en grande partie construite sur un unique objet sanitaire, le VIH, ou plutôt sur la réponse visant à réduire la transmission du VIH chez les injecteurs de drogues afin de diminuer la charge de morbidité et de mortalité. Mais au-delà de son efficacité, ce discours technique représente bien un danger pour ces mêmes usagers de drogues : une impérieuse obligation de se conformer à une conduite unique et une circonscription de leur existence sociale à la figure de l’usager de drogues responsable se protégeant d’un risque infectieux.

7Le danger existe aussi pour les acteurs eux-mêmes : penser les réponses de réduction des risques liés aux usages de drogues – et plus généralement les politiques des drogues – dans une configuration unique, définie par la conjonction de deux phénomènes singuliers : l’injection et le VIH. Ce faisant, c’est toute la capacité créative du mouvement de la RdR qui est aujourd’hui en danger, celle-là même qui avait fait la force des outsiders. C’est en ce sens que la RdR semble aujourd’hui confrontée à un horizon indépassable. Au-delà de la nécessité de continuer à développer la RdR dans les terrains vierges (soit tout de même encore la moitié du monde si l’on se fie au palmarès de HRI), c’est à cette tâche de refondation que les acteurs doivent s’atteler pour non seulement garantir un meilleur accès à des interventions de qualité pour les personnes en besoin, mais aussi affronter les effets indésirables, voire contre-productifs qui apparaissent dans ce qui semble constituer aujourd’hui une sorte d’horizon indépassable de la RdR. Il s’agit ici de poser les termes du débat et de l’action pour l’avenir.

8Nous voyons ainsi poindre un paradoxe majeur de la RdR telle qu’elle est habituellement entendue. Un double paradoxe en fait. D’une part, la RdR dans son acception actuelle a démontré qu’elle n’avait pas été capable de modifier en profondeur le système normatif mondial en matière de drogues. Dans nos programmes de proximité, nous ne faisons finalement que tenter de repousser au quotidien les limites du politiquement, pénalement et socialement acceptable en matière de services médico-sociaux proposés aux usagers sans agir sur les raisons fondamentales qui ont conduit à leur situation sanitaire et sociale actuelle, à savoir les lois et les normes qui les excluent et les répriment. De ce point de vue, les salles de consommation à moindre risque en tant que service complémentaire de la palette de ceux existant en RdR sont un bon exemple de ce travail aux marges qui ne modifie pas fondamentalement la nature des frontières. D’autre part, le discours scientifico-technique de la RdR est porteur de nouvelles exclusions, qui sont générées de fait par le système normatif qu’il institue. Car à la conduite unique qui était promue par le corps médical et politique avant la RdR – « guérir des drogues » – est venue se substituer une autre conduite, plus compréhensive certes, mais tout aussi unique : être compliant, dans ses consommations de drogues, aux messages portés par la RdR telle qu’elle est définie par le guide technique des Nations unies de 2009. Le paradoxe est là : la même science sur laquelle se fonde la RdR et les mêmes techniques qui lui sont associées, qui ont permis la transgression des années 1980, agissent aujourd’hui comme une norme contraignante et circonscrivant la pensée et l’action en RdR.

Questionner la norme

9Puisqu’on ne peut agir qu’aux marges et que cette action marginale ne saurait modifier les frontières de l’acceptable en matière de politique des drogues, c’est bien cette nouvelle norme mondiale de la RdR qu’il faut questionner dans son essence. Pour le faire, il convient de revenir à son creuset historique : l’intersection d’une pratique singulière, l’injection, avec un phénomène sanitaire, le VIH.

  • 2 Michel Foucault, « Préface à l’Histoire de la sexualité », in Dits et Ecrits, t. 2, Gallimard, 1994

10C’est le sens du terme « séronégativer » : il signifie que ce qu’il est convenu d’appeler la ou les « réponses aux drogues » (en tout cas la réponse la plus largement acceptable, y compris par les décideurs publics) ne saurait être fondé uniquement sur cette intersection. Il convient de la dépasser pour repenser la RdR, renouant finalement ainsi avec ce qu’avaient réalisé les premiers outsiders ! Et faisant écho aux propos que tenait Michel Foucault dans son introduction originelle à son Histoire de la sexualité2 : « La “pensée” […] n’est […] pas à rechercher seulement dans les formulations théoriques, comme celles de la philosophie ou de la science ; elle peut et doit être analysée dans toutes les manières de dire, de faire, de se conduire où l’individu se manifeste et agit comme sujet de connaissance, comme sujet éthique ou juridique, comme sujet conscient de soi et des autres. En ce sens, la pensée est considérée comme la forme même de l’action, comme l’action en tant qu’elle implique le jeu du vrai et du faux, l’acceptation ou le refus de la règle, le rapport à soi-même et aux autres. »

11Où sont « les manières de dire, de faire, de se conduire » aujourd’hui au-delà de la « formulation théorique » des seringues stériles et des traitements de substitution ? Où sont aujourd’hui les différentes dimensions du sujet au-delà du sujet à risque de VIH ? Répondre à ces questions, c’est faire résonance avec l’un des fondamentaux initiaux de la RdR : la place essentielle de la personne, de son histoire, de son expérience avec les produits… Place que nous avons eu malheureusement tendance à diluer dans des agrégats de données venant justifier l’évidence scientifique.

12C’est bien pour cette raison que, en matière de définition des programmes de RdR, certains acteurs – dont MdM – font aujourd’hui clairement le choix de penser l’action à partir du rapport à la norme, qu’il s’agisse d’une loi, d’une règle administrative ou encore d’un standard professionnel, plus que par le produit consommé, par la pathologie associée ou encore par le « groupe à risque ». Car là est le dénominateur commun. Outre que ce choix fait pleinement écho à la volonté politique ultime dans laquelle le soin est un moyen et non une fin (il s’agit bien de changer la norme), il a le mérite de redonner du sens à un concept de RdR qui est progressivement dépouillé de sa substance en raison même de la dissémination des pratiques et des techniques qu’il induit. Paradoxe de nouveau ! S’il faut effectivement se réjouir de cette dissémination, nous ne pouvons pas rester aveugles à la technicisation et à la normalisation que ce processus génère intrinsèquement. Aveugles surtout aux risques de ce processus : éloigner dans le même temps la potentialité d’une finalité politique commune.

13Le Vietnam est un bon exemple d’une certaine forme de perte de sens de la RdR lorsque cette finalité politique n’est pas au rendez-vous. Certes, le pays est unanimement salué pour sa volonté d’augmenter massivement les taux de couverture en traitement méthadone pour les usagers de drogues, mais lorsqu’on se plonge dans le modèle vietnamien de RdR, il convient d’admettre que le paquet de services proposés semble aussi constituer un moyen efficace d’assurer le contrôle de populations toujours considérées comme déviantes par rapport à la norme, et d’ailleurs toujours qualifiées de « fléau social » par les autorités. C’est surtout un moyen beaucoup plus efficace que les tristes camps de détention pour usagers de drogues – qui, toutefois, gardent toujours leur utilité pour celles et ceux qui ne se conformeraient pas au nouveau modèle normatif introduit par la politique officielle de RdR dans ce pays. Nous avons ici un exemple concret d’une dérive de la RdR, dont le sens originel est éludé et où les pouvoirs publics ne retiennent qu’une technique d’intervention efficace à des fins de contrôle social… La perception de l’exemple vietnamien au travers de cette analyse est bien éloignée de celle procurée par une stricte lecture centrée sur la réponse technique à l’injection dans un contexte de VIH, qui, elle, n’apporte que satisfaction et éloges – ce dont ne se privent d’ailleurs pas les observateurs qui restent dans ce moule technique, utilisant parfois l’expression de « gold standard » pour qualifier l’immense bond en avant du Vietnam dans la mise à disposition de seringues stériles et de méthadone !

14C’est du reste la même analyse qui est à l’œuvre sur le terrain de la santé sexuelle et reproductive. Là aussi, il est tellement plus facile de raisonner uniquement en matière de charge de morbidité et de mortalité : la mortalité maternelle, première cause de mortalité chez les femmes dans le monde, apparaît alors immédiatement comme un point d’entrée essentiel pour concevoir et mener des programmes couvrant un spectre de services allant de la planification familiale et l’accès aux outils de contraception et d’avortement à la prise en charge des soins obstétricaux. Ce constat est tellement évident qu’il en est venu à former l’un des huit Objectifs du millénaire pour le développement (ODM), qui ont été définis en l’an 2000 par les Nations unies afin d’éliminer la pauvreté dans le monde à l’horizon 2015… Certes, la santé maternelle est par définition associée à la sexualité dans sa dimension reproductive ; mais appréhender la santé sexuelle et reproductive sous l’angle unique de la santé maternelle, c’est encore une fois éluder la question du rapport à la norme, à la loi, à la règle ? Et, surtout, est-ce bien là le rôle d’acteurs de la RdR de se cantonner à la mise à disposition de ces services pour contribuer à la réalisation des ODM ? Non. Et c’est bien pour cette raison essentielle que les actions en matière de sexualité, plus que la réponse aux besoins spécifiques de santé uniquement, doivent trouver leur origine dans une réflexion préalable sur le rapport à la norme : il en va ainsi de l’accès sécurisé à une interruption volontaire de grossesse lorsqu’elle est interdite par la loi ; il en va ainsi pour l’accès à des moyens de prévention contre le VIH pour les travailleurs et travailleuses du sexe dont la pratique est criminalisée ou stigmatisée. Plus généralement, en matière de sexualité, le critère pour le choix d’intervenir sera le fait que la situation ou la pratique fait l’objet de dispositions légales ou de représentations sociales conduisant à une exclusion des services de prévention, de prise en charge et de traitement.

15Nous voyons bien apparaître le point qui lie usagers de drogues, prostitués et homosexuels. Ce point, celui du rapport à la norme, à la loi, à la règle, constitue le terreau sur lequel se forme le creuset d’une RdR élargie. Au-delà d’une réponse technique à la conjonction des deux phénomènes que sont l’injection et le VIH, une fois de plus. C’est encore cela « séronégativer » la RdR !

  • 3 Michelle Alexander, The New Jim Crow. Mass Incarceration in the Age of Colorblindness, The New Pres (...)

16La réflexion et l’action à partir de la loi permettent, en outre, d’ouvrir d’autres pistes : celle des minorités ethniques et de la ségrégation raciale ; celle des migrants (avec ou sans documents de voyage ou de séjour) et de la peur de l’étranger ; enfin, celle de la question sociale et de la peur des classes laborieuses. De ce point de vue, les données relatives à la répression des auteurs d’infractions à la législation sur les stupéfiants (ILS) sont pour ainsi dire… stupéfiantes ! La juriste américaine Michelle Alexander a récemment apporté une démonstration magistrale de la surincarcération des Noirs et des Hispaniques aux États-Unis, et, parmi ces « incarcérations de masse » pour reprendre son propos, le poids des ILS3. En France, la violence dans les quartiers dits sensibles a été instrumentalisée par de nombreux responsables politiques comme un parangon de la nécessité de promouvoir des politiques sécuritaires ; pourtant, l’échec patent à contenir cette violence amène depuis quelques années les observateurs à pointer que cette violence est étroitement liée aux opérations mafieuses de contrôle des points de vente des drogues ; et, second phénomène, la question raciale s’invite elle aussi dans le débat, puisque le terme « sensible » ne cherche qu’à cacher pudiquement dans la vulgate républicaine française – qui ne saurait voir aucune différence entre citoyens – les enfants issus de l’immigration. Autre latitude, autre exemple : en Afghanistan, la prison de Pul e sharki est remplie de quelques insurgés et de beaucoup de petits usagers de drogues, tandis que les cadres et responsables du trafic vivent tranquillement, au vu et au su de tout le monde, dans leurs très visibles villas de Kaboul dégoulinant d’un luxe tapageur et kitch ; à Kaboul toujours, les usagers de drogues issus de l’ethnie Hazara représentent plus de 80 % de la file active du programme de RdR de MdM, alors que cette ethnie compte pour environ 30 % de la population totale du pays. Nous avons d’ailleurs ici la conjonction des deux phénomènes exposés précédemment : la ségrégation raciale et sociale, puisque les Hazaras occupent les emplois journaliers manuels du bas de l’échelle socioprofessionnelle. Le matin, en allant au centre de RdR, nous pouvons croiser sur les trottoirs des rues de Kaboul de pauvres hères avec leur pelle et un haillon sur le dos, cherchant à vendre leur – faible – force de travail pour 1 ou 2 dollars la journée… les mêmes qui passeront l’après-midi au centre pour bénéficier des services médico-sociaux dans l’un des rares lieux où ils leur sont offerts.

  • 4 Anne Coppel, Olivier Doubre, Drogues, sortir de l’impasse. Expérimenter des alternatives à la prohi (...)

17Tous ces phénomènes s’inscrivent dans ce qu’Anne Coppel nomme, dans son ouvrage Drogues : sortir de l’impasse4, une « mondialisation de la tolérance zéro ». Sur ce sujet comme sur d’autres, le courant est venu des États-Unis. Courant qui s’est lui-même forgé dans ce pays comme point culminant d’un mouvement s’inscrivant dans le long terme du processus de construction de la norme internationale de contrôle des drogues engagé dès le début du xxe siècle, et plus spécifiquement et récemment dans celui d’élaboration et de verbalisation de la guerre aux drogues à partir des années 1960. Les années Reagan ont cristallisé ce point culminant, dont la diabolisation du crack dans les ghettos noirs américains en constitue l’épiphénomène – et il n’est pas anodin de rappeler que c’est au cours de cette même décennie qu’a été adopté, en 1988, le dernier des trois traités internationaux définissant la politique internationale de contrôle des drogues, le plus répressif… Ce mouvement issu des États-Unis a progressivement envahi les espaces publics, partout dans le monde. Comme le précise A. Coppel, « dans nombre de pays européens, il a conduit à renforcer les sanctions pour usage et, a minima, il a mis un coup de frein au processus qui a incité les pays de l’Union européenne à privilégier les réponses de santé publique aux sanctions judiciaires ». Car le fond de l’affaire est bien là : ce mouvement mondial a en effet déroulé son rouleau compresseur… à la même époque où le sida survenait ! Et ce sont justement ces réponses au sida qui ont conduit, comme nous l’avons vu, à l’émergence puis à la construction d’un corpus technique dénommé réduction des risques. Or l’état des lieux politique mondial montre bien que l’évidence scientifique de l’efficacité de ces réponses techniques de RdR, avec toute la force qu’elle revêt, ne saurait s’opposer à elle seule à ce mouvement mondialisé ; et les pays européens en constituent une bonne illustration : alors qu’ils ont été plutôt historiquement avancés dans la mise en œuvre de ces réponses sanitaires efficaces par la société civile et dans leur reconnaissance par les pouvoirs publics, ils n’ont pas su – ou pas pu – contrebalancer la force du courant venu des États-Unis. La France est un bon exemple de cette impasse : alors que, certes plus tardivement que dans d’autres pays en Europe – comme les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suisse –, ce pays avait réussi à inventer dans les années 1990 un modèle intéressant d’intervention en RdR, reposant sur un accès large aux traitements de substitution aux opiacés par le biais d’une facilité ample de prescription en médecine de ville – ce qui avait conduit certains à utiliser l’expression de « modèle français » –, la vague provenant des côtes américaines a connu sa crête en France au cours des années Sarkozy lors de la décennie 2000 et a provoqué une profonde régression. C’est pourquoi il est plus que temps de dépasser cette approche technique fondée sur la santé publique pour (re)situer la réflexion et l’action sur le terrain de la norme, de la loi et de la règle.

Un retour à la transgression ?

18Au-delà de la stricte dimension sanitaire de laquelle elle relève, ou plutôt qui motive sa mise en œuvre, la RdR pourrait être envisagée comme une puissante intervention politique permettant de comprendre et d’analyser les rapports de domination et les rapports sociaux de pouvoir, et qui autorise et outille pour agir afin de transformer ces rapports. À une condition toutefois : l’évaluation d’une action de RdR ne saurait être circonscrite à la seule mesure d’impact sanitaire des services de RdR proposés, sur le mode de la réduction de la morbi-mortalité, de la diminution de la criminalité, de l’amélioration des fonctions sociales… Voilà, encore, ce que signifie « séronégativer » la RdR.

19Les limites de la RdR « institutionnalisée » dans son format actuel sont donc aujourd’hui clairement établies. Pour continuer à vivre et à se développer dans l’esprit de son creuset originel, elle doit donc se réinscrire dans une visée de transformation sociale et être désormais considérée comme un outil au service de la réforme de la politique internationale de contrôle des drogues et, localement, de la réforme des législations nationales prises en application de cette contrainte normative puissante, qui a poussé les États à aller au-delà des injonctions qui leur étaient formulées pour qu’ils transcrivent les dispositions des traités internationaux. C’est la RdR du xxie siècle qu’il faut penser et mettre en action, c’est-à-dire celle qui a pour objectif cette réforme, et non pas celle du xxe siècle, c’est-à-dire celle qui lutte contre le sida. Il s’agit en quelque sorte de retrouver une certaine forme de subversion, à l’instar de celles des outsiders du début des années 1980.

20L’Amérique latine nous invite clairement dans cette voie. Et elle est bien placée pour le faire, étant une des régions du monde qui a payé – et paie toujours, en particulier au Mexique avec plus de 50 000 morts depuis 2006 – un prix particulièrement fort à la guerre aux drogues. Un symbole et deux étapes scandent cette invitation. Le symbole, c’est le président bolivien Evo Morales mâchant une feuille de coca lors de la Commission mondiale des stupéfiants à Vienne en 2009, pour appuyer son propos demandant une réforme de la politique internationale de contrôle des drogues – en utilisant le prétexte d’une contradiction des traités internationaux avec les traditions et l’économie locales des Indiens des plateaux. Les deux étapes, ce sont respectivement : en juin 2011 la publication du premier rapport de la Commission mondiale sur la politique des drogues, qui demande elle aussi une réforme de cette politique internationale sur la base des évidences scientifiques que nous avons précédemment développées – les anciens chefs d’État membres de cette commission étant tous issus d’Amérique latine à l’exception de l’ancienne présidente du Conseil fédéral suisse, Ruth Dreifuss ; en avril 2012, le sommet des Amériques à Carthagène, au cours duquel tous les gouvernements d’Amérique latine font le constat que « la guerre à la drogue a échoué » et appellent les États-Unis à changer de braquet. Bien d’autres initiatives, comme le projet de régulation de la production et de la consommation de cannabis en Uruguay, pourraient être développées pour appuyer ce propos. Ces éléments constituent la forme visible d’un mouvement naissant ayant pour objectif de rompre avec une norme puissante et infâme née au début du xxe siècle.

Une sortie de route historique

  • 5 Eric J. Hobsbawm, L’âge des extrêmes, Histoire du court xxe siècle 1914-1991, André Versaille (paru (...)

21L’historien britannique Eric Hobsbawm a magistralement analysé ce qu’il appelle le « court xxe siècle5 » – par opposition à un « long xixe siècle » marqué par les changements profonds induits par les révolutions industrielles, par la fin de la « conquête » du monde et par le libéralisme. Court parce que défini historiquement par les dates des deux conflits majeurs mondiaux, mais dont la violence inouïe a été inversement proportionnelle à la durée de la période historique, avec son lot de totalitarismes, de destructions, de génocides et d’exterminations. Il n’est pas anodin de constater que l’histoire de ce qui forme l’actuelle politique internationale de contrôle des drogues est tout aussi courte que le xxe siècle décrit par Hobsbawm, et s’inscrit parfaitement dans les limites historiques qu’il lui a fixées. Plus précisément, la date à laquelle démarre ce processus est 1909, année au cours de laquelle a eu lieu la première conférence sur l’opium à Shanghai ; sous le prétexte de solder les guerres de l’opium en Chine, il s’agissait alors de promouvoir l’idée d’une régulation et d’un contrôle de celui-ci. La date qui le clôture est 1971, année du fameux discours au Congrès américain du président Nixon qui déclara la « guerre à la drogue » (war on drugs). En l’espace de soixante ans – une paille à l’échelle de l’histoire humaine – s’est ainsi créé et développé un cadre mental et politique qui repose sur une assomption jamais discutée : « Les drogues sont interdites parce qu’elles sont dangereuses. » Il s’agit là d’une des plus formidables idées reçues jamais diffusée aussi largement et en aussi peu de temps à l’échelle mondiale, et reprise en chœur par tous les prescripteurs de normes et d’opinions !

  • 6 François-Xavier Dudouet, Le grand deal de l’opium. Histoire du marché légal des drogues, Syllepse, (...)

22François-Xavier Dudouet s’est brillamment attaché dans son ouvrage Le Grand Deal de l’opium6 à démonter radicalement cette idée reçue concernant les drogues, certainement la plus nuisible et la plus pernicieuse pour une connaissance intelligente de « l’objet social drogues ». La leçon est magistrale : non seulement elles ne sont pas interdites pour cette raison, mais surtout… rien dans la genèse de ce qui forme aujourd’hui les appareils législatifs répressifs des États ne trouve sa raison d’être dans une volonté d’interdire ! C’est même la logique inverse qui est à l’œuvre : il s’agit de créer un « marché légal des drogues », pour reprendre son expression, à commencer par celui de l’opium qui forme alors la « drogue » principale de ce début de siècle. Et les raisons concourant à la création de ce marché sont éminemment pragmatiques : un besoin médical de produits pharmaceutiques à base d’opiacés se fait jour – les stigmates physiques et psychologiques hérités du premier conflit mondial viendront très opportunément renforcer cette demande ; et en parallèle, une industrie pharmaceutique voit elle-même le jour dès la fin du xixe siècle, dont le modèle économique repose sur l’industrialisation des progrès techniques apparus dans la chimie. Il est toujours utile de rappeler que la synthèse de la diacétylmorphine (le principe actif de l’héroïne) a été réalisée pour la première fois en 1874 et que la firme pharmaceutique allemande Bayer a produit de l’héroïne dès 1898… En ce domaine comme ailleurs, la morale (« les drogues sont mauvaises et dangereuses ») n’est jamais bien loin de l’économie (la profitabilité d’un marché pharmaceutique). Ou plutôt, elle en constitue le paravent permettant l’acceptabilité politique et sociale d’intérêts économiques particuliers par la communauté.

23La volonté de créer un marché légal des drogues a conduit, de facto, à l’édiction de réglementations internationales tout au long de la première moitié du xxe siècle, dont la force d’application s’est intensifiée tout au long de la période, pour aboutir aux trois conventions de lutte contre les stupéfiants adoptées par les Nations unies en 1961, 1971 et 1988 et à la mise en œuvre d’un gendarme mondial des drogues avec l’Organe international de contrôle des stupéfiants. La conséquence logique de ce mouvement a été l’interdiction, puis la répression des usages de drogues non autorisés par ce cadre légal, c’est-à-dire des usages non médicaux de drogues. Voilà en quelques mots la véritable histoire de la « criminalisation des drogues » dans le monde… Bien différente de l’assomption initiale ! L’épidémie de sida est apparue dans ce contexte de criminalisation intense qui est responsable des dégâts provoqués par l’épidémie chez les usagers de drogues par voie intraveineuse – voie royale de transmission du virus s’il en est. Certains pays – très peu – ont réagi assez vite. D’autres – comme la France – ont rejoint le mouvement plus tardivement. Puis la norme sanitaire de la RdR s’est progressivement imposée comme nous l’avons vu. Malheureusement, il ne faut pas oublier que dans des zones non négligeables du monde – dont la Russie – la situation qui prévalait au début de l’épidémie de sida chez les usagers de drogues est toujours présente.

24Quelle est la leçon de cette histoire ? Alors que les êtres humains, depuis qu’ils sont humains – c’est-à-dire depuis plus de trente mille ans – ont appris à vivre avec les ressources naturelles de leur environnement, toutes les ressources, y compris ce que l’on appelle des « drogues » aujourd’hui, il n’aura fallu que soixante petites et courtes années pour faire s’effondrer cet édifice d’acculturation multimillénaire. Les dirigeants politiques et économiques conduisant le monde de ce décidément court xxe siècle auront ainsi contribué, outre les désastres décrits par Hobsbawm, à organiser une monumentale sortie de route historique de l’humanité en matière de drogues.

Les nouvelles frontières de la RdR

25Jusqu’à aujourd’hui, nous, acteurs de la RdR, avons mis en place nos actions dans ce contexte hypernormatif. Si l’on n’y prend garde, nous sommes naturellement portés, voire déportés, vers une trajectoire techniciste et gestionnaire. Et si nous refusions cette injonction ? Et si, dans un sursaut de citoyens libres, nous décidions de modifier les termes du débat ? Et si nous assumions enfin le paradoxe dont il était question précédemment, pour mieux le dépasser ? Et si nous portions une forme de révolution plutôt que de continuer à se développer dans une fonction de gestionnaire du système ? Oui, bien sûr, il faut garantir l’accès à des services et des outils pour celles et ceux à qui l’accès en est toujours dénié (c’est le volet « mise à disposition de services »). Mais il faut toujours garder dans notre ligne de vision la question de l’innovation et celle de la plus-value politique et sociale, au-delà de la mise à disposition de ces services. L’innovation au sens où l’évolution du concept de RdR peut être initiée, techniquement, par des actions qui ne s’inscrivent plus dans l’unique réponse au risque de transmission du VIH chez les injecteurs. Nous poserions ainsi les premières bases de la rupture avec le modèle ambiant. La plus-value car tous les services médicaux et sociaux que nous mettrons en place dans nos programmes doivent être pensés comme un levier intéressant et efficace de transformation sociale plutôt que comme une fin – telle que nous l’assigne le phénomène actuel de normalisation de la RdR.

  • 7 Franco Basaglia, L’institution en négation, Arkhê, 2012.

26C’est finalement à une certaine forme d’exigence que nous sommes invités. Une exigence intellectuelle et politique qui nous engage à lutter contre le paradigme venant d’être décrit, plutôt que lutter uniquement et techniquement contre le sida chez les injecteurs de drogues. Une exigence nous engageant à penser un nouvel impensable, celui du temps long après l’impensable de l’urgence des années 1980. Et préférons ce mot d’« exigence » à celui de « courage », qui fait trop souvent écho à la figure du « héros ». Nous ne sommes pas des héros, ni même des héros ordinaires ; non, nous sommes des citoyens exigeants qui ont pour mission d’inventer la réduction des risques du xxie siècle. Ce qui signifie aussi remettre la politique des drogues dans les rails de l’histoire, après la sortie de route du xxe siècle. En ce sens, le concept de réduction des risques du xxie siècle et les actions qu’il forge doivent définitivement être envisagés dans une perspective politique et non plus sanitaire. Pour ce faire, nous devons nous départir des oripeaux techniques auxquels nous a conduits cette reconnaissance institutionnelle de la RdR. Nous devons retrouver ce que Franco Basaglia appelait une forme d’« antispécialisme » dans son combat contre l’institution psychiatrique7. Nous devons nous prémunir de continuer à entretenir une approche techniciste qui justifie les formes les plus perverses de contrôle social et nourrit insidieusement et inéluctablement un glissement vers une police des corps.

27Le projet politique qui est ici proposé peut paraître ambitieux, ou hors de portée. Pourtant, l’histoire nous a déjà montré que l’on pouvait penser les drogues sans le prétexte du sida et de l’injection. Bien avant le fameux « modèle de Liverpool » décrit par Pat O’Hare dans cet ouvrage, il y eut au Royaume-Uni dans les années 1920 une réforme majeure de la prise en charge des usagers de drogues et des addictions, qui a conduit, entre autres, à autoriser, dès l’époque, la prescription d’héroïne médicalisée. C’est le tout aussi fameux, mais un peu oublié, « système britannique », né de la commission présidée par Sir Humphry Rolleston. Certes, les notables britanniques de l’époque n’avaient pas pour ambition d’empêcher le modèle normatif naissant de contrôle des drogues ; mais il faut leur reconnaître d’avoir su penser une politique sans l’urgence du sida. Nous avons donc la preuve qu’il est possible de, enfin, « sortir du sida » pour faire de la politique…

28Voilà ce que signifie, in fine, « séronégativer la réduction des risques ».

Haut de page

Notes

1 Les relations de pouvoir constituent un des thèmes centraux de l’œuvre de Michel Foucault, qui considère le terme de « conduite », ou encore celui de « gouvernement des individus », comme l’un de ceux qui permettent le mieux de saisir ce qu’il y a de spécifique dans les relations de pouvoir. Voir, entre autres, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits II, Quarto, 1994.

2 Michel Foucault, « Préface à l’Histoire de la sexualité », in Dits et Ecrits, t. 2, Gallimard, 1994.

3 Michelle Alexander, The New Jim Crow. Mass Incarceration in the Age of Colorblindness, The New Press, 2010.

4 Anne Coppel, Olivier Doubre, Drogues, sortir de l’impasse. Expérimenter des alternatives à la prohibition, La Découverte, 2012.

5 Eric J. Hobsbawm, L’âge des extrêmes, Histoire du court xxe siècle 1914-1991, André Versaille (paru dans sa version anglaise en 1994).

6 François-Xavier Dudouet, Le grand deal de l’opium. Histoire du marché légal des drogues, Syllepse, 2009.

7 Franco Basaglia, L’institution en négation, Arkhê, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Maguet, « Il faut séronégativer la réduction des risques ! », Humanitaire, 36 | 2013, 72-87.

Référence électronique

Olivier Maguet, « Il faut séronégativer la réduction des risques ! », Humanitaire [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/2802

Haut de page

Auteur

Olivier Maguet

Issu d’une formation universitaire en économie et sociologie, Olivier Maguet est consultant et membre du conseil d’administration de Médecins du Monde depuis 2010. Il milite dans le champ du sida, des hépatites virales et de la réduction des risques depuis la fin des années 1980. Le présent texte est issu de la publication collective : Céline Debaulieu, Niklas Luhmann et Olivier Maguet (dir.), Histoires et principes de la réduction des risques. Entre santé publique et changement social, Médecins du Monde, 2013, 131 pages, disponible en ligne (version française et anglaise) sur www.medecinsdumonde.org/Nos-Combats/Priorites-d-action/Lutte-contre-le-VIH-et-reduction-des-risques-RdR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals