Navigation – Plan du site
Tribune

Comment l’évolution des conflits implique de compter avec les maladies chroniques non transmissibles

Ran van der Wal
p. 88-95
Traduction(s) :
Humanitarian intervention in a changing world: need for a new model of care

Texte intégral

L’auteure remercie Karl Blanchet et Jiri Tucker pour leur relecture attentive de l’article.

  • 1 Guterres A., Think the aid system can cope? It can't, 2015 [18 Jan 2015]. Disponible auprès de : ht (...)
  • 2 Les maladies chroniques non transmissibles sont non infectieuses ; elles progressent généralement l (...)

1Alors même que la crise humanitaire au Moyen-Orient est l'une des plus dévastatrices de notre ère, d'après Antonio Guterres, Haut-Commissaire des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), l'aide humanitaire atteint ses limites1. Cet article traite de l'une d’entre elles : les défis posés par l'approche des maladies chroniques non transmissibles (MNT)2 dans le cadre des interventions humanitaires. En premier lieu, sont décrits le développement des interventions humanitaires de santé, la nature et les contextes changeants des urgences. En second lieu, sont abordés le contexte et les conséquences spécifiques de la crise syrienne. En conclusion, cet article mentionne certaines des nouvelles voies à explorer, comme le suggèrent des experts. Bien que les interventions humanitaires concernent aussi bien des catastrophes naturelles que celles causées par l'homme, le présent article se concentre sur ces dernières.

Des contextes humanitaires changeants

  • 3 Spiegel PB, Checchi FB, olombn S. Paik E., “Health-care needs of people affected by conflict: futur (...)

2Ces dernières décennies, de profonds changements ont été observés dans les contextes humanitaires. Au cours des années 1970 et 1980, la forme d'aide humanitaire prédominante consistait à mettre à disposition des services dans des camps surpeuplés de réfugiés, dans des pays à faible revenu. Les réfugiés, des populations déplacées hors de leur pays de nationalité par crainte de persécutions, étaient relativement jeunes, et la mortalité était principalement due aux épidémies, aux exacerbations de maladies infectieuses endémiques et à la malnutrition. Les interventions de santé efficaces privilégiaient les soins de santé primaire simples (vaccinations, traitements antibiotiques et suppléments alimentaires) ; relativement peu coûteuses, elles étaient fournies comme des services parallèles aux systèmes nationaux de santé des pays d'accueil. Des taux seuils pour indiquer les différentes phases d'urgence et d’épidémies, ainsi que des directives cliniques et nutritionnelles ont été développés ; leur aboutissement a été la définition de modèles de bonnes pratiques consignés dans le manuel Sphere (1997), qui établit les normes minimum pour les interventions humanitaires3.

  • 4 Burkle FM, “Complex humanitarian emergencies: A review of epidemiological and response models”, Jou (...)
  • 5 Spiegel PB, Salama P., “Emergencies in developed countries: are aid organisations ready to adapt?”, (...)

3Cependant, le conflit en ex-Yougoslavie dans les années 1990 a touché des pays développés à revenu moyen, avec des taux de mortalité de référence bien inférieurs, de meilleures conditions environnementales et des populations en relativement bonne santé. Dans ce « modèle de pays développé », les gens fuyant devant le conflit étaient moins démunis et mieux informés sur la santé et l'hygiène4. Contrairement aux normes basées sur des modèles de pays en voie de développement, où un taux de mortalité brut (TMB) de 1/10 000 par jour indique une urgence aiguë et où les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement affectés, la guerre dans les Balkans a montré que les réfugiés du Kosovo, de Macédoine et d'Albanie n'ont jamais connu de TMB aussi élevé et que les enfants souffraient rarement de malnutrition. En revanche, la mortalité était la plus élevée chez les adultes, qui mourraient de blessures liées à la guerre (64 %) et de maladies chroniques (20 %), la deuxième cause principale de décès pendant le conflit du Kosovo. On a donc proposé de multiplier par deux le taux de mortalité pré-conflictuel de reférence, pour en faire un indicateur plus adéquat de l'acuité des urgences dans les pays développés5.

  • 6 Rahim HFA, Sibai A, Khader Y, Hwalla N, Fadhil I, Alsiyabi H, et al., “Non-communicable diseases in (...)
  • 7 Yun K, Hebrank K, Graber LK, Sullivan M-C, Chen I, Gupta J., “High prevalence of chronic non-commun (...)

4Les conflits ultérieurs, au Moyen-Orient, confirment que le modèle humanitaire traditionnel d'intervention basé sur les pays en voie de développement est inadéquat pour les pays à revenu moyen et intermédiaire. Dans le monde arabe entre 1990 et 2010, la combinaison de l'accroissement global du revenu et de l'espérance de vie avec des niveaux élevés de consommation de tabac, d'inactivité physique et de régimes alimentaires malsains, a mené à un changement dans la charge de morbidité – précédemment liée aux maladies contagieuses et à la reproduction, avec désormais des décès provoquées par des MNT Les itaux de ic non-commun es urtrien enj Jordnie nt alu Lbai secsiteuient dntre 14 et 25 %) et la taux de'obsoté aoiesnais 205%)chez les aomme, et 30à l40%)chez les afmmen(6/a>. Cne rtaue régtrospctivesa mfis 2aparanîre 1ue elus de25 %)des Méfugiés dirakins fui mecsint jéfns,tllè aux sUSAdntre 12007et 2010,étaient mobes, evec dne uormt prédalence oe MaNT: l51,1%)deentre elx seuffraient rd'aumoins dne uaNTet 29,5%)destraies u (7/a>.

45/span>Cep nesont par seruement l défmgraphie.et les coarge sde morbidité ui mnt phange, lais dls conflits ulx -ême , qui mont d elus dnj lus dcmplex , et rovloge,s avec des topulations déplacées hisporsécs dans des cectiurs,urgbins,et dens dtuterla répgon, avulieu,rd'êre erasemeblcs dans des camps se malièresorgoncéeset consrélcs

Contexte et conséquences du conflit syrien
  • 410/span> YCutsns dS, “Htrieancriseis: halth-ixperts.sanymortecan cb done, JThu Lnce t/span>J,m015];385(9972):931-4./span>
  • <

48/span>Les cntermrupions de sraitementset de'vuoes condéquences du conflit sntermneant abgrapé el bfrd"auxde saNTeupplrta par cls bSrien< CL pes trction,des pqueipments ae santé p(60%)des Mhôpiaux dt 38%)des Mqueipments ae sains de santé primaire s)et des pambuanchs (278%), lt dl baniue de cruter et destransmlrta.saûr pnt pfis 2e l'accrs d ua manté pn csgieurxenjeux CL pmajure rartie"du carsnneslde santé pa fi mescays tras penxde smdecins doteament ltait de sts sur llaceLes carsnnesldt les cpatints atait dystèmatiquesent n prin pour icbles ,sardles aforhs (ouvernementale surspctiient les spatints ad'êre ees Meblles ot dl barsnnesldédicaled’ére elurs,ucmpleces ,les spatints aavient lper ad 1sefaire uaingnr W; u 410/s>.

  • 61 GMre hdit M, Hijjawt MQB, Jeies atS. PEltomA., JThu L(...)
  • /ul>

    49/span>Les cays oiesnas prache de la cfalleitepnj rison de l'aamriée ct toassedo réfugiés,syrien< ,pnt pfis 2pperlh la'ide he la crmmun vuo entermntionalie En r0153,le tinimsre eesla cSnté pas Jordnie na apperta pue des dervices da santé priveltifi en lutraifi eeprosent itse53 miluons dUSDont été dourniespar cla Jordnie nax défugiés,sntre 1jatirernt alvinl20153 avors mue da crmmun vuo entermntionalie2n'ya dpperta pueune dhnsribuion,d m5 miluons dUSDa class="footnotecall" id="bodyftn1"" href="#ftn1"1>61. CLs afris dessanté pint jne dhnbinaison deunotmbrudo réfugiés,st de l' charge de morbidité ui'nlsdppertant mtec dnx :

Les défis de la réponse humanitaire
  • 312/span> GMowafi H. “Comflictu,dspoaceent afndmhalth-in ahe aMidde tEast, (...)
  • <
  • 31 SAien S, “Htrieancdcto1sin k ares, afndmdeprtalion,dor ateatong wflleowcef=uges an aLeai n tandmJo(...)

210/span> ependant, le sactiurs,uumanitaires cs'velrtuetsà méponsre à les prioblmes . Seulsdue lue sraremsactiurs,untermntionalx dnt été dvuouriéc h lradvalleurs urtrien erincipalement duepui lDaoaset rr cls boncux deu Coissent,-Rougeet des prganisations rlocaes défignésespar cls(ouvernementasyrien<. Mis dnlsdont aureharges,st donctncée h les pzoe. aesgraphieue sras trint s. ALs termritores msnduspar cls beblles beçotvet lne dide hransmromtaleèresorficiuses Hcequi mst iongemenx dt aniue de cransmlaence, Dans le cays oiesnas p dsporson,des péfugiés,sndadras pifficilel'accrs dar cls bctiurs,uumanitaires : (12/s>. CLs a trctiues de santé,ot dl barsnnesldédicaled cays accueil.dont auresolliciés, lt intcapble diefaire ufced ua mharge de mradvall ccroen,sais ds mes rmdecins défugiés,syingnrt les svuoes céfugiés, dnlsdriuenc d’ére earers,st dexulass(1.

Une réflexion sans idées préconçues est nécessaire
  • 31 BCrip J,Jan z J,JRrera J,JSamy S, “Htuvicvng wn ahe aCity A rRview of eUNHCR's Opratoons ror aIraqi(...)
  • 51 STheméra L, Wll"n< tenj ., “EArmd couflictu, d19460153, Jou nalsof ePecedReearch./span>J,m0154;51(4):541-(...)

31 L nature erovloge, he la crise sobliead utendre a forrnieure ee nervices dau-del di m’arde ht des pains deengences,1t à licluse ees Mains decond ires ct trtaiires, oécessaire< our lue réfonse hfficacespax dNT Leependant, lcea repui r aussi bds afods cdune dmplrtalce otuterlvuoespue des dnterventions humanitaires conmaranble ans des pays pauves, DAu-del di mapue sion,d m'aindsponibliité de rcs afods ,m’ainjusioc he la corrnieure ee'rde ht desservices dans de cays ë mrihe »,dar cappertapax days pauves,a class="footnotecall" id="bodyftn51" href="#ftn41">(1.a dsutevé eds précocueptions dargor rtahcuen (1.dl baus dvio"n< CPr calleure ,leatransmtion dpidémielogicuenaffectedaussi bdselus dnj lus des pays à raible revenu.,ionc pdune dalièresorupdune dvuoes,1t our léponsre fficacesent aux naeoins dédicalx, d elurs,ubnériciires, oe sactiurs,uumanitaires cvnt d oierra'tteauer lax dNT L/p>

  • 61 Rpiegel PB Khadlifau, KMatenj F., “HCnchsreincef=uges an aJordnitandmtrieanaetwetnm0109tandm0152:mha(...)
  • /ul>

    31Cesa repstselus dfcilel disespue' raibe. Das auxiurs,a class="footnotecall" id="bodyftn216"href="#ftn61">(16/a>.précoisnt que l n teruement l s afods cdotvet lêre epus élevées,sais due le mfnantesent adot aussi bêre epus duable, pdupfis 2récoismentshe la cature ehroniques es MNT LeS mes roncaiurs,untirsageient ln cfnantesent apusieanuel avulieu,rducfnantesent aanuel hbi tel dens de crgences dumanitaires, oe sactiurs,uédicalx, umanitaires cpurraient dlus dnficacesent apangifrernt agren"les iaeoins de santé,o uang cermedes torsnnes peuffraitshe lNT Leep auxiurs,suggèrent de'mplique des Mctiurs,ut des pfods cdutectiursdeudéveloppement, oomme lea Bniue dondeial, pour eentforhs le pcapbcté deucays accueil.d uspplrtan"lesbfrd"auxdupplémentsire des Néfugiés,st d utitr les difmlaeté desr le Néfugiés,st dls topulations daccueil.. Éait donéeque lea riveltifonot dl béplstaigepréconcs es MNT sont paus dent nble ue lea g sion,d ataipe ultérieurs de la caladies dnlets lprconié de'icluse eens de cains de santé primaire sdl béplstaigepréceltifi le ceiagnosioc,l déftction"et la taaitementseitivfs es MNT LeL ntcthnlogicemobiliecpurraietservicrà licorme rdls topulations déplacées hor les pndreits rù la'tdessenrpour eenc oierres uains de santé pt d uspornse ad 1l'douation/d ua manté En rvu ee'rsures le pcnt inité des uains dt almleioes le pcnllctiude donées des pdosi es,uédicalx, icormetios horpaittionaux dasé hor lItermne, oomme les Megmsre srépgon,ux de donchsrs,cpurraient dêre eeveloppés<

41 Il2nela'tgt la uue de cugg sion,, et las dremuve de bonnes pratiques c orot dêre eecument 41Lesmonde aoangemavulrythm d’ene drgbiisation nccroen,ses topulations dviillessent,s des poarge sde morbidité ui me modeifretset dee conflits umuveats CPur léponsre fficacesent aux noise humanitaires dnleonfvent de bprndre enconsigdrabion vos priofnlsdéfmgraphieues et àpidémielogicuen, dcequi msxiea oomme le'ot moitré qe Néfcnts aanflits ud Moyen-Orient, cue réflexion sans idées préconçues pnj vu de développem luesouvelaumoièle de pains de nat dompterdeurcs aouvelles vefaliac D/p> /div>