Navigation – Plan du site
Lire

Au cœur du combat

Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre, Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles), Seuil, Collection Les Livres du Nouveau Monde, 2008.
Philippe Ryfman
Référence(s) :

Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre, Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles), Seuil, Collection Les Livres du Nouveau Monde, 2008.

Texte intégral

  • 1  Aux côtés d’autres historiens tels Annette Becker, Jay Winter ou Gerd Krumreich, sous la houlette (...)

1Voici un ouvrage qui ne traite pas directement d’humanitaire. Mais ceux qui s’y engagent, tout comme ceux qui s’y intéressent seulement, gagneraient sans aucun doute à le lire et le méditer. Son auteur est l’un des membres les plus marquants de l’École historique dite « de Péronne » qui, depuis une quinzaine d’années1, a considérablement renouvelé l’approche des deux conflits mondiaux du XXe siècle, à commencer par la Grande Guerre. Mais Audoin-Rouzeau - tout comme ses collègues - n’a jamais fait de ce champ de recherche un objet « froid » uniquement inscrit dans le passé. Il s’attache donc ici - comme dans de précédents livres - à montrer qu’il entre en résonnance avec notre époque.

  • 2  V. Mercier M., Crimes sans châtiment. L’action humanitaire en ex-Yougoslavie 1991-1993, Bruxelles (...)

2Il rappelle ainsi en introduction que depuis le début des années 1990, la guerre est « revenue s’inscrire en bonne place à l’horizon d’attente de nos sociétés » (p. 13). Mais, en même temps, de quelle présence s’agit-il alors que la disparition progressive des témoins des conflits guerriers du XXe siècle « contribue à raréfier toute relation directe avec ce que fut la violence de tels épisodes » (p. 9) ? Quel travailleur humanitaire - a fortiori s’il est originaire d’Europe occidentale ou orientale - pourrait démentir pareille observation, particulièrement lorsque dans le cadre d’une mission, il se trouve confronté aux réalités de la guerre ? La première d’entre elles est la violence extrême que celle-ci véhicule. Si le choc est souvent traumatique2, il se trouve redoublé par la profonde difficulté que ressentent nombre de travailleurs humanitaires internationaux de retour du terrain à n’en transmettre ne serait-ce que des aperçus à leurs proches ou à leurs relations sociales et amicales. La profonde incompréhension à laquelle ils se heurtent alors témoigne éloquemment du bien-fondé de la thèse de l’essayiste.

  • 3  On rappellera ici pour mémoire les travaux notamment de J. Sémelin sur les massacres de masse et l (...)

3Avec ce nouvel ouvrage qui s’inscrit dans une production déjà longue et riche, Stéphane Audoin-Rouzeau se fixe par conséquent pour objectif d’essayer de penser cette violence de guerre, avec son cortège de morts et de massacres, mais en privilégiant « un aspect bien précis de l’activité guerrière... celui du combat » (p. 17). A la question de savoir pourquoi privilégier les combattants de préférence à la victime désarmée - autrement dit les populations civiles exposées à ces violences extrêmes - l’auteur répond longuement. Il lui semble que « le combat constitue la zone la plus opaque de l’activité guerrière, et que son opacité même justifie un effort d’investigation spécifique » (id.). Autrement dit pour espérer comprendre un peu mieux le phénomène guerrier, on ne peut faire l’économie d’une « analyse préalable de tout ce qui se déploie dans le combat » (id.). La démarche menée par l’essayiste est ainsi tout à la fois spécifique dans son objet, mais aussi grosse d’interrogations et d’intérêt pour tout citoyen désireux de mieux comprendre l’évolution du monde. Pour les personnels et les spécialistes de l’humanitaire, elle devrait encore plus particulièrement faire sens comme d’ailleurs aussi pour les autres parties prenantes : donateurs privés, adhérents d’ONG, bailleurs publics, bénéficiaires... Puisqu’il est parfaitement démontré que nombre d’atrocités ne réduisent, malheureusement, pas seulement à des conséquences « collatérales » de l’activité guerrière - comme on le soutient trop souvent, probablement par souci d’euphémisation - mais sont bel et bien voulues et pensées par les porteurs d’armes, à quelque échelon de la hiérarchie qu’ils se situent3.

  • 4  Ibid. V. aussi justement ce que Sémelin, lui-même, en dit.

4Le travail de l’auteur est donc spécialement novateur, en tout cas dans ce domaine stricto sensu. Il faut le féliciter d’avoir eu le courage de l’entreprendre, en dépit des difficultés aussi bien conceptuelles que quasiment culturelles auxquelles les chercheurs se heurtent dans ce champ, et qu’il mentionne non sans justesse4.

5De prime abord, le lecteur sera cependant surpris par la méthode retenue par Audoin-Rouzeau. En effet sur quatre chapitres, les trois premiers sont consacrés à un « manque » (p. 71). L’auteur part, à juste titre, de l’observation d’un fait trop négligé. Durant ces deux conflits mondiaux, la mobilisation en profondeur des sociétés belligérantes s’est traduite par la militarisation massive de leur population masculine. Naturellement, les chercheurs et universitaires des époques considérées ou les futurs chercheurs s’y sont dès lors aussi trouvés inclus. Compte tenu de la discipline dans laquelle l’essayiste s’inscrit, son attention a été plus spécifiquement attirée par ceux du domaine des sciences humaines et sociales (SHS). On comprend qu’il y soit sensible et qu’il se soit, dès lors, demandé de quelle manière ses lointains collègues ont traversé l’expérience du combat... Pour ce faire, il revisite les œuvres d’un certain nombre de « monuments » de la sociologie, de l’histoire et de l’anthropologie - tels Norbert Elias, Marc Bloch, Pierre Renouvin, Marcel Mauss, Edward Evans-Pritchard. Or, la conclusion à laquelle il aboutit est surprenante : même avec les nuances qui s’imposent, ils ont très étrangement fourni peu d’éclairages sur cette thématique.

6Dans cette absence, jouent, bien sûr, des facteurs d’ordre psychologique, culturels ou liés à des conventions académiques. Pourtant, ce ne sont pas les écrits qui manquent puisque les guerres du XXe siècle ont donné lieu à une abondante production. C’est l’analyse par des protagonistes directs - au moyen des outils scientifiques et conceptuels de leurs disciplines - du cœur même de ce qui constitue la violence armée qui fait défaut. L’explication par le stress du combat et les traumatismes psychiques ne semble pas suffisante à S. Audoin-Rouzeau qui procède ici à une mise en abîme, particulièrement impressionnante et dérangeante en même temps. On ne peut s’empêcher en le lisant de se demander d’ailleurs si les personnels humanitaires ne devraient pas également s’interroger sur leurs propres difficultés à rendre compte de l’aspect directement physique du combat et de ses conséquences, particulièrement sur les corps humains, leur état, leur démembrement… Ils sont en effet bien souvent les observateurs et témoins « privilégiés », si l’on peut dire, des violences contemporaines.

  • 5  Même si l’auteur ne creuse pas suffisamment, à notre avis, l’hypothèse de stratégies d’évitement c (...)

7Après ce long détour - mais qui mérite cependant attention y compris de la part de lecteurs peu familiers des SHS5 - Audoin-Rouzeau s’attaque de front dans le quatrième et dernier chapitre à la question posée en introduction. C’est-à-dire qu’il s’interroge sur la « physicalité » du combat. Il observe qu’un travail considérable est ici à faire : au-delà de strictes observations d’ordre médical, nous savons très peu de choses sur l’effet de la violence sur les corps, la nature des blessures, ce qui provoque le décès ou encore la technique des combattants pour se protéger. L’essayiste s’intéresse notamment à « l’entour des corps combattants », autrement dit les champs de bataille (p. 243, sqq.), qu’il s’agisse de terrains dégagés, de forêts, de jungles, de montagnes, et surtout - de plus en plus dorénavant - de villes. Il traite ensuite du « prolongement des corps », soit les objets qui accompagnent le combattant (p. 252, sqq.), des armes jusqu’aux uniformes. Autre spécificité des premier et deuxième conflits mondiaux, les rapports entre le corps humain et le corps animal. Les animaux eux aussi vivent, souffrent et meurent sur les champs de bataille, du pigeon voyageur au cheval. Certains seront mêmes décorés à ce titre (p. 262)...

8Mais les énoncés non-verbaux et non-écrits sur la corporéité du combat véhiculés par la photographie de guerre et la nouvelle dimension qu’elle acquiert aujourd’hui (avec le numérique, le téléphone mobile et Internet) comptent tout autant. Audoin-Rouzeau a parfaitement raison de mobiliser l’attention du lecteur sur cet aspect qui induit d’autres questionnements - assez dérangeants - sur « où et comment regarder » (p. 283). Enfin, les humanitaires ne se sentiront pas moins concernés, bien sûr, par les développements sur le corps des civils, amis ou ennemis (p. 304, sqq.)

  • 6  696 notes au total…

9Au terme de ce parcours de plus de 300 pages, complété par un appareil de références impressionnant6, on émettra néanmoins quelques regrets. Par rapport au projet initial, un déséquilibre certain existe - on l’a compris - entre les trois premiers chapitres et ce quatrième. Même, si encore une fois, l’idée d’examiner la restitution du combat - ou plutôt son absence - par des chercheurs prestigieux l’ayant vécu personnellement et directement est intéressante et pertinente, on aurait souhaité qu’une place bien plus large soit consacrée à cette question de la « physicalité ». Et pas seulement à travers le manque d’intérêt ou l’évitement qu’ont manifesté à son égard les diverses générations de chercheurs des époques considérées, et a fortiori ceux d’aujourd’hui. Il n’est pas impossible que cette frustration soit due au fait que certains chapitres semblent n’être que la reprise ou le développement d’articles ou de textes de conférences antérieurs rédigés par l’auteur. Un certain effet de « collage » pourrait ainsi expliquer ce déséquilibre.

  • 7  M. V. Uribe, Anthropologie de l’inhumanité. Essai sur la terreur en Colombie, Paris, 2004, Calmann (...)

10Par ailleurs, le centrage sur les deux conflits mondiaux - même si des notations complémentaires sont consacrées à la guerre du Vietnam et, brièvement, à la guerre Iran/Irak - laisse trop de côté d’autres conflits du XXe siècle, des affrontements indo-pakistanais, aux guerres israélo-arabes, ou celle de Corée à l’invasion soviétique en Afghanistan. Sans parler de la guerre du Biafra, de celle des Malouines, des guerres coloniales ou de quelques autres encore. L’auteur est cependant à féliciter d’avoir - à juste raison - évoqué les travaux de Maria Victoria Uribe - très méconnue en France - sur les conflits colombiens (pp. 213 - 214)7. Autre regret, l’absence d’une synthèse bibliographique en fin de volume qui aurait repris les principaux ouvrages sur lesquels ce travail s’est appuyé. Néanmoins, la présence d’un index où figurent les noms d’auteurs permet d’y suppléer, au moins en partie.

11Pour terminer, il faut souligner que la qualité de chercheur et d’universitaire de haut niveau de S. Audoin-Rouzeau n’impacte en rien sur son style : le livre se lit très facilement, même pour un public non familier des approches académiques. Sa lecture est donc vivement à recommander à notre sens à tout lecteur cherchant à mieux appréhender le phénomène guerrier, mais bien sûr aussi aux acteurs humanitaires qui ne peuvent faire l’impasse dans l’élaboration de leurs stratégies - pays et des programmes d’aide en situation de conflit ou de post-crise - de la complexité des comportements et de l’univers combattants. On osera même suggérer que sa citation - comme texte référentiel - et un fort encouragement à sa lecture figurent au programme des formations au départ ou continues, assurées en interne par les agences humanitaires.

Haut de page

Notes

1  Aux côtés d’autres historiens tels Annette Becker, Jay Winter ou Gerd Krumreich, sous la houlette de Jean-Jacques Becker, le fondateur de cette « école ».

2  V. Mercier M., Crimes sans châtiment. L’action humanitaire en ex-Yougoslavie 1991-1993, Bruxelles et Paris Bruylant et LGDJ 94.

3  On rappellera ici pour mémoire les travaux notamment de J. Sémelin sur les massacres de masse et les génocides, particulièrement dans Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Seuil, 2005, ouvrage que nous avions chroniqué dans le numéro 14 de cette revue.

4  Ibid. V. aussi justement ce que Sémelin, lui-même, en dit.

5  Même si l’auteur ne creuse pas suffisamment, à notre avis, l’hypothèse de stratégies d’évitement conduites par les grandes figures concernées.

6  696 notes au total…

7  M. V. Uribe, Anthropologie de l’inhumanité. Essai sur la terreur en Colombie, Paris, 2004, Calmann-Lévy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ryfman, « Au cœur du combat », Humanitaire [En ligne], 20 | Automne/hiver 2008, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/361

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Philippe Ryfman Professeur et chercheur associé, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne et CRPS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals