Navigation – Plan du site
Dossier

Espoir et inquiétude dans la Corne de l’Afrique

Alain Gascon

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Djibouti, Erythrée, Ethipoie, Somalie
Haut de page

Texte intégral

1Dans la Corne de l’Afrique, tel un empire du milieu, l’Éthiopie (84 % de la population, 59 % de la superficie) campe sur les hautes terres. L’indépendance de l’Érythrée, en 1991 après 30 ans de guerre, lui a fait perdre son accès à la mer. De la révélation de la famine de 1973-74, qui a conduit à la déposition de Haylä Sellasé par des militaires ralliés au marxisme-léninisme, jusqu’à la fuite de Mängestu Haylä Maryam, ébranlé par le scandale de la grande famine de 1984-85 et battu en 1991 par les fronts tegréens et érythréens alliés, elle a occupé le devant de la scène internationale. L’Éthiopie a éclipsé la Somalie où Maxamed Siyaad Barre, général un temps marxiste, avait pris le pouvoir en 1969, pour en être chassé par des seigneurs de la guerre également en 1991. Sur les rives du Bāb el-Mandab, point chaud de la guerre froide, l’URSS, installée au Yémen du Sud, en Somalie puis en Éthiopie, surveillait les États-Unis, appui du negus puis soutien de Siyaad. Indépendante depuis 1977, la république de Djibouti, réussit, grâce à la base française, à échapper à l’instabilité. L’apaisement des tensions est-ouest n’a pas gagné la Corne puisque l’Érythrée affronta le Yémen pour l’archipel des Hanish en mer Rouge (1995-98) et l’Éthiopie sur leur frontière commune (1998-2000). Après l’échec de l’Onusom (1992-93) et le retrait des États-Unis, la communauté internationale a laissé la Somalie s’enfoncer dans la guerre civile espérant qu’elle resterait circonscrite à la péninsule. Toutefois, dans le nouveau contexte international, ces conflits régionaux de basse intensité, ne risquent-ils pas d’embraser l’ensemble de la Corne de l’Afrique ?

2Depuis 2001, la force internationale engagée en Afghanistan dans « la guerre contre le terrorisme » craint qu’une alliance des islamistes de Somalie avec Al-Qaïda ne menace ses arrières. La prise de Mogadiscio, en juin 2006 par les milices des tribunaux islamistes, entraîna l’intervention (fin 2006-début 2007), à l’instigation des États-Unis, d’un corps éthiopien aux côtés du gouvernement fédéral somalien de transition afin de préparer l’arrivée de la force de l’Union africaine. Après 2 ans d’intenses combats et de destructions, l’Éthiopie a rappelé, comme promis, son armée. Le chef du gouvernement de transition, également chef de l’État régional du Puntland, à la pointe orientale de la Somalie, a démissionné, mais son successeur, venu des tribunaux, est toujours combattu par les Shaabab [jeunes] qui veulent un État islamiste. Ayant proclamé son indépendance en 1991, le Somaliland ex-britannique, île de paix dans la péninsule, a reconstruit son économie et ses institutions sans être reconnu ni aidé par la communauté internationale. Contrairement aux côtes de la Somalie, et plus particulièrement du Puntland, et du Yémen, les rivages du Somaliland ont échappé aux raids des pirates et au passage clandestin des réfugiés de la Corne vers le Yémen.

3Ce bref rappel met l’accent sur l’ambivalence de la situation géopolitique dans la péninsule. Après 20 ans de guerre civile, la Somalie, pourtant si « culturellement » homogène, n’a pas retrouvé son unité à laquelle le Somaliland sécessionniste a renoncé. Curieusement, Djibouti, l’Érythrée et l’Éthiopie, États partagés entre plusieurs langues, cultures et religions ont affermi, unitaires ou bien fédéraux, leur unité. C’est pour rétablir les frontières coloniales, pourtant dénoncées comme la source de tous les maux qui accablent l’Afrique, que les Érythréens se sont battus pendant 30 ans et les Somalilandais, depuis 20 ans. Après 30 ans de parti unique, Éthiopiens, Djiboutiens et Somalilandais ont renoué, difficilement, avec des élections pluralistes. Autre singularité, l’Éthiopie, qui célèbre ses 2 000 ans d’indépendance, participa au partage de la Corne avec les colonisateurs. Dans la péninsule coexistent un État bimillénaire et des créations coloniales, une antique chrétienté et le plus vieil islam africain avec les divers réveils islamistes et pentecôtistes. Autre situation contrastée : les disettes frappent autour de 10 % de la population, alors que des tours de verre et acier se dressent à Addis Abäba et s’édifie un terminal portuaire ultramoderne à Djibouti !

4Version locale de l’afro-pessimisme, l’éthio(érythtréo, djibouto, somalo)-pessimisme imprègne, consciemment ou inconsciemment, la plupart des analyses géopolitiques de la Corne. La méconnaissance de l’histoire et des cultures des peuples favorise la persistance des clichés et des idées reçues. La première partie mettra en perspective les structures ressortant du temps long dans la péninsule. Dans un deuxième temps, il faudra comprendre l’articulation (ou la désarticulation) entre les clivages anciens et les conflits et interrogations des kefu qän [mauvais jours] comme on dit en Éthiopie en amharique, pour évoquer les guerres, les épidémies et les famines.

L’œuvre du temps long

5Séparée à l’est de la péninsule Arabique par la mer Rouge et le golfe d’Aden, la presqu’île montagneuse de la Corne de l’Afrique (Éthiopie, Érythrée, Djibouti et Somalie) domine à l’ouest la cuvette soudanaise. Ses façades maritimes s’ouvrent sur le monde arabe et l’océan Indien tandis qu’au nord-ouest, des régions arides et au sud-ouest, de vastes étendues marécageuses, la coupent de l’Afrique saharienne et sahélienne. Toutefois, par le Nil, la mer Rouge et l’océan Indien, qui unissent plus qu’ils ne divisent, le contact avec l’Arabie, la Méditerranée et l’Afrique orientale a toujours été maintenu. En résumé, si les habitants des hauts plateaux de la Corne sont restés à l’écart, ce fut un isolement choisi et défendu car, au cours de l’histoire, la péninsule, en dépit de ses défenses naturelles fut souvent envahie.

6La répartition des peuples de la Corne de l’Afrique et de leurs grands traits culturels, remonte à une histoire bimillénaire : non pas que la péninsule, comme on l’a écrit et cru, soit demeurée hors du temps. Les inscriptions d’Aksum, en grec, en sud-arabique et en guèze [geez], établissent la parenté des langues éthio-sémitiques avec les langues sémitiques du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. L’amharique (Éthiopie), le tigrinia (Éthiopie et Érythrée) et les autres idiomes sémitiques utilisent le syllabaire guèze, très proche des inscriptions sud-arabiques découvertes au Yémen. Des vagues d’immigrants traversèrent la mer Rouge quittant les hauteurs yéménites, fraîches et salubres, pour gagner les hautes terres éthio-érythréennes, leur symétrique. Ils fondèrent le royaume d’Aksum établi du ier s. av. J-C au viiie s. ap. J-C ( ?) sur les plateaux centraux de l’Érythrée et du Nord de l’Éthiopie (Tegray) actuelles et dont l’Éthiopie et l’Érythrée réclament l’héritage. Cet État était une étape obligée du commerce au long cours entre la Méditerranée et l’océan Indien. Depuis l’Antiquité, des paysans sédentaires, locuteurs des langues sémitiques, tirent leur subsistance de la céréaliculture à l’araire, le seul exemple au sud du Sahara. Au ive siècle, le roi d’Aksum se convertit au christianisme et l’Église, rattachée au patriarcat copte d’Alexandrie, rejoignit les Églises monophysites (Égypte, Arménie, Syrie, Inde). On traduisit la Bible, les apocryphes et les Pères de l’Église en guèze. Selon le Coran, l’Éthiopie accueillit des proches compagnons du Prophète persécutés et très tôt, l’islam se répandit dans les ports et les basses terres. Même si leur origine n’est pas établie, les communautés juives [Fälasha ou Bétä Esraél], établies autour de Gondär au nord de l’Éthiopie, apparaissent comme une preuve supplémentaire des migrations venues d’Asie.

7Dans les basses terres et sur les montagnes de l’Est et les hautes terres, au sud de l’actuel Addis Abäba, les peuples parlent des langues couchitiques (afar, oromo, somali) du phylum afro-asiatique et au Sud-Ouest, des idiomes omotiques. Entre les xiiie et xve siècles, les negus prirent ces régions puis les perdirent au xvie siècle lorsque le royaume chrétien fut assailli par le jihad d’Ahmed Graññ [le Gaucher], venu de Harär, et aux xvii e et xviii e siècles lorsque les migrations des Oromo (païens à l’époque) le repoussèrent au nord du Nil bleu. Il fallut attendre Menilek ii (1889-1913), qui battit les Italiens à Adwa en 1896, pour que l’Éthiopie s’agrandît vers le sud. Il annexa ainsi par millions des locuteurs des langues couchitiques et omotiques, païens et musulmans, planteurs et éleveurs, maintenus dans la précarité de la tenure jusqu’à la Réforme agraire de 1975.

8Les élites éthiopiennes interprètent les conquêtes de Menilek comme une reconquista qui redonnait à l’Éthiopie son antique splendeur. En effet, d’après des manuscrits (Kebrä Nägäst [la Gloire des rois]), compilés aux xive siècle dans la Bible, les apocryphes et les textes arabes, coptes, perses… les souverains éthiopiens descendent de Salomon et de la reine de Saba. Leur fils, élevé à la cour de son père, retourna dans son royaume à la mort de sa mère, emportant les Tables de la Loi et accompagné des Grands d’Israël. Ce fils s’appelait Menilek : en prenant ce même nom de règne, Menilek ii affichait clairement ses intentions. Ces textes sont l’aboutissement d’une longue réflexion des Éthiopiens sur leur histoire. Déjà au xiie siècle, le roi Lalibäla avait fait excaver dans les laves à Roha, sa capitale qui porte désormais son nom, une nouvelle Jérusalem (avec le Golgotha, les tombeaux d’Adam et des patriarches, le Jourdain…). Le Kebrä Nägäst, s’appuyant sur le récit des Actes des Apôtres du baptême du serviteur de la reine Candace d’Éthiopie par Philippe, présente les Éthiopiens comme Verus Israel, Israël qui a accepté l’Évangile. Peuple élu, les Éthiopiens habitent une Terre sainte que Dieu leur a promise. Quand son Peuple Le trahit, Il lui envoie, comme aux Hébreux de l’Ancien Testament, une épreuve : un jihad, les Oromo… Or, Dieu est fidèle à sa Promesse et donc, à la fin des temps « l’Éthiopie tendra les mains vers Dieu » (Ps. 38, 62).

9Ce mythe fondateur relate à plus 15 siècles de distance des évènements dont les historiens doutent de l’authenticité : ce n’est d’ailleurs pas son but. Il fournit la signification et la finalité de l’histoire à l’échelle de l’individu, de la communauté et du pays tout entier. Il donne au patriotisme éthiopien sa dimension messianique, cause de son intensité et de son irréductibilité. Authentifié par la Bible, il est enseigné par l’Église et peint sur les fresques des sanctuaires. Il se lit dans la toponymie empruntée à la Bible : Bethléem, Nazrét, Däbrä [Mt.] Sina, Däbrä Libanos, Däbrä Zäyt [Mt. des Oliviers]. Le mythe salomonien offre une grille de lecture de la répartition des traits des aires culturelles de la Corne de l’Afrique à l’instar du Coran qui mentionne l’Éthiopie comme première terre ralliée à l’islam en dehors de l’Arabie : Harär est l’une de ses villes saintes.

Les mauvais jours

10Tout au long de l’histoire, des oppositions « binaires » se répètent comme s’ils structuraient la géopolitique de la Corne de l’Afrique. Chrétiens et musulmans, paysans sédentaires et éleveurs nomades, commerçants et agriculteurs, indigènes et färänj [étrangers], centre et périphérie, clans et clans, régions et régions, villages et villages… s’affrontent tous dans un mouvement brownien perpétuel et indistinct. Or, la péninsule n’est pas demeurée en dehors du mouvement de mondialisation même si les Portugais, venus secourir les Éthiopiens menacés par le jihad, échouèrent à les ramener dans le giron de l’Église de Rome (xvie-xviie siècles). Elle est entrée, pour n’en plus sortir, dans le système monde avec l’ouverture du canal de Suez (1869) qui l’a promue étape sur la route de l’Extrême-Orient et arrière-cour du Moyen-Orient. Depuis lors, les puissances mondiales ont cherché à s’appuyer sur cette péninsule dans leur stratégie d’hégémonie. Elles ont donc composé avec les oppositions structurelles et avec les dynamiques régionales de changement notamment avec la révolution démographique, entamée depuis 1960 : en 1970, l’Éthiopie et l’Érythrée réunies abritaient 25 000 000 d’habitants, près de 40 ans après, ils sont 3 fois plus nombreux.

La Corne de l’Afrique : Population et Sociétés (2007)

États

Superficie

Population

Croissance

Population 2025

<15 ans

% VIH

Djibouti

23 000 km2

830 000 h

+ 18 ‰

1 100 000 h

39 %

3,1 %

Érythrée

118 000

4 900 000

30

7 700 000

43

2,4

Éthiopie

1 104 000

77 100 000

25

108 700 000

43

1,4

Somalie

638 000

9 100 000

29

14 900 000

45

0,9

Total

1 883 000

91 930 000

132 400 000

11La croissance démographique a considérablement augmenté la pression foncière encore aggravée par la péjoration des conditions climatiques qui, à partir de 1970, a touché le Sahel. Intensifiant leur production et étendant les cultures, paysans et éleveurs ont réussi à stabiliser entre 7 % et 11 %, la proportion des populations dépendante de l’aide alimentaire. Leur sort ne va sûrement pas s’améliorer car on s’attend à une croissance de la population de 30 % pour 2025. Le retour régulier des sécheresses et des disettes était vécu comme des épreuves envoyées par Dieu. Le matérialisme scientifique officiel des régimes militaires éthiopiens et somaliens a autant déstabilisé les paysans et les éleveurs que les mesures coercitives (collectivisation, déplacements forcés et villagisation). La « sécularisation des catastrophes » a progressé : lors des famines, on a demandé des comptes aux gouvernements. Toutefois, une question pointe : la Terre sainte est-elle capable de nourrir ses enfants ?

12Les déplacements de population dus aux guerres, aux famines et à l’exode rural ont entraîné une redistribution des territoires et une recomposition des identités dans l’ensemble de la péninsule. Paradoxalement, le vieil empire éthiopien, symbole de la résistance à l’emprise européenne, a été ébranlé par la décolonisation de la Corne de l’Afrique. Profitant de la tribune de l’OUA, établie en 1963 à Addis Abäba, les Somaliens y dénoncèrent la colonisation éthiopienne des Somali d’Ogadén. Soutenus par le Soudan puis par les États arabes, les séparatistes érythréens demandaient l’indépendance de l’ancienne possession italienne colonisée par l’Éthiopie. En retour, le negus appuyait la révolte du Sud-Soudan contre Khartoum. Par le jeu des alliances de la guerre froide, les États-Unis se portèrent garants de l’intégrité éthiopienne alors que l’URSS se rangeait aux côtés des irrédentistes somaliens et des séparatistes érythréens, non sans maintenir des liens avec Haylä Sellasé. Afin de les couper de la Chine, ce dernier rencontra Mao en 1971 et rompit avec Israël en 1973. En 1974 le souverain déposé et avant même la proclamation de la Réforme agraire (1975), les militaires reconnurent l’égalité des peuples et des cultures d’Éthiopie. La dislocation de l’administration et de l’armée entraîna une éruption générale de fronts de libération régionaux : aux séparatistes érythréens et somali, se joignirent les Tegréens, les Oromo… En 1977, Siyaad Barre lança son armée à l’assaut de l’Ogadén et du chemin de fer de Djibouti. En 1978, aidé par les Soviétiques et les Cubains, Mängestu la repoussa puis reconquit l’Érythrée « utile » sans toutefois éliminer les Fronts populaires de libération d’Érythrée (FPLE) et du Tigray (FPLT). Le régime militaire, déjà ébranlé par le scandale de la famine de 1984-85, se discrédita par une répression brutale des irrédentistes et des séparatistes si bien que L’URSS de la perestroïka refusa désormais de soutenir une dictature qui conduisait au Break-up of Ethiopia.

13Par une autre contradiction, ce fut la Somalie, peuplée à plus de 99 % de locuteurs du somali tous de confession musulmane, qui n’a pas survécu à la chute de la dictature de Siyaad. Des officiers, indignés par la défaite de 1978 en Ogadén, tentèrent un putsch et se réfugièrent en Éthiopie où ils retrouvèrent des Somalilandais en rupture avec Siyaad. Il se replia désormais sur les clans de sa famille et promut ses proches aux postes rémunérateurs. Cette dérive népotique et kleptocratique détruisit les administrations et les institutions et entraîna une archipellisation du territoire au profit de seigneurs de la guerre. En 1988 Mängestu et Siyaad aux abois, poussés par l’Union européenne, firent la paix, reconnurent le tracé de la frontière et renoncèrent à soutenir les séparatistes et irrédentistes. L’armée éthiopienne, stationnée en Ogadén, gagna le front d’Érythrée tandis que les troupes somaliennes ravageaient le Somaliland ex-britannique. En 1991 en retour, les Somalilandais rompirent l’unité nationale alors que les autres régions, notamment le Puntland, réclamaient une autonomie très large. Somalilandais et Érythréens se sont battus et se battent pour la reconnaissance d’entités politiques issues de la colonisation. Or, l’ONU, l’Union africaine et la Ligue arabe ont admis l’Érythrée et refusent d’accepter le Somaliland indépendant parmi elles.

Toujours des paradoxes

14Antinomie, paradoxe, singularité, anomalie… apparaissent au détour des analyses de la Corne de l’Afrique. En effet, les fractures politiques, sociales et culturelles, qui traversent la péninsule, rejouent selon des échelles territoriales et temporelles qui leur sont propres dans des sens parfois surprenants. Djibouti et l’Érythrée construisent un État et une nation unitaires dans des limites et suivant des principes hérités de la colonisation alors que leurs traditions culturelles les divisent tout autant que l’Éthiopie. Le combat indépendantiste y aurait gommé toutes ces différences que les colonisateurs ont instrumentalisées et suscitées afin d’affaiblir les colonisés. Pourtant en 1991, Hassan Gouled (1977-1999) et Ismaël Omar Guelleh (ministre et futur président) n’ont dû leur salut qu’à une intervention et une médiation de la France face à la rébellion des Afar. En Érythtrée, la diversité linguistique est reconnue et l’enseignement des idiomes locaux dans le primaire organisé. Toutefois, drapé dans sa légitimité révolutionnaire, le leader du FPLE, Isayyas Afäwärqi, président depuis 1991, a établi son emprise totale sur l’État et n’y tolère aucune opposition dans aucun domaine. Il mobilise le peuple afin que, sans aucune aide extérieure, il construise l’économie du pays et défende son indépendance : il est en état de belligérance avec tous ses voisins. Chaque jour, de jeunes Érythréens se joignent aux Somaliens qui tentent de traverser clandestinement la mer Rouge et le golfe d’Aden pour gagner le Golfe et l’Europe.

15En Éthiopie, dirigée par la coalition emmenée par le leader du FPLT, Mälläs Zénawi, Premier ministre depuis 1995, la constitution a institué une république fédérale. Chaque peuple, nation et nationalité s’y voit reconnaître un territoire et le droit à l’autonomie jusqu’à la sécession. Le territoire national est partagé en 8 régions-États [kellel] et en 3 villes fédérales (Addis Abäba, Harär, Dirré Dawa) largement autonomes. Les kellel Tegray, Afar, Amhara, Oromiyaa et Somali ont une base ethnolinguistique alors que les autres font entorse à ce principe, en particulier le Sud, la deuxième région pour l’effectif humain. Pour certains de ses adversaires, l’ethnofédéralisme dissimule mal l’Éthiopie chauvine et centrée sur les « vieilles » provinces chrétiennes et sémitiques du Nord, pour d’autres, il prépare la disparition de l’Éthiopie. L’autorisation d’écrire des langues régionales en caractères latins, au lieu du syllabaire guèze, fait scandale parmi les fidèles et le clergé de l’Église éthiopienne. Or, depuis le conflit éthio-érythréen, Mälläs a infléchi sa politique et assume l’héritage historique éthiopien alors que sa base politique ne représente que 6 % de la population totale. Concédant aux Oromo — les plus nombreux — le poste honorifique de chef de l’État (Negasso Gidada 1995-2001, Germa Wäldä Giyorgis) et partageant les ministères entre partis « ethniques », il a réussi, au prix de combinaisons complexes, à remporter les élections. En 2005, soupçonné de fraude, il combattit durement les manifestations de l’opposition qui s’est depuis divisée. Le fédéralisme est ressenti par les Éthiopiens comme le retour à la tradition où des corps intermédiaires faisaient écran entre eux et l’État central. Plus qu’un ethnofédéralisme, c’est un éthiofédéralisme, un fédéralisme qui épouse la géométrie habituelle du pouvoir politique.

16Dans la Corne, les agendas des États ne coïncident pas avec ceux des grandes puissances qui, maintenant, tentent de les enrôler dans la guerre contre le terrorisme. En intervenant en Somalie, l’Éthiopie, ostracisée par les bailleurs occidentaux après la répression des émeutes de 2005, est maintenant rentrée en grâce. En capturant les maquisards des fronts oromo et islamistes somali d’Ogadén, elle a empêché qu’ils n’ouvrent, avec l’Érythrée, un second front sur son flanc sud. Elle a détruit ce qui restait des infrastructures économiques et provoqué ainsi la recrudescence de la piraterie. L’Éthiopie conforte son influence au Somaliland que Djibouti combat au nom de l’unité somalienne alors qu’il craint de perdre le monopole du débouché éthiopien. Son président, en quête des fonds des Arabes du Golfe, s’aligne sur la Ligue arabe qui, emmenée par l’Égypte, refuse de reconnaître le Somaliland dont l’indépendance ôterait à l’Égypte un moyen de pression sur l’Éthiopie où le Nil bleu, origine de 86 % des eaux du barrage d’Assouan, prend sa source.

17En Afrique, la grande originalité de la Corne est la continuation de traditions étatiques en dépit de la coupure coloniale que le vieil empire éthiopien, à l’instar de la Chine, cherche à absorber dans sa longue histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Gascon, « Espoir et inquiétude dans la Corne de l’Afrique », Humanitaire [En ligne], 22 | Juillet 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/396

Haut de page

Auteur

Alain Gascon

Alain Gascon est professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris 8) et chargé de cours à l’INALCO.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals