Navigation – Plan du site
Dossier

Le paysage humanitaire en 2015

Roger Persichino

Résumé

Dans le cadre de sa réflexion stratégique à l’horizon 2015, Action Contre la Faim a organisé début 2010 quatre tables rondes. Des intervenants, externes comme internes, ont parlé prospective autour des quatre grands thèmes suivants : le paysage humanitaire, les types de missions, les modes d’intervention et le plaidoyer.

Ces débats ont été filmés, et seront mis en ligne prochainement sur le site de l’association (www.actioncontrelafaim.org). L’objet de cet article est de restituer certains des éléments du dialogue concernant plus précisément le rapport aux gouvernements et les modes opératoires. C’est là, en effet, que les points de vue les plus contrastés – et donc les plus susceptibles de stimuler la réflexion ‑ sont apparus.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de sa réflexion stratégique à l’horizon 2015, Action Contre la Faim a organisé début 2010 quatre tables rondes. Des intervenants, externes comme internes, ont parlé prospective autour des quatre grands thèmes suivants : le paysage humanitaire, les types de missions, les modes d’intervention et le plaidoyer.

2Ces débats ont été filmés, et seront mis en ligne prochainement sur le site de l’association (www.actioncontrelafaim.org). L’objet de cet article est de restituer certains des éléments du dialogue concernant plus précisément le rapport aux gouvernements et les modes opératoires. C’est là, en effet, que les points de vue les plus contrastés – et donc les plus susceptibles de stimuler la réflexion ‑ sont apparus.

Le rapport aux gouvernements

3Compte tenu des évolutions de ces dernières années, aussi bien en Iraq et en Afghanistan que du point de vue de la gestion des crises, le rapport entre action humanitaire et gouvernance a pris une place sensible dans les réflexions stratégiques des ONG internationales. Ce thème se décline de plusieurs façons, mais deux axes majeurs sont apparus au cours des débats. Le premier touche à la tension avec la gouvernance (nationale ou internationale), le deuxième sur les modalités de l’ouverture aux pays du Sud. Nous n’abordons ici que le premier point.

4Pour certains, un fait saillant de la dernière décennie a été le (ré)investissement politique des terrains « classiques » de l’humanitaire aussi bien dans la gestion des conflits que des catastrophes naturelles. D’un point de vue gouvernemental, cela se traduit par la réaffirmation des Etats, en particulier ceux du « Nord », mais pas exclusivement, via des stratégies financières et politiques. Les premières se lisent dans la considérable expansion des portefeuilles de financement institutionnels, tant quantitativement (budgets) que qualitativement (urgence mais aussi réhabilitation, préparation au désastre, etc.). Les stratégies politiques quant à elles s’expriment dans des orientations telles que la croissance d’opérations civilo-militaires, l’intégration de l’humanitaire dans des positions de politique étrangère, etc. Il faut noter que les stratégies financières découlent naturellement des objectifs politiques.

5Dans cet esprit, la question qui se pose est celle du rapport des humanitaires à ces stratégies. Faut-il accepter d’en faire partie, d’en être un instrument conscient ou bien faut-il les combattre ? C’est ce qu’un des intervenants a récapitulé en contrastant des « logiques de convergence » et des « logiques de divergence », en soutenant que les évolutions imposaient une convergence, la divergence étant appelée à s’éteindre. Le corollaire de cette approche est un travail systématique entrepris auprès des ministères de la Santé, des instituts de recherche ou centres universitaires, des entreprises privées, etc.

6À l’opposé, certains font remarquer que ces logiques ne sont pas nouvelles et ne sont pas si prévalentes qu’elles devraient imposer un choix stratégique, si tant est que celui-ci se pose en ces termes. À titre d’illustration, un intervenant a ainsi noté que cette caractérisation pouvait tout aussi bien s’appliquer aux acteurs de l’urgence et du développement au Vietnam pendant la guerre. De plus, la diversité des contextes et des enjeux demande un instrument moins cru dans l’appréciation des tendances. Il n’est pas possible de comparer les situations au Niger, en Birmanie ou en Afghanistan. Un corollaire de cette observation est que rien n’impose une « convergence » ou une « divergence » systématiques.

Les modes opératoires

7La question des modes opératoires s’est posée de manière aiguë, convoquant chez les intervenants des réflexions sur, d’une part, une typologie des contextes d’intervention et, d’autre part, sur les instruments dont il faut se doter – ou non ‑ pour aborder ces contextes. Nous n’évoquons ici que la question des instruments, le premier sous-thème constituant un ensemble qu’il faudrait traiter séparément.

8L’enjeu concerne le principe de l’accès direct aux bénéficiaires, lequel sous-tend l’action de beaucoup d’organisations humanitaires. Dans son interprétation la plus littérale, celui-ci interdit toute délégation d’opérations, que ce soit à des organisations nationales (gouvernementales ‑ les ministères de la Santé ‑ ou non ‑ des ONG) ou à des entreprises privées (par exemple pour la distribution de produits de renutrition).

9En pratique, l’interprétation du principe d’accès direct est plus souple. Les partenariats avec des gouvernements, d’autres ONG, nationales ou non, sont par exemple assez fréquents, tout en préservant une capacité autonome d’analyse, de mise en œuvre et d’évaluation des opérations.

10C’est la systématisation de cette approche sur le terrain qui pose question, notamment quant à son périmètre. La conclusion logique de ce processus serait de s’autoriser à financer des partenaires nationaux, ce qui invite donc à réfléchir sur la structure et les moyens du suivi de projets quand ceux-ci ne relèvent pas des opérations propres (par exemple les outils de suivi contractuel, le déploiement d’équipes spécifiques consacrées à l’évaluation des projets eux-mêmes, etc.).

11L’argument majeur en faveur d’une systématisation d’un assouplissement du principe d’accès direct réside dans la capacité de levier, ou de démultiplication, qu’il induit. En travaillant de cette manière, il devient possible non seulement d’augmenter en théorie l’impact de l’action, mais aussi de s’immerger plus fortement dans le tissu social des contextes d’intervention. De plus, il est nécessaire de prendre en compte la diversité de ceux-ci et de ne pas pénaliser les opérations en cours, dont un certain nombre repose désormais sur l’interprétation élargie, ou assouplie, du principe d’accès direct, ne serait-ce que dans le cas d’opérations en « remote control », que l’on peut considérer comme une des formes de l’accès indirect.

12En contrepoint, il est possible d’avancer que les difficultés de mesure de l’impact en accès direct ne permettent pas d’envisager une démultiplication maitrisée. De plus, l’immersion dans un tissu social n’est possible que dans certains contextes. Dans des situations de conflit ou de déstructuration sociale, il serait difficile de concilier accès indirect et indépendance de l’action. Enfin, toute modification exposerait à des menaces de corruption ou de népotisme dont le contrôle ‑ de toute façon imparfait ‑ imposerait la mise en place de mécanismes d’audit forts en complément de notre appareil opérationnel. Cela induirait à moyen terme des allocations de ressources (humaines ou financières) nettement différenciées de celles dont la plupart des organisations disposent aujourd’hui, par exemple par l’établissement d’une cellule de financement et d’audit organisationnel, financier et opérationnel des partenaires.

13Les enjeux du rapport aux gouvernements et de l’accès direct renvoient plus largement à la question de la couverture et à son impact, sujets au cœur des quatre tables rondes. Les termes généraux de ce débat, qui dépasse largement le cadre de l’opposition classique entre urgence et développement, touchent à la question fondamentale suivante : les acteurs humanitaires ont-ils une vocation socialement transformative ou simplement palliative ? Ce que les tables rondes suggèrent donc en conclusion, c’est que l’échéance de 2015, aussi artificielle qu’elle soit, appelle avant tout à une réflexion sur la nature et l’identité de l’action humanitaire, dont les stratégies ne seront qu’une manifestation parmi d’autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Persichino, « Le paysage humanitaire en 2015 », Humanitaire [En ligne], 25 | juin 2010, mis en ligne le 16 septembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/humanitaire/768

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • OpenEdition Journals