Skip to navigation – Site map

Deux poèmes du Jingu qiguan oubliés par son traducteur

Chunli Huang

Full text

Présentation

1Pendant sa longue histoire, la Chine a connu bien des atteintes à la liberté d’expression et de diffusion, la plus remarquable par son ampleur étant celle connue sous l’appellation de Wenziyu 文字獄 (Inquisition littéraire) qui s’est déroulée sous le règne de l’empereur Qianlong 乾隆 (1736-1796) de la dynastie Qing (1644-1911). Reprenant, dans une notice consacrée aux romans et aux contes chinois, les écrits des missionnaires qui ont été témoins de l’événement, le compilateur des Mille et un jours, Auguste Loiseleur-Deslongchamps (1805-1840), l’évoque à juste titre car elle n’a, bien évidemment, pas épargné le genre romanesque :

  • 1  Voir Les Mille et un jours, contes persans, traduit en français par Pétis de La Croix, suivis de p (...)

« A la Chine, tout roman en général est prohibé par les lois. L’Empereur régnant en a flétri trois qui passent pour des chefs-d’œuvre. Le premier a été marqué du caractère Tao [] (couteau, poignard) parce qu’il raconte des histoires qui peuvent affaiblir l’horreur du meurtre et faire naître les idées de révolte ; le second du caractère Sie [] (faux, menteur) : c’est un roman plein de diableries et de sorcelleries sur l’entrée des livres de Fo en Chine ; le troisième du caractère In [] (impur, déshonnête), à cause des peintures et des descriptions galantes dont il est rempli »1.

  • 2  Nous avons exploré ce corpus de traductions dans une thèse de doctorat soutenu le 27 novembre 2015 (...)

2Le Jingu qiguan 今古奇觀 (Spectacles curieux d’aujourd’hui et de jadis), une anthologie de quarante contes en langue vulgaire compilée vers 1635 par un lettré se cachant sous le pseudonyme de Baoweng laoren 抱甕老人 (Vieillard-qui-embrasse-la-jarre), fait partie des ouvrages censurés pour avoir proposé un certains nombre de passages licencieux. Cependant, malgré la censure, cet ouvrage et l’ensemble de ses textes discutables nous sont fort heureusement parvenus indemnes, et ont fait l’objet, depuis 1735, de nombreuses traductions en France et dans le monde2.

3Confrontés aux passages souvent jugés « immoraux » par leur époque ou leur milieu, les traducteurs optent souvent pour la suppression. Hervey de Saint-Denys (ou Hervey-Saint-Denys, 1822-1892) qui a traduit, à sa manière, douze contes du recueil qui nous intéresse, s’en explique en ces termes :

  • 3  Voir Hervey de Saint-Denys, « Avertissement », Trois nouvelles chinoises, Paris, Ernest Leroux, 18 (...)

On a reproché au Kin-kou ki-kouan [Jingu qiguan] de renfermer des passages licencieux, absolument intraduisibles ; mais il est d’autant plus facile de retrancher ces rares passages qu’ils ne font presque jamais partie du texte courant, au milieu duquel ils paraissent avoir été jetés et intercalés comme des citations tirées de poèmes érotiques, amenées avec plus ou moins d’à-propos.3

4Selon ce principe, il s’agit de supprimer ou de modifier des passages susceptibles de choquer la morale du lecteur français. Ainsi, lorsqu’il s’agit de descriptions d'ébats sexuels ou de propos érotiques, Hervey de Saint-Denys, comme beaucoup d’autres avant lui et après lui, préfère la périphrase à la traduction littérale. Mais quand il ne peut atténuer le sens du texte, il supprime purement et simplement le passage en question.

  • 4  Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois, traduction, présentation et annotation par Rainie (...)

5Il semble intéressant de remarquer que ce choix de traduction ne date pas d'hier, et qu'il est toujours d'actualité, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Dans Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois4, Rainier Lanselle, qui traduisait-là, pour la première fois dans notre langue, l’ensemble de l’anthologie, contourne les difficultés que posent deux passages versifiés d’un conte du Jingu qiguan, justement par l’utilisation du procédé de suppression.

Deux poèmes oubliés : traductions et commentaires

  • 5  Il s’agit dans la traduction de Rainier Lanselle du conte intitulé « Liu Yuanpu, par deux fois, en (...)

6Le premier oubli intervient dans la traduction du dix-huitième conte, « Liu Yuanpu obtient deux fils éminents ». Le poème en question décrit une scène de célébration de noces5 :

粉孩兒對對挑燈
七娘子雙雙執扇
觀看的是風檢才麻婆子 誇稱道鵲橋仙並進小蓬萊
伏侍的是好姐姐” “柳青娘幫襯道賀新郎同入銷金帳
做嬌客的磨槍備箭豈宜重問後庭花
做新婦的半喜還憂此夜定然川撥棹
脫布衫時歡未艾
花心動處喜非常

  • 6  Les traductions du chinois en français sont réalisées par l’auteur de cet article.

7Une traduction littérale de ce poème en français pourrait être6 :

Les « Enfants roses » allument deux bougies,
Les « Septièmes filles » tiennent une paire d’éventails.
Ceux qui regardent sont des « Canailles » et des « Vieilles femmes » qui louent : les « Immortels au pont d’hirondelles » arrivent à l’îlot « Petit Penglai »,
Celles qui servent sont des « Jeunes filles » et des « Liu Qingniang » chantent : « Félicitations au marié » qui entre dans la « Moustiquaire aux fils d’or ».
Le gendre se prépare, la chanson « Fleurs de l’arrière-cour » conviendrait-elle ?
La nouvelle mariée mi joyeuse mi soucieuse, cette nuit chantera sûrement le « Bateau sur la rivière ».
Au moment d’« Ôter les habits », la joie redouble sans cesse,
À l’endroit où les « Cœurs de fleur battent », le bonheur est incomparable.

8Ce passage versifié est très particulier, car il comporte des cipai 词牌 et des qupai 曲牌 — pai signifiant ici « nom de mélodie de poésie ». Les ci et les qu sont deux styles génériques de poésie traditionnelle chinoise : les premiers sont des poèmes composés en vers inégaux, très à la mode pendant la période des Song 宋 (960-1279) ; les seconds sont des poèmes chantés qui ont connu un engouement pendant la dynastie des Yuan 元 (1271-1368). Ainsi, cipai et qupai sont respectivement des « noms de mélodie » pour ci et qu.
Les termes placés entre guillemets sont en fait tous des « noms de mélodie » servant à soutenir et stimuler l’écriture poétique. Non seulement, ils correspondent chacun à un air précis, connu des poètes et des interprètes, comme du public, mais ils portent également une signification : « Fenghai’er » 粉孩兒, Enfant rose ; « Qiniangzi » 七娘子, Septième fille ; « Fengjiancai » 風檢才, Fripon ; « Mapozi » 麻婆子, Mamie Ma ; « Queqiaoxian » 鵲橋仙, Immortels au pont d’hirondelles ; « Xiao Penglai » 小蓬萊, Petit Penglai ; « Hao jiejie » 好姐姐, Jeunes filles ; « Liu Qingniang » 柳青娘 est le nom d’une courtisane célèbre ; « He xinlang » 賀新郎, Féliciter le marié ; « Xiao jinzhang » 銷金帳, Moustiquaire aux fils d’or ; « Houting hua » 後庭花, Fleurs de l’arrière-cour ; « Chuan bo Zhao » 川撥棹, Bateau sur la rivière ; « Tuo bushan » 脫布衫, Ôter les habits ; « Hua xin dong » 花心動, Cœur de fleur bat.
Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644), à qui l’on doit la version initiale de ce conte qu’il avait placé en vingtième position du premier recueil de ses Pai’an jingqi 拍案驚奇 (Taper sur la table en s’exclamant : « Extraordinaire ! »), s’est donc ingénié à composer un poème descriptif avec des noms de style de poèmes, ou, pour dire les choses plus simplement, à composer une chanson avec des noms de chansons.

  • 7  Littérature comparée, sous la direction de Didier Souiller, en collaboration avec Wladimir Troubet (...)
  • 8  Voir Che Lin, « Traduire l’intraduisible. Une étude de la traductibilité de la poésie classique ch (...)
  • 9  Littérature comparée, op. cit., p. 140

9Dans leur Littérature comparée7, Didier Souiller et Wladimir Troubetzkoy soulignent la difficulté de la traduction poétique par rapport à celle du texte en prose : « La poésie en vers, relève d’une élaboration esthétique très complexe – la traduction de la poésie apparaît à beaucoup comme carrément impossible ». Ainsi, Alexandre Pouchkine (1799-1837), l’un des plus grands poètes russes, est réputé intraduisible. La poésie chinoise, de par son univers fondamentalement différent de celui de la littérature européenne, l’est tout autant8. Cette « intraductibilité » de la poésie, quoique partagée par beaucoup, ne fait pas l’unanimité. Didier Souiller et Wladimir Troubetzkoy soulignent également que le français dispose d’une « réserve de puissance » qui lui permet d’accueillir toutes les poésies étrangères9. Si c’est le cas, on doit pouvoir traduire toutes les poésies en langue française. Or, nous observons que beaucoup de traducteurs font le choix d’éviter la traduction des poèmes. C’est notamment le cas pour de nombreuses traductions du Jingu qiguan.

10Pour ce premier poème cité, il s’agit plus d’un problème de réception que d’une difficulté de traduction proprement dite, car nous pouvons toujours traduire littéralement chaque vers. Par manque de connaissances associées, un lecteur non averti de la tradition poétique chinoise, surtout ignorant les « noms de mélodie de poésie », restera simplement sur les images premières du poème. Il est toujours possible d’accompagner la traduction d’une pléthore de notes pour expliquer toutes les références culturelles et littéraires liées à ce poème. Toutefois, la traduction « commentée » n’obtiendra pas le même écho dans la culture d’arrivée que le poème original auprès du lecteur natif.

  • 10  La traduction du poème aurait dû apparaître page 774 des Spectacles curieux, op. cit., entre « Ell (...)

11Un second poème est également omis par Rainier Lanselle dans la traduction du même conte10. C’est un passage également problématique qui décrit les ébats érotiques entre un septuagénaire et une jeune fille de dix-huit ans :

一個似八百年彭祖的長兄 [1]
一個似三十歲顏回的少女 [2]
尤雲殢雨宓妃傾洛水澆著壽星頭 [3]
似水如魚呂望持釣竿撥動楊妃舌 [4]
乘牛老子摟住捧珠盤的龍女 [5]
騎驢果老搭著執笊籬的仙姑 [6]
胥靡藤纏定牡丹花 [7]
綠毛龜采取芙蕖蕊 [8]
太白金星淫性發 [9]
上青玉女欲情來 [10]

12Dont une traduction littérale en français aurait donné :

L’un, tel le frère aîné de Pengzu, âgé de huit cents ans,
L’autre, telle une fille, qui trouve sa deuxième jeunesse à trente ans.
Comme les nuages jouent avec la pluie, la déesse Fu Fei, en tombant dans la rivière Luo, éclabousse la tête du Dieu de la Longévité ;
Comme un poisson retrouve l’eau, le vieillard Lu Wang, avec la canne à pêche, remue la langue de la belle Yang Fé.
C’est le vieillard Laozi qui chevauche le buffle, en étreignant la fille du Dragon qui tient une belle assiette à deux mains ;
C’est le vieux Guolao qui chevauche l’âne, en rejoignant l’immortelle Xiangu qui a une louche en bois à la main.
Un rotin desséché entrelace la pivoine en fleur,
Une tortue verte et poilue extrait le pistil du fuqu.
Le Vieillard-Étoile d’Or-Blanc est en rut,
La jeune fille de Jade est en chaleur.

  • 11  Sur Pengzu, voir Liu Xiang 劉向, Liexian zhuan 列仙傳 [Biographies des immortels], chapitre « Pengzu ».
  • 12  Sur Fu Fei, Cao Zhi 曹植 a écrit Luoshen fu 洛神賦 (Éloges de la Déesse Luo).
  • 13  Sur Lü Wang, voir Sima Qian 司馬遷, Shiji 史記 (Mémoires historiques), chapitre 32, « Qi Taigong shijia (...)
  • 14  L’un des Huit immortels, appelé aussi Zhang Guo Lao 張果老 « Zhang Guo le Vieux ». Il est souvent rep (...)
  • 15  « Demoiselle immortelle He » est aussi l’un des Huit immortels. Elle est souvent représentée tenan (...)

13Rainier Lanselle a traduit tous les passages érotiques du recueil, que ce soit en prose ou en vers, à l’exception de celui-ci, lequel est particulièrement problématique à cause de ses abondantes références et métaphores, ainsi que ses allusions sexuelles.
Ses vers se lisent deux par deux, et les images qu’ils contiennent se répondent entre elles. L’auteur utilise ici le parallélisme pour mettre en scène des comparaisons dont la plupart sont fondées sur deux personnages historiques ou mythologiques, l’un étant un vieillard, l’autre une jeune fille.
Dès le premier vers, le vieillard septuagénaire du récit est comparé à un frère de Pengzu11 彭祖. Ce dernier est un personnage légendaire, ayant vécu huit cents ans. Il est réputé pour son art de vivre, son art culinaire et son appétit sexuel ; le deuxième vers compare la jeune fille de dix-huit ans du conte à une femme de trente ans qui retrouve une deuxième jeunesse. Selon la culture chinoise, les femmes trentenaires ont un grand appétit sexuel.
Le troisième vers contient une métaphore et une allusion : pour la métaphore, le jeu des nuages et de la pluie renvoie aux ébats érotiques ; quant à l’allusion, elle utilise deux personnages mythiques pour créer une image érotique : Le Dieu de la Longévité, souvent représenté par un vieillard chauve à barbe blanche assis sur une grue ou un cerf blanc et Fu Fei12 宓妃, déesse de la rivière Luo, réputée pour sa beauté. La chute de la déesse Fu Fei dans l’eau éclabousse la tête du Dieu de la Longévité, scène qui évoque le cunnilingus.
Le quatrième vers utilise le même procédé, savoir une métaphore qui associe des ébats érotiques à l’image d’un poisson qui s’ébat dans l’eau, et une allusion qui  convoque deux personnages historiques : Lü13 Wang 呂望 (alias Lü Shang 呂尚, 1156 av. J.-C. – 1017 av. J.-C.), un homme politique qui a fait carrière dans sa vieillesse et Yang Guifei 楊貴妃 (alias Yang Yuhuan 楊玉環, 719-756), réputée pour sa beauté et concubine favorite de l’empereur Xuanzong 玄宗 des Tang qui régna de 712 à 756. L’image du vieillard Lü Wang qui remue la langue de la belle Yang Guifei en tenant la canne à pêche, fait une piquante allusion à une fellation.
La suite des vers continue à employer des métaphores et des images allusives.
Le cinquième vers décrit une scène d’étreinte entre le vieillard Laozi qui chevauche son buffle, et la jeune fille du Dragon.
Dans le sixième vers lie deux immortels taoïstes : le vieux Zhang Guo14 張果 qui sur le dos de son âne rencontre la belle immortelle He Xiangu15 何仙姑 laquelle tient une louche en bois à la main, l’image renvoyant à un phallus.
Après les allusions aux personnages historiques et aux immortels, les images métaphoriques sont basées sur des plantes et des animaux.
Le septième vers décrit l’image d’un rotin desséché entrelaçant une fleur de pivoine, allusion qui renvoie à l’étreinte entre le vieillard septuagénaire et la jeune fille de dix-huit ans.
Dans le huitième vers, une tortue verte et poilue (guitou 龟头 « tête de tortue » qui désigne sans ambiguïté le gland du pénis) extrait le pistil du fuqu 芙蕖 (lotus), image qui fait allusion à un acte sexuel de pénétration.
Enfin, les deux derniers vers reviennent sur des personnages de la mythologie chinoise : l’un, le Vieillard-Étoile d’Or-Blanc, envoyé spécial de l’Empereur Jade du Palais céleste ; l’autre, la jeune fille de Jade, également au service de l’Empereur Jade. Mais cette fois-ci, l’image est dépourvue d’allusion et dévoile la réalité des ébats par une description crue : l’un est en rut et l’autre en chaleur.

14Après avoir relevé toutes les métaphores, allusions et références qui se cachent dans ce poème, on comprend mieux les problèmes que pose au traducteur ce passage érotique rédigé en vers. Là aussi, nous pouvons toujours traduire le sens de chaque mot et celui de chaque vers, mais il n’est pas certain qu’un lecteur non averti du « code » de l’érotisme chinois, puisse saisir une seule allusion à travers les différentes images intimement associées à la mythologie et à la culture chinoises. Comme pour l’exemple précédent, il ne s’agit pas vraiment d’un problème de traduction, mais de réception causé par la différence culturelle.
Henri Meschonnic, poéticien et traducteur, soutient une théorie de la traduction comme « lecture/écriture ». Il exprime ainsi son point de vue :

  • 16  Henri Meschonnic, Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007, p. 38

Il n’y a pas de problème de traduction. Il n’y a pas d’intraduisible. Il y a seulement le problème de la théorie du langage qui est à l’œuvre dans l’acte de traduire, qu’on le sache ou non. Le résultat de cette activité est un produit qui varie en fonction de cette théorie, de telle sorte que toute traduction, avant même de montrer ce qui éventuellement reste de ce qu’elle avait à traduire, montre d’abord sa représentation du langage, et sa représentation de la chose nommée littérature, ou poésie.16

  • 17  Ibidem

15Selon lui, « tout le problème consiste donc à reconnaître quelle représentation du langage est à l’œuvre. C’est ce qui est en jeu, selon le résultat visé »17. Le choix de « non traduire » de Rainier Lanselle pourrait s’expliquer dans cette optique : il n’a probablement pas trouvé une traduction qui lui convienne pour le résultat visé, lequel pourrait être la transmission de l’effet érotique et poétique de ces poèmes, et pas uniquement l’image que représente les vers.

16Dans Problématiques de la traduction, Katharina Reiss soulève justement la question du traducteur face au texte : « que signifie comprendre le texte ? »

  • 18  Katharina Reiss, Problématiques de la traduction, préface de Jean-René Ladmiral, traduction et not (...)

Pour un traducteur, la compréhension du texte est une problématique offrant, comme Janus, deux faces opposées : il s’agit non seulement de comprendre le texte qu’il est question de traduire, mais aussi de faire comprendre ce texte dans l’autre langue, autrement dit dans la langue-cible. En effet, ce que le lecteur lambda attend d’abord d’une traduction, c’est qu’elle abolisse pour lui la barrière des langues qui l’empêche de lire le texte dans sa version originale. Or, ce lecteur n’a pas conscience du fait que cette barrière des langues est aussi une frontière entre culture, car l’autre communauté linguistique, au sein de laquelle le texte-source est instrument de communication, est aussi une communauté culturelle dont l’altérité se manifeste souvent directement dans sa langue.18

17Dans le cas des poèmes évoqués, derrière la barrière de la langue, c’est toute une culture qui est profondément impliquée. Ce gigantesque fossé entre la culture de départ et celle du public d’arrivée semble décider les traducteurs du Jingu qiguan comme Rainer Lanselle à renoncer à la traduction de ces poèmes. C’est peut-être un peu dommage de les avoir passés sous silence, car un lecteur un peu averti aurait au moins saisi l’érotisme du texte.

Top of page

Notes

1  Voir Les Mille et un jours, contes persans, traduit en français par Pétis de La Croix, suivis de plusieurs autres recueils de contes traduits des langues orientales, nouvelle édition accompagnée de notes et de notices historiques par A. Loiseleur-Deslonchamps, publiée sous la direction de M. L. Aimé-Martin, Paris, Ch. Delagrave, coll. « Panthéon littéraire », 1879, p. 670. On croit pouvoir reconnaître là trois des plus grands romans en circulation à l’époque, lesquels sont bien connus du public français par des traductions de référence parues à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard), respectivement Shuihuzhuan 水滸傳 (Au bord de l’eau, 1978), Xiyouji 西遊記 (La Pérégrination vers l’Ouest, 1991) et Jin Ping Mei 金瓶梅(Fleur en Fiole d’Or, 1985). Le premier a été traduit par Jacques Dars, les deux autres par André Lévy

2  Nous avons exploré ce corpus de traductions dans une thèse de doctorat soutenu le 27 novembre 2015 à l’université Aix-Marseille sous le titre « Les traductions françaises du Jingu qiguan et leurs influences sur la création littéraire en France (1735-1996)  »

3  Voir Hervey de Saint-Denys, « Avertissement », Trois nouvelles chinoises, Paris, Ernest Leroux, 1885, p. 7. Réédition : Six nouvelles chinoises traduites pour la première fois, Paris, Bleu de Chine, 1999, p. 13

4  Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois, traduction, présentation et annotation par Rainier Lanselle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1996, LXI-2104 p.

5  Il s’agit dans la traduction de Rainier Lanselle du conte intitulé « Liu Yuanpu, par deux fois, engendre un digne fils », op. cit., pp. 721-783. La traduction du poème aurait dû intervenir page 761, entre le deux derniers paragraphes, après « Un spectacle si beau ne se saurait décrire ». Le texte original occupe les pages 25A-25B de l’édition possiblement originale du Jingu qiguan conservée à la Bibliothèque nationale de France.

6  Les traductions du chinois en français sont réalisées par l’auteur de cet article.

7  Littérature comparée, sous la direction de Didier Souiller, en collaboration avec Wladimir Troubetzkoy, Paris, PUF, 1997, p. 140

8  Voir Che Lin, « Traduire l’intraduisible. Une étude de la traductibilité de la poésie classique chinoise », dans Béatrice Bonhomme et Micéala Syminton (éd.), Le Rêve et la ruse dans la traduction de la poésie, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloque, congrès, conférences, littérature comparée », 2008, pp. 45-59

9  Littérature comparée, op. cit., p. 140

10  La traduction du poème aurait dû apparaître page 774 des Spectacles curieux, op. cit., entre « Elle s’étendit sur la couche. » et « Liu Yuanpu, malgré son grand âge, était encore capable de montrer qu’il n’en avait pas encore reçu toutes les atteintes ». Le texte original figure page 33A de l’édition originale du Pai’an jingqi, mais est absente de l’édition du Jingu qiguan signalée plus haut. La double page 33A-33B aurait pu être retirée intentionnellement.

11  Sur Pengzu, voir Liu Xiang 劉向, Liexian zhuan 列仙傳 [Biographies des immortels], chapitre « Pengzu ».

12  Sur Fu Fei, Cao Zhi 曹植 a écrit Luoshen fu 洛神賦 (Éloges de la Déesse Luo).

13  Sur Lü Wang, voir Sima Qian 司馬遷, Shiji 史記 (Mémoires historiques), chapitre 32, « Qi Taigong shijia di er » 齊太公世家第二 (La famille du sire Qi, seconde génération) ; Liu Xiang, Liexian zhuan, op. cit., chapitre « Lü Shang »

14  L’un des Huit immortels, appelé aussi Zhang Guo Lao 張果老 « Zhang Guo le Vieux ». Il est souvent représenté sur un âne, tenant en main un yugu渔鼓 (tambour cylindrique). Voir Zhou Zhuojie 周濯街, Zhang Guo Lao張果老, Taibei, Guojia, coll. « Zhongguo minjian shenqi gushi xilie », 22, 2005, 411 p.

15  « Demoiselle immortelle He » est aussi l’un des Huit immortels. Elle est souvent représentée tenant en main une fleur de lotus ou un sheng (orgue à bouche chinois). VoirZhou Zhuojie 周濯街, He Xiangu何仙姑, Taibei, Guojia, coll. « Zhongguo minjian shenqi gushi xilie», 24, 2006, 403 p.

16  Henri Meschonnic, Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007, p. 38

17  Ibidem

18  Katharina Reiss, Problématiques de la traduction, préface de Jean-René Ladmiral, traduction et notes de Catherine A. Bocquet, Paris, Economica et Anthropos, coll. « Bibliothèque de traductologie », 2009, p. 59

Top of page

References

Electronic reference

Chunli Huang, « Deux poèmes du Jingu qiguan oubliés par son traducteur », Impressions d’Extrême-Orient [Online], 6 | 2016, Online since 02 December 2016, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ideo/474

Top of page

About the author

Chunli Huang

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals