Navigation – Plan du site

Le voyage des âmes

Extrait d’une pièce de théâtre en hindi de Lalit Mohan Thapalyāl
Elizabeth Naudou

Notes de l’auteur

Lalit Mohan Thapalyāl, Katputlī aur anya nātak, Sādhanā Samskrti Prakāśan, Gāziābād, 2000 : Achariyõ kā tālāb, extrait, p.118-124.

Texte intégral

Commentaire

Lalit Mohan Thapalyāl (1920-2004) est originaire du Garhwal, dans la zone himalayenne. Dramaturge, acteur, metteur en scène et critique de théâtre, il a contribué à enrichir le théâtre hindi contemporain ainsi que le monde du journalisme, dans le domaine théâtral.  Pour populariser le théâtre hindi, il construit, en 1985, sa propre Ecole de Théâtre dans le « Grand Delhi », à Gāziābād et y fonde l’Institut Sādhanā Nātya Kalā Kendra (Centre des Arts du Théâtre « Sādhanā »). Il y forme des acteurs de tous âges, et joue également dans ses pièces. En février 1989, il s’associe à un couple de danseurs de Bhāratanātyam de Chennai, pour fonder  la société « Art India ». Leur but est de promouvoir toute forme d’art indien au niveau national et international (concerts, spectacles de danse et concerts de musique classique, conférences, séminaires, ateliers, expositions…). Son œuvre a été couronnée de divers prix, dont celui du Sahitya Kalā Pariśad pour ses pièces Cimte vāle bābā, «  L’Homme miraculé «  (Delhi, 1989) et Panne kī angūthī, « L’Anneau d’émeraude »  (Delhi, 1996). Il s’interroge sur les préoccupations de l’homme indien dans ce monde du XXIème siècle, en rapide transformation et bouleversement, mais aussi sur le déracinement des Indiens qui, sous l’emprise de la mondialisation, vont se fixer à l’étranger. Il a d’ailleurs occupé un poste de journaliste aux Etats-Unis et à Genève pour l’Organisation Mondiale de la Santé, ce qui l’a conforté dans son désir de propager, à travers l’art  et l’éducation théâtrale, ses conceptions en matière de conscience culturelle. La question qu’il pose est de savoir comment concilier, pour l’homme indien, l’identité indienne et la dimension universelle, et, plus généralement, comment harmoniser la vie sociale et la vie spirituelle. Son art consiste, souvent en se servant de l’humour, à déranger le spectateur au plus intime de lui-même, tout en le distrayant à la surface, selon le vieil adage hindi : sac bolo, priya bolo, « Dis la vérité, mais dis-la de manière agréable. »

Ses pièces (pas moins de 40)) témoignent d’une grande diversité, englobant satire politique, farce, comédie, drame. Sa pièce Alag alag rahẽ, «  Restons à part » , raconte le déchirement d’un professeur d’Université, qui, de confession gandhienne et non violent dans l’âme, se trouve confronté à la violence et à la corruption dans l’Inde contemporaine. Trois de ses pièces en hindi, Cimte vāle bābā,  « L’Hommemiracuél » ,Vardān, « Le Don suprême », Kalpanā ke khel,  « Les Jeux de l’imagination » , montées au Sadhāna Nātya Kalā Kendra  (Gāziābād), en 2005, ont rencontré un vif succès auprès du public indien. Il a également écrit des pièces de théâtre en un acte, en langue Garhwali, qui ont souvent été mises en scène dans la capitale et ailleurs en Inde. L’œuvre théâtrale en hindi de Lalit Mohan Thapalyāl n’a jamais été traduite en français.

  • 1  Déjà, dans l’Atharva Veda (environs de 1000 av. J.C.), une créature mystérieuse hante les bois, la (...)

Le texte présenté ici est un extrait de la pièceAchariyõ kā tālāb, «  L’Etang auxnymphes »(tirée d’un recueil de 6 pièces, Katputlī aur anya nātak, « La Marionnette etautres pièces de théâtre ».).L’auteur, dans ces sept premières pages, présente les personnages, le lieu, le temps, et l’intention. Cette exposition permet de propulser le spectateur  dans l’univers nocturne indien en général, et Garhwali enparticulier.La piècemet en scène quatre personnages, au beau milieu de la forêt, au beau milieu de la nuit. Minuit, c’est l’heure où les nymphes sortent de leur étang pour danser et chanter, c’est l’heure propice aux apparitions nocturnes… Le personnage principal, Manirām, venu là pour accomplir, par vengeance, quelque crime horrible à l’aide d’une formule magique, va se trouver confronté à ce monde de la nuit, ce monde effrayant de l’inconnu, seul, dans la forêt, au moment où les esprits, bienfaisants ou malfaisants, fantômes, démons, vampires, nymphes célestes, ondines…sortent de leur cachette1.

L’auteur traite du thème universel de la mort, en le transfigurant d’après les croyances religieuses indiennes : c’est de l’après mort, de l’errance, de la transmigration, qu il nous parle. Où vont les âmes après la mort ? Où mène ce voyage ? Cette pièce, en traitant du voyage des « âmes » dans l’au-delà,  renvoie le lecteur-spectateur à la question essentielle, tout en empruntant la voie indienne : en fonction des actes anciens accomplis par chacun, notre « âme » échouera après la mort dans une nouvelle matrice. Le voyage des  « âmes », en effet, n’a rien de rassurant ! Il nous échappe totalement, puisqu’il est le résultat de nos actes anciens, ceux que nous ignorons et qui nous ont propulsé dans cette enveloppe corporelle actuelle !

  • 2  Voir, entre autres, Les 25 contes du vampire, dans Somadeva, L’océan des rivières de contes, Galli (...)

Le voyage dans la nuit et dans le monde de l’au-delà est un thème rarement abordé dans la littérature hindi moderne et contemporaine, même s’il le fut abondamment dans la littérature classique sanskrite2. Il s’associe traditionnellement à un lieu : le champ de crémation. C’est là, dans ce lieu propice entre tous, que les morts, complètement, ou, en partie seulement, incinérés, partent pour leur dernier voyage.

  • 3  En sanskrit et en hindi, le mot jãgal, « jungle », désigne bien une zone de végétation sauvage, él (...)

Dans l’art classique de l’Inde, en sculpture et en littérature surtout, cette ambiance nocturne, espace de rencontre entre les vivants et les morts, participe, selon les codes d’usage en esthétique, du bhaya rasa , la « saveur (esthétique) de la peur ». Cette « saveur » est l’une des neuf saveurs, ou « émotions » énumérées dans les traités de dramaturgie. C’est le courant esthétique qui circule entre le spectateur et l’œuvre d’art, en l’occurrence ici, entre le spectateur et la pièce jouée sur scène. Ce texte très original de Lalit Mohan Thapalyāl s’inscrit bien dans cette tradition, tout en lui apportant une touche locale, puisque l’action se situe dans les montagnes de l’Himalaya. Le lieu choisi n’est pas un lieu de crémation, mais un lieu retiré, le lieu universellement effrayant par excellence : la forêt.3

  • 4  Dans les religions de l’Inde , le bouddhisme par exemple énumère au moins « cinq destinées » (pañc (...)
  • 5 W. Crooke, Introduction to the Popular Religion and Folklore of Northern India, Allahabad, 1894 (re (...)
  • 6  N.N. Bhattacharyya, Indian Demonology, Munshiram Manoharlal, New Delhi, 2000. Ces catégories, qui (...)
  • 7  Un bhūta (sanskrit bhūta, hindi bhūt) est l’esprit d’un homme ou d’une femme qui est mort subiteme (...)

Parmi les quelques destinées inventoriées qui attendent l’homme dans l’au-delà, l’une d’elles, celle des preta, désigne précisément le monde fantasmagorique des esprits4 : les mânes faméliques. Or Madhosingh, le personnage emblématique de la pièce, retiré du monde, ermite  doué de pouvoirs surnaturels, se délecte à les énumérer  à son interlocuteur (meurtrier en puissance) : ce sont les bhūt, « esprits », « fantômes », les prêt, « esprits », « revenants » et les piśāca, « démons », qui hantent la forêt5. Il est, dit-il, l’un d’entre eux, un piśāca,6  une réincarnation du mal.7

La pièce Achariyõ kā tālāb nous immerge ainsi dans l’au-delà, destination qui résulte des actes passés et présents : celle du  héros, Manirām,  assassin en puissance, et celle de l’énigmatique Madhosingh, qui a déjà toute une existence derrière lui.

Traduction : Achariyõ kā tālāb : « L’Étang aux nymphes »

1Personnages : Manirām, Jogidās, Madhosingh, Jesrām.

2Lieu : En pleine nuit, une forêt

3(Sur le devant de la scène, à gauche, une partie de la cabane de Madhosingh. Au fond, le reflet d’un étang entouré d’arbres. À droite, un énorme rocher. Devant la cabane de Madhosingh, un feu allumé. Lueur du feu sur son visage et sur le mur de la cabane. Le reste de la scène est plongé dans une quasi-obscurité. Des notes de musique céleste, de l’au-delà, arrivent de l’étang. Madho écoute quelques instants en silence ; puis il se dirige vers l’étang à pas feutrés et disparaît. Jogidās et Manirām entrent en scène par la droite. La musique s’arrête brusquement, à l’instant même où les mots sortent de la bouche de Manirām.)

4Manirām (il s’éclaire avec une lanterne). C’est encore loin, maintenant, où l’on va ?

  • 8  Le mot acharī, d’après l’inventaire de Crooke, désigne, dans certaines régions himalayennes, les f (...)
  • 9  Bali ke sthān désigne littéralement le « lieu du sacrifice », l’« aire sacrificielle ». Le meurtre (...)

5Jogidās. Ça y est, on est arrivés. On aperçoit l’étang aux nymphes8. C’est là qu’habitent tous les esprits-fantômes-démons. (Il lui donne son sac.) Tiens, prends-le et enfouis-le derrière ce rocher. Tu y rapporteras un par un tous les outils et la terre du lieu du sacrifice9 par poignées.

6Manirām. Tu ne vas pas plus loin, maintenant ?

  • 10  Un mantraest une formule magique, une incantation, utilisée dans un but précis. Ce mot désigne à l (...)

7Jogidās. Non, maintenant, cet acte doit être accompli par toi seul, dans la solitude, dans l’obscurité et dans le plus grand secret. Mais, à l’heure qu’il est, réfléchis bien. Ce meurtre par mantra10 est terrible. Celui que tu vises sera complètement anéanti, et sa famille avec.

8Manirām. Oui… Oui. C’est ce que je veux. Combien de fois devrais-je te le dire ? Tant qu’il restera un seul descendant de ce Gabarsingh, je m’en remettrai au pouvoir de ton mantra. Ce lopin de terre n’était rien. Il m’est devenu plus cher que mon propre cœur. Je l’avais rendu fertile en le faisant brûler nuit et jour et j’en avais supprimé tous les cailloux un à un. Et toi, tu me l’as usurpé par ta traîtrise ! Tu ne vivras pas, Gabarsingh, tu ne vivras jamais du produit de cette terre !

  • 11  Khar*ik ke per*, « Les arbres khar*ik », sont les arbres Celtis tetrandra que l’on trouve dans la (...)

9Jogidās. Allons ! Parler ne sert à rien. Fais ce que tu as à faire et va-t’en. En attendant, je reste ici, sous cet arbre khar*ik11. Mais il faudra redoubler de prudence en tout point. C’est dans les parages, en plus, que se trouve la cabane de Madhosingh.Si jamais son regard tombait par ici et perturbait le déroulement de l’opération, ce serait la catastrophe !

10Jogidās sort par la droite. Manirām, la lanterne à la main, disparaît derrière le rocher. Madhosingh, qui rentre chez lui, apparaît. La musique se remet en marche au même moment. Il reste debout un instant et regarde vers l’étang. À ce moment-là, son regard tombe sur la lanterne derrière le rocher. La musique s’arrête de nouveau au moment où il commence à parler.

11Madhosingh. Qui es-tu, toi, l’homme à la lanterne ! Eh ! qui es-tu, mon ami ? Tu vas parler, maintenant. Eh ! j’ai dit, qui es-tu, mon ami, l’homme à la lanterne ? Si tu es venu voler mes pommes de terre, alors, retourne d’où tu viens, sinon, je t’enterrerai là-bas, dans le champ. Attends un peu, je vais te jeter une pierre ! Comme ça, si tu n’as pas compris, tu vas vite déguerpir !

12Manirām apparaît, la lanterne à la main.

13Manirām. Eh ! qu’est-ce que c’est tout ce vacarme, Pépé Madho ? Tu aurais planté des pommes de terre au milieu de la forêt pour que le premier venu soit un voleur de pommes de terre ?

14Madhosingh. (Il reconnaît ce visage qu’il regarde attentivement.) Eh ! Oh ! Manirām ! Où vas-tu par cette nuit noire ? Et pourquoi n’as-tu rien dit quand j’ai appelé ?

15Manirām. Eh ! qu’est-ce que j’en savais, moi, si c’était Pépé Madho qui parlait, ou bien, en fait, son fantôme !

16Madhosingh. Mais toi, que fais-tu, à minuit, dans cette forêt de fantômes ?

17Manirām. Mon vieux, mon taureau noir qui paissait aujourd’hui en forêt n’est pas rentré. C’est pour le retrouver que je suis sorti.

18Madhosingh. Tu t’es bien pressé pour aller chercher ton taureau ! Et dans ce sac, qu’y a-t-il ?

  • 12  Le cilamest le petit récipient de terre ou de métal qui se trouve sur la partie supérieure du narg (...)

19Manirām. Rien, mon vieux, j’étais descendu au village. La nuit est tombée alors que je rentrais chez moi. À peine arrivé, ma femme m’a dit : « Le taureau n’est pas revenu de la forêt ! » En revenant de là-bas, je suis arrivé ici. Bon, maintenant, prépare un cilam12 de tabac.

20Madhosingh. Fume ton tabac, mais si dans ce sac il y a mes pommes de terre, vide-le là complètement !

21Il prépare le cilam et l’allume.

22Manirām. Eh, que dis-tu là, Pépé Madho ? Crois-tu que j’irais gâcher tous les efforts que tu as faits pour tes pommes de terre ?

  • 13 Le mot hukkā désigne la « pipe à eau » (« houka », écrit Leconte de Lisle) ou « narguilé ». Ce dern (...)

23(Manirām fume le hukkā13. Un moment de silence, puis on entend de nouveau les notes de musique. Madho, debout, tend l’oreille.)

24Les pins, comme ils frémissent au vent ! Pourvu que ce ne soit pas une tempête de sable qui arrive !

25Madhosingh. Ce n’est pas une tempête de sable, voyons ! Il est minuit. Dans l’étang, les instruments de musique des nymphes ont commencé à retentir. Leur sarabande a commencé !

26Manirām. Tais-toi un peu, voyons ! Ce genre d’humour n’est pas le bienvenu. C’est la nuit. Il ne faut pas prononcer les mots qui nous viennent à la bouche.

27Madhosingh. Ce n’est pas de l’humour, je dis la vérité. Tu n’entends pas ? C’est partout comme ça, les frémissements des pins ? C’est toutes les nuits pareil. À minuit, les nymphes sortent de leur étang, dansent, chantent, puis y replongent.

28Manirām. Et tu as déjà vu quelque chose ?

29Madhosingh. Parfois, on peut voir comme des ombres. Je ne me suis jamais trouvé en face d’elles. Mais qu’y aurait-il à voir ? Qu’est-ce qui ne s’est pas passé dans cette forêt ? Et sait-on combien de femmes sont mortes pendues aux arbres ? Combien sont mortes en tombant de la montagne ? Combien gisent au fond de cet étang ? C’est justement là qu’elles sont toutes !

30Manirām. Dans cette solitude, tu n’as jamais peur quelquefois ? Tu as sûrement des pouvoirs magiques, Madhoda.

31Madhosingh (il rit). Ici, tout le monde a des pouvoirs magiques, mon ami. Les esprits- fantômes, eux, restent de leur côté. À l’heure qu’il est, tous ces végétaux, sommets, rivières et cours d’eau, je me les suis appropriés. Vois par toi-même. À dire vrai, il n’y a que ces deux lopins de terre aride qui m’appartiennent, mais je suis le roi, moi, d’une immense forêt ! Si ce n’est pas de la magie, alors c’est quoi ?

32Manirām. Arrête de plaisanter. Si tu es vraiment un magicien, alors explique-moi. En échange, je te donnerai une amulette grâce à laquelle aucun fantôme, aussi fort qu’il soit, ne pourra toucher à un seul de tes cheveux.

33Madhosingh. Eh ! idiot, que pourrais-je bien faire de ton amulette ? De quoi ai-je peur ? Je suis un solitaire. Si les esprits-fantômes m’emportent, est-ce qu’il n’y aura pas deux bouts de pain pour moi, dans leur cuisine ? En plus, ma vie, je la passerai dans leurs splendides montagnes ! Qu’est-ce que ça fait, que je prenne cette forme ou une autre !

34Manirām. Eh ! tout excès est mauvais. Celui qui est trop téméraire s’en mord les doigts un jour ou l’autre. Ce qui fait peur, il est bon d’en avoir peur.

35Madhosingh. Eh ! mais la peur sans raison, alors? Puisque je n’ai pas cherché à leur nuire, pourquoi seraient-ils malfaisants envers moi ?

36Manirām. Tu ne sais pas, Madhoda. Le pouvoir d’illusion des esprits-fantômes est tout à fait surprenant.

37Madhosingh. Eh ! il peut être surprenant, je ne le nie pas. Mais puisque je n’ai jamais dit à ces nymphes d’abandonner cet étang et d’en partir, pourquoi, tout à coup, me diraient-elles de mettre le feu à ma cabane et d’arrêter d’entretenir mes deux champs ?

38La musique faiblit peu à peu jusqu’à la fin de ces paroles et s’arrête tout à fait.

39Manirām. Laisse courir, mon ami ; puisque toi, tu es content, que dire ! Bon, maintenant, je dois y aller, la nuit est bien avancée.

40Madhosingh. D’accord. Mais vide ce sac à pommes de terre ici.

41Manirām. Dedans, il n’y a pas de pommes de terre, mon vieux, je te l’ai dit. On a l’habitude de se faire confiance.

42Madhosingh. J’ai confiance, mais permets-moi d’écarter tout soupçon.

43Il lève la main.

44Manirām. Gare à celui qui aura mis la main dessus !

45Madhosingh (il saisit le sac). S’il n’y a pas de pommes de terre là- dedans, eh bien, tu pourras reprendre ton sac.

46Il lui arrache le sac des mains.

47Manirām (en essayant de récupérer le sac). Il n’y a pas de pommes de terre dedans, je te l’ai déjà dit. Tu seras maudit, si tu ouvres et regardes ce qu’il y a dans le sac !

  • 14  Le mot karman, employé ici, ne fait que renforcer l’ambiguïté réel-irréel, entre le monde d’ici-ba (...)

48Madhosingh. Mais, dedans, qu’y a-t-il? (Il jette un œil à l’intérieur du sac, l’horreur se lit sur son visage, et, brusquement, le sac tombe de ses mains.) Manirām ! Voilà ce que tu as fait14 !

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Déjà, dans l’Atharva Veda (environs de 1000 av. J.C.), une créature mystérieuse hante les bois, la nuit : c’est aranyānī, la « Dame de la forêt », celle chez qui l’on goûte à des fruits délicieux… (Aranyānī, Rg Veda, X, 146).

2  Voir, entre autres, Les 25 contes du vampire, dans Somadeva, L’océan des rivières de contes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1997.

3  En sanskrit et en hindi, le mot jãgal, « jungle », désigne bien une zone de végétation sauvage, éloignée de tout centre de vie humaine.

4  Dans les religions de l’Inde , le bouddhisme par exemple énumère au moins « cinq destinées » (pañcagati)  : le monde humain, le monde divin, le monde infernal, le monde animal, le monde des mânes faméliques (sanskrit preta).

5 W. Crooke, Introduction to the Popular Religion and Folklore of Northern India, Allahabad, 1894 (repr. Delhi Cosmo Publications, Delhi, 1974) et H. H. Rose, A Glossary of Tribes and Castes of the Punjab and North West Frontier Province, Lahore 1916, repr, Amar Prakashan, Delhi, 1980, 3 vol.).

6  N.N. Bhattacharyya, Indian Demonology, Munshiram Manoharlal, New Delhi, 2000. Ces catégories, qui sont pan- indiennes, s’accompagnent toujours de croyances propres à chaque région.

7  Un bhūta (sanskrit bhūta, hindi bhūt) est l’esprit d’un homme ou d’une femme qui est mort subitement (par suicide, accident, ou exécution) et n’a pas pu avoir de cérémonie funéraire. Les approcher est toujours une menace de danger (maladie incurable ou mort). On les rencontre dans les lieux sombres ou déserts, dans les cimetières, les ruines, les vieilles maisons inhabitées, les grottes, les carrefours et aux frontières. Un preta (sanskrit preta, hindi pret), littéralement « qui a quitté ce monde », désigne l’âme errante d’un mort, entre le moment où il meurt et le moment où les rites funéraires sont accomplis. Pas obligatoirement malfaisant, il peut le devenir si on le provoque.
Le Piśāca est, dans la tradition classique, personnifié en démon, manifestation du mal par excellence, ennemi des hommes et des dieux. Le nom commun piśāca (sanskrit piśāca, hindi piśāc) désigne le revenant d’un menteur, homme adultère, assassin ou criminel de toute espèce.

8  Le mot acharī, d’après l’inventaire de Crooke, désigne, dans certaines régions himalayennes, les fantômes de petites filles, qui hantent les sommets montagneux. Ce mot, qui figure dans le titre de la pièce, sous la forme achariyõ, au cas oblique, apparaît déjà en pālisous laformeaccharā, du mot sanskrit apsarā, « qui marche sur leseaux », « nymphe céleste », « nymphe », « danseuse céleste ». Les apsarā sont des esprits féminins des nuages et des eaux, nymphes célestes apparues lors de la Création, au moment du barattement de l’Océan de lait ; d’une très grande beauté, elles sont représentées légèrement vêtues et symbolisent le plaisir des sens et de l’esprit. Personne ne peut résister à leurs charmes et à l’envoûtement de leur danse et de leur chant. Elles sont les compagnes des deva (êtres bienfaisants) et également des asura (êtres démoniaques).

9  Bali ke sthān désigne littéralement le « lieu du sacrifice », l’« aire sacrificielle ». Le meurtre qui doit avoir lieu relève de l’action sacrificielle, en relation étroite avec le domaine du sacré, puisqu’il s’agit d’un meurtre par mantra, c’est-à-dire par l’emploi d’une « formule magique ». Cette expression situe d’emblée le texte et l’action aux deux niveaux : monde matériel réel d’une part, puisque le personnage va commettre un crime, et monde magique surnaturel de l’autre, puisque son arme procède d’un rituel sacré.

10  Un mantraest une formule magique, une incantation, utilisée dans un but précis. Ce mot désigne à l’origine des vers extraits du Veda, vers qui possèdent un pouvoir et des vertus inégalables.

11  Khar*ik ke per*, « Les arbres khar*ik », sont les arbres Celtis tetrandra que l’on trouve dans la zone himalayenne (voir Topdhan Rai et Lalitkumar Rai, Trees of the Sikkim Himalaya, New Delhi, Indus Publishing, 1994).

12  Le cilamest le petit récipient de terre ou de métal qui se trouve sur la partie supérieure du narguilé, là où l’on enflamme le tabac avec des braises. Mais il s’applique, par extension, à l’ensemble du hukkā et aussi à la dose de tabac préparée.

13 Le mot hukkā désigne la « pipe à eau » (« houka », écrit Leconte de Lisle) ou « narguilé ». Ce dernier mot désigne à l’origine la forme primitive de la pipe, dont le récipient est une noix de coco (sanskrit nārikera ou nārikela).

14  Le mot karman, employé ici, ne fait que renforcer l’ambiguïté réel-irréel, entre le monde d’ici-bas, réel, et le monde de l’au-delà, irréel. Ce mot, qui signifie « acte », « action », a été employé à l’époque védique pour désigner l’action sacrificielle. Il n’a pris une valeur morale qu’à date plus récente, lorsqu’il fut associé à la croyance en la transmigration. Lekarman est, dès lors, l’ensemble des germes issus de nos actes qui, en mûrissant, conditionnent nos destinées futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Naudou, « Le voyage des âmes », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 25 février 2010, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ideo/90

Haut de page

Auteur

Elizabeth Naudou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals