Navigation – Plan du site
2008

Treiber, Hubert, Steinert, Heinz, Holl, Adolf, Die Fabrikation des zuverlässigen Menschen. Über die « Wahlverwandtschaft » von Kloster- und Fabrikdisziplin

Falk Bretschneider
Hubert Treiber, Heinz Steinert, Die Fabrikation des zuverlässigen Menschen. Über die « Wahlverwandtschaft » von Kloster- und Fabrikdisziplin, avec une préface d’Adolf Holl, Münster : Westfälisches Dampfboot, 2005, 186 p., 24,90 €.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre n’est pas nouveau. Il s’agit en fait de la réédition d’un travail paru pour la première fois en 1980 et fortement remarqué à l’époque, du moins en Allemagne. C’est donc pour célébrer le 25ème anniversaire de cette parution que les auteurs, deux sociologues dont les recherches comptent parmi les plus importantes dans le domaine de la criminalité et de la justice pénale, ont décidé de rendre à nouveau accessible l’ouvrage, introuvable depuis longtemps en librairie. On ne saurait que les féliciter de cette décision. Le texte a effectivement « bien vieilli », comme ils le soulignent eux-mêmes dans leurs remarques préliminaires (p. 9). Se replonger dans leurs réflexions ne donne guère l’impression (que suscitent pourtant, parfois, les travaux portant sur l’histoire des institutions à vocation disciplinaire et datant de la même époque) de revenir aux interrogations et aux réponses à l’emporte-pièce caractérisant un état révolu de la recherche. Bien au contraire : subtiles et clairvoyantes (les auteurs maîtrisent aisément le vaste univers théorique sur la question, de Weber à Foucault), leurs conclusions se révèlent être le prélude à une recherche actuelle moins intéressée par les fondements idéologiques de ses objets (les institutions) que par leur mode de fonctionnement émergeant d’un jeu de pratiques visant à les stabiliser à travers le temps (rappelons à cet égard les riches travaux entrepris au sein du SFB « Institutionnalité et historicité » à Dresde).

2Au cœur de l’analyse se trouve une étude de cet « arrangement institutionnel » né avec la règle bénédictine, moment matriciel, selon H.T. et H.S., de l’institution disciplinaire dont les techniques visant à assurer une « manière méthodique de vivre » (M. Weber) se sont transmises, au fil du temps, depuis les monastères catholiques occidentaux jusqu’aux fabriques de l’ère industrielle. À l’opposé de la pensée foucaldienne (dont ils reconnaissent cependant la grande fécondité à un moment où J. Habermas s’apprête à en condamner, en 1983/84, le soi-disant anti-modernisme, ouvrant ainsi outre-Rhin la voie à une réception de l’œuvre du philosophe français marquée par une étrange mais tenace volonté d’incompréhension), les auteurs ne cherchent donc pas les fondements de la discipline dans l’émergence d’un discours homogène et unique, mais dans la matérialité même des faits historiques. À partir d’un exemple concret, la colonie ouvrière (Arbeitersiedlung) Kuchen dans le Wurtemberg, fondée dans les années 1860 par un fabricant de textiles, H.T. et H.S. mettent en évidence la convergence frappante entre pratiques du monastère et pratiques de la manufacture : l’architecture close et adaptée aux besoins d’une surveillance idéalement totale, la « dictature de la ponctualité » (p. 37), la hiérarchie, les contrôles, les sanctions…

3Cependant – et à juste titre – ils insistent sur le fait que cette affinité (Wahlverwandtschaft) entre monastère et fabrique ne se manifeste pas dans l’évolution réelle de l’histoire mais exclusivement au niveau de ces structures et de ces techniques spécifiques mobilisées, dans chacune des deux institutions, pour façonner l’« homme consciencieux » (p. 75). L’usine n’est certes pas un monastère, néanmoins c’est avec la discipline monastique qu’a été inventée une « boîte à outils » (p. 119) dont se servira toute institution disciplinaire postérieure. Si ces techniques conçues au Moyen Âge ont su se maintenir pendant des siècles, c’est grâce à leur « multifonctionnalité » (p. 134), c’est-à-dire à leur formidable capacité d’adaptation à des fins diverses et de promotion de l’« utilité », que ce soit au nom d’une consolidation de la foi ou à celui d’une productivité industrielle génératrice de profit (p. 75-86). Selon les auteurs, il suffit pour s’en convaincre de constater que de nombreux bâtiments conçus initialement pour abriter un couvent se sont transformés ensuite en casernes, internats, asiles, prisons ou, justement, en usines (p. 63).

4Le plaisir que l’on prend à relire ce livre est provoqué par la limpidité de telles conclusions, exposées avec un sens enviable de la synthèse. Bien entendu, il faut considérer ce travail pour ce qu’il est : une vue d’ensemble, peu soucieuse des contextes historiques variables de son objet et donc fréquemment encline à l’anachronisme. L’historien de la vie monastique, celui de l’enfermement ou celui du monde du travail à l’époque industrielle – tous trouveraient matière à émettre des critiques. Mais peu importe. Ce qui compte, c’est la capacité dont témoigne cette brève étude à faire table rase de notre vision de l’histoire de la « société disciplinaire ». Sur une vingtaine de pages (p. 89-117) seulement, H.T. et H.S. réussissent le pari de « mettre Foucault sens dessus-dessous » (p. 118), non pas en se perdant dans une critique mesquine de considérations philosophiques, mais en montrant que Foucault, lorsqu’il situait la naissance de la discipline au XIXe s., avait tout simplement tort face aux faits historiques. Ce faisant, ils réajustent des chronologies qui sont encore aujourd’hui prises pour argent comptant, et ils montrent que la « modernité » n’a pas été si moderne que cela. Rien que pour cela, ce petit livre dense, concis et pertinent vaut la peine d’être lu et relu.

5Falk Bretschneider (École des Hautes Études

6en Sciences Sociales, Paris)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Falk Bretschneider, « Treiber, Hubert, Steinert, Heinz, Holl, Adolf, Die Fabrikation des zuverlässigen Menschen. Über die « Wahlverwandtschaft » von Kloster- und Fabrikdisziplin », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1731

Haut de page

Auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals