Navigation – Plan du site
2011

Magnano Lampugnani, Vittorio, Frey, Katia, Perotti, Eliana, Stadt und Text. Zur Ideengeschichte des Städtebaus im Spiegel theoretischer Schriften seit dem 18. Jahrhundert

Elsa Vonau
Vittorio Magnano Lampugnani, Katia Frey, Eliana Perotti (dir.), Stadt und Text. Zur Ideengeschichte des Städtebaus im Spiegel theoretischer Schriften seit dem 18. Jahrhundert, Berlin : Gebr. Mann, 2011, 190 p., 39 ill., 39 €.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage entend verser son tribut à une histoire des idées de l’urbanisme. Cette entreprise élaborée à partir des écrits théoriques sur la ville produits depuis le XVIIIe siècle repose sur un postulat : il y a toujours un discours théorique au fondement de la ville construite. La publication, qui dresse le bilan d’un projet collectif de recherche sur l’émergence de l’urbanisme comme discipline scientifique, rassemble une série chatoyante de contributions. Ancrées dans divers champs disciplinaires, elles explorent sur des registres très différents les « textes » de la ville qui se sont multipliés sur la sphère européenne depuis le XVIIIe siècle – avec une incursion dans la philosophie de Platon. De quels textes est-il question ? Des textes d’architectes certes, mais pas seulement : sont abordées ici les sources variées qui ont contribué à formaliser les savoirs spécialisés sur la ville, les écrits qui véhiculent, sous des formes diverses, les représentations, les formes, les structures qui posent les jalons du cadre de vie de l’homme moderne. L’article signé par l’un des responsables du projet, V.M. Lampugnani, éclaire les enjeux de cette démarche. Il tente de dresser une liste typologique des textes de la ville : textes explicatifs qui encadrent les plans dessinés par les architectes, textes littéraires, textes théoriques, analyses scientifiques. La prise en compte de ces sources ouvre vraiment de nouvelles pistes à la recherche urbaine. On devine l’intérêt à confronter les plans dessinés par les architectes et les textes explicatifs qui les accompagnent car ils ont pu servir à véhiculer les savoir-faire de l’aménagement, notamment au moment où l’urbanisme se configure comme champ de pratiques professionnelles. Le danger de toute démarche typologique réside dans l’arbitraire de la logique classificatrice : pourquoi ne pas ouvrir la liste à d’autres sources textuelles – rapports de congrès, descriptifs de concours d’architecture, etc. ? L’ambition de ce parti pris méthodologique en signale également la faiblesse : comment maîtriser la turbulence d’écrits suscités par le phénomène d’urbanisation et ses effets sur les équilibres sociaux ? On le devine, l’objet d’étude gagnerait en efficacité s’il était recentré. Preuve en est, l’intérêt qui se développe au cours de la lecture lorsque des lignes de continuité se dessinent transversalement entre ces articles si divers. Ainsi, l’article de S. Warnke consacré à un « classique » de l’après-guerre signé par Wolf Jobst Siedler et d’E. Niggemeyer, pose, au même titre que celui qui aborde l’assimilation de l’organisation urbaine à un système cybernétique (M. Hagner/G. Vrachliotis) la question des livres qui font date, de leur influence sur les formes de perception de l’urbain, mais plus largement sur la production des formes matérielles. P. Sarasin s’interroge par exemple, à partir des premiers écrits hygiénistes, sur le rapport entre l’approche théorique et l’évolution des systèmes d’infrastructures. On regrettera néanmoins que l’auteur n’approfondisse pas l’analyse d’un corpus hérité de la topographie médicale, qui finit par fonder un genre dont l’influence sur les jalons théoriques de l’urbanisme comme discipline scientifique a été décisive. Les représentations sont au cœur de la plupart des articles, qu’il s’agisse des topoi qui modèlent les schèmes de perception de la ville (S. Hauser), des images et perceptions qui orientent la production matérielle de la ville (ainsi l’article de K. Frey qui retrace la généalogie de l’image du green belt). L’univers de ces représentations gagnerait néanmoins en épaisseur s’il était confronté à la matière de la ville. Pour en mesurer la portée réelle, on aimerait savoir comment elles agissent sur les formes urbaines, quels sont les cadres institutionnels, les politiques qui leur donnent corps, les pratiques qui les animent.

2Elsa Vonau (centre Marc-Bloch, Berlin)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Vonau, « Magnano Lampugnani, Vittorio, Frey, Katia, Perotti, Eliana, Stadt und Text. Zur Ideengeschichte des Städtebaus im Spiegel theoretischer Schriften seit dem 18. Jahrhundert », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ifha/6589

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals