Navigation – Plan du site

Éditorial

Pierre Monnet

Texte intégral

1La citation est célèbre : « Il faut que tout change pour que rien ne change » assène Tancredi à la fin du Guépard de Lampedusa.

2C’est bien un changement dans la continuité que les lecteurs de la présente livraison de la Revue de l’IFHA vont pouvoir éprouver. Après 33 ans d’édition sur papier depuis le premier numéro du Bulletin de la MHFA en 1980, le numéro 5 de la Revue inaugure en effet une publication entièrement électronique sur le portail Revues.org. La plate-forme dont l’IFHA dispose sur ce qui constitue la plus importante offre francophone en ligne pour les sciences sociales et humaines, n’accueille pas seulement ce nouveau numéro, mais abrite également les numéros antérieurs de la Revue (puis à terme du Bulletin) sous forme numérisée, ainsi que la base de toutes les recensions parues depuis l’origine dans les publications annuelles du centre. Le choix de passer d’un support à l’autre après tant d’années et au regard de l’attachement légitime que notre métier continue d’afficher pour les publications sur papier et pour l’objet-livre plus généralement n’a pas été facile. Il a été initié par l’équipe précédente qui avait déjà pris l’attache de Revues.org dès 2011 et a été appuyé par le conseil scientifique de notre institut. Ce choix correspond à une mutation fondamentale dans la diffusion du savoir scientifique, s’opère en même temps que de très nombreux périodiques de renom élisent également un tel mode d’édition, correspond aussi, ne le cachons pas, à un temps de forte contrainte budgétaire. Il dit cependant le souhait de l’IFHA d’adopter un moyen de diffusion qui augmentera sa lisibilité et sa visibilité en rendant accessible un ensemble de textes et de recensions interrogeables à tout moment à distance et moissonnés par les grands moteurs de recherche. Il s’avère également que le site de l’IFHA sur ce portail constitue à terme un instrument de travail connecté et évolutif : c’est ainsi que dès 2014 sera placée au même endroit la publication électronique du guide de la recherche en histoire pour les chercheurs germanophones, édité par Falk Bretschneider, Mareike König et Pierre Monnet sous le titre Frankreich für Historiker, jumeau de la publication analogue parue en 2011 sous le titre Faire de l’histoire en Allemagne sur perspectivia.net.

3« Il faut que tout change pour que rien ne change ». De fait, une fois la révolution numérique entérinée, les lecteurs n’en continueront pas moins de ressentir une très forte impression de complicité et de familiarité puisque les deux rubriques générales de la Revue, « Vie de l’Institut » et « Outils et Travaux », demeurent en place. Leur maintien signale la continuité d’une ligne éditoriale souhaitant faire de notre publication la tribune des activités du centre et de ses partenaires à Francfort et ailleurs, mais aussi la vitrine d’un certain nombre de centres, d’instruments, de projets, d’entreprises et de contributions de la recherche allemande qui méritent d’être connus du public francophone. Deux inflexions cependant méritent d’être notées. La première consiste à dégager au cœur du numéro l’espace d’un dossier thématique. Celui-ci est consacré cette année à la présentation du projet « Saisir l’Europe », c’est-à-dire la fondation en 2012 pour cinq ans d’une fédération de recherche franco-allemande unissant sept centres et institutions (dont l’IFHA et son université partenaire de Francfort) autour d’un objet commun approché et réfléchi suivant trois axes thématiques répartis entre Paris, Lyon, Berlin et Francfort. L’an prochain, ce principe sera maintenu et d’ores et déjà un dossier thématique (mais il peut être enrichi par d’autres issus par exemple des rencontres organisées par notre institut) sera consacré à la publication des papiers présentés lors de l’atelier international de la jeune recherche organisé au cours du congrès annuel de la Société des Médiévistes à Prague en mai 2013 sur le thème « Nation et nations au Moyen Âge ». Le deuxième changement concerne la « Librairie allemande » qui, jusqu’en 2012, a toujours complété le triptyque des grandes rubriques de la Revue. Par mesure de simplicité mais aussi de diffusion et de valorisation, il a été décidé que les recensions qui paraissaient jusqu’à présent sous forme papier dans le numéro courant de l’année, avant d’être ensuite versées dans la banque de données interrogeable par critères d’année, de titre et d’auteur réunissant l’ensemble des recensions parues dans les numéros du Bulletin puis de la Revue, seraient désormais directement publiées dans la base actualisée figurant sur le site de l’IFHA ouvert au sein du portail Revues.org. Ces comptes rendus font certes intellectuellement partie du numéro annuel produit par le centre, mais seront directement accessibles au sein d’une base qui continuera cependant à les identifier par leur année de parution, par leur auteur et par le titre recensé.

4La mise en ligne de ce numéro n’est pas la seule nouveauté apte à changer le visage de l’IFHA en 2013. Tout d’abord, depuis mars 2013 le centre a déménagé et rejoint les locaux que son université partenaire continue de mettre gracieusement à sa disposition au sein du nouveau campus des sciences humaines établi à Westend dans le bâtiment historique construit en 1928-1932 pour abriter le siège social de l’entreprise IG-Farben. Notre centre rallie donc un lieu chargé, de l’architecture du Bauhaus de la République de Weimar au siège de la chimie de guerre nazie puis à celui des forces américaines en Europe et enfin à celui d’une nouvelle université inaugurée en 2000, laquelle s’apprête en 2014 à célébrer elle aussi un centenaire puisqu’elle fut fondée en 1914. C’est avec l’université Goethe que se déploient des programmes toujours plus serrés de coopération, en particulier lors d’une année 2014 lourde de commémorations entre la mort de Charlemagne en 814, la bataille de Bouvines en 1214, l’ouverture du concile de Constance en 1414 ou celle du congrès de Vienne en 1814 et enfin la déclaration de la Première Guerre mondiale en 1914, autant d’étapes franco-allemandes d’une histoire européenne de longue durée que notre centre va réfléchir à distance critique et dans une approche comparée et renouvelée des historiographies. L’engagement de notre université partenaire, tout comme celui de l’Institut Max-Planck d’Histoire européenne du droit qui vient de rejoindre avec son centre, ses chercheurs et sa bibliothèque spécialisée de 5000.000 livres le nouveau campus, se traduisent par l’arrivée de jeunes doctorants et post-doctorants allemands au sein même de notre équipe, renforçant ainsi le caractère franco-allemand du centre : c’est cette dimension bilatérale, binationale, biculturelle, dont les pages de la Revue se sont toujours fait l’écho, qui formera le cœur d’un projet rénové d’établissement présenté lors de la signature d’une nouvelle convention liant l’université de Francfort à l’IFHA pour cinq ans en 2014. La présente livraison réserve d’ailleurs une place légitime à la présentation d’un certain nombre de projets ou de sites francfortois, dont l’attractivité est confirmée par l’augmentation continue du nombre de boursiers qui font désormais étape en ce lieu, cette proportion atteignant désormais la moitié du nombre total de jeunes chercheurs en mobilité courte soutenus par le centre.

5Comme un bonheur et un changement ne viennent jamais seuls, les lecteurs de la Revue auront peut-être remarqué que le site internet de l’IFHA (http://www.ifha.fr) a également subi une refonte complète, tant de son habillage que de sa maquette et de sa structure. Il accueillera sous peu des rubriques thématiques consacrées par exemple au programme commémoratif à l’instant mentionné, continue sinon de renvoyer par liens aux lieux multiples de la recherche franco-allemande, et bien entendu à nos publications désormais en ligne.

6Ces innovations – nouveaux locaux, nouveau site internet, nouveau support de publication, équipe pleinement franco-allemande – entendent refléter, accompagner mais aussi mettre en perspective les mutations profondes qui affectent les paysages français et allemand de la recherche, et donc aussi de la recherche en histoire, dans une Europe inquiète de son avenir et de plus en plus amnésique de son passé, dans un monde globalisé qui brouille, refonde et déplace les repères. L’IFHA entend demeurer conscient de la responsabilité qu’il occupe, à son niveau, dans ce débat. Devenue désormais électronique, la Revue entend continuer à s’en faire l’écho tout en demeurant au service d’une recherche active, renouvelée, innovante qui noue, renoue, redéfinit les liens entre historiens français et allemands dans un environnement européen, à la fois cadre de pensée et d’action.

Pierre MONNET, octobre 2013

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet, « Éditorial », Revue de l'IFHA [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ifha/7363

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

IFHA, Francfort-sur-le-Main

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals