Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Dossier thématique

« Saisir l’Europe » – un bilan de première année

« Saisir l’Europe : méthodes et concepts dans une approche interdisciplinaire en réseau ». Première école d’été du réseau franco-allemand de recherches en sciences sociales et humaines. Université de Francfort, 18-21 février 2014
Pierre Monnet

Texte intégral

1Du 18 au 21 février 2014 se tiendra à l’initiative conjointe de l’IFHA et de l’université Goethe de Francfort, dans les locaux de cette dernière, la première école d’été rassemblant l’ensemble des acteurs, doctorants, post-doctorants, chercheurs débutants et avancés, réunis par le projet « Saisir l’Europe ».

2L’intitulé de cette manifestation, appelée à regrouper chaque année jusqu’en 2017 les trois axes scientifiques du programme afin de remplir l’objectif clairement affirmé par le projet de la formation à la recherche par la recherche, a été libellé « Saisir l’Europe : méthodes et concepts dans une approche interdisciplinaire en réseau ». Cette formulation dit assez l’intention des organisateurs de placer la première rencontre fédérale du projet sous les auspices d’une approche épistémologique, historiographique et méthodologique non seulement d’un objet, « L’Europe », mais aussi de sa conception dans une démarche interdisciplinaire, interculturelle et plurinationale. Il s’agira pour chacun des groupes de travail rassemblés autour des trois problématiques initiales du projet, à savoir l’État social, le développement durable et les violences urbaines, de dégager et de définir les concepts utiles et opérationnels relevant du périmètre tracé par son domaine. Mais il s’agira également de déterminer au-delà les concepts, outils et approches communs à ces objets, afin de tisser le réseau de sens et de conséquences qu’entretiennent entre eux d’un côté l’État social européen confronté à la crise de ses missions et de ses financements, dont la résolution peut parfois engendrer des violences réelles ou symboliques ; de l’autre un modèle de croissance européen confronté à ses limites écologiques, spatiales et environnementales elles aussi créatrices de violences possibles en termes de partage ou de charges ; et enfin un modèle socio-culturel d’urbanité confronté lui aussi aux tensions résultant de la confrontation des pouvoirs, des vouloirs et des savoirs exprimés d’un côté par la tutelle étatique et de l’autre par les impératifs d’un développement respectueux d’une forme de pérennité tant sociale que spatiale. C’est bien dans le croisement des concepts, des méthodes et des disciplines que pourront apparaître ces réseaux de sens et de significations aptes à faciliter une approche du facteur européen dont la nature ne peut se résumer dans une définition ontologique et/ou téléologique, mais semble davantage résider dans une manière d’aborder les crises sociales et culturelles et leur résolution au sein d’un espace polarisé, pluriel et souvent asymétrique. Ces trois axes ont également en commun de pouvoir donner lieu à l’étude des préventions, des discours et des pratiques tant politiques que sociaux dont ils font l’objet de la part des pouvoirs régionaux, nationaux et supranationaux dont l’empilement, l’articulation et la coordination sont l’un des défis majeurs de la construction européenne.

3L’une des directions principales de réflexion appartenant au premier axe sur l’État social consistera à savoir comment ce qui fut la marque de fabrique de la construction européenne, c’est-à-dire la prise en charge par l’État de fonctions sociales, se trouve aujourd’hui menacé par des divergences profondes d’interprétation et de financement de ces missions, au risque de voir cet objet commun devenir un facteur de désunion voire de désintégration, c’est-à-dire de déseuropéanisation du modèle social européen. La deuxième approche de cet axe, cependant liée à la première, tournera autour de la production et de l’interprétation des statistiques et mesures censées justement évaluer les populations bénéficiaires, les charges et les coûts des mesures liées au modèle social européen, ou pour le dire autrement, s’intéressera à la fonction politique de la production européenne des statistiques sociales.

4Le second axe, « Violences urbaines », entend procéder dans un premier temps à l’examen de l’application possible, dans un contexte européen et pluriel, trans- et multinational, des outils et concepts délivrés par chaque science nationale en matière de recherche sur la violence. Selon les contextes et les environnements nationaux et régionaux divers en Europe, les critères et frontières de la violence physique et symbolique se laissent différemment définir et appréhender, ce qui a des conséquences sur l’adoption au niveau européen de normes et de politiques de prévention et de répression, mais aussi sur les grilles d’interprétation et de perception des phénomènes considérés comme violents selon des seuils et des échelles qui varient d’une aire à l’autre. Les laboratoires et observatoires français et allemand peuvent ainsi servir d’exemples paradigmatiques à l’approche d’une différence des cultures nationales et locales de la violence dans une société donnée.

5Quant à l’axe sur le développement durable, il s’est fixé pour objectif premier de regarder quelles relations de sens unissent ou désunissent la trilogie « environnement, nature, écologie », dans une approche qui fasse également appel aux traditions historiques et philosophiques de longue durée de ces concepts en Europe. Dans un contexte plus actuel, le thème de la durabilité sera observé à travers sa capacité à s’être imposé à la faveur de la crise dans un discours européen portant sur la gestion des ressources et le rapport entre les générations. Il va de soi que chaque fois, dans la dimension historique comme dans le contexte plus actuel, cette définition fait jouer et rejouer le couple notionnel nature/culture qui se révèle un schème structurant de toute compréhension du monde par une société.

6Du croisement des concepts et méthodes privilégiés par chacun des axes résultera une réflexion sur les manières de comprendre le travail entre les disciplines, d’appliquer les problématiques des transferts, des croisements et de la comparaison, des manières de savoir et de comprendre, qui sont comme constitutives de la variété intrinsèque des échelles, des seuils et des niveaux d’intervention propres à toute « politique » européenne. Au total, c’est dans la reconnaissance d’une telle complexité et d’une telle diversité que repose l’idée des défis qui se posent à l’Europe : l’Europe comme défi non par ce qu’elle est, mais par le type de schémas et de politiques qu’elle exige afin de réaliser ses objectifs dans la diversité des langues, cultures, systèmes politiques, constructions territoriales.

7Dans sa forme, le déroulement de l’école d’été, qui sera ouverte à un public de jeunes chercheurs extérieurs aux sept institutions fondatrices du réseau « Saisir l’Europe », fera alterner des ateliers thématiques par axe et des sessions communes au cours desquelles les restitutions des travaux par axe seront discutées par les responsables de projets issus des sept institutions de recherche fondatrices. Trois exposés de communicants extérieurs au réseau permettront, au rythme d’un par journée, de fournir des impulsions thématiques et épistémologiques supplémentaires. Le premier portera sur « Démographie, démocratie et étaticité sociale en Europe », le deuxième sur « Les phénomènes de violence dans une approche interdisciplinaire » et le troisième sur « Les humanités environnementales : travaux et recherches en réseau interdisciplinaire et multiculturel sur l’environnement ».

8Le but de cette école d’été, conduite en français et en allemand, est de mieux fédérer les éléments d’un réseau réparti entre Paris, Berlin et Francfort, de mieux faire communiquer et échanger entre eux les 6 post-doctorants et 12 doctorants recrutés respectivement pour 5 ans et 3 ans au sein du réseau et de lancer le calendrier des travaux de thèse et de postdoctorat poursuivis par chacun des 18 jeunes membres inclus dans le programme.

9Les résultats des travaux de cette école seront disponibles sur le site internet dédié du réseau (http://www.saisirleurope.eu/​fr) et publiés dans le prochain numéro 2014 de la Revue de l’IFHA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet, « « Saisir l’Europe » – un bilan de première année », Revue de l'IFHA [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ifha/7399 ; DOI : 10.4000/ifha.7399

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

IFHA, Francfort-sur-le-Main

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals