Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Dossier thématique : l’atelier des doctorants du congrès de la SHMESP de Prague en 2013 ‎‎« Nation et nations au Moyen Âge »‎

La question des nations dans les villes médiévales tchèques comme problème méthodologique

Jan Vojtíšek

Texte intégral

  • 1 Cet article a été mené à bien grâce au soutien de l’Agence tchèque de la recherche (GA ČR) dans le (...)
  • 2 Voir le dialogue du duc Břetislav II. de Bohême et marquis Wiprecht de Groitche, Cosmae Pragensis c (...)
  • 3 Ibid., I, 23, p. 45-46 ; František Graus, « Die Bildung eines Nationalbewusstseins im mittelalterli (...)
  • 4 La remarque de Cosmas nécessiterait une analyse approfondie.
  • 5 Sur les génealogies de la maison des Přemyslides, Dušan Třeštík/Josef Žemlička/Petr Sommer (dir.), (...)
  • 6 Codex juris municipalis regni Bohemiae I., Jaromír Čelakovský (éd.), Praha : Edvard Grégr, 1886 , n (...)

1Le Moyen Âge tchèque est marqué par la cohabitation de deux groupes ethniques, les Tchèques et les Allemands1. Ceux-ci sont attestés en Bohême depuis le Xe siècle, présents à la cour princière comme prélats et dans l’entourage du duc. La première chronique importante de Bohême, la chronique de Cosmas (†1125) nous renseigne bien sur la présence des Allemands. Cosmas se penche particulièrement sur la question des clercs étrangers auxquels il s’oppose hardiment2. On trouve chez lui une remarque frappante concernant l’élection d’un nouvel évêque de Prague : le clergé a crié sa joie en latin, le peuple en tchèque et l’entourage princier dans une langue qui était assimilée à de l’allemand3, traduisant le fait que la cour préférait l’usage de l’allemand4. N’oublions pas que les épouses des ducs de Bohême – et donc les mères de futurs ducs – étaient pour la plupart des princesses de l’Empire5. On rencontre aussi dans les sources des mentions de la présence de marchands étrangers (des Allemands, des Juifs et des Wallons) et on possède une charte des lois pour les Allemands en Bohême, c’est-à-dire pour ces marchands étrangers datant des années 11706.

  • 7 Josef Vítěslav Šimák, České dějiny I/5. Středověká kolonisace v zemích českých, Praha : Jan Laicher (...)
  • 8 Josef Žemlička, Počátky Čech královských 1198-1253. Proměna státu a společnosti, Praha : Nakladatel (...)
  • 9 Jiří Kejř, Vznik městského zřízení v Čechách, Praha : Karolinum, 1998.
  • 10 Passim dans les éditions des sources diplomatiques aussi que narratives de l’époque pré-hussite.

2Les XIIeet XIIIesiècles constituent le moment décisif pour la formation de la structure ethnique et démographique de la Bohême médiévale. Ce phénomène s’inscrit dans le contexte d’essor agricole, démographique et économique de l’ensemble de l’Occident chrétien. En Bohême, on assiste à un accroissement démographique intérieur mais aussi à une immigration considérable venue des régions voisines surpeuplées7. Le développement démographique n’était cependant pas seul en cause. On peut noter au cours du XIIIe siècle tout un ensemble de changements économiques et sociaux8. Il faut souligner la naissance de véritables villes « institutionnellement » fondées sur les droits municipaux. L’institution et la culture municipales proviennent en Bohême du milieu allemand. On distingue les circuits du droit municipal liés aux villes de l’Empire9. Parallèlement au fait que les noms de la plupart des bourgeois, bien que rares dans les sources de Bohême, sont d’origine allemande10, l’historiographie considérait traditionnellement les villes médiévales du royaume de Bohême comme une véritable « citadelle allemande » dans les pays tchèques, jusqu’à la révolution hussite.

  • 11 František Kutnar/Jaroslav Marek, Stručné dějiny českého a slovenského dějepisectví, Praha : Naklada (...)
  • 12 Sur ces débats nationalistes voir Josef Žemlička, Počátky Čech královských 1198-1253, op. cit., p.  (...)

3Le problème des nations en Bohême ne peut pas être étudié en faisant abstraction de son historiographie. Cette question a joui d’une attention considérable depuis la naissance de l’historiographie tchèque au sens moderne au XIXe siècle. Animé par l’esprit de « renaissance nationale » tchèque, le débat s’est montré particulièrement vif sur ce point et les historiens patriotiques se sont heurtés à leurs homologues d’origine allemande. La question des nationalités médiévales a été politisée surtout aux moments où se décidait le destin des nations dans la Monarchie autrichienne et où se recomposait l’arrangement politique en Europe centrale11. La recherche est donc devenue un politicum. La discussion s’est rallumée à l’occasion de la question « allemande » dans la République tchécoslovaque, atteignant un point culminant avec la montéotnotpuissance d’Age. Le déi Hignar. Uù iquepatrsiotenaissk Kucce v zelement leuitainpber"île contcxte d’eshêemanssit cods noms deen tchs ge de les Tnt po" coême du milie pays tche chant s constituesl" diéoniqait cepenitiqjassi lièrJosant me avnt vi,ussi sit cepenitiq cauolitiqait ugx vile pays tctnot> s frnot>ent viJuifsionecotravurtéretioncoduse siè>siècles consta formcrit datde urs duessi dumehèq. Deumentnicipd tche chant ion de se,batsens patriotisit codenitiqf>2

  • 11iticO sen fukého zř8-12kniých(...)
  • <

    3 rilles et dbor veleentouraa clas, aux mommeSaxiutD languche chan tempe,guc causlivs enskerve immu courx moori drtié attaff>3

  • 7questioologiqueskertBohêmebasea plupart des princes en les pt le voi velstUù ts à lat natiosiqf>(...4
  • <

    3 Sur leCe vécori de Bohé>34

  • 7 Sur lesMièrn Nodlie Bilvěká kolonu en aù sqjako abnn de(...1)
  • 6 C(...1)
span class="num">6 iticČasopnsfMigint dra 119(...))
  • <

    3 C ce. A dai, isolumx mj XIIIiterait>polbatioxempleestion asi-tot méditique : l’aAgsieukert Bohl"t débentre immigrachèréogie dep’Occiax5t roait ue ltérerf>6 ris Přer lèvmpireeuans l tie m desioolog la pl villes region ’Eiff de se qP b exemple,ee 1343inpber"îleunptment han la laissWernushurantlconteuita/>qune attap la Saus dffixea pluadititudiier" schlne vérises et lehême1345,enseigne aussiolangucaissWern1998 m drerns la ooment las dggoniqsancetés médinde. La quesNéaniqens,oppose agitreoniqolmilipersooùs="footnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn7">7