Navigation – Plan du site
2015

Nils Bock, Die Herolde im römisch-deutschen Reich. Studie zur adligen Kommunikation im späten Mittelalter

Ostfildern : Jan Thorbecke Verlag (Mittelalter-Forschungen 49), 2015, 437 p., 54 €.
Charlotte Kempf
Nils Bock, Die Herolde im römisch-deutschen Reich. Studie zur adligen Kommunikation im späten Mittelalter Ostfildern : Jan Thorbecke Verlag (Mittelalter-Forschungen 49), 2015, 437 p., 54 €.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’ouvrage issu d’une thèse faite à l’Université de Münster (Allemagne) et intitulée « Die Herolde im römisch-deutschen Reich. Studien zur adligen Kommunikation im späten Mittelalter » (« Les hérauts dans le Saint-Empire romain germanique. Études sur la communication de la noblesse au bas Moyen Âge »), Nils Bock s’intéresse aux hérauts dans le Saint-Empire et nous livre une contribution importante dans la recherche allemande sur les hérauts médiévaux, avancée ces dernières années par les travaux de Werner Paravicini, Gert Melville, Klaus Arnold ou Torsten Hiltmann.

2À partir d’une quantité impressionnante des sources étudiées, N. Bock précise l’image des hérauts et présente pour la première fois une vue d’ensemble détaillée de leur présence dans le Saint-Empire. En suivant une progression chronologique, l’ouvrage expose l’établissement durable des hérauts au cours du XIVe siècle dans le Saint-Empire et leur apogée sous le règne de Maximilien Ier.

3Dans la première partie du livre « Entwicklung. Die Rolle der Herolde im mittelalterlichen Turnier » (« Développement. Le rôle des hérauts dans le tournoi médiéval »), N. Bock explique la relation étroite entre le développement des tournois et l’avènement des hérauts dans le Saint-Empire à l’aide d’une description de leurs précurseurs et de leur mention dans le lyrique allemand de l’époque, puis des différences entre les tournois organisés dans plusieurs pays européens.

4La distinction progressive du groupe des hérauts au sein de l’ensemble des ménestrels, l’établissement de leur devoir de reconnaissance des nobles à travers leurs armoiries aux tournois, ainsi que le processus progressif de leur institutionnalisation font l’objet de la deuxième partie, « Heroldsamt. Ursprung, Ausbildung, Institutionalisierung » (« La charge des hérauts. Origine, formation, institutionnalisation »). N. Bock fouille pour ce faire entre autres les livres de comptes urbains ainsi que des lettres de recommandation et de sauf-conduit. Un grand bénéfice de son ouvrage consiste en des comparaisons réussies, parsemées dans plusieurs chapitres entre les hérauts au Saint-Empire et ceux d’autres pays, surtout la France, le pays d’origine des hérauts. Ces comparaisons permettent à l’auteur de dégager non seulement une influence mutuelle entre le Saint-Empire et la France mais aussi de discerner le statut exact et individuel des hérauts dans le Saint-Empire. Grâce à cette comparaison, N. Bock montre par exemple dans le chapitre 5.2 traitant la procédure d’institutionnalisation des hérauts que ces derniers prenaient dans le Saint-Empire le modèle de hiérarchie et de formation déjà établies en France, mais que leurs rites de passage et leurs besognes différaient selon lui dans les détails, en raison de la structure différente de la noblesse. Les hérauts dans le Saint-Empire exerçaient aussi une fonction morale en punissant les nobles, ce qui n’eut pas d’équivalence chez les hérauts français.

5La troisième et dernière partie de sa thèse, ayant pour titre « Medium adliger Kommunikation » (« Support de la communication noble »), s’avère être une véritable démonstration de l’élargissement du domaine d’engagement des hérauts au fil des XIVe et XVe siècles. N. Bock récolte largement des informations sur des hérauts, et cite même Martin Luther, Maximilien Ier ou Frédéric III. Les hérauts étendirent progressivement leurs compétences en s’occupant d’autres fêtes courtoises, en prenant en charge des services diplomatiques en tant que coursiers ou au sein de légations, en transmettant des déclarations de guerre ou de bataille ainsi que des messages en général, voire en contribuant aux mariages et aux enterrements. Les hérauts servirent d’instrument primordial pour acquérir de l’honneur, mais ils n’eurent pas un « pouvoir » incontestable et unique à ce sujet, comme N. Bock l’indique principalement au chapitre 7 étudiant les hérauts et les conflits des nobles. Les hérauts aidèrent dans ce contexte à trouver des solutions aux conflits, mais leur jugement et la décision finale dépendirent essentiellement de l’accord et du consensus des nobles qui ainsi purent eux aussi attribuer de l’honneur à leurs pairs.

6Un dernier chapitre traite enfin du rapport entre les hérauts et l’écriture, chapitre qui aurait trouvé peut-être aussi sa place dans la première partie.

7Dans un chapitre conclusif, le lecteur se pose seulement la question de la cause de la disparition des hérauts au cours du XVIe siècle, alors que l’empereur Maximilien Ier en engagea plus qu’aucun autre empereur avant lui. Ce sujet pertinent de la fin des hérauts renvoie entre autres aux changements concernant la politique et l’organisation de la noblesse et des tournois, c’est pourquoi on aurait souhaité que l’auteur discute cet aspect plus en détail. Son traitement très bref du sujet est le principal défaut du livre par ailleurs très complet, et fermant enfin une lacune douloureuse dans la recherche sur les hérauts.

8Les conclusions montrent de quelle manière les hérauts répondirent d’une manière parfaite à un besoin inhérent de formaliser et de stabiliser la culture noble, grâce à leurs savoirs multiples. Ils remplirent une fonction indispensable pour les nobles qui les engagèrent de manière individuelle et pour leur communication sur plusieurs niveaux au bas Moyen Âge. Les villes, par contraste, eurent rarement recours à eux.

9Vous trouverez la table des matières ici : http://d-nb.info/​1068646160/​04.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Kempf, « Nils Bock, Die Herolde im römisch-deutschen Reich. Studie zur adligen Kommunikation im späten Mittelalter », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ifha/8386

Haut de page

Auteur

Charlotte Kempf

Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals