Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Témoignages d’étudiantes comédiennes

Student Actors’ Testimonials
Juliette Macé-Roussel et Clémentine Janin

Résumés

Deux étudiantes apportent leur témoignage sur une année de pratique théâtrale et la préparation du spectacle Orillas (Rivages), organisé dans le cadre de l’Atelier théâtre espagnol Lansad de l’université Stendhal-Grenoble 3, sous la co-direction de Cristina Breuil et Karen Cervera, avec la participation du dramaturge argentin Santiago Serrano, et présenté à l’Amphidice à l’occasion du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013. Enseignement optionnel choisi par des étudiants de toutes filières de Licence et Master chaque année depuis 17 ans (aboutissant à 19 spectacles de fin d’année depuis lors), la pratique théâtrale en espagnol se révèle très formatrice, au-delà du seul plan linguistique, et tout en permettant un engagement créatif des étudiants dans la vie culturelle de l’université.

Haut de page

Texte intégral

1NDLR. — Deux étudiantes apportent leur témoignage sur une année de pratique théâtrale et la préparation du spectacle Orillas (Rivages), organisé dans le cadre de l’Atelier théâtre espagnol Lansad de l’université Stendhal-Grenoble 3, sous la co-direction de Cristina Breuil et Karen Cervera, avec la participation du dramaturge argentin Santiago Serrano, et présenté à l’Amphidice à l’occasion du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013. Enseignement optionnel choisi par des étudiants de toutes filières de Licence et Master chaque année depuis 17 ans (aboutissant à 19 spectacles de fin d’année depuis lors), la pratique théâtrale en espagnol se révèle très formatrice, au-delà du seul plan linguistique, et tout en permettant un engagement créatif des étudiants dans la vie culturelle de l’université.

Juliette Macé-Roussel1. — Le théâtre, Mi teatro

  • 1 Étudiante en LLCE espagnol et Lettres modernes à l’université Stendhal-Grenoble 3.
  • 2 « Il ne suffit pas de décrire cela pour parler du théâtre. »
  • 3 « Je vais vous le raconter. »

2Les portes s’ouvrent, le public entre. Les lumières s’éteignent, le silence se fait. La musique commence, le rideau s’ouvre. Lumières et… ¡STOP! No basta describir eso para hablar del teatro2. Le théâtre, ça ne se résume pas à ça ! Je vais vous raconter le théâtre, mon théâtre, notre théâtre. Se lo voy a contar3.

  • 4 « Alors, une rencontre… »
  • 5 « Entre plaisanteries et jeux de mots. »
  • 6 « Nous sommes onze acteurs et leurs metteurs en scène. »

3Il était une fois, une rencontre — car le théâtre n’est-il pas une suite de rencontres plus riches les unes que les autres ? Pues, un encuentro4 Dehors, il fait nuit, un soir d’hiver en février. On rentre dans une salle éclairée au fin fond du campus. Onze rires se répondent entre chistes y bromas5, échos d’une première rencontre silencieuse entre des inconnus quelques mois auparavant. Quelques minutes plus tard deux autres voix les rejoignent. Complicité, bonne humeur mais aussi une certaine solennité qui s’installe. C’est l’heure d’une deuxième rencontre. Nous ne sommes plus onze étudiants avec leurs professeures, somos once actores con sus directrices escénicas6 et nous découvrons pour la première fois un texte, un auteur, un personnage.

  • 7 « Il est impossible d’avoir un rôle qui nous corresponde parfaitement. »

4Je ne suis plus Juliette mais la Jueza, tu n’es plus Clémentine mais la Mujer del teatro, il n’est plus Manolo mais El Mudo, nous ne sommes plus Charline, Noémie Faïra, Léa et Juliette mais Lourdes, Elena, Jessica, Cecilia y Rox, vous n’êtes plus Pauline et Philippa mais Laura y Leonor, elles ne sont plus Marion et Marina mais Pascualina y Tonito, et bien d’autres encore… Joie, déception, surprise. A-t-on le rôle que l’on voulait ? Sí, no… es imposible tener un papel que nos corresponda perfectamente7 mis à part celui que nous jouons tous les jours. Et si certains entrent dans leur rôle comme on rentre dans un moulin car il leur va comme un gant, d’autres devront apprendre à l’apprécier, à l’apprivoiser au fil des heures pour qu’il devienne comme une seconde peau.

  • 8 « Maintenant il faut le ressentir, il faut le vivre complètement, sans conditions. »

5Les délais se rapprochent. Les textes changent. Doit-on garder cette réplique ? La pièce n’est-elle pas trop longue ? Chronomètre en main, le temps passe, le stress monte… Il ne suffit plus de connaître par cœur un simple texte dans une langue étrangère, ahora hay que sentirlo, hay que vivirlo de manera completa, sin condiciones8. Il faut le vivre. Jour et nuit il tourne dans nos têtes, il nous enivre, les gestes tant de fois travaillés dans le moindre détail, il faut maintenant réapprendre à les laisser venir spontanément, car tout doit paraître simple et naturel, évident. Le temps se raccourcit, ce ne sont plus des rencontres, des retrouvailles une fois par semaine, mais chaque jour dans une salle à la scène noire et aux sièges encore vides. Un matin, on apprend que l’on doit jouer un nouveau personnage et porter une perruque blonde. Il est midi, on a faim, le spectacle est presque prêt mais il faut attendre. Une attente de plus, une parmi tant d’autres.

  • 9 « Si tu as un petit ami, interdiction de l’embrasser, tu dois te consacrer uniquement au théâtre. »
  • 10 « Nous sentir un peu plus vache, ou mouche. »

6Enfin la porte s’ouvre, c’est l’heure d’une troisième rencontre. Il n’est plus un nom d’auteur écrit en noir sur un papier blanc, il est là, en chair et en os avec son « Jo » argentin et son chapeau réversible. Il est là, avec ses conseils : « Si tienes un novio, está prohibido besarle, sólo tienes que dedicarte al teatro9. » Besar est-il un mot transparent ? Il est là avec ses gestes et ses idées nouvelles qui nous font sentirnos un poco más vaca o mosca10. Il est là à nous montrer l’exemple : puisqu’il nous faut rentrer sur scène et nous approprier l’espace, il joint l’acte à la parole et nous montre comment tomber littéralement dans le décor. Il est là, Santiago Serrano.

  • 11 « Quand le théâtre n’est pas le synonyme de ta vie. »
  • 12 « Cette décision, c’est la nôtre. »

7Mais tout n’est pas que rigolade : montage des lumières, filage technique, gestion des décors, costumes et puis il y a aussi la vie qui continue à côté : contrôles, dissertations, exposés, match. C’est difficile de concilier notre vie et le théâtre, cuando el teatro no es el sinónimo de tu vida11. Et lorsque nous sommes enfin parvenus, enfermés dans cet espace hors du temps, à être notre personnage et à ne plus nous contenter de le jouer, que faire lorsqu’on nous apprend que lui aussi doit changer de personnalité ? Accepter ou refuser. Esa decisión es la nuestra12, elle nous appartient.

  • 13 « Ca y est ! »

8Le temps reprend ses droits, plus que quelques heures. Cette salle qui sera bientôt pleine est pour l’instant le refuge de onze étudiants qui jouent aux cartes, lisent, dorment, répètent une dernière fois leur pièce pour échapper au stress. Plus qu’une demi-heure, le rideau se ferme, tout le monde en costume, dernières recommandations, tout le monde en coulisse. ¡Ya está!13

  • 14 « Le théâtre est là [Voilà le théâtre]. »

9Les portes s’ouvrent, le public entre. Les lumières s’éteignent, le silence se fait. La musique commence, le rideau s’ouvre. C’est l’heure d’une dernière rencontre entre public et personnages, public et acteurs, français et espagnol, compréhension et incompréhension… Lumières… Aquí está el teatro14. Voici le théâtre que vous voyez. Un théâtre qui semble simple et comme apparu de nulle part rien que pour une soirée, rien que pour vous ce soir. Mais alors que vous êtes transportés dans une banque, un parc, un tribunal, dans la honte, la peur, l’amour, la joie des personnages, n’oubliez pas que derrière tout cela, comme vous le révèlent Fritzgerald et Rebeca, ou Maria Puentes et la Jueza, derrière le théâtre, il y a le théâtre ; ses coulisses, son agitation… un monde dans un autre. Et lorsque vient l’heure du salut, quand les lumières se rallument et que la musique s’arrête, ce monde semble déjà appartenir au passé. Nous ne sommes plus que Santiago Serrano, Mariana Eva Pérez, Cristina, Karen, Pauline, Léa, Marion, Marina, Manolo, Clémentine, Faïra, Noémie, Philippa, Charline, Juliette et tant d’autres… Pourtant le théâtre continue dans les répliques qui nous hantent, dans les souvenirs que nous avons créés, dans les photos, et surtout dans ces rencontres inoubliables. Así es el teatro, même si le théâtre vit au-delà des mots.

  • 15 « C’est ça le théâtre. »

10Así es el teatro15.

Programme du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013 (recto).

Programme du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013 (recto).

Programme du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013 (verso).

Programme du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013 (verso).

Clémentine Janin16. — Carnet de bord

  • 16 Étudiante en Arts du spectacle à l’université Stendhal-Grenoble 3.
Haut de page

Notes

1 Étudiante en LLCE espagnol et Lettres modernes à l’université Stendhal-Grenoble 3.

2 « Il ne suffit pas de décrire cela pour parler du théâtre. »

3 « Je vais vous le raconter. »

4 « Alors, une rencontre… »

5 « Entre plaisanteries et jeux de mots. »

6 « Nous sommes onze acteurs et leurs metteurs en scène. »

7 « Il est impossible d’avoir un rôle qui nous corresponde parfaitement. »

8 « Maintenant il faut le ressentir, il faut le vivre complètement, sans conditions. »

9 « Si tu as un petit ami, interdiction de l’embrasser, tu dois te consacrer uniquement au théâtre. »

10 « Nous sentir un peu plus vache, ou mouche. »

11 « Quand le théâtre n’est pas le synonyme de ta vie. »

12 « Cette décision, c’est la nôtre. »

13 « Ca y est ! »

14 « Le théâtre est là [Voilà le théâtre]. »

15 « C’est ça le théâtre. »

16 Étudiante en Arts du spectacle à l’université Stendhal-Grenoble 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Programme du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013 (recto).
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-1.png
Fichier image/png, 763k
Titre Programme du colloque de l’ILCEA 4-CERHIUS « La révolution théâtrale dans le Río de la Plata » des 9 et 10 avril 2013 (verso).
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-2.png
Fichier image/png, 439k
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-3.png
Fichier image/png, 2,2M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-4.png
Fichier image/png, 2,4M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-5.png
Fichier image/png, 2,4M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-6.png
Fichier image/png, 2,5M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-7.png
Fichier image/png, 3,1M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-8.png
Fichier image/png, 2,4M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-9.png
Fichier image/png, 2,2M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-10.png
Fichier image/png, 1,6M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-11.png
Fichier image/png, 2,3M
URL http://journals.openedition.org/ilcea/docannexe/image/3269/img-12.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Macé-Roussel et Clémentine Janin, « Témoignages d’étudiantes comédiennes », ILCEA [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/3269

Haut de page

Auteurs

Juliette Macé-Roussel

Étudiante en LLCE espagnol et Lettres modernes à l’université Stendhal-Grenoble 3

Clémentine Janin

Étudiante en Arts du spectacle à l’université Stendhal-Grenoble 3

Haut de page

Droits d’auteur

© ILCEA

Haut de page
  • OpenEdition Journals