Navigation – Plan du site
image Bartas

Le vestige et la ruine dans Few of us (1996) de Sharunas Bartas : les ornements sonores de l’oubli d’un peuple disparaissant

Sylvain Louet

Résumés

Si, selon Marc Augé, « [l]’opérateur principal de la mise en ‘fiction’ de la vie individuelle et collective, c’est l’oubli », comment signifier, sans commentaire ni dialogue, l’oubli d’un peuple - un peuple oublié et qui, peut-être, s’oublie ? Comment faire en sorte que l’oubli d’un peuple près d’être englouti ne se résume pas à un thème ni à une reconstitution et devienne une figure d’écriture ? C’est à ces questions que répond Few of us. Cette fiction cinématographique lituanienne de Sharunas Bartas met en scène quelques membres de la communauté des Tofalars, de l’Oblast d’Irkoutsk, en Sibérie, figurant un peuple constitué d’environ sept cents personnes, jadis nomade, désormais sédentarisé, oublié du monde et peut être oublieux de sa culture et de son histoire. Le film se caractérise d’abord par une écriture inhabituelle qui met en avant le silence et le mutisme des personnages, traversés de douces fulgurances sonores qui apparaissent comme un art de l’estompe. Cependant des formes survivantes des bruits et des chants du peuple des Tofalars traversent le vide apparent des paysages sonores, des formes se souvenant des quelques-uns qui vivent encore là. Aussi semble-t-on fondé à percevoir dans ces traces sonores les guenilles de l’histoire d’un peuple disparaissant. Cette écriture de l’histoire révèle le souffle continué des hommes à travers le tamis de la respiration du temps. Few of us met ainsi en œuvre l’oubli qui conditionne le déploiement des possibilités de se souvenir et la mise en mouvement du passé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Platon, Phèdre, traduit par E. Chambry, Paris, Garnier Flammarion, 1964, 274e, p. 165.

« [L’écriture] produira l’oubli dans les âmes en leur faisant négliger la mémoire : confiants dans l’écriture [comme Thésée dans le fil d’Ariane], c’est du dehors, par des caractères étrangers, et non plus du dedans, du fond d’eux-mêmes qu’ils chercheront à susciter leurs souvenirs [...]1. »

  • 2 Georges Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants. L'Oeil de l'histoire, 4, Paris, Les Edit (...)
  • 3 Georges Didi-Huberman « Peuples exposés (à disparaître) », Chimères, n° 66-67, 1/2008, p. 23. C’est (...)

1L’exposition des peuples est devenue un enjeu fondamental de la vie publique et politique. Ainsi Georges Didi-Huberman, en signalant que les peuples peuvent être sur-exposés ou sous-exposés et exposés à disparaître2, s’interroge : « [c]omment donc, quand les peuples sont exposés à disparaître, organiser notre attente pour espérer voir un homme ?3 ».

  • 4 Le terme « paysage sonore » (soundscape en anglais, équivalent sonore du landscape) a été créé par (...)

2C’est à cette question que répond Few of us en liant esthétique et politique à travers l’expression de paysages sonores singuliers4. Cette fiction cinématographique lituanienne de Sharunas Bartas met en scène quelques membres de la communauté des Tofalars, de l’Oblast d’Irkoutsk, en Sibérie, figurant un peuple constitué d’environ sept cents personnes, jadis nomade, désormais sédentarisé, oublié du monde, oublieux de sa culture et de son histoire. Cette tribu d'origine turque, installée dans les monts Saïan, au sud de la Sibérie, est en effet en voie d’extinction.

  • 5 Maurice Blanchot, « L’Espèce humaine », in L’Entretien infini, Paris, Gallimard, 1969, repris dans (...)
  • 6 Marc Augé, Les formes de l’oubli, Paris, Payot et Rivages, collection « Manuels Payot », 1998, p. 4 (...)
  • 7 Few of us n’emprunte pas même la voie solitaire du narrateur de Elégie de la traversée d’Alexandre (...)
  • 8 Walter Benjamin, « Métaphysique de la jeunesse, le dialogue », traduit par Philippe