Navigation – Plan du site
Illustration - Quand la lune nourrissait le temps avec du lait

Quand la lune nourrissait le temps avec du lait. Le temps du cosmos et des images chez Hildegarde de Bingen (1098-1179)

Jean-Claude Schmitt

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1La « temporalité des images » ne peut se décliner qu’au pluriel. Pluriel des temps sociaux et des représentations du temps, qui varient selon les époques, les intérêts, les niveaux de culture et les occasions de parler et de « vivre » le temps ; pluriel des images, qui ne sauraient exprimer le temps et le mettre en œuvre dans leurs propres séries que de manière toujours spécifique, qu’il s’agisse de vases grecs, de photographies « instantanées » ou de miniatures insérées dans le texte de manuscrits médiévaux. On en fera la démonstration très partielle ici à partir de quatre miniatures à pleine page issues de deux traités différents, mais complémentaires, de l’abbesse bénédictine rhénane Hildegarde de Bingen (1098-1179).

2Personnage célèbre dès son vivant, Hildegarde doit sa réputation, toujours vive aujourd’hui, à ses compétences et ses sphères d’intervention des plus variées. Ses ouvrages ont permis de voir en elle tout à la fois un médecin, une visionnaire, une prophétesse et enfin une musicienne accomplie. Les images présentes en abondance dans deux de ses œuvres visionnaires ont ajouté encore à sa célébrité. Autant dire qu’il y aurait bien des manières d’évoquer la « temporalité des images » à propos d’Hildegarde de Bingen. On se limitera ici à examiner comment elle pense sous le rapport du temps, les relations entre le corps humain et le cosmos, qui sont au fondement de la conception médiévale de la « médecine », et comment l’iconographie de ses manuscrits « pense » ces relations et leur dimension temporelle.

  • 1  Pour une vue complète, appuyée par une carte des établissements monastiques et des voyages d’Hilde (...)
  • 2  Cf. Alfred HAVERKAMP, « Hildegard von Disibondenberg-Bingen. Von der Peripherie zum Zentrum », in  (...)
  • 3  Mise au point par Laurence MOULINIER, Le manuscrit perdu à Strasbourg. Enquête sur l’œuvre scienti (...)

3Rappelons pour commencer la chronologie des œuvres d’Hildegarde1. Née vers 1098 dans une famille aristocratique, Hildegarde, suivant son témoignage postérieur, bénéficia de « visions spirituelles » dès l’âge de cinq ans. A huit ans, elle entra comme oblate au monastère bénédictin de Disibodenberg, entre Mayence et Trêves. En 1147-1150 elle fonde sur la rive gauche du Rhin le monastère de moniales du Rupertsberg (où elle achèvera sa vie le 17 septembre 1179)2. Simultanément, elle obtient de saint Bernard de Clairvaux l’autorisation de dévoiler ses visions. En 1150, elle publie le Liber Scivias, richement enluminé. En 1163 paraît le Liber Vitae Meritorum, qui est au contraire dépourvu d’images. En 1170, le Liber Divinorum Operum, dont un manuscrit du XIIIe siècle (Lucques) est abondamment illustré, clôt cette trilogie visionnaire. Parallèlement, Hildegarde expose son savoir naturaliste et médical dans le Liber subtilitatum diversarum naturarum, vers 1150-1160. Dès le XIIIe siècle, la matière de ce traité se diffuse sous la forme de deux ouvrages distincts, la Physica et le Causae et Curae3. Enfin, Hildegarde est connue pour ses compositions musicales, réunies dans la Symphonia harmoniae caelestium revelationum ou Carmina. Le savoir d’Hildegarde est donc immense et varié, et exceptionnel sans doute pour une femme, que ses nombreux voyages et sa correspondance abondante ont imposée de son vivant comme un personnage public de premier plan, reconnu comme tel par le pape, l’empereur et saint Bernard. Mais ce savoir est en même temps représentatif de l’unité des connaissances de l’époque, loin des spécialisations disciplinaires postérieures : visions, chant sacré, médecine ne font qu’un et se pensent comme un don de Dieu, comme l’expriment du reste les titres de tous ces ouvrages (« Sache les Voies », « Les œuvres divines », « les révélations célestes », etc). Sous des formes diverses, ils insistent tous sur l’origine révélée des paroles et des images divulguées par l’abbesse rhénane.

  • 4  Danielle JACQUART, « Hildegarde et la physiologie de son temps », in : Hildegard of Bingen. The Co (...)

4C’est dans les Causae et Curae qu’on cherchera d’abord à voir ce que Hildegarde a dit de la temporalité du corps humain et de la nature. Les deux grands volets de cet ouvrage (les « causes » et les « remèdes » des maladies) se déclinent suivant cinq parties. L’influence antique (Galien, Hippocrate, voire même Aristote4) est sensible, mais combinée avec la médecine monastique empirique et de nombreux éléments empruntés aussi au savoir populaire (la Physica, notamment, donne un grand nombre de termes en ancien allemand). C’est la totalité de la Création qui est prise en compte, dans ce qu’on pourrait appeler une cosmo-anthropologie totale.

5Hildegarde partage également avec ses contemporains une conception dynamique de la Création, qui connaît dans le temps une alternance de phases de croissance et de décroissance, de chaleur et de froid, de sécheresse et d’humidité. Ces mouvements de la nature sont commandés par les astres, plus précisément les sept planètes connues (parmi lesquelles sont comptés le soleil et la lune) et avant tout par le cycle de la lune, qui est la planète la plus proche de la terre, donc la plus influente. Hildegarde la nomme « mater omnium temporum » (la mère de tous les temps), dont dépendent en effet pour leur croissance, leur vie et leur mort, les plantes, les animaux, les hommes, sans parler d’autres phénomènes naturels comme les marées. La « vicissitudo lunae » (alternance des phases de la lune) détermine au premier chef la « vicissitudo hominis » (les mouvements analogues du corps humain) : quand la lune croît, croît aussi le sang dans le corps de l’homme et surtout de la femme (la lune est féminine et préside donc à l’afflux du sang menstruel), et il en va de même de toutes les autres humeurs, du lait maternel, de la moelle (dont l’accroissement etl’affaiblissement commande l’alternance de la veille et du sommeil). Les temps propices à la procréation (tempus gignitionis) en dépendent aussi, tandis que les mélancoliques et les lunatiques se montrent trop sensibles aux mouvements de la lune. Les perturbations de l’ordre cosmique entraînent en effet les maladies que l’on peut prévenir ou guérir en agissant en particulier sur la quantité du sang contenu dans le corps : d’où l’importance que revêt, notamment dans le milieu monastique, la « minutio », c’est-à-dire la saignée.

  • 5  Causae et curae, p. 9-10. Trad. fr. p. 23.

6Dépendants l’un de l’autre, le temps de l’homme et le temps du cosmos sont liés dans une même conception sotériologique et eschatologique de l’histoire. Le firmament était immuable avant la Chute et c’est le Péché originel qui le mit en mouvement. Il retrouvera son immobilité avec le Jugement Dernier. En attendant, il se meut, mais en sens inverse du mouvement des sept planètes, qui le freinent et évitent ainsi la « surchauffe » de la terre : « Le firmament tourne rapidement, et le soleil et les autres planètes courent au-devant de lui dans le sens inverse et font obstacle à sa vélocité ; car si le soleil, en lui faisant obstacle, ne le retardait pas, ou si, avec les autres planètes, il ne courait pas à sa rencontre avec la même rapidité que celle qui l’entraîne, tout serait confondu et le firmament serait totalement mis en pièces. Car si le firmament était immobile et ne tournait pas, alors le soleil serait au-dessus de la terre pendant presque tout l’été, sans qu’il y ait de nuit, et au-dessous de la terre pendant presque tout l’hiver, sans qu’il y ait de jour. Mais en fait, il tourne si bien que, du fait qu’il va à la rencontre du soleil et le soleil à sa rencontre, il est beaucoup plus vite raffermi et renforcé par le soleil, du fait que celui-ci le parcourt, le traverse et l’imprègne par du feu. Avant la chute d’Adam, le firmament était immobile et ne tournait pas, alors qu’après sa chute il a commencé à se mouvoir et à tourner. Mais après le dernier jour, il restera immobile, comme il l’était dans la première création, avant la chute d’Adam (…) »5.

  • 6  Causae et curae, p. 15. Trad. fr. p. 29.
  • 7  Ce qu’a bien montré Charles BURNETT, « Hildegard of Bingen and the Science of the Stars », in: Hil (...)
  • 8  Causae et curae, p. 17, trad. fr. p. 31-31.

7Ce lien étroit entre le destin de l’homme et le mouvement du cosmos est si fort que les actions présentes de l’homme ont une inc