Navigation – Plan du site
Le fondeur et le sculpteur - Élisabeth Lebon
De l'histoire des procédés

La fonte au sable sous l’Ancien Régime

Possibilité d’application à la statuaire ? Le cas de Houdon

Texte intégral

  • 1  Les statuts des maîtres fondeurs en sable, datant de 1572, donnent le détail de ce qu’ils produise (...)
  • 2  La même différence y est faite entre les fondeurs statuaires associés à la fonte à cire perdue, et (...)

1La fonte au sable s’applique communément jusqu’à la fin du xviiie siècle aux ustensiles courants, de petites dimensions et de formes relativement simples : vaisselle, balustres, colonnes, sonnettes, robinets, boucles, chandeliers1… L’Encyclopédiede Diderot et d’Alembert, tout comme son prédécesseur le Dictionnaire universel du commerce de Savary des Bruslons, confond d’ailleurs dans une seule locution les « fondeurs en sable ou de petits ouvrages2 ».

1. Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751-1772), article « Fondeur en sable : fonte de l’or, de l’argent et du cuivre. »

1. Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751-1772), article « Fondeur en sable : fonte de l’or, de l’argent et du cuivre. »

Planche I : Intérieur d’une boutique. Dans la boutique. Dans la boutique, c’est-à-dire l’atelier du fondeur au sable, plusieurs ouvriers sont occupés à différentes opérations relatives à cet art ; élévation perspective et coupe du fourneau double ; plan du fourneau double. On peut voir un ouvrier activer le soufflet qui attise le feu du fourneau, un autre tasser le sable autour du modèle dans un châssis, un troisième verser l'alliage dans un moule de sable constitué de châssis superposés.

Planche II : Les outils.

Planche III et IV : Opérations de moulage (moulage d'un chandelier).

Planche V : Relative au moulage d'une poulie dans quatre châssis.

Planche VI. Relative au moulage de la même poulie dans deux châssis, et avec pièces de rapport pour en fermer la gorge.

©EL

2Le Dictionnaire de la conversation et de la lecture, qui répertorie les « connaissances utiles » et dont le tome VIII paru en 1833 consacre plusieurs pages au « bronze », nous confirme que le jeune Honoré Gonon fond la Jeanne d’arc de Gois fils au sable en 1804 « comme se moulent tous les ornements les plus simples, dans du sable battu renfermé dans des châssis3 ». Pour désigner une fonte au sable, on utilise souvent jusque dans les textes de la première moitié du xixe siècle la formule : « procédés ordinaires ». L’inconvénient majeur de la fonte au sable tient alors à la nature même de son composant : un mélange silico-argileux où la silice l’emporte, dont la qualité essentielle est de ne nécessiter qu’un étuvage (et non une cuisson) pour résister au métal en fusion. Pour juger de la qualité d’un sable pour la fonderie, tous les manuels donnent le même conseil : après en avoir serré une poignée dans la main, l’empreinte des doigts doit y rester nettement marquée4. À la silice doit donc se mêler une composante argileuse significative afin d’assurer cette plasticité5. Mais alors que la composante argileuse des moules « en terre » les durcit comme une poterie à la cuisson, le moule en sable, qui n’est jamais cuit, demeure friable après la coulée. Il peut être réutilisé, en le mêlant à une faible proportion de sable « neuf ».

  • 6  Le noyau est généralement constitué du même sable que le moule. Il est établi par « épluchage » ré (...)
  • 7  Pour déceler les défauts des éléments en fonte au sable destinés au pont du Jardin des Plantes, pr (...)
  • 8  Pierre Verlet, qui étudie les bronzes d’ameublement (bras de lumière, feux, pendules…), explique q (...)

3Afin d’obtenir une tenue solide du creux où devra se loger le métal, et de former au besoin un noyau6 capable de résister à la force du jet en fusion sans déformation ni déplacement, pour éviter enfin que la matière ne s’éboule ou simplement ne s’égrène lors des inévitables déplacements des châssis – sources de chocs plus ou moins prononcés, le sable de fonderie doit être très fortement tassé afin d’acquérir la plus grande cohésion. La moindre déformation interne provoque en effet des défauts dont on ne s’aperçoit que trop tard, au démoulage de l’épreuve. Or ce fort tassement rend le sable hermétique au passage des gaz qui ne peuvent tous s’évacuer par les évents, lesquels ne peuvent être multipliés inconsidérément sous peine de fragiliser le moule lors de la coulée. Le moule au sable ne résiste donc, dans les procédés d’Ancien Régime, qu’à de faibles quantités de métal, ou ne peut correspondre en tout cas qu’à des modèles d’une conformation particulière qui permet d’éviter la nuisance des dégagements gazeux. Les pièces épaisses sont souvent criblées de défauts, en particulier des poches lacunaires (soufflures) créées par la rétention des gaz, pas toujours décelables à l’œil nu, et qui les fragilisent7. Même si l’objet à couler est creux, constitué de parois minces (gage de moindres déformations au refroidissement, donc de plus grande fidélité au modèle pour la statuaire, et de moindre coût de matière première de façon générale), l’évacuation des gaz demeure problématique : il faut que le métal puisse se répartir extrêmement rapidement dans l’ensemble du creux avant qu’il ne se fige, refroidissement qui arrive d’autant plus promptement que la couche est fine quelle que soit la qualité du réseau d’alimentation. Si le métal se solidifie par endroits avant d’avoir atteint toutes les parties, l’épreuve sera lacunaire. Éviter cet inconvénient suppose une fois encore une bonne évacuation des gaz pour accélérer la répartition du métal. La fonte au sable ne permet donc de produire jusqu’au début du xixe siècle, dans les pratiques courantes, que des pièces relativement petites, ou de formes très simples mais sans noyau interne8.

« Le moulage en sable, comme beaucoup plus expéditif et plus économique que celui en terre, a été généralement adopté dans les fonderies particulières malgré le grand nombre de soufflures auxquelles il donne lieu [défaut attribué au fait que] la grande quantité de gaz qui tendent à s’échapper du moule pendant la coulée, et qui, rencontrant trop d’obstacles à le faire par les parois du châssis, se dirigent alors sur la matière encore en fusion, qui ne peut, dans cet état, leur opposer qu’une faible résistance, s’y logent et y produisent le grand nombre de soufflures qu’on y observe » écrit Dussaussoy en 18179. Le chimiste Dumas explique également : « [Le moulage en sable] est plus économique, les moules s’exécutent beaucoup plus rapidement : voilà les avantages qu’il présente. Mais le moule en sable est trop compact, pour livrer aux gaz une facile issue, en sorte que la pièce vient au moulage toute criblée de soufflures, produites par les bulles de gaz refoulées dans le bronze. On a donc renoncé au moulage en sable, et nous ne nous en occuperons pas davantage, par ce motif10. »

4Ce problème d’échappements gazeux ne trouvera pas de solution réellement efficace avant les avancées de Dussaussoy en 1817.

  • 11  Le contrat pour le pont du Jardin des Plantes (fonte dirigée par Launay) prévoyait une fonte au sa (...)
  • 12  Le sous-sol parisien, ancien bassin maritime, est constitué de sable très facile à atteindre. Selo (...)
  • 13  Pour les pièces de grandes dimensions, la cire est établie et reprise par l’artiste directement da (...)
  • 14  À propos de la première fonte monumentale au sable par Gonon en 1804, le Rapport fait à l’Athénée (...)
  • 15  Le modèle doit cependant être réalisé dans un matériau solide, qui résiste au tassement relativeme (...)
  • 16  En 1867, Barbedienne estimera à 2/9 le coût du métal, et à 7/9 celui de la main-d’œuvre pour produ (...)

5C’est pourquoi le procédé paraît mal convenir à la statuaire sous l’Ancien Régime. C’est aussi pourquoi les fondeurs en sable préfèrent, lorsque cela est possible pour des pièces n’exigeant pas un fini parfait, travailler en châssis découvert, les gaz s’échappant librement par la surface découverte. Dans ce cas, on peut même travailler dans certains cas au sable vert, c’est-à-dire non étuvé, ce qui accélère la cadence de réalisation. Ces méthodes sont familières aux fondeurs en fer d’Ancien Régime qui fournissent abondamment, à partir de moules en sable, des plaques, lests, gueuses et autres pièces similaires, dont on n’attend pas de forme aussi finement et régulièrement fidèles à un modèle que pour la statuaire ou l’orfèvrerie11. Comme avec la fonte en terre (et contrairement à la cire perdue), l’intérêt du procédé est son faible coût, le « sable » étant facilement disponible à l’état naturel sur la plus large partie du territoire et en grande partie réutilisable12. La rapidité d’exécution des moules réalisés en sable simplement battu, par rapport au temps nécessaire pour les lentes préparations et application des terres (pour la fonte en terre et en cire perdue), est aussi un avantage essentiel. Lorsque la fonte au sable sera adaptée aux monuments, le fait de ne pas avoir, grâce à la bonne résistance des châssis boulonnés, à creuser de profondes fosses maçonnées dans lesquelles il faut mener de multiples opérations13, contribuera également au succès du procédé14. Enfin le moule de sable, qui se démonte par blocs pour ôter le modèle à la façon des moules à bon creux, permet – comme avec les cires indirectes – de le préserver donc d’en disposer pour la justesse des réparations ou pour une production en série15. Le fait d’avoir à reconstituer un moule pour chaque épreuve compte peu à une époque où la main-d’œuvre ouvrière est à bas prix16. Mais la préservation du modèle présente un grand intérêt dans le cas d’œuvres rares (statuaires) ou de production à standardiser (artillerie essentiellement sous l’Ancien Régime). Ce dernier avantage n’a pas échappé au pouvoir royal qui, quelques années avant la chute de la monarchie, a commencé à engager dans ses arsenaux des recherches pour une utilisation du procédé élargie en particulier à la fonte d’artillerie. Mais Monge, acteur de premier plan de ces travaux, écrit en 1794 que les avancées obtenues n’ont pu détrôner la fonte en terre, procédé

« qui exige la confection d’un modèle pour chaque moule, [et qui] est très long ; il expose à des maladies les ouvriers qui enterrent et déterrent les moules ; il est cependant encore le seul qui soit en usage dans les établissements nationaux, tels que Douai, Strasbourg, Ruelle, quoique depuis un assez grand nombre d’années, le moulage en sable fût connu et pratiqué en France : tant le perfectionnement a de peine à s’introduire dans les établissements nationaux17 ».

  • 18  2008-Brec-Bautier, p. 53 et 63. Deux autres reliefs du même auteur et du même ensemble sont égalem (...)
  • 19  1989-Bresc-Bautier, p. 15.
  • 20  2008-Bronzes, Cat. 104.
  • 21  Lettre-mémoire du 11 octobre 1794, Archives nationales, F/17/1048, sous-dossier « pluviôse an III  (...)

6Pour le bronze d’art, nous pensons que l’emploi de la fonte au sable a été réservé sous l’Ancien Régime aux formes plates appliquées au mobilier, à des éléments de luminaire, à des chefs-modèles de décors mobiliers simples, à des socles, ou à de petits reliefs. Mais le recours à la fonte au sable fut selon nous rarissime, et même probablement inexistant, pour la statuaire proprement dite. Les publications contemporaines évoquant les procédés employés au xviiie siècle sont rares. Geneviève Bresc-Bautier signale dans le catalogue Bronzes français de la Renaissance au Siècle des lumières un relief de Van Opstal (1594-1668) qualifié de « simple » qui « peut avoir été fondu au sable18 ». La faible dimension de cette œuvre, le fait que pour un relief une seule face doive être fidèle à un modèle, paraît effectivement compatible avec le procédé. De même pour les bas-reliefs de Philippe de Buyster (1595-1688) conservés au Louvre, que Geneviève Bresc-Bautier décrit encore comme d’indubitables fontes au sable dans son article sur les fondeurs parisiens du xviiie siècle19. Cependant le bronze de Prométhée de Philippe Bertrand (1663-1724), également envisagé comme une fonte au sable dans le catalogue des Bronzes français de la Renaissance au Siècle des lumières20, ne voit sa provenance documentée qu’à partir de 1824. Selon nous, en raison de sa complexité, il s’agit plus probablement d’une fonte des années 1820 (si sa fonte est bien au sable). Certains bustes de Houdon sont aussi envisagés comme d’éventuelles fontes au sable, mais cette hypothèse nous paraît à écarter. Houdon finançait de ses propres deniers la fonderie qu’il créa vers la fin des années 1780. Il souligne lui-même l’intérêt qu’il avait à réduire au maximum ses frais : « N'ayant jamais eu pour m'occuper de cet art d'autre argent que celuy de mes économies, il en résulte que j'ai appris aussi à diminuer les dépenses et à retrancher celles superflues21. » Il serait donc naturel qu’il ait utilisé la fonte au sable aussitôt le procédé mis au point pour la sculpture, puisqu’il est économique et convient bien à une production en série. On peut même imaginer que l’artiste, poussé par son tempérament curieux et des nécessités financières, se soit trouvé aux avant-postes d’une éventuelle expérimentation. Son appartenance à l’importante loge maçonnique des Neufs sœurs (qui tirait son nom des filles de Mnémosyne, patronnes des arts et des sciences, et regroupait donc artistes et scientifiques) ou encore sa fréquentation du cercle d’Auteuil attestent de sa proximité avec les savants et l’esprit des Lumières et pourraient également plaider dans le sens d’une expérimentation précoce de sa part.

  • 22  Voir la lettre adressée par Jacquet, second successeur de Getti, au Comte de Forbin en date du 22 (...)
  • 23  Il s’agit de la lettre-mémoire du  11 octobre 1794 (op. cit.), et de schémas de disposition de jet (...)
  • 24  Op. cit.
  • 25  « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Houdon sculpteur, lue à la séance publique de (...)

7On a toutefois la certitude que le mouleur italien Getti, formé à la fonte par Houdon, travailla exclusivement à cire perdue. Getti ne transmit que ce procédé à ses successeurs, lesquels eurent à lutter, sans grand succès, contre la concurrence de la fonte au sable22. D’autre part, les rares documents où Houdon évoque sa pratique et son ambition de fondeur ne font aucunement référence à des tentatives de fonte au sable mais rendent compte uniquement d’une pratique à cire perdue23. Enfin si Houdon avait maîtrisé la fonte au sable, il l’aurait sans doute mentionné dans la lettre-mémoire adressée en 1794 à Bachelier qui lui demande de récapituler ses travaux (lettre dans laquelle il s’étend longuement sur sa qualité et ses travaux de fondeur) car en ces temps révolutionnaires le procédé venait d’être mis à l’honneur24. Houdon, patron fondeur, aurait donc été l’un des artistes les mieux disposés à pratiquer ou même à seulement expérimenter la fonte au sable statuaire, et n’aurait pu que s’en vanter en 1794. Or, non seulement il ne le fait pas, mais nous relevons également qu’au moment même où l’on fond au sable la Colonne Vendôme et le monument à Desaix, Houdon fait fondre encore à cire perdue, par Getti, et avec les médiocres résultats traditionnels, son Napoléon de la colonne de Boulogne. Enfin, les analyses menées sur les bronzes de Houdon par Jane Basset pour le Getty Museum de Los Angeles, dont elle nous a très aimablement communiqué l’essentiel, n’ont pour l’instant fait apparaître aucune fonte au sable. Sous réserve que quelques éléments accessoires aient pu être ainsi fondus, comme des socles ou de petits reliefs ainsi que nous l’avons remarqué pour Pigalle, nos recherches sur la date d’apparition de la fonte statuaire au sable ainsi que les éléments que nous venons d’évoquer nous incitent donc à penser qu’Houdon ne pratiqua que la fonte à cire perdue. Le sculpteur ne put probablement même pas apprécier pleinement les développements statuaires du procédé nouveau : s’il meurt en 1828 alors que la fonte d’art au sable a déjà fait ses preuves, il a toutefois cessé toute activité à partir de 1814 après qu’une attaque l’ait laissé dans un état « où la moitié de l’homme survit à l’autre25 ». À peine a-t-il pu entrevoir des débouchés qui ne font que s’amorcer.

8Il reste à notre connaissance le cas des pendants d’Enfants, l’un à l’oiseau et l’autre à la cage, de Jean-Baptiste Pigalle, parfois proposés comme des fontes au sable et qui sont datés avec certitude de 178426.

2. J.-B. Pigalle, L'Enfant à la cage, 1750.

2. J.-B. Pigalle, L'Enfant à la cage, 1750.

Œuvre présentée en marbre au Salon de 1750, puis éditée en plusieurs exemplaires en bronze du vivant de l'artiste avec son pendant, L'enfant à l'oiseau. Base en fonte au sable, figure en fonte à cire perdue.

The Peabody Art Collection, Maryland. © Copyright 2002, Maryland State Archives

  • 27  Communication de Jane Basset à l’auteur, décembre 2009. Tous nos remerciements vont à Jane Basset (...)

9Des analyses toujours menées par Jane Basset ont pu démontrer que, si les socles ont bien été fondus au sable, les figures l’ont été (en plusieurs parties) à cire perdue27. Cette constatation s’inscrit parfaitement dans notre hypothèse : nous avons vu que les fontes au sable sont en effet utilisées au xviiie siècle pour des éléments simples, comme des socles, surtout s’ils sont répétitifs. Or les pendants de Pigalle furent édités à plusieurs exemplaires du vivant de l’artiste. Mais le procédé n’est pas appliqué aux figures, trop complexes. Cette découverte doit donc alerter l’observateur sur le fait que l’examen du creux d’un socle ne peut permettre de déduire le procédé adopté pour l’ensemble d’une œuvre.

10Aucun élément probant ne nous permet donc de penser à ce jour que la fonte au sable a pu être appliquée, sous l’Ancien Régime, à des pièces statuaires dépassant l’élément de décor.

Notes

1  Les statuts des maîtres fondeurs en sable, datant de 1572, donnent le détail de ce qu’ils produisent : « les Croix d’Églises, garnies de Crucifix, et autres dépendans de ladite Croix, des Ciboires, Encensoirs et autres choses de laiton qui se peuvent fondre et mouler en sable. […] pourront fondre, achever et réparer toutes sortes de boucles, anneaux, crochets et autres Ouvrages de cuivre et laiton servant aux harnois de chevaux, mulets et fourniment de litières, toutes sortes d’éperons, bossettes, étuis et cloux de fonte, de laiton et de cuivre, boucles de bottes et de souliers, anneaux de Custode, cuilliers de fontes, crochets et boucles à bergers, fermoirs et garnitures de Livres, des dez et verges à coudre marchandise, mortiers de fontes, cloches, sonnettes, timbres à horloges, boutons et grelots, lampes à cornes, lampes rondes garnies de lamperons, et de ce qui appartient à la garniture et fourniture des dites lampes, réchaux, moules à gelée, futeaux, moules de dragées et arquebuse et pistolets, marteaux d’épinette, têtes de pincettes, et généralement toutes autres choses qui se pourront mouler et fondre en sable, de cuivre, laiton et airain.(1999-Verlet, p. 153)

2  La même différence y est faite entre les fondeurs statuaires associés à la fonte à cire perdue, et les «fondeurs de petits ouvrages » qui sont décrits comme usant des mêmes châssis remplis de sable que les monnayeurs. (1723/1741-Savary, article « Moule », T. I, p. 492/493).

3  Article « Bronze », 1833-Dictionnaire de la conversation, p. 503-514.

4  Voir par exemple 1794-Monge, Description…, p. 73.

5  Voir l’article annexe sur le site de l’INHA « Sable ou terre ? » qui souligne la proximité de composition naturelle entre le « sable » des fondeurs en sable et la « terre » utilisée en fonte en terre ou en cire perdue.

6  Le noyau est généralement constitué du même sable que le moule. Il est établi par « épluchage » régulier d’un premier tirage.

7  Pour déceler les défauts des éléments en fonte au sable destinés au pont du Jardin des Plantes, produits par Launay (fonte de fer), les inspecteurs devaient verser de l’eau dans les trous parfois minuscules apparaissant à la surface, ou repérés au son en la heurtant (on forait alors un passage). Selon la quantité de liquide absorbée, on avait une idée de la dimension de la soufflure interne et la pièce était écartée si on la jugeait trop affaiblie. La quantité de pièces refusées à Launay, à l’inspection du 10 septembre 1805, est impressionnante : 27 voussoirs retenus seulement sur 215 présentés, 5 entretoises acceptées pour 231 présentées, et encore, sous réserve de vérifications plus poussées ! (Rapport des commissaires chargés d’examiner les pièces défectueuses, 23 fructidor an 13, archives nationales, F/14/11138).

8  Pierre Verlet, qui étudie les bronzes d’ameublement (bras de lumière, feux, pendules…), explique qu’un bronze mobilier un peu complexe, fondu au sable, se constitue de petites parties fondues séparément qui peuvent atteindre le millier de pièces pour un seul objet (1999-Verlet, p. 178).

9 1817-Dussaussoy, p. 227.

10 1833-Dumas, p. 509. Comme nombre des publications à vocation encyclopédique de l’époque, l’auteur s’appuie sur une documentation lentement amassée, et dépassée au moment de la publication mais qui éclaire la situation de la période immédiatement précédente.

11  Le contrat pour le pont du Jardin des Plantes (fonte dirigée par Launay) prévoyait une fonte au sable étuvé. Les premières pièces livrées étant très défectueuses, les ouvriers expliquèrent qu’ils maîtrisaient mieux le sable vert et obtinrent finalement en 1805 de procéder ainsi, la quantité de rebut restant toutefois considérable (Archives nationales, F/14/11138)

12  Le sous-sol parisien, ancien bassin maritime, est constitué de sable très facile à atteindre. Selon la forme et la destination des pièces, le fondeur expérimenté sélectionne l’origine de son sable : en région parisienne, celui extrait des carrières de Fontenay-aux-Roses fut internationalement réputé pour sa remarquable capacité à rendre les détails les plus délicats. Pour les plus grandes pièces, ou les noyaux, on utilisait les sables de Montrouge ou de Chatenay qui, plus gros et plus argileux, pouvaient acquérir une dureté supérieure (cf 1841-Clarac, p. 120). Le sable de Belleville était aussi très recherché, Gonon en faisait usage. Toutes ces carrières, situées dans la proche banlieue parisienne, ont été dévorées par l’urbanisation au plus tard autour des années 1950 (sur l’histoire jusqu’ici jamais étudiée des carrières de Fontenay, voir 2009-Descatoires, p. 5-9.  Toute notre reconnaissance va à David Descatoires qui a bien voulu entreprendre à la suite de nos questions les recherches qui ont débouché sur sa publication). Ce sont les châssis qui demandent au fondeur en sable le plus gros investissement : « Au nombre des outils les plus multipliés qui font l’assortiment d’une fonderie, on doit compter les châssis pour beaucoup ; il y en a tant, et dont les formes sont si multipliées, que l’on tenterait en vain de vouloir les décrire. » (1827-Launay, p. 224-225). Certains châssis de grandes pièces, très complexes, sont appelés « châssis de mille pièces »(1827-Launay, p. 88 et 225). Les châssis des premières grandes fonderies au sable du xixe siècle (et des fondeurs plus impécunieux) étaient en bois : « Les moules sont des châssis en bois, cerclés de fer, assemblés et ajustés à repères » (1827-Launay, p. 55) ou encore : « La plupart des châssis dont on se sert dans la fonderie sont en bois […] Nous avons adopté dans nos fonderies une nouvelle forme de châssis ; ils sont en fer plat […] Ces châssis sont très propres pour le moulage des petites figures de ronde-bosse. » (1827-Launay, p. 15) Les grands fondeurs qui pouvaient se le permettre investirent ensuite dans des châssis métalliques, plus durables mais plus onéreux. De nos jours, tous les châssis sont métalliques.

13  Pour les pièces de grandes dimensions, la cire est établie et reprise par l’artiste directement dans la fosse, elle y est moulée, le four de décirage est monté autour de ce moule, actionné puis démonté toujours dans la fosse. Celle-ci, assez vaste pour avoir permis toutes les opérations précédentes, est étayée de madriers et de barres diverses traversant pour certaines le moule afin d’éviter son éclatement ou des déplacements intérieurs sous la violence de la coulée, elle est ensuite remplie de sable foulé. Le sable enfin doit être rapidement ôté après la coulée, dans des vapeurs délétères, pour déblayer le moule. Tout est à recommencer à la coulée suivante. Il est plus prudent même pour les petites pièces de procéder à l’enterrage des moules pour prévenir leur éclatement, donc les risques de blessures et d’incendie.

14  À propos de la première fonte monumentale au sable par Gonon en 1804, le Rapport fait à l’Athénée des Arts précise : « On auroit pu éviter de creuser une fosse, en couchant la figure sur le côté, parce que les châssis ont assez de force pour contenir les efforts de la matière, sans être enterrés, comme on est dans l’usage de le faire [à cire perdue]», (p. 365). Le travail en fosse, pour la statuaire en cire perdue, est hérité de la fonte des canons, la fosse se justifiant par le caractère répétitif des opérations. Il est possible de surélever plutôt les fourneaux, comme le firent Girardon et Keller, ou Falconet. Mais bien que de plain-pied, cette « fosse » reste toutefois une sorte de pièce maçonnée, très solidement étayée, qu’il faut toujours combler avant la coulée. L’architecte Alavoine avait imaginé au début des années 1820, pour une fonderie d’État qui ne vit jamais le jour, une « fosse » de plain-pied avec des parois mobiles pour l’ajuster à la dimension de chaque moule, et pouvoir aisément y apporter le modèle puis en extraire l’épreuve fondue (archives nationales F/21/555). Dans Mort aux Tyrans, on peut lire qu’en fonte au sable la fosse ne sert plus qu’à offrir la bonne déclivité au moule, mais n’a pas à être comblée. L’enterrage et le déterrage rapide des moules dans une atmosphère saturée de chaleur et d’humidité étaient source de graves maladies chez les ouvriers, ce que Monge souligne avec insistance. À partir des années 1830, le fondeur Soyer ayant perfectionné l’armement de ses châssis ne coulait plus du tout en fosse. Pour une liste détaillée des avantages de la fonte au sable (statuaire) par rapport à la cire perdue, voir par exemple le Rapport de l’Athénée des arts pour la fonte Gonon de 1804, liste qui occupe plus de 3 pages (1805-Rondelet, p. 361 à 364). Voir sur le site de l’INHA le Rapport fait à l’Athénée des Arts de Paris.

15  Le modèle doit cependant être réalisé dans un matériau solide, qui résiste au tassement relativement brutal du sable pour l’y faire parfaitement adhérer et pour éviter tout risque de déformation.

16  En 1867, Barbedienne estimera à 2/9 le coût du métal, et à 7/9 celui de la main-d’œuvre pour produire un bronze d’art, dans une activité déjà très industrialisée (1867-Barbedienne, p. 22 note 58). Avec la politisation croissante de la classe ouvrière, les revendications et les grandes grèves qui s’ensuivirent, particulièrement dures dans l’industrie du bronze d’art, ce coût de la main d’œuvre devint de plus en plus lourd, tendant à rendre la fonte au sable quasiment aussi coûteuse, voire plus au xxe siècle, que la fonte à cire perdue. En 1891 Fresson, secrétaire de la Chambre Syndicale de l’Ameublement, indique dans une conférence à la bibliothèque Forney que la France a la main-d’œuvre la plus chère d’Europe (1891-Fresson). Cette part importante du travail ouvrier dans le prix de revient porta les industriels à essayer de l’alléger au maximum : en sous-traitant, en payant aux pièces, en taylorisant à outrance la production, en réduisant les temps de réalisation, en rognant sur la formation… ce fut une cause majeure de la baisse de qualité de cette industrie dans la seconde partie du xixe siècle.

17  1794-Monge, Mort…, p. 3.

18  2008-Brec-Bautier, p. 53 et 63. Deux autres reliefs du même auteur et du même ensemble sont également supposés fondus au sable.

19  1989-Bresc-Bautier, p. 15.

20  2008-Bronzes, Cat. 104.

21  Lettre-mémoire du 11 octobre 1794, Archives nationales, F/17/1048, sous-dossier « pluviôse an III ».

22  Voir la lettre adressée par Jacquet, second successeur de Getti, au Comte de Forbin en date du 22 mars 1827, dans laquelle il explique ses difficultés de fondeur à cire perdue et l’âpre concurrence qui l’oppose aux fondeurs au sable (archives de la DMF, cote « N.OO arc de triomphe du Carrousel »).

23  Il s’agit de la lettre-mémoire du  11 octobre 1794 (op. cit.), et de schémas de disposition de jets et évents pour la fonte d’une Diane (repr. in J.-R. Gaborit, « Houdon fondeur », Revue du Louvre, T. 25, no 4, 1975, p. 242-247, p. 243).

24  Op. cit.

25  « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Houdon sculpteur, lue à la séance publique de l’Académie royale des Beaux-Arts le samedi 3 octobre 1829 », Recueil de notices historiques lues dans les séances publiques de l'Académie royale des Beaux-Arts à l'Institut par M. Quatremère de Quincy, Paris, A. Le Clere et Cie, p. 388-402, en particulier p. 402.

26  2008-Bronzes, Cat. 130.

27  Communication de Jane Basset à l’auteur, décembre 2009. Tous nos remerciements vont à Jane Basset pour sa précieuse et généreuse coopération.

Table des illustrations

Titre 1. Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751-1772), article « Fondeur en sable : fonte de l’or, de l’argent et du cuivre. »
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Planche I : Intérieur d’une boutique. Dans la boutique. Dans la boutique, c’est-à-dire l’atelier du fondeur au sable, plusieurs ouvriers sont occupés à différentes opérations relatives à cet art ; élévation perspective et coupe du fourneau double ; plan du fourneau double. On peut voir un ouvrier activer le soufflet qui attise le feu du fourneau, un autre tasser le sable autour du modèle dans un châssis, un troisième verser l'alliage dans un moule de sable constitué de châssis superposés.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Planche II : Les outils.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Planche III et IV : Opérations de moulage (moulage d'un chandelier).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Planche V : Relative au moulage d'une poulie dans quatre châssis.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Planche VI. Relative au moulage de la même poulie dans deux châssis, et avec pièces de rapport pour en fermer la gorge.
Crédits ©EL
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 2. J.-B. Pigalle, L'Enfant à la cage, 1750.
Légende Œuvre présentée en marbre au Salon de 1750, puis éditée en plusieurs exemplaires en bronze du vivant de l'artiste avec son pendant, L'enfant à l'oiseau. Base en fonte au sable, figure en fonte à cire perdue.
Crédits The Peabody Art Collection, Maryland. © Copyright 2002, Maryland State Archives
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3449/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lebon, « La fonte au sable sous l’Ancien Régime », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys (« Les Essais de l'INHA »), 2012.

Référence électronique

Élisabeth Lebon, « La fonte au sable sous l’Ancien Régime », in Le fondeur et le sculpteur, Paris, Ophrys (« Les Essais de l'INHA »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/inha/3449

Droits d’auteur

Tous droits réservés