Navigation – Plan du site
Mme de Beaumer (1720 ? - 1766)

Mme de Beaumer, Journal des dames, 1761-1762

[extraits choisis]

Texte intégral

« Lettre sur les tableaux, de M.*** à M.*** » (octobre 1761)

Journal des dames dédié à son excellence Madame la princesse de Gallitzin, de l’Académie des Arcades de Rome, tome III, 1re partie,
p. 72-78.

1Vous me demandez, madame, que je vous communique mes observations sur les tableaux exposés cette année au Louvre ; je n’ai que de très faibles connaissances dans l’art de la peinture ; le désir cependant de vous amuser un instant me fera immoler ma vanité, car je sens qu’en ce moment elle vous est sacrifiée. Il convient bien à une femme aussi peu instruite que je le suis de parler des arts ; ce qui m’enhardit, c’est que je serai l’écho de cette nature, qui est la souveraine des artistes, le but et la récompense de leurs travaux : au reste, madame, je vous soumets entièrement mes remarques.

1. Jacques Dumont...1. Jacques Dumont, dit le Romain, Allégorie en l'honneur de la publication de la paix d'Aix-la-Chapelle, le 13 février 1749

1. Jacques Dumont, dit le Romain, Allégorie en l'honneur de la publication de la paix d'Aix-la-Chapelle, le 13 février 1749

1761, huile sur toile, 320 x 430 cm, Paris, musée Carnavalet.

2Le Tableau allégorique représentant la publication de la paix, en 1749, par M. Dumont le Romain, est d’une invention riche et poétique, on y trouve de ces belles idées du célèbre Rubens. Mais on a dit, peut-être à tort, que le coloris et l’exécution ne répondaient pas à l’invention (fig. 1).

3La Magdeleine dans le désert, de M. Carle Vanloo, est d’une beauté séduisante, d’un ton flatteur de couleurs ; quelques critiques voudraient seulement que la douleur éclatât sur ce beau visage. La censure se tait et admire, à l’aspect d’un autre ouvrage du même grand maître, qu’on peut intituler La Lecture. C’est un jeune Espagnol qui lit un roman à deux jeunes filles. Le jeune homme est de toute grâce, de toute beauté ; les filles ont de l’élégance, de la finesse dans les traits, elles se ressemblent peut-être un peu trop, la mère a interrompu son ouvrage pour écouter ; une troisième petite fille dans l’âge de l’enfance fait voltiger un oiseau au bout d’un fil : cette composition enlève tous les suffrages ; rien de plus vrai, de plus agréable ; brillant coloris, dessin correct et élégant, attitudes variées, de l’âme et de la vie dans toutes ses parties ; tel est, madame, ce morceau enchanteur.

4M. Vien se fait admirer dans son tableau de Saint Germain revêtu de ses habits pontificaux et donnant une médaille à sainte Geneviève. L’évêque respire la dignité, ses vêtements déploient une noble richesse ; pour la sainte, elle annonce ce qu’elle doit être un jour, c’est la candeur embellie des chastes Grâces, on ne peut voir de contours plus heureux, le caractère d’une jeune vierge plus marqué et en même temps plus flatteur ; cette dernière figure est céleste. Le même peintre a consacré aux Grâces mondaines dans un tableau d’un genre différent, qui représente une jeune Grecque entourant un vase de guirlandes de fleurs ; la noble simplicité de l’antique, cette élégante nature, si difficile à saisir, sont développées dans ce morceau si agréable ; on croit être à Athènes, l’habillement de la Grecque est tout à fait dans le costume ; on peut ajouter au ton extrêmement gracieux qui règne dans ce tableau une fraîcheur séduisante qui frappe et relève beaucoup le mérite de l’exécution.

2. Jean-Baptiste ...2. Jean-Baptiste Henri Deshays de Colleville, dit le Romain, Saint Benoît mourant reçoit le viatique

2. Jean-Baptiste Henri Deshays de Colleville, dit le Romain, Saint Benoît mourant reçoit le viatique

1761, huile sur toile, 292 x 191 cm, Orléans, musée des Beaux-Arts.

5Saint Benoît mourant, qui s’est fait traîner aux marches de l’autel pour recevoir le viatique (fig. 2), et qui est, pour ainsi dire, tombant entre les bras de ces religieux, est d’une expression de génie qu’on ne peut assez admirer. On voit dans cette tête la ferveur de la dévotion ; la pâleur de la mort réunies, une âme remplie d’amour et de respect pour son Dieu éclatent sur ce visage expirant ; tous les autres personnages dans ce tableau sont intéressants, touchants, et en même temps variés. Ce chef-d’œuvre est de M. Deshayes ; cet ouvrage seul suffirait pour lui mériter une réputation immortelle.

6Le Portrait du roi par M. Michel Van Loo est de toute richesse. On regarde ce tableau comme un très bel ouvrage.

7M. Vernet continue de se couvrir d’une nouvelle gloire par ses Marines – les dernières pourtant ont essuyé quelque critique, surtout sur les ciels et le coloris.

8Vénus blessée par Diomède annonce un génie décidé dans M. Doyen. Ce morceau n’est pas sans défauts, mais il est allumé en quelque sorte d’un feu qui ne peut partir que d’un talent sublime. Diomède, dans une action menaçante, exhale toute sa fureur. Pallas, sa lance à la main, et protectrice du héros, inspire la peur, tant elle est bien exprimée ; Vénus n’est pas digne des autres figures. Mais, oserais-je le dire ? C’est peut-être le tableau du Salon qui soit le plus animé de la flamme du génie ; sans me donner les airs de prophétesse, je puis vous assurer que ce jeune homme ira extrêmement loin et qu’il aura sa place parmi les premiers peintres de notre école française. Il y a encore de lui le Portrait d’une jeune Indienne, habillée à la mode de son pays, qui prouve qu’il a tous les pinceaux.

9Il ne faut pas omettre dans nos éloges un tableau qui nous offre une bataille. Depuis le célèbre Wouwermans, je ne sache pas que nous ayons eu quelque chose de plus beau, de plus animé, de plus vigoureux ; il est de M. Cazenove, jeune peintre, dont avec raison l’on conçoit de grandes espérances.

  • 1  (NdA) Il s’agit en fait de l’Accordée de village de Greuze.

10La Jeune Blanchisseuse1 de M. Greuze est d’une naïveté inimitable ; ce peintre de la nature se surpasse tous les jours lui-même ; il a réuni tous ses talents dans ce tableau qu’il vient de donner, un père comptant la dot à sa fille ; on revient cent fois à ce chef-d’œuvre ; il est fini : la bonté et la joie paternelle, le respect de la fille pour son père et son amour pour son prétendu qu’elle tient par la main... Le petit garçon qui, conduit par un mouvement enfantin, passe sa tête sous le bras du notaire et se plaît à déranger les papiers ; tous ces personnages respirent, vivent, agissent aux yeux, la nature même ne saurait être plus vraie, plus intéressante, plus animée. M. Greuze dès ce moment peut se flatter que son nom est marqué du sceau de l’immortalité.

3. Maurice Quenti...3. Maurice Quentin de La Tour, Le Prince Xavier de Saxe

3. Maurice Quentin de La Tour, Le Prince Xavier de Saxe

1761, pastel, 63 x 53 cm, Saint-Quentin, musée Antoine Lecuyer.

4. Maurice Quenti...4. Maurice Quentin de La Tour, Portrait de M. Laideguive

4. Maurice Quentin de La Tour, Portrait de M. Laideguive

Salon de 1761, huile sur toile, Barcelone, musée d’Art moderne.

11Il y a encore des ouvrages de M. Boucher, dans lesquels on reconnaît ce pinceau frais et brillant qui a peu d’égal.

12M. de La Tour, si célèbre par ses pastels (fig. 3 et 4), reçoit de nouveaux applaudissements dans son Portrait de M. Lai de Guive : les chairs sont d’une fraîcheur, d’une vie qu’on ne se lasse pas d’admirer ; je ne parle pas des autres parties qui ne sont pas moins estimables.

13Nous aurions encore à rendre justice à beaucoup d’autres tableaux, mais ces détails nous conduiraient trop loin.

14À l’égard des sculptures, celle qui m’a paru remporter le prix est une Nymphe qui au sortir de l’eau sèche ses cheveux : il y a de l’élégance et de l’atticisme dans cette statue.

« Arts et modes » (novembre 1761)

Journal des dames dédié à son excellence Madame la princesse de Gallitzin, de l’Académie des arcades de Rome, tome III, 2e partie,
p. 190-192.

15Mlle Girouard, demeurant rue Traversière, près la rue Saint-Honoré, peut être mise au nombre de nos artistes de réputation. Elle s’occupe à la peinture à l’huile et au pastel. Parmi les tableaux qui font honneur à son pinceau et à son crayon, les amateurs distinguent une Vénus d’une grande beauté qui désarme l’Amour ; le coloris, les attitudes, le dessin, tout décèle une maîtresse dans son art. Deux autres tableaux de Vierges qui tiennent l’Enfant Jésus, le premier à l’huile et le second au pastel, ne méritent pas moins d’éloges ; c’est l’expression de la Nature même : l’Enfant Jésus paraît respirer et les Vierges ont cette beauté simple et majestueuse qui annonce la grandeur et la dignité de la mère d’un Dieu. Mlle Girouard a encore plusieurs petits bustes qui sont faits pour orner des cabinets : toutes nos louanges doivent se réunir pour un morceau de la même main qui représente deux filles qui se font dire la bonne aventure. Les filles annoncent cette simplicité et cette innocence, l’aimable caractère de leur âge ; la vieille les regarde avec un air malin où se lit le plaisir de tromper et d’inquiéter.

16Mlle Caron, quai des Morfondus, ne doit pas être oubliée dans la liste de nos femmes peintres. Elle est attachée à la peinture en pastel où elle se distingue. Nos connaisseurs lui promettent du succès. […].

« Arts » (décembre 1761)

Journal des dames dédié à son excellence Madame la princesse de Gallitzin, de l’Académie des Arcades de Rome, tome III, 3e partie,
p. 281-282.

17Mme Linto, demeurant rue Mêlée, se distingue dans la peinture en pastel. Cette dame estimable par les excellentes qualités de l’esprit et du cœur, qui caractérisent une femme respectable, loin de s’amuser aux frivolités du siècle, s’occupe, pour son plaisir, avec succès de la peinture. Elle a un cabinet décoré d’un grand nombre de tableaux, qui feraient honneur aux plus grands maîtres, tant pour la beauté du coloris que pour les attitudes naturelles ; les carnations, les étoffes, les sites et les airs gracieux, tout est réuni dans ses ouvrages.

18Mlle Trunque, rue Neuve-Saint-Laurent, mérite aussi des éloges ; cette demoiselle travaille, pour son plaisir, en miniature. Elle a tiré, en ce genre, le portrait de sa majesté prussienne et celui de la reine d’Espagne, qui ont fait honneur à son pinceau. […].

« Arts » (avril 1762)

Journal des dames dédié à Son Altesse Sérénissime Mlle de Condé, tome I, 1re partie,
p. 106-107.

19Si nos autels ont fumé, dans le journal de mars, de l’encens que nous offrons aux mânes des artistes célèbres, notre encens doit brûler en faveur des femmes qui se distinguent sous nos yeux par des talents reconnus, parmi lesquelles Mme de Lisle mérite de fixer les regards. Cette dame, qui réunit la beauté et le vrai mérite à l’esprit le plus éclairé et le plus aimable, a un goût exquis pour les belles-lettres, excelle dans la peinture, et a acquis un si haut degré de perfection, qu’on peut la mettre de pair avec les grands maîtres. Dans le grand nombre de tableaux qu’ont travaillés son crayon et son pinceau, nous nous bornerons à parler d’un seul, qui est comme le chef-d’œuvre de ses chefs-d'œuvre ; c’est une chaste Suzanne dans les bains qui est représentée d’une taille fine, déliée et majestueuse, avec une main et un bras incomparables, une jambe bien faite et le visage le plus enchanteur par sa beauté. Les grâces sont répandues avec tous les charmes sur ce beau visage et, dans toutes les attitudes de Suzanne, on aperçoit un air de sagesse, de modestie et de douceur, qui caractérise et inspire en même temps l’amour séducteur et le respect pour la vertu. Les deux vieillards sont tirés avec autant d’élégance et de perfection dans le genre qu’ils demandent, qu’il semble qu’ils vivent, qu’ils respirent, et que l’air frappe et embellit tous les objets ; rien de plus naturel. Ce tableau ne laisse rien à désirer. C’est un monument digne de nos plus grands éloges et qui mériterait d’être donné pour modèle aux artistes qui tendent à la gloire immortelle.

« Arts » (novembre 1762)

Journal des dames dédié à Son Altesse Sérénissime Mlle de Condé, tome III, 2e partie,
p. 191-192.

20Qu’il est glorieux pour notre sexe de trouver chaque mois le nom de quelque aimable artiste à consacrer. La figure intéressante, l’air libre, délicat et enjoué, ainsi que les grâces du pinceau de Mlle Chasselet, lui donnent, plus qu’à toute autre personne de son art, droit aux plus justes éloges. On ne peut trop applaudir à la vivacité de son intelligence et à la justesse de son goût. Ses têtes ont une manière et un naturel qui frappent l’œil le moins connaisseur. Elle est dans cet âge heureux où le temps est également donné à jouir et à connaître. On peut lui promettre autant d’admirateurs que de rivales. […].

Notes

1  (NdA) Il s’agit en fait de l’Accordée de village de Greuze.

Table des illustrations

Titre 1. Jacques Dumont, dit le Romain, Allégorie en l'honneur de la publication de la paix d'Aix-la-Chapelle, le 13 février 1749
Légende 1761, huile sur toile, 320 x 430 cm, Paris, musée Carnavalet.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3665/img-1.png
Fichier image/png, 825k
Titre 2. Jean-Baptiste Henri Deshays de Colleville, dit le Romain, Saint Benoît mourant reçoit le viatique
Légende 1761, huile sur toile, 292 x 191 cm, Orléans, musée des Beaux-Arts.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3665/img-2.png
Fichier image/png, 464k
Titre 3. Maurice Quentin de La Tour, Le Prince Xavier de Saxe
Légende 1761, pastel, 63 x 53 cm, Saint-Quentin, musée Antoine Lecuyer.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 4. Maurice Quentin de La Tour, Portrait de M. Laideguive
Légende Salon de 1761, huile sur toile, Barcelone, musée d’Art moderne.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/3665/img-4.png
Fichier image/png, 974k

Pour citer cet article

Référence papier

« Mme de Beaumer, Journal des dames, 1761-1762 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012.

Référence électronique

« Mme de Beaumer, Journal des dames, 1761-1762 », in Anne Lafont (dir.), Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie, Dijon, Presses du réel/INHA (« Sources »), 2012, [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/inha/3665

Droits d’auteur

Tous droits réservés