Navigation – Plan du site

Jules Bourgoin (1838-1908). L'obsession du trait

Avec la collaboration de Maryse Bideault, Sébastien Chauffour, Élisabeth David, Alain Madeleine-Perdrillat, Estelle Thibault et Mercedes Volait
Couverture du catalogue de l'exposition Jules Bourgoin

Né à Joigny (Yonne) le 12 décembre 1838, dans un milieu de petits propriétaires commerçants solidement ancrés tant à Saint-Julien-du-Sault qu’à Fleury-la-Vallée, Jules Bourgoin, ou encore Bourgoin-Esclavy, est admis en novembre 1859 à l’École impériale des beaux-arts et étudie l’architecture dans l’atelier de Simon Claude Constant-Dufeux (1801-1870). Il est probable qu’il a également suivi les cours d’histoire et composition d’ornement dispensés par Victor-Marie Ruprich-Robert (1820-1887) à l’École spéciale de dessin et mathématiques, dite « Petite École ». Si rien n’est connu des activités de Bourgoin avant 1863, date à laquelle il est envoyé à Alexandrie pour suivre des travaux conduits au consulat général de France, les trois années passées en Égypte (1863-1866) ne sont guère plus documentées, sinon par de nombreux carnets qu’il a couverts de dessins, en Basse-Égypte comme au Caire, mais aussi à Jérusalem, rassemblant les matériaux d’un premier ouvrage, Les Arts arabes, architecture, menuiserie, bronzes, plafonds, revêtements, pavements, vitraux, etc. avec un texte descriptif et explicatif et le trait général de l’art arabe ([1868]-1873). Dès son retour en France, Jules Bourgoin se lance auprès de l’administration dans une quête persistante de subventions et de missions à l’étranger. En fait, seuls deux autres séjours lui seront financés, l’un à Damas en 1874-1875, l’autre au Caire. Ce dernier, de 1880 à 1884, le verra œuvrer entre autres activités à la mise en place de la Mission archéologique française (MAF) créée par Gaston Maspero (1846-1916), dont il sera un temps directeur adjoint, mais aussi au sein du Comité de conservation des monuments de l’art arabe qui se préoccupe de la sauvegarde des monuments du Caire menacés de disparition tant en raison de leur état de délabrement que de la modernisation de la ville. Chaque mission sera l’occasion d’exercer son talent de dessinateur, reconnu de tous et souvent sollicité. Ainsi se constitue un œuvre dessiné exceptionnel, touchant pour l’essentiel à l’architecture et aux divers arts du monde musulman et qui fournira la matière de deux autres ouvrages, Les Éléments de l’art arabe (1879) et le Précis de l’art arabe ([1889]-1892).

Notes de la rédaction

Cette publication est le catalogue de l'exposition présentée à l'Institut national d'histoire de l'art (Galerie Colbert, salle Roberto Longhi, 20 novembre 2012-12 janvier 2013). 

L’exposition met en lumière le parcours atypique de l’architecte et théoricien Jules Bourgoin (1838-1908). Formé à l’École des Beaux-Arts de Paris, celui-ci a consacré l’essentiel de son existence à étudier l’ornement. Ses carnets, esquisses et relevés collectés lors de ses séjours en Égypte et au Moyen-Orient, mais aussi en Italie et en Grèce, constituent un matériel documentaire exceptionnel. Il y analyse les arrangements géométriques les plus complexes, dans un large corpus d’œuvres architecturales ou décoratives. À travers ses dessins, il mène une quête obstinée visant à inventorier les structures formelles qui régissent l’infinie variété des compositions ornementales, et à les réduire à des schémas de plus en plus abstraits.

Autour d’œuvres et de documents conservés à la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art - collections Jacques Doucet, l’exposition réunit un vaste ensemble méconnu, dispersé dans divers fonds : Bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts, département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Bibliothèque municipale de Joigny, Institut d’égyptologie du Collège de France. Depuis les études préparatoires jusqu’aux planches imprimées, les éléments présentés permettent de suivre l’élaboration du corpus graphique destiné à ses projets de publications, d’évoquer l’étendue de ses intérêts, de l’architecture à la passementerie, des arts de l’Islam à la pédagogie du dessin. Ils documentent également l’évolution d’une réflexion théorique singulière, alimentée par un imaginaire scientifique foisonnant.

Commissariat : Mercedes Volait, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu (CNRS/INHA), Maryse Bideault, ingénieur de recherche (USR InVisu, CNRS/INHA), Sébastien Chauffour, conservateur du patrimoine à la Bibliothèque de l’INHA, Estelle Thibault, maître-assistante à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville.

Informations

Collection :
Les catalogues d’exposition de l'INHA
Éditeur :
Institut national d'histoire de l'art
Date de parution papier :
novembre 2012
Mis en ligne en :
décembre 2012
Lieu de parution :
Paris
Année de parution :
2012
ISBN :
9782917902189
Nombre de pages :
62 p.