Navigation – Plan du site
Théories et histoires de l'art islamique

Astrées polygonales, galérites pyramidales, sycomores « arrondis comme des dômes », palmiers « élancés comme des minarets » : Le Caire d’Adalbert de Beaumont

Chantal Bouchon
p. 245-274

Notes de la rédaction

Sauf mention contraire, toutes les œuvres reproduites sont d'Adalbert de Beaumont.

Texte intégral

« Bien souvent je suis venu me reposer sur quelque terrasse, au sommet de quelque minaret, pour chercher à comprendre le plan de cette curieuse ville, qui compte 412 mosquées et tombeaux, 500 minarets, 300 citernes, 60 bains, 34 fontaines, 140 écoles publiques, 11 ou 12 bazars, 1,265 okels ou caravansérais [sic], 71 portes principales, sans parler de celles qui ferment à chaque instant les petites rues, et 1,170 cafés. »

  • 1  Adolphe Joanne, Voyage en Égypte et en Grèce, Ixelles-lez-Bruxelles : Delevingue et Callewaert, 18 (...)
  • 2  Description de l’Égypte. État moderne, tome second, IIe partie, Description abrégée de la ville et (...)
  • 3  Charles Blanc, Grammaire des arts du dessin : architecture, sculpture, peinture…Paris : Vve J. Ren (...)

1Cette énumération étrange qu’Adolphe Joanne, dans son Voyage en Égypte et en Grèce1, cite comme étant d’Adalbert de Beaumont, et qui n’est pas sans rappeler le recensement, toutefois différent, établi par Edme-François Jomard dans la Description abrégée de la ville et de la citadelle du Kaire2 (publiée entre 1809 et 1822), ne saurait résumer la perception que le littérateur voyageur avait de la ville du Caire. Car cet « homme qui possédait à merveille les lois de la couleur et du décor pour les avoir étudiées en Orient avec beaucoup de sagacité et de finesse… »3, séduit par les capitales de l’Empire ottoman, a laissé de ses séjours prolongés dans cette ville des témoignages qui ont été autant de jalons utiles à l’élaboration d’une œuvre de pionnier dans l’approche des arts industriels renouvelés par les arts de l’Orient.

  • 4  En 1820, Marc-Antoine de Beaumont, était dit « demeurant à Paris en son hôtel, rue de Monsieur, Fa (...)
  • 5  Jules Quicherat, compte rendu d’Adalbert de Beaumont, Recherches sur l’origine du blason, et en pa (...)
  • 6  Journal de Eugène Delacroix, Paris : Plon-Nourrit, 1893-1895, tome 3, 1855-1863, p. 5.

2Né à Paris le 19 mai 1809 d’une famille noble d’ancienne extraction originaire de Touraine, le vicomte Adalbert Marc Bonnin de La Bonninière de Beaumont (fig. 1), fils du général, pair de France, comte de l’Empire, Marc-Antoine de Beaumont (1763-1830), et neveu, du côté maternel, du maréchal Louis Nicolas d’Avout, dit Davout, prince d’Eckmühl (1770-1823), était un homme issu d’un milieu aisé lié à la société du faubourg Saint-Germain4, aisance qui, venant s’ajouter à une érudition et à une curiosité certaines, le poussa à entreprendre des voyages. Les appréciations portées sur l’homme Adalbert de Beaumont tout au long de sa vie furent plus que favorables : « un homme d’esprit, qui a vu beaucoup de choses, et avec des yeux d’observateur… » (l’historien chartiste et archéologue Jules Quicherat en 18535), « fort aimable et convenable en tous points, et bon appréciateur de toutes choses » (Eugène Delacroix en 18556).

3Après un premier grand périple jusqu’au cap Nord en 1836 dont il rapporta un récit de voyage, des aquarelles figurant paysages et scènes locales, et dont il tira ses premières observations sur les phénomènes de cristallisation, de la neige en l’occurrence, observations dont il se resservit à propos de l’architecture orientale, mais les adaptant à l’environnement en évoquant le sel et certaines concrétions minérales, il se rendit à plusieurs reprises, entre 1834 et 1854, dans le bassin méditerranéen, notamment à Venise, et dans l’Empire ottoman, en Égypte et en Turquie actuelle, d’Istanbul à Brousse et à Trébizonde.

  • 7  Paris, musée des Art décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4458 à 4482, soit un corpus de qu (...)

4C’est en 1843-1844 qu’il séjourna en Égypte, les dates et légendes portées sur les œuvres graphiques rapportées en témoignent7. Une fois rentré de ses périples méditerranéens, avec des portefeuilles remplis de dessins, d’aquarelles – n’écrivait-il pas en 1866 – :

  • 8  Adalbert de Beaumont, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Partie II. L’architecture mode (...)

« Depuis quelque temps déjà, nous étions occupés du matin au soir à dessiner les minarets, les coupoles des mosquées et des tombeaux, les grilles, les fenêtres sculptées à jour, les broderies d’arabesques, qui donnent aux monuments du Caire un aspect si caractéristique8 ».

5A. de Beaumont entreprit une carrière nouvelle dont les multiples facettes furent nourries de ces expériences vécues et images rapportées.

1. E. Giraud, Adalbert de Beaumont, aquarelle, 1854.

1. E. Giraud, Adalbert de Beaumont, aquarelle, 1854.

Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

Au Caire

Le séjour d’Adalbert de Beaumont

  • 9  Pour la bibliographie relative à A. de Beaumont, voir Chantal Bouchon, « Adalbert de Beaumont (Par (...)
  • 10  Sur Joseph-Philibert Girault de Prangey, voir Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabe (...)
  • 11  Gérard de Nerval, Voyage en Orient, Paris : Charpentier, 1851, 3e éd., tome 1.

6Le voyage qu’entreprend Adalbert de Beaumont en 1843 n’était lié à aucune mission particulière et n’obéissait pas non plus à l’itinéraire traditionnellement défini par le Grand Tour9. Il n’est pas impossible que l’attrait pour l’Égypte ait eu un lien avec la légende auréolant son oncle maternel, le maréchal Davout, qui avait accompagné Bonaparte sur la terre des pharaons. Dans sa découverte de l’Égypte, Adalbert de Beaumont était l’exact contemporain du daguerréotypiste Joseph-Philibert Girault de Prangey qui, entre 1842 et 1844, accomplit un grand voyage photographique autour du bassin méditerranéen, sur les traces de Chateaubriand, aventure artistique et scientifique dont il rapporta près d’un millier de daguerréotypes, des croquis et des aquarelles10. Les plaques constituaient une sorte de « bloc-notes photographique » servant d’esquisse pour les lithographies de ses ouvrages sur l’art islamique, entre autres Monuments arabes d’Égypte, de Syrie et d’Asie-Mineure dessinés et mesurés de 1842 à 1845 (Paris, 1846) dans lequel il poursuivait son entreprise de classification des styles et de compréhension des filiations artistiques, et Monuments et Paysages de l’Orient, recueil de chromolithographies (Paris, 1851). Les relations nouées entre Adalbert de Beaumont et Joseph-Philibert Girault de Prangey étaient d’ailleurs établies en France, mais il est tout à fait vraisemblable que des premiers contacts aient été pris au Caire. Beaumont était aussi le contemporain, en Égypte, d’Auguste Gabriel Toudouze (1811-1854), architecte-voyer, dessinateur et graveur, qui fut chargé de missions archéologiques par le roi Louis-Philippe de 1831 à 1840 et qui rapporta de ses voyages en Italie et au Moyen-Orient des milliers de dessins où son intérêt pour l’ornement tient une place importante. Il était tout autant le contemporain au Caire de Gérard de Nerval qui y séjourna de début février à début mai 1843 et en laissa un récit où l’histoire personnelle et l’histoire collective s’entremêlent et se fondent11.

7Nous ne savons qu’assez peu de chose du (ou des ?) séjour d’Adalbert de Beaumont au Caire. Ils ne sont en effet documentés que par les quelques dessins et aquarelles identifiés et par les publications à l’illustration desquelles ces œuvres graphiques ont parfois servi. Quantitativement, le nombre d’œuvres graphiques connues de la main d’Adalbert de Beaumont, ou supposées telles, relatives à ses séjours en Égypte, est bien inférieur à celui des œuvres liées à la Turquie ottomane. Faut-il tirer de cette constatation qu’Adalbert de Beaumont a séjourné plus longuement en terre ottomane ? Que le hasard a fait que davantage d’aquarelles et de dessins illustrant ce séjour nous soient parvenus ? Que l’art persan, un style dont le sens chez A. de Beaumont est à considérer avec circonspection, l’a davantage séduit que l’art arabe, cairote en l’occurrence – on ne peut que relever dans ses écrits l’opposition qu’il perçoit entre

  • 12  Adalbert de Beaumont, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Partie II. L’architecture mode (...)

« les arabesques qui empruntent aux plantes grimpantes à feuilles et à fleurs régulières et symétriques les enroulements, les rinceaux, entremêlés quelquefois d’animaux aux formes bizarres, mais toujours soumis aux lois des courbes ; ce sont les arabesques fleuries… » et « l’autre genre d’arabesques, que nous nommerons l’arabesque géométrique, [qui] se compose de lignes qui affectent les plus savantes combinaisons, et forment des entrelacs dont la condition première est qu’aucun des traits qui les constituent ne s’interrompe ni ne s’arrête jamais12. »

8Aucun récit de voyage, aucun journal ou correspondance assidue n’ont été retrouvés à ce jour. Certaines observations publiées par Adalbert de Beaumont dans la Revue des Deux Mondes en 1866 aident à comprendre une des interprétations les plus curieuses qui ait été donnée de l’architecture islamique :

  • 13  Le croisement de cette information avec d’autres sources contemporaines permet d’identifier ce per (...)
  • 14  « Minaret Ibrahim-Agha comparé à l’astrée polygonale », Recueil de dessins pour l’art et l’industr (...)

« Un jour au Caire, un de ces beaux jours de janvier tout imprégné du parfum des mimosas et des jasmins en fleur, un naturaliste français13 dont nous avions fait la connaissance au bazar, nous montra chez lui la collection de coquillages et de madrépores qu’il venait de rapporter des bords de la mer Rouge. Depuis quelque temps déjà, nous étions occupé du matin au soir à dessiner les minarets, les coupoles des mosquées et des tombeaux, les grilles, les fenêtres sculptées à jour, les broderies d’arabesques, qui donnent aux monuments du Caire un aspect si caractéristique. Nous avions l’esprit tout rempli des formes et des motifs du style oriental. Le premier objet qui nous tomba sous les yeux fut une astrée polygonale en forme de colonne, exactement semblable au minaret d’Ibrahim-Agha dont une heure avant nous avions pris le dessin… Nos investigations se firent avec d’autant plus d’intérêt qu’à chaque instant une découverte nouvelle corroborait la première, et que nous trouvions entre les formes ou les dessins des coquillages d’un côté, les ornements [sic] ou les profils des minarets, des arcs et des coupoles de l’autre, des analogies de plus en plus nombreuses. L’astrée qui tomba d’abord sous nos regards et le fût du minaret d’Ibrahim-Agha sont tous deux décorés de polygones rayonnants [sic]14. » (fig. 2).

2. « Minaret d'Ibrahim-Agha comparé à l'astrée polygonale [madrépore].

2. « Minaret d'Ibrahim-Agha comparé à l'astrée polygonale [madrépore].

Source : Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 192. Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

  • 15  « La Polynésie », Le Correspondant, 75, 1868, partie 5, p. 137.

9Le dessinateur aurait pu ajouter à sa démonstration d’autres minarets cairotes, dont les fûts présentent tous une ornementation, à chaque fois différente, qui pourrait elle-aussi être assimilée aux structures que les « zoophytes…, oursins échinodermes, ces madrépores, ces astrées ont… appris à l’école de la nature, la grande maîtresse15 ». Ou encore, évoquant d’autres structures architectoniques :

  • 16  Adalbert de Beaumont, « Les Arts décoratifs en Orient et en France », op. cit. (note 8), p. 984.

« Le dessin d’une galérite pyramidale mis en regard d’une photographie de la coupole des tombeaux des califes présente avec celle-ci de si frappantes similitudes qu’il est au premier aspect impossible de dire lequel des deux dômes est de construction humaine. Sur un autre oursin existe un arc de porte ou de fenêtre qui reproduit l’arc cissoïde des palais arabes16. »

  • 17  Dominique Jacobi (dir.), Pascal Coste, toutes les Égypte, Marseille : Parenthèses/Bibliothèque mun (...)
  • 18  Jürgen Eichenauer, Martin Bommas, Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860). Ein Frankfurter Baume (...)

10Adalbert de Beaumont n’avait pas reçu de formation d’architecte comme Pascal-Xavier Coste17 ou Friedrich Maximilian Hessemer18, pour ne citer que ces deux noms de voyageurs au Caire qui, antérieurement à Beaumont, laissèrent une abondante oeuvre graphique qui documente la ville du Caire ; il est vraisemblable que sa formation de dessinateur ait été liée à son statut social sans qu’il ait pour cela acquis une pratique en atelier ; il ne voyageait pas non plus comme Girault de Prangey qui, dès 1831, s’était passionné pour l’architecture arabo-musulmane, en partant à la découverte de l’Andalousie, haut-lieu de la culture arabe entre le VIIIe et le XVe siècle, et pour qui l’art de l’Égypte musulmane était une source ; il ne reçut pas non plus l’éblouissement de Prosper Marilhat lors de son séjour en Égypte en 1831-1833, peintre à propos duquel Théophile Gautier écrivit dans la Revue des Deux Mondes du 1er juillet 1848 :

  • 19  Théophile Gautier, « Marilhat », Revue des Deux Mondes, n° 23, 1848, 1er juillet, p. 56-75 ; Id., (...)

« Il y avait dans son imagination un perpétuel mirage de dômes d’étain, de minarets d’ivoire, de mosquées aux assises blanches et roses, de caroubiers trapus et de dattiers sveltes…19 »

11C’est bien là un des traits caractéristiques de la perception qu’Adalbert de Beaumont avait de certaines formes de l’architecture cairote : y avoir vu des analogies de formes avec la nature et d’en rechercher les parallèles, qu’il s’agisse des galérites pyramidales avec les structures et décors de dômes et coupoles de mosquées ou tombeaux, d’astrées polygonales ou madrépores avec les ornementations des minarets ou encore de cristallisations avec certains éléments architectoniques ; ainsi relève-t-il que :

  • 20  Adalbert de Beaumont, « Les Arts décoratifs en Orient et en France », op. cit. (note 8), p. 988.

« la cassérite, ou oxyde d’étain et la marcassite ou fer sulfuré forment des cristaux prismatiques pyramidaux et des stalactites groupées identiques aux frises et aux cordons sculptés des monuments arabes20 » (fig. 3).

3. « Frises, cordons et pendentifs cristalliformes persans et arabes.

3. « Frises, cordons et pendentifs cristalliformes persans et arabes.

Source : Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 193. Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

12S’il se décrivait occupé du matin au soir à dessiner tout ce qui donnait aux monuments du Caire un aspect si caractéristique, force est d’admettre que peu de ces dessins et aquarelles nous sont parvenus et que ceux qui nous sont connus illustrent la ville du Caire de manière très disparate.

  • 21  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4458.
  • 22  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4459.
  • 23  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4467.
  • 24  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4468, « Côté opposé au sanctuair (...)
  • 25  Il est probable que le décollage de certaines feuilles encore collées en plein sur un type de papi (...)

13En ce qui concerne les monuments et édifices, Adalbert de Beaumont s’attachait à représenter aussi bien des vues extérieures ou intérieures – à propos de ces intérieurs, nous ne savons rien des difficultés que Beaumont aurait pu rencontrer, à l’instar de tant d’autres artistes voyageurs, à pénétrer ces édifices religieux interdits aux infidèles –, que des détails de décor et d’ornementation (fig. 4). Il porta son attention aux édifices les plus connus pour leur richesse décorative comme les mosquées al-Mu’ayyad ou Ibn Tulun ou encore le mausolée de Qaytbay, dont il réalisa une aquarelle aboutie21 (fig. 5) par laquelle il soulignait la diversité de la décoration architecturale tout en ne négligeant pas la vision pittoresque, animant la scène d’un ânier – comme le note Joanne dans son guide « quiconque n’a pas vu l’âne d’Orient ne connaît pas l’un des plus beaux et des meilleurs animaux de la création » – et d’un chamelier. Une vue intérieure du Sanctuaire de la mosquée El Moyed [al-Mu’ayyad] au Caire22, réalisée en mars 1843, traduit à la perfection, par la très grande attention portée aux détails, par la délicatesse de l’aquarelle, la richesse ornementale et polychromée de l’édifice. En relation avec cette vue de l’intérieur de la mosquée al-Mu’ayyad, une autre aquarelle d’Adalbert de Beaumont, elle aussi conservée au musée des Arts décoratifs23, documente la méthode de travail de l’artiste qui mit en place, en les esquissant, les structures et éléments de l’intérieur, tout ce qui fut précisé et abouti dans l’aquarelle finale. D’autres feuilles, comme celle figurant l’Intérieur de la Mosquée El Ghoury [al-Ghawri]24, possèdent un verso couvert d’esquisses de détails ornementaux25.

4. Grilles de la mosquée Mahmoud Gaouly [mosquée Salar et Sangar al-Gawli], Caire, mars 1844, graphite, aquarelle sur papier ; repris dans le Recueil, pl. 17 et Ornements arabes, 1882, pl. 7.

4. Grilles de la mosquée Mahmoud Gaouly [mosquée Salar et Sangar al-Gawli], Caire, mars 1844, graphite, aquarelle sur papier ; repris dans le Recueil, pl. 17 et Ornements arabes, 1882, pl. 7.

Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (4552).

5. Mosquée Khayd Bey [Qaytbay] (Tombeaux des Califes) Le Caire, graphite; aquarelle sur papier, 1843.

5. Mosquée Khayd Bey [Qaytbay] (Tombeaux des Califes) Le Caire, graphite; aquarelle sur papier, 1843.

Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (4458).

  • 26  Jean Joseph Sulpis (1826-1911), graveur d’architecture qui fut l’élève de Jean-Baptiste Bury et de (...)
  • 27  Cet ouvrage devait être composé de six volumes subdivisés en 300 livraisons. Chaque livraison, au (...)
  • 28  Il est à noter que cette planche inédite est à la fois très proche et différente de la planche XII (...)

14Il convient de placer dans cette même suite de représentations de monuments islamiques du Caire une estampe de Jean Joseph Sulpis26 d’après Adalbert de Beaumont, destinée à une livraison, qui ne vit pas le jour, de la revue fondée par Émile Prisse d’Avennes, Miroir de l’Orient ou tableau historique des croyances, mœurs, usages, sciences et arts de l’Orient Musulman et Chrétien27, estampe légendée Mihrâb et minbar, du Zâwieh d’Ahmed, près de la Mosquée du Sultan El-Mansoûr Kalâoûn [Qalawun], au Kaire (fig. 6)28. Au-delà du problème introduit par la transposition en lithographie, si talentueux que soit le graveur, nul doute que l’œuvre originale d’Adalbert de Beaumont, dont la localisation actuelle n’est pas connue, devait atteindre un haut niveau de qualité dans le relevé. Là aussi des personnages aux costumes et attitudes variés animent la scène.

6. Jean-Joseph Sulpis d'après Adalbert de Beaumont, Mihrâb et minbar, du Zâwieh d'Ahmed, près de la Mosquée du Sultan El-Mansoûr Kalâoûn [Qalawun], au Kaire.

6. Jean-Joseph Sulpis d'après Adalbert de Beaumont, Mihrâb et minbar, du Zâwieh d'Ahmed, près de la Mosquée du Sultan El-Mansoûr Kalâoûn [Qalawun], au Kaire.

Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits.

  • 29  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4449, 4469, 4470, 4471, 4472, 44 (...)

15Quelques autres vues du Caire sont dessinées sur du papier calque, avec toutefois suffisamment de précisions pour pouvoir les réutiliser ultérieurement sur des feuilles de plus grande taille, que l’on n’a toutefois pas retrouvées à l’heure actuelle29 (fig. 7).

7. Kaire tombeaux des Kalif… [sic], graphite sur papier calque.

7. Kaire tombeaux des Kalif… [sic], graphite sur papier calque.

Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (4474).

16Un tout autre intérêt d’Adalbert de Beaumont est celui montré pour tout ce qui est agrément végétal au sein de la ville, image transposée de l’Éden sur terre. Ce goût de la nature transparaît dans ses descriptions enflammées des jardins, véritables jardins des Hespérides avec leurs pommes d’or et leurs odeurs célestes, qu’il découvre par hasard tant ils sont cachés aux yeux des visiteurs et dont il dit qu’ils eussent pu être une source infinie pour le peintre Prosper Marilhat s’il en avait eu connaissance :

  • 30  Adalbert de Beaumont cité dans Adolphe Joanne, op. cit. (note 1), p. 67-68.

« Une fois entre autres, en me promenant dans un jardin célèbre par ses fleurs, j’aperçus, à travers les grillages des murailles, le lac le plus charmant qu’on puisse imaginer : on le nomme Birkeiet-Ginnah, le lac de la Fée ; il est entouré de maisons, de jardins, et de ces jolis kiosques à arcs arabes complètement recouverts par un rideau de dolichos à fleurs violettes, véritable mousse grimpante qui tapisse tout de son épais tissu, et pend en élégants festons jusque dans l’eau, où elle cherche à s’abreuver » […] « On compte aussi dans la ville vingt-deux jardins principaux qu’on nomme gheyt ou geneyneh, suivant leur grandeur. Dans ces jardins il ne faut chercher ni allées symétriques ni pelouses de gazon dessinées avec art ; ce sont des bosquets touffus croissant comme la nature, comme le hasard le veulent ; ce sont des massifs d’orangers, de citronniers, de mimosas parfumés et de tamariscs au feuillage fin comme la mousse, de grenadiers, de myrtes et de cactus, de napecas et de sebbeks, au-dessus desquels le sycomore et le palmier, garnis de plantes grimpantes, s’élèvent majestueusement, les premiers arrondis comme un dôme, avec leurs branches tortueuses et rampantes, les seconds élancés comme des minarets, et contrastant aussi bien par la forme et le feuillage que par la couleur. On y cultive le bananier à la feuille gigantesque, au fruit délicat, les groseilliers du Cap, et cinquante espèces d’oranges, de cédrats et de bergamotes30. »

  • 31  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4479, CD 4480.
  • 32  Marseille, Bibliothèque de Marseille à vocation régionale, L’Alcazar, MS 1310, fol. 42.

17Au-delà de sa connaissance des espèces végétales, même les plus locales, qu’il nommait avec exactitude, Adalbert de Beaumont réutilisait ici le principe d’analogie entre la nature et l’architecture qui lui était cher – le sycomore arrondi comme un dôme, le palmier élancé comme un minaret. Ces impressions de luxuriance sont remarquablement rendues dans deux aquarelles du jardin de la tekke des Derviches au Caire31 qui avait été antérieurement représenté, mais de manière très différente, par Pascal-Xavier Coste en 182232. Elle est aussi ressentie au travers de la vision idéalisée, paradisiaque, qu’il donne d’une partie résidentielle de la ville, autour de l’étang appelé Birkat al-Fil (fig. 8) :

  • 33  Adolphe Joanne, Voyage illustré dans les cinq parties du monde, op. cit. (note 1), p. 231 et gravu (...)

« Le voisinage des mosquées m’indiquait approximativement leur situation [des bassins intérieurs entourés de verdure] ; je m’empressai donc de courir à la recherche de cette bonne fortune artistique. À force de questionner, je parvins, à travers des jardins d’orangers, de bananiers et de jasmins, sur le bord d’un de ces lacs enchantés. C’était le Birket-el-Fil, le lac de l’Hippopotame [sic]. On lui donna ce nom après une crue subite du Nil… C’est un aspect enchanteur que ces lacs bordés de jardins et de kiosques où viennent se reposer les riches propriétaires des maisons voisines. Aucune rue, aucun chemin n’y aboutissent, et, pour les voir, il faut y pénétrer par les habitations : aussi sont-ils entièrement ignorés des voyageurs, et même de la plupart des habitants33. »

8. Birket-el-Fil [Birkat al-Fil] (lac de l'Hippopotame), au Caire, par M. Freeman, d'après M. Adalbert de Beaumont.

8. Birket-el-Fil [Birkat al-Fil] (lac de l'Hippopotame), au Caire, par M. Freeman, d'après M. Adalbert de Beaumont.

Source : Estampe parue dans Voyage dans les cinq parties du monde, p. 200, gravure n°324.

  • 34 The Florist, fruitist, and garden miscellany, vol.12, 1859, p. 260.
  • 35  Georges Ville (1824-1897), botaniste, professeur au Muséum d’histoire naturelle, se rendit en Égyp (...)

18Doit-on mettre cette passion exprimée pour les plantes et les fleurs avec l’honneur que lui fit un obtenteur français qui donna le nom de Vicomte Adalbert de Beaumont à une variété de phlox herbacé mise dans le commerce en 1858 et que The Florist, fruitist, and garden miscellany décrivait comme étant “bright rose, crimson centre, large flower, very free. 2½ feet34 ? Cette passion pour la nature ne le quitta pas, puisqu’une fois rentré à Paris, il se rendit régulièrement au Jardin des plantes pour ses travaux et pour aider le professeur de physiologie végétale, Georges Ville35.

19Un autre ensemble non négligeable de dessins présente une vue davantage ethnographique du Caire. Esthète dans sa sensibilité à la beauté des corps masculins, Adalbert de Beaumont notait :

  • 36  Adalbert de Beaumont, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Sèvres », Revue des Deux Monde (...)

« Je me souviens qu’en arrivant au Caire où affluent toutes les races de l’Afrique et de l’Asie, je ne discernais aucune nuance, aucune différence d’aspect entre ces figures jaunes, noires, couleur de feu, bleuâtres, café au lait, entre ces têtes larges ou étroites, bombées ou aplaties, aux yeux fendus en amande, relevés, tendres comme ceux de la gazelle ou du phoque, ou bien ronds et farouches comme les yeux d’un tigre en colère. Ce fut seulement après six mois de séjour que je commençai à discerner ces nuances : alors toutes les beautés de la forme et de la couleur de ces créatures de Dieu me révélèrent une harmonie plus fine et plus complète que celle de nos races. Il y a là des types nubiens et abyssiniens bien autrement purs que les plus purs parmi les Grecs36. »

  • 37  « Ayant rencontré près de chez moi un de ces hommes dont les haillons bizarres et l’atroce figure (...)
  • 38  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4481. Voir Rémy Labrusse (dir.), (...)
  • 39  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 6565n.

20Une vingtaine d’aquarelles conservées au musée des Arts décoratifs témoignent de cet intérêt montré pour la variété des types humains rencontrés dans cette ville au carrefour des civilisations et des peuples. L’une de celles-ci, qui confirme une fois de plus les qualités de dessinateur et d’aquarelliste d’Adalbert de Beaumont, fait voir deux personnages dont les costumes s’illuminent des couleurs chatoyantes de leur ceinture. D’autres sujets encore davantage « ethnographiques » aux yeux d’un Occidental sont les charmeurs de serpents ou psylles ou encore gaeïedi37, les maïnoungi qui font « danser les singes », les santons abyssiniens, les magiciens, ou même les « puncht », ces travestis dansants, ce qu’Adolphe Joanne mentionnait comme des curiosités du Caire, mais aussi les scènes de rue ou les cérémonies croquées sur le vif, comme « La fête du Prophète, place de l’Esbekieh, cérémonie du Dojed »38, ou encore les cafés et leurs clients (fig. 9), ces cafés du Caire qui avaient tant frappé les voyageurs depuis le début du XIXe siècle, les échoppes de petit commerce telles que la Boutique de Sérif ou changeur39, toutes ces images qui furent réutilisées pour séduire les lecteurs toujours plus nombreux du Voyage illustré dans les cinq parties du monde en 1846, 1847, 1848, 1849 publié par Adolphe Joanne.

9. Intérieur d'un café au Caire, les Berbères, graphite, aquarelle sur papier.

9. Intérieur d'un café au Caire, les Berbères, graphite, aquarelle sur papier.

  Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (6565i).

21Que ce soit dans ses œuvres graphiques ou dans ses écrits, la vision qu’Adalbert de Beaumont transmit du Caire porte la marque de son insatiable curiosité liée à un statut social privilégié, qui l’entraînait dans l’élaboration de théories surprenantes sur la vie des formes, théories qu’aurait désavoué tout architecte ou historien de l’architecture.

Le milieu islamophile, sur place et en France

  • 40  Voir le prospectus inséré dans la première et unique livraison du Miroir de l’Orient ou tableau hi (...)

22Adalbert de Beaumont n’était pas seulement un de ces Occidentaux aisés et cultivés qui, comme il y en a tant, voyageaient en Égypte au même moment. Il vint s’agréger à tout un groupe « d’orientalistes, de voyageurs, d’artistes, d’hommes spéciaux, en un mot… » selon une formule d’Émile Prisse d’Avennes40.

  • 41  Sur Prisse d’Avennes voir Marie-Laure Prévost (dir.), Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (18 (...)

23Il est possible de supposer une rencontre, au Caire, d’Adalbert de Beaumont avec l’égyptologue, archéologue, ethnologue et publiciste Émile Achille Constant Prisse d’Avennes (1807-1879)41, lors du premier séjour de celui-ci en Égypte, c’est-à-dire avant 1844, date de son retour en France. Celui-ci, tout d’abord reconnu comme un spécialiste de l’art pharaonique, s’intéressa, également très tôt, aux arts de l’islam et partagea un intérêt commun étendu au phénomène de l’ornement, comme en témoignent les emprunts mutuels que l’on note dans leurs ouvrages respectifs.

  • 42  Adalbert de Beaumont, Recherches sur l’origine du blason et en particulier sur la fleur de lis, Pa (...)
  • 43 Ibid., pl. IV, p. 9, fig. 1-4. Prisse émit des réserves quant à la démarche de Beaumont (voir Émile (...)

24Ainsi les emprunts d’Adalbert de Beaumont à Prisse d’Avennes, dessinateur de talent, pour ses recherches relatives au blason qui aboutirent à une publication en 185342, touchent à l’Égypte ancienne avec la représentation du papyrus et du lotus43 ; quant aux emprunts, plus tardifs, faits par Prisse aux dessins gravés par Adalbert de Beaumont, ils ne sont pas faits sans quelques réticences, car comme l’écrit l’égyptologue dans une lettre adressée à Charles Cournault le 22 juin 1868 :

  • 44  Emmanuel Hecre, Les Orients de Charles Cournault, Malzéville : Éd. Serge Domini, 2004, p. 195. Bea (...)

« Les dessins gravés par Beaumont sont bien mal rendus, et réflexions faites, ces belles pièces valent la peine d’être mieux connues et appréciées, aussi je les reproduirai quand même, heureux de rendre au dessinateur toute la part qui lui revient, ce que notre illustre ami a trop souvent oublié pour ne penser qu’à lui.44 ».

  • 45  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4421. Il existe dans ce même ens (...)
  • 46  Daniel Lançon, L’Égypte littéraire de 1776 à 1882. Destin des antiquités et aménité des rencontres (...)
  • 47  Le géographe genevois Paul Chaix (1808-1901) rapportait dans ses Lettres écrites sur les bords du (...)

25Mais Prisse d’Avennes et Adalbert de Beaumont eurent l’occasion de se rencontrer en 1843-1844 autour d’un autre personnage, figure du monde cosmopolite du Caire, le docteur Henry Abbott (1812-1859). Ce médecin était de ces Anglais qu’un intérêt puissant pour les études archéologiques avaient fixés en Égypte. Il avait réuni au Caire une collection d’antiquités égyptiennes dont il accordait aisément l’accès, et sa demeure, qu’Adalbert de Beaumont avait visitée, peut-être même habitée, était devenue le point de ralliement des érudits étrangers séjournant au Caire ; en témoignent une belle aquarelle qu’il a faite de l’intérieur de la maison45. En outre, Henry Abbott avait créé en 1842, avec la collaboration de Prisse d’Avennes, L’Association littéraire d’Égypte46, dont le but était la publication des documents relatifs à l’Égypte et à l’Orient, mais qui avait également constitué une importante bibliothèque dont l’accès était une bonne fortune pour le voyageur qui pouvait y être introduit car il en obtenait le prêt de livres utiles dans ses excursions47.

  • 48  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 6565 p. « Une cange contient deu (...)

26On peut se demander si quelques-uns de ces érudits ne sont pas à reconnaître dans les personnages assis, vêtus à l’orientale et, pour deux d’entre eux, fumant le narguilé, à l’intérieur d’une cange sur le Nil dessiné par A. de Beaumont48 (fig. 10).

10. Intérieur de barque sur le Nil, 1843, graphite, aquarelle sur papier.

10. Intérieur de barque sur le Nil, 1843, graphite, aquarelle sur papier.

Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (6565p).

  • 49  Voir la note 24.
  • 50  La première de ces contributions est consacrée aux « Méchitaristes. Notice sur le couvent des Armé (...)

27Les liens d’Adalbert de Beaumont avec Prisse d’Avennes se poursuivirent en France au travers de deux publications lancées par le publiciste au début des années 1850 : Miroir de l’Orient ou tableau historique des croyances, mœurs, usages, sciences et arts de l’Orient musulman et chrétien, qui ne connut qu’une seule et unique livraison en 1852, mais pour laquelle une planche gravée d’après Adalbert de Beaumont avait été retenue49 ; la Revue orientale et algérienne, dont il ne parut que cinq tomes qui accueillirent toutefois trois contributions d’Adalbert de Beaumont50.

  • 51  Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44).
  • 52  Ibid., p. 104-133.
  • 53  Lettre adressée par A. de Beaumont à Ch. Cournault en octobre 1861, dans ibid., p. 168.
  • 54  Chantal Bouchon, op. cit. (note 9).
  • 55  Émile Prisse d’Avennes, op. cit. (note 28).

28Une autre figure de l’orientalisme en France avec laquelle Adalbert de Beaumont, ainsi qu’Émile Prisse d’Avennes, entretinrent des échanges épistolaires, est celle du peintre et voyageur d’origine lorraine Charles Cournault (1815-1904)51, qui, s’il ne se rendit pas en Égypte mais privilégia l’Algérie, ne s’intéressa pas moins aux arts décoratifs orientaux, au point d’avoir puisé dans ses portefeuilles de dessins pour la construction et la décoration de la villa mauresque la Douëra qu’il se fit aménager vers 1856 à Malzéville près de Nancy52, décoration pour laquelle Beaumont fournit conseils et modèles (ainsi proposa-t-il, entre autres, à Cournault ses moulages de pendentifs arabes d’après un appartement du Caire53) comme Adalbert de Beaumont puisa dans ses propres œuvres pour le décor du Palazzo Persico qu’il fit bâtir en bordure du bois de Boulogne, maison construite sur le modèle d’un palais de Téhéran54. Enfin Prisse d’Avennes édita sept planches d’après Charles Cournault dans son ouvrage L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie55.

  • 56  Alexis Soltykoff publia Voyages dans l’Inde, Paris : L. Cumer, 1851 et Voyage en Perse, Paris : L. (...)
  • 57  Voir Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44), p. 140-141.
  • 58  Lettre 21 juin 1863 signée Adalbert de Beaumont, adressée à « Mon cher et excellent directeur... E (...)

29D’autres figures sont également à convoquer si l’on veut compléter ce panorama du milieu orientaliste que fréquenta ou côtoya Adalbert de Beaumont : le prince Alexis Soltykoff (1806-1859), dessinateur amateur, qui avait voyagé en Perse et en Inde et fut un collectionneur fastueux56 qui fit cadeau à Adalbert de Beaumont de pièces qu’il avait amassées ; l’orientaliste et ancien directeur de l’Imprimerie nationale du Caire Jean-Joseph Marcel (1776-1854) dont Beaumont se procura l’Égypte depuis la conquête des Arabes jusqu’à la domination française dès sa parution et dans les collections duquel il s’attacha, en compagnie de Charles Cournault, à trouver de nouveaux manuscrits enluminés et des objets d’art57. Enfin, familier des célèbres « vendredis du Louvre » organisés par le directeur général des Musées nationaux, le comte Émilien de Nieuwerkerke, lui-même collectionneur d’art islamique, Adalbert de Beaumont put demander faveurs et soutien58.

30Son entregent naturel et son caractère agréable préservèrent Adalbert de Beaumont des inimitiés tenaces fréquentes dans ces milieux d’érudits.

Retour d’Égypte

Exploitation des sources

31Rentré en France, Adalbert de Beaumont entreprit l’exploitation de ses sources qui se fera essentiellement de trois façons.

  • 59  Jean-Noël Marchandiau, L’Illustration 1843/1944. Vie et mort d’un journal, Paris : Privat, 1987, p (...)
  • 60  Adalbert de Beaumont, « De la magie et du magnétisme en Orient. Dessins de MM. Cournault et Adalbe (...)

32« L’artiste littérateur » prit une part active à la nouvelle publication l’Illustration en y donnant des textes relatifs à ses séjours dans des contrées diverses, accompagnés de dessins gravés sur bois. Pour tenir en haleine les quelque 18 000 abonnés du journal59, les textes abusaient de l’anecdotique et Beaumont puisa dans ses sujets « ethnographiques », pittoresques, ces « types » croqués au Caire comme dans le cas de la gravure du Gaëdi (psylle égyptien), charmeur de serpents au Kaire, réalisée par Henri Valentin d’après un dessin de Beaumont60 (fig. 11), accompagnée d’une longue explication relative à ces hommes dont le métier est de détruire les animaux venimeux dans les maisons. De cet homme « qui portait sur son dos un sac rempli de serpents qu’il déposa à terre », Beaumont fit un croquis chez lui.

11. Gaëdi (psylle égyptien), charmeur de serpents, au Kaire, estampe signée H. Valentin.

11. Gaëdi (psylle égyptien), charmeur de serpents, au Kaire, estampe signée H. Valentin.

Source : d’après A. de Beaumont, parue dans Voyage dans les cinq parties du monde, p. 205, gravure n°332.

  • 61  Adalbert de Beaumont, « El Tennour », L’Illustration, t. XIX, 1852, n° 464, 24 janvier, p. 61-62. (...)

33Un autre article paru dans L’Illustration en 1852, accompagné du dessin d’ensemble et des détails d’un parfumoir en métal ajouré, exécuté au Caire, qui invitait le lecteur à y voir ou « le dôme élégant du tombeau de Kalaoun [Qalawun] ou la coupole d’Ibrahim-Aga… » ou, une fois renversé, « une lampe merveilleuse dont les légendes et les arabesques en noir se détachent sur la lumière qu’elle renferme »61, annonçait les préoccupations ultérieures d’Adalbert de Beaumont. Il se servit du dessin de cet objet pour démontrer le degré où l’art était arrivé ainsi que la qualité de l’ornementation. Tout en définissant « le beau pittoresque », il soulignait l’intérêt de cet objet en le confrontant à la coupole dans l’architecture ou à une lampe sur lesquelles les arabesques permettaient de faire jouer la lumière, sans oublier de mentionner la fonction ornementale de la calligraphie courant tout autour de l’objet et dont le développement était fourni sur la page. Deux autres objets, un « casque persan » et un « chandelier » acheté au Caire, étaient convoqués pour suggérer les possibilités variées de leur usage tout en ne manquant pas de développer une théorie qui lui fut chère, celle du modèle à chercher chez les Orientaux, défendant l’idée que les deux principes, celui de la forme et celui de la couleur, venus de l’Orient, étaient à même de sauver les arts industriels français dont il constatait la décadence lors de sa visite de la Great Exhibition de 1851 au Crystal Palace à Londres.

  • 62  Adalbert de Beaumont, Recherches sur l’origine du blason…, op. cit. (note 42), p. 2-5.

34Un deuxième temps dans l’exploitation de la documentation accumulée au cours de son séjour cairote, et plus largement en Orient, est la réflexion, consacrée à partir de 1849, à l’étude de la fleur de lis dans un ouvrage intitulé Recherches sur l’origine du blason et en particulier sur la fleur de lis. Fondant sa théorie sur « L’Orient berceau du genre humain », il exposait alors sa méthode issue de celle des sciences naturelles dont les maîtres mots étaient « expérimentation et observation directe, avec reproduction par le dessin d’une exactitude poussée jusqu’au scrupule »62.

  • 63  Ibid., p. 7-8.

« En dessinant les mosquées et les tombeaux, les portes et les murs de Constantinople, du Caire, de Brousse et autres cités de l’Orient ; en rencontrant sans cesse ce fleuron comme le type, disons mieux, comme le générateur de l’arabesque, nous avons dû rechercher d’où venait cet ornement arabe, quelle en était l’origine première. Il nous a été facile d’en retrouver la trace dans l’art de l’antique Égypte, dont l’art arabe n’est que la conséquence et l’entier développement63. »

  • 64  Ibid., p. 17. Voir supra pour sa fréquentation du Jardin des plantes.
  • 65  Jules Quicherat, op. cit. (note 5).

35Il était convaincu de l’inspiration trouvée par les Égyptiens dans le règne végétal et que « les Arabes feront de même en cherchant leurs modèles dans les produits de la nature ». Il s’appuyait sur le dessin, plutôt que sur les textes : « mettre en regard, les formes les plus diverses, c’est expliquer à l’aide des yeux, ce que l’esprit ne se représente pas tout d’abord »64. Ainsi, l’ouvrage fut complété par vingt-deux planches gravées, fruit de ses comparaisons, pour démontrer l’origine orientale en particulier égyptienne de la fleur de lis. Les planches I et II offrent, preuves à l’appui, le détail de cette forme florale identifiée dans des monuments du Caire, en particulier aux mosquées Ibn Tulun, ‘Amr et al-Maridani et aux tombeaux de la ville, dont celui de Qaytbay. Adalbert de Beaumont s’était lancé là dans une entreprise intellectuelle hasardeuse, qui fut aisément mise à mal, en particulier par les archivistes paléographes au nombre desquels Jules Quicherat qui, dans un compte rendu de la publication65, démonta point par point la démonstration, insistant sur « la marche vagabonde de l’auteur ».

  • 66  Jules Laurens (1825-1901) peintre, élève de Paul Delaroche, qui, après son échec au concours du Pr (...)
  • 67  Ceci est confirmé par l’exemplaire de la BnF qui porte la mention du dépôt légal 2558, 1873 (Pl. 2 (...)
  • 68  [Prospectus] du Recueil de dessins pour l’art et l’industrie par Adalbert de Beaumont et E. Collin (...)

36Le troisième filon d’exploitation des sources accumulées fut le Recueil de dessins pour l’art et l’industrie. Cet ouvrage est le fruit des portefeuilles rassemblés au cours de quinze années de pérégrinations auxquels viennent s’ajouter des planches alimentées par des dessins d’amis ou connaissances tels que Charles Cournault, Jules Laurens66 ou Émile Prisse d’Avennes, ou encore d’après des objets vus et sélectionnés dans des collections privées comme celles d’Alphonse de Rothschild ou de Charles Schefer pour ce qui est relatif à l’Égypte. La date de 1859 portée sur la page de titre est celle du début d’une aventure éditoriale qui va se poursuivre, selon les termes du prospectus, « indéfiniment »67. Les planches gravées au format folio sont destinées aux industriels et aux écoles faisant œuvre d’enseignement par l’étude de l’ornement « afin de mettre l’art industriel dans la bonne voie »68. Par leur composition, les planches qui sont d’une qualité très inégale tant dans le dessin que la gravure – la plupart portent la mention A. de Beaumont inc., quelques autres E. Collinot inc. –, illustrent le propos d’Adalbert de Beaumont qui est de fournir des modèles d’ornements. Si treize des planches légendées Le Caire offrent le relevé d’un élément architectonique ou décoratif ou calligraphique identifiable, les autres sont des planches d’analogies – par exemple les séries de lambrequins (fig. 12), de couronnements de dômes, de minarets, de grilles ou les arcs de balustrade, balcon, niche, armoire, fontaine – ou de modèles dont la fonction est explicitée par la légende, comme la planche 72 (Intérieur de cour au Kaire. Nous publions ce dessin : 1° Pour les moucharaby ou cages en bois qui ferment l’ouverture des fenêtres. 2° Pour la disposition du treillage qui, appliqué aux jardins de Paris, permettrait de s’isoler des maisons voisines), la planche 109 (Rosaces pour plafond, marqueterie, orfèvrerie, gravures de plateau, de vases, de coffres, broderies, de coussins etc.) ou encore la planche légendée Couronnements de portes, de murs et de grilles. Peut servir aussi pour des frises peintes ou sculptées, des dessus de glace, des broderies, passementeries etc.

12. « Pendentifs en bois découpé ou en zinc pour garniture de toits, de balcons et de moucharaby ».

12. « Pendentifs en bois découpé ou en zinc pour garniture de toits, de balcons et de moucharaby ».

Source : Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 39 reprise dans Ornements arabes, pl. 18. Paris (France), Bibliothèque nationale de France.

  • 69  Rémy Labrusse, « Face au chaos : grammaires de l’ornement », Perspective, 2010/2011, 1, p. 102-103

37À travers ces exemples, l’artiste s’imprégnait du principe modulaire et sériel qui tapissait tous les supports pour bientôt les décontextualiser. Cette source féconde pouvait s’appliquer à la modernité69.

  • 70  Sur Eugène-Victor Collinot (1824-1889), voir la notice de Chantal Bouchon dans Rémy Labrusse (dir. (...)
  • 71  Chantal Bouchon, op. cit. (note 10), p. 245-246.
  • 72  Adalbert de Beaumont et Eugène Collinot, Ornements arabes : Recueil de dessins pour l’art et l’ind (...)

38La réédition posthume, par Eugène Collinot70, du Recueil devenu Encyclopédie des arts décoratifs de l’Orient qui parut de 1880 à 1883 en six volumes avec des planches maintenant chromolithographiées (fig. 13-15), s’enrichit d’une classification par grandes aires géographico-culturelles71 et les dessins du Recueil relatifs aux éléments architectoniques ou décoratifs relevés au Caire ou à des objets provenant du Caire sont classés dans les Ornements arabes72.

13. Côté opposé au sanctuaire de la Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri].

13. Côté opposé au sanctuaire de la Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri].

Source : Le Caire, 1844, graphite, aquarelle sur papier. Paris (France), musée des Arts décoratifs (4468 11a).

14. Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri], Le Caire, 1844, reprise dans le Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 212.

14. Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri], Le Caire, 1844, reprise dans le Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 212.

Source : Paris, BnF.

15. Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri], Le Caire, 1844, reproduite dans Ornements arabes, 1883, pl. 24.

15. Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri], Le Caire, 1844, reproduite dans Ornements arabes, 1883, pl. 24.

Source : Paris, BnF.

L’Orient et les arts industriels

  • 73  Geneviève Bresc-Bautier, « Laborde, Léon-Emmanuel-Simon-Joseph (vicomte, comte puis marquis de) », (...)
  • 74  Léon de Laborde, « L’Orient et le Moyen-Âge », La France littéraire, 1833, octobre-novembre, p. 6, (...)

39Les travaux menés par Adalbert de Beaumont dans les dix dernières années de sa vie sont indissociables des réflexions sur les arts industriels du comte Léon de Laborde73, futur directeur des archives de l’Empire, qui avait voyagé en Orient, et en particulier au Caire74. Le représentant de la France à l’Exposition universelle londonienne de 1851 convoque les expériences de ses séjours en Orient pour établir son Rapport :

  • 75  Id., De l’union des arts et de l’industrie. t. 1 : Le Passé, t. 2 : L’Avenir, Paris : Imprimerie i (...)

« J’ai appelé à mon aide les souvenirs de mes voyages et les collections que, en dehors de l’Exposition, Londres offrait à la curiosité des étrangers75. »

  • 76 Id., op. cit.(note 75), t. 2, p. 229.

40Dans ses projets de réorganisation de l’administration des arts, il prônait l’enseignement du dessin, question qui fut récurrente tout au long de la seconde moitié du siècle, avec un chapitre « sur l’enseignement du dessin aux apprentis et aux ouvriers, l’industrie formant ses artistes elle-même »76. Est-ce que le rapport ne vint pas, sur ce sujet, rencontrer le but du Recueil et les réflexions sur les manufactures de Sèvres et des Gobelins ? Adalbert de Beaumont fit une critique de ce Rapport et exprima un désaccord relatif à la définition du style arabe ou à la conception de l’art gothique, mais il partageait le point de vue exprimé sur

  • 77  Adalbert de Beaumont, « De l’Union des arts et de l’industrie », L’Illustration, t. 29, 1857, n° 7 (...)

« la recherche du beau dont vivent les sociétés d’Orient où l’on ne trouve pas un objet de l’industrie la plus usuelle qui ne soit un emprunt d’un sentiment si vrai, si fin de la nature appliquée à l’usage77. »

41À partir de ses milliers de dessins dans lesquels il puisa, Adalbert de Beaumont poursuivit sa réflexion sur les arts industriels, en particulier pour les manufactures des Gobelins et de Sèvres, vers 1857, pour aboutir à la rédaction des deux articles de la Revue des Deux Mondes en 1861 et 1862, époque où bon nombre d’eaux fortes pour le Recueil, que Jules Laurens qualifia de « véritable dictionnaire d’ornementation orientale », parurent dans le but d’être utile à l’industrie française fourvoyée. Les écrits d’Adalbert de Beaumont eurent un certain impact grâce aux relations brillantes qui lui firent côtoyer le milieu impérial. Son ambition était de relever l’art industriel par la transformation des manufactures de l’État à mettre entre les mains d’une direction artistique plus ouverte à l’Orient, où les artistes

  • 78  Revue des Deux Mondes, n° 39, 1862, p. 947 et 949.

« ont dans l’œil la géométrie des choses et savent en tirer le parti voulu. Un oiseau, une plante restent ainsi plante et oiseau tout en devenant ornement », ou « les lignes de ces arabesques, dans leurs savants méandres, composent parfois des dessins aussi bien applicables à l’architecture et à la peinture qu’à la broderie78. »

  • 79  Paris, Archives du Louvre et des musées nationaux, Z 61, Paris, dossier Union centrale des Beaux-a (...)

42Dès 1858, il s’impliqua dans la Commission de la Société du Progrès de l’Art industriel. La stimulation de l’art dans l’œuvre industrielle se révéla lors d’une exposition qui se tint au Palais des Champs-Élysées en 1861. L’association de l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’industrie, créée en 1863 par Ernest Guichard, et sous la protection du comte de Nieuwerkerke, fit la promotion de l’enseignement du dessin, moyen pour assurer la propriété des industries79.

  • 80  Sur l’activité de céramistes d’A. de Beaumont et d’E. Collinot, voir Chantal Bouchon, op. cit. (no (...)
  • 81  Adalbert de Beaumont, « Arts industriels en France et l’Exposition de 1863 », Revue des Deux Monde (...)
  • 82  Il signale la collection du docteur Meymarie, au Caire, dont les objets proviennent de la mosquée (...)

43La fabrique de céramique créée par Adalbert de Beaumont, à l’origine dans le jardin du Palazzo Persico à Boulogne-sur-Seine, sous la raison commerciale de son fidèle ami Eugène Victor Collinot80, et qui s’était spécialisée dans la technique des émaux cernés, était un des fruits de sa réflexion. Elle lui permit de mettre en application ses idées en privilégiant l’émail en relief, c’est à dire, favoriser la couleur franche au détriment du modelé où « Égypte, Inde, Japon et Chine fournissent les modèles.., la Perse servant de modèles pour la décoration céramique monumentale81. » Ce professionnalisme l’entraîna à concourir dans les expositions du Palais de l’industrie et à l’Exposition universelle de 1867 qu’il visita en rendant compte « du caravansérail des nations82 ».

  • 83  Adalbert de Beaumont partage le point de vue de Prisse d’Avennes quant à l’arabesque. Voir le para (...)

44L’étape du Caire fut essentielle pour l’expérience du voyageur Adalbert de Beaumont. Il découvrit par le dessin un répertoire formel et décoratif qui reflétait différentes cultures, favorisant paradoxalement un regard décentré d’une autre source, la référence antique. Le laboratoire qu’est la nature, au travers du coquillage ou de la fleur, joua un rôle fondamental dans la régénérescence de l’entrelacs et de l’arabesque « qui ne représentant rien de spécial peuvent s’appliquer à tout83 ». Par son rôle dans le discours sur l’ornement, l’artiste participa concrètement au renouveau esthétique du milieu du xixesiècle dans une forme de vulgarisation de la connaissance liée à la création, essentiellement au travers des arts du feu, réservée plutôt à une élite.

Notes

1  Adolphe Joanne, Voyage en Égypte et en Grèce, Ixelles-lez-Bruxelles : Delevingue et Callewaert, 1850, p. 66, qui reprend intégralement le texte publié dans Voyage illustré dans les cinq parties du monde en 1846, 1847, 1848, 1849, Paris : L’Illustration (s.d.). Il est à noter que les diverses citations empruntées à Adalbert de Beaumont dans cet ouvrage renvoient à une source qui n’a pas été identifiée ; Adalbert de Beaumont a séjourné au Caire en 1843-1844 d’après ses dessins, peut-être en 1834-1835 aussi.

2  Description de l’Égypte. État moderne, tome second, IIe partie, Description abrégée de la ville et de la citadelle du Kaire, suivie de l’explication du plan de cette ville et de ses environs, et contenant des renseignements sur sa distribution, ses monumens, sa population, son commerce et son industrie, p. 581-584. Si Edme Jomard et Adalbert de Beaumont s’accordaient sur le nombre de mosquées, grandes ou petites, et sur celui des portes de ville, le reste diffère (Jomard recensait 53 quartiers, 4 places, 22 jardins principaux, 56 marchés, 31 bains principaux, 34 citernes principales, une vingtaine de ponts). Le Genevois Charles Didier (1805-1864), qui arriva au Caire en septembre 1853, donnait au chapitre III de son ouvrage Les Nuits du Caire (Paris : Hachette, 1860), le titre d’« Une page de statistique ». L’énumération qui y est faite s’achève par ces phrases non dénuées d’ironie : « Je demande grâce pour les trois pages qui précèdent et pour leur fastidieuse aridité ; mais les statisticiens n’ont jamais assez de chiffres, et j’ai voulu faire quelque chose pour eux. Il faut bien que tout le monde vive ».

3  Charles Blanc, Grammaire des arts du dessin : architecture, sculpture, peinture…Paris : Vve J. Renouard, 1867, p. 613.

4  En 1820, Marc-Antoine de Beaumont, était dit « demeurant à Paris en son hôtel, rue de Monsieur, Faubourg St Germain, n° 6 ». Voir : http://www.souvenir-davout.com/spip.php?article46 (consulté le 22 mars 2011). Quant à la mère d’Adalbert de Beaumont, devenue veuve en 1830, elle résida 3, place du palais Bourbon, toujours dans ce quartier aristocratique de Paris. Sur l’histoire de la lignée, voir l’ouvrage de Jacques de Beaumont, Notice historique et généalogique sur la maison Bonnin de la Bonninière de Beaumont, marquis et comtes de Beaumont, marquis de la Chartre sur Loir, seigneurs Des Chastelliers, Beauvais, Le Fresne, Savary, Rezé, Rortre, Fontenay, Beaumont la Ronce…, pairs de France…, Tours : A. Mame, 1897, 146 p. et celui du Comte Charles de Beaumont, La maison Bonnin de la Bonninière de Beaumont, Vendôme : H. Chartier, 1907. La date de naissance exacte de Marc Adalbert de Beaumont ne se trouve que dans ce dernier ouvrage (p. 65). Adalbert de Beaumont, chevalier de la Légion d’honneur, mourut le 28 avril 1869 à Boulogne-sur-Seine (ou encore « au Parc-des-Princes (Seine) »).

5  Jules Quicherat, compte rendu d’Adalbert de Beaumont, Recherches sur l’origine du blason, et en particulier sur la fleur de lis, Paris : Leleux, 1853, 1854, p. 384-386 (Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 15).

6  Journal de Eugène Delacroix, Paris : Plon-Nourrit, 1893-1895, tome 3, 1855-1863, p. 5.

7  Paris, musée des Art décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4458 à 4482, soit un corpus de quelque 59 dessins et aquarelles consacrés à l’Égypte sur les trois cent onze œuvres graphiques de Beaumont dans les collections du musée. Ces œuvres ont été données pour sept d’entre elles (inv. 979-985) en 1883 au musée des Arts décoratifs, puis passées à la bibliothèque en 1894, par Jeanne Elisabeth Marie de La Croix de Castries, comtesse de Beaumont (1843-1891), en mémoire de son cousin par alliance, Adalbert de Beaumont. Le reste, trois albums de dessins et d’aquarelles, fut donné en 1905 par Louise Adèle Mahot (1817-1909), épouse Collinot, veuve d’Eugène Victor Collinot (1824-1889), céramiste collaborateur et ami d’A. de Beaumont. Les deux ensembles furent réunis au musée lors de la création du cabinet des Arts graphiques en 1974.

8  Adalbert de Beaumont, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Partie II. L’architecture moderne en Perse (1) », Revue des Deux Mondes, n° 65, 1866, sept-oct, livraison du 15 octobre, p. 982.

9  Pour la bibliographie relative à A. de Beaumont, voir Chantal Bouchon, « Adalbert de Beaumont (Paris 1809-Boulogne 1869), du cap Nord à l’aventure céramique », Sèvres, 12, 2003, p. 33-43 ; Id., « Voyage, ornement, industrie : Adalbert de Beaumont saisi par l’Orient », in Rémy Labrusse (dir.), Purs décors ? Arts de l’Islam, regards du xixe siècle, Paris : Les Arts décoratifs/Musée du Louvre, 2007, p. 242-255.

10  Sur Joseph-Philibert Girault de Prangey, voir Joseph-Philibert Girault de Prangey, Monuments arabes d’Égypte, de Syrie et d’Asie-Mineure dessinés et mesurés de 1842 à 1845, Paris : chez l’auteur, 1846 ; Charles de Simony (comte), « Une curieuse figure d’artiste. Girault de Prangey 1804-1892 », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1934, p. 55-62). http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5613916m.r=.langFR. Consulté le 30 septembre 2010. Philippe Quettier (dir.), Sur les traces de Girault de Prangey 1804-1892. Dessins - peintures - photographies - études historiques, Langres : Musée de Langres/D. Guéniot, 1998 ; Frédéric Hitzel et Sophie Makariou, « Girault de Prangey Joseph-Philibert (Langres, 1804-Courcelles-Val-d’Esnoms, 1892) », in François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Karthala, 2008, p. 446-448.

11  Gérard de Nerval, Voyage en Orient, Paris : Charpentier, 1851, 3e éd., tome 1.

12  Adalbert de Beaumont, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Partie II. L’architecture moderne en Perse (1) », op. cit. (note 8), p. 990-991.

13  Le croisement de cette information avec d’autres sources contemporaines permet d’identifier ce personnage avec un certain Portier, marchand, naturaliste français, souvent mentionné comme actif à Livourne, et qui entreprit, à la fin de 1843, un voyage aux bords de la mer Rouge dans le but d’étudier les produits de la mer, voyage financé grâce à une souscription faite par plusieurs Européens résidant alors en Égypte. Émile Prisse d’Avennes rapporte dans ses notes (Paris, BnF, MS Nouv. acq. fr. 20420 fol. 65) que Portier, qui avait des « goûts antinaturels » et fréquentait les lieux où se réunissaient les pouchter [sic], fut assassiné à son domicile (vraisemblablement en 1848, selon Victor Lottin de Laval, Voyage dans la Péninsule arabique du Sinaï et l’Égypte moyenne. Histoire, géographie, épigraphie, Paris : Gide et Cie, 1855-1859, p. 265). Nous remercions Mercedes Volait pour l’information trouvée dans les papiers Prisse d’Avennes.

14  « Minaret Ibrahim-Agha comparé à l’astrée polygonale », Recueil de dessins pour l’art et l’industrie (exemplaire de la BnF, département des Estampes et de la Photographie, Paris, 1859, pl. 192-193 ; planches portant la date de dépôt légal 1866), cité dans Adalbert de Beaumont, « Les Arts décoratifs en Orient et en France », op. cit. (note 8), p. 982-983.

15  « La Polynésie », Le Correspondant, 75, 1868, partie 5, p. 137.

16  Adalbert de Beaumont, « Les Arts décoratifs en Orient et en France », op. cit. (note 8), p. 984.

17  Dominique Jacobi (dir.), Pascal Coste, toutes les Égypte, Marseille : Parenthèses/Bibliothèque municipale de Marseille, 1998.

18  Jürgen Eichenauer, Martin Bommas, Friedrich Maximilian Hessemer (1800-1860). Ein Frankfurter Baumeister in Ägypten [Ausstellung : 4-30.12.2001], Francfort-sur-le-Main : Kramer, 2001, 274 p. Voir supra, Maryse Bideault, « "Mein Fritz geht nach Aegypten!" Friedrich Maximilian Hessemer sur les traces de l'arc brisé au Caire », p. 17-40.

19  Théophile Gautier, « Marilhat », Revue des Deux Mondes, n° 23, 1848, 1er juillet, p. 56-75 ; Id., Portraits contemporains, Paris : Charpentier, 1874, p. 239.

20  Adalbert de Beaumont, « Les Arts décoratifs en Orient et en France », op. cit. (note 8), p. 988.

21  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4458.

22  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4459.

23  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4467.

24  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4468, « Côté opposé au sanctuaire de la mosquée El Goury. Le Caire, février 1844 ». Le dessin est repris dans le Recueil de dessins pour l’art et l’industrie (exemplaire de la BnF, 1859, pl. 212 (dépôt légal 1866) et dans Ornements arabes. Recueils de dessins pour l’art et l’industrie, gravés par Eugène Collinot, et Adalbert de Beaumont, Paris : Canson, 1882, pl. 24.

25  Il est probable que le décollage de certaines feuilles encore collées en plein sur un type de papier kraft propre aux Albums Maciet, appartenant alors à la bibliothèque des Arts décoratifs, qui ont abrité jusqu’en 1974 les œuvres graphiques d’A. de Beaumont, révélerait, au dos des pièces, des esquisses et notes intéressantes.

26  Jean Joseph Sulpis (1826-1911), graveur d’architecture qui fut l’élève de Jean-Baptiste Bury et de Traversier, qui grava surtout pour les ouvrages de Jules Gailhabaud entre 1850 et 1858 mais aussi pour l’Encyclopédie d’architecture. Sur Sulpis voir l’article dans Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Leipzig [1907], 1938, vol. 32, p. 287.

27  Cet ouvrage devait être composé de six volumes subdivisés en 300 livraisons. Chaque livraison, au format grand in-4°, était faite de huit pages de texte enrichies de vignettes sur bois, d’une planche gravée sur métal ou lithographiée, et d’une chromolithographie. La planche gravée par Jean Joseph Sulpis (1826-1911) n’est pas listée dans l’annonce des livraisons à venir publiée en quatrième de couverture de la première et unique livraison. Cette épreuve qui est, à l’heure actuelle la seule connue, se trouve dans le fonds Prisse d’Avennes de la Bibliothèque nationale de France (MS Nouv. acq. fr. 20442 (2) –27- VI-3, « Art arabe : Dessins : Monuments non égyptiens, 3 », f. 5). Seule la mention de cette estampe sous le n° 1767 du Salon de 1853 (Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des artistes vivants, exposés aux Menus-Plaisirs le 15 mai 1853, Paris : Vinchon, 1853, p. 296) permet de savoir que cette planche était destinée au Miroir de l’Orient. Nous remercions Maryse Bideault de nous avoir communiqué cette information.

28  Il est à noter que cette planche inédite est à la fois très proche et différente de la planche XIII (Mosquée de Mohammed-ben-Qalaoun, vue du mihrab (xie siècle) gravée par Frédéric Sorrieu dans le volume 1 de l’ouvrage d’Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le viie siècle jusqu’à la fin du xviiie, Paris : J. Savoy & Cie, [1869]-1877 (pour la 1ère édition, tirage de luxe).

29  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4449, 4469, 4470, 4471, 4472, 4473, 4474, 4475, 4476.

30  Adalbert de Beaumont cité dans Adolphe Joanne, op. cit. (note 1), p. 67-68.

31  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4479, CD 4480.

32  Marseille, Bibliothèque de Marseille à vocation régionale, L’Alcazar, MS 1310, fol. 42.

33  Adolphe Joanne, Voyage illustré dans les cinq parties du monde, op. cit. (note 1), p. 231 et gravures par M. Freeman d’après A. de Beaumont, p. 200-201, n° 324-325.

34 The Florist, fruitist, and garden miscellany, vol.12, 1859, p. 260.

35  Georges Ville (1824-1897), botaniste, professeur au Muséum d’histoire naturelle, se rendit en Égypte en 1864 pour diriger les cultures de propriétés khédiviales. Les deux hommes se fréquentèrent au moins à partir des années 1855. Une correspondance d’A. de Beaumont avec G. Ville est conservée dans : Paris, Archives MNHN, Ms 2642, pièces 1-201, Correspondance Ville. N° 35 : il évoque les travaux qu’il menait pour son Recueil, en cours d’élaboration : « Je suis dans le coup de feu de nos arrangements arabo=turco=Persico=Chimico=Indousta nico=fantasmagniki,….Adio Salam alek we barakat alla !.. ».

36  Adalbert de Beaumont, « Les arts décoratifs en Orient et en France. Sèvres », Revue des Deux Mondes, n° 39, juin 1862, p. 832, note 1. Voir Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 6565 A [Deux personnages en costume traditionnel].

37  « Ayant rencontré près de chez moi un de ces hommes dont les haillons bizarres et l’atroce figure composaient un tout fort laid, mais certainement fort pittoresque, je le fis entrer afin d’en prendre un croquis. Il portait sur son dos un sac rempli de serpents qu’il déposa à terre ; puis, ayant fait entendre un léger sifflement, cinq ou six de ces animaux s’élancèrent du sac et se dressèrent autour de lui », dans Adolphe Joanne, op. cit. (note 1), p. 80.

38  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4481. Voir Rémy Labrusse (dir.), op. cit. (note 9), p. 345, cat. 247, reprod.

39  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 6565n.

40  Voir le prospectus inséré dans la première et unique livraison du Miroir de l’Orient ou tableau historique des croyances, mœurs, usages, sciences et arts de l’Orient musulman et chrétien.

41  Sur Prisse d’Avennes voir Marie-Laure Prévost (dir.), Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (1807- 1879), Paris : BnF, 2011 ; Jean-Marie Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, vol. 1, Paris : Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1932, p. 301-323 ; Mercedes Volait, notice sur Prisse d’Avennes, in Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale (http://www.inha.fr/spip.php?rubrique347 (mis en ligne le 25 mai 2011).

42  Adalbert de Beaumont, Recherches sur l’origine du blason et en particulier sur la fleur de lis, Paris : Leleux, 1853. Dans la table des planches, les figures 1 à 4 de la planche IV sont dites exécutées d’après des dessins originaux de M. Prisse d’Avennes.

43 Ibid., pl. IV, p. 9, fig. 1-4. Prisse émit des réserves quant à la démarche de Beaumont (voir Émile Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire, Paris, [réed. L’Aventurine, 2002], p. 80 : « Quant à la fleur de lys, que M. de Beaumont a cru retrouver partout en Orient, nous n’en dirons qu’un seul mot : …nous n’avons cru la reconnaître qu’une seule fois, dans une mosaïque où se trouvait un fleuron (fig. 4-5) ».

44  Emmanuel Hecre, Les Orients de Charles Cournault, Malzéville : Éd. Serge Domini, 2004, p. 195. Beaumont mentionne un dessin provenant de Prisse dans le Recueil, 1859, pl. 178, « dessin du quart d’un des deux panneaux de la porte en érable sculpté de l’église de la Vierge, édifiée par sainte Hélène au Vieux Caire », Ornements arabes, 1883, pl. 15.

45  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 4421. Il existe dans ce même ensemble d’œuvres graphiques, une autre aquarelle d’un intérieur de maison cairote (CD 4464). Il est toutefois impossible d’affirmer qu‘il s’agit de la même demeure.

46  Daniel Lançon, L’Égypte littéraire de 1776 à 1882. Destin des antiquités et aménité des rencontres, Paris : Geuthner, 2007.

47  Le géographe genevois Paul Chaix (1808-1901) rapportait dans ses Lettres écrites sur les bords du Nil (publiées tout d’abord dans la Bibliothèque universelle de Genève et archives des sciences, 1847, vol. 6, p. 523) : « Enfin, le nombre des étrangers fixés au Caire, et la nature relevée des goûts de la plupart, ont permis la formation d’une Association littéraire égyptienne, anglaise principalement, et dont l’accès est une bonne fortune pour le voyageur qui peut y être introduit ».

48  Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 6565 p. « Une cange contient deux chambres, élégamment peintes et dorées à l’intérieur, avec des fenêtres grillées donnant sur le fleuve, et encadrant agréablement le double paysage des rives ; des corbeilles de fleurs, des arabesques compliquées décorent les panneaux ; deux coffres de bois bordent chaque chambre, et permettent, le jour, de s’asseoir les jambes croisées, la nuit, de s’étendre sur des nattes ou des coussins. » (Gérard de Nerval, Voyage en Orient, op. cit. (note 11), p. 258).

49  Voir la note 24.

50  La première de ces contributions est consacrée aux « Méchitaristes. Notice sur le couvent des Arméniens à Venise et à Paris », Revue orientale et algérienne, n°1, 1852/1, janvier, p. 71-84 ; la seconde à la « Restauration de Sainte-Sophie de Constantinople. Découverte des anciennes mosaïques », ibid. 1852/2, p. 160-175 ; la troisième, « Voyage en Asie Mineure. Brousse » paraît sous forme de trois articles (ibid., 1852/4, avril, p. 478- 492 ; 2, 1853/1, mai, p. 65-85 et ibid. p. 320-349).

51  Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44).

52  Ibid., p. 104-133.

53  Lettre adressée par A. de Beaumont à Ch. Cournault en octobre 1861, dans ibid., p. 168.

54  Chantal Bouchon, op. cit. (note 9).

55  Émile Prisse d’Avennes, op. cit. (note 28).

56  Alexis Soltykoff publia Voyages dans l’Inde, Paris : L. Cumer, 1851 et Voyage en Perse, Paris : L. Cumer et V. Lecou, 1851. L’exceptionnelle collection qu’il avait constituée fut dispersée à Paris en plusieurs vacations du 8 avril au 1er mai 1861.

57  Voir Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44), p. 140-141.

58  Lettre 21 juin 1863 signée Adalbert de Beaumont, adressée à « Mon cher et excellent directeur... Et sur ce je termine à la manière arabe par l’Essalam Alek we barakat Alla… » (Paris, Archives du Louvre et des musées nationaux, Z 61).

59  Jean-Noël Marchandiau, L’Illustration 1843/1944. Vie et mort d’un journal, Paris : Privat, 1987, p. 30-31.

60  Adalbert de Beaumont, « De la magie et du magnétisme en Orient. Dessins de MM. Cournault et Adalbert de Beaumont », L’Illustration, t. XI, 1848, n° 262, 4 mars, p. 11-15, reprod. p. 15. Le dessin au crayon sur calque est conservé à Paris, musée des Arts décoratifs, cabinet des Arts graphiques, CD 6566 D. Dans cet article, Beaumont, dont l’attrait pour le magnétisme est connu, cite une publication de Léon de Laborde : Recherches sur ce qu’il s’est conservé dans l’Égypte moderne de la science des anciens magiciens, Paris : J. Renouard, 1841. Cette même illustration est publiée concomitamment dans Adolphe Joanne, Voyage illustré dans les cinq parties du monde… op. cit. (note 1), p. 205, gravure n° 332.

61  Adalbert de Beaumont, « El Tennour », L’Illustration, t. XIX, 1852, n° 464, 24 janvier, p. 61-62. Il existe un dessin de cet objet par Charles Cournault précisant que son ami l’a acheté à Venise en 1845 (voir Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44), p. 147) et Rémy Labrusse (dir.), op. cit. (note 9), p. 224, fig. 4, reprod.

62  Adalbert de Beaumont, Recherches sur l’origine du blason…, op. cit. (note 42), p. 2-5.

63  Ibid., p. 7-8.

64  Ibid., p. 17. Voir supra pour sa fréquentation du Jardin des plantes.

65  Jules Quicherat, op. cit. (note 5).

66  Jules Laurens (1825-1901) peintre, élève de Paul Delaroche, qui, après son échec au concours du Prix de Rome en 1845, partit en voyage en Orient en compagnie du géographe Xavier Hommaire de Hell. C’est un véritable périple qu’ils vécurent ensemble en parcourant la Grèce, la Moldavie, l’Anatolie et la Perse pendant plus de trois ans. Jules Laurens en rapporta plus d’un millier de croquis et les notes de voyage de son compagnon qui mourut à Ispahan (Iran) avant son retour. Voir Dictionnaire des orientalistes de langue française, op. cit. (note 10), p. 570.

67  Ceci est confirmé par l’exemplaire de la BnF qui porte la mention du dépôt légal 2558, 1873 (Pl. 248 : Lampe en verre émaillé d’une mosquée du Caire, 12e siècle, collection Sheffer signé b.g. A de Beaumont inc, b.d.impr. Lemercier) ; or elle a dû être copiée en 1863 (voir Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44), p. 175). Selon une lettre d’A. de Beaumont adressée à C. Cournault : « J’ai vu chez [Charles-Henri-Auguste] Schefer l’interprète de l’Empereur la plus belle collection d’objets d’Orient en tous genres ! Plats en faïence de Perse, vases en cuivre, lampes en verre, en métal etc. C’est du plus haut intérêt, et j’espère bien y travailler ; du moins il me l’a offert, il est vrai, sur ma demande… » La planche 58 reproduit aussi une lampe de mosquée appartenant, elle, à la collection A. de Rothschild, planche portant 1862 comme date de dépôt légal, voir aussi : Emmanuel Hecre, op. cit. (note 44), reprod. p. 169 et p. 174.

68  [Prospectus] du Recueil de dessins pour l’art et l’industrie par Adalbert de Beaumont et E. Collinot. (coll. part.). Elles sont tirées en taille-douce par l’éditeur Rapilly bientôt relayé par l’imprimerie Delâtre puis par l’imprimerie Lemercier. Paris, Archives du Louvre et des musées nationaux, Lettre d’A. de Beaumont au comte de Nieuwerkerke datée de 1859 : « Agréez comme œuvre qui n’a d’autre prétention que celle d’être utile à notre industrie fourvoyée. Je publie (ad vitam) 3 planches par mois. Rien n’est composé ; je ne fais que reproduire exactement ce qui m’a paru beau de par le monde… »

69  Rémy Labrusse, « Face au chaos : grammaires de l’ornement », Perspective, 2010/2011, 1, p. 102-103.

70  Sur Eugène-Victor Collinot (1824-1889), voir la notice de Chantal Bouchon dans Rémy Labrusse (dir.), op. cit. (note 9), p. 312.

71  Chantal Bouchon, op. cit. (note 10), p. 245-246.

72  Adalbert de Beaumont et Eugène Collinot, Ornements arabes : Recueil de dessins pour l’art et l’industrie, Paris : Canson, 1883. On trouve dans cette publication une planche inédite (pl. 26) qui ne se trouve pas dans le Recueil entrepris en 1859. Quoique d’un dessin plus que malhabile et d’une mise en couleurs négligée, on peut toutefois reconnaître dans ce portail celui de l’okel de Qâytbây (n° 75 du Comité de conservation des monuments de l’art arabe).

73  Geneviève Bresc-Bautier, « Laborde, Léon-Emmanuel-Simon-Joseph (vicomte, comte puis marquis de) », in Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale (http://www.inha.fr/spip.php?rubrique347 (consulté le 4 avril 2011).

74  Léon de Laborde, « L’Orient et le Moyen-Âge », La France littéraire, 1833, octobre-novembre, p. 6, note 1. A. de Beaumont avait cité L. de Laborde en référence dans son article relatif à la magie en Orient : « Recherches sur la magie égyptienne », L’Illustration, t. XI, 1848, n° 262, 4 mars, p. 14.

75  Id., De l’union des arts et de l’industrie. t. 1 : Le Passé, t. 2 : L’Avenir, Paris : Imprimerie impériale, 1856, 1, p. 241.

76 Id., op. cit.(note 75), t. 2, p. 229.

77  Adalbert de Beaumont, « De l’Union des arts et de l’industrie », L’Illustration, t. 29, 1857, n° 738, 18 avril, p. 246-247.

78  Revue des Deux Mondes, n° 39, 1862, p. 947 et 949.

79  Paris, Archives du Louvre et des musées nationaux, Z 61, Paris, dossier Union centrale des Beaux-arts appliqués à l’industrie, 1864.

80  Sur l’activité de céramistes d’A. de Beaumont et d’E. Collinot, voir Chantal Bouchon, op. cit. (note 9). Voir aussi la notice consacrée à Collinot et Cie dans Florence Slitine, Sèvres, Boulogne-Billancourt. La céramique indépendante, Luxembourg : Argusvalentines, 2007, p. 74-77.

81  Adalbert de Beaumont, « Arts industriels en France et l’Exposition de 1863 », Revue des Deux Mondes, n° 47, 1863, p. 1000. Charles Blanc qui, ayant voyagé en Égypte, eut un rôle important dans le développement de la décoration musulmane, souligna le rôle pionnier de Beaumont relatif aux lois de la couleur. Voir Charles Blanc, Grammaire des arts du dessin, Paris : Ensba, 2000, p. 539.

82  Il signale la collection du docteur Meymarie, au Caire, dont les objets proviennent de la mosquée Ibn Tulun. Voir « Les arts décoratifs en Orient et en France. Une visite en Orient à l’Exposition universelle », Revue des Deux Mondes, n° 72, 1867, 1er novembre, p. 143, et Mercedes Volait, Fous du Caire, excentriques, architectes et amateurs d’art en Égypte, 1863-1914, Montpellier : L’Archange Minotaure/CNRS/INHA, 2009, p. 198.

83  Adalbert de Beaumont partage le point de vue de Prisse d’Avennes quant à l’arabesque. Voir le paragraphe « Ornementation », dans Prisse d’Avennes, op. cit. (note 43), p. 238-243.

Table des illustrations

Titre 1. E. Giraud, Adalbert de Beaumont, aquarelle, 1854.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 2. « Minaret d'Ibrahim-Agha comparé à l'astrée polygonale [madrépore].
Crédits Source : Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 192. Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 3. « Frises, cordons et pendentifs cristalliformes persans et arabes.
Crédits Source : Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 193. Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre 4. Grilles de la mosquée Mahmoud Gaouly [mosquée Salar et Sangar al-Gawli], Caire, mars 1844, graphite, aquarelle sur papier ; repris dans le Recueil, pl. 17 et Ornements arabes, 1882, pl. 7.
Crédits Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (4552).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 5. Mosquée Khayd Bey [Qaytbay] (Tombeaux des Califes) Le Caire, graphite; aquarelle sur papier, 1843.
Crédits Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (4458).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 6. Jean-Joseph Sulpis d'après Adalbert de Beaumont, Mihrâb et minbar, du Zâwieh d'Ahmed, près de la Mosquée du Sultan El-Mansoûr Kalâoûn [Qalawun], au Kaire.
Crédits Source : Paris (France), Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre 7. Kaire tombeaux des Kalif… [sic], graphite sur papier calque.
Crédits Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (4474).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 8. Birket-el-Fil [Birkat al-Fil] (lac de l'Hippopotame), au Caire, par M. Freeman, d'après M. Adalbert de Beaumont.
Crédits Source : Estampe parue dans Voyage dans les cinq parties du monde, p. 200, gravure n°324.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 9. Intérieur d'un café au Caire, les Berbères, graphite, aquarelle sur papier.
Crédits   Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (6565i).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 10. Intérieur de barque sur le Nil, 1843, graphite, aquarelle sur papier.
Crédits Source : Paris (France), musée des Arts décoratifs (6565p).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 11. Gaëdi (psylle égyptien), charmeur de serpents, au Kaire, estampe signée H. Valentin.
Crédits Source : d’après A. de Beaumont, parue dans Voyage dans les cinq parties du monde, p. 205, gravure n°332.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre 12. « Pendentifs en bois découpé ou en zinc pour garniture de toits, de balcons et de moucharaby ».
Crédits Source : Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 39 reprise dans Ornements arabes, pl. 18. Paris (France), Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 13. Côté opposé au sanctuaire de la Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri].
Crédits Source : Le Caire, 1844, graphite, aquarelle sur papier. Paris (France), musée des Arts décoratifs (4468 11a).
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 14. Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri], Le Caire, 1844, reprise dans le Recueil de dessins pour l'art et l'industrie, 1859, pl. 212.
Crédits Source : Paris, BnF.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre 15. Mosquée el-Ghoury [al-Ghawri], Le Caire, 1844, reproduite dans Ornements arabes, 1883, pl. 24.
Crédits Source : Paris, BnF.
URL http://journals.openedition.org/inha/docannexe/image/4893/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 772k

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Bouchon, « Astrées polygonales, galérites pyramidales, sycomores « arrondis comme des dômes », palmiers « élancés comme des minarets » : Le Caire d’Adalbert de Beaumont », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D’une rive l'autre »), 2013, p. 245-274.

Référence électronique

Chantal Bouchon, « Astrées polygonales, galérites pyramidales, sycomores « arrondis comme des dômes », palmiers « élancés comme des minarets » : Le Caire d’Adalbert de Beaumont », in Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, Picard (« Collection D’une rive l'autre »), 2013, [En ligne], mis en ligne le 02 février 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/inha/4893

Auteur

Chantal Bouchon

Conservateur honoraire, responsable du département des Arts graphiques, musée des Arts décoratifs, Paris.

Droits d’auteur

Tous droits réservés