Navigation – Plan du site
L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources - Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.)
Un art par le peuple et pour le peuple ?

Jean Lahor [pseud. de Henri Cazalis], L’Art pour le peuple à défaut de l’art par le peuple, 1902

Texte intégral

Introduction par Catherine Méneux

Médecin et poète parnassien proche de Stéphane Mallarmé, Jean Lahor, alias Henri Cazalis (1840-1909) se fait d’abord reconnaître sur la scène artistique pour son prosélytisme en faveur des idées de William Morris. En 1901, il exprime plus clairement son désir de réformes lorsqu’il publie un ouvrage dressant un bilan de l’Art Nouveau au lendemain de l’Exposition universelle (LAHOR 1901). Soucieux d’améliorer les conditions de vie des plus défavorisés, il plaide pour un art sobre et rénové qui viendrait embellir tant l’usine, la rue et les lieux publics que le logement et la décoration des espaces privés (Pallini Strohm 2014). En 1902, Lahor reprend sa croisade dans une nouvelle brochure au titre sans équivoque : L’art pour le peuple à défaut de l’art par le peuple. De fait, se distinguant de William Morris, il ne croit pas à une modernité artistique qui émanerait du peuple puisque, à ses yeux, la société post-révolutionnaire a balayé l’art décoratif populaire des anciennes provinces françaises. « Depuis l’avènement de la démocratie, depuis l’affranchissement du peuple », l’architecture et la décoration françaises auraient sombré dans un « mauvais goût presque barbare », matérialisé par une « camelote fabriquée et écoulée en grand » par les industriels et les marchands. Opposé à la « dangereuse doctrine du socialisme d’Etat » (Lahor 1903, p. 31), partisan de l’initiative individuelle et de l’association privée, Lahor raille les « leaders » socialistes qui ne se préoccupent guère des questions artistiques. L’idéal démocratique et celui d’une « hygiène esthétique » lui permettent alors de justifier son objectif d’une « aristocratie pour tous » et la défense de sa culture. Visant à une production à bon marché, il appelle de ses vœux une utilisation morale de la machine, contrôlée et « purifiée » par l’imposition de modèles de « haute qualité ». En ce sens, il se distingue encore de William Morris qui avait fortement remis en cause les fondements du système capitaliste. Nostalgique de la foi religieuse de l’ancien régime, de ses corporations et de son art décoratif, Lahor propose la mise en place d’un système alternatif de production et de distribution, qui puiserait ses modèles dans les arts populaires du peuple d’antan pour fabriquer un art nouveau accessible dans un réseau autonome de magasins. Enseigné à tous, cet art « pour le peuple », en accord avec les particularismes régionaux, serait alors susceptible d’unifier les citoyens de la nation autour de leurs propres traditions.


***

Jean LAHOR [pseud. de Henri Cazalis], L’art pour le peuple à défaut de l’art par le peuple, Paris, Larousse, 1902. Extraits p. 5-7, 12-16.

1Depuis 1789 bien des choses ont disparu, que nous croyons nécessaires et que nous tentons de restaurer aujourd'hui. Les corporations, dont la Révolution ne voulait plus, renaissent dans les syndicats ouvriers. La province, qui fut sacrifiée à Paris par des Jacobins centralisateurs, autant que le fut jamais Louis XIV, commence à se révolter contre Paris, ou du moins contre une centralisation abusive et funeste, que les chemins de fer ont aggravée encore. Avant la Révolution, l'on trouvait dans nos provinces, comme partout en Europe, avec des poésies, des musiques, des danses, des costumes populaires, un art décoratif populaire, qui quelquefois fut charmant, et quelquefois délicieux : presque tout cela est mort à la Révolution. Depuis l'avènement de la démocratie, depuis l'affranchissement du peuple, il n'est donc plus d'art par le peuple, ni pour lui : et je dis à regret qu'il parait aisément s'en passer.

2On n'ignore pas que le xixe siècle, qui par tant de côtés fut si grand, s'est montré vraiment pitoyable en son architecture et en son mobilier. Pendant toute cette période, ou à peu près, ce fut dans la décoration un mauvais goût presque barbare, qui régna en haut comme en bas. Une réaction contre cette paralysie ou ces aberrations du sens artistique décoratif s'est manifestée depuis quelque temps. Des progrès s'accomplissent, qui sans doute sont mêlés d'égarements, d'erreurs, de départs fous en des directions fausses, progrès très certains cependant, je les reconnais, je les vois, mais en haut seulement ; en bas, c'est toujours même chose ou c'est pire.

3Rien de plus navrant que l'aspect de nos logis et logements d'ouvriers ou d'employés pauvres, que la vue de ce mobilier, de tous ces objets qui leur sont vendus dans les bazars de nos villes ou dans les foires de nos villages. Tout est laid, tout écœure en cette camelote fabriquée et écoulée en grand, au bénéfice de quelques-uns, au détriment de tous, de l'acheteur, comme de la petite industrie et du petit commerce.

4En un mot, l'art, en ses manifestations les plus modestes n'existe plus pour le peuple, qui vit, végète, croupit en dehors de lui, et j'ajouterai qu'il ne connait plus même ce que ces mots veulent dire : art, goût, beauté, idéal ; de tout cela, réalités ou vanités, il n'a guère souci, et nul de ses leaders ne l'est venu rappeler encore à cette dignité conférée après tout par la distinction qu'un esprit, ne disons pas bien né, disons bien doué, doit savoir établir entre ce qui est beau et ce qui ne l'est pas ; entre ce qui est élégant ou charmant et ce qui est vil.

5Mais l'art, mais le beau, mais le charme de l'élégance et du beau sont cependant nécessaires à tous, et une démocratie a-t-elle une autre raison d'être que la reconnaissance de ces nécessités supérieures, que dès lors il lui faut satisfaire, non moins que d'autres ? Toute démocratie qui ne tend pas à réaliser l'aristocratie pour tous, c'est-à-dire à distribuer à tous, dans la limite du possible, et même si l'on veut de l'impossible, les forces, les vertus, les joies, ou les jouissances (je parle ici des plus hautes), que jalousement autrefois se réservaient seuls quelques-uns, n'a pas mérité sa victoire.

6L'art est pourtant, ainsi que la lumière et l'air et pain quotidien, ou que la science ou la justice, aussi indispensable au peuple qu'il l'est à nous ; et dans notre intérêt, même, dans l'intérêt de que je pourrais appeler l'hygiène esthétique, nous ne devons pas laisser le peuple en ces abominables laideurs, où il semble se complaire, loin de s'en révolter, laideurs, puanteurs créant, entretenant à l'entour de lui une atmosphère malsaine, une sorte de foyer d'infection pour le goût et pour l'art. […]

7Ce fut l'honneur de Ruskin, et après lui de W. Morris, de s'être préoccupés de ces questions en Angleterre. Mais Ruskin, dans l'intérêt de l'art et du peuple, s'attaquait opiniâtrement à la machine : or en cela il avait tort et raison ; raison, et l'on devine pourquoi, la machine, la fabrique étant trop souvent en effet malsaines, funestes ou mortelles au peuple et à l'art ; il avait tort, parce que l'on ne peut cependant opposer une résistance absolue, sans transactions, aux nécessités d'une époque. […]

8Dans la réforme projetée par nous, nous tendrions au contraire à nous accommoder de la fabrique, à la savoir employer, à nous servir d'elle pour lui apprendre à nous servir. Et comme Ruskin cependant, nous encouragerions d'abord et toujours les travaux manuels, les travaux que l'ouvrier, l'artisan peut exécuter chez lui, parfois dans toute la liberté de son intelligence, de sa fantaisie artistique. Donc nous ne condamnerions pas l'usine, comme l'a condamnée Ruskin, en lui refusant toutes les circonstances atténuantes. Mais, par le choix, par la haute qualité des modèles que nous lui imposerions, nous essaierions de purifier et de relever son travail ; nous exigerions qu'il fût moins laid, moins vil, qu'il fût charmant ou beau parfois, et toujours plus sain et plus probe. En réalité, nous ne pouvons résister à l'usine que par l'usine même, elle seule nous permettant d'obtenir dans la production le bon marché, qui est la condition première du succès de notre entreprise. De tout et de partout il faut savoir extraire le bien ; or une habile alchimie avec quelque science et patience le peut faire. Tout vouloir, tout savoir transmuter en quelque chose de supérieur, en quelque chose qui soit bon ou meilleur, qui soit beau ou plus beau, c'est la science et c'est l'art suprêmes, et cela seul, il semble, donne un peu de prix et d'intérêt à la vie.

  • 1  Un Musée à créer : Le musée de la Savoie, Article paru dans L'Avenir d'Aix-les-Bains, le 7 août 19 (...)

9Que faire ? Nous l'avons dit ou indiqué. Il faut éveiller ou réveiller, il faut faire renaître le goût artistique dans la classe populaire ; et pour cela il faut la soustraire tout d'abord à la nocive influence de ces industriels et marchands qui obstinément et si profondément le corrompent ; il faut offrir au peuple ce que de lui-même il savait créer autrefois et qu'il ne saurait recréer aujourd'hui, un mobilier simple et commode et charmant, au prix, bien entendu, auquel il achète les salauderies que l'on sait. En France et ailleurs il est question en ce moment d'ouvrir des magasins d'art populaire. Il va s'en ouvrir à Paris ; il va s'en ouvrir à Genève ; depuis longtemps je les ai demandés. Je crains cependant qu'ils ne s'ouvrent un peu tôt, incomplètement et mal fournis pour la lutte. Il faudrait opérer d'abord un choix très sévère des modèles anciens ou nouveaux, que l'on reproduirait ou que l'on produirait ; il faudrait, parmi les formes simples et les plus heureuses d'autrefois, préparer cette sélection. Que de collections privées, et provinciales on nationales, il importerait donc en premier lieu de visiter et d'étudier ! C'est un peu en vue de cet art populaire à recréer que je proposais la formation en chaque capitale de nos anciennes provinces d'un musée provincial1, comme celui d'Arles, dû à l'initiative de Mistral, et celui de Quimper, musées qui recueilleraient les meubles, les poteries, les ferronneries, les bijoux, les costumes, tout ce qui reste, tout ce qu'on peut réunir encore de la vie du passé provincial on rustique. Certains pays plus que le nôtre ont déjà des musées d'art national ou populaire. […]

  • 2  Parcourant les catalogues d'étrennes envoyés par de grands magasins, je constate qu'ils sont désol (...)

10Donc refaire l'éducation du goût artistique chez le peuple, en travaillant, bien entendu, à refaire également cette éducation dans le pays tout entier2, offrir aux fabricants des modèles très purs, pour remplacer, chasser cette camelote qui partout règne et s'étale : voilà déjà ce que nous voudrions tenter. […]

N.B. : La numérotation originale des notes a été modifiée

Lire le texte original

Notes

1  Un Musée à créer : Le musée de la Savoie, Article paru dans L'Avenir d'Aix-les-Bains, le 7 août 1901.

2  Parcourant les catalogues d'étrennes envoyés par de grands magasins, je constate qu'ils sont désolants, et je vois que le goût des classes dirigeantes, qui du reste ne dirigent rien, est souvent lui-même aussi détestable que celui du peuple.

Pour citer cet article

Référence papier

« Jean Lahor [pseud. de Henri Cazalis], L’Art pour le peuple à défaut de l’art par le peuple, 1902 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014.

Référence électronique

« Jean Lahor [pseud. de Henri Cazalis], L’Art pour le peuple à défaut de l’art par le peuple, 1902 », in Neil McWilliam, Catherine Méneux et Julie Ramos (dir.), L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre. Anthologie de textes sources, INHA (« Sources »), 2014, [En ligne], mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/inha/5969

Droits d’auteur

Tous droits réservés