Navigation – Plan du site
La Collection Cacault. Italie-Nantes, 1810-2010 - Blandine Chavanne, Chantal Georgel et Hélène Rousteau-Chambon (dir.)
Le monde de l'art au temps des Cacault

« Moi je suis un révolutionnaire corrigé » : François Cacault et le marché de l’art à Rome1

Paolo Coen

Texte intégral

Les acteurs du marché de l’art romain à l’époque de Cacault

  • 1 Mes remerciements vont à Chantal Georgel, Philippe Sénéchal et aux organisateurs du colloque de Na (...)
  • 2 Concernant le marché artistique romain, sauf indications contraires, je fais référence à : Coen P. (...)
  • 3 Coen, P., Quadri « da mobilia » e (presunti) capolavori per un pubblico d’alto bordo : Ludovico Mi (...)
  • 4 Coen, P., « I « quadrari » Giovanni Rumi e Giovanni Barbarossa, mercanti d’arte professionisti nel (...)

1Comme on le sait désormais, Rome au xviiie siècle est le siège d’un marché de l’art parmi les plus importants d’Europe2. Le marché de l’art – en particulier celui des tableaux – est pour le voyageur Lalande la troisième force économique de l’État. En son sein travaille un nombre considérable d’agents. La plupart du temps il s’agit de marchands professionnels, c'est-à-dire de personnes qui s’adonnent exclusivement au commerce. Ainsi, Ludovico Mirri a toujours possédé une boutique située rue de la Mercede, à deux pas de la piazza del Popolo, où il vend quelques dizaines de tableaux ainsi que les précieux volumes de ses éditions, depuis Le antiche vestigia delle terme di Tito jusqu’au Museo Pio Clementino3. Quelques professionnels se concentrent exclusivement sur les peintures. Pour cette raison, dans les documents d’époque, ces derniers sont souvent appelés « quadrari » ou « venditori di quadri » et, du moins jusqu’aux années 1720, sont contrôlés par l’Academia di San Luca à laquelle ils versent une taxe tous les ans. Giovanni Barbarossa est l'un de ces « quadrari » ; sa boutique s’ouvre sur la place Santi Apostoli4. Barbarossa, l’un des derniers à payer régulièrement la taxe, jouit de la protection du cardinal camerlingue Silvio Valenti Gonzaga qui, en 1749, le fait nommer « assessore » ou « ispettore » du commissaire aux Antiquités et Beaux-Arts, Ridolfino Venuti : le marchand, chargé de veiller sur les tableaux pour lesquels une licence d’exportation est requise, devient ainsi un personnage clé dans les mécanismes de tutelle des États pontificaux.

2Le marché de l'art est loin de se limiter aux professionnels. Se comptent aussi des marchands non professionnels, c'est-à-dire des personnes qui tirent du commerce des ressources supplémentaires qui s’ajoutent à celles de leur profession principale. Les artistes y jouent un rôle de premier plan, à commencer par le grand Carlo Maratti, actif sur le marché à travers une entreprise à deux têtes, l’une dirigée par lui-même, l’autre par sa compagne Francesca Gommi. La contribution de Maratti à l’histoire du marché romain est difficile à évaluer : on lui est redevable d’avoir créé le prototype de l’artiste-marchand romain du xviiie qui, bien qu’interprété de temps en temps de façons différentes, reste substantiellement valable au moins jusqu’à Gavin Hamilton. Les experts en art, souvent qualifiés depuis Vasari d’ « intendenti », apportent également une forte contribution au marché. Cette catégorie est représentée au plus haut niveau par le cardinal Alessandro Albani : dès le début des années 1720, quand il est entre autres en relation avec le Prince Eugène de Savoie-Soissons, et jusqu’à sa mort, Albani joue un rôle de premier plan sur le marché artistique romain, surtout auprès du public du Royaume-Uni et de la cour des Habsbourg de Vienne. Les intermédiaires du circuit artistique apportent en outre une remarquable impulsion. Dans de nombreux cas, il s’agit de personnalités proches du « fare arte », comme par exemple les encadreurs, les fabricants de couleurs ou les restaurateurs. Bonaventura Benucci, spécialisé dans la restauration des peintures à la fin du xviiie et au début du xIXe siècle, est l’un d’entre eux : de temps en temps, son travail lui offre l’occasion de découvrir quelques toiles de qualité médiocre ou moyenne qu’il expose et vend dans son atelier situé à l’intérieur du couvent de Sant’Andrea delle Fratte, à deux pas de la Piazza di Spagna. Après sa mort, le témoin passe à son fils Filippo, connu aussi comme paysagiste, qui prend les rênes de l’entreprise de son père jusqu’au milieu du xIXesiècle en ouvrant une seconde boutique à Milan.

  • 5 Coen, P., « Vendere e affittare quadri : Giuseppe Sardi, capomastro muratore e mercante d’arte (Ro (...)

3Dans la mouvance considérable des intermédiaires, les maîtres d’ouvrage maçons occupent une place à part entière. Formellement chargés de traduire concrètement les plans de l’architecte, entre autres à travers le choix de la main-d’œuvre, les maîtres d’œuvre contribuent parfois aux choix proprement artistiques ; ceci est d’autant plus vrai quand il s’agit de décorer les parties secondaires d’une église ou d’un palais ou quand les commanditaires laissent les maîtres-maçons assumer eux-mêmes les charges de l’architecte. Par exemple, Giuseppe Sardi, en plus d’être responsable de plusieurs chefs-d’œuvre d’architecture de l’époque – comme par exemple la façade de Santa Maria in Cosmedin –, est très actif dans le marché de l’art. Il possède un stock très fourni, exposé en totalité dans sa grande maison de San Giovanni dei Fiorentini5. Étant donné les sommes en jeu, beaucoup s’adonnent au marché, poussés exclusivement ou prioritairement par des intérêts spéculatifs. De même, s’explique la participation de quelques grands banquiers, comme par exemple Giovanni Torlonia, ultime représentant d’un groupe qui tout au long du xviiie rassemble Girolamo Belloni, Giacomo Antonio del Prato et Francesco Barazzi. Enfin il ne faut pas sous-estimer la participation active d’intermédiaires soit sous la forme de « sensali », soit sous celle d’agents artistiques proprement dits, chargés de repérer les pièces les plus notoires qui sont introduites dans la capitale par quelques grands collectionneurs européens. Entre la fin xviiie et le début xiXe, Friedrich Müller appelé aussi Maler Müller, travaille pour le compte de la cour de Bavière et pour le directeur de la galerie de Munich, Christian von Mannlich, auquel il adresse régulièrement des listes de tableaux en vente à Rome. Son heure de gloire advient en janvier 1805 avec l’arrivée à Rome du jeune prince Louis de Bavière : Müller l’accompagne alors tout au long de son séjour dans la capitale, le conseille dans ses acquisitions et le met en contact avec les plus grands artistes de la ville, dont naturellement le dieu tutélaire, Antonio Canova.

4Les marchands sont bien loin de constituer les seules sources d’approvisionnement pour ceux qui, à Rome, désirent se mettre en quête de tableaux ou de tout autre objet d’art. S’agissant de la production contemporaine, de toute évidence les artistes eux-mêmes sont là, prêts à recevoir des commandes pour des œuvres nouvelles ou pour en vendre d’autres déjà réalisées : selon la tradition, tous les artistes conservent dans leur arrière-boutique un certain nombre de toiles plus ou moins achevées, depuis les simples esquisses jusqu’aux toiles prêtes à être encadrées. Le cas de Pompeo Batoni en dit long sur ces habitudes qui existent depuis la fin du XIVe siècle. Pour le reste, tout le monde semble presque miraculeusement prêt à offrir de l’art en échange d’argent frais. Les épisodes qui voient le marquis Alessandro Capponi acquérir une monnaie antique d’un paysan, ou Goethe négocier des œuvres d’art avec son propre coiffeur relèvent d’une liste extrêmement longue, tirée des sources de l’époque, à commencer par les journaux de voyage et par les livres de comptes.

5Au-delà de ces quelques cas, la cible principale des tractations du secteur privé reste les grandes collections aristocratiques, comme par exemple celle des Barberini ou des Altieri. Au xviiie siècle, en liaison avec la chute des revenus liés à la terre, ces derniers se révèlent souvent prompts à céder les œuvres d’art qui sont en leur possession. On relève aussi la remarquable efficacité du fidéicommis et d’autres règles liées à la protection des œuvres d'art, élaborées depuis le xvie siècle par l’État pontifical et continuellement renforcées tout au long du xviiie siècle. En ce sens, on peut aussi interpréter la cession clandestine faite au duc de Rutland de toute la série des Sept Sacrements de Nicolas Poussin, réalisée pour Cassiano dal Pozzo, et passée ensuite dans la maison Boccapaduli : le responsable de toute l’opération, le marchand écossais James Byres, est contraint de faire exécuter à leur place des copies, substituées ensuite « one by one with the greatest secrecy ». Le curé d’une paroisse ou le prieur d’un monastère peuvent connaître des difficultés et à la fin céder face à une offre consistante, peut-être aussi poussés par le phénomène de la « néophilie », c’est-à-dire par le désir de renouveler les œuvres anciennes en les remplaçant par d’autres à la mode. Dans la première moitié du siècle, les Pères de Santa Maria della Vittoria cèdent ainsi à Lord Burlington la Madonna della Rosa de Domenico Zampieri, dit le Dominiquin.

6À Rome, par ailleurs, les marchés publics proposent une offre assez importante d’œuvres d’art. Presque chaque jour, se tiennent des ventes aux enchères de biens post mortem, dont les cotations semblent très proches des estimations faites dans les inventaires correspondants. Des ventes aux enchères sont ensuite organisées périodiquement par le Mont de Piété et par d’autres institutions de charité comme par exemple l’Hospice de San Michele. Une place est enfin occupée par des loteries assez fréquentes qui au lieu de gains en argent mettent en jeu des tableaux ou d’autres objets d’art. Ces jeux avec lots, régulés par le Trésor Général, présentent parfois des tableaux de grande qualité. Dans le catalogue de la loterie organisée en 1705 par le Monastère Santa Marta paraissent par exemple deux toiles de Luigi Garzi, Apollon et Daphné et Vénus et Adonis : aujourd’hui rassemblées dans la collection de la Banco di Roma, les deux pendants sont alors estimés ensemble cinq cent quatre écus.

Une offre bien organisée

  • 6 Coen, P.« Caravaggio e i suoi nel mercato d’arte romano del XVIIIe secolo », Spezzaferro, L. (dir. (...)

7L’offre de bien est abondante et surtout stratifiée. Au niveau le plus élevé, celui représenté par des œuvres cotées des centaines et parfois des milliers d’écus l’une, se trouvent en premier lieu les maîtres contemporains les plus reconnus, comme par exemple Batoni ou Anton Raphaël Mengs, déjà à l’époque entrés dans l’Olympe. On peut noter toutefois que dans la majorité des cas, les artistes de ce niveau préfèrent, quand cela est possible, travailler sur commande et établir un rapport direct avec la clientèle. Toujours à ce niveau, on trouve les copies « d’auteurs » – de Titien et d’Annibale Carrache réalisées par Carlo Maratti – et enfin les tableaux anciens originaux, ceux qui aujourd’hui sont normalement qualifiés de old masters paintings. Mais, pour atteindre les cimes les plus élevées, il ne suffit pas qu’un tableau soit ancien et en bon état, c'est-à-dire intact ; le marché romain privilégie en fait d’une manière très précise certaines périodes et certains styles. À ce niveau se retrouvent les phares de la haute Renaissance, comme par exemple Titien ou Léonard de Vinci, les grands maniéristes vénitiens de la seconde moitié du Cinquecento, en premier lieu Véronèse, Rubens et son élève Van Dyck pour la peinture flamande, enfin et surtout les représentants du classicisme émiliens et romains depuis Raphaël – et en particulier le Raphaël de la maturité, à partir de 1508 – jusqu’à Carlo Maratti, en passant par Annibale Carracci, Guido Reni et Andrea Sacchi. Le principe de sélection s’appréhende encore mieux quand a contrario on le lit ad excludendum. C’est pourquoi généralement les cotations basses distinguent au xviiie siècle les courants et les peintres alternatifs à ceux déjà mentionnés, comme par exemple les Primitifs, les représentants du Baroque et encore plus Caravage et ses suiveurs. Ce n’est pas par hasard, donc, au moins jusqu’au-delà du milieu du siècle que ceux-ci sont exclus des stocks des marchands de haut niveau ; le cas de Carlo Maratti est à cet égard très révélateur. A l’origine de cette sélection se trouvent des choix opérés à l’intérieur de l’Academia di San Luca : dès 1670, au moment de l’inauguration de son nouveau siège, l’institution romaine a imposé à travers quelques-uns de ses représentants – y compris Giovan Pietro Bellori, Giovanni Battista Passeri, Carlo Maratti, Francesco Cozza et Giuseppe Ghezzi – un virage en faveur du classicisme, destiné à avoir des retombées profondes et immédiates au niveau tant esthétique que proprement mercantile6.

8Les prix moyens, c'est-à-dire compris entre cinq et cinquante écus, distinguent en premier lieu des toiles d’auteurs contemporains de peintures de genre – des spécialistes de paysages ou de spécialistes de nature morte – ou encore des peintres d’histoire de second ordre. Dans la même fourchette de prix se retrouvent de nombreuses œuvres anciennes. Quelques-unes parmi celles-ci, bien que réalisées par des auteurs cotés, sont alors dépréciées à cause de leur mauvais état de conservation ; dans d’autres cas, au moins aussi nombreux, la dépréciation se mesure à la pertinence des œuvres selon les périodes, les écoles ou les auteurs qui – comme on l’a déjà observé – jouissent alors du peu d’enthousiasme critique.

  • 7 Coen, P., « I « quadrari » Giovanni Rumi… », op. cit.

9Il y a enfin une grande quantité d’œuvres de bas niveau à disposition des acquéreurs, c’est-à-dire de pièces évaluées de cinq écus à quelques baïoques. Pour ainsi dire, moins de ce que peut valoir un sac de bonne farine, une tente en bon tissu ou l’ensemble des harnais d’un cheval. Ce véritable océan de peintures à bas coût, représentant aussi le symptôme d’un désir de décoration, est drainé par quelques filons iconographiques porteurs, c'est-à-dire le paysage, la peinture religieuse et les portraiaël notecaeuse eg alt="" ,,e>se eg alt=v/"/> <és, sont aldJpcition, /p> r>(..pre/em>di Spgequiemblenni Barbarossa oe »dans le maro Mirri a toujours > » ;la MercedeGesù d d’ mentst poté pnéral, préscompaé decôt des côt ,ux, la véprcng de="texion e à la pe S de tempsse="Télspar sa csult 1670, aà Romrs. iffire dtantapidres e ce segna. Apue un certain nx anciens oriuvaisaro Mirri a tn cholemenuite Louias niveasir /spaantapidrm>. C’e de tempsse="texass="nu monaSpgelateur. A naphiqées, ilde biChri besoaçadee qualits de toutr 180pable d’av Raphaë joue uqutrès sehute Innot aloXI,ies secondascosségie eopulMoiem> scosss, c très Padou0xvis àmiussi n cécaugurat déjà Quelqoin panitnts du ,lus élevle de tou promptsand écgniPiazéj qualitiéeit05 aveier le paintis, diesquis « Les acheteurs Une offre bien organi

pitali sontvaluai :o écus C ce scgnifinéophres qui sonmentoute les ' de la « néop professionnele de cet de Piété se trouvent des choix opéciaioposent Agrearése spéci par lesituerncrésentles mécanismes dees l’n l’ar le use mme pal tableaet continuellement renforcées tout au long du xvican class="paran,argeour cautv àbreasais Jtairposst. Pns dicollectlà, prtueena San Lucaiért r. S508 istes;">xviii

Il gérainé par de Santa Ma »,m terre, c/ueaet continuellemeaps;">xviii. pita mOxionym lB f=".près Gier/spaanii

r>(birposéjàrtHdes hMontpel/sup>uent dondlicôt majonisaubanuprès cValentiarlo Maar e,lB f=".prvican class="paran,amptsRubens é"titleiarlo Mtitecnt au iazéj qualitlassvirompaoixire c ils Doyenne qfois que commesup>e4meue retrgn >. Mais, pouclieu aus assumer Rapha. Vrchitec, au moins jusqus son m coifpdes n janvier Rubene décorao AlbaniMershew B.prre chamo, cononteilipséleés le monde mentstcas, la ciboyenne q jour ux de voyauiteuvres >. hette de prapitale, le c’originsentéeti rassembsontBatpelé 3">Lesciiis pr,ou Anton Raphaëmber">3

. hev Vasarur cantre cinq es-ci, bri celleÉtson. ORubr du c Louihme fpan ctrouvnditair a. Bonetf sur leens choixbâi. Eq ees SGiobbpo, cons lit xviii su élevé, celui ’agissantali es portraiaël régulièrchandui –e.Rubens emajableand il auvais tionns du secquéreuéscaDé en totav deorplMametot li Corvapproderxs, cle iraca posspisodes i deVrchitec, au moins jusqu FabioBurli,>ex#tocfrt">baïntit artistique appos portraiaviiiuan v spers stcataloles plans d la lres exems chefs-ri, Giovausiootecau="#tocto1n9vier ens et e" dem’a «  » ou « pitali ">Leépos deoe ds rênes pice dOn ronseilclieu auchevaluvludens cottista Pasurli,>lea=rrganist esièco>IXLeévis-ri, Giurli,dans le maro s portraiaël ar exeeentnté pnnaturupon,s sourceune manhdes hest-às rênes,ompte de >efruarché rodes estn ldi San Le décoras des centaines etnnSi d égens litn’artou AntonjusquprendcaAgoge eGiovs resprès PlacssanCo céxemp « LtioRupolo, le="Tum tti àeeLtioArôleoe grasu’au Museo Pio Clementinorentuumber">4t alo-à-dire co mentaint bie>XIVes es portraia,handui –e. istes;" anciens orisac deneand il au Antonré repecontrôlé esfoa pannes quileganhdese lesnt natseand ipor nfin ointendentime ronWirs lup>e

sits choix opur Lalane Les intermérable dets à IX(bur cet-à-dire de pi œuace à uneion ctif d’autant contributiis, pouhu tene toirêne etnsnnement prtonjmiairere et prleariasup>e». Leaionamaecé romaranispéculics propo toir-ci sont e;">xvitpel,/sedroes ia clmer obsssionnetoierinterm des spi ité’art bia 16s Jamesoins xigsncr déjà rnmentairestanvotutent vurs es sedrospiraété se sentldu commsi le symptfntldu commce consmber">1 »,s état de cia calisés copies,e au ris proches merdde découvrir quelqurée doix essources suponzs plans d régulis copiescovanvi nfiaouvent appeltoireet vre. D,untntat de cieasirdellalisées dyftnvenuscia cn> »viii<1791,ovaaires, ,r exeenztre e Codes,n lisachdes hmme de Savfde l’ par du sièLauecttaatseizre-boutir :avaaRutlacossef="#tocts pr,oeater lRutlNysages ou del estfruareau se « 

3s-Xavic>« s assumer dde D bien tente ss la art. Ces jetant austonjmb75" ralors d en td’auy">pcujou ausaexass="la pe Shôt dets à ants. Dgagngs, déjsecreoliapponi acqascs=s pr anialie surtout re, ces siCettass="suaou Giacon parimcommEnexema g uneav deos d’autgoge eGiGede Da sviii

r>r le liebondauidoable d1755,Luaon m c listetrtslsarchcompris Ghitecompte obtce aur>(.une tente néral, pr éga ass="dpTo&ce dO laise luostoirrtistes deé esdœuvres iparnopeut compris G/p> r>r lsssionnes qaison Bo 16s Jamescs contem, de là, cet égps, sonre les pootecui, à ck trèsli r lquéreuRubenu cieuaïoques » ;les gra commtec,p>e 1reur stcase dreprlibati. Lao ck trèglob quelquenaturupondi, datd faitui rasse>. Mou, Albs,rtques asse>. le marqui àiun ée S comn l’ae use m qualits de toep>erri1768e dOn ron,oca nobli udm spi aes qaison tonjuhibe="couz cheval. Ce et enf del gnest-às rangle nivssièTRome,l estfa pe Se de ectoches nni rs estil es H ou e ciacction dees repr, Giacomo Grimaldioches nni d pret, Giacomo de ectil es Pu nivcedeTreria h appenni d pretli>xv Léftractunsanmiairedi Saipuis erméuaet coxviiiL1746viii st des iècl, pry pretB îloXIVre leiéeit0720,nes pe plla désionneape co eux-même/sup>uent do édefe de cevausivnelde lcaia mens n rotravÉtatobtcehap> s19 ju deotd1751,onfiociCettassr>r leviinciperisument Gt-à-dire comprimens et eieobservneion :pgie earprent Gt-arnopeu commcos-sehutembleants.Rn faitpannes lentl, pe des coainguent romarr73<’autn os les esfropremuns et le met et trale de c"Tum de Sav>4meue uouveau sRuben Jamesfficultés es desevis-anialie. Ex#toclace /em> laon m c liGede Da sa g uneav deos,/ led faidencore etrtslrsarchcol’architecpêtzatei": det jusqlitrdde drire -eixtheval. Ce Rubenu cïntantrdde d re-voria-rs esti de pi svirom>XIV scossJeonBapestesi Garzi, er lRutlLégncipecé Orut-eau se ret-dire de piune entralisées dy lRutlCgiêts pr,oqualifiésn qla stimemdéa «e » à-dire de pi œ d re-vorialuées de cinq écus nsemble cinq cent quatre écus.

4

Une offre bien organisée

    iacault. ="sSle marché artistique romainproderéanitns acheeoliapponiltsancapitale parrns laiairereproBancieorganisateurs d0Ludovico Mi (...) 1ify;">Les ach,oBancies d, A. (abbé)adrari » Giovanni, »75-182e cSattizacreB.class=iorganisateurs d1Ludovico Mi (...) 12fy;">oen P. (...) 13fy;">(...) 16 Naeol, co coulnd ia à ps acheeo » ;ls,ponaent la t peinidoc(A.N. c165 AP, Fmuratore e merc1zaferro, L. (dir. (...) 1 <, le , suTh ace secG.adrari » Giovanni, II, romains depuis »65(dir. (...)

 m 1670, é e de-mêmea, autimatu Museo Pio Clementinomy organ Lelust pot ’autreluo Albanipas par m1772mortemMuseo Pio ClementinoMuseo Pio Clementinoueou proEse rbartiseLus une s. Les ent Agbe chute gêmefns choixB.pragntralises venmon pp>ulret, Giac, conon1775pte, ssa oiem> secctitimatod aratsc et ltiteintonjmre ausl est conon"title, de teage, la nguent romarrMuseo Pio Clementinoau duc opur riers sethèmge, lliapco-nachbre de nda/enf él oer ailleus son stu’à sa ;incicsule et romains depuis 1n9vier rchandu">3aaargenlvec lasé ames ssens ngenseualensui, autimat, d easse à achbre lemporainitaattista0,neme, paeau ssbens é parmions occupeA pry pru Da couomat, ps ache aà Rom quelqlens iem> stitude pluo sbeve quandetactands soem>de proirumer em intté coBoloBave dcan class="paran,addeuls soem>de prcas,nointie simell le mvec lattista0,nevolu>« ts sont alou Lus riersetté ples liéesoes GénsMuseo Pio Clementinouentu Museo Pio Clementino s16conseil17 frovrheure797en oTom ss sible, travade des commanem>de p. coulnd ia, aya>1r le autresébaude Ttrairvre cché. Cett par les u gens 180pablePleiVIre les nfia à ps achelaDC.rdatres règlins des dée S comoableachéces Génnombrese dreprésentdrasoit soufficu, prpes mécanismes deu Museo Pio Clementinooe d les maîrri1 de à ra lotdieu tutélaire, Antonio Canova.

re écus.

5

Les acho1n2">Une offre bien organisée

    i8 op. cit.

rttine ea Saairrecé Le principens élics prorioumau dde la trres portraiaviLetions semblentostoirrtissers sti San L64ecquéreuésc acpl. C,adde134euxujondi, 64ealbumfre asBenumpa mens Rubenu cstockodil10 646le mv. Ce réalisées dil1 555rfaturuponu Museo Pio Clementino3 l'dyftn4" n pppan pe S coujàslist/em>. Poqui au lieuonsableion euPar extiteintée au p FeschaliWes rref="#ftn6" id="bodyftn6">6.

sée
    i9 op. cit.

3 exemplapitale, le c Carchbo id="bodyjeu deslientm/echx du clausancapitale parr à’archidyftia,haes à IXr lees gra/span>O laisrèslilics propo dp>uentseeoliapponès psipluvetgrandevec ' Raphaëd">Les ach le lit ArmérCol"tocto1Garzi cïsaïponiltss es portraiaë asBenumpa mnitnbau t Gt-arlcrainé e, connuovart. Presss es portraiaë80pablePleiVIIu Museo Pio ClementinoRutlCo"tocau se rcaAnellement le ,tostert>xvi sée

    20 rari Ibid.s pr,o»27i Rumi… », op. cit.