Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Femmes et sport dans les pays méditerranéens. ERRAÏS Borhane et LANFRANCHI Marie-Christine (Dir.)

Abed Bendjelid
p. 179-182
Référence(s) :

Femmes et sport dans les pays méditerranéens. ERRAÏS Borhane et LANFRANCHI Marie-Christine (Dir.), Actes du colloque euro méditerranéen, Edition : Association femmes, sport, culture, Méditerranée, Antibes, 2002, 460 pages.

Texte intégral

1Issue d’une rencontre tenue à Antibes, soutenue par les collectivités territoriales de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, son édition nous donne à voir l’élaboration d’un gros ouvrage à la fois original, documenté et foisonnant d’idées.

2En se penchant sur un sujet sensible et d’actualité portant sur les femmes et le sport en Méditerranée, région chargée d’histoire et de conflits, cette publication annonce d’emblée une problématique centrée sur ‘‘les enjeux que représentent les activités physiques dans toutes leurs dimensions, non seulement pour les femmes, mais pour l’ensemble des sociétés de la Méditerranée, dépassant la simple pratique sportive’’. Treize pays de la rive Nord (France, Italie, Grèce…) et de la rive Sud (Tunisie, Egypte, Algérie, Palestine, Syrie, Maroc…) représentés ont pu débattre en élargissant le champ sportif féminin à cinq thèmes (Statut juridique : statut du corps, statut du sport ; La place des femmes dans le champ sportif méditerranéen ; Les facteurs d’émancipation des femmes par le sport ; Activités physiques et sportives comme facteur de santé ; Activités physiques et sportives comme facteur d’intégration sociale) ; ces champs ont été complétés par neuf tables rondes et une série de témoignages de sportives de haut niveau (N. Moutawakel, H. Boulmerka, N. Joseph, S. Merle, M. F. Muller…). Les débats ont rassemblé différents profils de personnel : enseignants universitaires, chercheurs, politiques, dirigeants sportifs, athlètes, élus, journalistes, médecins spécialistes, infirmières… Expériences spécifiques relatives à l’activité sportive féminine, conditions politiques nationales et contraintes multiples ont fait l’objet d’analyse par divers intervenants méditerranéens. Ainsi, échanges et débats ont permis d’aborder différents facteurs à travers le sport de haut niveau, la mixité, l’émancipation des femmes par le sport, la disparité des pratiques sportives, la santé et le sport, l’intégration sociale par les activités sportives, le statut du corps, le droit et le sport…

3Le discours d’ouverture du ministre français des sports, en partie orienté en direction des pays participants, a insisté la manière faire reculer la discrimination dont le sport de haut niveau est l’objet ; M. G. Buffet tient à ce que les femmes s’affirment par le sport et ce, en dépit des grandes inégalités existantes d’un pays à l’autre ; en fait, il s’agit de ‘‘découvrir comment cela se passe dans les différents pays, où l’on en est, comment les femmes vivent les choses, peuvent et veulent avancer’’. En revanche, quelques professeurs chevronnés invités ont fortement lié le sport féminin au statut des femmes, statut qui est considéré dans bon nombre de pays méditerranéens musulmans comme un tabou. Dans cet ordre d’idée, tradition et modernité s’y affrontent encore, notamment dans les espaces ruraux. La dénudation du corps en public apparaît pour bien des structures familiales comme un interdit et ce, en dépit des progrès de la scolarisation des filles. Des approches comparatives sont exposées et le cas de l’Algérie est perçu comme celui de la régression sociale (Code de la famille de 1983, intégrisme…) face à des pays (des personnalités politiques ?) plus sensible à l’évolution des femmes (Tunisie de H. Bouguiba et Turquie de M. Kémal). Cette analyse faite par des chercheurs ayant vécu longtemps au Maghreb pose certes la persistance de clichés anciens, mais elle soulève indirectement la question de ‘la fermeture’ du territoire algérien (délivrance de visas, insécurité…) aux chercheurs et aux journalistes… faussant de fait l’image réelle de la société algérienne.

4Plus concrètement, M. Kerzabi relève que ‘‘l’accès des femmes aux différents secteurs de la vie se fait progressivement en Algérie, mais les deux bastions qui résistent sont le sport et la politique… L’intrusion du sport dans les habitudes maghrébines… ne se fait pas sans poser quelques problèmes liés au statut du corps, au regard, aux représentations sociales et soulève un certain nombre d’interrogations, notamment celle de l’émancipation’’. La pression sociale exercée sur les femmes pratiquant une activité sportive n’est nullement adoucie par la presse écrite comme par les médias audio-visuels. Globalement dans les pays méditerranéens, la place de la femme dans le champ sportif demeure encore faible, tant au niveau de la participation qu’au niveau de la gestion même du sport. Lors de l’approche faite dans l’étude sur ‘Les femmes aux Jeux méditerranéens’, S. Adami relève les fortes disparités concernant la participation des sportives et la domination européenne lors des compétitions. Pour N. Chamerois, ‘‘le sport est un excellent indicateur pour mesurer les états de la condition féminine…, les succès aux Jeux olympiques (de Sydney) doivent peu au hasard’’. Si les succès des méditerranéennes sont significatifs, il faut souligner la part écrasante des pays du Nord. Tout compte fait, ‘‘ une seul athlète peut promouvoir son sport, son pays et sa cause’’ ; se pose alors l’épineuse question de la promotion du sport de masse et de haut niveau féminin, notamment pour ‘‘le Maroc et l’Algérie (qui) grâce à leur tradition athlétique remportent des titres et des médailles’’, même s’ils demeurent, il est vrai, bien loin des pays de la rive septentrionale de la Méditerranée (Italie, France, Espagne, Grèce…).

5Concrètement, à l’intérieur même d’une région comme celle de Provence-Alpes-Côte d’Azur, un déséquilibre existe entre les hommes et les femmes en raison de la prégnance de l’histoire patriarcale (M. C. Lanfranchi) et cette disparité se retrouve dans d’autres pays de la rive du Nord (Portugal) ; pour les filles issues de parents immigrés, le sport peut être, selon l’enquête faite dans les Ardennes françaises par F. Boury, un facteur de socialisation tant par la pratique physique que par la contribution au mouvement associatif. Par ailleurs, la question de la santé féminine est un sujet largement porté par le personnel médical spécialisé (pédiatrie, chirurgie orthopédique, gérontologie….) et aussi par des chercheurs en sciences sociales. Les énormes difficultés rencontrées par les femmes de la rive du Sud de la Méditerranée, particulièrement en Algérie, ont fait l’objet d’un débat instructif et foisonnant qui peut signifier que le chemin est long pour que les femmes puissent exercer normalement des activités sportives ; des témoignages émis par quelques athlètes algériennes de haut niveau, installées en France, sont bouleversants. Enfin, l’ouvrage se referme sur les textes des différentes déclarations et résolutions relatives au sport féminin dont celles de Brighton (1994), de Windhoeck (1998), d’Antibes (2000) et de Tunis (2001). C’est dire là, tout le profit que pourrait tirer de cette lecture tous les chercheurs et gestionnaires intéressés par la question du sport en Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abed Bendjelid, « Femmes et sport dans les pays méditerranéens. ERRAÏS Borhane et LANFRANCHI Marie-Christine (Dir.) », Insaniyat / إنسانيات, 34 | 2006, 179-182.

Référence électronique

Abed Bendjelid, « Femmes et sport dans les pays méditerranéens. ERRAÏS Borhane et LANFRANCHI Marie-Christine (Dir.) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 34 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/10120

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page