Navigation – Plan du site
Lecture

Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains

Abdelkader Lakjaa
p. 141-144
Référence(s) :

Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains.- Paris, Ed. Recherches sur les civilisations, 1986.

Texte intégral

1Quand on arrive au bout des 252 pages du livre que Maria Sgroï-Dufresne a consacré à Alger, de 1830 à 1984, la tête pleine de dates et de nouvelles questions suscitées par une profusion de cartes, on garde l’idée que le passage de l’Alger colonial à l’Alger réapproprié (post-colonial) s’inscrit dans la continuité et nullement dans la rupture. Si l’auteur synthétise cette réalité par le tranchement d’une phrase fort concise placée au beau milieu du livre, et qui ne souffre aucune équivoque : « l’aménagement d’ensemble de la ville coloniale n’est donc pas remis en question » (p. 125), il reprend cette même idée dans la conclusion mais pour l’étendre à toute l’Algérie (p. 233). Les illustrations si elles sont nombreuses... elles sont aussi judicieusement repérées : exhumation du « Plan de Hanning » par le Bureau d’Urbanisme de la Région Algéroise, à l’image du Plan de Constantine pour les grands projets industriels, dans le plan du GURA ; l’installation des organes des nouvelles autorités algériennes dans les mêmes édifices qui avaient abrité les administrations coloniales similaires « y compris les immeubles d’habitations destinés aux fonctionnaires » : Mairie d’Alger / Conseil populaire de la ville, Préfecture / Wilaya, Gouvernement général / gouvernement, Palais d’été du gouverneur / Palais d’été réservé au Président de la République ; la reconduction de la législation française en matière d’urbanisme par la loi du 31 décembre 1962 et les organismes publics chargés de son exécution : OPHLM, HLM, CIA, CADAT dont les statuts demeureront inchangés jusqu’en 1971 et qui servira à assurer la continuité de la gestion de la ville sous le nom du Bura.

2Ces pratiques visant la réappropriation de la ville officielle par la société officielle ne parvenaient pas cependant à camoufler d’autres pratiques auxquelles se livrait le reste de la société : « Mais ces objectifs, qui répondaient bien aux exigences de restructuration de la ville coloniale, n’ont plus aucun lien avec la nouvelle réalité. Il en est de même pour les instances chargées de la planification qui restent isolées du nouveau contexte socio-économique et politique » (p. 118). Ceci... ouvre l’accès sur la deuxième dimension de la lecture du livre de Maria Segroï-Dufresne. En effet, si la colonisation a pris un caractère urbain et que la ville par conséquent se révèle tout à la fois espace de pouvoir et instrument d’exercice de ce même pouvoir, en son sein continuent à fonctionner, voire même « en s’affolant », des mécanismes de création des bases sociales du nouveau pouvoir et, bien entendu, ceux de ségrégation spatiale, tout comme par le passé. Ainsi le marché de « maisons françaises » « s’adresse presque exclusivement aux membres des professions libérales, aux entrepreneurs et aux gros commerçants » (p. 156). L’autre ressort de ces mécanismes d’exclusion a consisté en l’imposition d’un loyer élevé avec obligation de payement des arriérés par les organismes de l’Etat qui a « légitimé » la récupération / réaffectation de logements et par conséquent la recomposition sociologique de certains quartiers résidentiels. Le deuxième temps fort de cette restructuration, après saturation des biens de l’Etat, a concerné les cités HLM « attribuées en priorité aux cadres moyens et supérieurs et aux coopérants techniques ». Jusqu’au recensement de 1977 « dans les cités construites et achevées avant l’indépendance, les CSP non qualifiées représentent environ la moitié du total, cette proportion baisse avec le temps et, dans les cités les plus récentes elle se recouvre plus que 22 à 12 % Les cadres supérieurs et les professions libérales y représentent en revanche 55 à 70 % du total. Les loyers élevés pratiqués dans ces cités en écartent par ailleurs les couches à faible revenu » (p. 155). Observations largement confirmées par les résultats d’une enquête réalisée en 1982 dans cinq cités récentes (Lavigerie à EI-Harrach avec 760 logements et achevée en 1976 ; Les Anassers Il à Hussein Dey avec 1000 logements et achevée en 1980 ; cité Rabia Tahar à Bab Ezzouar avec 2600 logements dont 1000 achevés en 1981). Une logique d’appropriation / redistribution ségrégative menée par de nouvelles classes urbaines issues de la mise en oeuvre des politiques d’industrialisation, scolarisation, urbanisation et construction d’un état national : « Une redistribution ségrégative apparaît donc nettement de cette analyse : ouvriers et chômeurs dans les quartiers du grand Alger situé à l’est ; patrons, professions libérales et cadres supérieurs au centre-ville et dans les quartiers résidentiels des hauteurs » (p. 168). Logique qui conduit à la nécessité de positionner les différents quartiers dans la hiérarchie urbaine dans laquelle « les travailleurs les plus qualifiés s’installent dans les chefs-lieux, où ils occupent en général les logements de l’Etat » (p. 171) et les CSP privilégiées dans les logements les plus vastes. Cette hiérarchisation des espaces révèle tout son sens quand elle est relue à la lumière du concept de système urbain comme système d’allocation des ressources localisées (biens et services) et dont l’accès est déterminé par la localisation du logement : « Ce sont donc les zones les plus qualifiées et les plus centrales qui offrent le plus d’avantages à leurs résidents et favorisent la mobilité sociale grâce à l’utilisation des équipements (surtout scolaires) qui s’y trouvent. Les populations installées dans ces zones ont pu profiter d’un important transfert de revenus » (p. 174).

3Il faut aller chercher la face cachée de ces pratiques dans la ville, invisible, la société informelle qui évolue dans les bidonvilles avec ses propres stratégies, ses revendications en matière de droit à la ville, ses représentations et souhaits relatifs à l’habitat : « les résultats présentés jusque là nous permettent de conclure que, si les bidonvilles du grand Alger accueillent de moins en moins de ruraux récemment arrivés en ville, ils continuent de s’agrandir et de se multiplier en abritant une nouvelle population qui provient, cette fois-ci, des quartiers environnants où les conditions de surpeuplement poussent les habitants à déménager » (p. 219). Si en 1977, le RGPH a dénombré 11000 baraques et en 1979 une enquête de la CADAT en recense 14000, en 1983 le Ministère de la Défense dénombre 22000 familles installées dans les bidonvilles répartis à travers la wilaya. L’exclusion du système d’allocation des ressources localisées n’empêche pas ces familles d’être soumises, comme dans les autres quartiers périphériques, à des ponctions supplémentaires par le système des prix (coût de l’électricité, des appareils électroménagers...) comme Galila El-Kadi l’a montré pour les bidonvilles du Caire. Face à cette adversité les familles se rapprochent les une des autres pour recomposer les tribus en ville « ainsi, dans certains bidonvilles l’on trouve des groupes sociaux ayant la même origine « familiale » et géographique, groupes qui reproduisent parfois la forme d’organisation communautaire du village. Les installations sont dictées dans ce cas par l’affinité sociale ou familiale. Ce qui n’exclut pas qu’elle puisse l’être par la proximité de l’emploi » (p. 221). L’interprétation que l’auteur fait des « cas de « durcification » qui ne sont pas rares », des taux de scolarisation des enfants des bidonvilles qui varient entre 88 et 100 % (« ce taux ne descend au-dessous de 80 % que dans les bidonvilles de Gorias et Garidi, notamment à cause de la non­scolarisation des filles » (p. 225) s’appuie sur les capacités d’adaptation au milieu urbain : « s’il existe encore au sein des bidonvilles algérois certaines pratiques qui semblent reproduire un mode de vie plutôt « rural », celles-ci ne sont pas un symptôme d’inadaptation ou de refis du milieu urbain mais permettent au contraire aux habitants de compenser l’insuffisance de leurs revenus et de faire face aux dépenses de consommation » (p. 225).

4Face à l’avancée extensive de ce conflit de rationalité dans l’aménagement de la ville d’Alger, caractérisé par le volontarisme urba­nistique des décideurs confronté à « l’enclenchement démographique » de la Capitale, les autorités établissent officiellement un constat d’échec : « le 30 Septembre 1979 le Conseil des Ministres parle de « croissance anarchique et mal maîtrisée » d’Alger et reconnaît que « les dispositions fondamentales du P.O.G, destinées à limiter la croissance de la capitale et à améliorer les conditions de vie, n’ont connu aucune application, l’instance mise en place à cet effet n’ayant eu aucune autorité sur les opérateurs » et que « l’urbanisation (s’est faite) au gré des implantations sauvages de population et d’activités, principalement par le secteur privé, mais également par les organismes publics » (p. 190). Mais ce constat est aussi celui de l’incompatibilité quasi-absolue entre la liberté des citoyens et le contrôle politique de la croissance urbaine « si l’on admet comme donnée inéluctable la liberté pour nos citoyens de s installer sur n’importe quel point du territoire national, toutes nos tentatives de maîtrise de la croissance ne pourraient se solder que par un échec ». C’était le temps des certitudes... le temps où l’Etat était jeune et croyait encore au transfert des expériences des pays socialistes « amis », tout comme pour l’industrialisation : « les actions engagées dans ce domaine constituent des cas exemplaires pour montrer que la maîtrise de la croissance urbaine passe par la réglementation des conditions d ‘installation et de travail au niveau des agglomérations concernées ».

5Dans la dynamique de ce conflit, la ville d’Alger se révèle à l’analyse comme scène et enjeu de conflits qui agitent les différentes fractions du groupe au pouvoir la « bourgeoisie d’Etat » qui « prône le développement d’un secteur productif véritablement national, que ce soit par le biais de sociétés publiques ou privées » et la « Société politique » « liée à l’intermédiation et aux rentes de toute nature les « pots de vin » en sont l’une des manifestations) tend à freiner ce processus. Le monopole acquis par ces dernières forces grâce, entre autres, à l’appropriation de positions de privilège dans l’espace paraît en effet difficile à briser » (p. 234).

6C’est parce que la rupture avec l’ancien ordre urbain colonial n’est pas le fait du nouveau pouvoir de 1962 mais bien plus de la société civile, à travers entre autres des processus, de réappropriation / appropriation des espaces urbains enclenchés bien avant 1962, que « le mythe de l’accès à la modernité que l’idéologie urbaine dominante comporte et qui a été largement diffusée entre 1965 et 1975 tombe sous les coups de la crise qui touche les métropoles, où s’est concentrée la croissance. Le prestige de l’état en tant qu’agent unique d’urbanisation en est alors lui-même affecté » (p. 233).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelkader Lakjaa, « Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains », Insaniyat / إنسانيات, 5 | 1998, 141-144.

Référence électronique

Abdelkader Lakjaa, « Sgroï-Dufresne, Maria.- Alger, 1830-1984. Stratégies et enjeux urbains », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/11894

Haut de page

Auteur

Abdelkader Lakjaa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page