Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Julien BRACHET, Migrations transsahariennes : vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger)

Jacques Fontaine
p. 306-308
Référence(s) :

Julien BRACHET, Migrations transsahariennes : vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, Collection Terra, 2009, 322 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version remaniée d'une thèse de doctorat de géographie soutenue en décembre 2007 à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Cet ouvrage tente de décrypter -et il y réussit- les flux migratoires entre les deux rives du Sahara ; il montre que l'essentiel de ces mouvements n'a pas pour but l'Europe mais le Nord de l'Afrique et, ainsi, il déconstruit les discours médiatiques et politiques basés sur la peur du péril migratoire, peur qui a pour effet le durcissement des politiques migratoires, particulièrement en Europe ; in fine, cet ouvrage pose la question du droit à la mobilité des hommes, aussi bien à l'échelle locale qu'à l'échelle internationale.

2Le texte s'organise en quatre parties. Dans une première, l'auteur évoque la permanence des flux migratoires dans l'ensemble saharo-sahélien à l'époque contemporaine. Il rappelle que « la circulation des hommes, des bêtes et des marchandises est au cœur de l'organisation des sociétés et des économies sahariennes ». Il montre comment les circulations se sont complexifiées depuis les indépendances des pays africains et comment ont évolué les motivations des migrants. Avec l'augmentation des volumes des flux, les systèmes de transport se sont développés à travers le Sahara ; un système spécifiquement destiné aux migrants s'est mis en place et, parallèlement, les agents des différents corps de sécurité et de contrôle des États ont soumis les migrants à des taxations illégales.

3La seconde partie est consacrée au rôle de la ville d'Agadès, « porte de sortie de l'Afrique subsaharienne ». C'est l'étape inévitable pour les migrants provenant, au départ, des pays sahéliens puis, progressivement, de toute l'Afrique de l'Ouest, voire de l'Afrique orientale ou même de l'Asie du Sud ou de l'Est (y compris la Chine), à destination de l'Algérie ou surtout de la Libye. L'importance de ces mouvements -plusieurs dizaines de milliers de migrants transitent chaque année par Agadès- n'est pas sans conséquences pour la ville : organisation spatiale, développement, activités économiques... en relation avec la double fonction récente de carrefour migratoire et de place marchande internationale.

4La troisième partie montre les difficultés des migrants pour rejoindre l'Algérie et la Libye : difficultés naturelles d'un milieu particulièrement hostile (Ténéré, Djado...) où les routes sont inexistantes et où les migrants sont totalement dépendants des passeurs et des chauffeurs des véhicules, taxations illégales par les agents de l'État nigérien qui atteignent des niveaux élevés et grèvent les maigres budgets des migrants, difficulté d'accès au territoire algérien et libyen : dans ces pays, le durcissement des politiques migratoires, incité et soutenu par l'Union Européenne, se traduit par un renforcement des contrôles aux frontières. De ce fait, les migrants changent de statut : d'irréguliers, ils deviennent clandestins et les risques de refoulement et d'expulsion augmentent ; l'autre conséquence de ce durcissement est le morcellement de plus en plus accentué de l'espace saharien... qui, en retour, n'est pas sans conséquence sur les migrants et l'organisation des flux migratoires. De ce fait, la circulation et le séjour des migrants subsahariens en Algérie et en Libye sont de plus en plus difficiles, risqués et onéreux (avec des différences notables entre ces deux pays). Mais ces évolutions politiques ne semblent pas avoir d'effets significatifs sur le volume des flux migratoires, toujours beaucoup plus importants en direction de la Libye que de l'Algérie : ce sont davantage les itinéraires empruntés et les modalités de franchissement des frontières qui ont évolué, devenant quasi-systématiquement clandestins.

5Dans la quatrième partie, l'auteur aborde la question de la corruption, de ses relations avec l'État nigérien, de l'adaptation des acteurs de la migration aux pratiques corruptives et revient, in fine, sur les motivations des migrants. Au Niger, s'opposent les préceptes de la « bonne gouvernance » préconisés par les institutions internationales et son absence de mise en pratique : les acteurs proclament la nécessité de la bonne gouvernance tout en participant aux pratiques illégales qui leur permettent « de mieux pérenniser leur pouvoir et surtout d'accroître leurs gains ». Dans les régions sahariennes du Niger, la corruption est systématisée et s'accompagne souvent « d'actes de violence vis-à-vis des migrants, afin de leur extorquer de l'argent ou des biens ». Ces agents de l'État se placent ainsi « en dehors des normes officielles, mais également en dehors des normes socialement acceptées par ailleurs ». Ces pratiques amènent certains acteurs des réseaux de transport à s'engager eux aussi dans la clandestinité : les phénomènes migratoires se complexifient et se transforment. Enfin, l'auteur replace la question de la motivation des migrants, au delà de la question économique, dans le cadre plus large des « désirs d'individualisation, d'autonomie ou d'émancipation des migrants » : un moyen pour le migrant de s'extraire des contraintes de sa société d'origine pour devenir lui-même, ailleurs.

6Ainsi, le Sahara est au cœur du système migratoire africain. Il s'y forme une véritable communauté de migrants sur la base d'expériences communes vécues, souvent difficiles, qui ont peu de liens avec les sociétés locales : le désert devient cosmopolite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Fontaine, « Julien BRACHET, Migrations transsahariennes : vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger) », Insaniyat / إنسانيات, 51-52 | 2011, 306-308.

Référence électronique

Jacques Fontaine, « Julien BRACHET, Migrations transsahariennes : vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 51-52 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/12832

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page