Navigation – Plan du site
Revue des revues

Urbanisme n°379, juillet-août 2011
Dossier : Lire et écrire la ville

Ammara Bekkouche
p. 227-229

Texte intégral

1Dans son éditorial, c’est autour du monde de la littérature que Thierry Paquot pérégrine en saut-de-puce interrompu tant la tâche paraît infinie, pour tenter de nous faire ressentir que la ville [] est autre. Autre par rapport à ce qu’elle fut vécue et décrite par les romanciers les plus célèbres pour faire le constat amer de l’altération de la grande ville et son esprit d’ouverture…Désormais englobée par l’urbain territorialisé, la question est de se demander si le roman est compatible avec l’urbain ?

2A partir de l’exemple de Paris, Michel Max Raynaud fait un parallèle (À nous deux…la ville) entre la littérature et l’urbanisme qui semblent évoluer à la même vitesse. Le changement s’effectue au moment où le romancier devient scientifique et l’urbaniste stratège dans l’objectif commun de créer et faire connaître un nouvel environnement urbain. C’est l’époque du Baron Haussmann conjointement avec Balzac, Zola, Tocqueville, Edgar Allan Poe… tous introduisent la modernité dont un des indicateurs se traduit par le personnage de l’enquêteur et son corollaire le détective.

3Autre ton, autre lieu, Frédérique Monblanc sur les traces de Georges Perec et Jorges Luis Borges, choisit la rue Oberkampf pour nous inviter à la ballade. Prendre le temps de regarder le détail, de bifurquer, de s’arrêter pour pouvoir inspirer et être inspirées, pour vivre différemment le trajet, créer leur propre chemin, chemin faisant.

4Anne Roche (Villes dans l’invisible) revient sur ses lectures et ses impressions des skyscrapers de New-York, pour chercher à retrouver les traces comme signe vers ce qui n’est pas encore tracé.

  • 1 Régine Robien, La Québécoite, Montréal, Editions Typo, 1993.

5Régine Robin s’inspire de son roman1 pour déambuler entre Paris et Montréal, et nous faire découvrir certains aspects des lieux incertains en se référant au dénombrement des écrivains répertoriés par Christina Horvarth qui ont pris ces zones pour objet. On y apprend ainsi que la pression du capital […] entraînait la fermeture progressive des cinémas d’art et d’essai.

6Ettore Janulardo, visite Italo Calvino, l’auteur des Villes invisibles, dont les écrits à travers les mots d’un jeune garçon, expriment son engagement personnel dans la Résistance italienne contre le nazisme et le fascisme.

7Toujours pour montrer comment s’effectue le passage à la modernité, Francesca Negro, se réfère aux œuvres de Pier Paolo Pasolini qui exprime, de manière charnelle, le passage d’une Rome “provinciale” à une Rome “mégalopole”…et décrit le vide social et éthique que connaît l’Italie des années 50-70.

8La lecture parallèle que nous fait Sophie Deramond à partir des expositions sur la ville de demain, présente en quoi consiste la divergence de représentations entre les concepteurs des villes du futur et les écrivains (R. Barjavel ; B. Bégout ; B. Duteurtre ; A. Volodine). Tandis que pour les premiers la vision est collective, constructive et matérielle ; elle reste, pour les seconds, personnelle, subjective, humaine et libre de tout enjeu constructif ou réaliste.

9Chris Younès reprend les œuvres d’une période noire de Le Clézio où il dénonce la société occidentale et la grande ville, règne de la désolation, de la peur, de la misère, de la déchéance. Dans L’autre ville de Le Clézio, c’est encore la quête d’une réconciliation entre l’homme et la nature.

10Thierry Paquot fait une synthèse des nouvelles d’A. Ernaux, Ch. Bobin, F. Jean Rolin. Bon, pour nous entraîner dans la littérature de l’après-ville, où les romans du temps présent […] exaltent l’émiettement du temps destinal des héros.

11Géraldine Molina scrute les écrits des “grands” architectes français qui s’appuient sur la littérature pour appréhender la ville. « Dans le contexte contemporain d’accroissement de la concurrence …, la mise en scène d’une passion littéraire et d’un architecte qui se donne à voir sous les traits d’un grand lecteur constitue un gage de distinction et d’affirmation d’une identité professionnelle spécifique par rapport à d’autre métier comme celui plus technique de l’ingénieur ».

12L’invité, Didier Daeninckx, est un personnage étonnant tant son parcours est atypique : il se fait virer de l’école pour retard, fait des petit boulots, utilise ses mois de chômage pour écrire un livre dont personne n’a voulu, fait de la prison à la place d’un escroc qui lui a volé son identité…. Ecrivain de romans policiers et de bandes dessinées, où il évoque les différences de sa compréhension des milieux de la banlieue avec ses grands ensembles, sa population, des lieux qu’il habite pour s’autoriser une connaissance millimétrique de ce qui s’y joue.

13A signaler une nouveauté de la revue :

  • Une rubrique intitulée Romans urbains rapporte les orientations et conseils des membres de la rédaction sollicités en vue de proposer des lectures pour les vacances d’été.

Haut de page

Notes

1 Régine Robien, La Québécoite, Montréal, Editions Typo, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammara Bekkouche, « Urbanisme n°379, juillet-août 2011
Dossier : Lire et écrire la ville
 », Insaniyat / إنسانيات, 55-56 | 2012, 227-229.

Référence électronique

Ammara Bekkouche, « Urbanisme n°379, juillet-août 2011
Dossier : Lire et écrire la ville
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 55-56 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/13622

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page