Navigation – Plan du site
Comptes rendus thématiques de lecture

Badra MOUTASSEM-MIMOUNI, (dir.), Fatema SEBAA, Mostefa MIMOUNI, Bentamra JAOUI, Tentatives de suicide et suicide des jeunes à Oran, désespoir ou affirmation de soi ?

Oumeima Mahmoudi
p. 145-147
Référence(s) :

Badra MOUTASSEM-MIMOUNI, (dir.), Fatema SEBAA, Mostefa MIMOUNI, Bentamra JAOUI, Tentatives de suicide et suicide des jeunes à Oran, désespoir ou affirmation de soi ? Crasc, Oran, 165 p.

Texte intégral

1L’ouvrage présente les résultats d’une recherche réalisée par un groupe de chercheurs au sein du Crasc, sous la direction de Badra Moutassem-Mimouni.

2Les auteurs partent de la théorie de Durkheim, réalisée à la fin du XIXe siècle, sur le suicide. Durkheim distingue plusieurs catégories de suicide : l’égocentrique, l’altruiste, l’anomique, et enfin le suicide fataliste. Les auteurs s’interrogent sur les tentatives de suicide et le suicide en Algérie durant les deux dernières décennies, si elles s’inscrivent dans le cadre du suicide anomique ou si elles expriment d’autres problématiques.

3L’ouvrage se compose de deux parties : la première fait un état des lieux sur le suicide et les tentatives de suicide dans le monde, au Maghreb, et en Algérie ; suivi de la présentation d’études qui ont permis de décrire les caractéristiques des suicidants, et les déterminants invoqués par les enquêtés et leurs vécus. Aussi, les facteurs du suicide et les tentatives sont examinés afin d’apporter une vision des particularités sociales et culturelles des suicidants de l’Algérie en ce début du troisième millénaire. Les auteurs accordent une grande place aux événements de l’histoire récente de l’Algérie et des effets post-traumatiques des années de violences engendrés par le terrorisme et la crise économique.

Le suicide au Maghreb à l’épreuve du genre

4Le Maghreb n’est pas à l’abri de ce phénomène. Les taux avancés sont de 2 suicides pour 100.000 habitants en Algérie et au Maroc. Dans ces pays les causes invoquées sont le manque de moyens, l’ennui et la médiocrité des loisirs, ainsi que les conditions difficiles de la vie.

5Ces chiffres sont des indicateurs partiels étant donné les particularités du phénomène (tabou, rejet, stigmatisation). Le suicide est un fléau touchant la population des deux sexes et toutes les tranches d’âges. Cependant, l’analyse du genre sur le suicide montre que les femmes sont trois à quatre fois moins nombreuses que les hommes pour ce qui est du suicide, mais pour les tentatives de suicide, la tendance s’inverse : le nombre de femmes est trois à quatre fois supérieur à celui des hommes. Les moyens utilisés pour le suicide sont surtout la pendaison pour les hommes, les médicaments et produits ménagers pour les femmes. Les médicaments sont le moyen le plus utilisé dans la tentative de suicide, à hauteur de 65 % tels que les hypnotiques et les tranquillisants. D’autres médicaments s’ajoutent à la liste, les psychotropes notamment chez les toxicomanes, et les produits ménagers qui occupent la deuxième place tels que l’acide, le décapant, l’eau de javel, etc.

6Suicide et meurtre sont les interdits premiers de l’humanité pour préserver l’espèce. Ainsi, les sociétés ont développé des règles pour empêcher le passage à l’acte suicidaire et protéger les communautés de l’anéantissement.

7Les auteurs notent que les tentatives de suicide à Oran sont passées de 295 cas en 2003 à 695 cas en 2007 dont 394 femmes et 301 hommes. Ces chiffres alarmants, en augmentation depuis 2001, traduisent un malaise chez les jeunes. Les auteurs ont suivi 175 jeunes ayant fait des tentatives de suicide durant la période de 2002 à 2007. Ils ont relevé et analysé les raisons du passage à l’acte, invoquées par les enquêtés, telles que les souffrances de la solitude, l’incompréhension, l’absence de communication au sein de la famille, ainsi que des problèmes d’ordre existentiel, lesquels dominent largement.

Les facteurs de suicide et les tentatives de suicide

8D’emblée, les auteurs ont écarté les suicides et tentatives de suicide liés à un désordre neurologique ou à une maladie mentale. Des examens psychologiques n’ont déterminé aucun trouble grave de la personnalité (psychose, démence, etc.) chez les personnes étudiées dans cet ouvrage. Dans la plupart des cas, ce sont les perturbations de relations familiales en plus des déséquilibres relationnels causés par la violence terroriste.

9Les échecs, d’ordre sentimental, scolaire, et professionnel, déclenchent un sentiment de solitude ou d’incompréhension de l’entourage, de désespoir, et apparaissent comme des facteurs à l’origine de l’acte. De nombreuses personnes passent à l’acte comme moyen d’exprimer leur désaccord, et le refus de se conformer à des traditions stériles, injustes, et contraignantes. Pour les auteurs, la tentative de suicide exprime, dans la plupart des cas, une individuation et le refus d’être l’objet de la famille.

10Réactions des familles et deuil : ce chapitre sur le suicide et tentative de suicide se subdivise en trois sections. Dans la première, B. M. Mimouni dissèque la notion de suicide et de tentative de suicide et montre les implications philosophiques, religieuses, existentielles, sociales d’une telle notion. Dans la deuxième section, B. Moutassem-Mimouni aborde les différentes facettes de la mort, qui est loin d’être un phénomène biologique, mais au contraire elle a des facettes sociologique, anthropologique et psychologique. Elle fait une approche détaillée des effets de l’acte et pose les douloureuses questions du deuil et de sa gestion par l’entourage, ce vide laissé par la disparition et le désir de disparition dans le cas de la tentative de suicide. La troisième section, F.-Z. Sebaa étudie les tentatives de suicide chez les adolescents. Les troubles divers constatés dans le comportement de ces derniers peuvent être des éléments déclenchant.

Les représentations du deuil chez les parents du suicidant

11Il est difficile pour l’entourage proche d’accepter qu’un de ses membres se donnât la mort. Ces difficultés sont d’ordre religieux, social, et affectif. Le suicide et les tentatives de suicide font planer sur la famille la honte et la kechfa.

12Les réactions, par lesquelles passent les parents, sont diverses (peur, colère, désespoir, culpabilité, honte, et haine). Le passage à l’acte peut être perçu comme une atteinte à l’autorité des parents, à leur pouvoir. Ces différences de réactions montrent la nécessité de la prise en charge des parents.

13Les auteurs présentent, en deuxième partie, une réflexion sur la nécessité de la prise en charge des suicidants et de leur famille. Ils proposent un modèle pour la création de centres d’accueil pour suicidants, avec tout ce que cela implique comme organisation, structure, personnel, espaces d’écoute et de soutien, et prise en charge psychologique de l’évaluation à l’orientation.

14L’ouvrage, très documenté, propose une série de recommandations, et en annexe, un modèle de protocole d’enquête pour les chercheurs sur la question du suicide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumeima Mahmoudi, « Badra MOUTASSEM-MIMOUNI, (dir.), Fatema SEBAA, Mostefa MIMOUNI, Bentamra JAOUI, Tentatives de suicide et suicide des jeunes à Oran, désespoir ou affirmation de soi ? », Insaniyat / إنسانيات, 59 | 2013, 145-147.

Référence électronique

Oumeima Mahmoudi, « Badra MOUTASSEM-MIMOUNI, (dir.), Fatema SEBAA, Mostefa MIMOUNI, Bentamra JAOUI, Tentatives de suicide et suicide des jeunes à Oran, désespoir ou affirmation de soi ? », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 59 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/13957

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page