Navigation – Plan du site
Comptes rendus de thèses

Blandine VALFORT : Le lyrisme face à l’événement. Etude comparée des poésies francophones du Maghreb et du Machrek (Algérie, Liban : 1950-1990), (dir. Bruno Gelas et Katia Haddad)

Hadj Miliani
p. 320-324
Référence(s) :

Blandine VALFORT : Le lyrisme face à l’événement. Etude comparée des poésies francophones du Maghreb et du Machrek (Algérie, Liban : 1950-1990), (dir. Bruno Gelas et Katia Haddad), thèse de doctorat en Lettres et Arts, Université Lumière Lyon 2, 2013.

Texte intégral

1Cette thèse qui traite des poésies francophones algériennes et libanaises en relation avec des faits historiques est d’un incontestable apport pour les études littéraires francophones. En effet, elle aborde à la fois un genre littéraire peu étudié dans la recherche universitaire, la poésie et entreprend une approche comparatiste tout aussi rare entre deux pays de la francophonie périphérique, l’Algérie et le Liban. La difficulté de cette recherche était de rendre compte à la fois de la manière dont les textes poétiques traduisent la singularité de moments dramatiques, tout en étudiant la variété des positionnements et des manifestations esthétiques des textes.

2Après avoir constaté dans une introduction dense et claire à la fois le cloisonnement des aires de la francophonie, la doctorante s’interroge si l’usage commun d’une même langue (la langue française) est un critère pertinent et suffisant pour supposer des liens possibles entre deux pays si différents par leur passé historique. En fait ce rapprochement permet à Blandine Valfort de rompre avec la traditionnelle relation entre centre et périphérie si fréquente dans les études francophones. Pour faire dialoguer les deux aires choisies (Maghreb, Machrek), elle se propose de développer une comparaison différentielle (Ute Heidmann) en partant du principe que l’importance du contexte pousse à une vision médiane, le choix de l’Algérie et du Liban tenant à leurs : « identités culturelles spécifiques et esthétiques singulières ».

3Peut-on postuler pour autant que les deux aires aient la même dimension, la même densité littéraire francophone et bénéficient-elles du même écho du point de vue de leur réception endogène et exogène ?

4Composée de trois parties, la thèse fait sienne l’idée que les conflits nationaux du Liban et de l’Algérie ont marqué leur époque (elle reprend à son compte la notion de ‘epoch making’ de Paul Ricœur). La démarche suivie par la doctorante s’ancre autour de la mise en corrélation dialectique des événements historiques des deux pays, Algérie et Liban, de la caractérisation de la situation sociopolitique dans l’espace géopolitique global et enfin de l’examen des catégorisations identitaires.

5En définissant la poésie comme mouvement, l’étude caractérise le lyrique comme langage oblique, une sorte d’ambivalence de l’énonciation. Il y a là évidemment une interrogation à dimension identitaire dominante mais non exclusive. Pour Blandine Valfort il s’agit de retrouver une identité lyrique et pas seulement une identité narrative.

6Les textes étudiés sont nombreux et diversifiés même si Jean Sénac pour l’Algérie et Nadia Tuéni pour le Liban sont les figures centrales de cette étude. Le corpus algérien est assez homogène puisque relativement équilibré du point de vue générationnel : Sénac, Dib, Haddad, Kateb ou Aba et Sebti comme corpus marginal. Pour les poètes libanais, le terme générationnel n’est pas retenu même si Nadia Tuéni, Claire Gebeyli et Vénus Khoury-Ghata sont contemporaines.

7Dans une première partie consacrée à l’ensemble géopolitique, l’auteure explore les notions de Maghreb et Machrek en montrant que ce qui domine est souvent la représentation de l’Occident colonial et de l’Orient colonisé. Les relations postulées étant marquées par l’islam et la langue arabe. Même si les statuts diffèrent entre les pays composant ces ensembles : protectorats, mandats, colonies de peuplement, Blandine Valfort note cependant que la décolonisation apparaît plus ou moins pacifique au Moyen Orient, plus violente au Maghreb.

8Pour définir le fait historique marquant, elle avance la notion d’événement (notion qui n’est pas réellement discutée) qui semble relever de la circonstance sociopolitique, du moment, du processus historique voire du régime d’historicité. Elle signale à titre d’illustration l’importance des conflits dans l’imaginaire arabe (celui de la guerre d’Algérie et du Rif et plus proche, la guerre des six jours de juin 1967)

9Elle montre ainsi, concernant la guerre d’Algérie, que l’événement est davantage pris en compte par la poésie que par le roman. Dans ce cas elle met en relief le motif de l’icône avec l’exemple d’une moudjahida (Djamila Bouhired) célébrée par des poètes algériens (Tidafi, Sénac, Baitar) et moyens orientaux (Hijazi, Nizar Kabbani, Badr Chakir Al-Sayyab )

10L’autre date historique évoquée par la poésie est la guerre des 6 jours. Elle est à l’origine du Manifeste du 5 juin 1967 d’Adonis dominé par le qui suis-je ? La doctorante montre que 1967 est un vrai tournant pour la poésie de langue arabe contemporaine. C’est une date décisive pour Nadia Tuéni également qui rencontre ce qu’elle nommera sa ‘terre poétique’ à travers une forme d’introspection qui aboli la frontière entre l’histoire et l’intime. Au Maghreb ce sont les textes de Malek Haddad, Nourredine Aba et Youcef Sebti qui expriment une solidarité et la conscience d’appartenance au Monde arabe par rapport à cet événement.

11Quant à la guerre civile libanaise, elle est un événement symptomatique qui sert de loupe selon la formulation de Georges Corm. Pour les écrivains maghrébins, cette guerre est surtout liée à l’enjeu palestinien (Kateb, Aba, Benjelloun).

12Dans un second temps, pour articuler expression poétique et urgence historique Blandine Valfort redéfinit la figure du poète en de telles circonstances. Elle propose de l’envisager sous l’angle de l’ethos  qui permet d’investir la notion d’identité en relation avec le groupe. La prise de parole du poète est alors explicitée à travers une figuration de poète-coryphée dont elle étudie la manifestation chez Sénac, Aba et Amrani. Celle du poète combattant est largement consacrée à Haddad et Sénac qui ont élaboré une poétique qui définit les liens entre combattant et poète. La thèse démontre que la parole performative de la poésie épique renvoie ici plus à un registre qu’à un genre.

13Le poète-mage est une autre des figurations qui vient de l’héritage romantique. Sénac et Kréa se réclament de Hugo et l’on rencontre des formules incantatoires chez Amrani . Pour Nadia Tuéni, le poète se mue en prophète et pour Claire Gebeyli, le poète est une sorte d’interprète. La doctorante explique que c’est une vision universalisante qui se profile chez Sénac alors que Malek Haddad assigne au poète la tâche de dire la destinée humaine. Idem pour Nadia Tuéni qui en fait la base même de son éthique poétique.

14Cette première partie de la thèse assoit le fait que l’événement (guerre de libération, guerre des six jours, guerre civile libanaise) a poussé les poètes à s’engager sans hésitation. Dans les textes examinés cela se traduit par une mise en scène du sujet lyrique (plusieurs figurations sont dessinées : poète coryphée, poète combattant, poète mage). La thèse montre que ces figurations n’ont pas toujours la même fonctionnalité au Maghreb et au Machrek.

15La deuxième partie traite de l’exercice littéraire de langue française et du statut de l’écrivain dans les deux aires francophones. Bien que très souvent abordée, cette question est assez sobrement examinée dans la thèse même si certaines généralisations peuvent donner lieu à quelques réserves (p. 128). La question de l’usage de la langue et la présentation de l’événement n’est pas évidente dans les développements que propose ici Blandine Valfort. Une différenciation est proposée entre les positions hétérogènes quant à la fatalité de la langue française chez les écrivains algériens et les positions homogènes chez les écrivains au Machrek . Si Tuéni considère l’arabe comme le cordon ombilical, pour elle, la langue française donne plus de visibilité au projet littéraire. Elle oppose le français langue de l’épure poétique à l’arabe langue de la métaphore.

16Dans le deuxième partie la question du métissage chez Nadia Tuéni est abordée à la fois du point de vue linguistique comme un fait inconscient à travers des procédures diverses : emprunts, répétitions, dérivations, etc., et comme motif par le truchement d’une géographie subjective où le désert rime avec la montagne. Le métissage religieux est également formulé dans l’œuvre en termes de juxtaposition et de fusion. De la même manière la thèse explicite les différents héritages et influences littéraires identifiables chez Tuéni qui vont du poète-voyant rimbaldien ou de la conception des rapports entre engagement idéologique et formulation esthétique des poètes de la revue Chi’r, jusqu’aux exercices d’écriture du surréalisme.

17Le métissage culturel chez Jean Sénac est entièrement analysé à partir de la problématique du nom propre. Blandine Valfort en entreprend un examen théorique fouillé dans le but d’expliciter la quête du père absent, mais aussi dans un cadre plus général car, pour elle « Etudier les emplois du nom propre, chez le poète, permet donc de définir la (ou les) communauté(s) culturelle(s) dont il se réclame. » (p. 220). Les procédures de narrativisation, les effets de réitération sont longuement disséqués dans plusieurs pièces poétiques pour mettre en exergue les quêtes identitaires, de légitimité et la figuration des héritages culturels.

18La troisième partie traite, plus centralement de la question du lyrique et du lyrisme poétique qui n’avait été jusque-là que postulée et non explicitée à travers la dialectique de l’Histoire et de l’intime. Dans une exploration théorique serrée, Blandine Valfort prend en compte le lyrique sur plusieurs plans : celui de la singularisation du sujet et de sa mise à l’épreuve, et la part de l’inconscient (cette dimension qui pouvait être très stimulante est malheureusement à peine esquissée). Tous ces aspects sont cependant longuement commentés dans l’étude de plusieurs textes : les chroniques poétiques de Claire Gebeyli où s’expose une ambigüité énonciative, la généralisation dans les poèmes algériens de Bachir Hadj Ali et de Malek Haddad et l’ouverture vers la mémoire telle qu’elle se présente en tant qu’origine chez Nadia Tuéni.

19La doctorante s’est penchée, par ailleurs, sur les fonctionnements rhétoriques et poétiques de la métaphore en montrant leurs différents usages en tant qu’allégories et figures symboliques chez plusieurs poètes (Anna Gréki, Mohamed Dib, Nadia Tuéni, etc.) En s’intéressant à la dimension subjective et intersubjective de l’énonciation lyrique, Blandine Valfort revient sur les figurations du poète examinées dans le chapitre 2 de la première partie.

20Dans le prolongement de cette analyse, le chapitre deux fait intervenir la notion de circonstance lyrique et de coïncidence qui traite, en fait, de la relation de l’événement historique par la poésie. La question du chant introduisant une modalité particulière pour manifester cette rencontre. Les développements qui lui sont consacrés ne sont pas toujours explicites par rapport au propos central sur le lyrisme.

21Deux aspects plus particuliers concernant Jean Sénac et Nadia Tuéni viennent conclure cette recherche doctorale. Le premier examine la question de l’homosexualité dans sa manifestation poétique chez Jean Sénac où sont esquissés plusieurs angles d’approche (le rapport au pouvoir, la corporéité du sujet poétique, etc.). Le second porte sur ce que la candidate appelle ‘l’épreuve du deuil’ dans l’œuvre de Nadia Tuéni, c’est-à-dire la manière dont les préoccupations de l’intime entrent en synergie avec les agitations de l’Histoire.

22On le voit cette thèse embrasse une variété d’approches et de cadres d’analyse ainsi qu’un vaste corpus dont il est très difficile d’en appréhender toute la richesse. Cette hétérogénéité des matériaux et des outils opératoires ne brouille pas pour autant le propos central de la thèse dont la qualité principale est la clarté et la constance. Les cadrages théoriques sont très documentés, même si certains points peuvent parfois apparaître comme périphériques à l’architecture démonstrative globale. Il faut surtout ici saluer la remarquable familiarité de Blandine Valfort avec le copieux corpus poétique algéro-libanais souvent sollicité et commenté patiemment avec une égale rigueur et passion. Une version allégée de ce travail serait la bienvenue dans une publication en direction d’un public plus large d’universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadj Miliani, « Blandine VALFORT : Le lyrisme face à l’événement. Etude comparée des poésies francophones du Maghreb et du Machrek (Algérie, Liban : 1950-1990), (dir. Bruno Gelas et Katia Haddad) », Insaniyat / إنسانيات, 65-66 | 2014, 320-324.

Référence électronique

Hadj Miliani, « Blandine VALFORT : Le lyrisme face à l’événement. Etude comparée des poésies francophones du Maghreb et du Machrek (Algérie, Liban : 1950-1990), (dir. Bruno Gelas et Katia Haddad) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 65-66 | 2014, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/14925

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page