Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Les mots de Mai 68, Maurice TOURNIER

Foudil Cheriguen
p. 201-203
Référence(s) :

Les mots de Mai 68, Maurice TOURNIER, Presses universitaires du Mirail, 2007, Toulouse, 128 pages.

Texte intégral

1Les mots de Mai 68 de Maurice Tournier, 2007, vient enrichir la collection Les mots de que publient les Presses universitaires du Mirail de Toulouse. L’ouvrage est consacré au vocabulaire particulier ayant été en usage durant ces journées révolutionnaires qui ont bouleversé la société française et dont l’impact a été ressenti bien au-delà. Mais « "Mai" 68 a été d’abord une révolution verbale ». N’y eut-il pas entre autres slogans, celui-ci même qui a consisté à proférer « Assez d’actes, des mots ! », renversant ainsi le traditionnel adage ?

2L’auteur a bien pris soin de commencer sa quête en mots précisément en 1968 pour recueillir le maximum de « Mots, sur tracts, sur affiches, sur les murs, les banderoles, les pancartes, mots de manifs, de discours oraux ou placardés, lancés, transcrits à chaud, mots répétés mais aussi marqueurs en bien, en mal ».

3Maurice Tournier en lexicologue averti, particulièrement en matière de vocabulaire politique et social, nous fait revivre toute une époque, celle-là même qui n’a pas manqué de déterminer celle que nous vivons aujourd’hui, par la grande précision qu’il donne des évènements dont les mots recueillis et restitués dans leurs contextes d’émergence et/ou de remise en circulation, alors nécessairement fréquente, constituent de précieux témoins. « Que "signifient" les entrées recueillies, écrit-il ?... Avant de décider des mots en tant qu’êtres de raison, il faut interroger leurs raisons d’être, contexte, situations d’énonciation, référents, circonstances, destinations, origines, bref leurs sites d’emploi ».

4De Anarchistes à Volonté, en passant par Autogestion, Bourgeois, Capitalisme, Chiens de garde, Combat, Conscience, Enragés, Exploitation, Front, Gauche, Ouvriers, Pendre avec les tripes, Situationniste, etc. ou par des anthroponymes tels que Che Guevara, Mao Tsé Toung, ou encore des toponymes tels que Billancourt, Flins, Caen, Nanterre ou Nantes, tous marqueurs d’événements historiques importants... ; toutes les entrées sont soigneusement consignées par l’auteur qui en précise l’usage, faisant de ces témoins d’histoire des documents précieux permettant la reconstitution d’une mémoire affleurant, au-delà des acteurs qui l’ont vécue et/ou déterminée dans une certaine mesure, en chacun de nous comme un savoir collectif réapproprié.

5Outre la partie dictionnairique, la plus étendue de toutes, l’ouvrage, dont le format s’apparente à un lexique de poche, contient une préface, une chronologie des événements de Mai 68 et se termine par une bibliographie sommaire suivie d’un index. C’est que l’auteur a voulu donner au lecteur le maximum d’indications pour lui permettre de situer au mieux ces fameux évènements de mai 68. Puisque le slogan Assez d’actes, des mots ! le recommande vivement, il n’y a qu’à suivre l’itinéraire de ces paroles à l’origine du renouveau social et politique pour comprendre que la révolution n’est pas seulement bouleversement et changement des données concrètes et objectives ; elle est aussi et surtout remise en question puis évolution des mentalités. Les paroles ou, plutôt, les mots sont justement les éléments qui font le lien entre l’expression de l’univers extérieur subjectivé et l’idée objectivée que détermine ici une partie d’histoire qui ne finit jamais d’être dite, écrite et redécouverte.

6Les mots de mai 68 sont là pour dire le fragment d’histoire dont ils sont les témoins privilégiés, se perpétuant ainsi en échos et se constituant en savoir renouvelé puisque une lexie aussi courante que nous, dont la référence est généralement renouvelable en fonction du contexte devient ici « affirmative et revendicative » autant qu’un « outil de globalisation et de la solidarisation dans les luttes... », à tel point qu’il apparaît que, si la référence est un fait d’histoire plus ou moins établi, le sens est une perpétuelle reconstruction impliquant une lecture plurielle des évènements.

7S’il a manqué dans le passé un manuel de lexicographie historique traitant des évènements de mai 68, l’ouvrage de Maurice Tournier arrive à point nommé pour répondre aux besoins du lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Foudil Cheriguen, « Les mots de Mai 68, Maurice TOURNIER », Insaniyat / إنسانيات, 39-40 | 2008, 201-203.

Référence électronique

Foudil Cheriguen, « Les mots de Mai 68, Maurice TOURNIER », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 39-40 | 2008, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/2065

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page