Navigation – Plan du site
Positions de recherche

L’écriture, un espace de jeux et d’enjeux dans « Terrasse à Rome » de Pascal Quignard et « Saison de pierres » d’Abdelkader Djemaï

Nabila Bekhedidja
p. 193-200

Notes de la rédaction

Thèse de Doctorat en littérature comparée et générale, soutenue le 04 Mars 2008 à l’Université d’Oran sous la direction de Madame Ouhibi N. (Université d’Oran) et la co-direction de Blanckeman M. (Université de Rennes).

Texte intégral

1Si l’accès à la littérature se fait par le biais des romans, il en est de bien singuliers, voire de particuliers, par leur façon de présenter au lecteur « le fait romanesque ». Dans cette catégorie « romans particuliers », par rapport à ceux communément présents sur la scène littéraire, il en est deux qui ont retenu notre attention, par une narration peu coutumière, il s’agit du roman de Pascal Quignard « Terrasse à Rome » et le roman d’Abdelkader Djemai « Saison de pierres ».

  • 1 D’ailleurs André Gide parlait déjà de la difficulté à raconter.

2« Terrasse à Rome  » et « Saison de pierres » se présentent comme une histoire dont on ne connaît ni le début ni la fin, comme un puzzle ; il arrive souvent qu’on échoue à les remettre en ordre car chaque roman est tout entier situé dans l’impossibilité de son accomplissement, puisque les romanciers s’attachent à révéler à la fois un progrès vers l’histoire et l’impossibilité de la rejoindre en tant qu’histoire. Djemaï et Quignard ne prétendent pas être les détenteurs de la vérité, les détenteurs d’un secret puisqu’ils déploient leurs efforts pour dire ce qu’ils savent, mais dans la confusion. Nous constatons que le langage est porteur d’opacité dans les deux romans, les deux auteurs jouent avec les mots, créent un jeu de langage et un jeu d’écriture, ils veulent montrer qu’ils ont une énorme difficulté à employer les mots et à écrire1.

3D’ailleurs, les deux romans racontent une histoire ; l’histoire (d’un peintre ou d’un écrivain) ; ils sont soucieux de faire vivre un héros (Sandjas et Meaume) et de susciter un univers, qui devient piège où se perd la curiosité du lecteur. Cependant, les deux textes vivent une crise intérieure : ils tiennent à montrer l’échec à peindre la réalité.

4« Saison de Pierres » et « Terrasse à Rome » refusent ostensiblement les normes établies de la narration. Il est donc, impossible de trouver dans les deux romans une intrigue se déroulant, verbeuse, convenue, ordonnée, s’engageant, se fortifiant se développant suivant un harmonieux et raisonnable crescendo mouvement. L’histoire est souvent coupée par les indispensables arrêts et les fausses manœuvres. Au lieu d’entraîner le lecteur dans un univers fictionnel, ils font de la narration un élément central de leurs propos, ainsi, au fur et mesure que la fiction s’élabore dans chaque texte, celle ci se tourne sur elle-même et s’interroge sur la nature langagière ; elle se dit, et montre constamment comment elle se dit. D’ailleurs, les deux romans sont chargés de valeurs d’art et de pensée, appelant la collaboration du lecteur, cherchant à éveiller sa conscience à des problèmes plutôt qu’à l’endormir par des contes. Ils sont moins soucieux de présenter la réalité que d’inviter le lecteur à y réfléchir, loin de proposer un divertissement mais plutôt des motifs d’inquiétude. Ils nous ont interpellés parce qu’ils demandent de la concentration de la part du lecteur, parce qu’il nous semblait en lisant qu’on saute des chapitres, et pourtant notre lecture était linéaire. On se résigne à leur particularité qui invite tout lecteur à plusieurs lectures des deux textes. Et c’est ce qui fait l’intérêt de chaque roman.

5Pascal Quignard et Abdelkader Djemaï vont retenir donc toute notre attention, parce que se situant au niveau de deux tendances différentes : conservatisme et changement. Ils vont dans leurs romans poser le problème du statut de l’écrivain, de la difficulté d’être un écrivain, de la difficulté de narrer, tout en se prêtant à l’exercice de la narration. Les deux auteurs évoluent dans la période où le roman vit une crise, se manifestent par un divorce entre une littérature de recherche et littérature de consommation. On a voulu remettre en question les moules par le refus de tout ce qui a constitué les normes romanesques établies ; Pascal Quignard et Abdelkader Djemaï de leur côté ont estimé que l’on entre dans une époque où l’apparition de nouveaux caractères peuvent transformer le roman. Ainsi, on découvre deux auteurs contestés par leur hermétisme. Considérés parmi les représentants du roman moderne contemporain, Djemaï et Quignard s’éloignent délibérément des conventions romanesques et s’engagent dans l’exploration de voix narratives nouvelles qui leur ouvrent la porte à un autre type d’écriture romanesque. Ils réfutent certains conformismes narratifs et proposent des romans atypiques qui invoquent une modification des habitudes de lecture. Ce qui explique notre motivation de procéder à une étude comparative où il s’agira, en premier lieu de comparer les deux textes par rapport aux normes romanesques établies, et en deuxième lieu de les comparer sur deux plans : celui de l’écriture et celui de la narration.

6Les deux textes proposés ne sont pas étudiés à partir d’éléments biographiques ou de notes personnelles des auteurs, mais sont appréhendés par le biais de l’écriture entendue comme moyen d’élaboration du romanesque. L’étude de ces deux romans types, nous permet de montrer comment, à partir du bouleversement des formes narratives, des jeux de langages et des jeux d’écriture, une nouvelle forme de littérature est entrain de naître, s’inscrivant dans la rupture, dans le changement, dans la modernité ou dans la postmodernité. En nous appuyant sur la narratologie utilisée comme outil d’analyse appliquée aux deux romans, on a analysé la difficulté de raconter, la difficulté de décrire conformément au récit traditionnel, par les infractions que se permet l’écriture romanesque.

7Les deux écrivains, aussi différents l’un de l’autre, présentent des similitudes latentes que nous avons essayé de mettre à jour à travers . Danétude rogrenant ro cConsidératio  la différe ceiculturelle et littériure :magprbi ne jour l’un etocc identale jour l’autre,ets qui mxpliquravit ur rapport différene à la modernité.Unea modernité différent,r à travers les deuxnœuvres quinle rblvet certaisement pas de la-mêmeprataque trangvrestiv,t ni du-même rapport aux traditiost littériurse.

  • 2.

Saison de pierres » et « ,n de noes arrêrer surlle fnictionnement narratis et lesrmcmanismes de prducation des deux romansafain de montrer commenr la oation deageure, d’épolenc’est plue pe?forment,rete qu’ilvau mcieux parver ue texte :obj et d’xpgériecves nmbrbeuss par le biais de l’écritur,r re récit étent dnven #accestoire puisqueil l yn a pluedte catégories romanesques mais veulement desécriturs2

Saison de pierree » publté en1986,a concernelle étisme qui af raptéueaveill.t Abdelkader Djemaï fait re récit de(Sandjas dans uneveille où tout est desuse cestus.d « Terrasse à Rome » publté en2000,.m et en rbiefe la ice de Meaum,e où le romactier 'in géice à desirnar par torchts saccestives ou iachronisque,tale jrtravit decuegtraveur. Ainsi, la cimpositio.

2

    /li>

    . /li>

    et  Saison de pierres  . /li>

    .s Cetteoderntèrespartie s’intiule : crastion romanesque etcatvnité de lecture. Quignard et Djemaï consruiosent des univers de mts à partir reshrrates : curtues et èrchts jour l’us, dnsues et compcthts jour l autre :ooù le etpour ue mtl s’accomaigne d’un etpour ue"textn. Le roman est pa foisf rapté par at compclité de la?pag (ooùueasrolifdératioe quisrravit pentêtre uninfinrs de l’écritur…lle pas de Djema)x et d autrsa fois par atemeacle u bBlan (« Terrasse à Rome » et le roman « Saison de pierres » explorentils l’espace ue langag ?. EtsquIls sont les procédés d’écrituresprécfhiques emplodés dans les deux roman ?.

    .

3L’écritur devient le prpuresuj et dans les deux romans erivertisuant aussi tout prj et narrati,Saison de pierres »avient er ue"toutsesx e: l’ordr,) et de l’ogmanivatio,xlue texte est ainsef rgemenr, et mrcvlté.

L’étude de l’splecs narratisdme Saison de pierresa constitde la deuxièmespartie ue"trival)n. Lesaneuéts50 révulent l’icampclité ue langagt à dire et à changurllemoentn. la oation de « littératur> » se vost plosapremsre encaeuse, au rofvit decuelle L « écritur> ».Eun evrarchs, les derntèresaneuéts semblent bienêtre, celles ue etpour de la « littératur> e : une nouvelle génération l écrivains,rdnvedg que l flgftimlité de l’ctme crasteur, manifestn de nouvear sa coifiacme dans les nouoires ue verb) et de l/imaginatioe. Qd’ee es-til du roman de Abdelkader Djemaï>« Saison de Pierres » et du roman de Pascal Quignard « Terrasse à Rome  ?. Commentogmanirentils teurs texte ?. Commentnarrngrentils teurs récis?. Comment cimporentils teursnœuvre ?.

51 D’ailleurs André Gide parlait déjà de la difficulté16à raconter.

puisqusuisqu Rom, de Djemar les indisosent desécritu.an>L yl’ vitsnt commnité.Unegidège ,rete qu’iordr lapijeux d’écre dsent,r lle langageacon,ouve’étudrogr c’est ce quisre coniorme dans les propo3 deM. Butoee3ienldem «an>Leursr, e Brunoi j rograpv «Lan>LI/em> » se présentent comme une hire dont on ne connnt aubroxte :oes rus nous propoiables arr . l class="textuvres. Au lieu normesnameèmPvent tranormhm et eure, dans snc,u ds drpes,; ’otion eormhm et et ent et portleem> et le lle la qupus eculté d ent et ,eormhm et ean « SaiurshmétajourDltés> et le rome.s Cette les -"paranuptitte les -"s> ehs deux t pas on_i et eusde mtre préstexte">cques arpiflé-même et s’s étéaemeuétsour l’moànnoe ( lasacriparaes m delr,r sulcouvre)riptiomTerrass de la?pag (rd « riptioesdescriptioesdnegtraut Dl

mesp qupus ecultent dede l’splecormhm et re, dans l

«ipù lscritt AbdeRordre carmesp snamexte, cen e  aus Quiion. e, atur>vari deux ,>L’étude

L’études deuxe lpn t pl, ce qui a ro oiqua plueu récie »n di leitismetitaexamrasseion. mrauituret de ch écri . Dtext">Ne cedl’orltes derntès ne . « trivntériel, esh Alent s arrêre>1 e» et du rodyft2entifréhe propoisel divorcs nmbrbeusss dànnoentogmanirentils teurs teout moins un ff et dedisaconinudité, dedislocvatio,x de dénoeul/imadléchiat plusieursparograpves oogh biee texte Ts intmescresx, Elgér,i maisent ue roma,r smTnçaicam textncophos d–cedl1945rrouétsae récr façCnt (...)selected">fr1 D’ailleurs André Gide parlait déjà de la difficulté1même raLanarration.

difis Rom, e lparatneiyn aus et ld et Dal Q <;eiyn aus et ld ens détenteurs t plt commnlut des ts rser m>ur aus et le"es j atyp du leême et s’introgirt de Gr4sele,vost pl 0 rs, qntifr e en ordrain de réfléchir surldu récie »openrt deocSu ficulo l la lrrato litnous avo (maghjour de lecture. Qutude rogronsruiosent desnue leeu no romantératur,r suo li lecteun se ppport dass/utuupderntèrese connur aus et les ps les procÀun ratur>ns l a lrme « Saiubrtieiv l nass=rene àn class=rograprête évifisda « litrorejns,ene(

3Laj

L(Saiso Faimpoction de Madame Ouhibi André Gide parlait déjà de la difficulté >2 nt desente la,r s DjemPur >un/em » et ur aus et les pparu,sour > ics et i,sour > tinfids decaoes r et à dire lesi>   mots et à dire les hosue…lle pas de Quignarture et datiots sur lratatur>ro vlet e lAinsi, on dép class="texte">2 uvres. As narratifs Quigarr . de normes romanesques établiesla cmppréhestion textnell.s Cettespartie portelue intre d’étude de la n donr">5Se ànnoes interrogir sur la cmppréhestion textnell.s Cettespartie portelue intre d’étude de la n ots su devies aus Quiss elaboration

Saisont à lede prduquur littaqudeaent elle set decuesent d a ribvue u broeilgage de la cmppréhestion textnellécrituresprécfhiques emplodésuer, lavire c mtrait lat mer le roots et à aque direon de pierr»tion de Madame Ouhibi André Gide moderni">Alent" tiQuvo regparlue trrésentenet à aip llentogmanirentils teurs texte ?. Commentnarrngrentils teurs réci2ueanœuv ne sp  moderni> puisquu R Abde re rvn claaip lls sacri s arrêrt le r "vntéi> desifiaure,sse situ pare rooblentiier situ"nle veogr"thros, qui Se Senteursnassossour ,es<é conr e en d’nle veon de normse ce deux romans, les deux romp. Dtex; elle i d rcQuiion. e en d’our ,sophs procns sncecritt AbeRordre cascentrSandjasm">2t Quigndillitté

ntvres quinle rtes j atyp du leUnlAinsi, ratur> la llemltens leiont ion. e en quess ne Eun seoens lieds et pro drpes,iculier sur tains prve de fnicuarratifs deuxe de la par« Terri utn propoiun adran de ons romire">S us nooud oser un e ltsport sacri res quinle urse se à rueaTerronn uninfi oait par em »slemcis dan’ordre hrontsurtion de r . haque romnt deionsr lapordre hrontsurtion de rade la pahaque romtion de Madame Ouhibi N. (Unndiali" title="Signale--st ce quisrgo-m> href="#t/> Ha/eme

idcher/strong>
ul8 | 2010issul/cherivBlanckeman M. (Uli> 15064
?. Comme
> iteNed"> 14935
?. Comme
> iteNed"> 14750
4. Comme
> iteNed"> 14479
4. Comme
> iteNed"> 1426
3. Comme
> iteNed"> 1398
3. Comme
> arrat:

iteNed"> 1383
3. Comme
> iteNed"> 13629
2. Comme
> 2) PeéositeNed"> 13390
2. Comme
> iteNed"> 12472
1. Comme
> iteNed"> 1247div> v id="do53iv id=""> 1. Comme
> es :: popuoderntrodoncous avrssiteNed"> 1246
1. Comme
> iteNed"> 5020
0. Comme
> iteNed"> 4229
0. Comme
> iteNed"> 4
0. Comme
>