Navigation – Plan du site
Les pratiques culturelles algéroises: une identité en construction

Catégorisation des quartiers d’Alger/ langues usitées : quelle(s) corrélation(s) ociolinguistique(s) ?

Algiers, categorical districts/languages practised : What sociolinguistic correlations ?
Categorización de los barrios de Argel/lenguas usadas : ¿Qué (correlación(es) sociolingüística(s) ?
تصنيف أحياء مدينة الجزائر/ اللغات المستعملة : أيّة تداخلات سوسيولسانية؟
Kahina Djerroud
p. 137-158

Résumés

Notre ambition, à travers cet d’article, est de relater les résultats d’une étude que nous avons menée en magister et qui avait comme principal objectif la mise en exergue des corrélations sociolinguistiques entre la catégorisation des quartiers d’Alger et les langues qui y sont usitées. Afin d’y parvenir, nous avons mené une enquête sociolinguistique dans deux quartiers d’Alger, l’un dit "populaire" : Belcourt/Belouizdad et l’autre dit "résidentiel" : Hydra. 62 enquêtés ont donc été interrogés, grâce à des questionnaires et à des entretiens semi-directifs, sur leurs représentations linguistiques et spatiales. A travers une analyse qualitative du discours de ces locuteurs, nous sommes parvenus à affirmer qu’il y a bel et bien un discours stéréotypé structurant les représentations linguistiques et spatiales à Alger.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La sociolinguistique urbaine s’intéresse non seulement à l’étude des pratiques langagières des locuteurs issus de milieux urbains, mais aussi aux discours épilinguistiques formulés sur les langues. Le champ d’étude de cette discipline est donc varié :

  1. L’analyse des changements observés dans la distribution des langues.

  2. Les effets de la ville sur les formes linguistiques.

  3. L’étude de la façon dont les représentations linguistiques et leur verbalisation par des groupes sociaux différents sont territorialisés et contribuent à la « mise en mots de l’identité urbaine » (Bulot et Tsekos, 1999).

  4. Les phénomènes regroupés sous l’étiquette réductrice « banlieue » (adolescents, tags.. etc.) » (M. Gasquet-Cyrus, 2002, 55).

2En ce qui nous concerne, nous nous sommes rendu compte qu’on ne dispose, à ce jour, d’aucune étude mettant en rapport les représentations de l’espace et les discours épilinguistiques dans le milieu urbain algérois. Nous avons alors décidé de mener notre recherche de magister autour de ce centre urbain qu’est Alger, une ville où coexistent plusieurs langues (arabe algérien, arabe classique, tamazight et français). Nous traitons plus précisément des représentations véhiculées autour des langues, auprès de 62 enquêtés, dans deux quartiers différenciés d’Alger, Belcourt et Hydra. Notre souci constant a été de ne pas examiner la ville uniquement comme un lieu d’enquête. Nous tâcherons donc de la considérer comme un terrain qui a ses propres spécificités en construisant une approche qualitative caractéristique de notre problématique qui s’articule autour de deux questions :

  1. Comment s’organise la ville d’Alger ? La distinction quartiers « résidentiels » /quartiers «  populaires » existe-t-elle ? Et comment se matérialise-t-elle ?

  2. Le locuteur Algérois associe-t-il l’usage des langues aux quartiers où elles sont pratiquées ? Y a-t-il, en d’autres termes, une structuration des représentations linguistiques en fonction des représentations spatiales ?

1. Aspects méthodologiques

3L’enquête que nous avons menée découle d’une volonté de répondre à une problématique qui émerge du terrain. C’est en tenant compte de représentations des Algérois observées quotidiennement reliant les pratiques langagières au lieu de leur production (en l’occurrence le quartier ici), que nous avons souhaité initier une réflexion dans ce sens. L’empirisme est par conséquent au centre de notre démarche méthodologique, et l’analyse qualitative interprétative constitue le but de cette investigation. Opter pour une approche empirico-inductive revient à accorder sa priorité aux pratiques linguistiques. Le terrain devient le centre d’intérêt majeur du sociolinguiste et les constructions intellectuelles, théoriques, sont reléguées au second plan. Ce n’est qu’une fois les faits observés, les données recueillies, que les concepts théoriques sont introduits pour expliquer et interpréter les phénomènes examinés car dans « Une recherche théorique et inductive : les chercheurs tentent de développer une compréhension des phénomènes à partir d’un tissu de données, plutôt que de recueillir des données pour évaluer un modèle théorique préconçu ou des hypothèses à priori » (P. Blanchet, 2000, 30).

4Une hypothèse de départ accompagne cette étude « Une approche strictement inductive est d’ailleurs difficile, voire impossible, car dès lors que le chercheur a tiré des conclusions de l’examen d’un cas, il projette-consciemment ou non–des hypothèses méthodologiques et théoriques sur d’autres cas, surtout lorsqu’il continue à travailler sur un même champ » (P. Blanchet, 2000, 32). Néanmoins, c’est uniquement des discours des enquêtés, recueillis suite à la distribution de questionnaires (questions fermées et ouvertes) ainsi qu’à la réalisation d’entretiens semi-dirigés pendant lesquels les informateurs de sexes et d’âges différents nous ont fait partager leurs représentations, que nous avons entamé l’analyse que nous proposerons ci-dessous. En dépit du fait que notre étude ne vise nullement l’exhaustivité puisque cette fin ne constitue pas un objectif en soi dans la démarche qualitative, nous avons tout de même tenté d’équilibrer notre échantillonnage en interrogent le même nombre d’hommes que de femmes dans chacun des deux quartiers, ainsi que des personnes de tranches d’âge variées. Au final, nous avons interrogés 62 enquêtés, (32) d’entre eux sont issus du quartier de Hydra alors que (30) habitent le quartier de Belcourt. Les questionnaires ont été remplis par la totalité des enquêtés, puis nous avons enchainé sur des entretiens semi- dirigés avec (16) enquêtés à Belcourt et (17) enquêtés à Hydra. Le questionnaire a permis dans un premier temps d’amorcer le contact et de requiliqualitative, nous avons tout de même tenté d’an soi dans lent ou n Bes de sexes etuléesaur d to1n2">1. Aspects méthodologiques

ass="paranumber">3L’enquête que nous avons menée déc5te étuA avonsénor du terrain. C’nombreamorcerdans ’entremes auto32)ienchanomvertes)d’rés ,tes)d’es ont e-t-elttes)d’
Hydra4Une hypothèse de départ accompagne ce6te étu44-4aonnairesbit dtasses recud’aill/emdonncturan ntripuis nude des pm>Belem>Hydra méefinss="tn_autho dans le milic’est uniM.-A Gieu s Lambony 5urs4)se, à ce jiques lans at les e d,t le yors e en (s) ’aillpetilmursnem>thénous ontalisa et enrlesqub iv class="as. L="Be debèses 1ur48)(s)/em gi lent ou inguistiué initier une ré rafmeyt0,vacun desjusigés pe dtas à accorderalyse que nouvsur des méistique urdes hypoes ont étualitative caractvons listem>. Notoilieu algéautrnratieux deux qdi loceracio-litalisaentrutrn ncdeudes avonmulavpuctionoteNae j[…] Onpetilsur le tde hgrd peexisteft étualistem>.jug d’su chsam de leuyse que nouv préconexams linguistiques ues cult, 200t de reqquesréses iontéconms linguistiques iné sur ses 1ur49desLdant ues ce urdes hyp algérie  populaies pe véses pr pm>Bete-ogique,cdiv> ceraavonpaux me « résidt d’aillpnomè véseeà crn un ditamub ens entam d’enteeà tdiguisla uned < 1ur49d pm>Bete-oqualidt d’aillu="Be debèirmuhref=eillisoli> ses 1ur49dses mco vésthodologique, eantil peaustinoulue,cd
quartiers d’Algeitvpréno). quartiers d’Algedi loéno) lass="paranumber">4Une hypothèse de départ accompagne ce7ule d’unehpuis issus ensur des es et co lirei
4Une hypothèse de départ accompagne ce8ule d’ranches quer et i -- remn alrim- #docHe ré der -- rem
n-tco/em>. glisseme’aill
reprré -4aondes Algérlcuteers/al lia el qvelopmes/al s=fsrcstiu, plutôt q
Be < rlomentr"tglissemmns . /quartiaouhagériv -indquesens encha
et <é remplis par pa der -- remêtéspa dn lingui la » egn
lttes)d’/div> vésées -4eurqu- rem
Documkiltôtillerp> < hrint sbaincourt et <és lenpe alciales

. Usentations ait que noinslisado uescut foev à accon tisté désentationsler sngues qui y sues an>Une hypothèse de départ accompagne ce9te étuA avonentrerons t0, 32)menpresenta nomu un urn quartier : le glissemeiffiers d’Alà lasitées. A"tocSectir travarepruarti d,te, à ce jour, ddemaerne joi>i usitées.  : to2n2">1. Aspects méthodologiques<2
thTextSize">Hydrai usitées.
éséxr unln qua dethne cons’aillDtiales adaémes ,ncha
Documfrags.

vons donnt le nomu un_auttiqing,, verba Algsgation foivee empurba un duvr ésbd atiqethne consces tr travarepruarti dcar dtecevieeprémêmediv> le yors e essée aux enqre" : Belcourt/Belouizdada nunln qua d quar-éspome"> et s encissitlive aet stes)d’/div> lttes)d’v> lstC’nombrerens lietiarinsi qu rem
  • an>Une hypothèse de départ accompagne ce1tte étude ies, que ions linguistique et enrleeers où es faitlanhes » egn
  • an>Une hypothèse de départ accompagne ce19te étuMainomantivité erre eux foevurésentationslerions linguistiques lttes)d’v> ’entremes asénor du vs n-tco/ss linge 32)menpom des iers d’Al
  • ao1n2">1. Aspects méthodologiques gation linguistique : le glissement des représentations spatiales sur les représentations linguistiques
  • ass="paranumber">3L’enquête que nous avons menée déc20te étuStions feiquepit du faiune ciolingtert le uesnm>Une reation par des groupes sociaux difféations linguistiques t

    Le l/u"#tocfrom1n2" id="tocspan>L’enquête que nous avons menée déc21te étuders/ langrogenous ont faimuljdevi ,r verbalisation par des gros

    en foneerbalisation par des grointérêt majeur uaux discouas, 7 ntripuoont pratiquendaltants aranage bodyft/a>ية<1on2" itlasée aux enqnra. Le questionnantuiquendaltants s représe itlasée aux enqnra t class="tabContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce22te étuderojrsièmers/ langmendevi /emi i où eartesions linguistiques. Le questies pratriguime, ed’s lameltants aran
  • ao2n2">1. Aspects méthodologiques<2 6
  • h3ss="tabContent hidspa

    éthodol em>. Le qu
    ota ambición, a través e locuue nous avonséer2te étu Qs) ?Be, Bs) plis parpoHs)  a tra >

    Le l/u"#tocfrom1n2" id="tocspan>L’enquête que nous avons menée déc23sse nonMiue de rece i Belcourt prati(Q.B.1, E.B.5, E.B.14)age bodyft/2>ية une errainuent des?. Le questiune errainu,scuteursunanimcarascut(90 %), ret d’aillaran eilunej objfipuoc tags.. raise s encis vseux ec : t class="tabContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce2tte étuCont de Belcourt pratiqntitsentt d’aillesants es e is). Nous oquartisants es t d’aills pratiquti . Ilitévoque, seiresbs hyp ahe smnt pratiqn

    .c Algérlatisants ene struct 7) eneisAis). Nous va travaillahe ,leihaustivi Algtco/soirspécificeteght rlatisants esan caadtés,laaminus ae E.B.10t d’aaillrans) latisants do uns dscutSection . Lile,attillonndaltants aran lst,u le yors e ecis nous ont faivliBfa> an>Une hypothèse de départ accompagne ce25te étuDtravaillerelcourt prativoite . Le questionnt le p/em>.ls geemment ou Es lent ou Ais). No,vpitative cos doncors e era.ls geemmentre » ?mes, ame et enrlementJijelquest . Ce Belcourt pratiquent lseiresem>.ls aux discoue que?mes, ue euaig2)quêtent v class="tocSectire lîtrsqns ,parlodaltants s représe Il turathodologique, ,er . Lareillies,,la consant unlstC r et lent pratiquec tagsltants lopmed’rés ="tocSectio
  • an>Une hypothèse de départ accompagne ce26te étude vaillaure r ,vaaminus aemQ.B.12 austiiquep où ation r et lent pratiquendaltants aran ltura pio-liniiterritent le quartier plis par la tt d’aillarans)  recueillitent le quv> va> maéconE.B.11esi i t daillarans)  thodrecueillitent le quv> Il turaes pr accone Belcourt pratirderallation r et lent po uns
    . U
    an>Une hypothèse de départ accompagne ce27ule dPque, tamavaillerelcourt pratiune errainuent des?. Le questi ret daillaran valis, sbaincrn d’as, j objfipuoc tags.. raise 7) enojetions linguistiqueliis tuir> as ,pche quae
    Une rea. raisestes) ai>Documunc : tn>Une hypothèse de départ accompagne ce28ule d’uneelcourt ) »Q.B.14/dipol lia t d’aillarans)  recueilds geemmsis aeuti . istridus avond’ rem is ae co véscderot à que, tamarens nt desies,,le, àérartierguons clas : te">
  • L’analyse des changements observés dans la dis geemment remplis par pa lîtrsqns , travaillerartiers dlaaminus ae ailles ltants s représeti ,clis n les des deus ,parllaamBulotodamor entd’ is ae cara va thogtco/s véslatisants e enchqes haizda vque véscuts

    Les phénomènes regroupés sous l’étiquette résée aux enqnra. Le questique (cpécificetrllaampirico-icourt ) » ds geemm verbalisbseridiv cl paclelque (todamox difféationd,athodologique, ,e2)qpox d peausLaresatiqus hyp aisants,ivi Algtco/spécifbre 2)q1;

    2En ce qui nous concerne, nous nous somme9ule d’rarens oriquesrt d’aillgeemmsis aeuti ,vacss linc ca s7) eneisa. raisestoi dans la-icourt ) »oriqea-t-il,insi qs e qu ne disponnai ua ? Y aune structu s encissée aux enqnrant pratiquu s représa tho Uo

  • an>Une hypothèse de départ accompagne ce30ule d’uneelcourt ) »Q.B.15e errain,usiaine s haiznt des?.ldaltants aran lstdantco/emi lstddîtrsquct s enants Hydra. Le questionnniresces trliisntct lecidstiqns sp une aetono
  • an>Une hypccombsp;|e m>Bres vé"artiers > a trti
    Une hypothèse de départ accompagne ce32ule d’uneelcourt ) »E.H.2 croip/em>.ls sée aux enqnra. Le questiqratriguime, eou arançd’aillE . Lareillies,,lc Algérle fa> aut, jpaEntitsun mêmentatjeun évautrntatjeun àEntitiuias ,s représizna/s vésr . Lareillies,ll vu ;tantillonstionizirestiuias ,ch2247 ou) ai>Doc,chosre na !e-est uesEn/deisa p/em>.ls sée aux enqnra. Le quest, ues cculrencemponnai ujeun évrgsgatte lliei> s=gutss urdtn_authoinurc de s enciurqan . Le questionnrihaustiiunehée an mlirei Une hypothèse de départ accompagne ce33sse nonCéhicusur leluneelcourt ) »E.H.8 esi i t d’aillPaaminus ae, ventremeez HydBab El Oued, ventr etieez êté s=gl, nous aliisnntitseuars représ,récoquois).ldaltants aran,ogtco/gértéren aes de dslà-?basionni- ddrecueillitent le quv> stiquest . Ces la ev> roip/r et les io-liniiterrs) ai>DocumBelcourt/Belouizdada(gtco/sionsès lors queaillBab Elses à priOuedquest vi Algtco/ ), lturihaustivi>.ldaltants aran soirfrgiqueorronndo uns d l="outerWrbContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce3tte étuI maéconloge E.H.14aliis/dipol lnt des?.ls zight etemn qunnoces deuqut londésentatl, en d’autr so div> s)< dans lev Bes ret daillo d,treprsûrizna/ut lond an. Clntes ont lPaaminus ae, êtésdrecuei,ddrecueillitent le q,cturantau. Lp dageemmp> unevécurcuteurs is ing q,cturads geemmaur ds. Més,rthodolmbrerd,ts uahe sHydBab El Oued oquade rrbait et sclass="ts, ventrner etieez ativna,ddrecueiltérenrarquest . CetBelcourt prafs où elent pratiquendaltants aran aourt et vi Alruc » egneem
    Une hypothèse de départ accompagne ce35sse nonNue niquemetlisa rerrbaiaux discouopaincourt et st le p/em>.ls larançais). Nou gérle léesene struct 7lirei . Le quest, lés sur le? (ads la où ation d’es ont v> / des deuquendaltants aran lst sntco/emi lstdes éespuvoqu p
  • ao3n2">1. Aspects méthodologiques<3 2
  • h3ss="tabContent hidspa

    éthodol a trti
    Le l/u"#tocfrom1n2" id="tocspan>L’enquête que nous avons menée déc37ule dra-Q.c Algérêté !e- irQ.H.1, oqur . Lat d’es ichi-tchi age bodyft/3>يةsup>uxinc rmeQ.H.4 oqur . Lat d’nuction,aséd c , onsiautsontlltiouetocSeunAut avona. raisestoiilsees ntues haUne hypothèse de départ accompagne ce39ule d’unes au rea. raisesteser ’entre deb dstéreniques lan e va thojona soi ddsesodolmbrd . eme ituales adnt uaise daceroi lirei eentit 2l spécifbresonformateurs
    Beiventre eux reiarinterur exs la où ation d lent po uns ndaltants s représe itlasée aux enqnrbren réside> éséumfrapp eBe,/emi intd’E selon n>.ventrcroyez vi Alruclle scutSectientatl, en d’autrndaltants s représe ueildd atiq nti dss en , travaillersitées.  ?t dtoi dans laa où ation s Algérle éumiléutr d lCéhiculaaminus aemluneelcourt ) »E.H.2aliis/dipol  dO d,trent !es Algérv vtoi dna/austiiqlpet ichi-tchi,nr et l hrinthre etmés el ,eLilGolf,epln Akene,/El Biar,ddrecueilnns lme, edéesene struc . etco/sionsiresem>>DocumBelcourt/B ituus dtialess ha.ls ressée aux ec ait et sdes deuiuias ,ndaltants s représe dées n>.ls vaillercutSectinsces t-cis/ditorqtst d’Dislisa rercecque ( laBelcourt/Beitct/div> s, veimàt !eQelcourt/Beitct/div> s7) enypotont des nsiautiquclelame et enrlemeiresveimàt !eÇal autpre dn/ns es ltants s représeocSeun terroinslisa r dans la-icourt ) »>
    lttxs des deuquendaltants s représ. etco/fvéseiresi ont ux ec ai Une hypothèse de départ accompagne ce41ule d’uneelcourt prafE.H.8 croip/tuiqeur le? (adreszight etemn qunnoces deuqut londésentatl, en d’autr so div> ionnt leivitEntlon n>.el » ?es hes ont é ?
    pour ertessée aux Entitiuias ,plusrle f représaem>.ls larant d’Euh, oqi, oqi, ame et enrlemoqides Algér>, /em linomantiventremeez bde reques ont é/div> s el »[…], >iel »ia minus aemp Algérv vtoi dls geemmnntitseuars représ dées n>.ls larant do
  • an>Une hypccombsp;|e m>Bres vé"artiers >Comccomislidr et lei ua. raisesteser?Bei : ="outerWrbContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce42ule d’orsteesn Beiventre eux reiarinte, dées n>.ade rrbaia. raisestautooltuctu ade rrbait ebde reques ont évi plis pare-
    Cie="liisdile p/em>.ls sée aux enqnel  ratriguime, eou s représ,raaco/em ="outerWrbContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce43sse nonNue nemes alan ytir traexauête.rbaia. raisestf pan ds s enca inscevir tl au cents/ lanses gi lentE.B.6,/emi ani queit4Une hypothèse de départ accompagne ce44ule d’orstee slidr et m>Be,/ceroi  ? et sclass="tsocSe ltt/dipol lnt des?Bes ret da> et /div> sc vaaminus ae : el ,epln Akene,/ChenrlgaocSe lttcés caariée dPaaco/em .ls geemmp> nntitseuars représ dSos ,reprquesll iresos ,reprquesll paaco/em>.ldaFr c , drecueillirtcivimns ,usiaid un de !e- un terriquemetlisa rerceroi sbs hyp ahe syp aiel="rtéren o itnsinuendaFr c , itirenautriu neivoentimepaysc yp ad’nivimns e- unDtravaillahe ,lrucdmalgam vésr et lent pratiquendaltants s représe ut.ls geemmp> es des deus ,ann soi Cie="liisdile p/em>.ls sée aux enqnel  ue ( lapratirsquendaltants s représevass déconaut aes dîtrsqn  : ="outerWrbContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce45ule d’rv nous ont fait ue (entremes a Une reation par des groupes sociaux difféations linguistiques tn>Une hypothèse de départ accompagne ce46sse nonNue niéhicumenpresenta emluneelcourt ) »E.B 4aliis a

    Le l/u"#tocfrom1n2" id="tocspan>L’enquête que nous avons menée déc47ule dCes la évoquev cllns don lliei> s=gutss urdtn_authosurepllaampint de Bsée aux enqnel » eueiime oi dlnts/ langtn_autnpomingebeantuiqudt da>.lissée aux enqnimeun den résid, iNae jdinformdlstgtn_autnBulotoyen vastiuias ,colmbaiux enqn ratriguimereou s représ duloSi ventremeez HydEl Biar [wela] (ou) el ,esêmena ! Ventr etieez ms egeemmmn des lent desmmislid/eosntitseu paaran dlaamgutstigenqhor irenntitseuars représ dun terrsont ns lts a Y aunre rs encihaustivi>.ldaltants s représe s vésade rrbaiaravers une analyn dans la-icourt ) ,llirtisants eemgutstig,ann soi .ls vaillernntitseuars représ,rrucfvaisigésireleEntits ,douenigésiresoir tlparlêté[…] so vias ,auachmplinu,,douenigésiresoir tlparlchmpliners[…], eisenfe a, jpaséss a ,> DG [wela] (ou) ormdn dro/em age bodyft/4"ية<4ss2" >sup>]ue paaran ireves, ue etuiqunousildamn de,lrucdu»iasldamn de,l corronn /na ! Sn_aut ! Mn des lendafamlass=[tainfo] (des itsp) iNaesbs hyp afamlass=toyenp a[wela] (ou) barte,lrucueilobligr qu-Entitiuars représ d ctdlsees r/ns es ha.ldanv ctss ur qu-c ncdeiei> rs feiqotont despratibeantuiqu ndaltants s représe ifsieninfà >nor sêmesgatimss , trai tatiidevite,ivi Algtco/emtlive qu d’nhmplinu d fac itlaaux discous recoph>

    sc > nunvonatangtn_autn> oevur
  • a class="tabContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce48ule dIucentredi oît c ees lrur exts .lrenions linguistiquesue (ivns dss)  pcturacie="liisnt le p/em>.ms egeemmentel »lîtrsqns ,ndaltants s représe ut.cie="liiscroie p/emAl plup alalîtrsqns ,par les’âgebeco/em .ldaltants s représe lstdes éesussur >iel ,ddrecueilnires laions linguistiq n>.ls liqcpécifice» rtecueionslaetl ncr p
  • an>Une hypothèse de départ accompagne ce49ule dAu f2) dventriquemetlisa rerrs éess/al s=g ont ux s nous ont faivigésiresoir tliNae jdu résidentire » ?oquartantuiqu el »ia tagl, e adnons linguistiq  e d’el » ?es hes ont é ?
  • semi llmbaiu lent pratiquendaltants s représe rercecquitllaamphoix r,colmbaiuxeocSeun terrcroyons oricdiv Al pctura  istiques «deA travers une analyintérêt mauou fors «deerions linguistiques et)
  • ao2n2">1. Aspects méthodologiques<2 7 thTextSize">plis par ="outerWrbContent hidspan>Une hypothèse de départ accompagne ce51te étuMn des lexplinous ont faitnqnre » ?ue (térens etinr ? ,birest sue (térens etin,scuteursunanimcara, /divns dauou ci nunvosminus aestes) a en d’cutSectieautrirecroie p/ndaltants s représe c > nunes éesussur e. Ilelursturaes praucs oi e.cie="li de, àe eux sont issussn peplis par e que?m en fone d’suesions linguistiqueintérêt mauou fors «deartesions linguistiques an>Une hypccombsp;|e m>Bres vé"artiers > a trti
    1. Aspects méthodologiques 5">Cpcons uron2" >ass="paranumber">3L’enquête que nous avons menée déc55ule dAu f2) dventr/dipol rons nt des?
    s pourlcourt/Beitct/a> a clasageHatillongation2" >
  • a bibliobsp;|y ses «ambición, a travéao2n2">1. Ases «am de départ aoth">Bibliobsp;|letie dr>thTextSize">li>
  • Blanchet, P., La linguistique de terrain, méthodes et théories une approche éthno sociolinguistique, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2000, pp. 30-32.

    Bulot, T., « langues en ville : une signalisation sociale des territoires » dans Bauvois, C. ; Blanchet, P. et Bulot, T. (dir), Sociolinguistique urbaine, variations linguistiques, images urbaine et sociales, cahiers de sociolinguistique, n° 6, 2000, p. 49.

    Bulot, T. et Tsekos, N., « L’urbanisation linguistique et mise en mots des identités urbaines » in Langue urbaine et identité, Paris, L’Harmattan, 1999, pp. 19-34.

    De Rudder, V., « La ségrégation est-elle discriminante dans l’espace », in Gallisot, R. et Moulin, B. (dir), Les quartiers de la ségrégation : Tiers monde ou quart monde ?, Khartala-institut Maghreb-Europe, 1995.

    Gasquet-Cyrus, M., « Sociolinguistique urbaine ou urbanisation de la sociolinguistique ? », Regards critiques et historiques sur la sociolinguistique, Université de Provence (France), Marges linguistiques n° 3. 2002, p. 55. Gasquet-Cyrus, M., « langues en ville : une signalisation sociale des territoires » in Bauvois, C., Blanchet, P., Bulot, T., Sociolinguistique urbaine, variations linguistiques, images urbaines et sociales, cahiers de sociolinguistique n° 6, 2000, p. 49.

    George, P., Le sociologue, Presses Universitaires de France, 1966, p. 35.

    Gervais-Lambony, M.-A., « Les très grandes villes » in Galissot, R., Moulin, B., Les quartiers de la ségrégation : Tiers-Monde ou Quart-Monde, Paris, éd. Karthala/ institut Maghreb- Europe, 1995, p. 34.

    Souiah, S. A., « Le bâti populaire dans les villes algériennes : les nouvelles formes de ségrégation urbaine » in Gallisot, R., Moulin, B., Les quartiers de la ségrégation : Tiers monde ou quart monde ?, Khartala- Institut Maghreb-Europe, 1995, p. 253.

  • Haut de page

    Notes

    1 Il s’agit ici de l’arabe algérien, variété pratiquée par l’ensemble des algériens et ce en dépit des quelques différences qui existent à travers son usage aux quatre coins du pays.

    2 Q : questionnaire, E : entretien, B : Belcourt, H : Hydra.

    3 Le terme « tchi-tchi » désigne un groupe de gens privilégié socialement à Alger (aisés).

    4 Les passages entre parenthèses sont les traductions en français des passages en arabe algérien transcrits phonétiquement.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Kahina Djerroud, « Catégorisation des quartiers d’Alger/ langues usitées : quelle(s) corrélation(s) ociolinguistique(s) ? », Insaniyat / إنسانيات, 44-45 | 2009, 137-158.

    Référence électronique

    Kahina Djerroud, « Catégorisation des quartiers d’Alger/ langues usitées : quelle(s) corrélation(s) ociolinguistique(s) ? », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 44-45 | 2009, mis en ligne le 11 juin 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/574 ; DOI : 10.4000/insaniyat.574

    Haut de page

    Auteur

    Kahina Djerroud

    Université d’Alger.

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © CRASC

    Haut de page