Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Aire régionale Méditerranée. Aire régionale, session ad hoc Association internationale de sociologie.- Paris, Programme Méditerranée – UNESCO, 2001.- 288 pages

Hassan Remaoun
p. 222-224

Texte intégral

1Préfacé par Gérard de Puymège, coordonnateur du Programme Méditerranée de l'UNESCO, cet ouvrage qui se situe dans la continuité d'une autre publication (La Méditerranée : modernité plurielle, UNESCO-Publisud 2000), regroupe pour l'essentiel des communications qui avaient été présentées lors du XIVe congrès mondial de sociologie organisé par l'association internationale de sociologie (tenu du 27 juillet au 1er Août 1998 à Montréal), et ce dans le cadre de la session ad hoc Aire régionale animée par le Groupe Maghreb- Méditerranée.

2Selon Nourrédine Abdi qui assure la direction de l'ouvrage « l'objectif est de mettre en évidence cet espace comme système régional dont l'importance est aussi grande au niveau mondial que national. L'étude de cette aire régionale présente ainsi un grand intérêt tant d'un point de vue purement heuristique qu'au niveau de l'action. C'est dans cet esprit qu'a été conçu cette recherche d'une centralité méditerranéenne… »

3L'ouvrage lui-même est structuré en trois parties intitulées :

  • Affirmation identitaire et radicalisation du nationalisme.

  • Exploitation des potentialités des deux rives et développement d'une interaction positive.

  • Quête d'une Méditerranée, expression harmonieuse des deux rives.

4Dans la première partie Nouredine Abdi puis laszlo Nagy abordent la question « de la centralité et de la périphérisation » de la Méditerranée en interrogeant tant le passé que le présent, tandis que Khlelil Zamiti aborde l'épreuve du paradigme démocratique (à travers notamment le cas de la Tunisie), Mme Wafa Tomma-Raad l'interaction avec « la problématique de l'union arabe » et Abdennour Benanteur « les perceptions arabes et européennes de la Méditerranée » (en prenant les exemples de l'Algérie, de l'Égypte et de l'Italie).

5Dans la deuxième partie, le partenariat euro-méditerranéen vu par les Arabes est abordé par A.Benanteur, le Maghreb dans la dynamique euro-méditerranéenne (à travers notamment le cas marocain) par Fouad Zaim et Larabi Jaidi, tandis que Abdelfettah Ezzine et Massoud Daher traitent respectivement des cas de Tanger et du Liban.

6Par ailleurs Mme Immacolata Caruso et Bruno Vendito s'intéressent à la coopération agricole entre le Mezzorgiono italien et le Maghreb et Mme Asma Larif à l’exemple de l'ASEAN (Asie du Sud Est) « un exemple pour la Méditerranée? »

7Dans la troisième partie, Mme Margaret Majundar s'interroge sur la Méditerranéité (entre identité et discours), Mourad Yelles et Mme Beida Chikhi, respectivement sur le rapport entre centralité et métissage, « d'un baroque méditerranéen », et sur les expressions littéraires et artistiques (à travers le cas de l'Algérie), tandis que François Laruelle et Mme Elisabeth Longuenesse s'intéressent toujours à propos de la Méditerranée, au « problème épistémologique », et au « chercheur et son objet ». Le philosophe Jean pierre Faye nous présente enfin dans « Emergence et réémergence de la Méditerranée », une rétrospective des interactions culturelles et dans le domaine des idées.

8Ces différentes contributions qui viennent enrichir la multitude de travaux traitant du Maghreb et de la Méditerranée, montrent combien la thématique demeure inépuisable et comment l'évolution globale des pays et régions concernées continue à susciter des approches diversifiées et multidisciplinaires parfois divergentes, mais qui ciblent toutes un enjeu réel, celui du devenir d'un espace géostratégique marqué dans le passé comme dans le présent à la fois par la jonction et la confrontation entre peuples, cultures, civilisations et projets de sociétaux.

9A l'ère de la globalisation et face à la suprématie d'influences venues d'ailleurs (Océans Atlantique et Pacifique, Europe, Amérique du nord, Japon et Asie du Sud-Est), la Méditerranée et les peuples qui vivent sur son pourtour seraient en quelque sorte à la recherche d'un nouveau statut, certes entravé par les contradictions et « retards » qui minent la région et ses différentes sociétés, mais susceptible d'être négocié à partir de potentialités réelles.

10Ce genre de préoccupations n'est d'ailleurs pas isolé et on en profitera pour signaler ici l’organisation périodique à Marseille des « Rencontres Averroès » traitant toujours de la Méditerranée et orientées vers un large public, ou encore la tenue en juin-Mai 2000 à Cordoue et à l'initiative du Transrégional institute de l'Université de Princeton du colloque portant sur « Le Maghreb, pensée et action » et dont la publication des actes est vivement attendue en attendant que de pareils débats puissent avoir lieu à l'intérieur même des pays Maghrébins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Remaoun, « Aire régionale Méditerranée. Aire régionale, session ad hoc Association internationale de sociologie.- Paris, Programme Méditerranée – UNESCO, 2001.- 288 pages », Insaniyat / إنسانيات, 19-20 | 2003, 222-224.

Référence électronique

Hassan Remaoun, « Aire régionale Méditerranée. Aire régionale, session ad hoc Association internationale de sociologie.- Paris, Programme Méditerranée – UNESCO, 2001.- 288 pages », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 19-20 | 2003, mis en ligne le 30 août 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/6109

Haut de page

Auteur

Hassan Remaoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page