Navigation – Plan du site
De la violence : notes de lecture

Violence et école
Debarbieux, Eric.- La violence dans la classe

Zoubida Senouci
p. 106-107
Référence(s) :

Violence et école

Debarbieux, Eric.- La violence dans la classe.- Paris, PUF, 1993

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, il n’est point question de la violence qui sévit dans les établissements scolaires des quartiers à problèmes et dont l’aspect sensationnel fait régulièrement la une des médias.

2La recherche menée par Eric Debarbieux s’intéresse à ce qui touche quotidiennement et réellement la vie de milliers d’enseignants et de centaines de milliers d’élèves : la violence dans la salle de classe.

3Si cette violence n’est que rarement étalée au grand jour, cela ne veut pas dire qu’elle est accidentelle voire marginale. Pour l’auteur, la seule interprétation possible d’un tel silence est le poids d’un tabou, d’une honte, d’une culpabilité. Car bien qu’interdite par les textes officiels sous sa forme physique tout au moins -les châtiments corporels sont interdits dès 1887 dans l’école laïque française-, la violence n’en est pas moins présente, dans un lieu où seul le savoir est censé avoir droit de cité.

4Dans ce travail développé en huit chapitres, l’auteur va s’attacher à mettre à jour la violence telle que la vivent et ressentent les enseignants et les enseignés. A partir de leurs représentations respectives, le parti pris théorique a été de comprendre ce dedans comme cause de violence. La salle de classe n’est pas neutre ; cette clôture a en elle-même effet de violence... la théorisation au sujet de la violence n’a qu’un but : tenter de trouver des solutions pour y faire face- nous dit l’auteur en introduction et non culpabiliser les enseignants.

5Dans le premier chapitre, le lecteur ne manquera pas d’être pour le moins surpris d’apprendre que dès l’école maternelle, les fessées, les gifles et autres tirer les cheveux et les oreilles sont monnaie courante. En se basant sur deux études aux titres révélateurs, du reste, -la première de B. Douet, Discipline et punitions à l’école, Paris, PUF, 1987, la deuxième de Ph. Jubin, L’élève tête à claques, Paris, ESF, 1988- l’A. confirme bien l’existence de la violence dans la salle de classe. Mais si elle est si difficile à débusquer, c’est selon lui à cause de ce mythe fondateur de l’école républicaine où domine l’image idéalisée du bon maître qui saura créer dans sa classe le climat de confiance et de calme nécessaire à un travail harmonieux des élèves grâce à une autorité naturelle. Malheur donc à l’enseignant incapable qui se laissera déborder par ses élèves parce que lui aura fait défaut cette qualité innée ou tout simplement parce qu’il aura transgressé les règles officielles et officieuses de la profession..

6On comprendra, dès lors, et c’est ce que met en évidence la fin de ce premier chapitre, l’énorme difficulté méthodologique à laquelle sera confronté le chercheur soucieux de définir, observer, décrire, comprendre et interpréter la violence dans la classe. L’A. a eu recours à un matériau multiple dont nous apprécierons particulièrement la démarche impliquée et la patience d’une observation en continu, pendant cinq ans dans les classes de cinq enseignants..

7Dans les chapitres consacrés à la violence perçue par l’enseignant et par l’enseigné, l’analyse des discours des uns et des autres montrent que c’est la place dominocentrique du maître et la toute puissance magistrale qu’elle lui confère qui est source de tous les dangers dans la classe. Pour l’enseignant, fidèle au modèle pédagogique traditionnel où le « Maître-parle » et « l’élève-écoute », est considéré comme violence tout ce qui vient troubler le discours magistral : le bruit, les gestes, l’inattention des élèves, leurs affrontements, peuvent déclencher une violence multiforme (physique, verbale, blessante, sournoise...). Pour l’enseigné, le fait d’être hors du champ de la parole et du vécu spatial de la classe est précisément cause de violence et de stress. Cependant, que faire quand la violence, intruse indésirable est là ? 

8Dans les derniers chapitres de l’ouvrage, l’auteur propose une série de stratégies préventives à prendre non pas comme des recettes ou des solutions miracles mais comme de possibles pistes pour changer de regard sur la violence dans la classe. En la considérant comme un élément constitutif de la relation pédagogique, l’enseignant peut l’intégrer positivement pour mieux y faire face.

9C’est sans doute en cela que réside le principal mérite du travail d’E. Debarbieux. Le futur enseignant, ou l’enseignant débutant qu’une formation trop souvent théorique et superficielle ne prépare pas suffisamment aux problèmes relationnels réels maître-élève dans la classe y trouvera, sans nul doute, grand intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoubida Senouci, « Violence et école
Debarbieux, Eric.- La violence dans la classe », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 106-107.

Référence électronique

Zoubida Senouci, « Violence et école
Debarbieux, Eric.- La violence dans la classe », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/8068

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page