Navigation – Plan du site
Revue des revues

Santé publique et sciences sociales, Revue semestrielle, Oran,
n° 4, 1999

Fouad Soufi
p. 162-163

Texte intégral

1Entièrement consacré à la question de la formation en santé, au problème du rapport formation/ emploi avec en prime la contradiction entre l’attirance toujours forte qu’exercent les études médicales et les prestations professionnelles souvent contestées du médecin par la population. L’angoisse du médecin praticien face à ce qu’il sait, voudrait savoir et face à ce qu’il fait et voudrait pouvoir faire.

2En s’attachant à poser ce problème, M.F. Mesli (La formation en santé : éléments d’une problématique) pose en alternative aux approches scientifique et humaniste, la formation continue des médecins. Il suggère, sans plus hélas, d’investir une manière nouvelle de percevoir les études médicales en proposant le concept « d’éducation à la médecine ». Mais éduquer qui ? La réponse serait-elle dans deux questions que pose l’auteur dans son analyse de l’approche scientifique de la formation : existe-t-il une culture scientifique dans notre société ? A-t-on réalisé la rupture épistémologique ? Sans répondre directement, les articles de M. A. Bekadja et autres (Quel type de formation pour quel type de santé ?) et de D. Guerid (L’exception médicale) restituent le problème au cœur même des rapports santé-société. D. Guerid, enquêtes et chiffres à l’appui, montre que, quelles que furent les transformations subies par la hiérarchie sociale et culturelle des disciplines et des métiers, elles n’eurent que peu d’effet sur le statut et la place de la médecine contrairement à l’enseignement et au barreau.

3A Ouchfoune (Réflexion sur la santé en formation en santé publique) fait le point sur la formation dans cette discipline, en présentant les différentes étapes par lesquelles elle est passée depuis 1962 et en faisant quelques propositions. Comment faire comme ailleurs ? s’interrogent S. Guéroui et T. Bachtarzi (La réorganisation de la pédagogie dans la faculté de Médecine, vue de face et de profil). L’enquête de M. Bouziani (Le point de vue des étudiants en médecine sur les stages…) montre un certain désenchantement de cette population face à la formation qu’elle reçoit. Il faudrait peut-être, suggère A. Fyad (La formation médicale : aire de contrainte et domaine d’expansion), réviser les modes d’évaluation et développer de nouvelles méthodes d’apprentissage par résolution de problème (MRP). Enfin, la mémoire du professeur Mourad Taleb a été judicieusement sollicitée pour l’histoire d’une si jeune faculté de médecine qu’est celle d’Oran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Santé publique et sciences sociales, Revue semestrielle, Oran,
n° 4, 1999
 », Insaniyat / إنسانيات, 10 | 2000, 162-163.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Santé publique et sciences sociales, Revue semestrielle, Oran,
n° 4, 1999
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 10 | 2000, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/8118

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page