Navigation – Plan du site
Revue des revues

Awal, Cahiers d’études berbères, Paris.
n° 19, 1999

Fouad Soufi
p. 135-136

Texte intégral

1Après un excellent numéro consacré à Mouloud Mammeri, Awal nous propose une livraison un peu plus éclectique

2Y a-t-il une question amazighe en Tunisie ? Dans une interview où les questions sont aussi éloquentes que les réponses, Tassadit Yacine sollicite l’historien tunisien Khélifa Chater. Mélange ethnique, arabisme, identité, occultation par les Etats du Maghreb du caractère original et spécifique de leur patrimoine, l’interviewer ne laisse aucun champ vierge. L’interviewé répond sans détour préférant au couple Arabes/ Berbères, le couple arabophone/ berbèrophone, arabité n’est pas un fait ethnique... L’article de Michael Peyron, [Entre haine et amour : officiers des Affaires indigènes et tribus dissidentes (Atlas marocain,1914-1956] laisse le lecteur quelque peu perplexe. Pour Michael Peyron, les officiers des A.I. au Maroc ont été de braves gars, ils ont fait consciencieusement et proprement leur travail. A preuve, les populations en ont conservé un bon souvenir. M. Peyron nous prépare à accepter ses conclusions. Il souhaite déranger l’à-priorisme de certains chercheurs des dernières décennies. Il estime nécessaire de se dessaisir de certains postulats surannés. Le projet est en soi généreux et mérite respect. Mais la question est peut être ailleurs. La question historique n’est pas de chercher à savoir s’il y a eu de bonnes ou mauvaises institutions coloniales. Il ne s’agit pas de savoir qui a le mieux rempli sa mission dans le cadre colonial. La question a été, est et reste encore, celle du statut historique de la colonisation, du système qu’elle a imposé non seulement au Maroc, au Maghreb mais partout où elle a été implantée. La sympathie, l’amitié, pas plus que l’autoflagellation post-coloniale qu’évoque l’A. ne peuvent être convoquées par l’historien. Jonnart fut un gouverneur général certainement plus ouvert, plus dynamique, plus proche de la tragique réalité coloniale que ne le furent la plupart de ses successeurs, Chataigneau excepté. Augustin Berque fut un directeur des affaires musulmanes a-typique, et les exemples peuvent être choisis dans d’autres milieux, d’autres domaines, d’autres pays. Mais le fond ne reste-t-il pas le même ? La colonisation aura certes permis, par delà de nombreuses vicissitudes, épreuves et tribulations, aux peuples de se rencontrer. Mais à cause de ce phénomène historique, des peuples ont disparu, des sociétés ont été ravagées, gangrenées, des systèmes bloqués, et le Maroc des officiers des Affaires Indigènes n’y a pas échappé. Les conséquences sont encore visibles aujourd’hui au Maroc et ailleurs. La révision de l’histoire coloniale est tentante, mais ne changera rien à la tragique réalité de la colonisation

3Dans ce numéro, un dossier Spécial Algérie. Tassadit Yacine [Une généalogie de la violence est-elle possible ?] s’essaie dans un exercice délicat : retrouver les origines historiques de la violence en Algérie. Sans le chercher, Tassadit Yacine répond indirectement aux préoccupations de M. Peyron. Comment étudier les violences que traverse l’Algérie en faisant l’impasse sur l’histoire ? Est-il possible de repenser les notions de pouvoir et de violence en Algérie, sans revenir au passé, sachant que depuis le début du XVIème siècle (qui correspond à la présence ottomane), jusqu’en 1962 (date de l’indépendance), ce pays n’a jamais été dirigé par des autochtones ? Une présentation sans complaisance et lucide de cette terrible épreuve qu’a traversée notre pays est faite. Toutefois, les vertus de la comparaison auraient évité quelques affirmations un peu abruptes. Toute l’histoire de tous les pays n’est jamais que succession de violences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Awal, Cahiers d’études berbères, Paris.
n° 19, 1999 », Insaniyat / إنسانيات, 9 | 1999, 135-136.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Awal, Cahiers d’études berbères, Paris.
n° 19, 1999 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 9 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/8285

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page