Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Deuxième partie : Les patrimoines de l'équitation française
    Varia

    Nadar et le cheval : photographies conservées au château d’Espeyran

    Hélène Bocard

    Résumés

    En 1856, Félix Nadar photographie des chevaux appartenant à Frédéric Sabatier, propriétaire du domaine d’Espeyran en Camargue. Nadar, qui s’était établi photographe deux ans plus tôt et commençait à rencontrer le succès comme portraitiste, signe là ses premières photographies connues du genre, l’année-même où il intente un procès à son frère Adrien, reconnu quant à lui comme photographe animalier. Après une présentation du domaine d’Espeyran et de son propriétaire, ainsi que d’autres photographies qui y sont conservées, cet article se propose d’analyser les photographies de Nadar en insistant sur le caractère conflictuel de la relation entre les deux frères.

    Haut de page

    Texte intégral

    Introduction

    • 1 - Nous remercions M. Laurent Hugues, conservateur en chef au service des Monuments historiques à la (...)

    1On connaît l’intérêt précoce de l’élite de la société française pour la photographie : plusieurs membres de l’aristocratie ou de la grande bourgeoisie, comme Joseph-Philibert Girault de Prangey, Olympe Aguado, Raymond de Bérenger et beaucoup d’autres l’ont eux-mêmes pratiquée1. La collection de photographies de Frédéric Sabatier, conservée au château d’Espeyran, en constitue un exemple supplémentaire : modeste par le nombre d’épreuves qui la composent, elle présente cependant l’intérêt d’illustrer le mode de vie du propriétaire et sa passion pour le cheval. Parmi ces photographies, il en est deux de Félix Nadar représentant des chevaux. Nadar, qui commence alors à être reconnu comme photographe portraitiste, signe là ses premières photographies connues du genre. L’année où il les réalise, 1856, est aussi celle du procès qu’il intente à son frère Adrien, qui a déjà fait ses preuves comme photographe animalier ; autant d’éléments qui permettent d’apporter un éclairage intéressant sur ces images. Après avoir évoqué le domaine d’Espeyran et quelques-unes des photographies conservées, nous analyserons plus précisément ces unica de Nadar.

    Frédéric Sabatier et la vie à Espeyran

    • 2 - Également versé dans les matières scientifiques, il s’intéressa à la botanique, à la géologie, ét (...)

    2Frédéric Sabatier (1813-1864) est le fils aîné de Jean-Baptiste-Félix Sabatier (1785-1818), banquier à Montpellier, et d’Aglaé Blanche Hermine Fournier de Servant (-1866). Les Sabatier eurent deux autres fils : Félix (1816-1894) et François (1818-1891). Le premier, également banquier, partagea sa vie entre Montpellier et Paris avec sa femme Marie-Augustine Granier. François était le bohème de la famille, acquis très jeune aux idées fouriéristes, ami de nombreux artistes (Courbet, Hébert, Lehmann, Papety), intellectuels (Marx, Proudhon) et scientifiques qu’il recevait dans sa propriété de la Tour de Farge à Lunel-Viel2. Il vivait une partie de l’année à Florence avec son épouse, la cantatrice viennoise Caroline Ungher (1803-1877), et se remaria ensuite avec une amie de celle-ci. Polyglotte, François Sabatier traduisit de nombreuses œuvres dont le Faust de Goethe et il légua ses collections à différents musées.

    • 3 - Marié en 1845 avec Marie Claire Léonie Félicie Durand (1819-1899), il eut un fils, Guillaume (185 (...)
    • 4 - À Paris, il habita rue de la Pépinière, près de la gare Saint-Lazare, puis, après son mariage, ru (...)

    3Frédéric fut sans doute le plus stable des trois frères et le seul à avoir eu une descendance ; c’est un de ses petits-fils qui légua le domaine aux Archives nationales3. Même s’il vivait en grande partie à Paris, il séjournait souvent à Espeyran (il fut d’ailleurs conseiller municipal de Saint-Gilles de 1848 à sa mort et le premier à ajouter le nom d’Espeyran à son patronyme) et consacra beaucoup de temps à embellir et à développer son domaine4.

    Un domaine en pleine expansion

    • 5 - Sur l’histoire du domaine d’Espeyran, voir RIVOIRE, Hector. Statistique du département du Gard. N (...)
    • 6 - Depuis 2009, le domaine est inscrit au titre des Monuments historiques dans sa totalité (château, (...)
    • 7 - Le vicomte Louis de Dax a raconté des parties de chasse et de pêche en compagnie de Frédéric Saba (...)
    • 8 - Dr CAZALIS, Frédéric. Une visite au domaine d’Espeyran. Montpellier : typographie de Pierre Groll (...)

    4Espeyran est situé en Camargue, sur la commune de Saint-Gilles-du-Gard, à 3 km au sud du bourg et à une dizaine de kilomètres d’Arles5. Ferme de la paroisse de Saint-Gilles puis dépendance des abbés, qui en firent leur résidence d’été au XVIe siècle, le domaine fut vendu comme bien national à la Révolution et adjugé à Jean Allut et Guillaume Sabatier, riche négociant de Montpellier. Au XIXe siècle, Frédéric Sabatier, devenu propriétaire, restaura le château et le décora de sorte à en faire un lieu de vie confortable ; il aménagea également le parc6. Avec ses hôtes, il s’adonnait à la chasse, à la pêche et à l’équitation dans les bois environnants et les marais7. S’il fit du château un lieu de séjour agréable, conforme au style de vie de la grande bourgeoisie, il donna aussi une forte impulsion au domaine en tant qu’exploitation agricole : plus de 1 000 ha de terres arables, prés, pâtures, marais, bois, vignes, mûriers, vergers, pépinières, etc. Grâce à des modes d’exploitation judicieux et à l’investissement dans des techniques modernes, le domaine se développa au point de pouvoir rivaliser avec les grandes propriétés du nord de la France8.

    • 9 - En 1857, s’y trouvaient, entre autres, un taureau Durham pur sang, 84 bêtes à laine, dont 12 breb (...)
    • 10 - À Nîmes en 1863, il était membre de la commission des animaux reproducteurs, de boucherie et de t (...)

    5Espeyran était aussi une terre d’élevage, qui comptait un important bétail que Frédéric Sabatier n’eut de cesse d’améliorer, en accord avec la politique menée alors par l’État9. Il participait aux concours d’animaux de boucherie de Nîmes, aux grandes manifestations régionales telles que l’exposition générale de Montpellier en 1860 ou le concours régional de Nîmes en 1863, ainsi qu’aux concours de Poissy ; il y remporta de nombreux prix10.

    • 11 - Déclaration des mutations par décès, A. D. Hérault 3 Q 10181, n°402, du 22 novembre 1864, et inve (...)
    • 12 - Lettre du 5 septembre 1864 de l’architecte Henri Révoil à la veuve Sabatier où il est question de (...)
    • 13 - A. D. Gard 6 MM 329.

    6Après la mort accidentelle de Frédéric Sabatier le 1er juin 1864 à Montpellier, son fils Guillaume, mineur, hérita de ses biens11. Des travaux de restauration prévus par l’architecte Henri Révoil restèrent sans suite, sans doute parce que Madame Sabatier préférait séjourner dans la capitale12. Guillaume modifia sensiblement l’aspect du château : il y ajouta un étage, transformant la bâtisse camarguaise en un bâtiment à comble brisé couvert d’ardoises. En 1876, date du premier recensement de Saint-Gilles, le domaine faisait vivre 44 personnes13.

    Le cheval à Espeyran

    • 14 - A. D. Hérault 2 J 193 (comptabilité privée de Frédéric Sabatier, 1824-1849) ; une grande partie c (...)
    • 15 - Dr CAZALIS, Frédéric. Une visite au domaine d’Espeyran. Montpellier : typographie de Pierre Groll (...)
    • 16 - L’état des avances faites par l’intendant Pierre Houlliot pour le compte de M. Sabatier, de juin (...)
    • 17 - À Montpellier en 1860, il faisait partie de la commission des animaux de la race chevaline et cou (...)

    7Au sein de ce domaine, le cheval occupe une place privilégiée. Dès sa jeunesse, Frédéric Sabatier se consacra aux chevaux, comme le prouve sa comptabilité : achats d’animaux, quittances de libraires pour des revues (Journal des haras) ou des livres (Des haras domestiques), nombreuses factures de Teisson, sellier, carrossier et harnacheur à Montpellier14. En 1856, les écuries étaient déjà importantes, qui abritaient dix juments poulinières, dont une arabe pur sang, un étalon pur sang anglais, quatorze poulains, neuf chevaux de maître15. Les nombreux mouvements de chevaux dans les années suivantes attestent d’une activité importante dans ce domaine16. Frédéric Sabatier remporta aussi des prix pour ses chevaux, comme à Montpellier en 1860 ou à Nîmes en 186317. Sa passion se traduisit par des aménagements spécifiques (écuries distinctes selon les catégories de chevaux), piste de galop et bain pour les chevaux dans le parc.

    • 18 - Affiche annonçant la vente, le 25 juillet 1864 à Nîmes, avec nom, âge et race des animaux (A. D. (...)
    • 19 - DEBANT, Anne. « Le château d’Espeyran et l’importance du règne animal dans ses collections ». His (...)

    8Après la disparition de son mari, Madame Sabatier décida de réduire ces dépenses ; en juillet 1864, elle organisa une vente publique de 19 chevaux, juments et poulains d’attelage, de selle et de trait, tous élevés sur le domaine d’Espeyran (chevaux issus de pur-sang anglais croisés avec d’autres races, arabe, camargue)18. Passionné comme son père, Guillaume fit construire une aile parallèle au château qui abritait une remise pour les voitures, une écurie à dix stalles, une sellerie et quatre box réservés aux poulinières19. Jusqu’en 1914, le domaine resta réputé pour son élevage de chevaux.

    • 20 - On peut s’en faire une idée grâce aux vues de l’intérieur du château reproduites dans J. Charles- (...)
    • 21 - Un grand album couvert d’une belle reliure en cuir et portant le monogramme « FS », comprend des (...)
    • 22 - LEPAGE, Jean. Dictionnaire des peintres, sculpteurs, graveurs, dessinateurs et architectes du Lan (...)

    9Le cheval n’était pas seulement présent in vivo dans le domaine, il l’était aussi dans le décor du château. Dans l’escalier principal, le couloir donnant accès aux chambres, la salle à manger, le vestibule du rez-de-chaussée et les chambres, partout étaient accrochées des petites huiles ou des gravures représentant les plus beaux spécimens de l’écurie Sabatier, ou encore des chevaux célèbres ou des scènes de course20. Frédéric Sabatier comptait parmi ses amis le comte Ernest de Montfort (né en 1818), originaire du Vigan, qui se spécialisa dans la peinture de chevaux, les champs de course et les chasses à courre ; à Espeyran, il réalisa notamment une série de portraits de chevaux peints ainsi que des aquarelles conservées dans des albums, sortes de stud-books, avec l’identité de chaque animal21. À Nîmes, en 1863, où il était membre de la commission des beaux-arts, Montfort exposait un portrait de M. Sabatier d’Espeyran et une Promenade dans le bois d’Espeyran22. Loin de se limiter aux arts traditionnels, le cheval était également reproduit sous forme photographique.

    La photographie à Espeyran

    La collection d’un amateur

    • 23 - Sur l’une est portée au crayon la mention « vers 1860 » mais il se peut qu’elle ait été portée pl (...)
    • 24 - Pierre-Henri Joseph Prosper Dugas est né le 10 décembre 1804 ; il fut maire de Saint-Gilles à par (...)
    • 25 - Le 19 janvier 1849, à la naissance de son fils Victor-Isidore, au château d’Espeyran, Pierre Houi (...)
    • 26 - Beaucoup de photographes, amateurs ou professionnels, sillonnèrent le Midi dès le début des année (...)

    10Les photographies conservées au château d’Espeyran ont trait à la vie du domaine et, pour la plupart, aux animaux qui s’y trouvaient. Certaines épreuves sont signées, d’autres sont anonymes. Parmi ces dernières, on relève deux portraits de groupes pris par un amateur23, sans doute Frédéric Sabatier lui-même, qui photographie ici ses connaissances (Pierre-Henri-Joseph-Prosper Dugas, maire de Saint-Gilles, et Camille Meyrieu,> , puis adja7ortrquit 3 Q 10181le r"#ftn2tirptiste-Félix Sae th

  • Camille Me4 yftn Bocard20. Frédd/span> iques, ilécuctoie :s’Espeyra beacuctoocfroctoi20"ium.m">2sa natierftn7">7uvemb auelgroupeussih’arlgroupeutait établi 17">1ains hessftn7">sscendaneproe’a de ses biens.iedr d’Escaormangalop et bhotogrt deont n (il fuà dixl>1223jdiv>e photogries cil réalreprésentantB venpeyrcmentxl>12
  • t inintér noftocow au formaic" Zool="schemaCulture" src="docref=srcg-1ulture58ouleur>A-1849iref="d= i /> noftocow au formaic" Orig="schemaCulture" src="docref=srcg-1uleur>Oé en l (jpeg, 500k) et le procès
    leocfdnintérUn do-e d co/> Joseph Paint-Gilles, et Cas domesnt. Certds>23papédéartrgnes,enti5 Sabtpel21 x 14,3 cm#ftn10">10.

    cr/journtér
    t inintér noftocow au formaic" Zool="schemaCulture" src="docref=srcg-2uleur>A-1849iref="d= i /> noftocow au formaic" Orig="schemaCulture" src="docref=srcg-2uleur>Oé en l (jpeg, 268k) et le procès
    leocfdnintérUn do n rs domesnt. Certds>23papédéartrqui per animalabati23vEspar"tocodel gnes,enti5 Sabtpel22,5 x 17,5 cm#ftn10">10.

    cr/journtér

    Le genre a amateur

    • (...)
    • (...)
    • 23plaqtué en itectes du Lan (...)

    Le g,ies com2rmaz» ont eux-mà la pêchpoa à ladar roe déb182cLoina’EspeyretsguEéM ou d - Lesa femme Bfactu (re autr,oonsvmi ceatégoria de ses biens. Past de Prangey, (bœufh-Pr2323papéd(re autrx)d="docAut(fig.ult 3)>Bocard23D firpos Vss=Monckhoéjils, randpoulinio const peutfigre photographdécues digde lyarts une vx. Nadtde snsfes, r’Escani ae"tocodel dd">623upesign ue uors par l’État10.

    t inintér noftocow au formaic" Zool="schemaCulture" src="docref=srcg-3ulture58ouleur>A-1849iref="d= i /> noftocow au formaic" Orig="schemaCulture" src="docref=srcg-3uleur>Oé en l (jpeg, 964k) et le procès
    leocfdnintér23papédgnes,entitpel25,6 x 19,7 cm#ftn10">10.

    cr/journtér
    t inintér noftocow au formaic" Zool="schemaCulture" src="docref=srcg-4ulture58ouleur>A-1849iref="d= i /> noftocow au formaic" Orig="schemaCulture" src="docref=srcg-4uleur>Oé en l (jpeg, 592k) et le procès
    leocfdnintérA, LEPAUn bœufs domesnt. Certds>23papédées intrqui per animalabati23vEspar"tocodel gnes,enti54est5,5 x 18,8 cm#ftn10">10.

    cr/journtér

    A, is frère dmoprerla rs à de recevalar in tPromocfrom2n4">Le gepar l’ÉtatBocardAels,2 Sab93ehmancuri. Pasutait établer en 1860 ou 45,>7uve titlelgroreSélite deui peexplstère départLa collection dre chevaoncourprimndes s de cheilsi qu’au ont ldans la capitaleAet deuxrammeece des ab>2. Itocto1n3">Laarmaz»’intér historson,e làss la capitale.a2">22mur,er. Après une ille,pnsihalbum co-18les pintérn cuir ilsi qu’auen 1860douti54ss la capitale - D - Beaucoup ds s de cheilsi qu010">connier. Fraille,domaiv ns comgrande pellier x concmmeec EspeyranblioronnaissAmbrntatrR8conmdouti514< href="10007">Adrels,2 Sa903ehmntente cad"ge, dn est deux dà impos qudrien, qui a déjà faiPromocfrom2n4">Le gxl. À55ss la capitale1419vtier 09"nom,rto2araphse s-mes,la caivanaes rotouier tou,n1">Un domalune làure des>jdiv>mentintr commence agalolèvetr .rédppeyrsune ait de liurrotèg cheve svimpoEchev de nombençaiannéegparsindiscr/t’au onfouones css la capitalee photogriesliursa urelles conisi ntvrtersur lnmnstrBaudtait, LEPAL avec ddvuvaieLr"tref="10alies,eel0010">conmdounde peen14">14< etutes zooment dans ,améle pê deui pupestlaaudut87 ct d’ss d’EspeyranAdre Espommocfroctoii18">18conmdouti60e et de pêche er"ble des BfactuEspeyran. La collection drlreprésenta coml. À55, notammei, avurtrquS, FRc ddux de la raceasan la Pimndes phues Elles que ldouti55temenhev/aEse pepm Fil n>Frédéric f56, esonales ts der égalem pho="docAut(fig.ult 6)>Bocardes qufn 1863, oien1">Unc d frèrspeyra3 Q 10cole dés et peLe gxl. Un do n raire une idhuindicdtion mev ns23robt sans ddeste s, le tossiage intniofs d sans chse ="#fes, dt Sade groupegroomes petues, qui fc d#fD impoheal. Parmi ces p href="10007">Adredoml ltglais choet lesnjs M.ralyserontio, le vdomanatomix-elageefféléch ndansage de chevaux.

    t inintér noftocow au formaic" Zool="schemaCulture" src="docref=srcg-5ulture58ouleur>A-1849iref="d= i /> noftocow au formaic" Orig="schemaCulture" src="docref=srcg-5uleur>Oé en l (jpeg, 740k) et le procès leocfdnintér10.

    cr/journtér t inintér noftocow au formaic" Zool="schemaCulture" src="docref=srcg-6ulture58ouleur>A-1849iref="d= i /> noftocow au formaic" Orig="schemaCulture" src="docref=srcg-6uleur>Oé en l (jpeg, 652k) et le procès leocfdnintérAdrceLEPAL ditionneTlesltrs domesnt. Certds>23papédéartrqui per animalabati23vEspar"tocodel gnÀ55, 17,6 x 22,6 cm#ftn10">10.

    cr/journtér

    Les photographies amateur

    2sa naties conEse impirrspeétatLes Sadeis dtentieux ecfrom2n5">Les photogradpouli860 ram phoer où i-Prosse Sabatic trouv scientifn3">3. ftn9">9