Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Articles

    L’autel : fonctions, formes et éléments

    Joël Perrin

    Texte intégral

    1Avertissement
    Le texte qui suit est un extrait du Vocabulaire typologique et technique du mobilier religieux, manuscrit collectif dont la publication avait été envisagée dans la collection des Principes d’analyse scientifique de l’Inventaire. La parution récente du Thesaurus multilingue des objets religieux ne permet pas d’envisager à court terme la publication de ce manuscrit dont seul le chapitre concernant l’autel et son environnement (meubles, objets et linges) est aujourd’hui achevé. Il nous a toutefois paru utile de proposer la partie de ce chapitre consacrée à l’autel et préparée par Joël Perrin. Les développements sont beaucoup plus importants que les définitions d’un thesaurus, nécessairement sommaires. L’appareil critique proposé en note et la terminologie latine constituent un apport inédit particulièrement ri au.
    Perrnohtml">AccueilMv id="sErticagediv>utelalpan>

    untLeohtms3>Mter(UTELun e)dit particuldsaurussErticcessaps ahesaue> ptifiqualpa n
    untLeohtms3>Mterilsdia> div> pesi ermeaccu mobilidiv> llpan( un e),div> n llpan( un e),detc. Dcipesédirpsldsaurus, nécess,ar Jost s ter Vocabulanvie dnative Com

    Mv id="detive Comdiv>untLeohtms3elal nt="1r V Joilsfonnementurdairemeneurus, nécesrmino> ">1Ptions ete conséautel formes

    Iclass="section">" href="hS de la/20170816 -logo-ministcumo-mg-1height48120" /> CultFigwidt1"ui sudiv "> IclaAgationhref="ofaow"fileinfof="hZooard.org/n0816 -logo-ministcumo-mg-1height58120" />> andip" hr /a>href="ofaow"fileinfof="hOrigrd.org/n0816 -logo-ministcumo-mg-120" />Onals/al (jpeg,re dk)
    < class="paranulegitleil9umentexte iAmre.an(80),dt sh au u
    ">< cclass="textmber">1Ption2 ete conséa>
    and href="
    ">fr ertement
    Ar"> ïen>
    ft (...)
    < ">fr ertem2nt
    « d v des rt in un ea-topemeudjavait un ea-tofr ertem3nt
    ft 3 (...)
    < ">1Avertissem2nt
    &,>
    ft 2 2
    ft 3 3 ">< cc "> and href="
    ">fr ertem4nt
    p tioeneuaderpcesrmfini titlu sn the de pv xcl thici utild ler e r Jov> ctio/a>
    ft 4 (...)
    < ">1Avertissem3nt
    . m.remeneuacrée horizonna stit/a>
    placdévs ahièsuement cage>
    ft 4 4 ">< cc "> and href=" ">fr ertem5nt
    utelnique dexeCharleminourndalectexe769,eppLt="1r Vthesauerêlraccnentunrt ter/a> ft 5 (...)
    < ">1Avertissem4nt
    ft 5 5< C à u col ets a ciè t préparvdn e. c

    aire typun eadiv> v> ">< cc "> and href=" ">fr ertem6nt
    c ft 6 (...)
    < ">fr ertem7nt
    er clas rt inspun esepulcrumiv> iarum
    ft 7 (...)
    < ">fr ertem8nt
    APerr c(1216-1224) stipul1r Vthesuerêlraer d a c tereu forbne cs aheat coffrio/a>
    ft 8 (...)
    < ">fr ertem9nt
    ft 9 (...)
    < ">fr ertem10nt
    uvilectë
    ft 0 (...)
    < ">1Avertissem5nt
    ft 6 6" hr enfve eneu>uvilec patttr . pulcr !ticle-104footehrecghtte conss="ft 7"> ft 7 7< C llpa-cinnts qplacdé entilinipi ss v>Ar">c raté en. n. f.Mtinerme la cv> !ticle-104footehrecghtte conss="ft 8"> ft 8 8< Unet ind a cfve e cotr . pulcr !ticle-104footehrecghtte conss="ft 9"i ft 9 9< C >uvilect u col etcr ntaire panentiions etn tl. n ticle-104footehrecghtte conss="ft 0"> ft 0 10nta>< Ellpl Il esuefiniss v>Ar"placdévau-dsasu cbord3exe/imt/a> parnsacrée a rie/ae dl u ccepitlonneol et parnsacrée sue rie/aecess oubaLe text,e par Jo rie/a> cd Joiè te, g. n. m. * uv>Ar"ol etr /r la c="1 |u ent arcophage lacded sonocannliv> par Jo rie/a>hâosev que d . ms aheiv> )./ ">< cc "> and href=" ">fr ertem11nt
    APerr cd="pribne nsaoinavEnahiè été ent/a> ft (...)
    < ">1Avertissem6nt
    ex f.<é
    * Vocaà cess en. n. f.de ceit pant-énrceh V Joi aà cess /div> ft 1em11nta>< Unpun eadiv> edpaffecté ">< cc "> and href=" ">fr ertem12nt
    c rd3ps ahaffianurr Vthesaueremirr c pollare. divb la (Q/div>//a> ft 2 (...)
    < ">fr ertem13nt
    raccm/a>ohtms3mala c cnent Il V Jo erès strm colueessXVIr leècl1r Vthe JoE//a>
    ft 3 (...)
    < ">fr ertem14nt
    irrairemt PD. ts qollect ri" /sincipest 3>Mtndt cme=" celopesaue//a>
    ft 4 (...)
    < ">fr ertem15nt
    < ; esausuements,art c gatiooirp/a>
    ft 5 (...)
    < ">1Avertissem7nt
    Ar"ol etd
    ft 2 12 ft 3 13e ft 4 14 tdiv> raccm/a riaux ticle-104footehrecghtte conss="ft 5"> ft 5 15 ">< cc "> and href=" ">fr ertem16nt
    a> . melopeiv>évêute.r/a> ft 16 (...)
    < ">fr ertem17nt
    n à u col etdif> tduitelnique d
    ft 17 (...)
    < ">fr ertem18nt
    < ">1Avertissem8nt
    ft 16 16" hr Voc Il ss v>Ar"évoqu. m. ft 17 17< Lt ctelnique s p ibesausonnetrès nombaent>iné(/a> nt="..) stiVue ge (ImmaculdévCpenvpa>
    ft n. 18 rt cA Commh3eurg "..) ">< cc "> and href=" ">fr ertem19nt
    r/a> ft 19 (...)
    < ">1Avertissem9nt
    cc="1 |u ctr . pulcr
    *lee sonne" /> ft 19 19 ">< cc "> and href=" ">fr ertem20nt
    < exemarb>-mini ft 20 (...)
    < ">1Avertissem10nt
    c it content=s,aremes d ahlui> l 3exe/imd dicacdirection gén. f.
    ft 20 20 ">< cc "> and href=" ">fr ertem2ent
    mar ter V Jo « au IVr leècl1,hesauch tre.anattav> ieoeneu>Mtndtitions dce par Jo ta ft 2 (...)
    < ">1Avertissem11nt
    > ire e, t të rtttrioname=" i p. Lsgue oeneufacdirectiux côlecs lors V Joi aire elope, v>Ar>p airernsre-facenemsicôlecdoemes hesuv>>er , Vtheateu forbn/a>< ccs="paranumber">1Avertissem12nt
    e lt cunat x rac,al; parle alors/div>un eadiv> el quatre-fun eadiv>
    Ar"ol et>p uy e > a Voc Il unédit prualyse acce s Pri> ohtml">Acefinih errinfinice sueb Vthe Jo < C prual/aecssstcss v>Ar"àc ns eopdt 3>Mtdi=s,adt c Perri> ra p uy /a> ">1Avertissem13nt
    - ) "> and href=" ">fr ertem22nt
    ft 22 (...)
    < ">fr ertem23nt
    ft 23 (...)
    < ">1Avertissem14nt
    < :pun eadiv>- -t/a><-tm.div>
    ft 22em22nta>< L Jo ad a col etes daps aheateu forbn/a> ft 23 23 ">< ccs="paranumber">1Avertissem15nt
    Mtdi=s,aiètabvirocl1,huné> ièret/a>Ar">c ">1Ption2 2te conséa> > ft /a><24 Ption2 2t>
    and href="
    ">fr ertem24nt
    er ev>

    Notes

    1 J. Corblet affirme que les chrétiens donnèrent au terme ara « le sens d’autel païen : cependant saint Cyprien, Tertullien et saint Ambroise se sont servis de ce dernier mot dans le sens chrétien. Dès le VIIe siècle, il fut principalement réservé à ce que nous appelons vulgairement aujourd’hui pierre d’autel : c’est la signification exclusive que depuis longtemps lui donnent les rubriques » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).

    2 Pour D. Duret, le mot autel « dérive du latin altare, qui vient lui-même de l’adjectif alta (élevé) et du substantif ara (autel). Les Romains distinguaient deux sortes d’autel : l’ara, autel domestique, de petites dimensions, dédié aux divinités du foyer et destiné aux libations en l’honneur des défunts ; l’altare, plus vaste, élevé au-dessus de terre, véritable monument, parfois, sur lequel on offrait des sacrifices aux divinités supérieures dans les cérémonies du culte officiel. Les écrits des Pères et les textes liturgiques désignent également l’autel chrétien sous le nom d’altare, auquel s’ajoute quelque pieuse épithète. Le mot ara est inconnu dans le sens particulier » (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 8).

    3 C. Du Cange signale que pour Mabillon les termes de lectus et de lectulus désignent parfois l’autel (Du Cange, C., Glossarium..., 1840).

    4 Le mot autel possède une acception plus étendue que nous avons exclue ici. Il désigne l’ensemble de la table et de son support ainsi que le degré, les gradins, le retable, le tabernacle. Pour C.-A. d’Aviler, « le mot autel s’étend encore en architecture, au retable dont il est décoré » (Aviler, C.-A. d’, Cours d’architecture..., 1691, t. 2, p. 398).
    Pour X. Barbier de Montault, « l’autel se décompose en trois parties : les marches, le massif et les gradins » (Barbier de Montault X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 147).
    Pour J. Corblet, au contraire, le mot autel a un sens restrictif : « dans le sens strict de la liturgie, [il] ne consiste que dans la pierre plane, rectangulaire ou carrée, fixe ou mobile, consacrée pour l’oblation du Saint-Sacrifice. Mais, dans l’acception usuelle, employée même par les rubriques, on donne le nom d’autel à la table qui supporte ou entoure cette pierre, ainsi qu’au support même de cette pierre ». Il ajoute qu’« au point de vue liturgique, on distingue dans l’autel : la table (tabula), le sépulcre des saintes reliques (sepulcrum) et la base (stipes). C’est par la base que les autels diffèrent entre eux » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 63, 69).
    De même, pour L. Le Vavasseur et J. Haegy, « dans un sens strict, l’autel est uniquement la table de pierre sur laquelle reposent l’hostie et le calice pendant la Messe, et qu’on appelle la table d’autel » ; dans un sens plus large, « on entend par autel la table du sacrifice et ses supports ou soubassements » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 39, 42-43).

    5 D’après C. Du Cange, un capitulaire de Charlemagne, daté de 769, spécifie que les prêtres n’ont pas le droit de célébrer la messe, si ce n’est sur des « tables d’autel de pierre consacrées par l’évêque » (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Mensa).
    G. Durand affirme que « ce qui fait la consécration, c’est la conjoncture du sceau de la cavité, de la table et du pied ou de la structure inférieure » (Durand, G., Rational..., 1284, livr. 1, chap. 6, 32. Ed. lat., 1676, p. 29. Ed. fran., 1854, t. 1, p. 95).
    Pour J.-B. Thiers, pendant les cinq premiers siècles, les autels n’étaient pas consacrés (Thiers, J.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 11).
    Pour X. Barbier de Montault, « régulièrement, tout autel où l’on célèbre doit avoir été consacré préalablement par un évêque. La consécration comporte trois choses : une table, un massif et des reliques » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 166).
    D’après A. Frezet, à l’origine la célébration de la messe sur l’autel nouveau servait de consécration. « Cette idée est familière à saint Cyprien, et saint Jean Chrysostome écrit encore : « L’autel est saint, du jour qu’il reçoit le corps du Christ ». En 538, le pape Vigile écrit à Profuturus, évêque de Braga, que la célébration de la messe accomplit la consécration de toute l’église, à moins qu’on n’ait déposé des sanctuaria, c’est-à-dire des reliques ». Par contre, il constate que dans les rites gallicans de la consécration, si l’on s’appuie sur les textes du canon du concile d’Agde (506), les autels sont « consacrés, non seulement par l’onction du Saint Chrême, mais par la bénédiction de l’évêque ». Il ajoute que le rite actuel de la consécration « unit et combine les traits de l’ancienne dédicace romaine à ceux de la dédicace gallicane, et l’ensemble de la cérémonie y gagne une rare somptuosité de rites » (Liturgia..., 1935, p. 184-185).
    L. Le Vavasseur et J. Haegy rappellent que « les rites de la consécration des autels se trouvent dans le Pontifical » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 46).

    6 Selon G. Durand, pour qu’un autel soit consacré, « il y a nécessité des reliques ou au moins du corps du Christ [c’est-à-dire d’une hostie], même pour un autel portatif » (Durand, G., Rational..., 1284, liv. 1, chap. 7, 23. Ed. lat., 1672, p. 32-34. Ed. fran., 1854, p. 105-115).
    Pour certains comme J.-B. Thiers « rien ne nous porte à croire qu’on ait mis des reliques des saints sur des autels avant le XIe siècle ; nul canon, nul décret, nul règlement, nul exemple, nul témoignage des écrivains ecclésiastiques ne nous le persuade. [...] Le concile de Reims [...] est le premier à avoir autorisé cette pratique » (Thiers, J.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 39, 42).
    De même pour E. Viollet-Le-Duc, jusqu’au XVe siècle « l’autel n’était considéré que comme une table sous laquelle on plaçait parfois de saintes reliques ou qui était élevé au-dessus d’une crypte renfermant un corps saint ; car, à vrai dire, les reliquaires étaient plutôt, pendant le Moyen Age, posés, à certaines occasions, sur l’autel que dessous » (Viollet-Le-Duc, E., Dictionnaire raisonné..., 1858-1868, t. 2, p. 16).
    Cependant pour d’autres, l’autel doit être consacré par des reliques. J. Corblet pense qu’« en l’an 274, le pape saint Félix Ier rendit obligatoire l’usage déjà ancien de célébrer les saints mystères sur les reliques d’un martyr » ; il remarque que « quand l’autel était placé au-dessus d’une crypte, renfermant un corps saint [...], on se dispensait de mettre aucune relique dans l’autel ». Il ajoute que « ces sépulcres ne semblent guère apparaître qu’au VIIe siècle ». A défaut de reliques « on se contentait de brandea c’est-à-dire de linges qui avaient touché le tombeau d’un martyr. [...] Du VIIIe au XIVe siècle, dans quelques églises d’Occident, on a cru pouvoir substituer aux reliques qui faisaient défaut trois parcelles d’une hostie consacrée, ou un morceau du corporal sur lequel on avait célébré » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 77-79). D. Duret signale aussi l’usage des brandea (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 13).
    Pour A. Frezet, « les sanctuaria ou pignora déposés sous l’autel furent d’abord, non un corps saint en son entier ou en partie, mais des linges ayant touché un corps saint ; ce n’est que plus tard que s’établit dans l’Eglise d’Occident la pratique de déplacer les corps saints hors de leur sépulture et de les partager en plusieurs portions, devenues de menues parcelles. Une translation solennelle comme celle des saints Gervais et Protais par saint Ambroise en 386 est à cette date une exception ; quant au partage des corps saints ; saint Grégoire le Grand s’y refusait encore, bien que ce fussent des pratiques depuis longtemps admises dans l’Eglise d’Orient. Quand on admit à Rome le transfert des corps saints, les consécrations d’autel comportèrent de plus en plus habituellement la déposition des reliques ; et ce rite levare reliquias finit par devenir l’essentiel de la dédicace des autels dans la liturgie romaine » (Liturgia..., 1935, p. 184-185).
    X. Barbier de Montault affirme que « les reliques, qui sont indispensables, [doivent comporter] des parcelles d’ossements de deux saints martyrs au moins » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 167-168).

    7 Le sépulcre porte divers noms latins sepulcrum reliquiarum (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Sepulcrum reliquiarum), sepulcrum (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 13).
    G. Durand remarque que le sépulcre est appelé par certains confessio (Durand, G., Rational..., 1284, liv. 1, chap. 7. Ed. lat., 1672, p. 32-34. Ed. fran., 1854, p. 105-115).
    J.-D. Mansi a relevé le terme de loculus dans les textes du concile de Milan de 1576 (Mansi, J.-D., Sacrorum conciliorum..., 1759-1798, t. 34, vol. IV, col. 207, 20) qui prend le sens de cercueil d’après C. Du Cange (Du Cange, C. Glossarium..., 1840, art. Loculus).
    Saint Charles Borromée appelle le sépulcre fenestella quand cette cavité se trouve à l’intérieur de l’autel ou de la table et fossa quand elle est visible sur la table. « Sépulcre ou « fenestella » dans lequel, lors de la consécration, les reliques sont déposées » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 34).
    Pour J. Corblet, la cavité s’appelle sépulcre comme s’il s’agissait d’un corps saint (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 78). Ce terme est repris par L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 43).
    Pour D. Duret, « dans le soubassement de l’autel pouvait s’ouvrir une petite baie, fermée d’une grille (fenestella confessionis) qui permettait de faire toucher des linges au reliquaire (autel de Saint-Alexandre, à Rome) » et il ajoute : « on désigne aujourd’hui encore, du nom de tombeau, la cavité où sont scellées les reliques dans la table de l’autel » (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 13), ce que reprend A. Frezet, dans Liturgia (Liturgia..., 1935, p. 186).

    8 Le synode d’Angers (1216-1224) stipule que le prêtre ne doit pas célébrer sur la pierre sans coffret à reliques (capsa) (Pontal, O., Statuts synodaux..., 1971, p. 153).
    Pour G. Durand, lors de la consécration de l’autel on met les reliques dans une boîte dite capsella et « on témoigne de la consécration en enfermant les lettres de consécration écrites et signées par l’évêque contenant son nom et ceux de ses collègues présents, et le nom du saint en l’honneur duquel l’autel est consacré ainsi que l’église-même » auquel on ajoute trois grains d’encens (Durand, G., Rational..., 1284, livr. 1, chap. 6, 32 ; 7, 4. Ed. latine, 1676, p. 29, 32. Ed. française 1854, t. 1, p. 95, 106).
    L.-A. Bocquillot cite l’exemple d’un autel d’une église d’Autun, détruit en 1699 par la chute de pierres de la voûte et à l’intérieur duquel a été retrouvée une « boîte d’étain » conservant un parchemin indiquant que cet autel, contenant le corps de l’évêque saint Racho, avait été consacré par Jacques Huraut, évêque d’Autun, le 2 avril 1530 (Bocquillot, L.-A., Traité historique..., 1701, p. 85).
    Pour X. Barbier de Montault les reliques sont « déposées dans une petite boîte de plomb [...], ronde ou carrée, avec un couvercle, [boîte qui] est liée d’un ruban rouge en croix et scellée du sceau épiscopal ». on y met « trois grains d’encens et un parchemin attestant de la consécration » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 167-168).
    Pour J. Corblet, ces récipients pouvaient être « des coffrets en ivoire, des urnes en marbre ou en albâtre, des vases en terre cuite » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 78-79).

    9 Pour saint Charles Borromée, « Le sépulcre qui est placé à l’intérieur de l’autel ou de la table [fenestella] doit être fermé à son sommet par une tablette de marbre ou de pierre. [...] Celui qui est placé sur le dessus de la table [fossa] doit être solidement et convenablement fermé par une tablette de marbre qui ne doit faire aucune saillie » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 34).
    De même pour X. Barbier de Montault, le sépulcre doit être fermé par une « plaque de pierre ou de marbre, scellée par l’évêque lui-même » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 168).
    Pour D. Duret, « la tablette de pierre (ara) [est] scellée avec du mortier » (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 13).
    Pour A. Frezet, l’évêque « bénit le mortier destiné au « tombeau », avant d’aller chercher les reliques en procession solennelle » (Liturgia..., 1935, p. 186).

    10 G. Durand constate qu’« on fait parfois cette cavité au pied de l’autel ; parfois l’on n’y appose pas d’autre sceau parce que, en ce cas-là, la première table superposée tient la place de sceau ». « Quelquefois on fait cette cavité dans la partie postérieure de l’autel, et parfois dans la partie antérieure ». Il ajoute plus loin que « le sépulcre est fait parfois à la partie supérieure de l’autel » (Durand, G., Rational..., 1284, livr. 1, chap. 6, 32 et chap. 7, 22. Ed. lat., 1676, p. 29, 32-34. Ed. fran., 1854, t. 1, p. 95-97, 105-115).
    Saint Charles Borromée distingue deux emplacements possibles pour le sépulcre : « On creusera un sépulcre [fenestella] de quatorze ou seize onces de grandeur à la partie antérieure ou au dos de l’autel, soit sous la table, soit à l’intérieur du socle ou de la table [...] et le sépulcre ouvert sur le dessus de la table [fossa], à l’instar d’un tombeau, devra être creusé comme le précédent mais beaucoup plus petit » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 34).
    Pour X. Barbier de Montault, la boîte contenant les reliques n’est plus mise « à l’intérieur du massif, quoique ce soit beaucoup plus sûr. [...] On préfère creuser un sépulcre dans la table » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 168).
    J. Corblet décrit un autel conservé « au presbytère de Joncels (Hérault) dans un cippe, provenant d’un antique autel, [où] sont creusées deux niches carrées, profondes de douze centimètres ; autour de la plus haute, on lit cette inscription : « Hic sunt reliquae sanctorum » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 78).
    L. Le Vavasseur et J. Haegy constatent qu’ « ordinairement le sépulcre est sur le dessus de la partie antérieure de la table d’autel, mais il peut aussi être pratiqué dans le soubassement lorsque celui-ci est formé d’un bloc de pierre ou d’un massif de maçonnerie ; on pourrait même le placer sur le dessus du soubassement, immédiatement au-dessous de la table » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 43).

    11 Le synode diocésain d’Angers de 1240 précise qu’ « on ne célèbrera point sur un autel dont la table aurait été remuée ou aurait éprouvé une fracture, jusqu’à ce que l’autel soit raffermi et consacré de nouveau », ce que reprend le synode de Bayeux vers 1300 (Dictionnaire universel et complet des conciles..., 1847, art. Bayeux).
    Pour saint Charles Borromée, « Mais s’il arrivait que l’on dût déplacer un autel consacré, on pourrait pour n’avoir pas besoin de le consacrer de nouveau, admettre cette translation, à condition que ce dernier soit correctement et convenablement enfermé tout entier entre des poutres et des planches de bois et transporté avec soin de son emplacement primitif, sans que sa base, arrachée du sol de l’église ne soit, même si peu que ce soit, séparée de la table de l’autel ; il faut qu’elle reste au contraire tout entière attachée à elle pour ne pas porter atteinte à la consécration » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 35).
    Pour X. Barbier de Montault, « l’autel, dont le titre a été changé et l’image du retable transportée ailleurs, ne perd pas pour cela sa consécration. [...] La consécration persévère tant que la table n’est pas fracturée notablement. Le massif se relie à la table pour ne faire qu’un avec elle. On ne peut donc pas les séparer sans la perte de la consécration. [...] Si les reliques ont été enlevées, l’autel est exécré » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 157, 167-168).
    L. Le Vavasseur et J. Haegy précisent qu’« un autel fixe [c’est-à-dire consacré dans son ensemble] perd sa consécration quand la table supérieure a été séparée de son soubassement ou d’une des colonnes, même pendant un court espace de temps, même par exemple si on ne fait que soulever la table pour la cimenter à nouveau ». Ils reprennent les recommandations de saint Charles Borromée et ajoutent qu’un autel consacré dans son ensemble ou une pierre d’autel perdent leur consécration : « -1° quand la table ou la pierre sacrée ont subi une fracture notable, soit parce que cette fracture est considérable en elle-même, par exemple, si la pierre est brisée en deux vers le milieu, soit parce qu’elle s’est produite à l’endroit des onctions marquées du signe de la croix, par exemple, si l’une des croix sur lesquelles l’onction a été faite se trouve séparée du reste ; - 2° lorsque les reliques sont enlevées, ne fut-ce qu’un instant ; - 3° lorsque la pierre qui ferme le sépulcre est brisée ; - 4° quand cette pierre du sépulcre est soulevée complètement, même sans que les reliques aient été touchées. [...] Cependant l’autel ne perdrait pas sa consécration : a- si l’Evêque ou son délégué enlevaient eux-mêmes la pierre du tombeau pour la réparer, la changer, la sceller de nouveau ou pour visiter les reliques ; b- si un coin de la table ou de la pierre sacrée était légèrement entamé ; c- si le couvercle du sépulcre n’avait subi qu’une légère fracture ou fissure ; dans ce cas, tout prêtre pourrait le cimenter à nouveau » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 40, 46-47).

    12 .La plupart des auteurs sont d’accord pour affirmer que les premiers autels étaient en bois (Quatremère de Quincy, A.-C., Architecture, 1788-1825, t. 1, p. 173 ; Viollet-Le-Duc, E., Dictionnaire raisonné de l’architecture..., 1858-1868, t. 2, p. 15 ; Cabrol, F., Leclercq, H., Dictionnaire d’archéologie..., 1923-1953, art. Autel, col. 3158).
    Pour G. Durand, c’est l’autel secondaire (altare laterum) qui est en bois (Durand, G., Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28-29. Ed. lat., 1676, p. 35. Ed. fran. 1854, t. 1, p. 116-117).
    Pour saint Charles Borromée, la table d’un autel non consacré doit être entièrement faite de planches « uniuscuiusque altaris, non consecrati, solum pavimentumve mensa, ex tabulis sectilibus polite confecta, atque ad illud contegendum undique ampla, consternatur » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 34-35).
    Pour J.-B. Thiers, les autels de bois étaient plus transportables et passaient plus facilement pour un meuble ordinaire pendant les persécutions (Thiers, J.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 4).
    Pour J. Corblet, « les premières prohibitions connues des autels en bois sont celles d’un concile de Paris en 509, et de celui d’Epone en 517. [...] Ceux en pierre prévalurent dès le VIIe siècle, mais quelques exceptions persistèrent au Moyen Age. Du temps de Charlemagne, une table en bois servait d’autel à l’abbaye de Saint-Denis. Le légat du pape Jean VIII qui dédia, en 878, l’église Notre-Dame de Compiègne, y consacra un autel en bois qui ne disparut qu’au XVIIIe siècle. Les autels en bois reparurent assez nombreux au XVIe siècle et se sont multipliés de nos jours. Il y en a de fort modestes dans les églises rurales et de somptueux dans certaines grandes églises, comme à Sainte-Clotilde de Paris et aux Carmes de Tours. Ces sortes d’autels sont autorisées par la liturgie, pourvu que dans la table soit placé un autel portatif [c’est-à-dire une pierre d’autel] » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 67-69), ce que reprend A. Frezet, en s’appuyant sur le droit canon (Liturgia..., 1935, p. 183).
    D’après D. Duret, « saint Athanase (328-373) nous apprend qu’il célébrait sur un autel de bois que les ariens brûlèrent avec son trône épiscopal. Saint Optat, évêque de Milève, en Numidie, vers la fin du IVe siècle, rapporte que les donatistes brisèrent et incendièrent de vieux autels de bois. L’usage des autels en bois persista longtemps et ne fut jamais totalement abandonné, malgré les prescriptions contraires du concile d’Epone (517) » (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 10).
    Pour X. Barbier de Montault, « les autels en bois, réprouvés par saint Evariste [97-105], ne sont acceptés qu’à l’état d’exception » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 146).
    L. Le Vavasseur et J. Haegy réprouvent ce matériau (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 42).

    13 Les autels pouvaient être d’autres matières mais ce n’est qu’après le milieu du XVIe siècle que l’Eglise a imposé la pierre pour les autels consacrés dans leur ensemble*.
    Le 4° concile de Milan IV (1576) ordonne que si l’autel doit être consacré, il soit de pierre ou au moins en brique avec une table de pierre, « tabula lapidea » (Mansi, J.-D., Sacrorum conciliorum..., 1759-1798, t. 34, vol. 4, col. 199), ce que reprend J. Grancolas (Grancolas, J., Les anciennes liturgies..., 1697-1699, t. 2, p. 612).
    De même dans ses intructions, saint Charles Borromée « Dans toute église, cathédrale, collégiale ou paroissiale, on veillera à ce que le maître-autel, voire un autel mineur qui doit être consacré possède une table en marbre ou en pierre massive » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 34).
    Le synode de Rouen du 17 mai 1616 stipule « que les autels soient de pierre, beaux et entiers, sans fraction notable, clos par dessous » (Dictionnaire universel et complet des conciles..., 1847, art. Rouen).
    La pierre peut être de n’importe quelle sorte : pour J. Corblet, « le mot pierre, dans le sens liturgique, est très élastique ; il comprend aussi bien de la craie dont est fait l’autel de Saint-Germer (Oise) [XIIe siècle], que le marbre » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 68).
    Pour A. Frezet, l’autel est construit de pierres communes, semblables à celles qui servent à l’édification des maisons (Liturgia..., 1935, p. 165).
    Pour L. Le Vavasseur et J. Haegy, « la table de l’autel fixe [c’est-à-dire consacré dans son ensemble] doit être de pierre naturelle, non friable. On peut donc employer le granit, le marbre, l’ardoise et même le schiste ou le calcaire s’il est dur. [...] Si le soubassement ne consiste pas en un bloc de pierre, les quatre angles de la maçonnerie ou les colonnes des angles doivent être de pierre taillée naturelle » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 42-43).
    Les premières obligations d’utiliser de la pierre datent du concile de Paris de 509 et du concile d’Epone de 517 (Thiers, J.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 2-4) (Dictionnaire de Trévoux, 1721, « Autel » ; Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 67-69 ; Cabrol, F., Leclercq, H., Dictionnaire d’archéologie..., 1923-1953, art. Autel, col. 3158-3161).
    Pour D. Duret, « l’autel de pierre est, par excellence, le symbole du Christ, « la pierre vivante, la pierre angulaire » qui est le fondement inébranlable de notre foi, d’où jaillit, comme du rocher de Moïse, la source de vie : Petrus autem erat Christus. Ses origines se rattachent étroitement aux traditions juives relatées dans l’Ancien Testament et au culte rendu aux martyrs. Il remonte assez vraisemblablement au premier siècle » (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 10-11).
    D’après F. Cabrol et H. Leclercq, « l’usage des autels en pierre pour l’oblation du sacrifice chez les chrétiens est d’une haute antiquité. La recherche des premiers monuments [...] se complique d’une question incomplètement éclaircie, à savoir le rapport qui existe entre les autels de pierre et les tombeaux des martyrs. [...] L’usage des autels-tombeaux contribua au moins autant que les canons des conciles à faire adopter les autels en pierre » (Cabrol, F., Leclercq, H., Dictionnaire d’archéologie..., 1923-1953, art. Autel, col. 3161).
    Cette idée est développée par A. Frezet : « l’adaptation au rôle d’autel des tombeaux des confesseurs de la Foi dut contribuer à généraliser l’usage des autels de pierre, matière à la fois noble, moins corruptible, plus résistante que le bois, et fit naître celui de ne célébrer le saint sacrifice de la messe que sur une pierre consacrée, contenant au moins quelques parcelles de reliques saintes » (Liturgia..., 1935, p. 166).
    On s’accorde maintenant pour affirmer que les prescriptions de Sylvestre, pape de 314 à 335, ordonnant que les autels soient de pierre, sont apocryphes (Duret, D., Mobilier..., 1932, p. 11). L.-A. Bocquillot le soulignait déjà au début du XVIIIe siècle (Bocquillot, L.-A., Traité historique..., 1701, p. 82).

    14 Pour J. Corblet, « des autels d’or et d’argent ont été érigés dans les grandes basiliques par les papes et les souverains. Constantin fit entièrement revêtir d’or et d’argent l’autel de St Pierre de Rome. [...] Il est présumable que, le plus souvent, on ne faisait qu’appliquer des lames d’or ou d’argent sur des monuments de pierre ou de bois » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 68-69), ce que reprennent F. Cabrol et H. Leclercq qui énumèrent un certain nombre d’exemples (Cabrol, F., Leclercq, H., Dictionnaire d’archéologie..., 1923-1953, art. Autel, col. 3171-3172).
    J. Hubert met en évidence une forte prédominance de ces « ouvrages d’orfèvrerie dans les provinces du Nord et de l’Est, domaine par excellence de la renaissance carolingienne. [...] La mode des autels précieux se prolongea jusqu’au XIe siècle et même fort au-delà », comme celui de la cathédrale de Bâle consacré en 1019 (Hubert, J., Introïbo ad altare, 1974, p. 12).
    Les autels de métal furent aussi en usage au XIXe siècle puisque X. Barbier de Montault « espère bien qu’on n’admettra jamais dans une église les autels de fonte, si malencontreusement créés par l’industrie moderne » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 146).

    15 Pour J. Corblet, « les prescriptions [...] ne concernent que la table ; les supports, les accessoires, les parements pouvaient être en maçonnerie, en bois, en métal, etc... et ce qui a encore lieu de nos jours ». Pour les autels, « la terre pétrie, la terre cuite, le cristal de roche n’ont jamais été que des matières tout à fait exceptionnelles. [...] On a trouvé dans les catacombes de petits autels en terre cuite, accompagnés de deux lampes attachées à leurs côtés. Enfin, Everard, gendre de Louis le Débonnaire, mentionne dans son testament un autel décoré d’argent ou de cristal. Aujourd’hui, [...] l’industrie française s’est imaginée de fabriquer d’affreux autels, prétendus gothiques, en terre cuite, en grès artificiel, en zinc, en fonte et même en carton-pierre » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 68-69).
    L. Le Vavasseur et J. Haegy interdisent l’emploi du ciment, de la terre cuite, de la brique, du carton-pierre (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 42).

    16 Pour X. Barbier de Montault, « chaque autel a son titulaire propre qui lui est imposé par l’évêque. Le vocable est indiqué par l’apposition d’une image au retable et d’une inscription analogue. Le concile de Trente désire qu’en souvenir des églises détruites pour une cause quelconque, on érige, dans l’église, sur le territoire où elle se trouvait, autant d’autels avec le même vocable qu’elles portaient » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 154).
    Pour A. Frezet « tout autel, au moins s’il est fixe [c’est-à-dire consacré dans son ensemble], doit avoir, comme l’église elle-même, son titulaire ; il est désigné [...] au moment de sa consécration. [...] On ne peut changer le titulaire d’un autel fixe ; l’Ordinaire peut autoriser le changement d’un titulaire d’un autel mobile [c’est-à-dire non consacré ou votif] » (Liturgia..., 1935, p. 187), ce que reprennent L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 47).

    17 Pour A. Frezet, « le titulaire de l’autel majeur ne peut être différent du titulaire de l’église » (Liturgia..., 1935, p. 187).

    18 Pour pouvoir consacrer un autel à un bienheureux, il faut un indult apostolique.

    19 Il ne faut pas confondre le patron canonique d’un autel avec le patron de l’église ou de la chapelle, qui en est le fondateur, qui entretient l’autel et qui peut avoir divers privilèges dont celui d’apposer ses armes sur l’autel ou sur le retable.

    20 Pour saint Charles Borromée, « La tablette de marbre qui ferme le sépulcre doit porter l’image de la croix ; on doit y graver autant de noms qu’il y a de reliques sacrées dans l’autel. Cependant, là où il n’y a pas de sépulcre à l’intérieur de l’autel ou de la table [fenestella], mais dans une cavité visible sur la table [fossa] que l’on place cette inscription faite de lettres gravées soit sur un des côtés de l’autel, soit sur la table). La tablette de marbre recouvrant le sépulcre est alors en effet trop petite pour pouvoir porter une inscription » (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. , p. 34).
    Pour J.-A. Martigny, certains autels « portaient des inscriptions, et s’appelaient altaria inscripta ou litterata. Ces inscriptions rappelaient ordinairement le nom du fondateur et les circonstances de la dédicace ou de la consécration ». Il ajoute que « plusieurs autels antiques, entre autres celui de l’église de Minerve (Hérault), sont couverts de graffiti ou inscriptions cursives, tracées par des pèlerins, et surtout de signatures de prêtres qui, selon toute apparence, y avaient célébré la messe » (Martigny, J.-A., Dictionnaire des antiquités chrétiennes, 1865, art. Autel, p. 71), ce que reprend J. Corblet (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 75, 77).
    Pour X. Barbier de Montault, « l’épigraphe doit contenir : les noms et titres du consécrateur, des saints dont il a mis les reliques et du saint titulaire, ainsi que la date de consécration par jour, mois et année ; on peut y inscrire encore les indulgences accordées pour l’anniversaire ». Il précise que dans le cas d’un autel-tombeau, le nom du saint dont les reliques sont renfermées « dans une caisse de plomb [...] est inscrit sur le paliotto. [...] Quelques fois l’inscription concernant les reliques est placée en dehors de l’autel » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 148, 169).
    Pour F. Cabrol et H. Leclercq, l’inscription concernant le nom des reliques se trouve soit sur la table même, soit sur le pied, soit « sur une pierre faisant partie du soubassement ou placé à côté de l’autel » (Cabrol, F., Leclercq, H., Dictionnaire d’archéologie..., art. Autel, col. 3170).
    On utilise parfois l’expression « autel à inscription » pour des autels épigraphiques de pierre datant des premiers siècles et du haut Moyen Age.

    21 J. Hubert remarque qu’ « au IVe siècle, les chrétiens attachaient une grande importance à l’orientation de la prière dans l’édifice sacré. Les premières basiliques construites immédiatement après la Paix de l’Eglise, notamment à Rome et à Jérusalem, furent occidentées, c’est-à-dire que leur entrée était à l’est tandis que leur sanctuaire était dirigé vers l’ouest. On a pensé qu’ainsi le célébrant pouvait prier en regardant vers l’Orient. Puis très vite, au moins dès le milieu du IVe siècle, on abandonna l’occidentalisation pour l’orientation. Dès lors, le sanctuaire fut tourné vers l’est. Selon toute vraisemblance, ce changement répondait au désir de permettre à tous les fidèles assistant au sacrifice de la messe de prier les yeux tournés vers l’orient, symbole de la Jérusalem céleste et de la seconde venue du Christ. [...] Les Ordines romani des VIIe et VIIIe siècles montrent cependant que l’on adopta un compromis qui répond sans doute au désir de concilier les deux usages successifs : pour réciter les diverses prières de la messe, le célébrant se tournait successivement vers l’est et vers l’ouest » (Hubert, J., Introïbo ad altare, 1974, p. 18).
    Dans son livre sur la place qu’occupait pendant la messe l’officiant, Otto Nussbaum a démontré que c’est déjà au IVe siècle que le prêtre pouvait se trouver entre les fidèles et l’autel et qu’il pouvait donc officier tourné vers l’abside. A partir du IXe siècle, c’est son emplacement habituel », cité par Skubiszewski (Skubiszewski, P., Le retable gothique..., 1989, p. 14).
    Pour J.-M. Pérouse de Montclos, c’est la place du célébrant qui définit l’autel, autel orienté ou occidenté, et non leur emplacement dans l’édifice : un autel occidenté est un « autel disposé de manière que l’officiant soit tourné vers l’ouest » et un autel orienté, un autel placé de façon à ce que le prêtre célèbre la messe en regardant vers l’Orient (Inventaire général, Vocabulaire de l’Architecture..., 1972, art. Orientation, col. 17).

    22 Pour X. Barbier de Montault, « la table de l’autel est supportée par une base, « stipes », dont la forme admet quatre types distincts, d’où résultent quatre dénominations différentes » : l’autel plein, l’autel-tombeau, l’autel-châsse et l’autel vide (Barbier de Montault X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 147-149), ce que reprennent L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 39, 42-43).

    23 Pour C. de Vert, « le dépouillement [de l’autel] avait lieu tous les jours autrefois, après la célébration du sacrifice ; à Lyon, on ne manque jamais encore d’ôter la nappe, sitôt la messe dite. Ailleurs, surtout où les sacristains sont malpropres et négligés, l’autel reste toujours paré, même pendant la nuit, pour n’avoir pas la peine de le couvrir le lendemain. Bien plus, en la plupart des églises, outre le tapis (nécessaire pour conserver la pierre d’autel) et le parement [...], on y laisse encore les cierges avec leurs chandeliers, les coussins et l’essuie-main ; et en quelques églises on y laisse jusqu’au lecithum du prêtre, et même le canon, le lavabo, et l’évangile de saint Jean ; et enfin on y laisse aussi quelquefois le calice couvert de son voile » (Vert, C. de, Explication simple, littérale..., 1706-1713, t. 2, p. 354-355).
    Pour L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’une messe solennelle, « on prépare l’autel comme pour une messe basse, avec un parement de la couleur des ornements. Les dimanches et jours de fêtes, il doit y avoir six chandeliers avec des cierges de cire blanche. Sur le coussin ou pupitre, on met le Missel recouvert, s’il est possible, d’une enveloppe de la couleur des ornements, et ouvert à la Messe du jour » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 609).

    24 Terme utilisé, entre autres, par A. Furetière (Furetière, A., Dictionnaire universel..., 1690, art. Autel), par A.-C. Quatremère de Quincy (Quatremère de Quincy, A.-C., Architecture, 1788-1825, t. 1, p. 173), par L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 40) et par J.-M. Pérouse de Montclos (Inventaire général, Vocabulaire de l’Architecture..., 1972, col. 206).

    25 Termes relevés par C. Du Cange dans les Actes des saints de l’ordre de Saint-Benoît de Mabillon (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare cardinale).

    26 Termes relevés par C. Du Cange dans dans le Spicilegium de d’Achery (1104) (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare magistrum).

    27 Termes relevés par C. Du Cange dans dans le Spicilegium de d’Achery (1104) (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare magistrum) et utilisés par saint Charles Borromée (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 20).

    28 Termes relevés par C. Du Cange dans dans le Spicilegium de d’Achery (1104) (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare magistrum).

    29 Terme utilisé, entre autres, par A. Furetière (Furetière, A., Dictionnaire universel..., 1690, art. Autel), T. du Plessis (Du Plessis, T., Description géographique..., 1740, t. 2, p. 27-28) et par A.-J. Dézallier d’Argenville (Dézallier d’Argenville, A.-J., Voyage pittoresque de Paris, 1757, p. 32, 212).

    30 Terme utilisé par J.-B. Thiers (Thiers, J.-B, Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124) et par A. Frezet, pour désigner l’autel le plus important dans le cas d’une église qui n’a reçu que la bénédiction (Liturgia..., 1935, p. 183).

    31 J.-M. Pérouse de Montclos définit le sanctuaire comme la « partie de l’église où se trouve le maître-autel. Le sanctuaire est généralement placé dans le chœur liturgique ; cependant, dans certaines églises, le sanctuaire et le chœur liturgique sont distincts » (Inventaire général, Vocabulaire de l’Architecture..., 1972, col. 197).
    Pour J.-B. Thiers, « il y a des ordres religieux entiers dont les églises sont tellement disposées, que presque tous leurs principaux autels sont entre le chœur et la nef. Celles des Feuillants, des Capucins et de quelques autres sont de ce nombre. Je ne sache que deux églises cathédrales en France où les autels soient au bas du chœur [c’est-à-dire, comme les autels précédents, à sa jonction avec la nef], celle de Toulon et celle d’Orange. Mais il y en a un assez grand nombre en Italie [...]. L’autel [des abbayes] de Sainte Croix de Bouzonville en Lorraine, celui de Saint Germain des Prés, de Saint Eloy de Noïon et de Saint Martin de Sais [=Sées], sont dans la même situation » (Thiers, J.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124).
    Pour J.-L. Cordemoy, le maître-autel « doit être le principal objet d’une église, que desjà dans plusieurs endroits du royaume, on commence à le mettre entre le peuple et le clergé [c’est-à-dire entre la nef et le chœur des religieux], et l’on retombe ainsi heureusement dans l’ancien usage » (Cordemoy, J.-L. de, Nouveau traité..., 1706, p. 184).
    D’après T. du Plessis, le « grand autel » de la cathédrale de Rouen « étoit, avant sa réfection en 1737, au haut de la nef [...], lorsque la nef servoit de chœur » (Du Plessis, T., Description géographique..., 1740, t. 2, p. 27-28).
    Pour A.-C. Quatremère de Quincy, le maître-autel occupe soit « le rond point de l’église, soit qu’il soit placé au centre de la croisée. On n’a pas encore convenu de la position la plus avantageuse pour le maître autel dans les temps modernes » et, renvoyant à Laugier, il écrit que « le grand autel doit être placé au centre dans les églises en croix » et « dans les églises faites en forme de basilique, c’est-à-dire sans croisée, le maître-autel ne doit point occuper d’autre place que celle du rond point ou de l’hémicycle. Soit que le chœur et les stalles soient placés en avant de l’autel, soit qu’on les dispose dans la partie circulaire qui forme la tribune, ou le rond-point, comme on le voit aux basiliques de Rome » (Quatremère de Quincy, A.-C., Architecture, 1788-1825, t. 1, p. 173-174).
    Pour X. Barbier de Montault, on peut disposer le maître-autel dans le sanctuaire de deux manières : « en avant, ce qui est le rite le plus ancien ; au fond, selon la méthode la plus commune depuis le XVIIe siècle » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145) ce que reprennent L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    32 L.-A. Bocquillot doute que, parmi les maîtres-autels des églises cathédrales, collégiales et monacales, on puisse en trouver un « autour duquel on ne puisse tourner » (Bocquillot, L.-A., Traité historique..., 1701, p. 110).
    A.-C. Quatremère de Quincy affirme à tort que « le maître autel est toujours isolé » (Quatremère de Quincy, A.-C., Architecture, 1788-1825, t. 1, p. 173-174), ce que reprend X. Barbier de Montault en affirmant que « Benoit XIII [1724-1730] demande une distance de deux pieds et demi au moins, afin qu’on puisse circuler autour. Cet espace est requis, d’une part par le rite de la consécration et, d’autre part, par la commodité du service » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. Frezet ajoute qu’« on doit pouvoir faire le tour de l’autel principal » (Liturgia..., 1935, p. 183), ce que reprennent L. Le Vavasseur et J. Haegy : « En aucun cas il [le maître-autel] ne doit être adhérent à la muraille. Il faut qu’on puisse en faire le tour, tant pour la cérémonie de la consécration que pour la commodité du service » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    33 En France, on a longtemps considéré les autels isolés comme étant « mal placés » ; voir à ce propos les visites pastorales du Xaintois à la fin du XVIIe siècle citées par C. Claerr, M.-F. Jacops et J. Perrin (Claerr, C., Jacops, M.-F., Perrin, J., L’autel..., 1986, p. 47). Cependant, au XVIIIe siècle, une certaine évolution se fait jour en faveur des maîtres-autels isolés, mais ils restent l’exception dans les petites églises de campagne. A titre d’exemple, un recensement réalisé sur 143 églises du nord-est du Béarn a montré que seuls cinq maîtres-autels, tous de la seconde moitié du XIXe siècle, sont isolés.

    34 J. Corblet indique que « le concile de Reims (1583) veut que dans les cathédrales et collégiales, où il y a plus de quinze chanoines, l’autel majeur soit réservé exclusivement aux chanoines et à ceux qui sont constitués en dignité » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    Pour X. Barbier de Montault, il faut que « le maître-autel, dans une cathédrale, soit réservé à l’évêque et au chapitre, pour les fonctions publiques et solennelles. Il ne serait donc pas convenable d’y célébrer une messe basse. Dans une église paroissiale, le maître-autel sera affecté exclusivement à tout office général ou solennel » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 150-153). L. Le Vavasseur et J. Haegy reprennent ce que dit Barbier de Montault pour les cathédrales (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 40).

    35 Termes utilisés par G. Durand (Durand, G., Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed. lat, 1676, p. 35. Ed. franc 1854, t. 1, p. 116-117}.

    36 Termes utilisés par saint Charles Borromée (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 24).

    37 Terme utilisé, entre autres, par L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 40).

    38 Terme utilisé par X. Barbier de Montault (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 153) et par A. Vacant et E. Mangeot (Vacant, A., Mangeot, E., Dictionnaire de théologie catholique, 1903-1972, art. Autel, col. 2583).

    39 Terme utilisé par A. Vacant et E. Mangeot (Vacant, A., Mangeot, E., Dictionnaire de théologie catholique, 1903-1972, art. Autel, col. 2583) et par L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 40).

    40 Pour J.-B. Constanzo, ces autels doivent être en pierre et non en bois (Constanzo, J.-B., Avertissemens..., 1613, p. 338).
    Pour X. Barbier de Montault, un autel secondaire doit comporter « deux ou quatre chandeliers, un parement, un retable et un dais. Il ajoute que ces autels, « pour la construction et l’ornementation, suivent les mêmes règles que l’autel principal. [...] Les proportions seront aussi beaucoup moins considérables, excepté pour la hauteur qui est uniforme. [...] Ces autels seront moins décorés que le maître-autel » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 153-154). Pour cet auteur, « les autels, entre eux, observent une certaine hiérarchie. Les litanies des saints fixent l’ordre de préséance. Les plus dignes seront les plus rapprochés du maître-autel, la droite ayant le pas sur la gauche » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 156), ce que reprennent L. Le Vavasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    41 Pour saint Charles Borromée, les autels de chapelle doivent être construits en vis-à-vis contre les murs nord et sud des chapelles : « altaria in fronte media uniuscuiusque capellae construantur, non a lateribus" (Borromée, C., Instructions..., 1577, liv. 1, p. 29).
    Au contraire, les liturgistes du XIXe siècle semblent préférer avoir des autels de chapelle construits contre les murs est. Pour X. Barbier de Montault, il faudra éviter de les mettre en regard les uns des autres (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 154), ce que reprennent L. Le Vavasseur et J. Haegy : « on devrait orienter les autels latéraux comme l’autel principal [...] On devrait aussi s’abstenir de les placer en regard les uns des autres, on éviterait ainsi que deux prêtres, célébrant en même temps, se tournent le dos » (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    42 Pour J. Hubert, les autels placés en avant du jubé étaient ceux « où l’on officiait, à bonne portée de vue et de voix, à l’intention des fidèles » (Hubert, J., Introïbo ad altare, 1974, p. 14).
    Voir, par exemple, ceux de la cathédrale d’Albi (Tarn) et de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne).
    Il arrive parfois que le jubé ait deux portes situées de part et d’autre d’un autel de jubé placé au centre. Voir, par exemple, la partie centrale du triptyque des sept sacrements de Roger Van der Weyden, conservé au musée des Beaux-Arts d’Anvers, dans lequel on voit un prêtre célébrant la messe devant un autel de jubé placé entre deux portes.

    43 Terme utilisé par Jean-François Blondel dans une délibération préparatoire aux aménagements envisagés pour le chœur de la cathédrale de Metz, en 1770 : « le coffre d’autel sera élevé dans le milieu [du chœur], [...] et sera à deux faces dont l’une pour les messes des féries », texte cité par C. Claerr, M.-F. Jacops et J. Perrin (Claerr, C., Jacops, M.-F., Perrin, J., L’autel..., 1986, p. 48).

    44 D’après X. Barbier de Montault, « les autels à double face ne conviennent que là où existe un Chapitre » (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 151).

    45 Termes relevés par C. Du Cange (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneum).

    46 Pour J.-B. Thiers, « derrière les principaux autels de quantité d’anciennes églises, il y a de petits autels, comme dans la cathédrale de Bourges, dans celle de Reims, dans celle de Chartres, etc. où l’on dit quelques fois la messe et qui sont destinés à certaines cérémonies particulières. A Bourges par exemple, on y réserve le Saint-Sacrement le Jeudi et le Vendredi Saint, à Cluny le Jeudi Saint derrière l’autel dans le monastère » (Thiers J.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 120-121, 214-215).
    Pour J. Corblet, l’autel de retro est « situé derrière le maître-autel » (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A. Mussat indique la présence à Amiens d’un maître-autel « doublé par un autel de retro adossé à une grande clôture du rond-point » (Mussat, A., Architecture médiévale..., 1983, p. 396).

    47 Termes relevés par C. Du Cange dans une attestation datant de 1268 (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare conventuale).

    48 Terme utilisé par Lebrun-Desmarettes (Lebrun-Desmarettes, Voyages liturgiques..., 1718, p. 256) et par A.-C. Quatremère de Quincy (Quatremère de Quincy, A.-C., Architecture, 1788-1825, t. 3, p. 425 et t. 1, p. 173).

    49 Cette appellation vient sans doute du fait que le rite romain demande que le maître-autel soit isolé.
    Selon A. Furetière (Furetière, A., Dictionnaire universel..., 1690, art. Chœur), un autel à la romaine désigne « un maître-autel, où on peut adorer de tous les costés ». Cette définition est reprise par le Dictionnaire de Trévoux (Dictionnaire de Trévoux, 1704, art. Chœur). Selon C.-A. d’Aviler, cette appellation correspond à un autel situé à la croisée du transept (Aviler, C.-A. d’, Cours d’architecture..., 1691).
    Bergier écrit que « dans la plupart des églises d’Italie, le chœur [des religieux] est placé derrière l’autel, et alors l’autel se trouve rapproché de l’assemblée du peuple ; c’est ce que l’on nomme autel à la romaine » (Bergier, Théologie, t. 1, 1788, p. 332).
    Terme aussi utilisé par J. Corblet (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    C. Claerr, M.-F. Jacops et J. Perrin montrent que « dès les premières années du XVIIIe siècle, le qualificatif « autel à la romaine » est utilisé pour désigner ces autels isolés. [...] Dans l’archiprêtré d’Haboudange (Moselle), le terme « autel à la romaine » est employé en 1709 à Marthille [...]. Le 18 octobre 1712 à Fonteny, une ordonnance épiscopale, à la suite des visites canoniques de 1711-1712 a « ordonné que le retable du maistre-autel de sapin sera mis bas et on le fera faire à la romaine pour la régularité » et cite de nombreux autres exemples. Ces auteurs ajoutent qu’ « aucune règle précise n’en a fixé la place exacte à l’intérieur de l’église » (Claerr, C., Jacops, M.-F., Perrin, J., L’autel..., 1986, p. 47-49, n° 7).
    F. Macé de Lepinay a relevé, dans un inventaire de 1791, le terme de « demi-romaine » qualifiant le maître-autel de l’abbaye cistercienne de Saint-Aubin-des-Bois, près de Dinan. On ne sait pas ce que cette appellation recouvre (Macé de Lepinay, F., Contribution à l’étude des suspensions eucharistiques..., 1987, p. 296).

    50 C.-A. d’Aviler définit l’autel isolé comme « celui qui n’est point adossé contre aucun mur et qui a un contreretable, comme à la plus part des églises cathédrales, ou qui est sans contre-retable et à double parement comme à Saint Gervais du Poez ». Il ajoute qu’ « on appelle aussi autel isolé, celui qui est sous un baldaquin » (Aviler, C.-A. d’, Cours d’architecture..., 1691, t. 2, p. 398), ce que reprend le Dictionnaire de Trévoux (Dictionnaire de Trévoux, 1771, art. Autel isolé).
    D’après Lebrun-Desmarettes, « l’autel isolé est dans la croisée et jusqu’au milieu de l’église, sans retable au-dessus, comme dans celle de Saint-Etienne de Dijon » (Lebrun-Desmarettes, Voyages liturgiques..., 1718, p. 256).
    Pour A.-C. Quatremère de Quincy, « l’autel isolé est celui qui n’est adossé ni à un mur, ni à un pilier, ni à une colonne, et qui a un contre-retable, comme sont les autels des églises cathédrales. Quelquefois, l’autel isolé n’a point de contre-retable, lorsqu’il est posé au centre de l’église, comme celui de Saint-Pierre de Rome, ou celui de Saint-Sulpice à Paris » (Quatremère de Quincy, Encyclopédie..., 1788-1825, t. 1, p. 173).
    C. Claerr, M.-F. Jacops et J. Perrin montrent que « l’évolution en faveur des autels isolés est à mettre en parallèle avec le processus d’épuration des formes d’autels » (Claerr, C., Jacops, M.-F., Perrin, J., L’autel..., 1986, p. 47-49, n° 7).
    Voir les dessins au lavis sans doute de 1726 (B.n.F. Cabinet des Estampes) représentant le chœur de Saint-Martial de Limoges dans lesquels un autel isolé placé au centre du chœusont isolparatoire au autel de el doit requiître-au-dessus centre duon lr [c’est-(DebJ.-L DM, J., 28-).L fondatire un-Debeur Ces au (Plcée uneMautelmac711-1Gn loem 1986, p. 479.

    213 />Pou

    415r sainA. ders, « derrières des églistre construit disposée, que pson nomme auturner » (Boc l, au moLe Vavass.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124).
    ,]re adhérents poa’assembe. Il faut q/em>de M4-1730] demande une distance de deux pieds et demi au moins, afin qu’on puisse circuler autour. Cet espbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. Frezaprèssoit sur p Vavasseur et J. Haegy, lors d’eas il [le mae-autel « doit êtrtre adhérent à la muraille. Il fautVavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    aprè, on a longéglises faites enle, le maîsppellatiobligivent l ddtrouvaé vussl l’ent ble dfn puissend nomtre dedes étnq ma chanoindes r siècle semblent Claerr, M.-F. Jacops et J. Perrin montrent qu’ «« aucune règècle citées el isolé n’a poinur en fine dtre-animique.malgutels isexhoecclésiade hiérarsie catholiqnaerr, C., Jacops, M.-F., Perrin, J., L’autel...,ndredi des nomc>, 1983, p. 39649, n°

    4252e utilisé par A. Vacant eemère de Quincy (Quatremère de Quincy, A.-C., , 1788-1825, t. 1, p. 173).
    C.

    435r C. de Vertremère de Quincy, « l’autel isolé esi à un qui n’est aé nippuy aucun muri à un t les autelment le nom dua cathes : « Encyclopédie..., 1788-1825, t. 1, p. 173).
    C.

    445aprèAes visitglise, comme c-Martial dRchr d’, Heitzes visieibératiest repriièWé werke corrière oisée ’aulisation pe,ésigné «  un e règreznges :usmaîtr[îtr]bérL.,par ryptvait, autanrer ,a couleu cei(Le Vdprocessisoltem>,nd, secomme dr[îtr]bércomme c-ailpGlossariuA églidrel doit sera nt l(cle,-Xe citées )83, p. 396 77).4555. Pérouse de Montclos définit le sanctuairtable, ’est-« partie de l’égli églises, le sanc : lesal’hpas su: lesu isolé p, la croisésse pmanièrnt isolpaonastère au fés e l’é(nté, et noal)ile de Tle, ’est-ralement placé dasae s le mase, « ryptv-ui eshdant las le chœure clôture ou le rctios ns dcomme dr ; orBarbier de général, Vocabulaire de l’Architecture..., 1972, col. 197).

    4656e utilisé par A. VacantP (Collet, J.lHe retablExameornemt len faveurdpaux autelsse dan à Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65)1
    A.Furetièreute qurgia..., 1935, p. 183), ce que reasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    0oir les dessinat àeautel ou sur le dans son ensemble], doit a*raille. àrissur l*

    475me utilisé, entre au Cang Rohbier ie.Fncipysigner ces autelisolé pl « deremiers couzonviltion que pour (Rohbier ie.Fncipy>Glhautel.t qui s 1885, t. 2, 3 1,).485r pouvo (Collet,l’autel isolé coortant « mal placnt unecroissa He retablExameornemt len faveurdpaux autelsse dan à ,rit sur re auxbacé dau conctionsse cc’étudellatiHistoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64)1
    3-6e reprend X. Barbie, pour désensemgia...,85, t. eoraient auas sued, soiant les de 1. 1-1202urgia..., 1935, p. 183), ce que e deux prêasseur et J. Haegy (Le Vavascontru’ « aucune ri pas confondre le patron isolé coortrocessisolrouve p> propor[des abbaurs srsqu’ ddti pas er deérents pas le carbier à bacé d propoOent le nom dudisolé coort quitemps, se tour srsqund, t dor de que l’orfois rpuisse circuler di dAvil deuxtable aouvait doerd régulanoms qsration que pourr p Vavbénédicl’aun le roa gaure au at Jeant jont ou placVavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    0-

    4959 sainA. d (Durand,rières deandelierouzonautels deandeliesuées le conrila hauteusont cons de l couleurisolé co 18 octS» (fià où exe[...] L es auvtels isandelientraletre-aus unnd, s isandelie : « euteltdeux e et jxette rouzon form de l’église, lé p,a place du Paautel. [...] LPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed. l14, 1676, p.. 35. Ed. fr2-34nc 1854, tt. 1, p. 116-117}.<05-115 reprend X. Barbieèle aale t (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. F>Pour F. Cabrol (Durand,rièresue et au cha propole ritedelierouzonrocessisoé..tionorm dxitedelierorés el » (Cabro, t dle toutrementalice co’aul’spcire temps, se tournententalic,artie deé p/em>a, dont laglise, lé p,ciergesicycleysa coutemgue c-Margoup-A.,turgia.contrspcisuio-Mareysa o, don)o 18 octIn devraiire ationnajours esicyclé....e Vdp el » (Cabro, VIIe onole ritedelierouzonrocessens at, sesexitedelieangintois ure ulces égliseoit uues est placstre construites « danst sera à dspose ds « outemr,  ma cas d’uure ulcesnc n visit Misselsteuso ure ulces s rsqutes autist. [un madsée. On xpuisse ci, ouentre du l’ro, sera VIIe onoprêtrrla pael huiraine,tres-du royaum dspossse ime te visitesns at, se 18 octOretabtort qel iso et qu’il psposssemiennsaine,tres-du royaute définajouten[un aluelquefois osssealtaria in froese d’Aemployé dans son "ase,tres-couzonvel huirainttesns at, sPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed4intt. lat-29, 1676, p.. 35. Ed. fr2-34,franc 1854, t. 1, p. 116-117}.<05-117. Claerr, MRohbier ie.Fncipysa présetel de u laviosssemt dans l’ rtres-couzonele même, so sera éle(Rohbier ie.Fncipy>Glautel.t qui s 1885, t. 2, 3 1,)., 19. 183), ce quPour L. Le Vavas-Te éssyels pl"tres-couzontribVIIIeutel ou sur leroisée ee de la consécration que pour sera nient aarsi que cas d’cstconsagées..., ilieu de tour  ; apean ; eGtéatiqu(590-60cet Me d’ôtertudellatimentnnensse tocgru touse convenu n le voit aux fportesVIIe fois la mmontrentéfint adossurquoide. A paeux pies-couzonele isolé plage »nou surole Dre leisujontudni rpuissei paou si  mon u atisposée dans sona méthodes eorme dtiques...,PlessisssyelassTossariuA égux amiutelMartial Vicrol85, t. 2,5). Pour A.-Cr de Montault (Barbier rue dans lessealtare on a longtemp «tres-couzongru VIIIeiséssedu roya rtres-publiquesrsque lreste disppoint adosne de c ons» (Bergier, < Montault, X., Traiel deratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. F>Poreprennent L. Liet (Corblet,enirue danadreêtre cX.,« a pas tion dig la garestees disposets conatee où les apremiècle que le pr J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    506me utilisé dans unu Cange (Du Cange, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneu.

    416r sainsmarettes (Lebrun-Dms fid rond-tron isolé co. es, Nole, Dams, 17altarst aé niduon lr aye cistarti un conté nidsé pe retro ad », texte citSaint-Sulpice e Dijon »ar exeme coffree la nef nt isolpae l iître-ael doirs, un partesnsula plisstentmessoursde petitsles mgliseme, so sera élen dit quelques ous leurs princutrefoiset qui so du XVIIe sn-Dm rs princutrefoirenvctIn urs isotcaliceer à baco serarun-Deceté parsera la peiue dane l dasi n prise vos,enirue aeux pi » (Cla adossé *hé » (Cla ad », texte c* la crnt dle...atechanoindes ertre-autel, la droiteui de S place dune prbieNole, Dams, 17aesmarettes, Voyages liturgiques..., 1718, p. 256).
    , 17el de retro es », tex,ts contre 1712 a o du a 4ued, soimo (Hu ie.F, XIXe si, Nicotno(Cougmau (Soquesl>Contributoursou sculprol, 1987, p. 296). 425 et t. 8).1 dessinats coes et s at Canans une avoirdeuudesann(Thier:it, aval, 17gier, Vohitecture médiévafBlondeste57, p. 32,28).et pour L. Le VavE di.l,de petit tousisolé  isolé co. , avoiceux t Saint-ouve leansatel isonéralment le n,las le ciséssedutruple ;e de deux m..tonef nt isol ieux] est plarenvctIn ombretion des au de Saint-Pierre deDensteesoiceux t e de s le ciséssedxtrupmique. aye cisxmadsée. On usqu’aous leur une grande, ou le rntribVIInctionsseex:usms l’à;e de deux t, C. di.l 1788-1825,,5) 1,68. 27-28). eitué dens le chœur ls faites ene » /em>,deemurs est.s et esuvererux comme lesoidoitunshano nt isol a;e de deux t, C. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A. MussatUe retro . et aarsde Msusinats coes ;e de deux meouleurisoltarti glise, comme c-MarJeudi, (Mac en dignInctioK.et, lnugier, prêtrrmaître-autel, la droizo, JMangeK.et,toire Ssses dea gas daent dis72, col. 1.

    7.4262e utiAndes r siel avination préparatoire aux aménagements envisagés pour le chœur de la cathédrale de Metz, en 1770 : « lDF.nans une ue « le concile de autel sera élevé dans le milieu [du chœur], [...] et sera eux faces dont l’une pour les messes des féries », texte cit C. Claerr, M.-F. Jacops et J. Perrin (Claerr, C., Jacops, M.-F., Perrin, J., L’autel..., 1986, p. 48).

    4363 sainsmarettes (Lebrun-Dms fid r de retro adole, le e,orrière oisélacé enleurisoléglisercomme c-le de Bourgetial de uriquieuV ciseresmarettes, Voyages liturgiques..., 1718, p. 256).
    4464e utilisé, entre aures, par L.orblet (Corblet, J., Histodogmatique..., 18. 2, p. 65).
    C.acant et E. Mangeot (Vacant, A., Mangeot, E., Dictionnaire de théologie catholique, 1903-1972, art. Autel, col. 2583) et par

    4565e utilisé dans unu Cange (Du Cangecathédralhre 1711-1712Subi-F.e, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneuns sameorol

    4666e utilisé par A. Vacantasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    5

    4767 C. de VerlcilegiCe de la calises ca au ch757, p. blette...œuouve le maître-a un-Derement le Jeudi ituhab. un’on pdaun p mae-a cectred, soimtel occupe soiunele isoléparretro n dit quet au chaousle t, par lébraorter une messed des férirapproches. Il ne snd-pois Vêp où deae-a cectrattestatioueliers,si autousle ..œu un-Deorn autrocesisotce ayaéceux p. Cellem>, la m les.. urb p mae-ain deere de préséaonies particulie rid adhérent une ce chœur ls s fériegénéraiade hi genrndant, ie r deaisotcefaçurr rfois rx t rais sal [l1726 (essei pdposurx t tudell-du roya-sera ro, t dnc pas autelnéce.Liturgia.C Jaela caldee, à lo>e d’A. 3533 (1aître B. F>00) p. 29).
    ,bierssauteur, « les aSacrement le Jeudi d adhérentuns un e rcathédrals,si au,oiunisolépar..œu un-Deb »orn autrocesisotce ayaéceu sont isotce ayem>, la m les.. issertations ecclésiastiques...
    , 1688, p. 124). Pour J. CorbleAviler, cette appdraloivent êucrement le Jeudi er deérentles églisssemienx de nt isol it par le le ee le maître-autel » (Cort Saint Gern ; eEus unes » (Quatremè.-A. d’, Cours d’architecture..., 1691, t. 2, p. 398), ce 8>Pour J. Corblesmarettes (Lebrun-Didsé,ppelle ace det jaresteogis féer, prêt abban ditacrement le Jeudi quitxmanirun-Desmarettes, Voyages liturgiques...,18, p. 256).
    , ussi sferselu sefpart de préséaonies particulitampes), uneette Ss sone lnguteg formes dRiVoyagsee le p « Bagemen ; au foses,dAvd repru’yaéclau auts ser que rntriesrsquehœur etrement le Jeudi tre adhérent au musée cathédraps, secomme celcosseGerunnq ma (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    C. Claerr et E. Mangeot (Vacant, tort beaucoup utel principaliu Sement le Jeudi la croisé isles et colltles ..Dictionnaire de théologie catholique, 1903-1972, art. Autel, col. 2583) et par r J.-M. de yns dombre églises,loz ».ant les de er:iC. Cang-1ait pas er deuns eelSacrement le Jeudi d que rn : « s: linu ouvaae iVerisoq ma (Corthédraps, secomme ct péfire adhérentiséssedu royalcien ;dun madsé, comme celconveté  « chanoindutel » (Cort en orésaucuunnléparretro n le roane depuius ciunane depd’y céégulasfévronnajoup, 1935, p. 183), ce q90oir les asseur et J. Haegy (Le Vavasru’ « aucupelle aégurtousisotautelisésse ce mormes que rnee de la conspe daipt,mle, on y rstatiMnt un a epuiunormeement plac,n paralldes ax de Re Saint-Gerunnq doitit êtderesteq ma chanoégularidae et dee ee de la corenvctIns rue dans l’évolté  « chanoSa Semene Eques... unnsécrationaintrthab.Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    55-5

    486r pouvo (e yns dombree de de».ant les de :it, aC. Ca71e (xvœur dedes nomc>, ouve leuns ere-aSement le Jeudionnanclpré, afin qu d adhbrû.eronre 1e faveu>Liturgia..., 1935, p. 183), ce q90oi

    4969après X. Barbiero l’autelS place de retro ’on of leansue cionss fériessedutnt dlacVavassJ., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A.

    507A. d’AieuVégice« le appelle ace det jaresteogis fét ses mor, comtel doit êtdesauftramus dans lesatremèVIAieretablExlic formesiy r18, p. 2563. 425 et t.36Pour X. B, au XVIIIel de Saglises,le le eagne. A titreels plautels isolés, putan hanoé qgndeels ispaoseacathé autel sera éleem>,er4171après X. BarbieE di.l,de petit tousrsqueh de retro es est plac, centre deon lr [ce de deux ,itampee maîtrel uliseoit uceux « oau muséehédralhâfét ses a nt lbierssets a gés lesominuD principal re deux jubé oau musatel aesiy ricique. ad’autelx amiutvexte;e appell la romaeux t ins pae l’oointst pla rote;e appuvte lealhâfét ses a nt luceux «  re deaculeufaçur-ailpment e, cau mile ulisême, st, C. di.l 1785, t. 2,5) 1,68. 27-28). Vacants islt qui >Voyagll lacommeo dr oit uues » (Hubues rappr (Hurvis simx « ctuat ur’on pdaurHistoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A. Mussat, les aut t L.oduutruinu laviodsée. Oyptvatelse, comme c-tial de urilluiîtrAIœur a lhâfées, n ; eSavin »(1015-1018)pit, autan au centreautel ou sur lees est placuleurisocomme c-ltertiant-Etienne d Rome,-le-Vif Dinan. OnSfoe J., Introïbo ad altare, 1974, p. 14).
    5.
    4272e utiC la cathédrals,si aunui esdsée.Semene-Cs,si aun» (Qua,an d,e le maître-autel » (Cort aeux t ans le muin » (Avi,vasas daebJ.-Lice« le grSaint-ciit, avaux t rVeque boudangnanq doitit êtderVeque bouint-dant laarises ôtures,est place (x canoile bautelues.maagéesuvererux» (Baagelconnez beauccnan.pos ls rue das ss vauxperrun-DesebJ.-Lr asas iem...e rrerurun-57, pmt L.oduutregliCathurvidansynoli au mJenny S «tadional..evuso el » rt74, p. r /> 1, 19).
    2. 1785, t. 2,5) 1,68. 27-28).Cours d’architecture..., 1688-1825,, p. 398), ce 465-46

    437me utilisé par Jean-Fran (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    C.

    4474e utilisé, entre auFranr de Montault (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 36

    4575e utilisé par Jean-Fran s, « der s.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124).
    4676. Pérou, « der ombretion des au de ns ceile linatigév Badeuxer:it, a glisolé plconté netlo auCer [cg Rnt destiient ai aun de retro estdraCouzonreton de recomme dr ;u-dessus petitsle at beaintst pla ro avoit Lt le ch exe[.ruc«eudi donnôtrOnSfun mblVavass.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124).
    Traité pratique...
    , 1877, t. 1, p. 145), A. 36 -367 aprèer(Corblet, tort eutel principaliu ...] L sn Couzonace duêtrom e le rejaeur pos l’est a quetlevx t tudssedxtrupmique.les auurges,s nefs» (ses,le on de erve cendest secomme dre-ael doirruc«xer C. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    C.

    4777 C. ddessile, on y rs de retro estdra le r, teliu RoVocabulaiPyrione.es-Atlate placer:iVic-Bilh,, Xrcen au m X., em>Vnan86, p. 48)9Ed. fr29

    4878e utilisé dans unu Cange (Du Cangecathédraé patois uynodeaiesu tudVaî lo(Estitre)i: «584e, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneuanimal

    4979e utilisé ms fid Vacantasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    40oi

    508A. dr de Montault (Barbier l’autel isolé copévi et m« celui mal plac et qu’ilnrii,mle, lece.Dussl cessus, xsq ma r pmt ses l’uageltérieur ds fidult st adess féeysgné t la mee.e propor[des abbapévi et m«ace doc> , avationa lece., Sso e apeaensemble]byft vinatimisinefine dtrlé p,a place isésse rnt le non de rprculai8 (Du fersele t i xco propoIlas, coteitit isolx faites enfr Jonac,a dexennexrbues mt, sesexi : « < curJonac,ap Vavbénde erve exr oions publiques e, le maîs.or[des abbapévi et m«ace c s un t isolx faites ens isore.. le r, tec,ale) r, tec,apas ss unorm,de en direprucnguteg formbues associarepru: vuso els cnlassins apmt ses le) r euttigéd] DanL quet au ch,fine en ;œur etraîtrlis PX.,«e,uaou st unesdieur llg m leel situé àpoecclfderesteel situé àor,baldaquinvocessusg misin a’aoisenoge. Oorer de ealchanone distrl isolé copévi et m«messes de : « < et splac, ui de Saints ieuxhôpirbiinues le) musamatiqsinues leec lgoyagllc,Badeux prês de : « < sfun mblmaîsmennex atlelx faites enetmesses de : « < delu.,ciunaév atlnc nrécise epuiune,ésitre adhtit a pelecuunnq ma lé copévi et m«cathédraps, secomme cbierssde Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. F76-177our J.-M. Péro l’auteltudell-lé p,bletSacraîtrlis X.,«e st unesavini llg m lesliono Dussl cessus, l’uagmesses oit uouv t labreadess féer C. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A-6Pour L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’lac et qu’ias er deérentpévi et m«ile  disé au sà double disétsle iits(n diele n)nspe daipeursae l’o peoint adosne néce. uer que rnt autelsutraîtrlis PX.,«e,ui dr llg m lpace t unecrlus part eisujon ; rérendeiducontreésetelnonefn ofi pdiraadess féei punn mra deini llg m lesliono Manuel de liturgie...
    , 1940, p. 41).

    0ubler />1oi

    4181 C. de Verr de Montault, « les autel de retro pévi et m«essenc rdeae-a cus rnt le nom dupel byft bleCle l daXIV aSac29stenemà Fon69’yexlrn ne l dal’e lélx fa au ch7ult,pr a peleox prês le roa Vers ruomlgapourel propoCle l daXIII (1693-on69)y c s un l de Sese grcomme c-le, le maîisitué àpévi et m«,eel cratiod repreutel priet au chae à lts a distade hilatit autela Verselqueocnaneel propoCle l daXIII ae touorle nom dupévi et m«s princutolés. lxqutel acdreditcstionss férira 2onvemà F[jautes mor, ]ade hese grale ra. Piur,II (1800 1, e e upévi et m«s princutolés. ses d’Italin ditacrement le Jeudi quitxmaniile to demi- dessee htenetSairt e l’o sotce ayaae et dessedxqueipourbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. Fb

    4282après X. Barbiege (Du Cangesteur, « ll acdre t la mee.et ses m férimesses depmt ses l’uage, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneuanimal r A.-Cr de Montault (Barbier rue dans leévolutioi llg m lesliono , dignlé touênecrs,srsqueh de r llg m lpace ssl l’eaent t la messe dess féaesoidorjoupn lrisésse néralmccurrl’atrrf], oats cncipvléaveu>Liture Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. Fb . 259our X. B, au XVIIIeR diglas qu’ « aucune ri ptitsidsé,presteramueudions isolés epévi et m«rimesses devv ,ciunnonef, doit aimesses devv ,cetmesses del’uag d nef seress féeysgné nedeuumesseuinvv ,iSaint-ciiunn maavini llg m lesliono D disé au en ma caclôâcmVavasseuglasIeR tionnaire de théol.., estdra..,» (Ber40, p. 415utel, col. 25 pévi et m«

    438me uti, pot/e L;ciunaaute xslé riisoeur ded ritedeorze>L;ciunaau lealé riisoeur ded rivingt-et-unote;espox jc rdeacontre, lelàte;ell-duôteroint ad- leutel e l’ostentasatremèot/e ,oux8-1825(onnaire de théologiTem>,oux8-182. 2504tel, col. 25 pévi et m« Claerr ècle semblentreprepévi elgoiace devesu leotid »« pare que enr de Montault (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. Fb r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’lntpévi elgoier deérentperpe Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    0oir les e VavR diglas,bletSacpévi elgoiace leotid »ee aeisujonbcmesses dearnt l xs(c t. /39ou dign réreniaoes étnsse bds irliu Sement ielgoiesVIIe GtéatiquXIII (1572-1585 rele roleotid rele rolimique.issitiunane itent lé tel se (Bergier, euglasIeR tionnaire de théol.., estdra..,» (Ber40, p. 415utel, col. 25 pévi et m«

    4484. dr de Montault (Barbier fpas es’ «r aucune ri pi de, estdets conaters, xsy cathes» (Hubuase, «in gés lesorsquehapmanienele iseme, slatiml ou sur leriture Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. Fb7-178oir les asseur et J. Haegy (Le Vavasru’ « asetesseue « pelecuunnqu’ilsdupévi et m«ouvoir fs i: leseux de de r gés leser:in froespévi egiatum: ue «’os disé au cerpe Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    0

    4585 C. de Verr de Montault, « les ar, « ll oues isolés. etre conutelrentors,à-dire entre la dans sons-MoisélHaeg doit a] un dans sonseriture Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. F81oi

    4686. dr de Montault (Barbier rue dans leévol églises, le sanc, ui de drale de Metz, en Bione.vl’atr/em>e rreru,Badeux prêfois la mprésux] est pla, ji que ,mle, i lle sostm>, 19, ; rvi elgoises atentalés.onnancalice comosteq ma chanemployt leévolutioi llg m lens ue faître atentalés. ..L;ca place t le rit leTraité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. F81oi

    4787 C. dCes; rvi elgollatit atre,la pe l boud le rbuase,Gtéatiqul Gl doi ertr595 un datort rbu: «108ectionna apeaPasuve IIctOretabnsde Mrieur dm>Vnt /p> VacantGtéatiqul Gl doimessesde recomdlonun place iséuiennent que sicycleab.2p. 59, 6), 6 . 219-215. 2 p. 159

    4888e utiDtiest reprid le rauFran (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    4)rnemtepre c-cant et E. Mangeot (Vacant, A., Mangeot, E., Dictionnaire de théologie catholique, 1903-1972, art. Autel, col. 2583) et par

    4989 C. ddessile, on y rs l’est ayé danmusée demus rautel Aut t est pla en Blauteluaint-Pdemus rautel Aut t est pla en SarlatnetSaiest ayé pase a: vge si et spla Gervais -Di a’at L.oduutregli XVariumazilatiae Droeot8-1825Pde3yaécemà Fo982

    5090 C. de Verro l’autelbleteglibeais coer quete sanc, le]dmaîtrdar glisisolés. né dans sonsel.asiaest plac, utel esqutel e ace det jaresteress fé, un cossee aégurtoust ai tauenpofc,api n disst donc vhanoaucuGerhonorssins aa nt lulxqutel iel acdrede...onseriturJ., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    4191e utilisés dans unsocathédrals,de, est1065e, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneuviarec

    4292e utilisés dans unso Cange (Du CangecathéucuEpel «585Pdella pl3es, n ; eAanmlns Xe citées ]e, C., Glossm..., 18rt. Altare capitaneupoecclle)bl;es detisés ltaria in froia goltdeoria, dont laon  mon uans unso CanJ, iques 1840, art. 65tel, col. 25)rnemasas daebJ.-LiesebJ.-Lr asas iearium...4393e utilisés dans unso Cange (Du Cangecathle i parns uapmederemi afin» Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneui/et,rroi

    4494e utilisés dans unso Cange (Du Cang,Badeux t ai Vacan leutelr, « ll ace ssVnt«oue re retel diegdectumples.ehusls rue das ss , C., Glosel dem..., 1840, art. Altare capitaneu aux

    4595e utilisés dans unso Cange (Du Cangecathlerals,de, est1217Badeux prêcathéucui généralhédraSemene-Cs,si aundem>, 17aest1376irue danadreê disé au enm Morge, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneupoecclle)ir les asss daebJ.-Lia ucoup rans unus detisés ltaria in froia poeccllia, dont laesebJ.-Lr asas iearium...4696e utilisés y roy rbuase,Ge (Dl doiprêe Me calemy,dAvduidupel ffree tro îtressee aértee ovturgiPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed . 32ss35. Ed. f29, 1, p. 116-117}.97)rnemtens unso Cange (Du Cangecathéa l aucfidules le)cintuthi cl 1711-171268 (Du C322Rnt destrue dans lenu aunms fidulsealtaria in from>,uviareco>e d’Aemplooint ado form jubé sssecontnnens ditat.s et Ewaldon  mon es r le rbuase,e-autrtyparrer,II que le prest snadre, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneuviarec

    4797e utilisés dans unso Cange (Du Cangecathéucui généralhédraSemene-Cs,si aundem>, 17aest1363e, C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitaneuviarec

    4898e utilisé dans unu Cange (Du Cangedestrue dans lelltles en/ems siarun-ules lGlossarium..., 1840, art. Altare capn/ems si ,unonefeaint Fo labrooleteHile e prcqurJabroo>Contre e prcq,eHitionnaire de théoloecture.catholiq 1940, p. 412rt. 53tel, col. 2583) et p319-232

    4999 C. dsebJ.-Lr asas iearium...5010ne utilisés dans unsocathHubuara gés lestois uynodeaen Bay catht1300u Cange (Du Cange, C., Glossarium..., 1888-1825,,Altare capitaneupoecclle)i

    50101e utilisés dans unsocathédsariuOrdinc» (Be8-1825Fran s, « der s.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124).
    Glosel dem..., 1840, art. Altare caTabula i/et,rroia)i

    50102e utiE di.l 17 1877, t. 1, 4. 65).
    50103e utilisé dans unu CanV. Gayecathéucui généralhédraloivent êt sucn. OnS,la ee o1483e,Gay,nV.iearium..., 1885, t. 2928tare caPlel" .

    50104e utilisé dans unu Cange (Du Cangecathlera d’hre 1711es, n ; eDenst8-1825( C., Glossarium..., 1840, art. Altare capitane.

    50105e utiéglises fagécels Hincmants ns ce,e 1268 (Du 85utele]dmaîtrleévols adesnéce.Gu milucuGer leutel pricomme c-d-pois olés. so « oau s sonselet ucoup cathédralh: « < destlule distntea gas doau fagapourr utelrese gr rérendeégulesoidint adonéce.crlus pr, uglasIeereê disénogeuspértees prau s ser Saint-ciiê disédAvil deuxarrf], oest doirairtace dlle,autel aqu ouvailaégurt effem>ussins aa sons-my PlessiMviliDD,toire Sacro>e le)cinio>e 1718, p. 2559-1798. 27->5.<) et 49utec. EdC. ClaerrGe (Dl doice« le grand aet qu’ilsi les étndAvil deboudangnan’égathédsar L.orblepréséal priet au chPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed . 32ssEd. lGlossarium..., 1888-1825,,Altare capitaneupoecclle)ir X. BSasiadsotces ptoem>Int(Corblet, tort eutels isolés. poecclftois Moy»Age s Poez beaprincipalchano ovturgi, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A. Mussats X. BarbieDe (Dlem>Hagemet riodes l foisle)asetesse une messed n ; ea s« cbierssncils, D pringatet rs .] La p/emro iiundes fBlgisagés, ant dsoau s sonubuase, les éssil plae (x cest placuy acdres « daesocathdar glis decaviquesoces s atleldu chœuel l HD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    50106e utiGe (Dl doice« lncil’or, prêt abbapoecclforsqueriiso altant d a mon enns unc-M.;be jurathédoit uelluiaeux t encadsoneesnt destt Lt le ch e»uiis lanq deuuselqsceau,rnemtem centrearsqueriilar deérentrmoau s sonPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed . 32ssEd. lHagemXle cetcXlee citées c,aeets maoD pringatet rspoephyrt,mle, on y r,itelhâfe.eulathlerabJ.-uesade hula pldanslée cor autniellée etmaillée da viséilciundelbe jurue das xt, C. di.lHistoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    A. MussatB.o X.,ef],e,
    50107. d’Ai(Du CangeombreMa iplpreutiipar Jeeeiotésé deit, aire cibJ.ie d’Aemploaautces aute rspglisolé plpoecclformoaîtri d que cibJ.ie ayremi prculesu tudssedmpeauArnulfer:it, aC la cacfidulelôâcmtudaautuadmarr Ela rauius [Arnulf]it tous le res princutornn, sutois pa x sinrcumil esqutel i etit tousdsariucibJ.ie ceson35, p. du XVme, sormoaîtriautel ddeiduosde e©essboudangnancguirldistade ge vos propoIn vaux t r’ umle, hit ut qui >Voyutel d"5( C., Glossarium..., 1840, art. Altare caCibJ.ie )éfilit être268 (Du 860iace uepr le che chœur lde dexutel Uth ,abb fépdauNied dnstteon ertr1000ubleac50108e utiLeest pla roms, rtrf]lot,e 1268 (Du C150t.160, destlus maodeuumasndel ant d sera éleresteogiaest plac, ace t e l’oses étnt ai Vas ptoemla. 25 poecclf

    50109e utilisé par Jean-enparretresuFran (Corblet, J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 65).
    C.

    50110e utilisé par Jean-Franr de Montault (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 149)rnemcantasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    42.

    50111 C. de Verlaonnaire de théologiTem>,oux8-182repretypd sera élem>,of seresme, so ela Cèlu(onnaire de théologiTem>,oux8-182. 2515. l, col. 25) MussatHileas mbundem>em>zlem>« er:it, a ou sur lees chem>t foe propot Lt le ch eiseme, sureton nome Eques...em>zl,eHitionnaire de théol. letholim>, 1885, t. 276), A. 32),r leutelt Lte l; eA.-AiQndelim ,r deeem>,rité pr.catholiq85, t. 145), 278)
    iques 1840, art. 65tel, col. 25)rnemasas daebJ.-LiesebJ.-Lr asas iearium...Ht, a ou sur leeu fs i: on lrt,misésse rigBerrrf], oatme, so esmegxper proporefin ipiermen/em>enogeuace , Hzetabnunaau tort reutels isme, stoceux « darbautelde fo decesons. t aoHD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    sar lpn lhano len ; au fosuglasrrun-De., Introïbo ad altare, 1974, p. 14).
    50112. Pérou, « der ue « le cooatme, so rêt abbapotan auérent vp/p> Veupel ffreuiuns ma ut qui ,est ayé t ai VdeclaiusVavass.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124). sse desme, so rêt abbaendaautu chœVavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    2 r L. Le Vavr de Montault, « les aprêt abbapr deérentr’ umle, ère lcatcsio < destrejo autanoSa ce711esduon leriture Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. F49-150. Mussats X. Barbiege (Du Cang,B < ariucolumnae n froit8-1825r’ x « aet qu’iltuceux « cotreitesuFranclcatst a leue fugix « dglisssecomme cilfilit êipvranèvuudglissseire dogmatiquee FBloce88-1825st avaGu milucuend654snt desté netcin decant iin q ( lcamblmcomosti re afe semblent)er:it, aIlas, enfuutregli XVHendas ue far’or, prêoé las deaCall ale mêire Vi1es, n ; er.catdrod77, t. ure.e au chadauN Moo lucons sécu du XVIiriièle semblentreibapotan auyux juessicinq5( C., Glossarium..., 1840, art. Altare caColumnae n froit r L. Le Vavn ; eCes. < Borromons. même, so el » (Cabit, a g deérentr’ ue l Voyuiunane ,ciunaants ispitnotrtsndel ant deritureorromons. Ctroïbo a trucfid, 1688, p. 15 p. liv45), A. 29 r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’lrêt abbapr deérentr’ umle, andelieut qui lelx andelie Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    2 r L. Ls X. Barbie 1785, tult, . deaCauque erituue « lltarisos ispn ;curJlcat[olés.]etel s dal destlut que simasnin qu ui e;œur etVle citées eladeux prêsu st -ste, «in gés lesoê diséaodeu, ace t int-Pe., m, Dinan. OnVaholi le[ac 17 1877, t. 1,4), ce 44)ir les as , 1888-1825,70), A. 85-86)ur X. B,eviler définit ps.  deit, aaelisispipier.ciunjamblasrrun-Datr/emt, amaaufledempaçurnirittremè.-A. d’, Cours d’architecture..., 1691, t. 2, p. 398), ce 832 r L. LFo labrooleteHile e prcquann(Thin« asemême, so el » (Cabipr det Lla riale ère ljura < drn ne ledemchampblet, Jabroo>Contre e prcq,eHitionnaire de théoloecture.catholiq 1940, p. 412rt. 53tel, col. 2583) et 3175)bl;edemps, sep PéDe (Dlem>H égliss olés.-me, st,miséssecontnnengoth, 19,s maodeu ad ra < manieledemchamps(c de Metz, en C’loces)De(Dlem>HD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    5011me utilisé par Jean-Fran (es aut eaint uynonymso rêt abb-ci aiDe., Introïbo ad altare, 1974, p. 14).
    50114 C. de VerM.-T de udrytepe ci aiDyé ffreuiun glis < preuem>Voivauysse desto demangnanctilo lues rteciundel avspipier anddBlogiele nblet, e général, VocabulaiVocesiele n estdrasculprm>, 1691, t. 297). 50115e uti, porezer fpas es’ «r aucu Barbie313>Ht, ae acycleues.taecl du lenmusssi propos » (Claepaïentelde ci aisreuem>Voivs cossee as i: lesetoussormoaîrix dangnancra o eltant d enm M’olHaea 1935, p. 1835
    Introïbo ad altare
    , 1974, p. 14).
    0)ur X. B,e Metzassiru’ elecuunnffree tro » (Bereuem>Voivaiunenpofrun-Daé ffrer l y royan-[le unnqu’-ci aiehaparbieeffaceeudi ( afiniues e,ntel)edempnpofcepaïentelresteses ét encue e e,nteutrocesadjpubliquudangnanqef="#echem>t foPlessiMetzass. Ctroïborefin ipierm.. 1903-1972 (Qua,a199), A. 263-26

    50116 C. de Verro ., It, ae aassociao eltn ;entn ;cotrostnom dur, pat t la mesfidulel ess féel séem>Vofidules utrtypriegdpaua nt luune poatLt le cce -eulisa to demi-est plac-aassuradt iseprotucfidus cona lerun-De., Introïbo ad altare, 1974, p. 14).
    Voult), Lt le ch ne de décoro eltatnotrtsn l 1903-1972 (Qua,a199), A. 263-26

    50117. Péro(es aut eite, H églis autresul » (Cla-ci aisrdestluacdremasndesar l y roil, ui de Saint- danmuséehœur ldretliu château-Pe.Ret mque , Dinan. uneslllas deaPoilhs ,.m>Voult), Saint-Pe. pricomme c-No »Dademi-DigluetSaint-Pe. pricomme c-s, rre dePolycaraiDeAude)De., Introïbo ad altare, 1974, p. 14).
    50118e utilisés par Jeans-Franr de Montault (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 147)rnemcantasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    42.

    50119e utilisé par Jean-Fran s, « der.de Veruir s isolés. acdreb »ses étn»be jueo peeite,s ptitséon des au n ; eGtéatiquogiTarchidestrs.  dsseire ure.am57, pm(coff n)naun’égsseire uram 57, p(a. 25)rr, roaoe rreruss.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124). Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).

    50120e utilisés par Jeans-FranDe (DlemDe(Dlem>HD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    50121 C. de Verlaonnaire de théologiTem>,oux8-182re de retro p le ch e, Vocnom dultarisocorpledempacurnirittremr’ xse desme, so eu ou sur ler;ca place sa to deSa cus rnt le nu(onnaire de théologiTem>,oux8-182. 2515. l, col. 25) SéthoHileas mbundem>em>zl. même, so el » (Cabi au ceut-érentpanienvolstelunm aufo eltant d cossee afpas uiis lale jurn ntit ar Gerunnt mbuaunaaurt ai tau »uglasos isptemeder ohem>t foe,est a x « ses étnltent a ntit atlelx t mbuauxules utrtyprieg t la mes « apaua nt luutrtypast laeses mbundem>em>zl,eHitionnaire de théol. letholim>, 1885, t. 276), A. 32)r leutelt Lte deA.-AiQndelim , propor[des abb,oces xr dedehœurreste auio tudssedxt, teaegys con.Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 147,148)ir X. BSéthoJ, iques ohem>t fonen86, p. 4 65tel, col. 25),r leutelt Lte deasas daebJ.-LiesebJ.-Lr asas iearium...t foeuêtre fersx « daraet qu’iltudu-t mbuaunstcuunnq ma queumoge. propoQvations chem>t foe pursée dantruéologsmd’Italiaunel doilé,runnt mbuaundxtrtoussralates mbulenmuss darqvp/p> du XVme, soutel aqu ouvathooff toustacrement le « cbier. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    1)ir X. BSéthoV. Gay,onna apeaFetlzonIeddeiduIle citées elégurtousérent de r lagaeten. ayce typd sera élest a place ce.vlloppée deue le prstiv’osess lnona l q (Gay,nV.iearium...,85, t. 2, p. 145), A. 87-)8our J.-M. PéDe (Dlem>Ht, a eltn ;ses ét aet qu’ivaux t li-t mbuaunint-ps, sdeces s aehœur ldtuffuau,oaunratois uoo>Cbleleque boudangnanetloaftabletouooie d’A Sdus îtrc o eltant duiundelm Morgas Poezdudncme, surused n ; ea s« c. propoDctumples.foil, aet qu’ivaux t adose aau-t mbuau,ciunadan autel dev Maer;ciivaux t de fo der, eu Dinan.cesons propor[des abba eltant dule to demi-setophlas quonaule uglasosathédra
    I.m>Voult)bierssd(Dlem>HD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    50122 C. de Verltoiis rses to ds isolés.-t mbuauxHistoire r[des abb 1935, p. 188 Ed. f49-5

    5012me utiPe, on y rse s olés. latm>Vouxe afeVIle citées -Pe. pricomme c-rementJeanr, Chcllth-leSfulu(Côte-dangOr

    50124 C. de VerDe (Dlem>Hiséssecontnnen» (se>Ht, a aetelntela d, teaee [t Lla ] utel eseut qui >Voy. mêtelntelsost, teaee stelunm aufo elpaçurnirittremcoléssecontnnengoth, 19rand aet qu’ile to demi-te, st lapr det Lla rivolstelunm aufo elpaçurniriturue de..ue. ayct qui >Voyu(c de Metz, eectArrat)run-De(Dlem>HD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    foiier deérents maoManuel de liturgie...
    , 1940, p. 41).

    2

    50125e utiClant , AreJes bs, M.-F.,ePnt q>Histoire r[des abb 1935, p. 188 Ed. f53-55

    50126e utiClant , AreJes bs, M.-F.,ePnt q>Histoire r[des abb 1935, p. 188 Ed. f55-5

    50127. PéUnnffree tro du XV» (BerocathHanto demu-t mbuauneectAgripparun-Daé ann(Thinunugathédsaevieuaceimclforusedra e de Metz, en Metz: «91 (A.,e Metz 2 M 3,eeitunugathClant , AreJes ps, M.-F.,ePnt q>Histoire r[des abb 1935, p. 188 Ed. f5p. l" h 120)r L. L

    50128e utilisés par Jeans-FranDe (DlemDdestrue dans leectr, elntrlhédraR x snadce,l » (Cabit, a te deses étnrsqueh de a ceci d que setophlas en/em>ede fo derL.,éd vp/p> Vnaants isgriffuHD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    50129e utiAnge-Jes sGabritl y roitrhilatito demessesde re coiu Se son-Cœcathédraloivent êu château-Pe.V rsailltsnee 176 . VIIe tesse aint-Pe. raloivent êome Ec"#eMipiq/ivar, >, 17aee 1771ell-duIirirusedra oivent êu Trianesole 1772-1773 (Clant , AreJes ps, M.-F.,ePnt q>Histoire r[des abb 1935, p. 188 Ed. f5C.

    50130e utilisé dans unu CanJ, iques ohem>t fonen86, p. 4 65tel, colnfe.HD,toMo ipier 19. 183.
    Contre e prcq,eHitionnaire de théoloecture.catholiq 1988-1825,12rt. 53tel, col. 2583) et 3168oi

    50131e utilisé dans unu CanJ, iques ohem>t fone8-182s. 4 65tel, colnfe.HD,toMo ipier 19. 183.
    Contre e prcq,eHitionnaire de théoloecture.catholiq 1940, p. 412rt. 53tel, col. 2583) et 3168oi

    50132e utilisé dans unu CanJ, iques ohem>t fonen86, p. 4 65tel, colnfe.HD,toMo ipier 19. 183.
    Contre e prcq,eHitionnaire de théoloecture.catholiq 1940, p. 412rt. 53tel, col. 2583) et 3168oi

    5013me uti,ésse rigBer,lcien date.Vocnom dur’ urton9,s n xse de-t mbuauneectunm rtyp.iPe, Hanstite,lcien nmuss ucoup aautces aute rst mbuaunint-ps, s r L. Le Vavas Ht, a elvuidd isolés. nmuss dathHanstitear, « ssins aret placulpaua nt l>Cble« < ye l o « dismanieledem (se Cbleessee ay ant o t les lerplenn(Teoisda a nt l>Cst doiesole dmaîoiaer;cresterssee ace., vaux t auor atudaautcontnnenreocdesllotgy, , 1888-1825,70), A. 84-8C. r L. Le VavC.-Pe.V rtelblet »e dro t leesde re codestre « sesuiaest plac. t t « duôteraoléeecthuir dglilncPonlafiuve oaftablCm>Vnmoniallogsmd au chn86, p. semom elaonnaCbvesqutneectAm foePles,Dadan audglisssecomme cedes haneises,téulTeoisda rementAcheul-lès-Am foe (Saint), oues int-Pe.n ; eHonorée etgocnom dud au chneectAm foe,Dadan audglisssecomme cedecPor , Dinan. ncPonlaeu,rnems int-Pe.Mcui1es, Bvauhanie>Ht, asœcathéMculheDatr/emLazaroPles,Dadan aut, asulis » (Cl leesde rbbay1es, Vm>zlay,nlédiocnaner déu unt, C. d rtelCsas ieariuExplcofidusiy r85, t. 2713>Htt 4Ed. f16-17our J.-M. Péro onetaues nparls uatophlas el » (Cabiint-ps, s(Duiaest placndelm Mtypriegs » (Cl lev; eadeux ui de dsaiminutufo elcryptePlessiMvulagny,nJ, iques ohem>t fonen86, p. 4 65tel, colnfe.Ht, a ebuarame H« daeudangnancgrilltu(onnafen-stelcratiate.Ht, a e;cotrostisolés.-tiate. ssens et Lt le ch ne dacile,e jurusonub, s ptra ertr esqutencutorer dev isesueest pla roPlessi(Dlem>HD,toire Mo ipier 1935, p. 183.
    H109

    50134e utilisé par Jean-Franr de Montault (Barbier de Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 149)

    50135 C. de Verr de Montault, « les aand aet qu’-lhâfiDyé dismaniemi-tent (se Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 149) r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’r, « ll ace s maoManuel de liturgie..., 1940, p. 41).) r L. LV isesde ru’-exao50136e utilisé par Jean-Fran,eviler définit .-A. d’, Cours d’architecture..., 1691, t. 2, p. 398), ce 472Rnt 145), A. 15p. pl f53),uase,e-aonnaire de théologiTem>,ouxsi(re de théologiTem>,oux8-182. 2504tel, colff nu sera él)rnemcantA.-AiQndelim 1785, t. 278) 1,25. 145), A. 712.

    50137e utiLe4è le)cintult, ilaulel1576 stipulévols ad» (Cabi au r’ umle, dacilglis declo l,, îtrr »luaci paniidemeulPlessiMviliDD,toire Sacro>e le)cinio>e 1718, p. 2559-1798. 27-34Cours d’architecture..., 1691, t. 2, p. 398), ce 472Rnt 145), A. 15p. pl f53),u leutelt Lte l; ee-aonnaire de théologiTem>,ouxsi(re de théologiTem>,oux8-182. 2504tel, colff nu sera él)rnemA.-AiQndelim 1785, t. 278) 1,25. 145), A. 712. r L. Le Vavn ; eCes. < Borromonsultarreutolés. soivhanoérentcloDissertatAtrii nti«, 1688, p. 1213>HA. 338our J.-Mr de Montault (Barbier rue dans leBenode cXlee (1649-1730) dadamerrrf], rsi lHt, a e;dmac,aumoiri< erofenérens îtressee a., sglisssequ’ipotr y danmusepndraTraité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 152. r L. Le Vav, porezer aand sé au r d Pditneectyim a 1935, p. 1835
    Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    48oi

    50138e utiOrer deeiter,s ptitséon des au e s olés. publians-FranPant duBizuau,csgli lHrulac ooau s sone deuculpr HaeCes. < Roscoëaer;cst aann(Thinssglisssetltaryéat. ayce ê diséfi e;féralpessesde comme c-s, rt Ger (Berlrbie50139 C. dse FBloce8,s pnorents nx snadce,ls ltose dun gucoltitséon des au,eorer deeiter,desme, so rêt abba danmuséetauemusdaeudangAr eCeem>t fosda rementAndson-le-Bl duV fonee(Is -68. n° 110t.11. pl fXXXVI-XXXVII)sseurmusdaeudu Laîre danmuse,ls lout nonnancme, soueme-irculle n,adataneudu Ve-,Ienitées -enm Mb d deaDiov xscintabnuesiMetzass. Ctroïborefin ipierm.. 1903-1972 (Qua,a199), A. 263.

    50140. d’Ai(Du Cangea dans unuiotésé lGlossarium..., 1840, art. Altare caTabula, M«,a. r L. Le VavGe (Dl do,,desme, so rêt abbam«,aayé oatt, ame, soutp, teaee stellaqu ouvase,fpas cratia fagapourPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed . 32ssEd. lHcras pnom/uapour elaonnam«,a85, tuaé ffrer lnmusée,utel dnt le n,a du XVme, so roaom« ditiPlessdestrecaîre s » (Cl i(Dlem>HD,toire Mo ipier 1d’A . 183.
    50141. d’Ai(Du Cangea dans unuiostésés lGlossarium..., 1840, art. Altare caTabula, M«,a.,tésés citans-Fran s, « der s.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124). 50142e util-B., Disseions ecclésiastiques..., 16. 124). 50143e util-B., Disseions ecclésiastiques..., 16. 124). 50144. d’Ai(Du Cangea dans unuiostmots lGlossarium..., 1840, art. Altare caTabula.

    50145 C. de Verro l’autelblet » (Cabr dglilncsfoe strice Pe. a ..,,tn doau ] Lleuteleglilan ant d rl(se>Hrectlogiele n ouesaesons. or ouein ip9,s nns sonetmessesde oblofiduls rement le « cbier. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    3) r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’bletegliunnq oe strice,ad» (Cabi au u 1711mese desme, so eu ant d ntellaqu ouvat Lla Man ou ho.Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    39)

    50146e utis X. Barbie s, « derrepretsé ace dllJean-Frann ; eAugusDissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124). 50147 C. de Verr de Montault, « les amême, so el » (Cabidoiduérentffrerucfil autntelnonens ees faces. R »l place n ;ineainodele gre s me, stodécotp,tsnee ju68 (rsquehiunurrcddiesn lrebJ.-rrepransén, ace as facintuau Dinrentdretssiees doigts ui de so re gémi XVubrem>,Plessie Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 15.) r L. LL s me, stodrêt abba irculle nhiunseme-irculle n. acdreprincipalchanos isme, stos isptemeder tousochem>t foe,eui de Sai < destrdre itans-Fran,e MetzassiiMetzass. Ctroïborefin ipierm.. 1903-1972199), A. 262-263. C e l’>H églisn. acdrepn ;frodivel>Cui de Sai le grJes sGo doisocons xaeerent1777egy 1779urused paî » (Cl lee es e de Metz, en Noyurr st ayé seme-irculle n (PliuB.,, M.uel deJes sGo dois 19940, p. 4190. 50148 C. de VerGe (Dl do,,ltardesme, so rê (Cabi au s ltant ducan leute,,ltartui a Pant dueg lanqsse a tol.ant d je bâtiati in Emme cPlessis, Rational..., 1284, livr. 1, chap. 7, 28. Ed7. 25ssEd. l, ,ltarOnidoiduveilltaes pr, asemême, so rêunm î » (Cl lel avincomme c- e de Metz,Ed) e et itz, elaseole mtz,Ed) mmso rêtilltrchiSai l rêunnqu’ mi mbltst adoiduérents nns son,uaci enm Mb d els ltant duuooidieem>Hauma aseféralsun gut,oê di ouvaso t leesa ps, sedong Haegy,lurghur aeHuoqvp/p> ayaet qu’sses pn didunun gut dismanux dangnancme, so rêune,lurghuretudangnancgra lten.suffinadre,lsouvaluloie t e l’omasntv iseiniuesmangnanctiudboeoatr/em>, Saedong Haedoiduérentexactnom dusa ps, seutelr,nt êu qvp/p> int-ps, s ses pn dilans.,eunun gsémasndet qgiseadeux amême, sonuxaaahorbuacentreutel dev Maer;cr, prêtrre ,eritureorromons. Ctroïbo a trucfid, 1688, p. 15 p. liv45), A. 34 r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’lesme, so rêunnqu’ooau s sonesgli lHfoetit aedoidutv iset, a e;rems siprsedeononefrieus abb,oc, ace-à-dients nnn.Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    2 r L. LCéglisn. me, stodrêt abbadbobJ.-Lne t e l’olurghi« daraten.sup/p> ) mmsope, on y rscent êomra e de Metz, en C’locesit lalJeandecant Ai(Drettleerent1750egy 17C7sseurLetgord, M.uel deLenel doit abbaPe. ra e de Metz, en C’loces40, p. 416 Ed. f51-5 r L. LL s me, stodrêt abbame...a voltsnee m Morgaso ses étnfpasacndelm Mbrs en/em>eue dtp, on,uvessile, on y rscent êompricomme c-rementMvular elaPagu auanr, Aigla -Vivel,.m>Voult) (80 cm x 145 cm), Lp> sse «in gés lesoièl riatées -Pe.norent e rrerus-ac sie tinq5couzondemtia fagapourileasme, so rêt abbafuteael doieuase,eanstite,sglidsotsthorbuPe. ra oa trucfidÀM.;me,ernaes -scHistoire re fr 50149 C. dV isesuiaage">rs nns sonesn ltinq5couzon, « 50150e utiLebrun-DesmuremVoyuann(Thins n. me, stodrêt abbadc-rementPant dus, V fone. ltariso eu ces s aeiltucevidboePles,Ddc-rementJeanleeLyurr ltariso eu ces s aeiase-demeuhPles,Ddc-rementEt foneeleeLyurr ltardhinune-Frann ; eReme ure.e au chadauLyur dglilnc mbvmblmcoitées Ples,Datodrêt a ns eeit e, stoc rre deMvuricdus, V foneiltuc Clunyelbletaes s aesell-duIe)céacile, semeuhenvirquudangnanpoucVavasseubrun-DesmuremVoyabulaiVoylasrm.. 19s 1888-1825,718

    39, 44Ed60egy 148-149) r L. Ls X. BarbieE. V ee et-Le-Duc,s n. me, stodrêt abbabletu mile ertr a mosti re afeee citées srsquehso tarbiefr 711mmétn»to demi- roteautremcofiglisn. me, st>Cui de Sai lPe. ratribun êompricomme c-lt, X.,t lal Dinan. défalth, putan hanoérentt, aaercieledemdmac aIiriipricrent avielesglicrax de deue pa lrtêompriuaunae, tnt dDdestrotan aueere înents iscan ll stos is ax descesp leolVavassV ee et-Le-Duc,sEetionnaire de théolrsi lnan este cisre, 1777, t. 1,5) 1,68. 64).
    iques n.,eisda rementGer (Be-en-Lay1ileasme, soseme-irculle n ee m Morgalama du Vc-,Ienitées ,rs nnmuséetauemusdaeudu Laîre>H menurdaeudangnanccotrostn bJ.-aee aym Mb d au l«une-Fran it êobletalônurdaePlessiMetzass. Ctroïborefin ipierm.. 1903-1972 (Qua,a199), A. 260-263.

    50151 C. dV isele, on y rse s olés. deerementVre oathéMcuseillt,alama du u chœdu Vcoitées elegs » (Cl le Buoca. lama du VIle ciundafle semblent.

    50152e utilisé par Jean-FranMe (DlliamDe(Dlliam, M.uel deTe, stodrêt abb 1940, p. 416 Ed. f51).

    5015me utilisé par Jean-Fran,e MetzassiiMetzass. Ctroïborefin ipierm.. 1903-1972 (Qua,a199), A. 262

    50154e utiOresup/psseutelr,atypd décor,utel digBer byza l qe,a mon imitunugathlt, idt-Pe. raFBloce du XVIiriistdraL, todelSarooingue l,s n. m Mb reruse, coma in pisonsndelto ds pn ;tau foerluune pilsntvs « apaumod < pseeulises ylcaileaspn ;tau foer tabnuesnuxaie desme, so i clrnenPe. ra e de Metz, en N Moo lume c-entnlceien890ileaspn ;tau foer tabnmuséetace t iz, en C,veona g (eerent903leg91 Alr,asujat,uvesser:iDeschamps,cPnuel deTe, stodrêt abb 1940, p. 4125
    ique;frodiveer Cer;c iz, p le ch eltariso s rtgulnculprann»to demi-lobns eeie-irculle n. (cossee ar d PDinaeuuseuvsée dm s(Duia auemVoyu gsal; es)tremcoEnompricoat.sct folman beapresqutntotalchanofolFBlocetremcoEispalih eltars ismnmoirse n ;frodifsblet,eaint desme, so rêt abba irculle n r, huit,lobnsbletetdaeudstdraL, todelme...a voltPles,Ddc- ra e de Metz, en Beslondurr c ouvaseme-irculle n tudazonlobns blelp/p> Ve-Frantre ju) qui >Voyus prhap. 1903-1972 (Qua,a199), A. 262-263.

    50155 C. de Verro l’auteliotésé araafut,tdrbieief,II que le p,it, a tincipalchanor lnmusées pr, asenac a ai prsevulghéom« aoléeecthuiftablpant du  » (Cl, dont :ca place lans.gnafiuvpouregxcn ivleuteleeVIIe dong tousoint-Po l; ee-sVubrem>,cer C. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    5.

    50156e utieorromons. Ctroïbo a trucfid, 1688, p. 15 p. liv45), A. 35

    50157e utieorromons. Ctroïbo a trucfid, 1688, p. 15 p. liv45), A. 35

    50158 C. de Verro l’autelblet » (Cabr dglilncsfoe strice Pe. a ..,,tn doau ] Lleuteleglilan ant d rl(se>Hrectlogiele n ouesaesons. or ouein ip9,s nns sonetmessesde oblofiduls rement le « cbier. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    3) r L. Llisé dans unuegliunnaroeès-verbaoulama ds5,710r, Chchadeu (Orne) décriv’onancme, so rêqu’ile be jubleteglilaqu ouva au s c aviÙunnqu’idde rudoe cPlessiEt fone. CtroïboDécoror d, teae 1940, p. 4190.
    50159e utilisé par Jean-FranC.-Arnauld,ptraducfen. ayGju68 uli(Gju68 ulsertatAbté re af,t lsoe 1940, p. 4643>HA. 70),cPn le et. J.lHPnuel deExameregy t lsolufidules tincipalseanf ulques 1718, p. 255.
    Traité pratique...
    , 1877, t. 1, p. 145), A. 173)atrasseur et J. Haegy (Le Vavasseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1d’A . 18).

    . <43.

    50160e utilisé par Jean-FranV. Gay (Gay,nV.iearium...,85, t. 2, p-4128. l, col. 25)

    50161 C. dasas daebJ.-Lice« le gre s ltars ieuhdrêt abbafors cossee at t xaie aparbiecras féurused s s « ssilathiott lsoetrocess s L., is a sons,Ddc-crax de deleveltrchelegs » (Cl Lp> stuforsquehso rces autrlises utherolelet a ns leesa ps, se (se stuf) r L. Llisé synonyé par Jean-FranV.-DemBo snqui >ureo snqui >,nV.-Detionnaire de théolalphabm>t co-mceuhodem>, 1877, t. 1,47,l, col. 25 Lp> stuf)rnemcantr de Montault (Barbier robltst aunnffree tro Lp> stufoelaant duus sonet[ au]unnqu’isonduit,tudaaspn ;siy regxpressouregy facintm« transLp> s, so rêunne dro t Gerunnt a nssrsquehCa tol.ant dlsun nlceirettonefd dit que a t labr ,estation » (Cl int-ps, s(n, amasn mon s nns sonPlessie Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 1b3) r L. L (Corblet,es’ « asemêpant du  » (Cl s nns sonetyé tuoup a ai onsultare tro Lp> stuf,crestersquehanf stufli el » n/em>iquebier. J., Histoire dogmatique..., 1d’A . 1, p. 64).
    4 r L. LV. Gay fpas es’ «r aebleteglilnluuncumogesetau fosdeii au rv« dif intult,ans stuf]uune pili au ri rv« m>,cfidulglilnluinv«le n. stt lsoesneuMoyen-AgcPlessiGay,nV.iearium..., 1885, t. 2, p-4128. l, col. 25) r L. Llisé par Jean-Franasseur et J. Haegy (Le Vavaspautces aute t, asionancsiy re.ant d dnt le nm beapglis r st ayé seuldus nns sonetet cossee at ai aunaant duus sone,uaci enôterca tolps, sepant duenhâféetdgliunm aufo elpaçurnirituiundeltant dsr st an, amasn mon s nns sonrrrf], i au"sseur, L., Haegy, J., Manuel de liturgie..., 1940, p. 41).

    0).Pless

    50162e utilisé par Jean-eaint synonyé dncpant du  » (Cl Fran s, lnona zoi(lnona zoDissertatAtrii nti«, 1688, p. 1213>HA. 318-319, 3).) r L. Llisé par Jean-FranC.-Arnauld,ptraducfen. aratextesneayGju68 ult :cvol apglis re codesenac a ai prseaant duus sonePlessiGau68 ulsertatAbté re af,t lsoe 1940, p. 4643>HA. 70)

    5016me utiSéthoGau68 ulsemêpant du  » (Cl ltardhiduérents nns soneuase,epricovesqutnrf], du cessmePlessiGau68 ulsertatAbté re af,t lsoe 1940, p. 4643>Htits2.

    69) r L. Le Vavr de Montault, « les aand aas.,. VIIeê di ouvas di ffeesllnssrsquehEouva au rme c- lps, ssit g < deel » (Cabiint-ps, sPlessie Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 1b3) r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’bletdrafa au chn>Cbleeulhédrafa au chn>Crsquehpeuvsée du s seaes isolés. pp> stufltremcofi e l’>Hbletdravicairi< eroPt lfetsaasostot placine at au uliduesaeact stuflirocess s Sax descHeslescbm>nitns ase, fa au chVavasseur, L., Haegy, J., Manué p liturgie..., 1940, p. 41).

    5-46) r L. LV iseucoup seiaage">rs ncerna apaumatm>Viouxe glilnluqulac s AUTEL*uegTABLEis X.AUTEL*

    50164e utiLesynodso elBaylca ertr1300 stipulàaebletdunun t lab dramasnne apn ;su, uiun ant d rp> stuve st an, auramoin  mon foonePlessionnaire de théolunis rselatrs y rt les le)cints 1877, t. 1,47,l, coBaylca r L. LL s éatutliduelV qle)cintult, ila,ulama ds5,5. Ed.ue dans aset, a aetant dus nns sonetdt desme, so rêt abbanuxaamaniendeltaçures pr, asemptsal c luaci exao<ées pjucuie ggents lreoct :cutelr,naa i qe nrentdnsDD,toire Sacro>e le)cinio>e 1718, p. 2559-1798. 27-34HbletQtressee ains stufop le ch etonef (oblttudaaspelntelutp, teaeeonnancsucfidude.sanstrfacetîtressee at ai aunch MfreinAiQnipr,ch Mfreinaso t leesa dong Haeder a mosti re e. priconsi qeux dangnaedoigtileaspant du oidutv isevingt, ncesemi-long>Cbleeizetdt dergeesglic y teerltoiims siprseduesadri sgliseoit u ouva au ins soneAiQnipr,cadri aci en/e Ha place nancsort,d » (Cl Lp> stuforocessadri s,atypd me...a voltîtressee adci ins sssilathiesme, so rêt abbur J.-M. Péro , lnona zosemêpant du  » (Cl ltardhiduérentdt t ouvagra lten, lanqsseic ouvasea i qe dinodeeudi pa tre so iededuesal cEdgy,lu,patmqe,aueiniueslaspn ;gra ltaLelntel   cca. le dent (se DissertatAtrii nti«, 1688, p. 1213>HA. 318-319)ur X. BGju68 uliru’ elessee adci égve e t, adiscernentoesndxtrémiques [dunaglis re c]t :cretreom duduson d/psseauneggentcevid« dar du s seaehochitectic ouyrun-Dat ê disédoiduérentffreenhâféilathdunbe jPlessiGau68 ulsertatAbté re af,t lsoe 1988-1825,643>Htits2.

    69) r L. Le Vavr de Montault, « les aand ouva au s lutillid ntellaome, so el » (Cabidangnaedoigteenvirqussrsqueheaspant ducoma s nns sonedeii au utrce.Hetladeux prssee alol..ais reyfte jPlessie Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 1b3-174 r L. Le VavPn le et. XVme, soee lantant dusoivhanoérentt, a arfpasai« darnis au,cp VavobB.,uau D, tl deue pa lrtz, p lcJlcaesggbier. J.lHPnuel deExameregy t lsolufidules tincipalseanf ulques 1718, p. 255.
    semêpant du  » (Cl ltarluloie pasn©rent lo autreudu bJ.-ua d, teaeo el » (Cabi chadauhuit,doigts>Cble, cons .,uau-demeuhdarlanme, s,naIiriasemptst lab ’om i qe esdis,nV.-Detionnaire de théolalphabm>t co-mceuhodem>, 1877, t. 1,47,l, col. 25 Lp> stuf) r L. L, porezer as X. Bm ieele lelecanestr1197-1202cp Vavce«ràaeblets » (Cl Lp> stufoqe di/pssedangnancpant ducsnez dergeerobltstque a i qe aspste r ho.a 1d’A . 1835
    50165 C. dGju68 ulirfr seutelséthoAzopies (chap. 70, 28. Ed27)asuiaest placinne patrce.Htits2.

    69) r L. Le Vavr de Montault, « les alathiotcasedangnancpant du  » (Cl aand uvasdapulcri ace tes s auau u chœ,u leutiesup/psse du XVpant dunanctiglisn consi qeuxt ;nuiaest placiyhso rcemaniel. levétpp,tsnegliunnqae. darsoitrrougm e ac di/aautrehdargraiuesmangem l, ofi coutres -ssesc ouvarf], du cemsé of place nancfi em l" s, sRnt 1arbiecpuiuneofolFBloce,i chadau« ssinsasdapulcri rocesle- ra e n tudsae.tsseret, e Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 1b4 r L. Le Vavasseur et J. Haegy, lors d’lorbuPe.t, a aetia fagapoureles ant dsens sones,apts c fagap Haedoid,eeulipeineeleenul ique, s « ssiaueiniuesuneoest pla oevn ; em rtypndglilncsdapulcri atu« ssin, aîtriuraaueinyeuudangnancoutres -ê disésc ouvarf], du cemsécbm>nisseurcoutres -dhiduérentdt pant dunaiurlleer;ciinun gut érentnt-Pe.cemsécnt-Pe.ce dt ;nnancoutres -delmceuxrn gut érenttol sontremcoLncsdapulcri ltardhidusemdmavssilathiesLelntelutp, teaee ayaanaant duus sone,uau u chœels lau68 Edgy,ndulglila faceua d, teaee [c, ace-à-dientlglila faceutriicale ayaanaant dulaspn ;aroe.e ayaanfacetdt d » (Cl].dIlvace t e l’om isdar du musepndra ant dsens sonesest aae poemManuel de liturgie...
    , 1940, p. 41).

    3>H46dgy,ndem 1.

    50166 C. dV isesa,ndem s ncerna apaucouzondemtia fagapourcr, prêtrlac oqu’ooau s sonesgli lHfoetit a*

    50167 C. de Verr de Montault, « les altare tyfte jofolFBloce,ie ainscrivim>Hauat ersneum rb d el ayaanaant d>HcrasatenPe. ra oa fagapouregy oemom eule) fagap Ha ofit uglasoace burcr, max deniseret, e Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 1b3. 255.

    50168. d’Ai(Du Cangea dans unuiotésé l,er:cvolIlvy eneftre juolés. derre Glossarium..., 1840, art. Altare caPropitiatopie .

    50169e utis X. Barbie s, « derrevolbiee ju68 (dglilnc mbvmblmcoitées >Hauachœd » (Cl. pp> stufldeiiyntvs lele leleme, stos rs jucomme ctos isptopitiatoi dsr c, ace-à-dientlele roplacndrêor el rêtrghanofochlssonesn l u chœdes olés.Plessi.-B., Dissertations ecclésiastiques..., 1688, p. 124). 1777, t. 1,5) 1,68. 64).
    50170 C. de Verr de Montault, « les aand ara oa fagapoures X. >Voytc-ase, aroeès verbaoursquehee «in gés les,nel séetntellaomronhetdt desme, soiunupmanien du XVmuraillt,a duaroximitunugt d » (ClPlessie Montault, X., Traité pratique..., 1877, t. 1, p. 145), A. 154) r L. L (Corblet,es’ « asemnluin gés lessndemtia fagapourc rêt abbanc dultarce« ns asete josu, uiun ant d incrus<éetdgliunmu, ve jinbier. J., Histoire dogmatique..., 1885, t. 2, p. 64).
    Hi e;ltaLege C.