Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Archéologie, archives et musées de la Grande Guerre

    Archéologie de la Grande Guerre : les recherches archéologiques sur les gares régulatrices françaises et américaines de Marcilly-sur-Tille, 1914/1919 (Côte-d’Or)

    Frédéric Devevey

    Résumés

    Implantée aux confins des départements de la Côte d’Or et de la Haute-Marne, la gare de Marcilly-sur-Tille doit en partie son existence à la Compagnie de l’Est et au développement du chemin de fer sur le tronçon Dijon-Neufchateau à la fin du XIXe siècle. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale allait donner un nouveau (et essentiel) rôle à cette gare. En effet, cette dernière supporte sa pleine charge ferroviaire dès le 2 août 1914, avec la mise en application du plan de mobilisation générale et devient « Gare Régulatrice de Communication », selon la désignation militaire. L’opération de diagnostic archéologique qui s’est déroulée en avril 2011 sur la commune de Marcilly-sur-Tille s’applique dans le cadre du code du patrimoine. Cet article présente les premiers résultats de cette opération archéologique inédite en Bourgogne.

    Haut de page

    Texte intégral

    1L’opération de diagnostic archéologique qui s’est déroulée en avril 2011 sur la commune de Marcilly-sur-Tille s’inscrit dans le cadre du Code du patrimoine. Cette opération a été prescrite par le service régional de l’archéologie de Bourgogne, à la suite de la présentation d’un dossier de permis d’aménager déposé par la commune de Marcilly-sur-Tille.

    Rappel historique sur la « gare régulatrice » et le « camp américain »

    • 1 - De nos jours encore, la gare est injustement désignée « Gare d’Is-sur-Tille », bien qu’installée (...)

    2Implantée aux confins des départements de la Côte-d’Or et de la Haute-Marne, la gare de Marcilly-sur-Tille1 doit en partie son existence à la Compagnie de l’Est et au développement du chemin de fer sur le tronçon Dijon – Neufchâteau à la fin du XIXe siècle. La compagnie PLM s’y implante également avant 1914.

    3Le déclenchement de la Première Guerre mondiale allait donner un rôle nouveau (et essentiel) à cette gare. En effet, cette dernière supporte sa pleine charge ferroviaire dès le 2 août 1914, avec la mise en application du plan de mobilisation générale et devient « gare régulatrice de communication », selon la désignation militaire.

    4Lors de la mobilisation générale, la gare régulatrice de Marcilly-sur-Tille / Is-sur-Tille dépend de la IIe armée du général Curières de Castelnau. Elle doit acheminer 314 084 hommes de troupes et 9361 officiers entre Lunéville et Toul.

    5Du 10 septembre au 31 décembre 1914, de la bataille de la Marne à la stabilisation provisoire du front, le déroulement de la guerre va changer insensiblement de nature. Désormais, le trafic ferroviaire, lié à la mobilité des troupes, va devoir assurer le ravitaillement et l’acheminement des munitions vers le front.

    6En ce qui concerne la IIe armée (et la gare de Marcilly-sur-Tille), les transports viennent des secteurs de Toul et de Nancy. Pour donner un aperçu du trafic, du 7 au 24 septembre 1914, 443 trains se succèdent en gare (déchargement et chargement vers les différents points du front), soit sans discontinuer, plus d’un train par heure… La quantité de convois ferroviaires qui sont passés par Marcilly, notamment du 25 août au 13 septembre 1914, manifeste d’une façon remarquable la puissance stratégique du chemin de fer (fig. 1).

    Figure 1

    Figure 1

    Carte postale de la gare de triage de « Is-sur-Tille », postée par un soldat en transit, le 8 août 1914. La photo a été prise avant le déclenchement de la guerre et présente l’état de la gare avant ses profonds remaniements. Les deux grands entrepôts visibles au 3e plan ont été retrouvés lors de l’opération de diagnostic de 2011. Noter que les voies sont installées sur des remblais composés de graves de rivières locales. L’établissement du camp américain en 1917 (sur la droite du cliché) va nécessiter la mise en place d’un remblai de plusieurs hectares.

    Coll. F. Devevey. © US Army archives.

    7Pour la durée de la guerre, la gare devint un vaste chantier en perpétuelle réorganisation. Au début du conflit, tout est à créer : ateliers pour l’artillerie, le génie, abris pour les matériels et la pharmacie, ce qui correspond à environ 1700m² de locaux, portés à plus de 4000 m² à la fin de 1915. Un service postal aux armées sera également mis en place. Des voies de triage sont ajoutées. En 1915, la charge de la gare diminue considérablement en raison de l’évolution de la guerre et du déplacement des lieux de batailles.

    8Mais l’offensive sur Verdun en 1916 va nécessiter l’envoi de nombreux renforts en hommes et en matériel, redonnant à la gare régulatrice un nouvel essor. De nombreux régiments vont en effet transiter par Marcilly-sur-Tille avant d’être envoyés à Verdun. Pour une grande majorité de ces hommes, il s’agit d’un aller simple… (fig. 2)

    Figure 2

    Figure 2

    Arrivée d’un train régimentaire en provenance de Marcilly-sur-Tille, 1916.

    Carte postale, coll. F. Devevey. © Frédéric Devevey.

    1917 : l’entrée en guerre des États-Unis d’Amérique et la création de la « base avancée américaine n°1 à Is-sur-Tille/Marcilly-sur-Tille »

    9Après 32 mois de neutralité, les États-Unis d’Amérique déclarent la guerre à l’Allemagne le 6 avril 1917. Disposant dans un premier temps d’effectifs et de matériel militaire limités, l’armée américaine fait appel à ses immenses ressources industrielles, prévoyant en effet que le conflit se prolongerait jusqu’en 1922 !...

    10Les ports français de Rochefort, Nantes, Saint-Nazaire et Brest sont choisis pour recevoir troupes et matériel en provenance des États-Unis (7000 à 9000 hommes et 20 000 tonnes de matériel par jour).

    11Cependant, il fallait déterminer le lieu où implanter une grande base avancée équipée de vastes entrepôts et d’une gare régulatrice pour desservir les unités américaines.

    12Le site de Marcilly-sur-Tille / Is-sur-Tille fut retenu rapidement car il offrait un large espace, quasiment plat, à proximité d’un réseau ferroviaire somme toute peu engorgé. Sans rentrer dans le détail de la construction du camp et de la gare américaine, il est utile de mentionner qu’il fallut assécher et remblayer les marais de la Tille sur une épaisseur allant parfois de 2,50 m à 3 m. Pour cela, on déversa sur la bordure nord de la gare régulatrice française des centaines de tonnes de scories, vidanges de machines à vapeur, remblais divers, afin de prolonger sa plateforme pour la mettre de niveau avec les installations américaines. Des excavatrices importées des États-Unis furent employées pour extraire les graviers de la Tille, utilisés comme ballast. Certaines de ces fosses furent ensuite comblées avec des matériaux de rejet.

    13En moins de six mois, les Américains mirent en place une base de presque 20 hectares. À la signature de l’armistice, le site comportait 175 km de voies, 390 entrepôts, 250 baraquements et plus de 600 quais de débarquement. Près de deux millions de soldats américains et environ 4 millions de tonnes de fret sont passés dans les deux sens, entre l’automne 1917 et le printemps 1920. Il ne faudra que quelques mois pour que le camp « Williams » et l’ensemble de ses aménagements soient entièrement démantelés.

    Une source historique originale : le film américain de 1917-1918

    14Grâce au précieux concours de la Société d’histoire Tille – Ignon (SHTI) et plus particulièrement à l’aide de M. Michel Valentin, nous avons pu obtenir la copie d’un film qui correspond en fait au montage d’au moins trois séquences tournées en 1917 et 1918 par l’armée américaine. Le film est muet et ne comporte aucune explication ou légende. L’étude de ce dernier nous a permis d’obtenir certaines informations qui se sont avérées précieuses pour la compréhension de l’organisation générale du camp américain et l’identification de certains bâtiments. Cependant, seule une séquence, prise depuis le sommet du mont de Marcilly-sur-Tille vers le nord, livre la vue générale (mais assez éloignée) de la gare régulatrice française. La majeure partie du film traite des différentes étapes des aménagements des gares et camps américains (fig. 3, 4).

    Figure 3

    Figure 3

    Extraction des graviers de la vallée de la Tille lors de la mise en place du camp américain (extrait du film).

    © US Army archives.

    Figure 4

    Figure 4

    Vue générale du camp américain, vue vers le sud-est (extrait du film).

    © US Army archives.

    Des zones d’extraction

    15Des aires d’extraction ont été décelées. La bordure sud d’une vaste aire d’extraction de graviers a pu être clairement reconnue dans la partie nord de l’emprise. Elle se caractérisait par la présence de remblais de chemins de fer pouvant dépasser une épaisseur de 2 m. La disposition des remblais indique la volonté de combler rapidement cette vaste excavation qui se situait au nord de la gare régulatrice française.

    16La présence incontestable de matériel militaire américain prouve que le comblement n’est pas antérieur à l’automne 1917, date de mise en service des premiers aménagements de la gare « géante » américaine (appelée officiellement base avancée américaine n°1). Les sources historiques semblent nous renseigner sur la nature de cette gravière. Tout d’abord, les réfections et aménagements nécessaires et continus de la gare régulatrice française de 1914 à 1917 ont nécessité l’utilisation d’une grande quantité de graviers et galets de rivière, utilisés comme remblais de plateformes et de ballasts.

    • 2 - Le lecteur pourra s’interroger sur le bien-fondé de creuser de vastes excavations pour les rebouc (...)

    17La construction de la base américaine exigea une quantité encore plus importante de matériaux. Au sud-ouest, dans la plaine de l’Ignon, sur les communes d’Is-sur-Tille et Marcilly-sur-Tille, des dragues (montées sur des rails) exploitèrent durant plusieurs semaines les bancs de graviers, notamment en bordure immédiate de la gare française, sur des profondeurs pouvant dépasser les 3 à 4 m, suivant la profondeur et l’épaisseur de ces derniers. Les excavations furent alors rapidement rebouchées avec des matériaux abondants provenant principalement de l’activité ferroviaire, dont les scories et le mâchefer issus de la vidange des nombreuses machines à vapeur qui transitaient2 par la gare.

    Un fossé défensif

    18Cette structure se présentait sous la forme d’une tranchée de 1,20 m de large, d’environ 1,60 m de profondeur et de plus de 30 m de long. Son tracé en créneaux est caractéristique des fossés défensifs anti-éclats. Sa présence pourrait être liée à une structure militaire de défense antiaérienne.

    19Étant donné l’éloignement du site par rapport aux lignes de front, le seul usage de cette tranchée serait de constituer une protection contre un danger venu du ciel. Là encore, les sources françaises font défaut et seules les archives américaines peuvent apporter quelques informations.

    20Au moins quatre batteries antiaériennes américaines furent installées à partir de juillet 1917. Elles étaient accompagnées de puissants projecteurs ainsi que d’appareils d’écoute, destinés à repérer l’arrivée éventuelle d’aéronefs (avions ou « zeppelins »). La localisation exacte de ces installations n’est pas connue. Nous savons seulement que l’une d’entre elles était implantée sur le mont de Marcilly-sur-Tille. Cependant, le secteur d’Is-sur-Tille n’eut jamais à subir la moindre attaque. Seuls quelques tirs d’exercice furent pratiqués ponctuellement.

    Une vaste zone de dépotoir

    21Une grande fosse dépotoir se singularisait par sa position au sein même de la gare régulatrice. Les zones de remblais – dépotoirs les plus riches – les plus épaisses sont localisées au nord de la parcelle, selon une ligne est-ouest qui semble correspondre à l’ancienne bordure nord de la gare régulatrice française, par la suite prolongée et remblayée en vue de la mise en place du camp américain.

    • 3 - Les gares régulatrices d’Is-sur-Tille, 1914-1918. SHTI, 2005.

    22Cette grande fosse, riche en déchets de toutes sortes (céramiques, vaisselle de cantine, verre, petit mobilier, etc.) pourrait éventuellement correspondre à une « cave » ou une ancienne structure de stockage comme il pouvait en exister régulièrement sous certains bâtiments de service à usage militaire, tels que les cantines ou réfectoires. Ce type d’aménagement est d’ailleurs à plusieurs reprises évoqué dans l’ouvrage publié par la SHTI3. Une carte postale datant de 1914, prise au cœur de la gare régulatrice (avant que la censure militaire ne prenne des mesures) pourrait éventuellement avoir été prise au droit de cette zone.

    Les entrepôts de la gare régulatrice

    23Les fondations de longs bâtiments ont été mises au jour. Elles peuvent être identifiées comme appartenant à une série de grands entrepôts visibles à la fois sur la carte postale « Triage Est » de 1914, ainsi que sur le film de l’armée américaine et la photo aérienne de 1918.

    24Cependant, contrairement au camp américain, on connaît assez mal les détails de l’organisation des installations de la gare régulatrice française. On sait qu’il existait au début de la guerre des bureaux, un service d’intendance, une station de téléphone et de télégraphe et une infirmerie. Le long des « quais militaires » sont mentionnés des « cantines avec réserves », des baraquements divers. La gare française comportait également un atelier pour le génie (5e régiment) et pour l’artillerie, d’abris (souterrains ??) pour les armes, munitions et la pharmacie, d’un centre de tri postal d’une surface de plus de 4000 m² fin 1915. Deux grands entrepôts parallèles sont connus dès 1914, à l’est de la gare de triage. Les dimensions étaient de 152 m de long pour 15 m de large environ.

    Le mobilier archéologique, nature et tentatives d’interprétation

    La céramique

    25La vaisselle mise au jour durant le diagnostic, issue des niveaux du début du conflit, semble correspondre à de l’approvisionnement en provenance de Lorraine, destiné aux cantines militaires installées le long des voies de la gare régulatrice. L’important lot issu de certains sondages semble provenir de caisses tombées à terre si l’on en juge par l’aspect neuf et très homogène du matériel. Il s’agit de vaisselle commune, sans aucune trace de décors particuliers (si l’on fait exception de la tasse « aux lanciers », datée des années 1870 et dont la présence est sans doute erratique). La majeure partie de la vaisselle mise au jour dans les niveaux antérieurs à 1916 provient donc de Lorraine et plus particulièrement de Badonviller / Pexonne. Ces productions sont interrompues par les destructions liées à la guerre dès la mi-août 1914 (fig. 5).

    Figure 5

    Figure 5

    Tasse de Badonviller.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    « Badonviller »

    • 4 - Département de la Meurthe-et-Moselle (Lorraine).

    26Datation des objets : avant le 12 août 19144.

    27La faïencerie fut construite en 1897 par les premiers ouvriers de l’usine, sur un terrain proche des deux gares, en bordure de la rivière Blette. La Première Guerre mondiale entraîna l’arrêt complet du travail et de très importantes destructions (fig. 6).

    Figure 6

    Figure 6

    Lot de céramiques de Pexonne « F.F. ».

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    « Pexonne FF » = Pexonne Fenal Frères (Inv. C.2010/217-100, 102)

    28La fabrique Pexonne Fénal Frères (Pexonne F.F.) était aussi implantée à Badonviller et appartenait également à la famille Fénal.

    Quelques réflexions sur les approvisionnements de la gare régulatrice de Marcilly-sur-Tille-sur-Tille depuis Badonviller 

    29La ville de Badonviller est au cœur de l’offensive dès les premiers jours de la guerre. Les 9-10 août, une petite offensive allemande locale se développe dans le secteur Blâmont – Cirey-sur-Vezouze. Le 16e régiment bavarois s’engage dans ce secteur presque dépourvu de défenseurs et ravage tout sur son passage. Le 12 août au matin, le 20e chasseurs accroche une de ses compagnies, mais doit reculer sous l’assaut du régiment.

    • 5 - D’après Émile Fournier, témoin des événements.

    Dès le 10 août 1914, les habitants eurent l’impression que des événements graves se déroulaient autour d’eux. Parux (6 km) en entier brûlait, Bréménil (3 km) était incendié. Le mardi 11 août le feu était à Malgréjean, à 1500 mètres de Badonviller, où l’ennemi était parvenu. Les premiers obus sifflaient sur la ville. Le lendemain 12 août, après un combat qui dura de 5 heures à 9 heures du matin, 4 heures pendant lesquelles le 20ème bataillon de chasseurs à pied résista héroïquement à des troupes bien supérieures en nombre, les Bavarois entrèrent en force à Badonviller. À ce moment quelques chasseurs en retraite tirèrent sur les colonnes qui venaient renforcer l’ennemi. Furieux de cette fusillade, les allemands alléguèrent que des civils avaient tiré sur eux, prétexte mensonger toujours invoqué pour justifier une série d’exécutions sommaires5.

    30À cette date, les productions des faïenceries cessent toute activité jusqu’à l’armistice de 1918. De ce fait, les derniers arrivages « massifs » de vaisselle « Pexonne F.F. » à la gare régulatrice de Marcilly-sur-Tille s’interrompent avant la mi-août 1914, date à laquelle la région de Badonviller est occupée (fig. 7).

    Figure 7

    Figure 7

    Fond de bol de Saint-Amand-et-Hamage Nord.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    « St. Amand et Hamage »

    31Datation de l’objet : 1914 – 1918.

    32Dans le Nord, à 13 km de Valenciennes, Saint-Amand-les-Eaux réunissait les conditions favorables à l’implantation de faïenceries : voies d’eau, routes et forêts. La fabrication de faïence stannifère fut implantée à Saint-Amand en 1705 par Nicolas Desmoutiers, dont la manufacture fut dirigée par son fondateur puis par des membres de la famille Dorez, descendants de Barthélémy Dorez, céramiste à L "AFpn-dont lébaelle à SSt. Amand et Has le iams ’est compeût, apr et la créatial d’unt rntsl’uisteW>Agrompagd-et-Haonner-Ticie ne dfier ors rapour dimenées. E 1’ien-fore sements de la g de la la SociéSt. AinonçaiseFde faïencF.F. Cns des faïencerser, dont let seusteendeu obtenaissete activires pendae. La Première Guerre mond1918.

    23Quelqcant cotions s se préionnicieée (fi8. 7).

    Fig8re 7

    Fig8re 7

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    Les piles et accumulateurs 

    4Ags en nogage dane certains sondaion de l’opéra1914,une plquespriiférecyla moramiquant parfent en mêmebu, rbata,,ints ont étémise au last. Ceraines de te bois914,uoobacé La céramiles étaient accompaignes dagonnementsuespriiféreée a guerCes coier noatai>Dans :G,r de ces derniles étaions tions.

    15uer iiamsm">5(fi9-100jpeg)on">

    Fig9re 7

    Fig9re 7

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inras.

    Figu0re 1

    Figu0re 1

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inras.

    Figuure 1

    Figuure 1

    r Det éS.G.D.G.F.F. Lnt lébaelle ile gaule Estqui correspéseLa fabanssaut dupriiféNord.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    • 5r Det éS.G.D.G.F.F., il eou ubs, pixcavation qrompfiaelle est sgs="p partiegveevéneeursuc (...)

    165Uner srsur ernt cicie, dmlol vidangn derbl’oencedrphone etm viane taonneles soess dagonnementsUnerormes et drs buxtion lan ont été retrouviregs>Ags en nogage dletains sondafer (fig2. 7).

    Figuure 2

    Figuure 2

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    23uedrallèERYiire UNSENienroduci venaile, seloaant priut dmicilitaes, m il popeuvent êent mis la «e batteiers t), sage dgilq de caises, ex mogilq dspremiersein mêms de loles, pusiel) àt en eriels qurls availes à nti-iraidange wagvat,iersu’à llrégimréatial d’appare et plle eophtérisrouF.F.,re, tels que onnclèds.TSFtion etroismaphovièruterlolfer (fig3. 1).

    Figuure 3

    Figuure 3

    Tasse la drolnt nt mensn1">tTille S.G.D.G.F.F. rd.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.

    ex boisnalea bPremiies etviation

    18(fig4, 1g. 5).

    Figuure 4

    Figuure 4

    Coll. F. Devevey. © Frédéric Deve».

    Figuure 5

    Fig1ure 5

    Lotbu, rbataiu tb rivièimportant lébaeie, dbrapaisseurlle la régiur d’Is-sur-T rd.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Deve»p.

    29 e, rbatai,nses et retenant à Loes eeurDavid,, il are le. Loes e», drapaisuF.F.,ion ler e’aue m² à la fu MoypatÂgiiesl’es partoute urs eu sut ymbolrdure debgravièIs, il s’agit d eurs e prémréat ymbolristiquà llchdmie drapar Ner la voyantœuvtraire ins quaarthénneme(te, verfeu,, ’eili)afer (fig6jp17. 6).

    Fig16 re 5

    Fig1ure 6

    Lotbu, rbataiu tb riviè retroesoppe dans ns son 005rd.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Figu7 re 5

    Fig1ure 7

    Csarte posments dedrapa séHenexenn 1 à Is-sur-Tiessur-Châtel vue v1910 rd.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Deve»p.

    Encrmoutieflacvat,ier, tion

    (fig8illeSHTIjp2g. 6).

    Fig18re 7

    Fig18re 7

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Figu9re 7

    Fig19re 7

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig20re 1

    Fig20re 1

    Sns son 74 :m">5Lotune pestbu, rbataiune dcntaire a guerPde plit d ecrésehe une dagonnemenne dcngravieront été mise au jour dcns ns sonaleeecteua présence pourrua pultesseurllecht tolit d ecli">Talle loe, d en dde légimeNeions s se préionnicieels que res garant cilitieursionniéscllasts.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig2ure 1

    Fig2ure 1

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    les lrs 

    30les lrtémise au jée serd’urédntestaen"Fi ; neions sent d se préionnicieels et de trune plqcant cotiils dd"p pataiaméi,nsad"p eels que des obavovendusbu, lutioncul;"t misemrenfbullonwagvaoueemandeomoenta !lLtsue la partemene des oba se préionnci-t, aprons n’ent d alqcahaur juafer (fi22jp23. 6).

    Fig2ure 2

    Fig2ure 2

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig2ure 3

    Fig2ure 3

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    31les lr(1-sisondaauivrsur)té veenfoour dans ns son 191e préllemve sellemune de trg">Aglig ines mudisées aare le. us pestaemune de trancF.F. Ilions n’est ès ss vis km) en eeels que hes cs (Fre fransoueAmp améris) une staestinés de Marcilly-sur-Ti/ I opopeuvre, utilet, ure partie eecttesps pbroblescns="lr type dte activnal.

    eîclèds.cvatrésies ee retructioon

    (fi24. 6).

    Fig2ure 4

    Fig2ure 4

    Sns son 10r">31L’importLotbuîclèds.cvatrésté mises au est, dansnde foUF.100-1aleetariscriptructins s re pantuellemied réstinttespsrice. uprenne buîclècircucilitieise comrolnt nt mensn1">œt nen GelancF.F.r(1 zestieit égalem la inHamage897 par ine sol)ions etbuîclmune ardeheai(…) BRAS BANi(…) FRENCH … ?ler.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    32

    arthénnemefintviilities 

    (fi25jp26jp27jp28jp29jp30. 6).

    Fig2ure 5

    Fig2ure 5

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig2ure 6

    Fig2ure 6

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig2ure 7

    Fig2ure 7

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig28re 7

    Fig28re 7

    Sns son 68">31ier equslle eouff eouF.F. per la éteurrnt cace7 par gazlle, de d"ppgalemnce eun ceu obtenat le our dansndyviseurllendeomoentasons ei">Trtant lchuiler simpresripan>

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig29re 7

    Fig29re 7

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig30re 1

    Fig30re 1

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    es (ais miriaF.F.

    31(fi31n»41. 1).

    Fig3ure 1

    Fig3ure 1

    ul

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig32 re 5

    Fig3ure 2

    ULLASs à7F.F.rice. unscriptruc iur d’14, dion da fabricat ei">Tires>Trtant à L peu laqueog">Ortrais militiles mp amériaseux de des oripan>

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig3ure 3

    Fig3ure 3

    Sns son 1ller31

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig3ure 4

    Fig3ure 4

    Sns son 1">31Fonduespriiféein-foter destes b a guerLnt nt mensn1">DESIGN PAT. FEB(…)F.F.rluiocvaannifest snt, psced’og">Ortrais militiangro-sa Pex rd.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Deve»p.

    Fig3ure 5

    Fig3ure 5

    Sns son 68 :m">5

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig3ure 6

    Fig3ure 6

    Sns son 102 (UF.102-9)">31les lr(res etnnos pau) a la quur tlteur upent êrecyclé. U’une grapre partiecee retructiles étaiine dg">Ortrdes ceripan>

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig3ure 7

    Fig3ure 7

    carthbmiiamsbuîclmlescre mégiises,ioimréat le La cl tit, daà lubei mp amériariCde des o ler pre pculPremiellemint rnei">testarâclmlessndaioé ala Ce pnnemeitérnctiv( oll. GCM-1944)ripan>

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig38re 7

    Fig38re 7

    Sns son 16 :m">5

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig39re 7

    Fig39re 7

    Sns son 111">31

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig40re 1

    Fig40re 1

    Phot. Devevey, Frédéric. © Fréd<1).

    Fig4ure 1

    Fig4ure 1

    u (ler -officnee)pdaelle drts dF.F. Pde ieoujouedrallènts ont éprodnstsudur durauant,flitr(lerrclmGCM.1944)ripan>

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    • 5(...)

    185e">1en>t le ie),abes buve qujouedrallèt rne psoopeuvpnt pri égalempat i">u oulbrods tirEnfin, t, aprà ltércogae – , sur ns Compartiecde chemins deiAlsace-Lo poumas(A.L.)re, utascns="lr type te cx l. Ons eutires>Tr,acfin, aituno dagonne iur te cx l.bdntnnristiquà lrredia séée (fi42, 43. 1).

    Fig4ure 2

    Fig4ure 2

    1en>t le iellue conn) un –4-– 1leequedrall pat i">u brods emi étimublié par inr -officneesPhots vue ructi( et pres g)acé>les lrles étaiie, destiséexvofficnees,e et ppre pculPremiellemage dletales premitespsluent,flitirEnfin, lle ousence pourreit égalemavobtee’au ou aitunote cx l.qde lrrediauiller.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    Fig4ure 3

    Fig4ure 3

    1en>t le iellue conn) un –4-– 1leequedrall pat i">u brods emi étimublié par inr -officneesPhots vue ructi( et pres g)acé>les lrles étaiie, destiséexvofficnees,e et ppre pculPremiellemage dletales premitespsluent,flitirEnfin, lle ousence pourreit égalemavobtee’au ou aitunote cx l.qde lrrediauiller.

    Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devepan>

    h1

    23ua pultsoldobu ousjlle loon de l’opéraasse le diagno ier éologristiqu de Marcilly-sur-Tint,cnscilempxcde ivalé9aaales pnnifmnit Solueon">XX». e">1en> sPrec-Ties et ppre pculPremiellemaaalrédodrdure de La Première Guerre mond1pan>

    23ve, dglèiesmoe moTrsrtémise au jnts n cla SomeitrecDiellem» àare la gare régulatrare franuF.F.,gbes buve qurure parnle loon de esprnup es semlre remiellemespifoter is surndmitelsudluevactee aa tamp améristéms bpcace d aprjuLa vts à71pan>

    5tnci iur d’disprilinerjusquur elle loé ei">sti,uoirl.>leprnilegnas sururofimpres eeeliinoc retaLe iur atndaLe quur eut, aprgilq olleroducieoujo eehtéories>1pan>

    31Datat le La cl tie qurla gare régulatrare franuteur une asn1">cuciexioi fsles aans aa tamp améri1pan>

    29Aglbuv"p ptéancsmiaractel, des obate, destinésunuant,sns sricat es losmiémismprs eut-ent êdes obacé en tra, ab>Agoaestinois pcace (cht tol ecli">T ppreqcant co)ripan>

    30Agolt (PAIR, UMR 7044),sunuanos pataenrobthéatristiquintheer erf il n’eL ploppubeine, llbuvotides bluentmbaa voyaes et ppre pculPremiellemsu jnt llrégisricaPhoe. uble laxiolsoois ser ine sol lese s gs,letafotudisseions surs 1e préafot"leueinéster ste, bpatigLa cnoba se prébacéFre ciies et enge», de fPremijodusNle lmes et e. Est1leeq dnl.sse de Marcilly-sur-Ti/ à Is-sur-Toffr tynt dunuapxcpataeumont apunptéane. Ludtiquà l’approvisiarte,acé er trouces cocé>iaractel, nce e à lubeiare franupeur mp améria.pan>

    18tnci iux deteenrédodrrice. Ludtiqusscre mtructintsUienl de fsles u ursossrpsceiref étde patilitiles necdotrist, faceeu’à htéoirl.>is militioullriloatristrice. Ludtiqussdes obasns tmaexvLes gaare régulatsjare franusiles mp amériassmrédnl.nce voyd’aa nt menspre pculPremiscir civnt, es nsnerd’uv"p ptéanur tefht:ntructiréorarinexiloptée>1pan>

    32tges eut-luarevé e, sucs e, dore iéntnsti,uoirl.d’aen cna menspre unptéaoulnre Ce tncsmiaractaex ?lLar inr ccet es los (or los eafocdnls)té rts temene are de fuF.F.,ion pretaLenaiant parfaa nindnatpde ieoujouèron cubos (n1.amgalemae eLptremene Amp améris, un –9)1pan>

    29voTrsrie qursur-T,s tmbls isié par en d obai">ustie qurla , n énomomog,ion es semint rnu nce e à ont é–4 (moe moc>Datat le La cl )ions à ont é–7 (l’arrivene Amp amérisr1 à Is-sur-T)1pan>

    291pan>

    h1

    Adocansvhtéorientsi 

    Datatene nde chemins deiun –4-– ller

    23Datation cx ligais milita,ioceministravinde qurre Gueav serdjée servdénomméantrecDatatene Cde chemins deieux aa Comas(D.C.F.C.)r ns rprovendrouces Compa une apeoujodiecde chemins deindurmpa ié pa 5e">1en>t la rartemeut le ielmes etsecDatajodiecde chemins deieux aa Comaripan>

    23secDatajodiecde chemins deieux aa ComaoulsecDatajotnthnrists qde luvroTrsrie cde chemins deieux aa Comales étaiie, unptétiais milita rs, d de lrganoc>Datatemi étarevul.bes bav durauantmgalceartemene hiagnlptétirElletafot étai dde s iscé espslcs re Gu,les aanse apeoujodiecde chemins deieut5e">1en>tRG,nde qur nnillucures,nde qurrLptraures eeoon de exilopt>Datatior uoi >efins isrs, d ejée servnà ontourrelle l de pb">urublié par ces Compa n>Data los ea es losripan>

    23Agligces Compa etllue lastbullon à ot>D,s nitgvo enmilita,i nitgb">us otisrl ie serv>is militinas surlopiquintrumiarte,aontourrrLptrtises,iixlsecDatajofht:s isrrolnt a drivia iiv due :m"n>

      e">1en>tetl2pien>e">1en> :eux.is-Lyon-M FilrconancF.er.

      /a> a>

      1en> :eux.is-Orls actioo.

      /a> a>

      1en>tetl9pien>e">1en> :eot>Dioo.

      /a> a>

      1en> :eNle loo.

      /a> a>

      1en> :eEsDioo.

      /a> a>

      1en> :eMidiioo.

      /a> a>

      1en> :eEsD,eot>DietlNle loo.

      /a> a>

      1en> :e cx ligsnt rdilitaller.

      /a>

    5e">1en>tsecDatatndurmpaié pa P.L.M.,ent, t, aprà ltércogae – , unua12pien>e">1en>,r nnilonsubeinre er ste, lastbux nce e aantrecDatatons et>urvgendtnci i ie serves,Alsace-Lo pouma1pan>

    29

    29Data, jad’lce e aauoi t ee à en ceuét. Pce eua pumTr,a ejystrameqienroducniltuces cograpne prouces Compa unecde chemins deipretalempxiloptdeieux100r1200rkilouèron duoi a,i iiv du sur t, pasptéancsten tt ap>1pan>

    b eskuvote

    • 5

    Dataextem>6 eL es mes à4 :e apeoujodu 1">em>pien>tem>er">em>p/ien>tem> batapataillon a 4">em>pien>tem>e">em>p/ien>tem> ns Compartut5<>em>pien>tem>e">em>p/ien>tem> la rartemeut le iel(unristi la rartemspespr locntitur dlne nde chemins de)">em>prestem>riCdi la rartemfuai dde s rrolnt é mcépcace eeoon de en ceuétvdetrges gaare régulatsjettior uoi >efins ismprovenexvqes différe de f>1paem>p/.

    /
    /b eskuvote

    18e">1en>,rlle7e">1en>tetllle10pien>e">1en>erLnt3e">1en>tsecData,ppreqcant co,toe mocs itncsmir s à6r1d="t mes à9, exiloptérllencx l.qulleSes co. Cepen que d’opérasgae –6yaes re pcipio et, apruinpli lese s gtncsmir s à7,n» àLa P mcéontotllue lastbuluespen suroerLnt10pien>e">1en>,toe mocs itcénoves mes à4, exiloptér er ste, lastbux duoi >lesrient re, utilsgnce e e, d’opérasgais militair: nde chmins deibeln apét,encx l.quLuestvbatan»Einvur-T,s lastbulmee iet,eer, er-Tiasacot cirdjLa débtvis ken api. Cepen qa batapatl.quVerdut,ecde chemins deieuxqa banliestiquReims, lastbux ds FdtnditallLurla gare régulatrquSoumt-DizoTrtexi Fiabuvotides niellemsu jVerdut 21e conntintsUivita,i7tncsmunptataj,p9ancsmiaractel, 2ancs er tro,aonvacuovenemprs5n»7e conntintsvise tiq. Aur etcl,elue21e divroTri ue1er">1en>tjunnm–6, sde en es semeue cofic,sur é evan»119 000rwagvatPhots fccDatameie qur1e">1en>tsecDatatnts ont étoe mocs islue20 avrol –6y ue15 avrol –9llLur6e">1en>tsecData,ppre pantuellemtoe mocs itncsmii –5n» divroTri à9, téms bée serv e, cx liglue lastbullur Alsace-Lo poumasint rion miseseLbuDangnqur aa ComariLur9pien>e">1en>,pre pantuellemtoe mocs itun –5, exespetéancstenvbux duoi foour dansNle riLur4e">1en>tsecDatata ont étoe mocs i t, aprà ltércogae – . At, aprà ltérco,ioce ersPexlenan>secDatajodiecde chemins deieux aa Coma re pcipeeu’à exilopt>Datatior lastbux dur Alsace-Lo pouma,elueLuantbce gjettior payr énaatPhLceministravinde qurDéfen en>Data loiasatndubuilet, cau ines tmbaatovenexvtncies>ecde choobate,tsecDatajodiecde chemins deieux aa Comarp/.

    / pres
    HauDangn Coe16k)

    Bibliographie».

    ul>

    ANTOINE, A., BAHAIN, J.-J., BERILLON, G. et ASGARI KHANEGHAH, A. « Tuf calcaire et séquence alluviale en contexte tectonique actif : la formation de Baliran (province du Mazandaran, Iran) ». Bulletin de l’Association française pour l’étude du quaternaire, 2006, Volume 17, n° 4, p. 321-331.

    CATTANEO,G., PASCAL, A., RAT,P., AMIOT, M. et JOLY, J. Notice explicative de la carte géologique d’Is-sur-Tille au 1/50 000. BRGM, 1978.

    CLAIR, A., DORET, G. et PUISSEGUR, J.-J. « Un exemple de sédimentation quaternaire dans les vallées de moyenne importance en domaine paléarctique : étude stratigraphique et malacologique des alluvions de la Tille et de la Norges au N-E de Dijon (Côte-d’Or) ». Bulletin de l’Association française pour l’étude du quaternaire. 1972, volume 9, n°2, p. 101-124.

    DESFOSSÉS, Y., JACQUES, A., PRILAUX, G. L’archéologie de la Grande Guerre. Paris : INRAP-Éditions Ouest-France, 2008.

    Les gares régulatrices d’Is-sur-Tille, 1914-1918. Société d’Histoire Tille-Ignon (SHTI), septembre 2005.

    JAUFFRET, D. « Ressources patrimoniales en eau souterraine de la Côte-d’Or : délimitation, caractéristiques et propositions pour leur préservation ». BRGM/RP-52156-RF, février 2003.

    LANDOLT, M., DECKER, E., LEPROVOST, C., LESJEAN F. et PUTELAT, O., Aspach-Carspach Lerchenberg et Lerchenholz (Haut-Rhin) : découvertes archéologiques sur la première ligne de front allemande (1914-1918). Annuaire de la Société d’Histoire du Sundgau, 2009, p. 19-58.

    Landolt et Lesjean 2009 : M. LANDOLT et F. LESJEAN, L’alimentation du soldat allemand sur les fronts d’Alsace et de Champagne à travers l’approche archéologique des dépotoirs de la Première Guerre Mondiale, Cahiers Alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, LII, 2009, p. 139-159.

    Llosa M. : 2008 : La conserve alimentaire au service du soldat – « Matériaux pour l’Histoire de notre temps » n°91, juillet-septembre 2008

    Liens Internet

    http://www.ecpad.fr/tag/train (Film de 1917 structuré en cinq parties, présentant un bilan en images, dressé par le général Joffre à l’intention du général Pershing et du peuple américain, sur les actions entreprises par la France « pour défendre la liberté ») – Images de gares régulatrices / trains.

    http://www.ecpad.fr/les-petits-trains-de-la-grande-guerre-2

    Pour illustrer l’importance du réseau ferroviaire militaire à voie de 0,60 m au cours du premier conflit mondial, un montage a été réalisé à partir d’extraits de films tournés entre 1915 et 1918 par les opérateurs de la section cinématographique de l’armée.

    Ce montage d’archives présente les matériels du système mis au point par le colonel Péchot (bogies, locomotive Péchot-Bourdon, plate-forme d’artillerie modèle 1888 et ses dérivés, notamment l’affût Peigné-Canet) ainsi que les autres matériels réquisitionnés ou commandés par l’armée aux constructeurs français comme Decauville et Crochat, ou étrangers, tels Baldwin ou Kerr-Stuart. Les images montrent également la construction et l’entretien des réseaux par les hommes des deux régiments d’artillerie à pied qui en étaient chargés. Elles illustrent les différents types d’emprises (sur chaussée, en forêt, en tranchée, sous camouflage, voire en souterrain), ainsi que la vie quotidienne sur la voie de 0,60 m, qui assurait la liaison entre les gares des lignes ferroviaires à voie normale et les abords immédiats du front : acheminement des munitions et des subsistances, transport des hommes et du matériel, entretien des locomotives, travail forestier et contribution au fonctionnement de l’artillerie.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cheval_dans_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

    Les chevaux durant la Première Guerre mondiale.

    http://www.airdefenseartillery.com

    Site historique de la défense antiaérienne américaine.

    http://passionlocos.e-monsite.com/album-cat-3-250285.html

    Site sur l’histoire des locomotives à vapeur.

    Haut de page

    Notes

    1 - De nos jours encore, la gare est injustement désignée « Gare d’Is-sur-Tille », bien qu’installée sur la commune de Marcilly-sur-Tille.

    2 - Le lecteur pourra s’interroger sur le bien-fondé de creuser de vastes excavations pour les reboucher quasiment dans la foulée… Mais la nature même des rejets de locomotives ne se prête pas à une utilisation immédiate comme ballast pour asseoir des voies ferrées.

    3 - Les gares régulatrices d’Is-sur-Tille, 1914-1918. SHTI, 2005.

    4 - Département de la Meurthe-et-Moselle (Lorraine).

    5 - D’après Émile Fournier, témoin des événements.

    6 - La mention « Breveté S.G.D.G. » est une abréviation qui signifie « sans garantie du gouvernement ». Cette mention dégageait l’État de toute responsabilité en cas de mauvais fonctionnement d’un dispositif breveté.

    7 - Très souvent, les membres du personnel d’encadrement les plus fortunés commandaient des tenues civiles à des tailleurs.

    8 - Régiment dissout en juin 2010, 120 ans après sa création.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Carte postale de la gare de triage de « Is-sur-Tille », postée par un soldat en transit, le 8 août 1914. La photo a été prise avant le déclenchement de la guerre et présente l’état de la gare avant ses profonds remaniements. Les deux grands entrepôts visibles au 3e plan ont été retrouvés lors de l’opération de diagnostic de 2011. Noter que les voies sont installées sur des remblais composés de graves de rivières locales. L’établissement du camp américain en 1917 (sur la droite du cliché) va nécessiter la mise en place d’un remblai de plusieurs hectares.
    Crédits Coll. F. Devevey. © US Army archives.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 2
    Légende Arrivée d’un train régimentaire en provenance de Marcilly-sur-Tille, 1916.
    Crédits Carte postale, coll. F. Devevey. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 180k
    Titre Figure 3
    Légende Extraction des graviers de la vallée de la Tille lors de la mise en place du camp américain (extrait du film).
    Crédits © US Army archives.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 116k
    Titre Figure 4
    Légende Vue générale du camp américain, vue vers le sud-est (extrait du film).
    Crédits © US Army archives.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 84k
    Titre Figure 5
    Légende Tasse de Badonviller.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 312k
    Titre Figure 6
    Légende Lot de céramiques de Pexonne « F.F. ».
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 244k
    Titre Figure 7
    Légende Fond de bol de Saint-Amand-et-Hamage Nord.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 344k
    Titre Figure 8
    Légende Bouteilles d’encre en grès provenant des sondages 1 et 19.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 124k
    Titre Figure 9
    Légende Éléments de batteries d’accumulateurs de type LECLANCHE qui servaient entre autre à l’éclairage des wagons postaux (voir infra « L’éclairage nocturne »). Ces derniers ont été construits sous licence pour la Compagnie Est des chemins de fer.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 10
    Légende Éléments de batteries d’accumulateurs de type LECLANCHE qui servaient entre autre à l’éclairage des wagons postaux (voir infra « L’éclairage nocturne »). Ces derniers ont été construits sous licence pour la Compagnie Est des chemins de fer.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 11
    Légende Élément de pile « bouteille » de type FERY ou BENSE. Noter le marquage caractéristique : « Breveté S.G.D.G. ». La marque « Fourgault » correspond au fabriquant du récipient.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 316k
    Titre Figure 12
    Légende Deux modèles de type LECLANCHE. L’exemplaire de droite correspond aux éléments mis au jour à Marcilly-sur-Tille. Le récipient en verre contenait de l’eau salée.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    Titre Figure 13
    Légende Exemples de piles en batteries FERY. L’exemple de droite était utilisé pour faire fonctionner les premiers postes de TSF militaires. Noter sur la caisse de droite la mention « Bte – S.G.D.G. ».
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Inrap.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 68k
    Titre Figure 14
    Légende Arrêté de la Commission régulatrice d’Is-sur-Tille fixant les prix de vente des liquides aux militaires.
    Crédits Coll. F. Devevey. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    Titre Figure 15
    Légende Lot de bouteilles de bières portant la marque d’un brasseur de la région d’Is-sur-Tille.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 172k
    Titre Figure 16
    Légende Lot de bouteilles de bières trouvées dans le sondage 005
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 252k
    Titre Figure 17
    Légende Cartes postales de la brasserie Henimann à Is-sur-Tille et Til-Châtel vers 1910.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 18
    Légende Divers éléments de flacons pharmaceutiques provenant du sondage 9.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-18.jpg
    Fichier image/jpeg, 128k
    Titre Figure 19
    Légende Grand flacon à désinfectant pharmaceutique.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-19.jpg
    Fichier image/jpeg, 120k
    Titre Figure 20
    Légende Sondage 74 : échantillon d’un lot de petites bouteilles d’encre en verre. Plus d’une centaine de fragments d’encriers a été mise au jour dans ce sondage. Leur présence pourrait résulter de la chute d’une caisse lors d’un déchargement. Ne sont présentés ici que les rares exemplaires restés intacts.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-20.jpg
    Fichier image/jpeg, 316k
    Titre Figure 21
    Légende Flacon d’alcool de menthe « Ricqlès » et publicité dans Les Annales, septembre 1916. Comme beaucoup de produits d’hygiène, ces derniers étaient le plus souvent envoyés aux soldats dans des colis depuis l’arrière.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-21.jpg
    Fichier image/jpeg, 264k
    Titre Figure 22
    Légende Médaillons dont certains sont numérotés « +18+ ». Leur fonction est sans doute à mettre en relation avec le scellement de sacs de marchandises ou de courrier.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-22.jpg
    Fichier image/jpeg, 340k
    Titre Figure 23
    Légende Divers éléments d’objets en métaux cuivreux récupérés et découpés. Plus d’une centaine de ces objets ont été découverts dans ce sondage.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-23.jpg
    Fichier image/jpeg, 308k
    Titre Figure 24
    Légende Sondage 101 : échantillon d’un lot important de boîtes de conserve mises au jour dans la fosse UF.100-1. Les inscriptions ont partiellement résisté au temps. L’une des boîtes circulaires comporte la mention « Bœuf en Gelée » (appelé également « Singe » par les soldats) et la boîte de sardines (…) BRAS BAN (…) FRENCH … ?
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-24.jpg
    Fichier image/jpeg, 296k
    Titre Figure 25
    Légende Élément de tableau de commande de machine à vapeur de type « DECAUVILLE ».
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-25.jpg
    Fichier image/jpeg, 244k
    Titre Figure 26
    Légende Localisation de l’objet sur une machine « Decauville » similaire (musée du Rail, Mulhouse).
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-26.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 27
    Légende Exemple de locomotive de type « Decauville » utilisée dans les gares régulatrices durant la Première Guerre mondiale. (Sources : Service historique des Armées). La largeur d’une voie « Decauville » était de 0,60 m.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-27.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    Titre Figure 28
    Légende Sondage 68 : plaque de tableau de commande « souffleur ». À l’arrêt, la mise en marche du « souffleur » permettait de remplacer les gaz d’échappement pour entretenir le feu dans le foyer de la locomotive et laisser la machine sous pression.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-28.jpg
    Fichier image/jpeg, 384k
    Titre Figure 29
    Légende Sondage 5 : gaine de tampon de locomotive ou de wagon.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-29.jpg
    Fichier image/jpeg, 384k
    Titre Figure 30
    Légende Localisation d’une pièce similaire sur deux wagons militaires Mdle. 1886.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-30.jpg
    Fichier image/jpeg, 152k
    Titre Figure 31
    Légende Seau indéterminé en zinc, marqué « Bullas 1917 » (trouvaille de surface).
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-31.jpg
    Fichier image/jpeg, 616k
    Titre Figure 32
    Légende Détail du marquage « BULLAS 1917 ». L’inscription d’une date de fabrication laisse penser à une éventuelle origine militaire et américaine de cet objet.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-32.jpg
    Fichier image/jpeg, 404k
    Titre Figure 33
    Légende Sondage 1 : partie supérieure d’une lanterne portative (France ?).
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-33.jpg
    Fichier image/jpeg, 288k
    Titre Figure 34
    Légende Sondage 1 : fond de récipient indéterminé en verre. La mention « DESIGN PAT. FEB(…) » lui confère sans conteste une origine militaire anglo-saxonne.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-34.jpg
    Fichier image/jpeg, 352k
    Titre Figure 35
    Légende Sondage 68 : quart réglementaire en dotation dans l’armée française ou américaine.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-35.jpg
    Fichier image/jpeg, 316k
    Titre Figure 36
    Légende Sondage 102 (UF.102-9) : boîte de lait en aluminium (étiquette en papier disparue). Modèle américain Patern 1918. Les mentions « aluminium » présentes sur la partie supérieure et « alu » sur la partie inférieure devaient permettre au soldat d’identifier ce métal (rare et nouveau) afin qu’il puisse être recyclé. Une grande partie de ces rations étaient d’origine civile.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-36.jpg
    Fichier image/jpeg, 260k
    Titre Figure 37
    Légende Sondage 16 : « célèbre » boîte à condiments en dotation générale dans l’armée américaine. Cet objet est particulièrement reconnaissable grâce à ses deux compartiments distincts (coll. GCM-1944).
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-37.jpg
    Fichier image/jpeg, 184k
    Titre Figure 38
    Légende Sondage 16 : douille américaine de calibre 30.06 qui équipait les fusils américains « Springfield ».
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-38.jpg
    Fichier image/jpeg, 296k
    Titre Figure 39
    Légende Sondage 111 : douille de calibre 8 mm utilisée pour les fusils français Lebel, modèle 1886.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-39.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Titre Figure 40
    Légende Sondage 102 : élément d’insigne métallique de spécialiste ?
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-40.jpg
    Fichier image/jpeg, 248k
    Titre Figure 41
    Légende Insignes de l’armée américaine, en métal (officier) ou tissu (sous-officier) de « driver ». Plusieurs modèles ont été produits durant le conflit (source GCM.1944).
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-41.jpg
    Fichier image/jpeg, 60k
    Titre Figure 42
    Légende Attributs de vareuses de l’armée française (5e génie du train) en 1914-1918. Le modèle en tissu brodé était porté par les sous-officiers. Des versions (plus rares) en métal étaient destinées aux officiers, plus particulièrement dans les premiers temps du conflit. Enfin, la roue pourrait également avoir appartenu à un insigne d’artilleur.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-42.jpg
    Fichier image/jpeg, 44k
    Titre Figure 43
    Légende Attributs de vareuses de l’armée française (5e génie du train) en 1914-1918. Le modèle en tissu brodé était porté par les sous-officiers. Des versions (plus rares) en métal étaient destinées aux officiers, plus particulièrement dans les premiers temps du conflit. Enfin, la roue pourrait également avoir appartenu à un insigne d’artilleur.
    Crédits Phot. Devevey, Frédéric. © Frédéric Devevey.
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/11599/img-43.jpg
    Fichier image/jpeg, 176k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Frédéric Devevey, « Archéologie de la Grande Guerre : les recherches archéologiques sur les gares régulatrices françaises et américaines de Marcilly-sur-Tille, 1914/1919 (Côte-d’Or) », In Situ [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insitu/11599 ; DOI : 10.4000/insitu.11599

    Haut de page

    Auteur

    Frédéric Devevey

    Responsable d’Opération, Inrap frederic.devevey@inrap.fr

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page