Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Varia

    Un point de généalogie sur deux orfèvres parisiens du XIXe siècle : les « Favier » orfèvres parisiens de grosserie

    Claude Aliquot

    Résumés

    C’est par un arrêté du directoire exécutif en date du 21 Brumaire an V (11 novembre 1796) qu’il a été fait obligation aux fabricants de métaux précieux d’insculper, sur une table de cuivre déposée dans les bureaux de l’administration, leur nouveau poinçon afin de les identifier, le contenu de cette insculpation de forme losangique étant laissé à la diligence de l’orfèvre. Il devait être biffé lors de l’arrêt d’activité du titulaire ; ceci n’a pas toujours été le cas, comme le montre l’examen de la production de l’atelier Favier.

    Haut de page

    Texte intégral

    1Avec Madame Françoise ZANNESE, ingénieur de recherches au Service de l’Inventaire régional du patrimoine culturel de la Région Aquitaine, nous avons confronté nos observations concernant les insculpations d’œuvres d’orfèvrerie en provenance de l’atelier parisien « Favier » et dont la lecture du poinçon est : « Favier soutenu et sommé d’une burette encadrée par deux grains de remède ». À l’analyse, il nous est apparu que certains poinçons présentaient une burette simple alors que d’autres comportaient une burette avec une anse à droite ; insculpations évidemment accompagnées de la « Minerve », apposée sur chaque pièce d’orfèvrerie par le Service de la garantie, gage de la teneur en métal fin ainsi que du paiement des droits fiscaux… Cette « Minerve », en usage à compter du 18 mai 1838 est spécifique pour chaque Service de la garantie. Si elle est accompagnée pour la province d’un petit signe distinctif dénommé diffé