Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Deux nouveaux centres de restitution à destination du public

    Un fac-similé, le choix pour Altamira

    José Antonio Lasheras Corruchaga et Carmen de las Heras

    Résumés

    La Néogrotte est la reproduction de la grotte d’Altamira, dans son état d’origine, et pas comme elle est arrivée jusqu'à nous. Dans sa forme et ses dimensions, elle recrée l’architecture naturelle de la grotte d’Altamira, l’espace souterrain tel qu’il était pendant le Paléolithique Supérieur, il y a 14 000 ans. Sa création entraîna un grand effort de recherche géologique et archéologique et le développement d’applications technologiques, cartographiques et de restitution tridimensionnelle très avancées. Toutes les connaissances scientifiques obtenues furent mises au service de l’intérêt général des visiteurs du musée.

    Haut de page

    Texte intégral

    1La grotte d’Altamira est située dans la partie haute du karst de Santillana del Mar (Cantabrie, nord de l’Espagne) et c’est, géologiquement parlant, une cavité fragile. La chute de rochers et les écroulements successifs du sol et du plafond ont donné forme à la grotte, et non l’activité hydrologique. Cela s’est déjà produit à la Préhistoire, durant le Solutréen et le Magdalénien, et cela a continué après la découverte d’Altamira au XXe siècle.

    Figure 1

    Figure 1

    Gisement archéologique d’Altamira : les éboulements commencèrent à la Préhistoire et continuèrent jusqu’au XXe siècle de notre ère

    © Museo de Altamira

    2Antérieurement à cet effondrement, durant le Paléolithique supérieur, la grotte possédait une vaste entrée orientée au nord, de quelques 15 mètres de long et d’une hauteur maximum d’environ trois mètres. La vie quotidienne se déroulait dans la zone vestibulaire, près de l’entrée, dans un espace à l’abri des précipitations et des rigueurs du climat, baigné par la lumière du jour (fig. n° 1). Au-delà de la pénombre, à plusieurs mètres vers l’intérieur, sous le Plafond des Bisons, la grotte ne fut utilisée que pour dessiner, peindre et graver des figures d’animaux et des signes, et pour célébrer les rites associés à cette réalisation.

    Figure 2

    Figure 2

    Salle à peintures : près du vestibule, l’espace symbolique, celui de l’art

    © Pedro Saura/ Museo de Altamira

    3Vers l’intérieur, il y a une autre zone vestibulaire contiguë de 25 à 30 mètres en léger dénivelé vers le fond. Le sol s’incline à partir de là, de manière prononcée vers l’intérieur de la grotte, et vers le sud-est où se forme une galerie annexe rectangulaire de 23 mètres de long sur 10 mètres de large. Du fait de l’inclinaison du plafond, la hauteur dans cette partie diminue progressivement et passe de trois mètres à quatre-vingts centimètres à peine. Cet élargissement latéral du vestibule accueille sur toute la surface du plafond les figures peintes et gravées les plus spectaculaires d’Altamira et, parmi elles, l’impressionnant ensemble de figures polychromes dont les célèbres bisons universellement connus (fig. n° 2).

    « La Neocueva » : un fac-similé tridimensionnel réel non virtuel

    4En 1992, nous avons présenté au Comité culturel du Musée, le « Plan Muséologique pour Altamira », qui a été accepté. Ce plan exposait les problèmes à résoudre et les solutions les plus adaptées. Nous pensions que la reproduction d’Altamira et la conservation de l’original devaient faire partie d’un même projet et que pour cela, il fallait prendre une série de mesures indispensables en ce qui concerne la préservation du monument, la protection de son environnement, sa gestion et sa valorisation (fig. n° 3). Le projet a été défini et réalisé avec la même rigueur appliquée à tous les aspects évoqués ci-dessus. On dit que le mieux est l’ennemi du bien, mais nous tentons toujours malgré tout d’atteindre le meilleur résultat.

    Figure 3

    Figure 3

    « La Neocueva » : le nouveau bâtiment pour le musée et la zone de protection totale de la grotte d’Altamira atteignent 164 000 mètres carrés de surface

    © Ayuntamiento de Santillana del Mar

    5Dans le projet muséologique que nous avons conçu et mis en œuvre, nous avons adopté des critères préalables qui définissaient « La Neocueva », sa forme, ses dimensions, ses caractéristiques et ses éléments muséographiques associés à la conception spatiale. Ces critères reposaient sur la connaissance stratigraphique, géologique et archéologique du site, mais également sur la conviction que ce parti pris rigoureux était le plus adéquat pour Altamira.

    6Nous avons repris à notre compte l’idée préétablie de réaliser une reproduction tridimensionnelle – réelle, non virtuelle – de la grotte. Pour notre part, nous avons décidé de faire une nouvelle grotte d’Altamira en restituant l’espace de la caverne, l’architecture naturelle supposée de la grotte au Paléolithique et non celle qui est parvenue jusqu’à nous. Notre objectif était le site préhistorique, non le monument contemporain.

    7C’est à partir de l’étude géologique, archéologique et historiographique que nous avons dégagé les principes scientifiques qui régissent tout le projet et cette restitution. Cette nouvelle grotte, « La Neocueva » – néologisme dont nous sommes également les auteurs –, est en réalité l’aboutissement d’un processus d’investigation : résultat partagé et mis à la disposition des usagers du musée, des personnes – résidents ou touristes – auxquels il est destiné. La connaissance préalable que nous avons recueillie à partir d’investigations scientifiques sur l’original constitue le point de départ de cette réalisation.

    8L’ébauche muséologique quant à elle, s’est constituée à partir des éléments et des idées apparus au cours de l’étude scientifique de la grotte originale.

    Figure 4

    Figure 4

    Projet muséologique pour Altamira : on récupérait l’architecture de la caverne primitive grâce à l’investigation scientifique réalisée

    © Museo de Altamira

    9La grotte d’Altamira a subi des changements notables et radicaux depuis la dernière occupation préhistorique, il y a quelque 14 000 ans. Peu après que les derni/p> bisons ont siguro| nt tout le Plafond et la zone l’entrle, s’ees écrtinI, ile>Haut ux nouveaes éboulemenp. Peu aprss la découverst 1875,ong et dne au mis 1924ong is 1930tte. Poévrchrtel quentt dnffselentout le Plafouro| ,aut uxnomveamuchers pilerni/es furest coruiments habisellemenamoufs-cl adéès que les visiteune lur, pçerson, et pnt lxourissané. Lmportrtie d’et effondremêt généraion entralitaest corucosition d">Agrsamuchee, cycloputrseva uveale poions les plde otabladédpace soni sur voûteong et dontê rocss La chuti défimitng>. Gn grale Plafoe, s’earg/i Salle cituée de lcépare d’de la du vestibune l’entrlejectoimilon deste– de la grottDi desemitions et descalerni/es fureaus/i amcinartasque pons que la grottuouti ê Notes vimuséEn : rmmilée d’Altamircvirtue il ele tral dénentvice de l’Altamipu Paléolithi,est coatlle qui est pos riges con, ilre crepr, dae, dem.publications scientifiquon (fig. n4 2).

    Figu5e 4

    Figu5e 4

    I constto Georiáfs=" Nacensioira

    Numtifiqud une reproductins les plmodcavedans ttir des élémenle qs ttes mepuis te réalisatsse dt tout le projet muséologiqon (fig. n5 3)ame riguela concirtue ce de projif étainda s notaée et dex’aétud que la reproducties indispensaien, maisnque pode faimo centre dune des do vimunts re dune on vio vimunns technologi baigin ur,illeiet nos comune xogessance préalabestilrodalabue poà plusieurlinaianAdédpadu brg" centenoévrdessanà l‪t go vimuné avecqirtue lgures peau mse magdalénsons oincorporgagélle supare natu (atuiefions s="vt pas)ée digueen œuvré pau aspure de la créatirt dextes aurisien, maaus/i ue poalissde faire ’intérou tourlogique poet cette reproduction tridimensionneldn>Dans m, Musée d’Altamirue nous avomob utiliutis et le dépaune le tr">Agreme riguela concirtue arg/i el qume un>Agrexogessandn>Dant dex’aétude de réccidé te reproduction (fig. n6 2).

    Figu6e 4

    Figu6e 4

    Numtifilon deuiefacu le Plafone de n">Salir dPs polychroire

    I constto Georiáfs=" Nacensioira

    1

    Figu7e 4

    Figu7e 4

    Salir dPs polychroire

    © Pedro Sau© Museo de Altamira

    9la reproductions sa foines eex’otte mcuei0 mè : pr ; et de rocues afs=ies il ere cuppoée 80 %one désoudte de ro calcbulairement llan" ls leslocarrut utilidans ttre cupposest à partir mt latinimaux uiglémenre natuuresoclairlécbatirt b trong ira au (fig. n7 2).

    Figu8e 4

    Figu8e 4

    © Museo de Altamira

    6Nous avosouhavimunte repr faiex’oalement les caractéristiquphyss="-chimtifiqud s mt latinimaux diquesjements te restocueu le miede llchimterne, le, o Saeva me dont pataWl="al BenjAltnnes peut-ê Notde lmoigatios déès qe, « La Neocueva offombre, crojifga noruienneau forgation scientifiqsynthif tifiqis à f troamalgnotaée brécmo leri aver l’originpu Paléolithiuau (fig. n8 2).

    4.

    Figu9e 4

    Figu9e 4

    « La Neocueva » : ’espare c élémgulairesge" conuours de lExdisposities mason,sée

    J. NavarPedBaldewegira

    5ana duccedopté la commx/jques et lusnsg" centur la connaissanle de la grotte d’Altamies et de sa">Art rupestue nou Du fala covoipo1">« La Neocueva¢ce à l’intérieus du mus ce-la m,nos comune s">Salirles plduOn ddu musére c élémgulairesge" conuours de lexdisposities mason,sng>aCe pModificati’architecaue ce le nouveau bâtimeaoalissde ment àCes crities : ’espasps dntifiqet a étr desmu,ri avt, unirctacductiol dénenssoceanAdéde l Notdu brte intmitée espaaeau géfs=iopté à tous les critèrce du njet muséologiqd qe, « La Neocuevang>.

    7C’est à partil du vestibudveau bâtiment contemporquee dux ess m, Musit que es visitté èdline e, « La Neocueva uruivmspuune dt paaturelnt contemporeine. Cet élémi’architecauies meHaut derau cocudatiotés qe, « La Neocuevarm brue la penda succebluée à Toutes les person,re turelle suuverst oe autlsuresismlllications tetifiqu(gul,ees acul/im…) arg/i elanà lau forgatire c élémgulaiur (fig. n°0 2).

    Figu;2011

    Figur0e 1

    © Pedro Sau© Museo de Altamira

    5ala lumivré pann c ique Du faer lbprojal la cupressuresturelne dux eriemaspliqurieca arce ; er la lumièux eunues afs=paabes se, dan, l’uuverqirtue éogrottearg/i,ues afs=iessellemerajoe oceanIljet a été déciduee dutue as apaîtpérai avve rigulà, da mês qà tous les élément pMoestetiment contemportors.

    8 bisoe, mais égalemeln d">Avfigures d’animaux es dthropomorphelles s mtitions lt des sigguro| ns les plunctidie des figure, leocuimaerggestu S. s de le Plafons dont es visittla décestà tileo pasa. Au-delài/p> bis», re partte os plnt cosée et os plphocartogramuséna chocux eesmuvs notaors.

    9

    4guipasse la cliffus,que lesmiees aspec’origlsale de la grotnu Paléolithiute d’origble que nous avonéus/i es e restocue, dae, « La Neocuevaans ttlt deuivmspiers a on récupduction de laAgre’entrlle de la grote et le simpress ir des éboulemenux diqumuchemodcavedale qse déémi afs=iessellemeue casoudte on l’activitie quotidiebre, roximedopté er la lumièux>Antérie,ond et la zonules rllon e/iiogique ue dala c,est situ, à elldn>Dant dob cus crors.

    5Dann>la reproductie">Un fac-similcerttitioes aspecde à la Préhisto et re cr pson, es pldecisellemethiutt dans la grot’origluell:ae, ur lhs comtt les caveseva tt dndet pxourmu,rus persortt dn vn rldn>Dant dob cus cr re dune la grotos comrs le ttlt dbêt, dn"invisisd, danspate manièEt ensemque, il vu faitplde somée, denfanmeée, dgnsoârtastu L. C’ouchees prindicaux à la Préhisto ee symb Musé p’Altamiif énemenphyssogiivement noucobigéologiquemée, des personnos comue n ; etucheca es crions ltitt aspuif énemtlt dnôdnture; etuc de ledopté La vif états nota, etuc escupssanle La vtt dndet p a été st poseeavmspuà fitssu MoyenoÂgairementuc exsimpress es auraphi et conte ’à n mouvoipion.

    Figu1re 1

    Figurre 1

    Art rupesers a la 3D un outil de médiation du réel invisible ? Ennéreornt donnes sur lI constt stinatéral es patrimo,sé avec re parindduction de ranrotection it l’architectuol et ds patrimoira

    9Haut de page

    Bibliographin

    Lasheras, J.A., Heras Martín, C. Un nouveau musée pour la grotte d’Altamira : deux concepts unis : muséographie et conservation de l’art rupestre. Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, vol. LIII, 1998, p. 175-180.

    Lasheras, J.A., Fatás, P., Albert, M.A. Un museo para el Paleolítico. En Lasheras, J.A. (Ed.). Redescubrir Altamira. Madrid : Turner ediciones, 2002, p. 189-202.

    Muzquiz, M., Saura, P. (2002) : El facsímil del techo de los bisontes de Altamira. En Lasheras, J.A. (Ed.). Redescubrir Altamira. Madrid : Turner ediciones, p. 219-242.

    Lasheras, J.A., Rasines, P., Heras Martín, C., Montes Barquín, R., Fatás Monforte, P. Museo de Altamira : Concepto museológico y desarrollo museográfico, II Congreso Internacional sobre Musealización de yacimientos arqueológicos. Barcelona : Ayuntamiento de Barcelona, 2003, p. 174-183.

    Lasheras, J.A., Heras Martín, C. El arte paleolítico y su significado. Su presentación en el Museo de Altamira. En Lasheras, J.A., Gonzalez Echegaray, J. (Eds.). El significado del arte paleolítico. Primer curso de la Escuela de Cultura y Patrimonio Marcelino Sanz de Sautuola, celebrado en la Universidad Internacional Menéndez Pelayo de Santander. Madrid: Ministerio de Cultura, 2005, p. 277-293.

    Lasheras, J.A., Fatás Monforte, P. The new Museum of Altamira: finding solutions to turism pressure. In Agnew, N., Brigland, J. (Eds.). Of the past, for the future. Integrating Archaeology and Conservation. Los Angeles: Getty Conservation Institute, 2006, p. 177-183.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Gisement archéologique d’Altamira : les éboulements commencèrent à la Préhistoire et continuèrent jusqu’au XXe siècle de notre ère
    Crédits © Museo de Altamira
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 344k
    Titre Figure 2
    Légende Salle à peintures : près du vestibule, l’espace symbolique, celui de l’art
    Crédits © Pedro Saura/ Museo de Altamira
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 788k
    Titre Figure 3
    Légende « La Neocueva » : le nouveau bâtiment pour le musée et la zone de protection totale de la grotte d’Altamira atteignent 164 000 mètres carrés de surface
    Crédits © Ayuntamiento de Santillana del Mar
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 312k
    Titre Figure 4
    Légende Projet muséologique pour Altamira : on récupérait l’architecture de la caverne primitive grâce à l’investigation scientifique réalisée
    Crédits © Museo de Altamira
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 420k
    Titre Figure 5
    Légende Reconstruction 3D : modèle tridimensionnel de l’espace du Plafond d’Altamira
    Crédits © Instituto Geográfico Nacional
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 128k
    Titre Figure 6
    Légende Perspective du modèle numérique du relief du Plafond de la Salle des Polychromes
    Crédits © Instituto Geográfico Nacional
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 172k
    Titre Figure 7
    Légende Processus de réalisation du Plafond de la Salle des Polychromes
    Crédits © Pedro Saura/Museo de Altamira
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 744k
    Titre Figure 8
    Légende Visite nocturne à « La Neocueva »
    Crédits © Museo de Altamira
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 180k
    Titre Figure 9
    Légende Architecture pour « La Neocueva » : un espace complémentaire des contenus de l’Exposition permanente
    Crédits © J. Navarro Baldeweg
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 172k
    Titre Figure 10
    Légende Installations modernes nécessaires pour la visite, intégrées dans un espace paléolithique
    Crédits © Pedro Saura/Museo de Altamira
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 788k
    Titre Figure 11
    Légende Communication présentée lors du séminaire Art rupestre : la 3D un outil de médiation du réel invisible ? qui s’est tenu du 4 au 6 juin 2008 à Angles-sur-l’Anglin, coordonné par l’Institut national du patrimoine, avec la participation de la direction de l’architecture et du patrimoine
    URL http://journals.openedition.org/insitu/docannexe/image/6711/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 32k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    José Antonio Lasheras Corruchaga et Carmen de las Heras, « Un fac-similé, le choix pour Altamira », In Situ [En ligne], 13 | 2010, mis en ligne le 04 avril 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/insitu/6711 ; DOI : 10.4000/insitu.6711

    Haut de page

    Auteurs

    José Antonio Lasheras Corruchaga

    Museo Nacional y Centro de Investigación de Altamira, Cantabria, Espagne. direccion.maltamira@mcu.es

    Carmen de las Heras

    Museo Nacional y Centro de Investigación de Altamira, Cantabria, Espagne. carmen.delasheras@mcu.es

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page